Navigation – Plan du site

AccueilHors-sériesHors-série n° 5Les partenaires éducatifs de la p...

Les partenaires éducatifs de la préscolarisation en Inde du Sud dans un espace de concurrence

L’exemple de Muthialpet, territoire de Pondichéry
Émilie Ponceaud-Goreau
p. 25-48

Résumés

En Inde, depuis les années 1970, des centres appelés anganwadis accueillent gratuitement les enfants de moins de six ans et les préparent à une meilleure scolarité. Si l’émergence de la préscolarisation en Inde relève d’une initiative publique, les acteurs privés sont aujourd’hui incontournables et les familles sollicitent ces structures. En choisissant de scolariser leur enfant dans le privé avant qu’il n’ait atteint l’année de ses six ans (qui marque le début de la scolarité obligatoire), les familles expriment leur désir d’accéder au système éducatif. Ces changements sont étudiés à travers la situation d’un quartier de Muthialpet, sur le territoire de Pondichéry. En choisissant le cadre microgéographique, il s’agit de mettre en valeur les acteurs de la préscolarisation ainsi que les actions récentes de l’État, engagé dans un processus de repositionnement et de contrôle ex-post.

Haut de page

Texte intégral

« Que penserions-nous d’un jardinier qui laisserait piétiner ses plates-bandes, puis tenterait de réparer les dégâts en arrosant beaucoup et en épandant des doses massives d’engrais ? » (Drèze & Sen, 2014 : 183).

  • 1 Les anganwadis concentrent un certain nombre de services à destination des populations les plus fra (...)
  • 2 « Outre qu’elle est un objectif important en soi, l’éducation et la protection de la petite enfance (...)

1Dès 1975, l’État central indien se proclama responsable du bon développement physique, mental et social de l’enfant en créant les ICDS (Integrated Children Development Services Centres) qui devaient constituer un maillage de centres médicaux – les anganwadis1– sur l’ensemble du territoire. Ils devaient être pourvus de médicaments et de personnel qualifié, dispenser une éducation gratuite pour les enfants de moins de six ans et fournir un repas chaud chaque midi. Vingt ans avant les accords signés entre les grands bailleurs de fonds internationaux et les pays des Suds, le gouvernement indien semblait donc tenir compte, avec cette mesure ambitieuse, de l’importance des inégalités d’accès à l’éducation inhérentes aux injustices socio-économiques et spatiales qui caractérisent la société indienne. Synthétisées par la suite à travers les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les connaissances relatives aux formes d’interdépendance entre éducation de la petite enfance et développement ont depuis été largement diffusées et la préscolarisation est présentée comme un puissant accélérateur du développement (Rapport Unesco, 2007)2.

  • 3 En Inde, environ la moitié des enfants de moins de six ans seraient inscrits dans un établissement (...)
  • 4 En Inde, le secteur scolaire privé se partage entre le privé subventionné et le privé non subventio (...)
  • 5 L’Inde, asphyxiée par son endettement, a adopté un ensemble de réformes néolibérales depuis 1991 : (...)
  • 6 Pour Leela Fernandes (2006), le mandat de Rajiv Gandhi (1984-1989) a récolté les fruits des investi (...)

2Le tableau offert par la situation nationale est resté cependant plus nuancé : la préscolarisation concerne un nombre limité d’enfants3, malgré les textes officiels qui y font régulièrement référence (the Free and Compulsory Education Bill, 2004 ; Right to Education Bill of 2005 et 2008 et 2009 RTE Act). Si l’émergence de la préscolarisation en Inde relève à l’origine d’une initiative publique, le secteur privé, subventionné ou non4, se développe rapidement comme cela s’est produit pour les écoles primaires et secondaires. Outre le « consensus autour de la priorité, à la fois éthique et économique, à accorder à l’éducation » décidé lors la Conférence mondiale sur l’Éducation pour tous, à Jomtien en 1990 (Lange, 1999 : 67), le secteur privé a également bénéficié d’un contexte d’accélération de l’ouverture économique5 et de remise en cause de l’action publique dans le domaine éducatif. La possibilité de pouvoir choisir l’école de son enfant est aujourd’hui largement valorisée dans une société influencée par le référentiel néolibéral6. C’est une manière pour les familles de la classe moyenne, ou celles qui aspirent à y appartenir, de montrer leur souhait de quitter un système public jugé défaillant et de se distinguer (Majumdar & Mooij, 2011). Enfin, les familles les plus modestes sont également prêtes à de nombreux sacrifices pour accéder à l’éducation privée, échappatoire face aux écoles publiques (Banerjee & Duflo, 2008 ; Bhalotra, 2009 ; LaDouza, 2007) en scolarisant leurs enfants avant qu’ils n’aient atteint l’année de leurs six ans (qui marque le début de la scolarité obligatoire).

3Alors que la préscolarisation des jeunes enfants semble s’ancrer dans une tradition forte d’intervention publique, l’émergence de nouvelles revendications par une partie de la société indienne ainsi que l’implication des acteurs privés, d’ONG ou de communautés religieuses dans le secteur modifie sensiblement l’offre éducative en matière de préscolarisation. Ce sont également les modalités mêmes de l’action publique qui se trouvent transformées, alors que l’État, négociant les relations entre public et privé et multipliant les partenariats, se trouve engagé dans un processus de délégation et de contrôle ex-post (Hibou, 1999). En appréhendant à la fois la diversité des acteurs de l’école, leurs actions « inscrites dans les replis et les marges de (ces) politiques internationales » (Charton, 2015) et les changements sociétaux plus globaux, l’article vise ainsi à éclairer les multiples dynamiques politiques, sociales et économiques, de la préscolarisation en Inde.

  • 7 Y compris avec des fonctionnaires des instances gouvernementales, du ministère de l’Éducation et du (...)
  • 8 Les pêcheurs sont majoritairement chrétiens, ce qui explique la forte proportion de chrétiens à Mut (...)
  • 9 Le Tamil Nadu est un État fédéré et a son propre gouvernement tandis que Pondichéry est un territoi (...)

4Les analyses se fondent sur les résultats d’une recherche doctorale en cours, pour laquelle trois terrains ont successivement été menés entre 2013 et 2015, entre Chennai (État du Tamil Nadu) et le territoire de Pondichéry. Le matériau qualitatif provient d’entretiens semi-directifs menés avec les acteurs de la préscolarisation7 et les familles. Des observations ont également été menées dans des écoles publiques, privées et des centres sociaux, favorisées par le double statut de l’auteure, à la fois chercheure et enseignante de profession en France. Enfin, des questionnaires distribués aux familles ont permis de renseigner les caractéristiques des foyers, comparer leur mode de vie, les routines liées à l’enfant (notamment les déplacements), les pratiques éducatives et leurs aspirations. L’article traite spécifiquement de la commune de Muthialpet située sur le territoire de Pondichéry, et plus particulièrement du quartier de Ganesh Nagar (photo 1), représentatif des dynamiques en cours en termes de préscolarisation et pour lequel une approche micro-géographique, recensant les différentes opportunités illustrées par des entretiens à l’échelle d’un quartier, a été choisie. Longtemps considéré comme le “quartier des pêcheurs”8 et des plus modestes, Ganesh Nagar était marqué par l’insalubrité et les constructions légères. Après le tsunami de 2004, Muthialpet a bénéficié de projets de reconstruction de l’habitat financés par des ONG, visibles à travers les Tsunami quatters (photo 2). Leur présence a permis à la population d’accéder à un certain nombre de services sociaux notamment dans le domaine de l’éducation préscolaire et au statut envié de propriétaires, tandis que la croissance urbaine de Muthialpet a attiré de nouveaux habitants qui bénéficient autant d’opportunités économiques que d’une offre multiple en matière de scolarisation (Louiset, 2000 : 162). L’installation de familles plus nanties, attirées par la proximité du centre de Pondichéry, a contribué à l’importante spéculation foncière et à la densification du bâti. Le changement social et la croissance économique en cours au Tamil Nadu9 et à Pondichéry ont largement influé sur la diffusion de nouveaux modes d’éducation particulièrement favorables à l’essor de la préscolarisation (Ponceaud-Goreau, 2015a).

5Il sera intéressant de revenir d’abord sur le système anganwadi, à l’origine de la préscolarisation en Inde avant d’expliciter le rôle des opérateurs privés puis celui du secteur associatif dans le développement de l’offre préscolaire. La dernière partie est consacrée aux nouvelles formes d’intervention de l’État à Pondichéry.

Photo 1. La rue principale de Ganesh Nagar

Photo 1. La rue principale de Ganesh Nagar

© Ponceaud-Goreau, juillet 2014

Photo 2. Les Tsunami quatters

Photo 2. Les Tsunami quatters

© Ponceaud-Goreau, juillet 2014

Le système public des anganwadis et l’émergence de la préscolarisation

6Présent dès les années 1970, le programme anganwadi est devenu très vite populaire dans l’État du Tamil Nadu et dans le territoire de Pondichéry, avec aujourd’hui plus de 70 000 centres dans le premier et 788 dans le second. Il doit néanmoins faire face à un certain nombre de difficultés, dont les critiques des parents d’élèves.

Un système efficace de lutte contre les inégalités…

7Le système des anganwadis permet de catalyser les attentes de la population en matière de lutte contre les inégalités, tout en faisant remonter ses demandes aux élus, ces derniers respectant la continuité du programme quel que soit le parti au pouvoir, tout en maintenant sa qualité en faisant pression sur le personnel local ou les fonctionnaires encadrants. La priorité donnée aux enfants de moins de six ans par les anganwadis a permis de toucher tous les enfants. Ce système a été plus efficace que les programmes ciblés sur les populations les plus pauvres car il promeut de facto les droits des enfants en matière de nutrition et ouvre la voie à d’autres actions positives, notamment le suivi des vaccinations, la garde des enfants de moins de six ans et l’enseignement des bases préscolaires (Drèze & Sen, 2014 : 193). Le système anganwadi avait le potentiel pour devenir une révolution silencieuse grâce au recrutement local, à la souplesse de ses fonctions et aux promesses d’une répartition équilibrée au niveau du territoire (Gupta, 2012 : 246).

8Aujourd’hui, les parents considèrent les anganwadis principalement comme des lieux de garde ancrés dans une logique de voisinage. Ils fonctionnent pour un nombre restreint de familles (cinquante à cent selon les règles de calcul) pour lesquelles ils centralisent un certain nombre de services publics : l’accueil des enfants de moins de six ans, la distribution de repas chauds aux plus modestes ou d’allocations publiques aux personnes âgées ou handicapées, l’accueil d’un centre de soin et de vaccination itinérant… Le bâtiment est plutôt discret au milieu des maisons où un simple écriteau bleu aux lettres tamoules blanches indique les références du centre. Les enfants circulent entre la pièce où ils sont accueillis et l’extérieur sous la surveillance des adultes et la bienveillance des voisins. La photo n° 3 met en scène Shanti (à gauche), enseignante dans un anganwadi de Muthialpet, qui accueille avec son assistante dix-huit enfants âgés de 2 à 4 ans, dont une dizaine quotidiennement. La pièce, photographiée ici depuis le seuil de la porte donnant sur la rue, est fraîchement repeinte et carrelée mais le confort s’arrête là. À droite, sont entreposés les sachets de farine protéinée, distribués aux familles des enfants. Le bureau est fourni par le Department of Women Child and Development, dont dépendent les anganwadis. Shanti a elle-même acheté les deux fauteuils en plastique.

Photo 3. La salle d’un anganwadi ouvrant sur une rue calme de Muthialpet

Photo 3. La salle d’un anganwadi ouvrant sur une rue calme de Muthialpet

© Ponceaud-Goreau, 2014

9Au Tamil Nadu et à Pondichéry, seules des femmes sont employées à l’anganwadi, quel que soit le niveau de hiérarchie. Les veuves et les femmes seules sont recrutées en priorité, afin de s’occuper des enfants de leur voisinage, comme l’explique Shanti, cette enseignante d’un anganwadi de Muthialpet :

  • 10 Au 14 février 2016, le taux de change pour un euro est de 77 roupies, 250 Rs équivalent donc à 3,24 (...)

« Je travaille comme enseignante depuis 1985. À l’époque, très peu de femmes voulaient travailler à l’extérieur de chez elles. Les anganwadis étaient plutôt situés en zone rurale, ils employaient des femmes du village mais en ville c’était plus difficile de recruter des volontaires. Moi, je venais de finir mes études secondaires, j’ai eu une formation de six mois spécifique à la petite enfance. Mon salaire mensuel n’était que de 250 Rs10, et l’auxiliaire, 90 Rs. Je n’habitais pas très loin, encore jeune fille, mon père était d’accord pour que je travaille après mes études, surtout que c’était un emploi public. [Elle parle désormais de la situation actuelle]. Ici, les mères travaillent comme vendeuses de poissons, elles reviennent chercher les enfants vers midi. Le loyer pour ce local est de 1000 Rs ; il n’y a qu’une pièce avec l’électricité mais sans eau courante ni toilettes. Le gouvernement ne nous donne que 500 Rs et nous [l’enseignante et son assistante] donnons le complément. Pour payer l’électricité on demande un peu aux parents. Cela ne nous dérange pas car nous travaillons ici depuis longtemps, mon salaire est de 23 000 Rs. Les nouvelles enseignantes ont des contrats plus précaires et gagnent à peine quelques milliers de roupies. » (Muthialpet, le 24 juillet 2014).

10Le salaire garanti, le statut de fonctionnaire et la possibilité de travailler près de chez soi ont pu rendre ces emplois attractifs. Les employées des anganwadis étaient souvent les premières interlocutrices de la population et agissaient en tant que représentantes des pouvoirs publics. Les enseignantes acquéraient progressivement un certain nombre de compétences, notamment celles de savoir parler aux parents et devant d’autres collègues lors des réunions mensuelles ou d’établir des rapports et de se justifier devant leur hiérarchie. Elles représentaient ainsi un exemple de mobilité sociale féminine.

Confronté à de nouvelles difficultés

11Face au nombre croissant de jeunes filles diplômées à la recherche d’un emploi formel – notamment public – auprès des jeunes enfants, les modalités de recrutement connaissent aujourd’hui d’importantes transformations : les nouveaux contrats sont plus précaires, les salaires moindres et la distance entre le domicile et le lieu d’exercice plus importante, ce qui influe parfois négativement sur l’ouverture quotidienne du centre. En outre, les employées des anganwadis sont sollicitées pour de nombreux projets. Elles coordonnent divers recensements dans les secteurs sanitaire et social, elles peuvent gérer des programmes d’alphabétisation destinés aux mères ou la distribution de suppléments alimentaires à d’autres groupes de population. Beaucoup de programmes nécessitant du temps et du travail supplémentaires sont lancés et ainsi laissés à la charge des employées. Se forment alors des priorités dans les tâches à effectuer, parfois des négligences ou de l’indifférence (Gupta, 2012 : 23). Les chercheurs qui se penchent sur la qualité des activités préscolaires dispensées dans les anganwadis soulignent, de manière générale, l’inadéquation du matériel et de l’attention donnés aux enfants et le peu de temps de stimulation sur l’ensemble de la journée (Pattnaik, 2006).

12De leur côté, les parents sont mitigés. Influencés par la mauvaise publicité véhiculée par les medias, ils les considèrent souvent comme de simples garderies. Ils constatent les dysfonctionnements classiques reprochés aux écoles publiques (absence et retard des enseignants, manque d’investissement de leur part, manque d’équipement ou d’initiative pour un enseignement de qualité, peu de considération envers les familles les plus modestes). En réalité, les situations varient beaucoup. Certaines employées s’investissent fortement dans les tâches qui leur sont confiées et certains parents s’organisent, comme à Pondichéry où de nouveaux centres ouvrent et où le déjeuner gratuit a été remplacé par la distribution de farine protéinée.

13Dans tous les cas, l’offre préscolaire publique doit désormais composer avec une grande concurrence, provenant de particuliers, d’associations ou d’ONG, voire d’entreprises menant des actions philanthropiques (Datta & Goyal, 2011).

L’émergence des acteurs du secteur privé dans la prise en charge de la préscolarisation

  • 11 Dans l’optique de promouvoir leur mobilité sociale, Jacquemot (2014) ajoute la constitution d’un pe (...)
  • 12 Le projet PROBE est le fruit d’une collaboration entre l’Institute of Social Studies Trust, à New D (...)

14La croissance urbaine de Muthialpet a attiré de nouveaux habitants en situation de promotion économique, profitant de la hausse générale des salaires. Leur fragile sortie de précarité les conduit à construire des “sécurités” où l’investissement dans l’éducation des enfants est vu comme une priorité11. Alors que l’éducation constitue un « outil de cristallisation statutaire via les enfants » (Banerjee & Duflo, 2008 : 22-24), le secteur privé a largement investi le domaine de l’enseignement préscolaire. Alors que les écoles publiques sont critiquées pour leur manque d’efficacité, leur faible qualité et leur inadaptation à la lutte contre les inégalités socio-environnementales des enfants, le secteur privé doit être en mesure de rendre compte de ses résultats aux parents (Rapport PROBE12, 1999).

Un secteur privé ciblant les familles des classes moyennes

  • 13 En Inde, on assiste à la percolation des pratiques des classes moyennes supérieures sur les famille (...)

15Entre la fin des années 1970 et le milieu de la décennie 1980, les initiatives privées dans le secteur éducatif indien s’adressaient plutôt aux franges les plus riches de la population installée en ville. Le nombre croissant d’ONG, de structures privées et philanthropiques, à but lucratif ou non, agissant dans le domaine de l’éducation a contribué depuis à en élargir l’offre. Parallèlement, le préscolaire bénéficie depuis le début des années 2000 d’un formidable engouement de la part des familles des classes moyennes13 les plus aisées et est devenu un véritable marqueur d’appartenance sociale (Ponceaud-Goreau, 2015a). Le choix de l’établissement est réellement au cœur du projet éducatif des familles. Face au manque de structures pour scolariser leurs enfants dans le préscolaire, ces familles se sont tournées vers le secteur privé, plutôt que de solliciter l’ouverture d’anganwadis dont ils ne voulaient pas.

16De son côté, le secteur privé a profité de l’absence de règlementation pour s’imposer et un certain nombre d’écoles déjà présentes dans le secteur primaire ont ouvert des sections préprimaires. Parmi ces écoles attirant les familles dès le début de l’aventure scolaire, on trouve des écoles gérées par les institutions religieuses, mais aussi des enseignes franchisées qui se sont rapidement implantées dans les moyennes et grandes villes pour les familles les plus aisées. La fondatrice de deux écoles franchisées Eurokids, dans les quartiers de Muthialpet et Reddiyarpalayam, expliquait lors d’un entretien :

  • 14 « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ». Telle est (...)

« À 10h, je dois partir à la clinique où je suis médecin ORL comme mon mari. Quand nous vivions à Madurai, notre fille étudiait à Eurokids. En venant à Pondichéry, aucune enseigne n’était installée alors je me suis renseignée sur les conditions requises pour fonder une école franchisée et ensuite la franchise vous fournit tout : meubles, couleurs des pièces, décoration, tout est décidé à Mumbai [le siège d’Eurokids]. Il ne peut pas y avoir plus de deux Eurokids dans Pondichéry car c’est calculé en fonction du nombre d’habitants. C’est moi qui ai fondé les deux écoles présentes, la première en 2004 ici, à Muthialpet. J’habite à côté. En fait je connaissais le propriétaire du terrain et quand il a voulu construire le bâtiment, je lui ai indiqué ce dont j’avais besoin. L’architecte d’Eurokids est venu avant les travaux d’aménagements (…) Je recrute les enseignantes juste après leurs études supérieures, elles partent quand elles se marient. Nous les formons, c’est un mélange de Montessori14 et Eurokids. » (Muthialpet, le 8 août 2014).

17La photographie n° 4 présente le hall d’une école Eurokids s’adressant aux familles de classes moyennes supérieures de Muthialpet. Les frais de scolarité annuels dépassent 41 000 Rs (environ 520 €). Créé en 2001, Eurokids est présent dans 311 villes d’Inde avec 884 établissements franchisés. Pour espérer être franchisé, il faut disposer d’un lieu agréable, près d’une zone résidentielle et d’un axe routier important, d’un local confortable d’environ 180m² et investir de 100 000 à 150 000 Rs. Le mobilier, la décoration et le matériel sont standardisés.

18À l’affût des opportunités offertes par les transformations sociales, les petits entrepreneurs du secteur privé se sont rapidement positionnés en faveur des classes moyennes inférieures en créant des écoles à bas coût (surnommées Low-Fee Private ou LFP). Les propriétaires misent sur le fait que les parents, en raison de leurs origines sociales et de leur faible niveau d’éducation, ne seront pas très regardants ou exigeants sur la qualité de l’enseignement si des éléments visibles attirent leur attention : comme des consignes données en anglais, l’utilisation de fichiers ou de manuels, des travaux d’écriture, des devoirs à la maison même pour les tout-petits, des murs colorés et des équipements informatiques… Cette mise en scène de l’éducation, ou staging education (Majumdar & Mooij, 2011 : 25), semble effectivement attirer de nombreuses familles. Dans tous les cas, ces écoles LFP se sont délibérément orientées vers une clientèle traditionnellement exclue de l’enseignement privé mais qui, au vu des changements socio-économiques et de la diminution de la taille de la famille, a pu elle aussi envisager de quitter l’école publique.

Photo 4. Hall d’une école Eurokids de Muthialpet

Photo 4. Hall d’une école Eurokids de Muthialpet

© Ponceaud-Goreau, août 2015

Un engouement encouragé par des conditions souples d’ouverture d’écoles privées

19La gestion d’une preschool par un particulier peut être facilement rentable : les frais (locaux, personnel, matériel) sont très bas et les locaux sont souvent utilisés pour une autre activité en soirée comme les cours particuliers ou les instituts de formation en informatique ou en anglais pour adultes. Un particulier disposant d’un peu d’argent à investir, d’un terrain ou d’une maison vacante peut ouvrir une preschool. L’obtention d’un diplôme lié à l’éducation est un plus mais son absence n’est pas rédhibitoire. Les propriétaires de petites structures profitent d’une main d’œuvre féminine nombreuse et qualifiée (grâce aux progrès de l’enseignement secondaire public dans les années 1990-2000) qui accepte des salaires faibles. Ces jeunes filles occupent ces emplois entre la fin de leurs études et leur mariage, accédant à une certaine mobilité sociale tout en exerçant un métier “convenable”. Travailler dans une preschool est une manière de contourner les réticences familiales et de négocier des libertés pour des jeunes femmes soucieuses de rester actives à l’extérieur du domicile. Le secteur préscolaire offre ainsi un réservoir d’emplois pour des jeunes femmes déterminées à exercer une activité professionnelle (Ponceaud-Goreau, 2015b).

20Lors des recrutements, ce sont la fonction d’éducatrice et les qualités “maternelles” qui sont régulièrement mises en avant, les diplômes pouvant être secondaires et la formation s’effectuer sur le tas. Cette image puise dans les pratiques de maternage traditionnel où est privilégiée une grande proximité physique de l’enfant avec sa mère et les membres féminins de la famille élargie. Certes, le personnage stéréotypé de la “bonne mère” et la série d’attributs qui l’accompagne (patience, dévouement, sollicitude, générosité, etc.) ne véhicule pas systématiquement une représentation ou une intention négative ou sexiste, mais la surreprésentation féminine dans ce corps de métier interroge la place prépondérante des enseignantes, la reconnaissance de leurs fonctions et de leurs compétences. L’accent est mis sur l’aptitude à être bienveillant. Cette enseignante explique :

« J’enseigne à l’école Shanti Joy Nivas (voir ci-dessous) depuis la fin de mes études en 1999. Je suis née dans le voisinage et y vis toujours (…). La rencontre avec les fondateurs de l’école a été déterminante, c’est eux qui m’ont appris à parler anglais. Je suis extrêmement motivée par mon métier, soucieuse de la satisfaction des élèves et des parents, de montrer que l’on peut travailler en s’amusant dans de beaux locaux (…). C’est ma propre histoire que je revis avec ces enfants. Le soir par exemple, les maîtresses font l’aide aux devoirs pour les plus grands car les parents ne peuvent pas les aider à la maison. » (Muthialpet, le 16 juillet 2014).

21Les enseignantes peuvent être d’anciennes élèves ou des jeunes femmes du voisinage qui connaissent les besoins des familles. Elles mettent en avant l’importance de l’écoute et du dialogue, voire de la négociation (sur les temps de fréquentation, les coûts). C’est souvent la démarche compréhensive prônée par les écoles gérées par des associations.

Le secteur associatif : la place de la philanthropie

22Grâce à un important système de redistribution publique et de politiques sociales, le Tamil Nadu et Pondichéry couvrent les besoins essentiels et immédiats, en nourriture et soins, d’une large part de la population. Les associations peuvent investir de nouveaux domaines d’aides aux familles les plus modestes, par exemple l’enseignement préscolaire. Elles sont secondées par des actions individuelles encouragées par la défiscalisation, une réglementation assez souple et des représentations positives associées à la promotion de l’éducation. Alors que le gouvernement effectuait concomitamment des investissements conséquents dans le système scolaire primaire, secondaire et universitaire, l’ouverture du préscolaire aux acteurs privés s’est faite en l’absence de réglementations claires pour les ONG ou les institutions déjà en place dans le secteur de l’éducation.

Des preschools à destination des plus modestes

  • 15 Depuis la fin du XIXe siècle, l’ensemble des basses castes est désigné par le terme dalit, qui prov (...)

23Les mesures de défiscalisation encouragent classiquement les donateurs, mais en Inde s’y ajoute un impératif moral, fortement institué dans les milieux dalits15, spécifiant que toute mobilité sociale soit suivie d’un effort pour “rembourser sa dette à la société” : créer ou financer une école est alors une manière de conserver des rapports avec le groupe d’origine (Naudet, 2009). Par ailleurs, et à l’inverse des écoles subventionnées qui accueillent également les élèves du primaire, ces preschools ne sont pas astreintes au respect des mêmes normes d’encadrement et d’occupation des locaux ou aux mêmes dispositifs de sécurité ; les enseignants n’ont pas de diplômes obligatoires et ne sont pas astreints à suivre des programmes nationaux. L’association est enregistrée puis l’obtention du droit de recueillir des fonds se fait après une simple visite d’un agent de l’État. Ensuite, la personnalité du fondateur encouragera son cercle de relations amicales ou professionnelles à participer aux frais de fonctionnement grâce à des donations en partie déductibles des impôts ou par le biais du financement obligatoire des grosses entreprises aux actions sociales.

24Les associations et les organisations non gouvernementales sont très nombreuses à Muthialpet, attirées par la présence d’une classe moyenne et par sa proximité avec Pondichéry, qui dispose d’une image positive auprès des donateurs étrangers, occidentaux ou de la diaspora malgré un prix du foncier plus modeste. La construction d’une “école pour les jeunes enfants” sensibilise les donateurs aux actions plus générales de l’association.

25L’école préscolaire Shanti Joy Nivas (photo n° 5) constitue un bon exemple des dynamiques associatives dans le secteur préprimaire. Fondée par un couple helvético-bengali en 1997 et gérée par une association, elle fonctionne essentiellement à partir de fonds européens récoltés auprès de donateurs individuels et s’adresse aux familles les plus modestes de Muthialpet. À l’origine, l’école ciblait les mères de familles monoparentales et accueillait de manière irrégulière quelques enfants dont les mères vendent le poisson de leur mari pêcheur ou sont employées comme domestiques. Peu à peu, les familles installées dans le voisinage se sont intéressées au fonctionnement de l’école. À la rentrée 2014, l’école accueillait quarante enfants. Cinq familles sur trente-six étaient effectivement monoparentales, soit le public visé à sa création. Les familles pauvres étaient nombreuses : si aucun foyer ne déclarait moins de 2 000 Rs par mois (l’équivalent d’un dollar par jour), elles étaient 38,2 % à avoir des revenus très faibles, c’est à dire inférieurs à 5 000 Rs par mois et près de 80 % avec des revenus inférieurs à 10 000 Rs. Les pères de ces familles pauvres sont des ouvriers non qualifiés du bâtiment ou agricoles (il existe quelques fermes dans le quartier), des vendeurs ambulants ou des pêcheurs. Les mères sont pour la plupart déclarées mères au foyer mais les entretiens révèlent qu’elles sont nombreuses à effectuer de la couture en sous-traitance à leur domicile. Une jeune mère nous explique : « Mon enfant n’a que trois ans et jusqu’à cette année, je le gardais chez moi car je suis couturière et travaille à la maison. Mais l’éducation est importante. Ici, l’enseignement se fait en anglais même pour les petits… Les maîtresses leur parlent un peu en tamoul mais très peu. » (Muthialpet, le 13 août 2013).

26En effet, pour se distinguer des anganwadis, nombreux sur le territoire et totalement gratuits, ces preschools mettent en avant certains critères de qualité tels que l’apprentissage de l’anglais, les uniformes ou la présence de volontaires étrangers.

Photo 5. L’école préprimaire Shanti Joy Nivas

Photo 5. L’école préprimaire Shanti Joy Nivas

© Ponceaud-Goreau, juillet 2014

Une école qui répond aux exigences des parents

27La plupart des preschools gérées par des associations promeut une éducation “à l’anglaise”, comprenant, outre la primauté de la langue anglaise ou l’usage de l’uniforme, l’appropriation d’une attitude scolaire et la segmentation en domaines d’enseignement où se distinguent les activités artistiques qui se traduisent par des expositions et des spectacles. Ce fonctionnement tend à ressembler davantage à celui des écoles primaires classiques qu’aux anganwadis apparentés à des garderies. Interrogés, les parents soulignent la bienveillance du personnel et le plaisir que leurs enfants éprouvent à venir, comme cette mère : « J’ai choisi cette école car d’autres parents m’ont dit que l’éducation était bonne. Les enfants peuvent jouer, il y a beaucoup de matériel et les maîtresses les guident dans leurs jeux. » (Muthialpet, le 16 juillet 2014). Un autre parent d’élève explique :

« J’habite dans une rue voisine. Mes voisins m’ont dit du bien de l’école. J’attends de voir comment cela se passe sinon je n’hésiterai pas à changer ma fille d’école. Je ne suis que journalier et ma femme est mère au foyer mais l’éducation est une priorité pour nous. Ma fille n’est jamais absente ou en retard. » (Muthialpet, le 16 juillet 2014).

28Les enseignantes soulignent, comme dans les écoles subventionnées, le très faible taux d’absentéisme des enfants à l’inverse des anganwadis et des écoles publiques accueillant du préscolaire. Quant aux parents, ils sont invités à des réunions ou des spectacles et supervisent les petits exercices à faire à la maison. Sur le terrain, les familles plébiscitent ces preschools même lorsque l’offre publique est présente et y voient, plutôt qu’une offre charitable, de véritables opportunités pour la préscolarisation de leurs enfants. Ainsi, l’école Shanti Joy Nivas a dû s’agrandir, quittant la petite maison pour une structure neuve dans la rue principale en face du commissariat.

29Par ailleurs, ces preschools ne sont pas fermées aux familles du voisinage sorties de la précarité et celles-ci ne restent pas insensibles à l’offre qu’elles proposent. Outre qu’elle permette d’atténuer la stigmatisation vécue par les familles pauvres ou monoparentales constituant le cœur de cible de ces écoles, l’ouverture à des familles plus nanties offre divers avantages. Puisque le financement de ces structures est essentiellement conditionné par les donations, leur ouverture permet d’abord d’assurer des rentrées d’argent régulières par la participation financière des familles à hauteur de leurs moyens. Ensuite, même si ces écoles peuvent disposer de moyens globalement supérieurs à ceux du public ou, du moins, les utiliser de manière adaptée à la demande locale, elles peuvent solliciter la participation des familles bénéficiaires pour l’exécution de certaines tâches qui auraient été prises en charge par l’établissement dans une structure publique, comme la confection des repas ou des uniformes, ou l’entretien des bâtiments. Les attentes des parents semblent correspondre à cette idée de “décharge” de l’État sur ses partenaires qui est présente dans la plupart des pays des Suds (Hibou, 1999). La partie suivante présente les actions menées par l’État dans le territoire de Pondichéry.

Le repositionnement récent de l’État au sein des écoles publiques et des partenariats publics-privés

30Avec la concurrence des preschools d’association et les écoles privées à bas coût, les écoles publiques pourraient être poussées à améliorer leurs standards d’éducation et à ajuster localement les situations, comme c’est le cas à Muthialpet.

L’enjeu de la préscolarisation pour le secteur public

  • 16 Ils ont tout intérêt à se mobiliser pour sauver leurs emplois. Par exemple, le directeur de l’école (...)

31À Pondichéry, une réforme introduite en 2006 permet aux enfants d’être accueillis dans les écoles publiques à partir de quatre ou cinq ans, selon la disponibilité du personnel recruté dans les écoles. Les chiffres dont dispose l’administration font état d’un doublement du nombre d’élèves préscolarisés en 2006 : aux 15 000 élèves de moins de six ans recensés dans le privé, s’ajoutent environ 15 000 élèves des écoles publiques. Le nombre d’élèves dans les établissements privés n’ayant pas changé par rapport à l’année précédant la réforme, il s’agirait donc de nouveaux élèves dont les parents souhaitaient bénéficier d’un enseignement gratuit mais qui n’étaient pas satisfaits par les anganwadis. Régulièrement réparties sur le territoire de Pondichéry, les écoles publiques devaient offrir une solution adaptée aux contraintes des parents. Leurs effectifs ne cessant de baisser sur le secteur extrêmement concurrencé de Pondichéry, les directeurs d’écoles sont heureux d’inscrire précocement des élèves qui ne seront plus captés par le secteur privé, assurant en même temps la survie de leurs emplois16. L’incorporation des jeunes enfants dans les écoles publiques a été envisagée afin de profiter des interactions avec les plus grands, des équipements présents et donc garantir l’accès à tous, à moins d’un kilomètre de son domicile, sans distinction de religion, de caste ou de moyens financiers (Chaterjee, 2006). Dans ce cas, les élèves du préscolaire partagent le plus souvent la salle des élèves de première année et éventuellement leur mobilier. Des nattes disposées au sol permettent aux élèves de se détendre ou de jouer avec le rare matériel en présence.

32Lors du terrain de 2014, l’école publique Angammarnagar (photo 6) préscolarisait douze élèves (ils étaient vingt-deux en 2013), placés sous la responsabilité d’une assistante, en raison du départ à la retraite, encore non remplacé, de l’enseignante. Face à la fuite continue des effectifs à tous les niveaux depuis une dizaine d’années, son directeur, M. Nagarathnam, a décidé de recenser les futurs élèves en âge d’être préscolarisés dans les rues voisines et d’expliquer aux parents que la préscolarisation publique avait évolué selon leurs attentes. Dans l’école voisine de Solai Nagar, une enseignante sur les deux affectées au préscolaire est présente ; le second poste sera certainement pourvu dans les deux semaines à venir, nous assurait le directeur lors d’un entretien. Après une forte baisse générale depuis une dizaine d’années, les effectifs restent stables avec 108 élèves en primaire, 16 en Low Kinder Garden pour les élèves de quatre ans et 9 en Upper Kinder Garden, pour ceux de cinq ans. Dans cette école comme dans d’autres, des efforts ont été faits pour que l’enseignement prenne le pas sur la fonction de garderie habituellement associée aux structures publiques : début de l’apprentissage de l’anglais, dotation en nouveau matériel d’enseignement (lettres en mousse, bouliers, jetons, etc.), achat de CD et de jouets, etc. L’enjeu est d’attirer les élèves en âge d’être préscolarisés avant que leurs familles ne soient tentées par les nombreuses écoles privées du quartier, afin de les garder pendant leur scolarité primaire.

Photo 6 . Salle de classe d’une école publique à Pondichéry

Photo 6 . Salle de classe d’une école publique à Pondichéry

© Ponceaud-Goreau, juillet 2014

De nouvelles formes de dialogue entre public et privé

  • 17 Les chrétiens représentent 2,34 % de la population indienne mais administrent près de la moitié des (...)

33Les partenariats publics-privés, sous la forme de la reconnaissance du statut d’école subventionnée, sont également importants dans ce quartier et sont encadrés depuis 2009 par la loi sur le « Droit des enfants à une éducation gratuite et obligatoire » ou Loi RTE (Srivastava, 2014). Les institutions catholiques17 sont particulièrement présentes en Inde et notamment dans ce secteur. Leur enseignement est très recherché et leur panel d’écoles est suffisamment diversifié pour correspondre aux différentes possibilités d’investissement des familles. Leur capacité à s’accorder avec l’État leur a permis d’établir un partenariat particulièrement réussi : l’État paie tout ou partie du salaire des enseignantes et fournit le matériel (fichiers d’exercices, cahiers, ordinateurs, voire tableaux numériques). Les responsables de ces écoles, présentes auprès des plus défavorisés, sont préoccupés par l’idée d’inculquer aux enfants des familles les plus modestes un certain nombre de “bonnes pratiques” et mettent en avant dans leurs discours la nécessité d’éduquer ces enfants dont les parents sont “non-éduqués” (Delpeu, 2011). Ils savent aussi s’arranger avec les associations qui dirigent de plus petites structures en accueillant leurs élèves si, par accord tacite entre les directeurs, leurs frais d’écolage sont financés par un parrainage.

34Les familles sont particulièrement enthousiastes à l’idée que leur enfant soit scolarisé dans une école privée, qui plus est une institution catholique, réputée pour la qualité et le sérieux de ses enseignantes et de leurs enseignements. L’État comme les associations en jouent pour motiver l’intérêt des familles pour le processus éducatif et les y engager le plus tôt possible. Comme les structures existaient déjà, l’État a sous-traité une grande partie de la préscolarisation à destination des plus pauvres dans ce type de structures. Il n’a donc pas eu beaucoup d’influence sur leur possible implantation et il est à noter que l’absence de contraintes formelles pour l’accueil des jeunes enfants a permis à de nombreuses écoles du centre-ville de Pondichéry d’étoffer considérablement leur recrutement sans améliorer leurs équipements sanitaires ni fournir de repas, de matériel ou de jeux adaptés. Les contraintes administratives rebutent souvent les parents qui pourraient envisager par la suite de changer d’établissement et sont vite captifs de ces écoles. En s’adossant au privé, le secteur public continue à se repositionner et poursuit la promotion de la préscolarisation. Mieux coordonner l’offre qui peut parfois être très importante comme à Muthialpet, pourrait être une manière pour l’État de garder un certain contrôle sur les initiatives privées et de prévenir la création d’écoles qui échapperaient à son contrôle.

35De plus, diverses coopérations existent entre les services de l’État et les structures accueillant les jeunes enfants. La fonction de soins et de nutrition engagée par le gouvernement dans les anganwadis n’est pas totalement abandonnée dans les preschools associatives ou privées lucratives qui s’adressent aux familles les plus modestes. L’aide alimentaire pour les Pre Kinder Garden (les élèves de trois ans) est possible dans la mesure où l’établissement s’engage à la recension d’un certain nombre de statistiques sur la fréquentation, la croissance et le suivi médical primaire de l’enfant. Certes, cette aide ne représente pour une preschool qu’une faible économie mais elle illustre l’implication toujours actuelle de cette fonction positive de l’État, ainsi que le fait que le repas gratuit soit encore un moyen d’inciter les familles et leurs enfants à la fréquentation régulière de l’établissement préscolaire. De leur côté, les associations peuvent se placer entre l’État et les familles pour un certain nombre de services, notamment les inscriptions dans les écoles primaires voisines ou le suivi de santé des enfants par un médecin (ce dernier se déplace à l’école puis oriente les familles vers des soins qui peuvent être pris en charge par l’hôpital public). La pression foncière est telle dans certains quartiers qu’il est difficile d’ouvrir de nouveaux centres publics et que des accords locaux peuvent laisser les preschools occuper un certain nombre de leurs prérogatives. Cette situation tendue se retrouve à Muthialpet où les employées des anganwadis, qui doivent trouver un local adéquat, ne bénéficient que de 500 Rs de subventions. Elles complètent sur leurs fonds ou s’arrangent en sous-louant quelques heures par jour des logements de particulier. La présence de preschools permet de soulager certains centres de l’accueil des enfants de 4 à 6 ans, afin que les employées puissent concentrer leurs efforts sur les enfants les plus jeunes et les autres populations bénéficiaires du service social. En raison des diverses compétences que peuvent revêtir les preschools en s’adressant aux plus modestes, ces dernières entretiennent des liens plus ou moins étroits avec les services publics dont dépendent les anganwadis, comme le Department of Women Child and Development pour Pondichéry et pour les écoles primaires (à partir de six ans) le Directorate of School Education à Pondichéry.

Conclusion

  • 18 Le budget de l’Éducation représente 11,7 % des dépenses de l’État du Tamil Nadu en 2013, contre 3,4 (...)

36La préscolarisation est présentée par les organisations internationales comme un levier de développement qui permet de lutter contre les inégalités liées à la naissance dans un milieu défavorisé. Elle apparaît aujourd’hui comme une réforme incontournable. En Inde, l’accueil des jeunes enfants a été très tôt au cœur des politiques publiques par la création des centres anganwadis, qui couvraient les besoins d’une large part de la population sur l’ensemble du territoire. Les progrès ont été significatifs dans les domaines de la santé et de la lutte contre la malnutrition, notamment au Tamil Nadu et à Pondichéry. Le gouvernement est “épaulé” de manière inégale par le domaine associatif et les ONG. Simultanément, la promotion de l’offre privée a semblé une évolution naturelle à l’affirmation de l’économie de marché en Inde, intervenant dans un contexte plus large de changements sociaux liés à l’urbanisation et à la circulation de nouveaux modes de vie. En choisissant de scolariser leur enfant dans le privé avant qu’il n’ait atteint l’année de ses six ans, ces familles expriment donc leur désir d’accéder au système éducatif mais aussi de se démarquer des familles les plus modestes. Pour contrer la chute spectaculaire des effectifs dans de nombreuses écoles publiques, l’État du Tamil Nadu et le territoire de Pondichéry cherchent depuis 2006 à se repositionner grâce à la mise en place d’un partenariat public-privé18 plus abouti et à l’ouverture de l’école primaire aux préscolaires, corrélée au recrutement de jeunes femmes en contrat précaire.

37L’usage d’intermédiaires et l’entrée de nouveaux acteurs dans le secteur éducatif ont amené le Tamil Nadu et Pondichéry à modifier les modalités de l’intervention publique et à mieux répondre aux attentes des familles. Les enseignants ont eux-mêmes un rôle essentiel à jouer puisqu’il en va de la survie de leurs emplois, mais aussi parce que cela correspond à la spécificité de leurs fonctions. La qualité des rapports entretenus avec les membres de la famille du jeune enfant détermine souvent les conditions de son bien-être à l’école et de son avenir scolaire. Le rapport à autrui, constant dans la relation éducative, est d’ailleurs exacerbé dans le cas de la petite enfance. Sa prise en compte au début du parcours éducatif est essentielle et contribue à la construction et à la reconnaissance des professionnels de la petite enfance.

Haut de page

Bibliographie

Banerjee (A.V.) & Duflo (E.), 2008, « What Is Middle Class about the Middle Classes around the World? », Journal of Economic Perspectives, vol. 22, n° 2, pp. 3-28.

Bhalotra (S.), 2009, « Educational Deficits and Social Identity in India », Paper commissioned for the EFA Global Monitoring Report 2010, Reaching the marginalized.

Charton (H.), 2015, « Penser la fabrique de l’école comme un objet politique », Politique africaine, n° 139, pp. 7-21.

Chaterjee (M.), 2006, « Decentralised childcare services: the sewa experience », Economic and Political Weekly, vol. 41, n° 34, [en ligne], http://www.epw.in/journal/2006/34/.

Clémentin-Ojha (C.), 2008, Les chrétiens de l’Inde. Entre castes et Eglises, Paris, Albin Michel.

Darbon (D.) et Toulabor (C.), (dir.), 2014, L’invention des classes moyennes africaines, Paris, Karthala.

Datta (V.) & Goyal (J.), 2011,« Reaching the Unreached Integrated Child Development Services in Maharashtra », The Indian Journal of Social Work, Tata Institute of Social Science, vol. 72, n° 4, pp. 589-604.

Delpeu (M.), 2011, « Enfances, sida et religions en Inde du Sud : Une ethnographie de la circulation des enfants séropositifs », Thèse d’ethnologie, Université de Bordeaux.

Drèze (J.) et Sen (A.), 2014, Splendeur de l’Inde ? Développement, démocratie et inégalités, Paris, Flammarion.

Fernandes (L.), 2006, India’s New Middle Class: Democratic Politics in an Era of Economic Reform, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Gupta (A.), 2012, Red Tape: Bureaucracy, Structural Violence, and Poverty in India, Durham, Duke University Press.

Hibou (B.), 1999, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, n° 73, pp. 6-15.

Jacquemot (P.), 2014, « Les classes moyennes dans les économies émergentes », Cahiers français, n° 378, pp. 59-64.

LaDousa (C.), 2007, « Liberalisation, privatisation, modernisation, and schooling in India: an interview with Krishna Kumar », Globalisation, Societies and Education, vol. 5, n° 2, pp. 137-152.

Lange (M-F.), 1999, « L’évolution des politiques scolaires dans les pays du Sud », in ministère des Affaires étrangères, Examen et évaluation de l’application du programme d’action de la conférence internationale sur la population et le développement (1994) : contribution de la France, Paris, ministère de l’Emploi et de la solidarité, pp. 67-74.

Louiset (O.), 2000, « L’urbanité ailleurs », in J. Lévy et M. Lussault, dir., Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, éd. Belin, pp. 157-164.

Majumdar (M.) et Mooij (J.), 2011, Education and inequality in India: a classroom view, New York, Routledge.

Naudet (J.), 2009, « Castes, intouchabilité et réussite sociale en Inde », La vie des idées, le 13 mars, [en ligne], http://www.laviedesidees.fr/Castes-intouchabilite-et-reussite.html.

Pattnaik (J.), 2006, « Childhood in South Asia: A Critical Look At Issues, Policies, And Program », Charlotte, Information Age Publishing.

Ponceaud-Goreau (E.), 2015a, « Entre tensions et souplesse : le grand écart spatial dans la diffusion de l’enseignement préscolaire au Tamil Nadu (Inde du sud) », EchoGéo, n° 32, [en ligne], https://echogeo.revues.org/14268.

Ponceaud-Goreau (E.), 2015b, « Relations de genre dans l’enseignement préprimaire en Inde du Sud », in D. Gay-Sylvestre et M. Estripeaut-Bourjac, dir., Mixité et éducation. Pratiques sociales et dimensions culturelles, Limoges, Presses universitaires de Limoges, pp. 99-110.

Probe Team, 1999, Public Report on Basic Education in India, New Delhi, Oxford University Press.

Srivastava (P.), 2014, « Sous-financement de l’éducation et émergence du secteur privé : le cas de l’Inde », Revue internationale d’éducation de Sèvres, Colloque : L’éducation en Asie en 2014 : Quels enjeux mondiaux ?, [en ligne], http://ries.revues.org/3908.

Unesco, 2007, Rapport Éducation et protection de la petite enfance, [en ligne], http://unesdoc.unesco.org/images/0015/001500/150022f.pdf.

Haut de page

Notes

1 Les anganwadis concentrent un certain nombre de services à destination des populations les plus fragiles (personnes âgées, handicapées, femmes enceintes, mères et jeunes enfants). Leur plus grande réussite est la lutte contre la malnutrition. Ils proposent aux travailleuses pauvres un accueil formalisé pour leurs enfants de 3 à 6 ans dans l’objectif de les préparer à l’enseignement primaire. En Inde, la scolarisation obligatoire dans un établissement public concerne les enfants de 6 à 14 ans, mais les écoles privées offrent le plus souvent un enseignement à partir de 3 ou 4 ans.

2 « Outre qu’elle est un objectif important en soi, l’éducation et la protection de la petite enfance (EPPE) peut contribuer à la réalisation des autres objectifs de l’Éducation pour tous et des Objectifs du millénaire. Les enfants qui participent à l’EPPE et acquièrent des expériences positives précoces de l’apprentissage s’adaptent plus facilement que les autres à l’école primaire et ont plus de chances de commencer et d’achever le cycle primaire (objectif 2 des OMD). En réduisant l’abandon scolaire, le redoublement et les inscriptions dans des établissements d’éducation spéciale, l’EPPE peut améliorer l’efficacité interne de l’enseignement primaire et en diminuer le coût tant pour les pouvoirs publics que pour les ménages » (Unesco, 2007 : 18).

3 En Inde, environ la moitié des enfants de moins de six ans seraient inscrits dans un établissement préscolaire selon les autorités mais ce chiffre est difficilement vérifiable en raison de la diversité des établissements.

4 En Inde, le secteur scolaire privé se partage entre le privé subventionné et le privé non subventionné. Dans le premier cas, l’État fédéral subventionne les écoles de différentes manières, principalement en payant les salaires des enseignants ou en fournissant gratuitement des manuels, des fichiers ou du matériel informatique. En échange, ces écoles doivent suivre les mêmes programmes que les écoles publiques et les frais demandés aux familles sont réduits voire abolis.

5 L’Inde, asphyxiée par son endettement, a adopté un ensemble de réformes néolibérales depuis 1991 : privatisations massives, libéralisation du commerce et des capitaux.

6 Pour Leela Fernandes (2006), le mandat de Rajiv Gandhi (1984-1989) a récolté les fruits des investissements précédents en haute technologie, de la suppression de la licence administrative pour les entreprises, de l’efficience managériale et de la compétitivité économique mondiale, rompant avec les contraintes culturelles et idéologiques de l’État socialiste. Les biens de consommation comme les voitures et les téléviseurs couleur constituent aujourd’hui les symboles de la nation indienne libéralisée, de la même manière que les usines et les grands barrages l’avaient été pour l’Inde indépendante (Fernandes, 2006).

7 Y compris avec des fonctionnaires des instances gouvernementales, du ministère de l’Éducation et du ministère de la Santé.

8 Les pêcheurs sont majoritairement chrétiens, ce qui explique la forte proportion de chrétiens à Muthialpet (28 %).

9 Le Tamil Nadu est un État fédéré et a son propre gouvernement tandis que Pondichéry est un territoire de l’Union qui dépend directement de New Delhi. Géographiquement proches puisque le territoire de Pondichéry est une enclave dans l’État du Tamil Nadu, ils sont aussi culturellement très proches par leur langue commune, le tamoul, et la cohabitation des mêmes castes. De fait, leurs politiques publiques s’influencent mutuellement.

10 Au 14 février 2016, le taux de change pour un euro est de 77 roupies, 250 Rs équivalent donc à 3,24 euros et 23 000 Rs à 298 euros. Les revenus de Shanti correspondent au salaire moyen indien dans un pays marqué par une forte amplitude des salaires et un secteur informel dominant.

11 Dans l’optique de promouvoir leur mobilité sociale, Jacquemot (2014) ajoute la constitution d’un petit patrimoine, l’achat d’un logement mais aussi l’adoption de nouvelles habitudes de consommation et le renforcement du capital culturel comme “sécurités” aux familles sorties de la précarité.

12 Le projet PROBE est le fruit d’une collaboration entre l’Institute of Social Studies Trust, à New Delhi, et Collaborative Research and Dissemination (CORD) jouissant du financement du Centre de recherches pour le développement international (CRDI).

13 En Inde, on assiste à la percolation des pratiques des classes moyennes supérieures sur les familles plus modestes comme l’observent Darbon & Toulabor (2014) pour les classes moyennes africaines. Ils considèrent que cette classe objet est comme une classe « agie » car la sur-visibilité des valeurs et pratiques qui lui sont attachées par les discours des médias peuvent faire emprunter des habitudes de consommation communes à des individus susceptibles d’appartenir à cette catégorie sans en avoir conscience pour autant.

14 « L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source que l’on laisse jaillir ». Telle est la philosophie de Maria Montessori, médecin italien, dévouée à la cause des enfants, qui a séjourné en Inde pour fuir la Seconde Guerre mondiale. Ses idées, soutenues par le Mahatma Gandhi et Tagore, ont pu s’y développer et essaimer avec la création de milliers d’écoles dans tout le pays et plus spécialement une dizaine à Chennai (capitale du Tamil Nadu). Le langage, l’écrit et les mathématiques sont abordés avec un matériel créé par Maria Montessori, mis à la disposition des enfants qui ont la liberté de choisir eux-mêmes les activités qu’ils souhaitent faire. Un éducateur adapte et stimule l’enfant pour qu’il apprenne par lui-même, à son rythme.

15 Depuis la fin du XIXe siècle, l’ensemble des basses castes est désigné par le terme dalit, qui provient du marathi et signifie littéralement “brisé et opprimé”. Anciennement intouchables dans la sphère publique, ces groupes ou jati, se sont progressivement organisés en groupes de pression efficaces à partir des années 1930 à travers des mouvements réformateurs de l’hindouisme. Après l’Indépendance, l’avènement du suffrage universel, la liberté de la presse, la mise en place d’organisations civiles actives, un système électoral basé sur la représentativité et le système de réservation dans les emplois publics et l’enseignement supérieur ont été autant de facteurs encourageant l’intégration rapide des basses castes dans l’ordre politique.

16 Ils ont tout intérêt à se mobiliser pour sauver leurs emplois. Par exemple, le directeur de l’école gouvernementale de Muthialpet du quartier de Ganesh Nagar gagne 43 000 Rs par mois tandis qu’une enseignante qualifiée d’une école privée gérée par une ONG aura un salaire de 4 000 à 8 000 Rs seulement.

17 Les chrétiens représentent 2,34 % de la population indienne mais administrent près de la moitié des écoles subventionnées (Clémentin-Ojha, 2008 : 29).

18 Le budget de l’Éducation représente 11,7 % des dépenses de l’État du Tamil Nadu en 2013, contre 3,4 % pour la moyenne indienne en 2012 (Government of Tamil Nadu, http://icds.tn.nic.in/expansion_of_icds.html).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. La rue principale de Ganesh Nagar
Crédits © Ponceaud-Goreau, juillet 2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 2. Les Tsunami quatters
Crédits © Ponceaud-Goreau, juillet 2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 3. La salle d’un anganwadi ouvrant sur une rue calme de Muthialpet
Crédits © Ponceaud-Goreau, 2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 4. Hall d’une école Eurokids de Muthialpet
Crédits © Ponceaud-Goreau, août 2015
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 5. L’école préprimaire Shanti Joy Nivas
Crédits © Ponceaud-Goreau, juillet 2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Photo 6 . Salle de classe d’une école publique à Pondichéry
Légende © Ponceaud-Goreau, juillet 2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3102/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Ponceaud-Goreau, « Les partenaires éducatifs de la préscolarisation en Inde du Sud dans un espace de concurrence  »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 5 | 2017, 25-48.

Référence électronique

Émilie Ponceaud-Goreau, « Les partenaires éducatifs de la préscolarisation en Inde du Sud dans un espace de concurrence  »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 5 | 2017, mis en ligne le 29 janvier 2018, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/cres/3102

Haut de page

Auteur

Émilie Ponceaud-Goreau

Doctorante, Université Bordeaux Montaigne, laboratoire Passages, associée au CEIAS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search