Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20La propriétéÀ propos de Proudhon : de la prop...

La propriété

À propos de Proudhon : de la propriété-vol à la propriété-liberté

About Proudhon: From Property Theft to Property Freedom
Anne-Sophie Chambost
p. 13-21

Résumés

Du coup d’éclat de 1840 au retournement (contradiction ?) de 1862, la pensée politique de Proudhon, qui est aussi une pensée juridique, est orientée autour de la propriété. La célébrité d’une formule (« la propriété, c’est le vol ») résume-t-elle toutefois une pensée ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété [1862], Paris, L’Harmattan, 1997, p. 215.

Chercher le droit, en désespoir de cause, dans l’abus, qui s’en fut avisé jamais1 !

  • 2 À ne pas confondre avec son cousin, le professeur dijonnais Jean-Baptiste-Victor Proudhon, spéciali (...)
  • 3 A.-S. Chambost, « Considérations anarchistes sur le droit. XIXe-XXIe siècles », Grand angle liberta (...)
  • 4 A.-S. Chambost, Proudhon et le droit. Pensée juridique d’un anarchiste, Rennes, Presses universitai (...)
  • 5 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, D. R. Kelley, B. G. S (...)
  • 6 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ? [1840], M. Augé-Laribé (éd.), in Œuvres complètes, C.  (...)
  • 7 Les grands discours de la culture juridique, 2e éd., W. Mastor, J. Benetti, P. Égéa, X. Magnon (dir (...)

1Tous les penseurs politiques n’ont pas la chance de faire irruption dans une discipline dont ils ne sont pas spécialistes et de s’y maintenir par une affirmation à rebrousse-poil. C’est le cas de Pierre-Joseph Proudhon, père français de l’anarchie, dont la critique radicale de la propriété est encore citée dans les facultés de droit (où c’est souvent la seule référence à Proudhon2). Nonobstant la réticence des juristes à considérer que l’anarchie aurait quelque chose d’intéressant à dire du droit3, il a été montré que la pensée juridique de Pierre-Joseph Proudhon est un élément central de sa critique anarchiste4. Or le refus de la propriété constitue non seulement le point de départ de cette critique, mais elle marque aussi l’entrée de Proudhon sur la scène politique de la monarchie de Juillet. À une époque où la propriété (essentiellement foncière) n’était pas questionnée, il est entré comme par effraction dans le domaine des juristes, qui étaient déjà les « prêtres du culte »5 grandissant de la propriété. Depuis lors, tous les juristes ont peu ou prou entendu parler du rejet catégorique de la propriété résumé dans sa formule choc : « la propriété, c’est le vol »6. Qu’on l’admire ou qu’on la critique, cette formule s’est maintenue dans les réflexions sur la propriété, au point que le brûlot de Proudhon figure encore en bonne place dans Les grands discours de la culture juridique7.

  • 8 C. Gaillard, introduction à P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, Paris, L’Harmattan, 1997, p. I (...)

2La formule s’est cependant révélée piégeuse pour son auteur, car elle est loin d’être le dernier mot de Proudhon sur la propriété. L’œuvre commencée par l’assimilation de la propriété au vol (Qu’est-ce que la propriété ? – 1840) s’achève pratiquement avec l’affirmation de la propriété-liberté (Théorie de la propriété – rédigée en 1862 mais complétée par les exécuteurs testamentaires de Proudhon et publiée en 1866). D’une proposition à l’autre, la formule se retourne contre Proudhon, dont l’œuvre circulaire – qui semble réduite à la propriété – est marquée du sceau d’une contradiction. Au-delà des difficultés liées à la dialectique des antinomies, Chantal Gaillard résume bien la situation : « la bourgeoisie voit en Proudhon le fossoyeur de la propriété, Marx y voit un petit-bourgeois »8. En rappelant l’essentiel des propositions de Proudhon sur la propriété, nous tenterons de dépasser les préjugés qui collent aux basques de l’anarchiste pour montrer en quoi, si son propos est apparu insupportable, c’est qu’il n’était pas totalement dénué d’intérêt. Ce dont il sera ici question, ce seront donc autant des contradictions de Proudhon que de son apport à la question du droit de propriété – puisque, dans le contexte et au-delà, on ne voit plus la propriété de la même manière après son intervention.

  • 9 P. Lebrun, « La critique de la propriété chez les anarchistes du XIXe siècle : une comparaison des (...)
  • 10 E. M. Wood, Des citoyens aux seigneurs. Une histoire sociale de la pensée politique de l’Antiquité (...)
  • 11 E. M. Wood, Liberté et propriété…, p. 13.
  • 12 F. Braudel, Grammaire des civilisations [1963], Paris, Flammarion, 1987, p. 420.

3Comment faut-il analyser les propositions de Proudhon ? Pascal Lebrun démarque l’analyse contextualiste de l’analyse textualiste, à laquelle il soumet essentiellement les textes de Proudhon9. Dans sa somme sur la propriété dans l’histoire des idées politiques, Ellen Meiksins Wood10 critique la radicalité historique de la contextualisation proposée par Quentin Skinner et l’école de Cambridge et propose une histoire sociale qui dote les théories politiques d’une signification en dehors du contexte précis de leur énonciation – ce qui est précisément en jeu avec la critique proudhonienne de la propriété. Wood précisant en outre que « les périodes de plus grande créativité coïncident généralement à des moments de l’histoire où des conflits politiques et sociaux aux conséquences considérables surviennent brutalement »11, on se rappelle qu’en ce XIXe siècle « triste, dramatique, génial »12, la révolution politique se rejoue sur fond de révolution industrielle aux effets économiques et sociaux délétères : ce qu’on ne tarde pas à appeler la « question sociale » interroge les effets de la propriété sur fond d’opposition capital / travail. Ce cadre ne peut pas être oublié quand il s’agit de prendre la mesure de l’intervention de Proudhon. On suivra donc ici la perspective de Wood, selon qui on saisit :

  • 13 Ibid.

[…] mieux ce que les théoriciens ont à dire, et même en quoi leurs propos pourraient éclairer notre époque, si l’on sait à qui ils se sont adressés, avec qui ils ont débattu (explicitement ou implicitement), comment ils ont perçu le monde autour d’eux, et ce qu’ils ont cru bon de changer ou conserver13.

  • 14 A.-S. Chambost, Proudhon, l’enfant terrible du socialisme, Paris, A. Colin, 2009, p. 17.

4Pour ce faire, on essayera de comprendre les questions auxquelles Proudhon tente de répondre, qui ne sont pas des abstractions philosophiques mais des problèmes précis, dans des conditions historiques singulières. Comme il l’explique en 1838 dans sa lettre de candidature à la pension Suard14, il écrit pour ses « frères et compagnons » de misère – ce qui restera le fil directeur de son œuvre. Non juriste, il est ce qu’on appelle alors un publiciste, écrivain qui traite de problèmes publics – et la propriété en est un pour toute une partie de la population. S’il s’agit d’étudier les textes de ce penseur, il ne faut pas oublier les rapports sociaux qui en définissent le cadre et le climat – intellectuel, économique, politique, social. Après un rappel du contexte (I), on précisera les propositions de Proudhon de l’un à l’autre de ses ouvrages sur la propriété (II), pour finir sur ce qui fait qu’on en parle encore (III).

I. Contexte

  • 15 Voir par exemple D. Deroussin, Histoire du droit privé (XVIe-XXIe), Paris, Ellipses, 2010, p. 263 s (...)
  • 16 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XI : « Love of lib (...)

