Navigation – Plan du site

Les IUT au prisme des territoires

IUT (University Institutes of Technology) in the prism of territories
Catherine Soldano
p. 91-111

Résumés

En moins d’une décennie, l’environnement politique et institutionnel des IUT a profondément changé. Dans un double mouvement de globalisation et de métropolisation, les territoires universitaires se sont transformés. Les questions de proximité, d’égalité territoriale et de différenciation ont été reposées à la lumière de nouvelles formes de coopération et de complémentarités. Ce texte revient, dans un premier temps, sur l’inscription territoriale des IUT à travers la fabrication de la carte technologique et de ses inflexions sous l’effet de l’entrée en jeu des collectivités territoriales, notamment des villes moyennes. Il s’agira ensuite d’interroger les recompositions régionales en cours et leurs effets sur les modes de gouvernance à partir de l’exemple de la nouvelle région Occitanie.

Haut de page

Texte intégral

L’IUT, un objet universitaire très territorialisé

  • 1 Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale aujourd’hui intégrée au CGET, Comm (...)

1Les IUT constituent une des modalités d’extension des universités sur le territoire. Cette idée aujourd’hui acceptée n’était pas une intention première de leurs concepteurs. La création des IUT répondait à un double objectif économique et social : former les cadres moyens et les techniciens répondant aux nouvelles exigences de l’économie et répondre à une demande croissante de poursuites d’études dans les universités. La question du choix de leur implantation géographique ne fait pas débat et reste d’ailleurs peu documentée. Présentés comme une innovation pédagogique (Bernard, 1995), les premiers départements technologiques sont ouverts à titre expérimental et placés directement sous la responsabilité du Recteur de l’Académie. S’ils participent à la déconcentration de la carte universitaire, leur développement reste déconnecté de celui des universités. Les IUT n’en sont pas moins considérés comme des leviers pour l’aménagement du territoire (Baron, 1994). Le décret portant sur leur création intervient trois ans après la mise en place de la DATAR1. Le souci du développement économique du pays se confond alors avec la recherche d’un aménagement équilibré du territoire. La vision planificatrice de l’État se matérialise dans la disposition d’équipements en soutien à une réorganisation des flux économiques et une logique d’ordonnancement du développement des régions de programme (Datar, 2013). Au même titre que les universités et collèges universitaires créés à cette période, les IUT font partie de ces équipements. Les liens IUT-territoires n’auront de cesse de se resserrer dans les décennies suivantes, tout particulièrement dans le courant des années quatre-vingt-dix dans le cadre du Schéma de développement des enseignements supérieurs (Université 2000). Dix ans après les lois de décentralisation, l’heure n’est plus à une planification keynésienne des équipements. De nouveaux acteurs et enjeux ont émergé tissant des relations inédites entre les universités et les territoires (Grossetti (ed.), 1994 ; Filâtre, 1994 ; Mespoulet (dir), 2012). À l’aune de ce demi-siècle d’histoire, il est un fait acquis que les formations technologiques universitaires ont joué comme un outil d’aménagement du territoire. Leur implantation infrarégionale a contribué largement à l’ancrage territorial des universités, notamment dans les villes moyennes contribuant à la redéfinition de leur fonction de « charnière territoriale » (Roo, 2007). Pour qui s’intéresse à cette problématique, le sujet est d’une grande actualité. Le cinquantenaire des IUT s’inscrit dans un contexte en pleine évolution. Alors que les universités se restructurent et s’engagent dans des processus de regroupement pour mener une politique de site, les réformes régionales impactent les cartes académiques et les compétences des collectivités. En moins d’une décennie, l’environnement politique et institutionnel des instituts technologiques a fondamentalement changé. Dans un double mouvement de globalisation et de métropolisation, les territoires universitaires se sont transformés, les questions de proximité et d’égalité territoriales reposées à la lumière des coopérations, des complémentarités et de la différenciation (Soldano, 2015).

2Ce texte revient sur l’inscription territoriale des IUT à travers la fabrication de la carte technologique (1) pour ensuite poser quelques enjeux des changements institutionnels en cours (2). En ligne de fond, il pose la question des logiques économiques et politiques qui organisent et structurent spatialement les activités de formation supérieure.

Quand les IUT aménagent le territoire

  • 2 Article 33 de la loi du 26 janvier 1984 abrogé par ordonnance en juin 2000 et remplacé par l’articl (...)

3S’agissant des IUT, parler d’aménagement du territoire nous ramène invariablement à la densité de leur couverture territoriale (Baron, 2004). Cette densité est diversement appréciée mais elle constitue une caractéristique forte de la carte technologique universitaire. À l’échelle nationale, cette dernière dresse l’inventaire des 560 départements de formation répartis sur 144 sites urbains (hors Ile-de-France) s’articulant à une trame urbaine que structurent les métropoles et surtout un réseau de villes moyennes et de petites villes. En première impression, les implantations s’inscrivent intimement dans les territoires des régions et des départements, « équipement de base » des villes moyennes (Frémont, 1990) et de la démocratisation universitaire. Une lecture plus fine dessine des concentrations d’étudiants et de formations certes moins hiérarchisées que la carte universitaire mais à nuancer selon les territoires, des régions et des départements plus ou moins dotés, des petits sites technologiques plus ou moins isolés. La carte s’est construite dans un désordre apparent de plans nationaux, puis régionaux, de schémas prospectifs et de procédures contractuelles nourrissant le sentiment d’un manque de cohérence et de planification non concertée, une critique qui sera également adressée aux délocalisations universitaires (voir infra). Cependant, l’inscription territoriale des IUT n’obéit pas aux mêmes logiques que les antennes. Créés à titre expérimental, ils sont rattachés à l’origine au recteur de l’académie d’implantation. Ils bénéficieront ensuite d’un statut dérogatoire qui aura pour effet de déconnecter leur développement de celui des universités avant d’être intégrés tardivement à la stratégie des universités2. Largement implantés dans les villes moyennes – voire des petites villes – au point d’être assimilés à des équipements de proximité, les IUT dessinent des systèmes spatiaux qui mettent en lumière la manière dont l’État, les Universités et les collectivités territoriales organisent – de manière variée – leur coopération. Cette première partie revient sur la construction de la carte technologique universitaire pour ensuite évoquer le rôle majeur des collectivités territoriales dans cette construction.

Les périodes clés de la formation de la carte technologique universitaire

4L’histoire de la carte peut, schématiquement, se résumer aux deux grandes périodes évoquées en introduction.

5La première vague d’ouverture de départements technologiques universitaires couvre la durée du Cinquième Plan de développement économique et social (1966-1970). Elle est à mettre en regard avec l’interventionnisme de l’État en matière d’aménagement du territoire pour contrebalancer le poids de Paris, soutenir la déconcentration industrielle et accompagner la reconversion économique des zones en difficultés. Sans trop alourdir notre propos, rappelons que les années 1960 sont celles d’une « mise en ordre du territoire » (DATAR, 2013) qu’incarne la création de la DATAR en 1963. Différentes mesures sont emblématiques de la période : les huit métropoles d’équilibre (1964), le Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne (1965), les cinq villes nouvelles du bassin parisien, les programmes de conversion industrielle du Nord-Pas-de-Calais, de Lorraine, puis de Loire (1968), le plan breton de développement économique (1968)… . Sans oublier l’organisation des vingt et une circonscriptions d’action régionale (1964) qui redessinent les territoires de « province ». La carte des implantations reflète cette volonté de réduire les disparités de développement économique et d’ouvrir plus largement l’enseignement supérieur aux jeunes d’une classe moyenne en extension. Elle témoigne également de la première tentative d’organiser à l’échelle nationale un enseignement technique universitaire. Les premières formations ouvrent dans une quarantaine de sites, centres universitaires anciens et importants (grandes villes sièges d’académie), principales grandes villes et chefs-lieux de cantons de taille moyenne comme Bourges ou Rodez. Le mouvement accompagne également la création de nouvelles universités à l’exemple de Reims et de Tours.

  • 3 La politique des villes moyennes (20 000 à 200 000 habitants) donne lieu à « la première invention (...)
  • 4 Le Plan prévoit de doubler les capacités d’accueil dans les filières liées aux nouvelles technologi (...)

6Bien que le 6e Plan promette d’amplifier le développement des formations en IUT, les implantations se poursuivent à un rythme nettement moins soutenu dans les deux décennies suivantes. Sont concernées quelques grandes villes (Annecy, Bayonne, Pau, Perpignan, Lorient) et une quinzaine de villes moyennes (majoritairement entre 100 et 200 000 habitants). Si la période parait peu déterminante pour la construction de la carte technologique, elle n’en est pas moins charnière pour les modes d’intervention publique et la politique universitaire. Elle est d’abord marquée par des ruptures et des incertitudes : rupture économique avec la crise industrielle qui frappe plus particulièrement les régions du Nord et de l’Est et incertitudes liées à l’ouverture européenne. Cependant, la transformation la plus profonde vient de la rupture avec une planification « à la française » et le passage progressif à une conception locale et territoriale du développement et de l’aménagement du territoire (Datar, 2013). On retiendra des années 70 l’attention portée aux régions et aux villes moyennes comme nouveau levier d’action publique territoriale (Michel, 1977)3 et des années 80, les lois de décentralisation et les premiers contrats de plan État-Région. Concernant la politique universitaire, ces inflexions se traduisent par une série de recommandations : privilégier le développement des universités régionales (7e Plan), augmenter le rôle des régions et des collectivités locales par la création de pôles technologiques régionaux, augmenter également les capacités d’accueil des IUT dans les disciplines liées aux technologies de pointe (9e Plan et Schéma directeur de développement des IUT de 1983)4.

7La seconde phase du développement de la carte technologique universitaire se confond avec le Schéma Université 2000. Lancé en mai 1990, le schéma se substitue aux schémas académiques de développement des formations post-bac en cours d’élaboration et dont les objectifs – conformément à ce qui a été inscrit au 10e Plan (1989-1992) – étaient d’établir à l’échelle régionale une carte universitaire cohérente « tenant compte de l’économie et évitant les implantations excessivement dispersées et sans environnement culturel et scientifique suffisant » (p.59). C’est une toute autre logique qui va présider à l’élaboration de la carte U2000. Considérant le retard pris dans le développement des IUT dans les décennies précédentes, le Schéma prévoit le doublement des capacités d’accueil (soit 50 000 places supplémentaires que doit accompagner la création de 200 nouveaux départements). Si l’expansion des formations professionnalisées constitue un axe prioritaire du Plan, c’est d’abord dans le souci de faire face à l’augmentation rapide du nombre d’étudiants et de lutter contre les échecs dans les premiers cycles universitaires généraux. L’objectif est également d’assurer une meilleure couverture territoriale des formations technologiques. La carte publiée par le Ministère à la fin des années 1980 témoigne d’une assez bonne répartition des IUT mais selon des logiques académiques différentes : un aménagement réparti dans les régions du Nord, de l’Est et de l’Ouest, des concentrations dans les sièges académiques de Bordeaux, Grenoble, Lyon et Toulouse, des sites isolés (un seul DUT et pas d’autres formations universitaires) dans des villes moyennes comme Egletons ou Vesoul (carte 1), des zones blanches qui concernent les départements les plus ruraux comme l’Ariège par exemple.

Carte 1. Les instituts universitaires de technologie en 1988-89

Carte 1. Les instituts universitaires de technologie en 1988-89

Source : MENJS, GIP RECLUS L’enseignement supérieur en cartes, 1992, p. 10

  • 5 Il était prévu au démarrage du Plan, une implantation de départements d’IUT à Foix et Montauban (ac (...)

8Un document prospectif édité au début des années 1990 prévoit une extension raisonnée de la carte. Pour la première fois s’amorce une véritable politique d’ensemble dans un domaine plutôt soumis à des décisions annuelles au fil de l’eau. Si l’objectif des 50 000 places supplémentaires est annoncé (soit la création de plus de 200 départements), l’idée directrice est de compléter l’offre de formation sur les sites existants et d’envisager la création d’une quarantaine de nouveaux sites là où les carences sont les plus marquées, compte-tenu des bassins de bacheliers technologiques. Sont concernés de nombreux départements et plus particulièrement l’arc méditerranéen et l’Ile-de-France (carte 2). L’intention est également de continuer d’équiper les villes moyennes notamment les chefs-lieux des départements ruraux (Foix en Ariège, Auch dans le Gers) (MNESR, 1992). À quelques exceptions près5, les objectifs seront atteints avant même la fin du Plan U2000 (carte 3).

Carte 2. Localisation des IUT selon le schéma U2000

Carte 2. Localisation des IUT selon le schéma U2000

Source : Frémont (A.), Hérin (R.), Joly (J.), Atlas de la France universitaire, Paris, Reclus, La Documentation Française, 1992, p. 247

Carte 3. Les départements d’IUT en 1994

Carte 3. Les départements d’IUT en 1994

Source : Brocard M., Jérin R., Joly J., Atlas de France, Réclus, La documentation française vol. 4, 1996, p. 7

  • 6 L’implantation sur un nouveau site urbain fait exception. La dernière en date (2015) concerne la dé (...)

9Après 1995, les implantations de départements et l’ouverture d’options vont continuer, principalement sur les sites existants6. Dans un contexte de décroissance relative de la démographie étudiante et de tensions financières, la dilution de la carte universitaire a été fortement critiquée sans fondamentalement remettre en question la place des IUT sur les territoires (Goulard, 2007 ; Duport, 2008). L’heure n’est cependant plus à l’extension, mais plutôt à la consolidation de l’existant et à la mise en cohérence d’une offre de formation différenciée selon les territoires à partir de principes de spécialisation et de complémentarité entre sites, adossés aux grands centres métropolitains (Soldano, 2012). Aujourd’hui, la caractérisation des sites technologiques tient tout autant à des paramètres internes (effectifs, offre de formation, autonomie de gestion…) qu’à leur croisement avec les caractéristiques socio-économiques de leur environnement (métropole régionale, ville moyenne, périphérie de grandes villes, villes rurales…) et leur insertion dans un système local d’enseignement supérieur plus ou moins étoffé (présence d’autres formations universitaires, d’écoles d’ingénieurs …).

Un équipement de villes moyennes7 plébiscité par les acteurs territoriaux

  • 7 La délimitation démographique des villes moyennes est sujette à discussion. Selon l’échelle de la c (...)

10Dès leur création, les IUT ont été implantés dans les bassins des aires moyennes, souvent à forte tradition industrielle, au point d’être devenus « l’équipement par excellence des villes moyennes » (Frémont, Hérin, Joly, 1992 : 248). Un rapide bilan en termes de recrutement montre que 38 % des Iutiens, hors Ile-de-France, étudient dans une ville moyenne (et 5 % dans une petite ville). Derrière la statistique, se cachent des réalités contrastées. Les effectifs sur les sites varient d’une trentaine d’étudiants (Guéret – Forbach) à plusieurs milliers (Villeurbanne). Ces effectifs peuvent représenter la quasi-totalité de l’offre universitaire (Elbeuf, Guéret, St Raphaël) ou de l’offre de formations supérieures (Draguignan, Issoudun). Ailleurs, le poids des IUT peut être plus marginal, que la ville soit ou non le siège d’un institut : 5 % des étudiants de Villeneuve-d’Ascq, 7 % à Pontivy ou Vichy. C’est dans la comparaison avec les grandes villes qu’apparait toute la spécificité de l’IUT en villes moyennes. Alors que les effectifs des instituts sont marginaux dans la plupart des grandes villes (moins de 5 % à Lyon, Nantes, Rennes ou Strasbourg, moins de 10 % à Bordeaux, Reims, Tours et Toulouse), l’IUT est un équipement structurant des systèmes locaux d’enseignement supérieur des aires urbaines moyennes. Bien que les effectifs soient plus modestes (451 étudiants en moyenne - 991 dans les grandes villes), ils représentent, toujours en moyenne, un quart des étudiants locaux (contre 7 % dans les grandes villes).

11La volonté de l’État d’accompagner la reconversion économique des zones en difficultés explique les premières implantations des IUT dans les villes moyennes. La situation de crise des années 1980 ne se traduira pas par une ouverture massive de nouveaux départements, malgré l’implication croissante des collectivités territoriales dans le financement du développement universitaire. Mais la demande est là. À l’inverse des réserves qu’a pu susciter l’ouverture de formations universitaires plus académiques, les cultures politiques locales se montrent sensibles aux finalités des formations technologiques, largement orientées vers une insertion professionnelle rapide, attractive pour les familles des classes moyennes et les entrepreneurs locaux. Les IUT ont été au cœur de la régulation des délocalisations du plan Université 2000 (Allègre, 1993), sans qu’aucune dotation budgétaire spécifique ne leur soit attribuée. Leur développement en villes moyennes a été conditionné à l’engagement financier des collectivités territoriales (Cytermann, 2008). La structure des cofinancements d’U2000 confirme un effort financier dépassant celui de l’État (à l’exception des académies de Caen, de Limoges et de Reims et dans le cas d’un premier d’équipement). En règle générale, la Région s’impose comme le premier financeur. Mais, départements et communes ont marqué plus fortement leur soutien dans certaines académies comme celles de Besançon ou de Clermont-Ferrand. Très vite, l’IUT est considéré comme une ressource stratégique pour le développement social et économique des territoires incitant les collectivités locales à adopter une attitude volontariste pour faciliter son implantation ou son développement. Le bilan mitigé du plan U2000 note une répartition des implantations trop souvent liée à des logiques de politique locale menées sans concertation (DATAR, 1998). La structuration de l’espace universitaire régional – dans sa double dimension de formation et de recherche – devient un enjeu fort de l’action publique dans les décennies suivantes. Etablissant une forme de classification entre les sites, le Schéma de Services Collectifs de l’Enseignement Supérieur et de la recherche (SSCESR-2002) confirme la vocation des IUT à organiser les collaborations avec le tissu économique tout en maintenant une pédagogie de proximité (p. 32). Comme ne manquent pas de le souligner les représentants des villes moyennes, « la proximité territoriale des IUT facilite l’accès à l’enseignement supérieur et contribue à la démocratisation des fonctions post-bac » (FMVM, 2010 : 5) et facilite, par les activités de recherche, les liens avec l’économie locale.

  • 8 Un indicateur encore trop peu mobilisé serait de mesurer l’insertion professionnelle des diplômés s (...)
  • 9 Une rapide analyse du site national des IUT (www.iut.fr) montre que pratiquement tous les sites d’a (...)

12Il est clair que le plébiscite des collectivités territoriales a renforcé la représentation de l’IUT comme un équipement de proximité, garant d’une forme de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur et levier pour le développement local. Sans doute faut-il relativiser ces affirmations en fonction des situations locales (taille des sites et insertion dans l’armature urbaine) et des réalités nationales. Si les antennes ont contribué à l’objectif de démocratisation porté par U2000, au risque de développer parfois un « effet d’offre » touchant les catégories les plus modestes (Coutelier Gagnier, 1998), le rôle des IUT est plus discutable. Les effets de la proximité sont limités par le fait que les bassins de recrutement des IUT sont souvent plus étendus que pour les autres filières. Il n’est pas rare que certaines spécialités attirent des candidats au-delà des frontières académiques (exemple du département Carrières Sociales localisé à Figeac) et que le jeu des sélections organise des mobilités infra/inter-académiques. D’ailleurs, la sélection ne privilégie pas forcément les candidats locaux, pas plus qu’elle ne privilégie les bacheliers technologiques et professionnels, filières dans lesquelles les enfants des catégories employés et ouvriers sont surreprésentés, et dont la place est disputée par les bacheliers généraux (d’où la mise en place des quotas à la rentrée 2016). En contrepartie, les mobilités entrantes contribuent à dynamiser l’économie locale. Comme toutes les activités du supérieur (cf les études de l’INSEE sur les régions Centre et Nord-Picardie), les usagers des IUT (personnels et étudiants) participent à l’économie résidentielle. Mais leur spécificité dans l’économie locale tient pour beaucoup au caractère professionnalisant des cursus (stages et interventions de professionnels) qui contribue aux tissages des liens avec les organisations productives locales sans que l’on puisse, pour autant, parler d’un mode d’insertion “naturel” des formations dans le tissu économique local8, les étudiant.e.s n’étant pas captifs du territoire. Sans doute faudrait-il davantage approfondir la construction des systèmes territoriaux formation-emploi dans le cas particulier des délocalisations technologiques (et notamment de l’impact des licences professionnelles qui irriguent l’ensemble du territoire9) et mesurer le taux de pression des entreprises locales en matière de demandes de formation continue ou d’apprentissage… et de transferts de technologie. L’apport des IUT au développement économique est également fortement lié à celui de la recherche et des transferts de technologies. Les activités de recherche en IUT peuvent prendre différentes formes : petites équipes locales, laboratoires rattachés à l’IUT, groupes délocalisés ou laboratoires rattachés à une unité de l’université, animation d’une plate-forme technologique. S’il est aujourd’hui démontré que la recherche peut exister dans les villes moyennes non sièges d’universités (Lévy, Sibertin-Blanc, Jegou, 2013), la couverture scientifique des IUT est beaucoup moins dense que l’offre de formation (un site sur deux héberge des activités de recherche et/ou de transferts de technologie). Un premier travail engagé sur la recherche dans les IUT de villes moyennes (Lévy, Bourbiaux, 2015) mériterait d’être poursuivi et approfondi pour mesure leur plus-value dans la diffusion d’une économie de la connaissance dans les territoires les moins bien dotés en ressources immatérielles et la constitution de systèmes productifs locaux.

13Ces quelques remarques rappellent que si la décision d’ouverture d’un département d’IUT est de la compétence du Ministère, d’autres facteurs interviennent dans sa création et sa localisation. En théorie, la planification de l’offre de formation technologique tient compte des activités économiques locales et d’une répartition équilibrée des équipements sur les territoires. Dans les faits, les variables réglant l’implantation d’une offre de formation combinent facteurs structurels et jeux d’acteurs en lien avec les territoires dans lesquels ils se déploient (Caro, 2006). Comme le note Michel Vernières (2006), « l’ère des délocalisations systématiquement considérées comme bénéfiques semble terminée. Il conviendrait de les analyser plus avant afin de dégager les conditions de leur impact optimal sur le développement local ». Reste à considérer maintenant les transformations du paysage institutionnel et leurs impacts sur la carte technologique.

Les IUT à l’heure des fusions

  • 10 Sans faire l’énumération des lois votées entre 2006 et 2013, on retiendra la création des PRES (200 (...)
  • 11 Loi du 27 janvier 2014 sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des (...)
  • 12 Les Echos, 28/12/2015, « Toulouse et Montpellier font front commun ». Les deux métropoles représent (...)

14Depuis une quinzaine d’années, le paysage universitaire français connait des transformations importantes. À la suite du processus de Lisbonne ayant abouti à l’européanisation de la politique d’enseignement supérieur et de la recherche, d’autres décisions et orientations ont été prises liant explicitement l’organisation territoriale des universités à la compétition internationale dans une logique de métropolisation10. Dans le même temps, la loi renforce les prérogatives régionales en matière d’aménagement du territoire scientifique avec l’obligation de mise en œuvre des Schémas régionaux d’Enseignement Supérieur, de recherche et d’Innovation (loi du 7 juillet 2013 relative à l’enseignement supérieur et la recherche). La métropolisation universitaire et la régionalisation de la carte de l’enseignement supérieur s’inscrivent dans les récentes réformes territoriales qui ont incontestablement renforcé les régions et les métropoles dans une tentative de rationalisation des compétences entre les différents échelons politico-administratifs11. Cette transformation du paysage institutionnel se fait sur fond de pouvoirs concurrents, car si la Région a été confirmée dans son rôle de chef de file de la planification des formations et des équipements, son autorité juridique peut être affaiblie par la puissance économique et politique des métropoles. Si la coopération entre les deux parties parait obligée (Béhar, 2013), la situation peut aussi conduire à des conflits d’orientation et de stratégie (Marcou, 2015) ou à des luttes institutionnelles (Gaxie, 1997), à l’exemple de la signature d’un accord-cadre signé par les Présidents de Toulouse Métropole et Montpellier Méditerranée Métropole, fin 2015 pour peser face à la nouvelle grande région12. Sans que cela soit aujourd’hui très documenté, les IUT – et les sites infra-métropolitains - sont doublement concernés par ces recompositions sectorielles et territoriales. Dans une tentative d’illustration, nous retiendrons les situations de Midi-Pyrénées et de Languedoc-Roussillon, régions qui ont fusionné au 1er janvier 2016, en mettant l’accent sur les spécificités de leurs cartes régionales (1) et les enjeux de gouvernance (2).

Des configurations locales et académiques marquées

15Devenue la 5e région la plus peuplée de la France métropolitaine, la nouvelle région est celle des contrastes au moins du point de vue de son organisation spatiale. Son armature urbaine reflète deux logiques de construction différentes. À l’ouest (ex Midi-Pyrénées), l’agglomération toulousaine (1.3 million d’habitants) est au centre d’un système mono-centré dont l’emprise s’étend sur une vaste couronne périurbaine et un ensemble de villes moyennes et de petites villes qui dessinent sa sphère d’influence au-delà de ses anciennes frontières administratives. À l’est (ex Languedoc-Roussillon), la région littorale est structurée par un chapelet d’aires urbaines – dont la plus importante, Montpellier, compte 579 000 habitants - et de villes moyennes. Ces deux systèmes urbains dessinent en creux des territoires plus isolés : c’est le cas d’Alès et de Mende, de Rodez ou encore de Tarbes. Si l’on regarde maintenant la carte universitaire, on retrouve cette même logique de concentration à l’ouest (un seul siège universitaire : Toulouse, CoMUE de plus de 100 000 étudiants) et de répartition à l’est (3 villes sièges d’universités d’un poids cependant inégal : Montpellier, 55 000 étudiants, Perpignan, 9 500 étudiants et Nîmes, 6 000, réunies en CoMUE). Enfin, rappelons que le pilotage universitaire des deux académies n’épouse pas les nouvelles frontières régionales. Si la stratégie du développement scientifique devra se décider à un nouvel échelon régional, il faudra composer avec deux COMUE dont les périmètres internes sont loin d’être stabilisés, la question des fusions universitaires étant reposée à Toulouse suite à l’interruption de l’IDEX. Ces quelques éléments donnent la mesure du défi à relever pour mettre en place une politique d’enseignement supérieur et de recherche valorisant les potentialités et les complémentarités des différents territoires.

16Considérons maintenant la carte technologique universitaire. La nouvelle région compte 8 IUT de plein exercice implantés dans 14 sites urbains et affiche plus de 10 000 étudiants inscrits dans 35 filières. Ces données la placent au 4rang national (hors Ile-de-France) derrière Rhône-Alpes-Auvergne, Grand Est et au coude à coude avec les Hauts de France. L’analyse régionale témoigne du poids des configurations territoriales « historiques » et du jeu des lieux centraux (carte 4). Ainsi la part des IUT (effectifs et offre de formation), nettement plus importante dans l’académie de Toulouse, est largement concentrée dans la métropole et davantage distribuée dans les grandes villes du littoral. La carte permet également de redéfinir le poids des formations technologiques et leur dispersion (en particulier dans l’académie de Montpellier où trois sites comptent un ou deux départements). Figeac (10 000 habitants) – plus petit site de l’académie de Toulouse – devance largement en termes d’effectifs les sites de Sète et de Carcassonne (+ de 80 000 habitants mais moins de 200 étudiants inscrits), Tarbes (116 000 habitants – 1 030 étudiants) compte pratiquement autant d’étudiants en DUT que Montpellier (1 502 étudiants). La carte donne aussi une lecture en creux des territoires technologiques universitaires à l’écart des grands systèmes urbains et des jeux possibles de coopération et de concurrence transrégionaux (coopérations existantes entre Pau et Tarbes par exemple).

Carte 4. Répartition des étudiants dans les sites technologiques et des filières de formation

Carte 4. Répartition des étudiants dans les sites technologiques et des filières de formation

Lecture : Nîmes : IUT de plein exercice. 4 départements industriels. 1 département tertiaire. Sources : Atlas de l’enseignement supérieur édition 2015 et site internet des IUT

  • 13 Nîmes est une ancienne délocalisation des universités montpelliéraines qui a construit son projet d (...)

17Si ces exemples tendent à infirmer l’hypothèse d’une hiérarchie des lieux centraux, notre propos doit être nuancé (carte 5). Dans les plus grandes villes, les IUTiens représentent moins de 10 % des effectifs universitaires, à l’exception de Nîmes13. Si l’on met de côté la situation particulière de Figeac (plus petite agglomération) où la présence d’un enseignement supérieur est quasi-exclusivement assurée par l’IUT, le poids des IUT dans les systèmes locaux d’enseignement supérieur représente entre un tiers et un quart des effectifs. Excepté Béziers et Tarbes, le caractère technologique d’un site dépend avant tout de la présence des STS. Si l’on doit également considérer la présence d’autres formations universitaires (à l’exemple de Narbonne), il reste vrai que les IUT donnent aux villes moyennes leur label universitaire, notamment par le portage de licences professionnelles (6 à Castres) et la présence d’équipes ou de groupes locaux de recherche, (Auch, Béziers, Castres, Figeac, Rodez et Tarbes).

Carte 5. Poids des étudiants des IUT dans les systèmes locaux d’enseignement supérieur

Carte 5. Poids des étudiants des IUT dans les systèmes locaux d’enseignement supérieur

Lecture : Nîmes : Les étudiants des IUT représentent 7.5 % des effectifs d’enseignement supérieur, 14 % des effectifs universitaires. Sources : Atlas de l’enseignement supérieur éd. 2015

18Ces quelques éléments esquissent une première qualification de la nouvelle carte technologique régionale. Il en restera à apprécier les potentialités et les mises en synergie possibles. Une question qui passe nécessairement par les stratégies des universités et des instances régionales et académiques.

Une gouvernance régionale des IUT en construction ?

19Au 1er janvier 2016, la fusion régionale a défini une nouvelle académie regroupant celles de Montpellier et de Toulouse par ailleurs maintenues dans leurs limites géographiques. Ce choix d’organisation est guidé par la nécessité de garder un pilotage de proximité des établissements et des réformes. À l’échelle de la région, la Rectrice de l’académie de Montpellier assure la représentation des deux académies auprès du Conseil Régional et du Préfet de région pour tous les dossiers relevant de compétences partagées et nécessitant une coordination inter-académique : futur schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche, prochain contrat de plan État-Région, carte numérique, utilisation des fonds européens. Il ne faut pas mésestimer l’impact de la constitution d’une nouvelle académie régionale sur la gestion de la carte universitaire (IGAENR, 2015) notamment en ce qui concerne la détermination des quotas de bacheliers technologiques dans les IUT. Le maintien des deux académies pose la question de l’organisation de nouvelles régulations et du niveau spatial pertinent pour les organiser. En la matière, le constat fait par les services du Ministère montre qu’aucune mise en cohérence des politiques académiques n’existe pour le moment dans les régions composées de plusieurs académies comme Rhône-Alpes ou PACA.

20Bien sûr, il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les nouvelles formes du développement universitaire et la place réservée aux IUT. Ces derniers sont rarement les fers de lance de la stratégie des universités malgré l’accent mis sur la mission Insertion professionnelle des étudiants et le lien aux entreprises. Ils constituent néanmoins une interface territoriale précieuse avec le monde économique par leur implantation déconcentrée. Ce lien au territoire est d’ailleurs diversement apprécié dans les politiques d’établissements et dans les stratégies régionales. En Midi-Pyrénées, les contrats de sites de villes moyennes signés entre 2011 et 2015 en préparation du contrat de plan État-Région témoignent de la volonté de consolider le développement des systèmes locaux d’enseignement supérieur. Les IUT constituent un élément structurant de ce développement, mais l’on s’interroge sur leur capacité à mettre en réseau les différents sites et construire des synergies. Peut-être faut-il voir dans cette initiative de la Région une forme de régulation des concurrences pour capter une ressource étudiante mobile. L’enjeu de l’équilibre territorial reste une préoccupation forte des politiques académiques et régionales, peut-être beaucoup plus marqué qu’en Languedoc-Roussillon où des menaces de fermeture ont pesé en 2013 sur l’antenne de Montpellier 3 à Béziers pour des raisons budgétaires. Sans doute, la particularité des IUT les rend moins vulnérables à ce type de risque.

21Composantes des universités, les IUT sont également impactés par les changements d’organisation universitaire. Bien qu’organisés au sein d’un réseau national et en associations régionales (ARIUT), les IUT déploient des stratégies très dépendantes de celles de leurs universités de rattachement. Alors que certains fusionnent (Aix-Marseille en 2012, Bordeaux en 2016), l’ARIUT de Midi-Pyrénées (ARIUT-MP) a défendu la création d’un institut fédératif directement rattaché à l’Université de Toulouse pour représenter la communauté technologique au sein du PRES (2012). Une proposition qui s’est en partie concrétisée lors du passage à la CoMUE avec la reconnaissance de l’Institut fédératif comme un pôle transverse de formation ouvrant un nouvel espace de coopération. Cette représentation au conseil académique distincte des collèges disciplinaires était une revendication forte de l’ARIUT motivée par le souci de préserver le caractère pluridisciplinaire des équipes pédagogiques en IUT. Concernant la question de la territorialité, l’intégration de la mission « Réseau des sites universitaires » dans l’organisation de l’Université Fédérale ainsi que la reconnaissance de dix pôles territoriaux de formation et de recherche (dont la moitié avec un IUT ou des départements d’IUT) constituent une réponse à la demande des directeurs d’IUT situés hors de la métropole de bénéficier du même positionnement que les IUT toulousains. Les IUT du Languedoc-Roussillon ne bénéficient pas de cette même visibilité au sein de la CoMUE. Mais la situation peut évoluer à la faveur du renouvellement des conseils d’autant qu’en février 2016, les deux ARIUT ont signé un accord de consortium (Assemblée régionale des IUT LR-MP) visant à coordonner leurs actions.

22Le redéploiement régional rend plus aigües les questions de gouvernance territoriale. Si la coexistence de deux CoMUE ne posent pas en soi de problème, leur rapport au territoire n’est pas le même. Un enjeu fort pour la nouvelle institution régionale sera de concilier des modes de gouvernance hérités pour assurer l’équité entre les sites. Dans ce jeu complexifié de relations, les IUT chercheront certainement à peser d’une seule voix sur les décisions.

Conclusion

23La carte technologique universitaire s’est construite dans la conciliation d’impératifs économiques, sociaux et territoriaux. Depuis un demi-siècle, les IUT ont démontré que la concentration des moyens dans de grands centres urbains ne constitue pas une nécessité absolue pour favoriser le développement d’activités supérieures et ils ont incontestablement contribué à la territorialisation de l’enseignement universitaire. L’analyse des potentiels et des trajectoires de certains sites suggère qu’on ne peut imaginer un système universitaire figé sur une carte structurée autour de quelques grands pôles. Les évolutions plus générales de la carte universitaire dans les vingt-cinq dernières années plaident d’ailleurs pour la construction d’une carte ouverte à une plus grande différenciation entre les sites (volume et caractéristique de l’offre de formation, spécialisation, attractivité). Une telle inflexion est cependant conditionnée par une gouvernance plus forte de l’enseignement supérieur et de la recherche en région pour que le concept de « carte technologique universitaire » soit réfléchi pour évaluer les complémentarités et les concurrences entre sites infra et inter régionaux. Mais, dans un contexte institutionnel mouvant, reconfigurations universitaires et territoriales rendent plus incertaines les conciliations de modes de gouvernance (Faure, Négrier, 2007). La politique régionale de Midi-Pyrénées et des universités toulousaines a initié des choix territoriaux structurants pour les IUT qui appelleront certainement des arbitrages à l’échelle de la nouvelle région au risque d’une forme de standardisation des leviers de leur développement.

Haut de page

Bibliographie

Allegre (C.), 1993, L’âge des savoirs. Pour une renaissance de l’université, Paris, Gallimard, coll. Le Débat.

Baron (M.), 1994, La place des I.U.T. dans la structuration de l’espace de formation supérieure en France, Thèse de géographie, Université de Paris I.

Baron (M.), 2004, « La formations supérieure en région », Cybergéo : revue européenne de géographie,[en ligne], Espace, Société, Territoire, document 279, mis en ligne le 23 juin 2004, consulté le 10 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/2575.

Béhar (D.), 1977, « Villes moyennes, villes moyen », Annales de Géographie, n° 478, novembre-décembre, pp. 641-685.

Bernard (M.), 1995, « Parcours d’une réforme : les I.U.T. À propos d’une circulaire : quel débat ? », Agora débats/jeunesses, n° 1, 2e trimestre, pp. 69-80.

Caro (P.), 2006, « La dimension spatiale des systèmes formation-emploi », L’Espace géographique, n° 3, tome 35, pp. 223-240.

Coutelier (F.) et Gagnier (J.) (dir.), 1998, Développement universitaire et développement territorial : l’impact du plan U2000 (1990-1995), Paris, La documentation française.

Cytermann (R.), 2008, « L’enseignement supérieur, la recherche et les territoires », cycle EHESS, 26 mai, site PRISME.

DATAR, 2013, 50 ans d’aménagement du territoire, Paris, La documentation française.

Duport (J.-P.), 2008, Aménagement du territoire, enseignement supérieur et recherche : entre proximité et excellence, rapport 1-8 présenté au Conseil Economique et Social, 149 p.

Faure (A.), Négrier (E.), (dir), 2007, Les politiques publiques à l’épreuve de l’action locale. Critiques de la territorialisation, Paris, L’Harmattan.

FMVM, 2010, IUT en villes moyennes : Promouvoir une filière d’insertion, de promotion sociale et de développement territorial, Haguenau, réunion-débat, 8 novembre.

Filâtre (D.), 1994, « Développement des universités et aménagement des territoires universitaires », in Dubet F., Filatre D., Merrien F.-X., Sauvage A., Vince A., Universités et villes, Paris, L’Harmattan.

Frémont (A.), 1990, « L’aménagement du territoire universitaire », Espace géographique, tome 19-20, n° 3, pp. 193-202.

Frémont (A.), Hérin (R.) & Joly (J.), (dir.), 1992, Atlas de la France universitaire, Paris, Reclus, La Documentation Française.

Gaxie (D.), 1997, Luttes d’institution. Enjeux et contradictions de l’administration territoriale, Paris, L’Harmattan.

Goulard (F.), (dir), 2007, L’enseignement supérieur en France. État des lieux et propositions, rapport du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, 150 p.

Grossetti (M.), (ed), 1994, Université et territoire. Un système local d’enseignement supérieur, Toulouse et Midi-Pyrénées, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Groupe de travail PRES-IUT (coll.), 2012, Les IUT de Midi-Pyrénées au sein de l’Université Toulouse Midi-Pyrénées, document de synthèse, janvier-juillet.

IGAENR, 2015, Quelle évolution de l’État territorial pour l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche?, rapport au Premier Ministre, 2015-021, 40 p.

2012, Les IUT de Midi-Pyrénées au sein de l’Université Toulouse Midi-Pyrénées, rapport du groupe de travail PRES de Toulouse.

Marcou (G.), 2015, « L’État, la décentralisation et les régions », Revue française d’administration publique 4/2015 (N° 156), p. 887-906.

Mespoulet (M.), (dir), 2012, Universités et Territoires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes

Levy (R.), Bourbiaux (O.), 2015, « La recherche dans les SUVM : un travail d’équipe », in Lévy R., Soldano C., Cuntigh P., (dir), L’université et ses territoires, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Lévy (R.), Soldano (C.), Cuntigh (P.), 2015, (dir), L’université et ses territoires, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, pp. 97-109.

Levy (R.), Sibertin-Blanc (M.) & Jegou (L.), 2013, « La production scientifique universitaire dans les villes petites et moyennes (1980-2009) », M@ppemonde, n° 110.

Michel (M.), 1977, « Ville moyenne, ville-moyen », Annales de Géographie, n° 478, Volume 86 pp. 641-685.

Roo (P.), 2007, Les villes moyennes françaises. Enjeux et perspectives, DIACT, Paris, La Documentation Française, coll. Travaux.

Soldano (C.), 2012, « Qualifier pour ne pas être disqualifiées », in M. Mespoulet, (dir), 2012, Universités et Territoires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, pp. 75-87.

Soldano (C.), 2015, « Les recompositions des territoires universitaires bretons : la singularité régionale à l’épreuve des injonctions nationales », Colloque Du pôle aux réseaux. Autour de la construction d’un système d’enseignement supérieur en Bretagne (1945-2015). Entre déploiement territorial, diversification et structurations, Rennes, 18-19 juin.

Vernières (M.), 2006, L’enseignement supérieur, un élément de la dynamique des territoires, Cahiers de la Maison des Sciences Économiques, pp. 16-30.agne (1945-20

Haut de page

Notes

1 Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale aujourd’hui intégrée au CGET, Commissariat Général à l’Egalité des Territoires.

2 Article 33 de la loi du 26 janvier 1984 abrogé par ordonnance en juin 2000 et remplacé par l’article L713-9 du Code de l’Éducation qui limite l’autonomie financière et de gestion des instituts internes des universités.

3 La politique des villes moyennes (20 000 à 200 000 habitants) donne lieu à « la première invention du contrat territorial entre l’État et les élus locaux » (DATAR, 2013). Paradoxalement, les décisions de création de nouveaux départements d’IUT seront peu impactées par les contrats de villes moyennes signés entre 1973 et 1979 par plus de soixante-dix municipalités.

4 Le Plan prévoit de doubler les capacités d’accueil dans les filières liées aux nouvelles technologies au rythme de 1000 étudiants par an (1e et 2e années) jusqu’en 1986.

5 Il était prévu au démarrage du Plan, une implantation de départements d’IUT à Foix et Montauban (académie de Toulouse), ce qui n’aura pas lieu. Par contre, un département d’IUT sera ouvert à Figeac, petite ville rurale de 10 000 habitants, fief du président du Conseil Régional.

6 L’implantation sur un nouveau site urbain fait exception. La dernière en date (2015) concerne la délocalisataion d’un département de l’IUT de Rodez à Millau.

7 La délimitation démographique des villes moyennes est sujette à discussion. Selon l’échelle de la commune ou de l’aire urbaine, les seuils se situent entre 20 000 et 200 000 habitants.

8 Un indicateur encore trop peu mobilisé serait de mesurer l’insertion professionnelle des diplômés sur des emplois de proximité, avec les réserves liées aux poursuites d’études de plus en plus nombreuses.

9 Une rapide analyse du site national des IUT (www.iut.fr) montre que pratiquement tous les sites d’aires moyennes ont une offre parfois conséquente de licences professionnelles : une seule à Gap ou Draguignan mais huit à Alençon.

10 Sans faire l’énumération des lois votées entre 2006 et 2013, on retiendra la création des PRES (2006) puis des CoMUE (2013), le plan Campus (2008) et les programmes d’investissement d’avenir (2009).

11 Loi du 27 janvier 2014 sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (loi MAPTAM) confirmant les Régions, chefs de file pour l’exercice des compétences relatives au soutien à l’enseignement supérieur et à la recherche et créant neuf nouvelles métropoles dotées de pouvoir économique. Loi du 7 août 2015 portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe) qui confirme le rôle des régions et renforce le rôle des intercommunalités.

12 Les Echos, 28/12/2015, « Toulouse et Montpellier font front commun ». Les deux métropoles représentent à elles deux plus de 70 % du PIB de la grande région et concentrent 80 % des étudiants. En 2016, les deux villes ont signé un accord de partenariat économique pour faire face à la concurrence mondiale.

13 Nîmes est une ancienne délocalisation des universités montpelliéraines qui a construit son projet d’établissement sur la professionnalisation de ses formations. Le site a obtenu le statut d’EPCS en 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les instituts universitaires de technologie en 1988-89
Légende Source : MENJS, GIP RECLUS L’enseignement supérieur en cartes, 1992, p. 10
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Carte 2. Localisation des IUT selon le schéma U2000
Légende Source : Frémont (A.), Hérin (R.), Joly (J.), Atlas de la France universitaire, Paris, Reclus, La Documentation Française, 1992, p. 247
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Carte 3. Les départements d’IUT en 1994
Légende Source : Brocard M., Jérin R., Joly J., Atlas de France, Réclus, La documentation française vol. 4, 1996, p. 7
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte 4. Répartition des étudiants dans les sites technologiques et des filières de formation
Légende Lecture : Nîmes : IUT de plein exercice. 4 départements industriels. 1 département tertiaire. Sources : Atlas de l’enseignement supérieur édition 2015 et site internet des IUT
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3204/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carte 5. Poids des étudiants des IUT dans les systèmes locaux d’enseignement supérieur
Légende Lecture : Nîmes : Les étudiants des IUT représentent 7.5 % des effectifs d’enseignement supérieur, 14 % des effectifs universitaires. Sources : Atlas de l’enseignement supérieur éd. 2015
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3204/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Soldano, « Les IUT au prisme des territoires », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 91-111.

Référence électronique

Catherine Soldano, « Les IUT au prisme des territoires », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 14 février 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3204

Haut de page

Auteur

Catherine Soldano

Maître de conférences – IUT2 Université de Toulouse Jean Jaurès CERTOP UMR 5044 CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals