Navigation – Plan du site

Introduction. Les IUT ont 50 ans, et après ?

Emmanuelle Leclercq
p. 5-13

Texte intégral

1Dans le cadre du cinquantième anniversaire des Instituts Universitaires de Technologie (IUT), un colloque s’est organisé à l’IUT de Reims-Chalons-Charleville, le premier qui a vu le jour en 1966, les 23 et 24 juin 2016. Ce numéro hors-série des Cahiers de la Recherche sur l’Éducation et les Savoirs présente les réflexions et les débats amorcés durant ces rencontres. Les IUT font partie du panorama de l’offre de formations supérieures depuis cinquante ans et ils continuent à y occuper une place singulière, même si de nombreuses mutations ont émaillé cette période. Si l’on considère l’évolution de l’enseignement en France depuis le 19e siècle, on peut noter qu’ont toujours existé trois types d’enseignements que sont l’enseignement général, l’enseignement technique et l’enseignement professionnel ayant leur spécificité institutionnelle, leur public et leur évolution propre.

2C’est la réforme menée par Jean Berthoin en 1959, Ministre de l’Éducation nationale, qui prévoit un enseignement technique long dans les lycées techniques, qui déboucherait sur des baccalauréats techniques. Dans cette logique, les brevets de technicien supérieurs (BTS) sont créés en 1962. Les Instituts Universitaires de Technologie (IUT) apparaissent, quant à eux, en 1966. Mais leur démarrage reste décevant. En 1970, on totalisait seulement 32 000 étudiants dans les IUT pour 45 000 places. C’est dans les années 70 que le « technique » va trouver ses lettres de noblesse. En 1968 l’Université est en crise et « ne forme que des révolutionnaires » selon le patronat. À l’initiative des Présidents Pompidou et Giscard d’Estaing, les politiques gouvernementales soutiennent l’essor industriel. La part du Budget de l’État consacré à l’enseignement va augmenter et le « technique » en sera un des grands bénéficiaires. Dès 1971, la formation continue devient une priorité, la taxe d’apprentissage est augmentée. Dans cette période, les BTS et les DUT avaient pour fonction d’accueillir les bacheliers du technique quand la filière professionnelle visait la vie active. Ces années 1970 marquent la mise en cause de la marginalisation de l’enseignement technique par sa valorisation et son ouverture vers l’enseignement supérieur.

3Et ainsi, l’Université, devant l’afflux des jeunes et la forte demande économique et sociale, propose de nouveaux diplômes à but professionnel : les diplômes universitaires technologiques (DUT) en 1966, les Maîtrises des Sciences et Technique (MST) en 1971, les Diplômes d’Enseignement Supérieur spécialisé (DESS) en 1974, les Diplôme d’Études Universitaires et Techniques (DEUST) en 1985. Un cursus professionnel universitaire long est envisagé avec la création des Instituts Universitaires Professionnalisés (IUP) avec pour vocation de former des « Ingénieurs Maître » de niveau bac+4 afin de pallier la difficulté des écoles d’ingénieurs à répondre à la demande effective d’ingénieurs. De nouveaux profils d’ingénieurs émergent, plus techniques, pratiques et plus ancrés dans le procès de production.

4Le tournant des années 1980 voit se dessiner une réalité différente : les filières BTS sont démultipliées, et sont ouvertes de nouvelles sections basées sur la modernisation des technologies. Dans un nombre important de filières de STS, l’ouverture de section répond à une demande locale ciblée, car ces filières sont particulièrement bien adaptées à la demande locale. Les effectifs beaucoup plus nombreux que dans les DUT tendent pourtant à stagner au profit de ces derniers.

5Plus récemment, François Fillon, Ministre de l’Enseignement Supérieur sous le gouvernement Balladur, entame une série de réformes du système d’enseignement supérieur. L’idée d’une réforme des classes préparatoires resurgit afin d’en démocratiser l’accès et de diversifier les profils des élèves. Cette période ouvre également un débat sur le rapprochement entre IUT et lycées, sur la base du projet d’un diplôme commun de niveau « bac+3 », le DNTS (Diplôme National de Technicien Supérieur) ouvert aux titulaires d’un BTS comme d’un DUT. Cependant, le DNTS n’est pas reconnu par les branches professionnelles, ni comme diplôme de niveau II, rendant son statut flou. Ce projet n’a pas vu le jour.