5Si l’on fait de la propriété l’alpha et l’oméga de l’œuvre de Proudhon, il faut s’interroger sur la raison de cette obsession. Il est contemporain de cette propriété bourgeoise en pleine expansion, droit inviolable et sacré (art. 2 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) canonisé par le Code civil (art. 544). On ne refera pas ici l’histoire du droit de propriété15, mais force est de constater qu’elle est triomphante dix ans après le début d’un régime qui est vite apparu aux républicains et aux socialistes comme une « tyrannie des riches »16. Or, le ralentissement économique de 1839-1840 rend la question sociale insupportable, justifiant que pour les premiers socialistes le travail remplace la propriété. Une certaine lecture marxiste a depuis lors fixé un regard économique sur la propriété (en termes de mode de production et d’organisation sociale), occultant sa dimension politique. Or, contrairement à ce que certaines affirmations de Proudhon lui-même peuvent laisser penser, il n’aborde pas d’abord la question de la propriété en économiste ; c’est bien de politique dont il est question, puisque la propriété est le siège du pouvoir, source des institutions sociales et politiques. Aucun régime ne peut tenir sans le soutien des propriétaires, et, dans le régime censitaire, la propriété est le critère de l’accès au vote (on connaît la phrase de Guizot, « enrichissez-vous »).

  • 17 J.-B.-V. Proudhon, Traité du domaine de propriété, ou de la distinction des biens considérés princi (...)
  • 18 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XXI.
  • 19 J.-B.-V. Proudhon, Traité du domaine de propriété…, t. I, 1re partie, chap. IV, p. 48.
  • 20 Ibid., p. 36.
  • 21 Ibid., p. 49.
  • 22 Ibid., p. 51 (on retrouve les arguments « traditionnels » du cens : instruction, temps).

6La propriété est au cœur de l’ouvrage du professeur de droit Jean-Baptiste-Victor Proudhon, publié en 183917. Donald R. Kelley et Bonnie G. Smith pointent le dialogue entre les deux cousins, suggérant que Pierre-Joseph a lu Jean-Baptiste-Victor18. Ce qui est surtout intéressant pour la suite, c’est que le juriste apprécie moins la propriété par son origine que par ses fonctions sociales et politiques19, ce qui sera in fine ce à quoi l’anarchiste arrivera aussi. Quand le juriste appréhende la propriété par « les avantages civils et politiques qui en dérivent pour la société », l’angle est explicite : le droit de propriété est la base des rapports moraux, civils et politiques20. Quant à l’ancrage censitaire dans la propriété, il semble que, si les hommes n’ont pas besoin d’être riches (i. e. propriétaires) pour aimer leur patrie, ces exceptions « ne peuvent servir de règle aux yeux de la politique »21 : en ce qu’il purifie l’égoïsme individuel, le sentiment de conservation inhérent à la propriété est tel que « le maintien du bon ordre doit être confié à celui qui a le plus d’intérêt à le faire régner : c’est le propriétaire »22. Pierre-Joseph inversera cette proposition, mais elle témoigne des liens étroits entre propriété et pouvoir en ce début de XIXe siècle.

  • 23 R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée. Une autre histoire de la Révolution, Ceyzérieu, Ch (...)
  • 24 Ce qu’on appelle la Grande Démarcation se compose de deux opérations complémentaires : séparer la s (...)
  • 25 En particulier tant que la question des échanges et des engagements n’est pas réglée – il fallut pl (...)
  • 26 R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée…, p. 305.
  • 27 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 134.
  • 28 Ibid., p. 154.
  • 29 Ibid., p. 131.

7Rafe Blaufarb23 en a souligné l’intensité en rappelant les conditions juridiques de l’appropriation privée de la puissance publique sous l’Ancien Régime. La « propriété absolue » du Code civil, détenue à titre exclusif, est une nouveauté introduite par la Révolution24 après que la liberté politique a été adossée à la séparation des pouvoirs et à la reconnaissance de la propriété individuelle (gage de l’indépendance personnelle nécessaire à la citoyenneté). La révolution radicale de la propriété consiste en somme à sortir de la confusion du pouvoir et de la propriété, et à remplacer le régime des droits de propriété divisés par la propriété une et indivisible. Mais l’aliénation des biens du domaine national est une opération complexe, dont les effets se font encore sentir à l’époque de Proudhon ; dans le contexte révolutionnaire du temps, les propriétaires ne sont pas à l’abri d’une volonté de l’État de récupérer les aliénations25. Enfin, et surtout, malgré la volonté des révolutionnaires de remplacer les réseaux imbriqués de dépendance propres à la propriété « féodale », l’essentiel n’a pas changé quant aux rapports de domination inhérents à la propriété : avant comme après la Révolution, elle « donne du pouvoir sur d’autres gens et sur ce qu’ils possèdent. La propriété n’a jamais pu être totalement égale et indépendante »26. Les contemporains de Proudhon pouvaient encore déplorer le caractère éminemment hiérarchique des liens de propriété, dont le poids est aggravé par les effets de la révolution industrielle. C’est dans ce contexte qu’il pense la propriété, dont il fait l’objet de son premier mémoire sur la propriété, Qu’est-ce que la propriété ? : « Pourquoi, dans la société, tant de douleur et de misère ? »27. Partant du principe que la propriété n’est concevable que sous la « raison catégorique d’égalité »28, il demande pourquoi l’égalité n’existe pas. La réponse dénonce d’abord la propriété et la violence de la proposition « la propriété, c’est le vol »29 est à la hauteur de l’absoluité de la propriété du temps. On verra ensuite pourquoi il rattache in fine la propriété à l’égalité.

II. Du premier mémoire à la Théorie de la propriété : continuité ou contradiction ?

8De l’un à l’autre ouvrage, une perspective continue vient nuancer l’idée de contradiction : c’est du rapport de domination des hommes entre eux dont il est question à propos de la propriété, plus que du rapport des hommes aux choses.

A. La critique de la propriété-vol

  • 30 « Comment ces hommes, qui n’ont jamais eu la moindre notion de statistique, de calcul de valeur ou (...)
  • 31 P. Lebrun, « La critique de la propriété chez les anarchistes du XIXe siècle : une comparaison des (...)
  • 32 Le sujet du concours de l’académie de Besançon auquel il répond est : « Des conséquences économique (...)
  • 33 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), (...)
  • 34 Lettre de Pierre-Joseph Proudhon à F. G. Bergmann, 22 février 1840, citée dans P. Haubtmann, Pierre (...)

9Dans le contexte de crise économique, l’ouvrage de Proudhon est d’abord un livre de circonstance ; mais il est plus que cela en ce qu’il pose à la propriété des questions que ni les juristes ni les économistes ne lui posaient à l’époque. Proudhon interpelle particulièrement les juristes30, dont les justifications du droit de propriété confortent la domination. En saisissant la propriété à partir de la définition codifiée du droit (absolu, exclusif et perpétuel), c’est dans son sens juridique qu’il l’appréhende, même si elle ressortit aussi au politique et à l’économique31. L’objet initial du premier mémoire n’est pas tant la propriété que la recherche des conditions de l’égalité32, à laquelle la propriété apporte le plus violent démenti par l’abus qui lui est inhérent : « Défenseur et apologiste de l’égalité, Proudhon a vu se dresser devant lui la mère de toutes les inégalités : la propriété »33. Pierre Haubtmann rappelle d’ailleurs le titre auquel il songeait pour son livre : Qu’est-ce que la Propriété ? C’est le vol ou Théorie de l’égalité politique, civile et industrielle34. On peut imaginer l’accueil si ce titre avait été préféré à Qu’est-ce que la propriété ? ou Recherches sur le principe du droit et du gouvernement. Pourtant tout y est et l’ordre montre le lien, étroit mais prioritaire, entre le politique, le juridique et l’économique.

  • 35 Dans le vieux droit féodal, l’aubaine désignait la manière dont le seigneur ou le roi succédait à l (...)
  • 36 R. Berthier, Études proudhoniennes, Paris, Éditions du Monde libertaire, 2013, t. II, p. 9.
  • 37 P. Lebrun, « La critique de la propriété… », p. 45.
  • 38 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 112, note 1.
  • 39 P. Lebrun, « La critique de la propriété… », p. 45.

10C’est pourtant la perspective économique qui a été retenue par les commentateurs. Pour Proudhon et ses contemporains, la valeur est la conséquence du travail, or le revenu du propriétaire qui profite du travail de ses employés, est oisif : c’est là que réside ce qu’il qualifie d’aubaine35 et de vol. La contradiction du capitalisme se trouve en effet dans l’appropriation privée d’une force collective, qui engendre l’opposition capital / travail. Le salaire versé par le patron en rémunération des forces individuelles de chaque travailleur occulte le fait que la production est collective et que la plus-value de ce travail collectif (le profit) n’est pas rémunérée. Le vol n’est donc pas tant dans la propriété que dans l’appropriation indue qu’elle autorise, résultat du travail collectif des travailleurs, dont la valeur est supérieure à la somme des efforts individuels36. La propriété absolue, « monopole fictif et abusif sur le droit d’utilisation d’une chose »37, est ce droit d’aubaine, dont il fait aussi le synonyme du fermage, du loyer, des rentes, de l’intérêt, du bénéfice, des gains ou des profits (distincts du salaire « ou prix légitime du travail »38). Ni le travail, ni le droit naturel, pas plus la loi, l’occupation ou la personnalité ne justifient la propriété. À l’inverse, la possession, fondée sur le travail, est le vecteur de l’égalité ; telle que Proudhon l’envisage alors, elle est dénuée du ressort de l’abus39 et accompagne un système de tenures en lieu et place de la propriété individuelle, l’État étant le propriétaire éminent des terres et des capitaux (susceptible par conséquent de déchoir le possesseur paresseux… puisque la possession est liée au travail).

  • 40 Dans la Sainte famille, texte de 1844 publié en 1845, Karl Marx fait de l’ouvrage de Proudhon, pour (...)
  • 41 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 131.
  • 42 Ibid., p. 335 ; « La propriété et la royauté sont en démolition dès le commencement du monde ; comm (...)
  • 43 « a curious blind of abstract logic and agitated rhetoric, of traditional learning and mathematical (...)
  • 44 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), (...)
  • 45 Ibid., p. 103.
  • 46 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 134.

11Proudhon redoutait l’indifférence mais les réactions sont à la hauteur du coup porté à la propriété. Sans attendre les louanges de Marx40, il avait posé le caractère révolutionnaire de son geste dans le chapitre premier intitulé « Méthode suivie dans cet ouvrage. Idée d’une révolution ». Ce point est souvent négligé par ceux qui l’enferment dans une posture d’économiste : il s’agit bien d’une révolution politique car, en discutant de la propriété, Proudhon critique « le principe même de notre gouvernement et de nos institutions »41. La propriété est le fondement essentiel du pouvoir dans un régime censitaire, auquel il oppose sa proclamation anarchiste42. Pour ce qui est de la méthode, le premier mémoire déroute43 car l’autodidacte s’approprie, en les discutant, les bases juridiques (légales) de la propriété. Si elle est animée par « une critique des idées et des institutions, beaucoup plus qu’une observation précise des faits »44, la difficulté de cette « œuvre de jeunesse » réside « dans le fait que des mots du langage courant, propriété, possession, rente, y sont détournés de leur emploi habituel, sans que des définitions suffisamment précises nous en avertissent en temps utile »45. Le propos n’est pas dogmatique (« je laisse à d’autres le soin de discipliner le monde »46), même si une tentative (maladroite) de précision de la méthode sera ensuite esquissée dans le Système des contradictions économiques (1846) dont l’épigraphe est : « Destruam et aedificabo » (« Je détruis et je construis »).

  • 47 Rapport publié au Moniteur, 27 septembre 1840. Proudhon l’évoque dans la deuxième édition du premie (...)
  • 48 P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon…, p. 280.
  • 49 J. Carbonnier, « La théorie des conflits de famille chez Proudhon », in Flexible droit. Pour une so (...)
  • 50 Lettre à M. Blanqui sur la propriété : deuxième mémoire (lettre datée du 1er avril 1841) puis l’Ave (...)

12Non content du pavé jeté dans la mare, il double la provocation en associant l’académie de Besançon à son geste révolutionnaire. Forçant le sens de l’humour de la bourgeoisie propriétaire, il est menacé de perdre sa bourse d’étude et de poursuites judiciaires. Il trouve pourtant à l’Académie des sciences morales et politiques un soutien – critique – quand Adolphe Blanqui se fend d’un rapport pas totalement hostile sur le livre de Proudhon47 puis d’une lettre au garde des Sceaux pour décourager les poursuites48. Ces menaces font le succès de l’ouvrage, et Proudhon poursuit son œuvre de polémologue49 par un deuxième puis un troisième mémoire sur la propriété50. Il aura certainement été encouragé par une lettre de Blanqui en date du 1er mai 1841 :

  • 51 Lettre de Blanqui du 1er mai 1841, citée dans P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé (...)

[…] je ne suis d’accord avec vous qu’en une seule chose, c’est qu’il y a trop souvent d’abus dans ce monde de tous les genres de propriété. Mais je ne conclus pas de l’abus à l’abolition, expédient héroïque trop semblable à la mort, qui guérit tous les maux. J’irai plus loin : je vous avouerai que de tous les abus, les plus odieux selon moi sont ceux de la propriété ; mais encore une fois, il y a remède à ce mal sans la violer, sans la détruire. Si les lois actuelles en règlent mal l’usage, nous pouvons les refaire. Notre Code civil n’est pas le Koran ; nous ne nous sommes pas fait faute de le prouver. Remaniez donc les lois qui règlent l’usage de la propriété, mais soyez sobres d’anathèmes51.

  • 52 Ibid., p. 127.
  • 53 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 128 (nous soulignons).

13La dénonciation des abus n’empêche pas « un attachement si profond pour l’ordre, non cet ordre banal et tracassier à qui suffisent les agents de police, mais pour l’ordre majestueux et imposant des sociétés humaines, que je m’en trouve parfois gêné pour attaquer certains abus »52. Cette lettre est ajoutée à la deuxième édition du premier mémoire, avec cette observation : « M. Blanqui reconnaît qu’il y a dans la propriété une foule d’abus, et d’odieux abus ; de mon côté j’appelle exclusivement propriété la somme de ces abus »53. Proudhon veut toutefois bien admettre qu’on refuse l’abolition de la propriété, et les limites de sa démonstration :

  • 54 Ibid., p. 128-129.

Il ne suffit pas, en effet, pour obtenir gain de cause, de ruiner un principe reconnu, et qui a le mérite incontestable de résumer le système de nos croyances politiques ; il faut encore établir le principe contraire, et formuler le système qui en découle. De plus, il faut montrer comment ce nouveau système satisfera à tous les besoins moraux et politiques qui ont amené l’établissement du premier54.

  • 55 « […] il reste presque toujours dans cette position contradictoire, libéral de principe, égoïste d’ (...)

14On devine le tournant constructif, mais d’autres combats politiques retarderont le retour de Proudhon à la propriété au début des années 1860. Dans l’intervalle, deux analyses influent sur l’évolution de sa pensée. En 1846, Jules Michelet critique la formule de Proudhon dans son analyse du bourgeois propriétaire55 :

  • 56 Ibid.

Le dernier pays du monde où la propriété sera abolie, c’est justement la France. Si, comme disait quelqu’un de cette école, « la propriété n’est autre chose que le vol », il y a vingt-cinq millions de voleurs, qui ne se dessaisiront pas demain56.

  • 57 Ibid., p. 136 : « […] la peur a ceci qu’elle va toujours grossissant son objet, toujours affaibliss (...)
  • 58 P.-J. Proudhon, Système des contradictions économiques ou Philosophie de la misère [1846], R. Picar (...)
  • 59 « […] de quel côté la classe craintive des riches et bourgeois regarde-t-elle ? où va-t-elle s’alli (...)

15Ce genre d’arguments, associé par l’historien au communisme, ne sert que les pouvoirs qui manipulent la peur – ils sont d’« excellentes machines politiques pour effrayer ceux qui possèdent, les faire agir contre leurs principes, leur ôter tout principe »57. Dans Système des contradictions économiques, Proudhon répondra qu’il a au moins le mérite d’avoir compris le sens politique de la propriété : « La propriété, c’est le vol. Il ne se dit pas en mille ans deux mots comme celui-là »58. Après que les deux hommes se seront rencontrés, et estimés, la critique micheletienne de l’égoïsme propriétaire59 trouvera in fine un écho dans la Capacité politique des classes ouvrières (1865).

  • 60 J. Tissot, « Examen de la théorie de M. Proudhon sur la propriété », Revue de droit français et étr (...)
  • 61 A. Thiers, De la propriété, Paris, Paulin, Lheureux et Cie, 1848 (l’avant-propos est de septembre 1 (...)

16Un autre marqueur est la contribution que Joseph Tissot, philosophe traducteur de Kant, fournit en 1849 à la Revue de droit français et étranger60. L’article est une réponse au volume opposé par Adolphe Thiers aux propositions fiscales de Proudhon61. La critique est compréhensive :

  • 62 J. Tissot, « Examen de la théorie… », p. 261.

Il y avait deux partis à prendre à l’égard de la théorie de M. Proudhon contre la propriété : ou s’en amuser comme d’une débauche d’esprit, ou s’en occuper comme d’une œuvre dangereuse. C’est ce qui a été fait. Mais il faut convenir qu’en vrais Français que nous sommes toujours, nous avons beaucoup plus ri à cette occasion que nous n’avons raisonné, et que ceux qui ont raisonné ne l’ont fait qu’à demi. […] le ton d’indignation ou de mépris par lequel on a l’air d’en vouloir finir, ne vaut pas une bonne raison62.

  • 63 Tissot (pour qui la propriété est un droit naturel) résume la situation doctrinale (ibid., p. 271-2 (...)
  • 64 Sur la question du travail, l’article se ressent du traumatisme des journées de juin, avec les réti (...)
  • 65 Ibid., p. 264.
  • 66 Ibid., p. 262.
  • 67 Ibid., p. 273 (nous soulignons).
  • 68 Ibid., p. 274.

17Les critiques de Proudhon contre le principe de la propriété ne sont pas toutes nouvelles, mais le tort des juristes est de n’avoir pas pris le temps d’y répondre ; cette omission permettait à Proudhon, en les mobilisant, de donner à sa charge l’apparence d’une remise en cause tranchante63. Tissot n’ambitionne pas tant de dissuader Proudhon, dont il connaît le caractère, que ses partisans64. Dans la mesure où la possession est le versant positif de la critique de la propriété, c’est elle qu’il faut viser, plus que la « doctrine antipropriétaire »65 ; car si la possession, au sens que lui donne Proudhon, « ne peut remplacer utilement la propriété, il faudra bien respecter cette dernière, ne fût-ce que comme un moindre mal »66. Or, l’anarchiste néglige les rapports de force et le fait que « chacun occupe suivant ses besoins et ses forces »67 ; comment la possession individuelle soutiendrait-elle mieux l’égalité que la propriété ? D’autant qu’elle est adossée à l’idée d’une possession sociale supérieure dont Tissot ne comprend pas le sens : non seulement le rapport individu-société n’est pas clair (de fait, Proudhon n’arrivera à un équilibre qu’en 1858 dans De la Justice), mais les critères de cette possession sociale ressemblent fort à de la propriété, de sorte que l’anarchiste dispute plutôt « sur les mots que sur les idées »68. Sur sa ligne de défense de la propriété, le philosophe plaide en somme pour l’utilité de la propriété (dont il reconnaît le droit), dont les inconvénients lui paraissent moindres que ceux de la possession.

B. La Théorie de la propriété : propriété-liberté ; pas un droit mais une fonction

18De la propriété-vol à abolir, Proudhon en vient donc à justifier la propriété-liberté. Non pas car elle serait vertueuse en soi mais parce que son caractère absolu en neutralise un autre : l’arbitraire de l’État. On impute souvent cette évolution à des raisons stratégiques, liées à l’attachement du peuple à la propriété ; sans doute en partie, mais le constat étant déjà évident en 1840, cela ne peut être la seule cause d’un « revirement ». Il faut aller chercher ailleurs en se souvenant de la stratégie auctoriale pointée par Tissot dès 1849 :

  • 69 Ibid., p. 263.

M. Proudhon n’a donc pas dit ce qu’il semble dire et qu’on lui a fait dire tant de fois. Nous ne serions donc pas du tout surpris qu’il pût aujourd’hui se montrer partisan de la propriété, tout en soutenant qu’il est d’accord avec lui-même. Les esprits subtils semblent plus souvent se contredire qu’ils ne le font réellement ; mais ceux qui les entendent ou les lisent, n’ayant pas entre les mains le fil délié qui permet de sortir du labyrinthe, s’égarent dans les tours et les détours de raisonnements sans fin. Si nous ne nous trompons pas, M. Proudhon en veut beaucoup moins maintenant à la propriété qu’à la manière dont elle est réglementée ; c’est une autre constitution de la propriété, et non son renversement qu’il demanderait. Mais craignant tout d’abord de ne pas frapper assez fort, voulant d’ailleurs faire sensation, il a si peu ménagé le paradoxe qu’il l’a peut-être poussé jusqu’à l’absurde. Il fallait être lu ; pour être lu, il fallait étonner ; pour étonner, il fallait de l’audace ; et l’audace dans les théories, c’est le sens commun pris à rebrousse-poil69.

  • 70 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 215-217.
  • 71 Ibid., p. 204 sq. (en particulier p. 205 sur l’antinomie et p. 206 sur son utilisation fautive de H (...)

19Proudhon lui-même s’interroge sur une possible contradiction, mais il en reste au tournant constructif de l’anarchie70 et n’admet qu’un changement de méthode dans le passage d’une dialectique ternaire (synthèse) à une dialectique binaire (balance)71 :

  • 72 Ibid., p. 52.

[…] les termes antinomiques ne se résolvent pas plus que les pôles opposés d’une pile électrique ne se détruisent ; qu’ils ne sont pas seulement indestructibles ; qu’ils sont la cause génératrice du mouvement, de la vie, du progrès ; que le problème consiste à trouver, non leur fusion, qui serait la mort, mais leur équilibre, équilibre sans cesse instable, variable selon le mouvement même des sociétés72.

  • 73 Comme le souligne Aimé Berthod, « c’est pour des raisons politiques, surtout, que Proudhon trouve l (...)
  • 74 P.-J. Proudhon, Correspondance, Paris, Lacroix, 1875, t. XI, p. 292 (lettre du 21 novembre 1861).
  • 75 Voir P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 57 et p. 139-140 sur les caractères du fief et de (...)
  • 76 Rafe Blaufarb nuance, car la distinction alleu / fief masque une réalité tout autre : « […] le conc (...)
  • 77 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 205.
  • 78 Ibid., p. 29.

20Après l’échec cruel de la République et alors que l’Empire paraît devoir durer, il s’agit de neutraliser la puissance de l’État. C’est là que la propriété trouve son utilité. Mais grâce aux remarques de Tissot, on peut aussi hasarder que Proudhon revient moins sur la propriété que sur la possession : après l’avoir valorisée contre les abus de la propriété, il l’estime désormais incapable de contenir la puissance de l’État73. Le déclencheur est un article d’un certain Grandclément74 grâce auquel Proudhon corrèle l’alleu et le fief à la distinction de la propriété (dans sa forme moderne, exclusive et non hiérarchique) et de la possession75. Bien héréditaire, l’alleu désigne une propriété à part entière qui est un rempart protecteur de la liberté, quand le fief est une forme de possession assujettie à des services et des redevances76. Il concède donc un abandon de la possession, « terme équivoque, qui rappelait une forme d’institution que je ne pouvais vouloir et que j’ai abandonné »77. Dans le prolongement de la pensée libérale du XVIIe siècle, il associe liberté et propriété : « La liberté, c’est le droit qui appartient à l’homme d’user de ses facultés et d’en user comme il lui plaît. Ce droit ne va pas sans doute jusqu’à celui d’abuser »78 ; mais il distingue désormais deux genres d’abus : ceux dont on subit seul les conséquences et ceux qui portent atteinte aux droits des autres. En vertu de quoi, sans revenir sur le caractère ontologiquement abusif de la propriété, il le précise :

  • 79 Ibid., p. 102.

L’histoire et l’économie sont pleines de lamentations sur les abus de la propriété, sans que personne ait jamais voulu comprendre qu’en fait de propriété, l’usage et l’abus sont identiques, et qu’une propriété qui cesserait d’être abusive, ou qui perdrait la faculté de l’être, redeviendrait possession pure et simple ; qu’elle ne serait plus propriété79.

21Les abus de la propriété sont envisagés de manière dialectique, dans une confrontation à l’absolutisme étatique :

  • 80 Ibid., p. 138.

Pour que le citoyen soit quelque chose dans l’État, il ne suffit pas qu’il soit libre de sa personne ; il faut que sa personnalité s’appuie, comme celle de l’État, sur une portion de matière qu’il possède en toute souveraineté, comme l’État a la souveraineté du domaine public. Cette condition est remplie par la propriété80.

À cet égard, on peut considérer que Pierre-Joseph n’a pas oublié la démarche de Jean-Baptiste-Victor, qui analysait la propriété par ses fins ; mais il renverse la position conservatrice du juriste en la radicalisant, puisque le caractère absolu de la propriété neutralise l’État au lieu de le soutenir :

  • 81 Ibid., p. 208.

La propriété, si on la saisit à l’origine, est un principe vicieux en soi et antisocial, mais destiné à devenir, par sa généralisation même et par le concours d’autres institutions, le pivot et le grand ressort de tout le système social81.

22La justification de la propriété est en effet conditionnée à sa généralisation dans une logique solidaire et mutuelliste :

  • 82 Ibid., p. 50.

Il faut, pour que la propriété entre dans la société, qu’elle en reçoive le timbre, la légalisation, la sanction. Or je dis que sanctionner, légaliser la propriété, lui donner le caractère juridique qui seul peut la rendre respectable, cela ne se peut faire que sous la condition d’une balance, et qu’en dehors de cette réciprocité nécessaire, ni les décrets du prince, ni le consentement des masses, ni les licences de l’Église, ni le verbiage des philosophes sur le moi et le non-moi n’y servent de rien82.

  • 83 Ibid., p. 243.

23Aux apologistes de la propriété individuelle, il oppose sa lecture de l’article 544 du Code civil complétée de la maxime romaine « Dominium est jus utendi et abutendi quatenus juris ratio patiture » (« La propriété est le droit d’user et d’abuser de sa chose autant que le comporte la raison du droit »)83. Il pointe l’incongruité d’une définition qui pose la propriété comme absolue, réserve faite du droit de l’État, en interrogeant l’hypocrisie de cet « abus légal » où l’usage, donc l’abus, de la propriété se déploie dans le cadre des lois et des règlements :

  • 84 Ibid., p. 95.

A-t-on jamais entendu parler d’une loi, d’une morale, qui autorise le vice, la débauche, l’arbitraire, l’impiété, le meurtre, le vol, le rapt, sous réserve de punir les délinquants qui auront dépassé une certaine limite, que ne définit même pas la loi84 ?

  • 85 Les déclarations de droits ne sont que de simples « pétitions de principe » (ibid., p. 149).
  • 86 « Suivant que nous envisagions la propriété dans son principe ou dans ses fins, elle nous apparaît (...)
  • 87 C’est « de l’opposition de ces absolus que jaillit le mouvement politique, la vie sociale, de même (...)
  • 88 Ibid., p. 237.
  • 89 Ibid., p. 131.
  • 90 Ibid., p. 135.
  • 91 Ibid., p. 189.

24Selon lui la seule limite réside dans la maxime du droit : « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas que te soit fait », sur la base de laquelle il considère les fins de la propriété. Elle lui apparaît moins comme un droit85 que comme une fonction, ou plutôt elle n’est un droit que dans la mesure où elle est une fonction. La propriété est en effet appréhendée non par son origine légale, qui est incapable de la justifier, mais par ses fins : garde-fou de la liberté, elle est un contrepoids à la puissance publique86. Et c’est dans l’abus même de la propriété qu’on en trouve la fonction politique : absolue, antisociale, immorale et égoïste, elle trouve son utilité dans le fait de balancer le pouvoir de l’État87. Mais elle s’équilibre aussi contre elle-même et neutralise l’égoïsme propriétaire : par sa généralisation, elle se fait concurrence à elle-même autant qu’elle concurrence l’État – « parce qu’elle est absolue, elle repousse toute idée d’absorption »88. Précisant que ce n’est pas de la propriété bourgeoise du Code civil qu’il s’agit, celle qui voit l’État comme un instrument d’exploitation qui « marche par elle et pour elle »89. Proudhon sait bien que le pouvoir ne tient que par l’appui de celle-ci, qui n’est « dans ses rapports avec l’État, [dirigée] que par un seul principe, un seul sentiment, une seule idée, l’intérêt personnel, l’égoïsme »90. Il faut opérer à la fois un nivellement et une consolidation de la propriété qui, « en s’entourant des garanties qui la rendent à la fois plus égale et plus inébranlable, sert elle-même de garantie à la liberté, et de lest à l’État »91.

  • 92 Ibid., p. 136.
  • 93 Ibid., p. 141.
  • 94 P.-J. Proudhon, Les confessions d’un révolutionnaire pour servir l’histoire de la révolution de Fév (...)
  • 95 P.-J. Proudhon, Correspondance, t. XIV, p. 32 (lettre à X***, 20 août 1864).
  • 96 « On crie sur moi au démolisseur. Ce nom me restera jusqu’au bout ; c’est la fin de non-recevoir qu (...)
  • 97 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 239 (assurances mutuelles, crédit mutuel, balance du co (...)

25Au point de vue politique, l’abus de la propriété est le ressort de la dialectique : « […] la propriété est la plus grande force révolutionnaire qui existe et qui se puisse opposer au pouvoir »92. Proudhon suggère un classement des États et des gouvernements par rapport aux formes de propriété qui y sont en vigueur93. On voit donc que c’est toujours dans la même perspective politique (contre la domination du pouvoir) qu’il en arrive à sa justification de la propriété-liberté ; c’est ainsi, et ainsi seulement, que « La propriété, c’est la liberté »94. On est donc bien toujours dans l’esprit du premier mémoire où la critique de la propriété était corrélée au refus anarchiste de l’État, à ceci près que si l’anarchie était destructive en 1840, elle est constructive dans les années 186095. Le Franc-Comtois répond à l’argument de la « démolition » en listant l’ensemble des propositions « positives » qui ont structuré son œuvre, niant au passage l’idée de contradiction96. La propriété-liberté est associée au fédéralisme et au droit économique, sur lesquels Proudhon écrit alors : la propriété, n’existant pas seule, trouve des garanties dans les structures économiques fondées sur le mutuellisme et le fédéralisme. Seules les institutions de mutualité pensées dans le cadre d’une distribution fédéraliste des pouvoirs97 garantissent la propriété contre elle-même et contre l’État. Dans une nouvelle tension dialectique, il oppose d’ailleurs la puissance de concentration de l’État à la puissance de décentralisation de la propriété :

  • 98 Ibid., p. 144.

[…] parce qu’elle-même est absolue, elle est anti-despotique, anti-unitaire ; c’est en elle qu’est le principe de toute fédération : et c’est pour cela que la propriété, autocratique par essence, transportée dans une société politique, devient aussitôt républicaine98.

Considérée dans ses fins et ainsi réinscrite dans son cadre social, la propriété trouve son utilité politique.

III. Prolongements contemporains à la critique proudhonienne

  • 99 P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon

26Proudhon n’est pas juriste et ses propos ne sont pas juridiquement assurés. L’autodidaxie est certes une faiblesse en ce qu’elle contraint la pensée à des détours fastidieux et l’expose à des chausse-trapes, mais son côté créatif la libère d’une « pensée d’école ». Fort de son tempérament chicanoux99, notre auteur va à contre-courant des juristes de son temps qui

  • 100 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), (...)

[…] n’avaient pas soumis le droit de propriété à une critique bien sévère. Elle était pour eux le fondement de la société dans laquelle ils vivaient et ils lui avaient fabriqué des titres sans songer qu’ils pourraient être discutés100.

  • 101 A. Berthod, P.-J. Proudhon et la propriété…, p. 200 sq. : congrès de Bruxelles sur la propriété fon (...)

Tissot ne s’y est pas trompé, qui relevait l’utilité de sa critique en 1849. Avant que le collectivisme l’emporte contre l’anarchisme bakouninien, le mutuellisme proudhonien influence les débuts de l’Internationale, au sein de laquelle les anarchistes français soutiennent les discussions sur la propriété101.

  • 102 M. Xifaras, « Y a-t-il une théorie de la propriété… ? », p. 248.
  • 103 Proudhon a inspiré l’idée de propriété sociale de Léon Duguit, légitimée par ses fins (Transformati (...)

27Qu’en reste-t-il aujourd’hui ? Décontextualisée, la critique proudhonienne des abus de la propriété paraît sans objet, et son adversaire démesuré102. Mais il faut se rappeler que Proudhon écrit à une époque où les abus de la propriété bourgeoise ne connaissent aucune limite. Ses critiques n’ont certes pas suffi à changer le regard sur la propriété, mais elles n’ont pas été sans effets si l’on en juge par l’écho durable du slogan « la propriété, c’est le vol ». Les mobilisations de différentes natures103 ont obligé les gouvernants à définir les bases légales des restrictions à la propriété, de sorte que si nous considérons aujourd’hui la propriété de manière relative, c’est en partie à Proudhon qu’on le doit.

28Dans les années 1920, Michel Augé-Laribé notait son influence sur la formation des conceptions juridiques modernes :

  • 104 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), (...)

S’il n’est pas le premier ni le seul à avoir introduit dans les esprits l’idée d’une propriété relative, limitée et contrôlée, il est incontestablement un de ceux qui nous ont conduit à justifier la propriété par ses fins […], à la justifier par son utilité sociale, suivant une expression plus moderne, à considérer que les services qu’elle rend à l’intérêt commun doivent nous faire supporter ses abus, nous pousser à les corriger104.

  • 105 J. Waldron, L’État de droit et la mesure de la propriété, J.-F. Spitz (trad.), Paris, Hermann, 2022
  • 106 C. Laval, « “Commun” et “communauté” : un essai de clarification sociologique », SociologieS, 2016, (...)

29C’est encore vrai aujourd’hui, où l’État de droit participe d’une limitation de l’usage de la propriété à des fins environnementales ou sociales105, et les mobilisations autour des communs appellent à l’idée de réappropriation fondée sur l’usage collectif106. La critique proudhonienne de la propriété restant utile pour interroger la société néolibérale fondée sur une conception aussi exclusive que concurrentielle de la propriété privée, on continuera sans doute à l’évoquer dans les facultés de droit.

Haut de page

Notes

1 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété [1862], Paris, L’Harmattan, 1997, p. 215.

2 À ne pas confondre avec son cousin, le professeur dijonnais Jean-Baptiste-Victor Proudhon, spécialiste du domaine et de la propriété, que l’on retrouvera par la suite.

3 A.-S. Chambost, « Considérations anarchistes sur le droit. XIXe-XXIe siècles », Grand angle libertaire, avril 2022, en ligne : https://www.grand-angle-libertaire.net/considerations-anarchistes-sur-le-droit.

4 A.-S. Chambost, Proudhon et le droit. Pensée juridique d’un anarchiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

5 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, D. R. Kelley, B. G. Smith (éd. et trad.), Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. XXV.

6 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ? [1840], M. Augé-Laribé (éd.), in Œuvres complètes, C. Bouglé, H. Moysset (dir.), Paris, M. Rivière, 1926, p. 131.

7 Les grands discours de la culture juridique, 2e éd., W. Mastor, J. Benetti, P. Égéa, X. Magnon (dir.), Paris, Dalloz, 2020, p. 491-516. Le texte de Proudhon est analysé par Mikhaïl Xifaras, qui n’a pas toujours été tendre avec Proudhon : voir M. Xifaras, « Y a-t-il une théorie de la propriété chez Pierre-Joseph Proudhon ? », Corpus, nº 47, 2004, p. 229-282 (p. 229 : « Rendre compte de la théorie de la propriété de Proudhon est une gageure, tant abondent, dans cette œuvre brouillonne, chaotique et parfois boursoufflée, les formules contradictoires, les raccourcis confondants, les approximations grossières. Pourtant, depuis deux siècles, Proudhon ne cesse d’avoir des lecteurs, parmi lesquels des commentateurs sérieux qui se réclament de lui »).

8 C. Gaillard, introduction à P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, Paris, L’Harmattan, 1997, p. I.

9 P. Lebrun, « La critique de la propriété chez les anarchistes du XIXe siècle : une comparaison des propositions de Proudhon et de Déjacque », Politique et sociétés, vol. 34, nº 2, 2015, p. 43.

10 E. M. Wood, Des citoyens aux seigneurs. Une histoire sociale de la pensée politique de l’Antiquité au Moyen Âge [Citizens to Lords, 2008], V. Dassas, C. Saint-Hilaire (trad.), Montréal, Lux, 2013 ; Liberté et propriété. Une histoire sociale de la pensée politique occidentale de la Renaissance aux Lumières [Liberty and Property, 2012], V. Dassas, C. Saint-Hilaire (trad.), Montréal, Lux, 2014.

11 E. M. Wood, Liberté et propriété…, p. 13.

12 F. Braudel, Grammaire des civilisations [1963], Paris, Flammarion, 1987, p. 420.

13 Ibid.

14 A.-S. Chambost, Proudhon, l’enfant terrible du socialisme, Paris, A. Colin, 2009, p. 17.

15 Voir par exemple D. Deroussin, Histoire du droit privé (XVIe-XXIe), Paris, Ellipses, 2010, p. 263 sq. ; J.-P. Lévy, A. Castaldo, Histoire du droit civil, Paris, Dalloz, 2002, p. 262 sq.

16 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XI : « Love of liberty had turned into a religion of property. The unling principle was neither equality nor fraternity, but sheer egoism ».

17 J.-B.-V. Proudhon, Traité du domaine de propriété, ou de la distinction des biens considérés principalement par rapport au domaine privé, Dijon, V. Lagier, 1839, 3 t.

18 D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XXI.

19 J.-B.-V. Proudhon, Traité du domaine de propriété…, t. I, 1re partie, chap. IV, p. 48.

20 Ibid., p. 36.

21 Ibid., p. 49.

22 Ibid., p. 51 (on retrouve les arguments « traditionnels » du cens : instruction, temps).

23 R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée. Une autre histoire de la Révolution, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019.

24 Ce qu’on appelle la Grande Démarcation se compose de deux opérations complémentaires : séparer la sphère de la puissance publique de celle de la propriété, et arracher la propriété des mains de l’État (R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée…, p. 169).

25 En particulier tant que la question des échanges et des engagements n’est pas réglée – il fallut plus de soixante-dix ans (jusqu’en 1867) et des centaines de textes de lois, pour que le dernier d’entre eux fût vendu.

26 R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée…, p. 305.

27 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 134.

28 Ibid., p. 154.

29 Ibid., p. 131.

30 « Comment ces hommes, qui n’ont jamais eu la moindre notion de statistique, de calcul de valeur ou d’économie politique, peuvent-ils nous fournir les principes de législation ? » (cité par D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XXVII).

31 P. Lebrun, « La critique de la propriété chez les anarchistes du XIXe siècle : une comparaison des propositions de Proudhon et de Déjacque », Politique et sociétés, vol. 34, nº 2, 2015, p. 43.

32 Le sujet du concours de l’académie de Besançon auquel il répond est : « Des conséquences économiques et morales qu’a eues jusqu’à présent en France, et que semble devoir y produire à l’avenir, la loi sur le partage égal des biens entre les enfants » (E. Castleton, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, Paris, Librairie générale française, 2009, p. 68) ; sur l’épisode de la pension Suard, voir A.-S. Chambost, Proudhon, l’enfant terrible…, p. 17-29.

33 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 106.

34 Lettre de Pierre-Joseph Proudhon à F. G. Bergmann, 22 février 1840, citée dans P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon. Sa vie et sa pensée (1809-1849), Paris, Beauchesne, 1982, p. 229.

35 Dans le vieux droit féodal, l’aubaine désignait la manière dont le seigneur ou le roi succédait à l’étranger non naturalisé décédé sans postérité.

36 R. Berthier, Études proudhoniennes, Paris, Éditions du Monde libertaire, 2013, t. II, p. 9.

37 P. Lebrun, « La critique de la propriété… », p. 45.

38 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 112, note 1.

39 P. Lebrun, « La critique de la propriété… », p. 45.

40 Dans la Sainte famille, texte de 1844 publié en 1845, Karl Marx fait de l’ouvrage de Proudhon, pour l’économie politique moderne, l’équivalent de celui d’Emmanuel-Joseph Sieyès pour la politique moderne. Après la rupture de 1846, les critiques ne cesseront et seront ensuite répercutées par les marxistes (voir par exemple E. Tarbouriech, Essai sur la propriété, Paris, Giard et Brière, 1904).

41 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 131.

42 Ibid., p. 335 ; « La propriété et la royauté sont en démolition dès le commencement du monde ; comme l’homme cherche la justice dans l’égalité, la société cherche l’ordre dans l’anarchie » (ibid., p. 339).

43 « a curious blind of abstract logic and agitated rhetoric, of traditional learning and mathematical calculation, of anecdote and analysis, of sarcasm and deadly serious denunciation, of high-minded idealism and bitter social criticism » (D. R. Kelley, B. G. Smith, introduction à P.-J. Proudhon, What Is Property ?, p. XXIII).

44 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 114.

45 Ibid., p. 103.

46 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 134.

47 Rapport publié au Moniteur, 27 septembre 1840. Proudhon l’évoque dans la deuxième édition du premier mémoire (c’est elle qui est publiée dans les Œuvres complètes parues chez M. Rivière en 1926, p. 125-129), ainsi que la lettre envoyée par l’économiste en retour de l’envoi du deuxième mémoire, que Proudhon lui avait dédicacé (voir infra).

48 P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon…, p. 280.

49 J. Carbonnier, « La théorie des conflits de famille chez Proudhon », in Flexible droit. Pour une sociologie du droit sans rigueur, 10e éd., Paris, LGDJ, 2001, p. 296-305.

50 Lettre à M. Blanqui sur la propriété : deuxième mémoire (lettre datée du 1er avril 1841) puis l’Avertissement aux propriétaires ou Lettre à M. Victor Considérant, rédacteur de la Phalange. Sur une défense de la propriété (1842).

51 Lettre de Blanqui du 1er mai 1841, citée dans P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 126.

52 Ibid., p. 127.

53 P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 128 (nous soulignons).

54 Ibid., p. 128-129.

55 « […] il reste presque toujours dans cette position contradictoire, libéral de principe, égoïste d’application, voulant, ne voulant pas » (J. Michelet, Le peuple [1846], Paris, Flammarion, 1974, p. 135).

56 Ibid.

57 Ibid., p. 136 : « […] la peur a ceci qu’elle va toujours grossissant son objet, toujours affaiblissant l’imagination maladive. […] on s’enferme de plus en plus, on barricade, on bouche solidement sa porte et son esprit ; plus de jour, point de petite fente par où puisse entrer la lumière. Plus de contact avec le peuple. Le bourgeois ne le connaît plus que par la Gazette des Tribunaux ».

58 P.-J. Proudhon, Système des contradictions économiques ou Philosophie de la misère [1846], R. Picard (éd.), in Œuvres complètes, C. Bouglé, H. Moysset (dir.), Paris, M. Rivière, 1923, p. 254.

59 « […] de quel côté la classe craintive des riches et bourgeois regarde-t-elle ? où va-t-elle s’allier, s’associer ? justement à ce qui est le plus mobile, aux puissances politiques qui vont et viennent en ce pays, aux capitalistes qui, le jour des révolutions, prendront leurs portefeuilles et passeront le détroit… Propriétaires, savez-vous bien que celui qui ne bougera point, pas plus que la terre même ?… C’est le peuple. Appuyez-vous sur lui. Le salut de la France et le vôtre, gens riches, c’est que vous n’ayez pas peur du peuple, que vous alliez à lui, que vous le connaissiez, que vous laissiez là les fables qu’on vous fait et qui n’ont nul rapport à la réalité… Il faut s’entendre, desserrer les dents, le cœur aussi, se parler, comme on fait entre hommes » (J. Michelet, Le peuple, p. 135).

60 J. Tissot, « Examen de la théorie de M. Proudhon sur la propriété », Revue de droit français et étranger, t. 6, 1849, p. 261-279 et p. 341-357. Proudhon est en prison, et le philosophe rend justice à son livre – « un livre d’ailleurs très remarquable de forme. Ce livre est sans contredit le plus rude coup qui ait jamais été porté au droit de propriété » (ibid., p. 357).

61 A. Thiers, De la propriété, Paris, Paulin, Lheureux et Cie, 1848 (l’avant-propos est de septembre 1848).

62 J. Tissot, « Examen de la théorie… », p. 261.

63 Tissot (pour qui la propriété est un droit naturel) résume la situation doctrinale (ibid., p. 271-273).

64 Sur la question du travail, l’article se ressent du traumatisme des journées de juin, avec les réticences de la bourgeoisie face à l’idée d’un droit au travail (ibid., p. 347).

65 Ibid., p. 264.

66 Ibid., p. 262.

67 Ibid., p. 273 (nous soulignons).

68 Ibid., p. 274.

69 Ibid., p. 263.

70 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 215-217.

71 Ibid., p. 204 sq. (en particulier p. 205 sur l’antinomie et p. 206 sur son utilisation fautive de Hegel dans les Contradictions).

72 Ibid., p. 52.

73 Comme le souligne Aimé Berthod, « c’est pour des raisons politiques, surtout, que Proudhon trouve la possession insuffisante, et se déclare finalement pour la pleine propriété » (A. Berthod, P.-J. Proudhon et la propriété. Un socialisme pour les paysans, Paris, Giard et Brière, 1910, p. 159).

74 P.-J. Proudhon, Correspondance, Paris, Lacroix, 1875, t. XI, p. 292 (lettre du 21 novembre 1861).

75 Voir P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 57 et p. 139-140 sur les caractères du fief et de la propriété allodiale.

76 Rafe Blaufarb nuance, car la distinction alleu / fief masque une réalité tout autre : « […] le concept de domaine divisé gouvernait tout autant l’alleu que le fief. La raison en est que l’alleu pouvait être divisé de façon hiérarchique comme n’importe quel autre bien foncier. S’il est vrai qu’il ne relevait d’aucune directe, il n’en pouvait pas moins être démembré en tenures subordonnées, exactement comme le fief » et l’alleu noble avait le même statut juridique que le fief et la seigneurie (R. Blaufarb, L’invention de la propriété privée…, p. 95).

77 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 205.

78 Ibid., p. 29.

79 Ibid., p. 102.

80 Ibid., p. 138.

81 Ibid., p. 208.

82 Ibid., p. 50.

83 Ibid., p. 243.

84 Ibid., p. 95.

85 Les déclarations de droits ne sont que de simples « pétitions de principe » (ibid., p. 149).

86 « Suivant que nous envisagions la propriété dans son principe ou dans ses fins, elle nous apparaît comme la plus insigne et la plus lâche des immoralités, ou comme l’idéal de la vertu civile et domestique » (ibid., p. 168).

87 C’est « de l’opposition de ces absolus que jaillit le mouvement politique, la vie sociale, de même que l’opposition des deux électricités contraires jaillit l’étincelle motrice, lumineuse, vivifiante, la foudre » (ibid., p. 193).

88 Ibid., p. 237.

89 Ibid., p. 131.

90 Ibid., p. 135.

91 Ibid., p. 189.

92 Ibid., p. 136.

93 Ibid., p. 141.

94 P.-J. Proudhon, Les confessions d’un révolutionnaire pour servir l’histoire de la révolution de Février [1849], D. Halévy (éd.), in Œuvres complètes, C. Bouglé, H. Moysset (dir.), Paris, M. Rivière, 1929, p. 179.

95 P.-J. Proudhon, Correspondance, t. XIV, p. 32 (lettre à X***, 20 août 1864).

96 « On crie sur moi au démolisseur. Ce nom me restera jusqu’au bout ; c’est la fin de non-recevoir qu’on oppose à tous mes travaux : homme de démolition, impuissant à produire !… J’ai pourtant donné déjà passablement de démonstrations de choses très positives telles que […] » (P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 215). Suit une liste en seize points qui recoupe l’essentiel des ouvrages du Franc-Comtois antérieurs à 1863 (ce qui confirme que cette liste est de Proudhon et non des exécuteurs testamentaires) ; « Je suis démolisseur. Mais en vertu de quel principe est-ce que je démolis ? car il en faut un ici ; en vertu de quelle idée, de quelle donnée ou théorie ? car il en faut une. En vertu du Droit et de la Justice. Toute ma critique de la Propriété, toute ma théorie de l’Amour et du Mariage, celle de la Paix et de la Guerre, repose sur la notion de Justice ; mes Contradictions économiques sont une opération d’équilibre. Je suis démolisseur ; mais je montre aujourd’hui le système politique et social sous un jour nouveau » (ibid., p. 217).

97 P.-J. Proudhon, Théorie de la propriété, p. 239 (assurances mutuelles, crédit mutuel, balance du commerce, organisation des services publics, association industrielle et agricole, instruction publique, universelle, égale).

98 Ibid., p. 144.

99 P. Haubtmann, Pierre-Joseph Proudhon

100 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 106.

101 A. Berthod, P.-J. Proudhon et la propriété…, p. 200 sq. : congrès de Bruxelles sur la propriété foncière (1868), Bâle sur le droit d’héritage (1869).

102 M. Xifaras, « Y a-t-il une théorie de la propriété… ? », p. 248.

103 Proudhon a inspiré l’idée de propriété sociale de Léon Duguit, légitimée par ses fins (Transformations du droit privé, 1911). Voir par exemple T. Boccon-Gibod, « Duguit, et après ? Droit, propriété et rapports sociaux », Revue internationale de droit économique, t. 28, nº 3, 2014, p. 285-300.

104 M. Augé-Laribé, introduction à P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, M. Augé-Laribé (éd.), p. 110 ; à comparer avec M. Xifaras, « Y a-t-il une théorie de la propriété… ? », p. 281.

105 J. Waldron, L’État de droit et la mesure de la propriété, J.-F. Spitz (trad.), Paris, Hermann, 2022.

106 C. Laval, « “Commun” et “communauté” : un essai de clarification sociologique », SociologieS, 2016, en ligne : https://journals.openedition.org/sociologies/5677 ; P. Dardot, C. Laval, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014 ; É. Jourdain, Les communs, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?), 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Chambost, « À propos de Proudhon : de la propriété-vol à la propriété-liberté »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 20 | 2022, 13-21.

Référence électronique

Anne-Sophie Chambost, « À propos de Proudhon : de la propriété-vol à la propriété-liberté »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 08 novembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/crdf/8369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crdf.8369

Haut de page

Auteur

Anne-Sophie Chambost

Professeure des universités en histoire du droit à Sciences Po Lyon
Centre de recherches critiques sur le droit (CERCRID, UMR 5137)

Après une thèse consacrée à la pensée juridique de Pierre-Joseph Proudhon (Proudhon et le droit. Pensée juridique d’un anarchiste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004) et la publication d’une biographie intellectuelle du père de l’anarchie (Proudhon, l’enfant terrible du socialisme, Paris, A. Colin, 2009), Anne-Sophie Chambost poursuit, dans ses travaux d’histoire des idées politiques, l’étude des rapports de la pensée politique (anarchie, socialisme) avec le droit.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search