6Dans le même temps, IUT et IUP se rapprochent et participent à une commission consultative sur le développement de filières communes, sous l’appellation de filières professionnelles. Les directeurs d’IUT arrivent à maintenir à l’intérieur de cette Commission des Examens des problématiques spécifiques entre IUT et IUP. Ceci étant, il faut noter que la création de nouvelles filières d’IUT dépend exclusivement du Ministère. Cette commission reste consultative en ce qui concerne les programmes.

7Cependant, on constatera que le tandem des filières technologiques courtes, représentées par les BTS et DUT, perdurent depuis les années 70, même s’il a été à maintes reprises question de supprimer l’une ou l’autre, ou de fondre les IUT dans les IUP. Ce qui signifie d’une part que ces filières sont recherchées sur le marché de l’emploi, et d’autre part qu’elles maintiennent un niveau de formation intermédiaire, freinant la course vers des filières qualifiantes à « bac+5 ». Enfin, cela signifie que les filières universitaires de formation professionnelle, IUT et IUP restaient distinctes et n’avaient pas la même vocation.

8Malgré cela, sous le gouvernement Balladur entre 1993 et 1994, c’est bien le projet de création du CIP (Contrat d’Insertion Professionnelle) qui engendre un réel malaise chez les jeunes diplômés de niveau III, les poussant à des grèves et manifestations massives. Le CIP devait faciliter l’insertion professionnelle des jeunes techniciens, instaurant des salaires calculés sur la base du Smic, soutenu par des aides de l’État à l’intention de potentiels employeurs. Cette mesure met réellement en question la valeur du diplôme sur le marché de l’emploi. Cette formation supérieure valorisée jusque-là, que personne ne veut réellement réformer, va apparaître comme une filière qui ne permet plus, ou du moins de façon beaucoup plus précaire, l’insertion et l’évolution professionnelle. Les étudiants scolarisés dans des filières sélectives du supérieur sont de la sorte assimilés aux jeunes des niveaux VI et V, ce qui les choque profondément. La valeur du diplôme est ainsi dépréciée, elle ne correspond plus à une projection positive vers l’avenir professionnel. Les jeunes diplômés de niveau III, qui ont déjà une image en creux par rapport aux cadres et aux ingénieurs, se retrouvent relégués vers des statuts d’ouvriers qualifiés. L’« affaire du CIP » est révélatrice d’un déficit d’image des filières technologiques. Ce moment de crise va cristalliser et légitimer dans un contexte de tensions économiques et de chômage, l’évidence des poursuites d’études.

9Au regard de toutes ces évolutions, le maintien des filières BTS et DUT montre à la fois que l’Éducation Nationale défend des filières finalisées et leur préserve un espace social relativement spécifique et autonome. Les IUT resteront relativement indépendants des IUP qui, depuis, ont disparu avec la création et la professionnalisation des Masters, ceux-ci préservent des conditions d’enseignement qui se distinguent de l’Université de masse, par notamment des conditions d’accès sélectives. Mais qu’en est-il aujourd’hui, alors que l’on observe une accélération et une accentuation des poursuites d’études et que les licences professionnelles ont fait leur apparition en 1999 ? Ce numéro répondra à plusieurs de ces questions sur l’histoire et le devenir des IUT. On peut, malgré tout, se demander s’ils fêteront leurs 100 ans ? Les contours incertains et mouvants des restructurations des Universités génèreront sans aucun doute des changements ; une licence de technologie verra-t-elle le jour ?

10Ce numéro sera composé de trois parties thématiques. La première thématique reviendra sur le développement historique des IUT, et aujourd’hui dans le contexte de professionnalisation des universités. Il abordera la mise en place des IUT au regard des différentes réformes de l’enseignement technique et professionnel, de la volonté de l’État d’élever le niveau de diplôme et d’ouvrir l’enseignement technique vers l’enseignement supérieur. La demande sociale en catégories intermédiaires tant dans l’industrie que dans le tertiaire conduira à l’ouverture des sections « historiques » comme Technique de Commercialisation, Gestion des Entreprises et des Administrations, Génie Civil, Informatique, Génie mécanique et productique … . Cependant, les IUT au tournant des années 2000 vont être confrontés à la normalisation des cursus au niveau européen en trois niveaux Licence Master Doctorat, ce qui va interroger le niveau intermédiaire à bac+2. De plus, la réforme relative aux libertés et aux responsabilités, portée par Valérie Pécresse en 2007, sous le gouvernement de François Fillon, va redéfinir leur place au sein de l’ensemble de l’Université et mettre en danger leur autonomie. Quatre textes traiteront cette thématique.

11Jean-Yves Seguy et Michel Le Nir reviennent sur l’histoire des IUT, notamment en ce qui concerne leur spécifié en termes d’innovations institutionnelles et pédagogiques. Les auteurs montrent leur évolution à l’aune du développement démographique et économique d’après-guerre. Les IUT se mettent en place proposant un modèle adapté aux réalités de la massification des flux étudiants et de la professionnalisation. Les auteurs démontrent que le succès des IUT est lié à la fois à la préoccupation de l’orientation, axée vers les métiers et à leurs innovations pédagogiques, centrées sur l’insertion par la dimension « technique » des enseignements. Le texte décrit comment les IUT se sont dotés d’instances de réflexion et de coordination sur les questions pédagogiques. Ils reviennent sur la création et la coordination des commissions pédagogiques nationales fondées sur l’évaluation des améliorations à apporter dans chaque IUT. Les auteurs soulignent les innovations pédagogiques qui ont donné lieu à des réflexions et à des colloques nationaux, construisant ainsi un réseau de réflexion actif sur ces questions, notamment grâce aux contributions d’acteurs extérieurs comme l’Institut National pour la Formation des Adultes (INFA).

12L’analyse de Stéphanie Tralongo précise la portée du terme professionnalisation lorsqu’il s’agit des IUT. L’auteure développe la définition de la professionnalisation en revenant sur ses dimensions imbriquées, tout autant organisationnelle que pédagogique. Elle montre que cette professionnalisation s’inscrit dans l’histoire des IUT, autant par l’intégration de professionnels dans l’enseignement et par la forme des décisions administratives, que par les contenus pédagogiques comprenant des orientations professionnelles comme le stage ou le projet tuteuré. Mais plus encore, la constitution d’un réseau IUT a permis des adaptations en matière pédagogique et des échanges d’expériences et d’informations, la production d’enquêtes d’insertion. L’auteure montre enfin que la spécificité de la professionnalisation des IUT est également liée au développement par spécialités de formation qui se caractérise par un dialogue permanent avec le secteur professionnel concerné.

13Le texte de José Rose pose les enjeux et le contexte de la professionnalisation des Universités. L’auteur discute les effets réels sur les cursus étudiants et sur la qualité de l’insertion des filières professionnalisantes, notamment celles qui nous intéressent ici, DUT et Licence professionnelle. La professionnalisation a tout d’abord plusieurs visages, souligne l’auteur. José Rose nous rappelle que, dans sa définition universitaire, la professionnalisation renvoie à des contenus de formation orientés vers une insertion professionnelle ciblée vers des métiers repérés, ce qui a pu susciter un certain nombre de résistances de la communauté universitaire. L’auteur propose une définition étendue de la professionnalisation, non pas uniquement axée sur l’acquisition de connaissances liées à de futurs métiers, mais davantage liée à la préparation à une professionnalité. Cette dernière est nécessaire face à la complexité des processus d’apprentissage universitaires s’apparentant à une acquisition de connaissances, de techniques et de valeurs permettant de s’adapter à de multiples situations complexes. Le texte discute les effets réels des formations professionnalisantes sur le marché de l’emploi ce qui met en discussion les imbrications entre la qualité des diplômes, l’attitude des entreprises et la réalité du travail. L’auteur questionne les expériences de stage ou d’alternance au regard de leur retombée effective en termes de professionnalisation.

14Catherine Agulhon considère le statut singulier des IUT en matière d’autonomie face à l’Université, en ce qui concerne notamment le recrutement des personnels et en matière budgétaire depuis la loi d’autonomie des Universités de 2007. L’auteure montre la construction historique de cette autonomie, notamment grâce au soutien des milieux professionnels et de la construction d’un réseau national des IUT. Elle revient sur les évolutions des relations entre les IUT et le Ministère, mais surtout avec leur université de tutelle dans la période récente. Les universités font en effet pression sur les zones d’autonomie des IUT et sur leur revenu émanant de la formation continue, historiquement développée en IUT. Les moyens en ressources humaines sont également revus dans l’escarcelle générale de distribution des postes pour toute l’Université, dans un contexte de restriction généralisée de la dotation ministérielle. De fait, l’auteure montre que les IUT ont le sentiment d’être dépossédés de leurs moyens tout en contribuant fortement au financement des Universités.

15Une deuxième thématique concerne le développement des IUT au regard des contextes socio-économiques locaux. En effet, le développement des IUT comme celui des BTS répond à la fois à une demande d’emploi locale et à une demande de poursuites d’études post-baccalauréat. De plus, cette partie reviendra sur les caractéristiques des évolutions des parcours étudiants à bac +2 (BTS et DUT), les caractéristiques sociologiques de ces derniers, l’usage du diplôme. Sélectifs, les IUT accueillent des étudiants d’horizons sociaux métissés. La poursuite d’études, mais aussi le choix de l’alternance sont des réalités qui dévoilent l’évolution des motivations des jeunes pour cette formation. Les profils sociaux des étudiants, les parcours et l’insertion professionnelle feront l’objet des articles.

16Les IUT, comme nous le rappelle le texte de Catherine Soldano, ont joué un rôle dans le développement territorial, car ils se sont construits au plus proche des besoins notamment de petites et moyennes villes. Ce texte aborde plus précisément la période actuelle où l’Université est soumise à des regroupements ; sont interrogées les relations entre les politiques de développement de l’enseignement supérieur et les réalités socio-économiques des territoires. Les politiques de développement dans les années 90 ont permis l’extension forte, à la fois de nouveaux départements dans les IUT existants, mais aussi de sites délocalisés, afin de répondre à l’évolution du nombre de bacheliers, notamment technologiques. Cependant, après ce premier constat, l’auteure présente des réalités très diverses et montre l’impact des politiques de développement des collectivités territoriales. S’appuyant en particulier sur les contextes des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, l’auteure souligne le fait que les réorganisations des Régions et les regroupements universitaires souffrent de niveaux de concertation et d’action différents, qui posent la question de leur harmonisation et de leur équilibre dans les années à venir.

17Le texte de Sophie Orange nous plonge dans la comparaison entre les Sections de techniciens supérieurs (BTS) et les Diplômes universitaires de technologie (DUT), soit des systèmes de fonctionnement très différents. Si DUT et BTS ont connu des créations concomitantes, il s’avère que leurs publics restent différents au regard des logiques d’orientation. Les analyses de Sophie Orange, fondées sur les représentations de l’enseignement supérieur des futurs bacheliers, précisent finement des différences marquées entre les deux publics, liées à leur origine sociale et à leur parcours scolaire, impactant les projections et la durée de poursuite d’études post-baccalauréat. Le texte souligne que le DUT ouvre plus facilement la possibilité à une poursuite d’études longue comparativement aux BTS. L’auteure dissèque les logiques de choix des futurs bacheliers qui apparaissent « modérés », elle l’explique par des formes d’autocensure de la part des élèves et des freins exprimés de la part de l’institution dans l’accompagnement à la poursuite d’études à l’Université.

18Emmanuelle Leclercq et Christophe Beckerich analysent l’évolution des parcours des étudiants de DUT. Le constat de départ est marqué par l’analyse des taux de poursuite d’études, poursuite qui devient de fait la finalité d’une grande majorité des parcours en IUT. Mais, au travers de ce que les auteurs nomment les « parcours de transition », l’analyse montre de manière fine des stratégies de contournement des classes prépa ou des voies générales de l’université et de maximisation de l’investissement dans une formation à visée professionnalisante. Les auteurs présentent des parcours qui restent marquées par l’origine sociale, l’origine du baccalauréat, le choix de la section notamment. Pour autant l’analyse des choix vers l’alternance, les reprises d’études, les réorientations, les « seconds choix » montrent des parcours de transition bien plus complexes.

19Enfin, le texte de Florian Olivier complète les deux précédents, il éclaire, sous un angle peu abordé aussi finement, les profils des étudiants de DUT. Il revient sur les profils étudiants des IUT pour montrer l’hétérogénéité des origines sociales, qui laisse cependant une part importante aux catégories moyennes. Il s’appuie sur le niveau scolaire au baccalauréat, pour évaluer la sélectivité à l’entrée en IUT, qui, comme le souligne l’auteur, permet de capter « les meilleurs des moins bons ». L’auteur précise que ces profils moyens engagent assez naturellement les étudiants à la poursuite d’études conditionnée, cependant, par la situation professionnelle et les revenus des parents. Cependant les analyses de Florian Olivier permettent d’aller plus loin sur les représentations que les étudiants de DUT se font des études. Il interroge finalement les conditions de vie des étudiants d’une part et leur projection dans la représentation de la qualité de l’emploi convoité. Les valeurs « morales », les goûts culturels sont questionnés. Les analyses montrent que les étudiants d’IUT notamment des filières secondaires sont politiquement plus orientés vers un conservatisme que les autres étudiants. Au final, certaines caractéristiques sont révélées et font écho à la complexification des stratégies de parcours au regard des situations sociales d’origine de ces étudiants, mise en avant dans d’autres textes de ce numéro.

20Une troisième thématique abordera les innovations pédagogiques et les réalités professionnelles des diplômés. Les IUT revendiquent une certaine proximité avec le monde de l’entreprise et appliquent une pédagogie orientée vers les besoins supposés de cette dernière. Stages, projets tuteurés, rencontres avec les professionnels, intégration des professionnels dans les enseignements sont au cœur de l’approche pédagogique des IUT. Cependant, quelles réponses spécifiques donnent-ils à la professionnalisation qui tend à se généraliser dans tous les cursus universitaires ? Les diplômés intermédiaires ont-ils une place difficile à trouver entre ouvriers, employés, techniciens, agents de maîtrise (ETAM) et cadres ?

21Stéphanie Tralongo examine un dispositif pédagogique concernant le projet professionnel qui s’adresse aux étudiants d’IUT qui a été initié à la rentrée 2005 après expérimentations. L’auteure s’intéresse à la manière dont les enseignants-chercheurs se sont appropriés cet enseignement orienté vers la réflexion sur les parcours professionnels des étudiants. L’auteure montre comment ce qui, au départ, émane des recherches en pédagogie d’orientation va se diffuser dans le réseau national des IUT et faire sens pour produire un élément de distinction particulièrement crucial durant le passage au LMD. L’auteur s’intéresse, pour un IUT en particulier, à la manière dont cet enseignement est coordonné et animé par les enseignants chercheurs. Elle analyse comment, pour ces derniers, leurs propres socialisations, leurs expériences professionnelles ont été matière à réflexivité et support d’intervention. Le positionnement des enseignants dans l’espace du savoir, des disciplines, des responsabilités au sein des IUT distinguera les pratiques et constructions des contenus de cours.

22Michel Le Nir aborde dans son article l’engouement des IUT pour l’Alternance. L’auteur montre que la fluctuation du nombre d’apprentis est non rectiligne, influencée par les politiques de développement de la formation de l’État dans certains secteurs d’activité. Il revient sur l’évolution relativement constante des effectifs pour les différentes formations et montre la place de plus en plus importante que jouent les licences professionnelles dans l’attractivité de ce type de formation. Cependant l’auteur revient également sur les fortes disparités de développement dans le réseau IUT de ces formations en alternance, notamment du fait de la pénurie de moyens en termes d’emploi. Mais il décrit l’importance des échanges dans le pilotage comme vecteur de rapprochement des représentations des acteurs du monde du travail et de ceux de la formation, ce qui, au final, profite à la qualité des missions proposées aux étudiants et à l’insertion.

23Le texte de Jean-Paul Cadet, Patrick Conjard, Anne Gillet, Christophe Guitton aborde l’insertion des diplômés de DUT et les multiples situations professionnelles qu’ils occupent. Les auteurs interrogent la différence en matière d’insertion et de qualité de celle-ci entre les diplômés des IUT et ceux qui décident de suivre une spécialisation en Licence professionnelle. Les écarts apparaissent comme assez peu marqués dans cette catégorie d’emplois intermédiaires. Les auteurs reviennent sur la difficile circonscription de cette catégorie intermédiaire qui regroupe selon les secteurs, publics ou privés, de multiples emplois marqués par une complexification tant de l’activité de travail, du management de proximité que des formes d’évaluation des carrières. Les auteurs montrent la difficile adéquation entre une évolution rapide des activités professionnelles et leur réajustement permanent avec les contenus de formation.

24Au final, ce numéro consacré au cinquantième anniversaire de la création des IUT montre tout à la fois la solidité du dispositif par le nombre croissant de postulants, sa capacité à répondre à la demande locale, sa diversité en termes de publics et de pédagogies, son offre de formation initiale ou continue, le soutien des branches professionnelles. Les IUT sont, par ailleurs, pris dans la tourmente des réformes au niveau national et européen des Universités dans un contexte de croissance des publics étudiants et de baisse des moyens. Cependant les IUT par leur organisation en réseau sont toujours une force de proposition d’innovation pour répondre à l’évolution complexe et relativement peu prévisible des emplois et de la complexification des activités professionnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Leclercq, « Introduction. Les IUT ont 50 ans, et après ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 5-13.

Référence électronique

Emmanuelle Leclercq, « Introduction. Les IUT ont 50 ans, et après ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 14 février 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3165

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Leclercq

Maître de conférences HDR, Université de Reims-Champagne-Ardenne, IUT Reims-Chalons-Charleville, laboratoire CEREP (EA 4692)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals