Navigation – Plan du site

Des ambitions raisonnables et raisonnées. Accéder à l’enseignement supérieur par les IUT et les STS

Reasonable and reasoned ambitions. Access to higher education by IUT and STS
Sophie Orange
p. 113-132

Résumés

Un grand nombre d’élèves entrant en STS ou en IUT après le baccalauréat le font par défaut, soit qu’ils ont renoncé à candidater dans une autre formation qui avait leur préférence, du fait de leur niveau scolaire, soit qu’ils n’y ont pas été admis. Si ces deux formations accueillent des bacheliers qui en rabattent de leurs ambitions scolaires, cette modération des aspirations n’est pas vécue de la même manière. Tandis que les candidats à l’entrée en STS vivent malgré tout leur parcours sur le mode de la promotion scolaire, beaucoup de candidats à l’entrée en IUT qualifient leur orientation de « raisonnable ». Cette différence tient à la fois aux différences dans la sociographie des publics respectifs de ces filières mais aussi à leur position relative dans l’espace segmenté de l’enseignement supérieur.

Haut de page

Texte intégral

1Les Instituts Universitaires de Technologie (IUT) et les Sections de Techniciens Supérieurs (STS) sont fréquemment rapprochés dans les discours politiques et médiatiques (Bodin & Orange, 2013) comme dans les travaux scientifiques en sociologie de l’éducation, et ce au nom de caractéristiques formelles communes. Ces deux formations partagent en effet l’appellation de « cycles courts professionnels post-baccalauréat » (Ertul, 2000 ; Mazeran & alii, 2007) et un ensemble de caractéristiques communes : leur niveau de recrutement (Baccalauréat), le niveau du diplôme délivré (Niveau III pour les Diplômes Universitaires de Technologie – DUT – et les Brevet de Techniciens Supérieurs – STS –), leur durée de formation (2 ans, enseignement supérieur court), leur vocation professionnalisante (stages obligatoires) et le statut auquel elles conduisent (technicien supérieur). Par ailleurs, ces deux formations appartiennent à une même génération de diplômes : les STS ont été créées en 1959 et les IUT en 1966. Leur création s’inscrit dans une période où l’idée d’un cycle court de l’enseignement supérieur se développe dans de nombreux pays, notamment à partir du modèle américain des junior colleges et avec le concours de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) (Brint & Karabel, 1991 : 79). L’objectif de ce type de formations est double : pourvoir le marché du travail en cadres intermédiaires et maintenir une partie des nouveaux étudiants issus de la massification scolaire à l’écart des cycles longs (Clark, 1960). Ces deux filières, considérées à leurs débuts comme « voisines », « concurrentes » voire faisant « double-emploi », n’avaient pas vocation à perdurer toutes les deux et les IUT devaient initialement supplanter les STS.

2Plus de cinquante ans après leur création, les deux formations continuent pourtant de co-exister. Cependant, leur place dans l’enseignement supérieur a changé et les profils de leurs étudiants respectifs ont fortement évolué (Baron, 1999 ; Orange, 2011). L’enjeu de cet article est de montrer que la catégorie « cycle court » constitue un concept inopérant pour comprendre la place respective occupée par les STS et les IUT, d’une part dans l’espace de l’enseignement supérieur et d’autre part dans les logiques d’orientation des bacheliers. Il apparaît en effet, à l’analyse des statistiques de la composition scolaire et sociale de ces deux types de formation mais aussi des projections scolaires post-baccalauréat des élèves de terminale, que les STS et les IUT n’assurent pas le même rôle dans l’accès à l’enseignement supérieur, mais surtout, elles n’assurent pas l’accès au même segment de cet espace. Quand les premières constituent des voies terminales pour une large partie des nouveaux bacheliers de l’enseignement supérieur issus de la seconde massification (1985-1995) (bacheliers technologiques, bacheliers professionnels et bacheliers d’origine populaire) (Erlich, 1998), les seconds font office de voies préparatoires aux études longues pour des profils scolaires et sociaux intermédiaires.

  • 1 Cette enquête, commanditée par la région des Pays de la Loire, a été menée en collaboration avec Cl (...)

3Cet article s’appuie sur les données statistiques issues d’une enquête menée par questionnaires auprès de 4 414 élèves de terminale de l’Académie de Nantes en 2014 et portant sur les représentations de l’enseignement supérieur et la construction des choix scolaires1. Il s’appuie également sur l’analyse secondaire du fichier exhaustif des vœux enregistrés dans l’application Admission Post-Bac dans l’Académie de Nantes en 2013.

Un même rôle de canalisation des aspirations et des parcours

4Cinquante ans après la création des IUT et des STS, les données statistiques sur les choix post-baccalauréat et les parcours d’entrée dans l’enseignement supérieur semblent asserter le rôle de canalisation des aspirations de ces deux institutions. En effet, l’enquête réalisée en région Pays de la Loire révèle qu’un certain nombre d’aspirants à un IUT ou à une STS font ainsi montre d’une certaine retenue ou d’une forme d’auto-censure dans la formulation de leurs projets scolaires. Ainsi, les élèves de terminale interrogés et visant en priorité l’accès à un IUT ou une STS sont ceux qui admettent en plus forte proportion qu’ils auraient opéré un autre choix et demandé une autre formation s’ils avaient eu un meilleur niveau scolaire. Ce sont ainsi 38,7 % des aspirants à un IUT et 38,8 % des aspirants à une STS qui reconnaissent, avant même d’avoir procédé à leurs vœux post-bac, avoir fait le deuil d’une orientation scolaire souhaitée (Graphique n° 1). L’interrogation des vœux post-bac en train de se faire permet d’approcher les opérations d’arbitrage qui précèdent les choix effectivement déclarés. Ces informations n’auraient pu être obtenues en analysant les vœux effectifs dans l’application APB, car il n’y en aurait pas eu la trace, ni en interrogeant les élèves une fois qu’ils seraient devenus étudiants, car l’illusion rétrospective aurait probablement gommé ces projets avortés. S’il n’est pas sûr que ces vœux déclarés quelques mois avant le déroulement de la phase de choix Admission Post-Bac correspondent aux vœux finalement enregistrés, il n’en demeure pas moins intéressant d’en analyser les conditions de production.

  • 2 On fait ici référence à la fonction de « cooling-out » des ambitions attribuée par Burton Clark aux (...)

5Ces déclarations d’intentions ou, en l’occurrence, de non intentions, témoignent d’un sens bien compris des limites chez un certain nombre d’étudiants et du rôle joué par les STS et les IUT dans l’aiguillage des parcours d’entrée dans l’enseignement supérieur. Derrière des premiers choix déclarés pour ces filières, s’expriment donc en réalité, davantage que pour les autres filières, un grand nombre d’ambitions modérées, c’est-à-dire de projets scolaires ou professionnels auxquels les élèves ont renoncé. Ces taux sont bien supérieurs à ceux observés par exemple pour la première année de licence universitaire, qui n’est visée que par 27,4 % d’élèves ayant revu à la baisse leurs ambitions, et plus encore que les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ou la première année commune aux études de santé (PACES) qui ne recueillent respectivement que 13,8 % et 13,1 % de projections « refroidies »2. En cela, les STS et les IUT répondent bien à un des objectifs initiaux qui leur avaient été attribués, à savoir détourner un certain nombre de bacheliers des cursus longs de l’enseignement supérieur, et recueillir des candidatures mesurées.

Graphique n° 1. Part des élèves qui auraient envisagé une autre poursuite d’études s’ils avaient eu un meilleur niveau scolaire, en fonction du type de poursuite d’études effectivement envisagée (en %) 

Graphique n° 1. Part des élèves qui auraient envisagé une autre poursuite d’études s’ils avaient eu un meilleur niveau scolaire, en fonction du type de poursuite d’études effectivement envisagée (en %) 

Source : Enquête Prismes, 2014.

Graphique n° 2. Orientation par défaut lors de la première orientation dans l’enseignement supérieur en fonction de la filière d’inscription (en %).

Graphique n° 2. Orientation par défaut lors de la première orientation dans l’enseignement supérieur en fonction de la filière d’inscription (en %).

Source : enquête Conditions de vie, OVE, 2013.

  • 3 Ce taux est également très élevé en écoles de commerce. Pour une analyse de l’orientation en école (...)

6Les données de l’Observatoire de la vie étudiante (OVE) viennent compléter ce constat, cette fois-ci en aval des processus de sélection et d’affectation. Il apparaît en effet que le taux d’orientation par défaut lors de la première inscription dans l’enseignement supérieur est particulièrement élevé en STS et en IUT3. Ainsi, près d’un tiers des étudiants de ces filières (respectivement 32,9 % pour les premiers et 28,9 % pour les derniers) déclarent avoir cherché à s’inscrire dans une autre formation sans y parvenir. L’orientation vers ces formations se confirme comme relevant, pour un nombre non négligeable de leurs étudiants, d’un second choix.

7Beaucoup se retrouvent donc en IUT et en STS à défaut de s’être autorisés à candidater ou d’avoir pu accéder à une autre formation préférée. Ce sont donc plus souvent qu’ailleurs des orientations de raison qui ont conduit une grande partie des bacheliers vers ces filières, qu’ils se soient montrés raisonnables dans leurs choix ou bien qu’ils aient dû se faire une raison, suite à un refus éprouvé par ailleurs.

8Pour autant, si les parcours d’entrée en IUT et en STS semblent objectivement souvent le produit d’une modération des aspirations, les façons de penser et qualifier les parcours diffèrent d’un point de vue cette fois-ci plus subjectif. Les élèves visant un IUT sont ainsi ceux qui considèrent dans de plus fortes proportions qu’il vaut mieux être « raisonnable » plutôt qu’«  ambitieux » dans le choix de ses études. Ce sont plus d’un tiers des candidats à un IUT qui sont dans ce cas, soit 35,5 %. En cela, ils se distinguent très nettement des candidats à des cursus prestigieux institutionnellement et hautement sélectifs académiquement comme les concours de Sciences Po (6,3 %), les écoles d’architecture (6,5 %), la première année commune des études de santé (PACES) (7,3 %) ou encore les classes préparatoires aux grandes écoles (13,1 %). Mais ils se distinguent aussi très nettement des aspirants à des cursus moins haut placés dans la hiérarchie sociale et scolaire de l’enseignement supérieur, comme les formations paramédicales (18,1 %), les licences universitaires (25,3 %) ou encore les écoles du travail social (27,4 %). Surtout, les candidats à un IUT se montrent plus « raisonnables » que les candidats à une STS (35,5 % pour les premiers contre 25,8 % pour les seconds).Les futurs postulants à un IUT ont donc davantage le sentiment que leurs homologues futurs postulants à une STS de modérer leur projet scolaire en faisant le choix d’un cycle court. Ils sont également les plus nombreux à considérer que leur projet scolaire n’est « pas du tout clair », lors du premier trimestre de terminale : 20,7 % des aspirants à un IUT sont dans ce cas, contre 16,7 % de ceux qui visent une STS, 14,9 % de ceux qui se projettent en CPGE ou encore 14 % de ceux qui se projettent en licence universitaire. De même, ils sont les plus nombreux en proportion à ne pas être en mesure de formuler un projet de métier ou de secteur professionnel (13,6 % de non-réponses pour une moyenne de 9,3 % pour l’ensemble des filières et 8,7 % pour les candidats à une STS).

9Cette incertitude face à l’avenir ne semble pas être tributaire d’un manque d’informations sur le processus d’orientation ou sur l’organisation des différents cursus. En effet, les candidats à un IUT sont ceux qui affirment le plus souvent avoir assisté à des portes ouvertes d’université, des salons de l’étudiant, visité des centres d’information et d’orientation (CIO) ou encore bénéficié d’un entretien avec un conseiller d’orientation psychologue (COP). Ils se présentent donc plutôt comme sur-informés par rapport à la moyenne des élèves de terminale interrogés.

10Pour comprendre ce rapport objectivement et subjectivement mesuré à la poursuite d’études, il est nécessaire de s’interroger sur les spécificités scolaires et sociales de ces élèves, et de replacer plus largement le choix d’un IUT après le baccalauréat dans le champ plus large des choix scolaires dans l’enseignement supérieur.

STS et IUT : sociographies contrastées et espaces segmentés

11L’analyse des choix scolaires opérés au moment du baccalauréat montre qu’avant même les opérations de sélection et de recrutement, les candidats à un IUT ne sont pas les candidats à une STS. En bref, ces deux formations ne visent ni n’attirent les mêmes bacheliers. À un recrutement plus faible scolairement et socialement pour les STS, s’oppose un recrutement relativement plus élitiste pour les IUT. Ainsi, plus des deux tiers des élèves dont le premier vœu est un IUT sont titulaires d’un baccalauréat général (dont plus de la moitié avec mention), quand ce n’est le cas que de 19,1 % des élèves dont le premier vœu est une STS. De même, les enfants de cadres sont beaucoup plus nombreux parmi les aspirants à un IUT (29,4 %) que parmi les aspirants à une STS (16,3 %).

Tableau n° 1. Origine scolaire des candidats à une STS ou un IUT en vœu numéro 1 (en %) :

STS

IUT

Général

19,1 %

69,3 %

Mention

7,5

38,2

Sans mention

11,6

31,2

Technologique

37,1 %

28,0 %

Mention

15,8

17,8

Sans mention

21,3

10,2

Professionnelle

43,8 %

2,7 %

Mention

24,1

1,7

Sans mention

19,7

1,0

Total général

100 %

100 %

Source : APB, Académie de Nantes, 2013.
Lecture : 19,1 % des élèves dont le premier vœu est une STS est titulaire d’un baccalauréat général.

Tableau n° 2. Origine sociale des candidats à une STS ou un IUT en vœu numéro 1 (en %) :

STS

IUT

Agriculteurs

6,9

4,1

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

10,2

9,6

Cadres et professions intellectuelles supérieures

16,3

29,4

Professions intermédiaires

16,5

19,4

Employés

19,7

18,3

Ouvriers

30,4

19,3

Total général

100 %

100 %

Source : APB, Académie de Nantes, 2013. Lecture : 30,4 % des élèves dont le premier vœu est une STS est enfant d’ouvrier.

  • 4 Extrait d’une lettre du 24 novembre 1976 adressé à Monsieur le Ministre de l’Éducation par le Recte (...)
  • 5 Les extraits entre guillemets à suivre dans ce paragraphe sont issus des dossiers de demande d’ouve (...)
  • 6 Compte-rendu intégral de la séance du 14 novembre 1970 de l’Assemblée nationale consacrée à l’exame (...)

12Le développement parallèle des STS et des IUT au cours des cinquante dernières années a en effet vu leur public se différencier progressivement. Dans les années 1960 et 1970, l’objectif, asséné par le Ministère de l’Éducation et relayé par les recteurs, de « ne pas contrarier ni le recrutement ni le bon fonctionnement des départements d’IUT »4, a conduit les responsables de formations de STS à déplacer leur aire de recrutement. D’un point de vue spatial d’une part, les demandes d’ouverture de classes de STS se sont multipliées dans les lycées de villes moyennes ou de gros bourgs ruraux, éloignés des départements d’IUT, engendrant une profonde modification de la géographie de l’enseignement supérieur. D’un point de vue sociographique, les chefs d’établissements et les enseignants ont également cherché à décaler le profil des étudiants attendus et à viser ceux qui « ne pourraient pas suivre un enseignement en IUT »5. Le développement quantitatif et qualitatif de ces deux formations, ainsi que leur maintien, se comprend donc de façon relationnelle. Les unes se sont positionnées et définies relativement aux autres. Tandis que les IUT ont clairement revendiqué leur appartenance aux études supérieures, marquée par le malthusianisme de leur recrutement, les STS ont au contraire affirmé leur filiation directe à l’enseignement technique secondaire et joué le jeu de la massification (Baron, 1999 ; Orange, 2011). La croissance exponentielle des STS à partir de la fin des années 1970 s’est notamment fortement appuyée sur celle des effectifs du baccalauréat de technicien, qui connaissent un taux d’accroissement annuel moyen de 8,2 % entre 1970 et 1980 (contre 1,4 % pour les effectifs du baccalauréat général) (Blöss & Erlich, 2000). Les responsables des formations de STS ont explicitement recherché « l’excellence technique » et l’aboutissement, dans le BTS, de « cinq ans de pratique », plutôt que de s’affirmer comme des annexes des universités. Ce pas de côté, géographique mais aussi scolaire, effectué par les Sections de techniciens supérieurs, pour éviter la concurrence avec les IUT, a dans le même temps pérennisé leur existence et conduit à une forme de décrochage vis-à-vis de l’espace de l’enseignement supérieur. Ces formations se sont dès lors développées à distance des autres filières en se constituant comme un véritable « autre supérieur » (Orange, 2013). Dans le même temps, la croissance des IUT a été plus faible que prévue, avec un volume de seulement 24 200 étudiants en 1970, alors que les prévisions en annonçaient 190 000 à cette date6.

13Si la composition sociale et scolaire moyenne des aspirants aux STS et aux IUT met en avant deux profils distincts, l’attention portée aux principes de divisions internes des différentes filières de chacun de ces types permet, outre de mieux connaître la structuration de ces sous-espaces de l’enseignement supérieur, de renforcer encore davantage la thèse d’une dichotomie entre les IUT et les STS.

14Lorsque l’on détaille, pour chaque spécialité de STS et d’IUT, le profil scolaire et social de leurs candidats (voir graphiques n° 3), il apparait d’abord que les sous-ensembles des spécialités de STS et d’IUT constituent des espaces hiérarchisés, qui se déclinent depuis les filières les plus élitistes (DUT Mesures physiques, DUT Information Communication, DUT Gestion des entreprises et des administrations pour les IUT ; BTS Commerce international, BTS Métiers de l’audio-visuel, BTS Opticien-Lunetier pour les STS) jusqu’aux filières les moins élitistes (DUT Carrières sociales ou DUT Réseaux et télécommunications pour les DUT ; BTS Après-vente automobile, BTS Travaux publics ou encore BTS Transports et prestations logistiques pour les STS).

15Mais surtout, l’observation de cet espace confirme que ces deux types de formations convoitent des publics différents. Plutôt que de constater soit la proximité, soit la continuité entre IUT et STS, il se confirme au contraire une césure assez nette dans le recrutement de ces deux types de formation. L’espace ainsi dessiné laisse en effet apparaître un écart réel entre les STS d’une part et les IUT de l’autre. À l’exception de quelques spécialités telles que le BTS Métiers de l’audio-visuel, le BTS Notariat, le BTS Communication, le BTS Commerce International (CI) ou encore le BTS Opticien-Lunetier, dont le profil des candidats est relativement proche de celui des candidats à un IUT, la grande majorité des STS se trouvent agrégées dans la marge inférieure de l’enseignement supérieur et clairement séparées des spécialités d’IUT.

16Cette dichotomie dans le recrutement des STS et des IUT, si on a vu qu’elle était le produit d’une histoire, est entretenue par le travail des acteurs de l’orientation scolaire qui agissent fortement sur les représentations de l’enseignement supérieur des lycéens et sur la délimitation de leur espace des possibles.

17Pour les élèves de terminale professionnelle, l’enseignement supérieur se limite ainsi presqu’exclusivement aux STS, tandis que les IUT constituent à l’inverse une véritable inconnue. Ce sont ainsi 50 % des élèves de terminale professionnelle qui ne savent pas ce qu’est un IUT ou n’en connaissent même pas le sigle. Les IUT font ainsi pour eux partie d’un vaste ensemble non identifié, qui existe « plus loin que le BTS » et dont l’accès ne leur est, de leur point de vue, pas autorisé. Un élève de terminale professionnelle commerce avoue ainsi : « IUT, moi je pensais que c’était un truc avec les ingénieurs ». Cette méconnaissance est directement liée aux prescriptions des conseillers d’orientation et des enseignants, qui présentent ces formations comme hors de leur portée. En terminale professionnelle Systèmes électroniques par exemple, deux élèves expliquent ainsi ce que la conseillère d’orientation du CIO leur a dit à propos de l’entrée en IUT : « un élève sur 100 de bac pro entre en DUT ». Ailleurs, en terminale professionnelle Maintenance des équipements industriels, une enseignante précise : « nous, on les oriente plus vers les BTS. L’IUT on leur dit que c’est plus dur ».

18Vu à présent du haut de la hiérarchie des filières du secondaire, l’IUT est également clairement distingué des STS et rapproché de l’Université. Un élève de terminale ES suggère en guise de définition de l’IUT : « c’est la fac classe ». Un autre répond à son voisin de table, qui s’interrogeait : « C’est quoi l’IUT ? » « C’est comme l’Université ». Ou encore, en filière scientifique : « c’est comme l’Université, c’est kif-kif ». Des élèves de terminale scientifique opposent clairement IUT et STS : « IUT c’est plus général alors que BTS c’est professionnalisant ». Même proposition dans une autre classe de terminale scientifique : « IUT c’est la théorie, le BTS c’est pratique ».

19Dans les cartographies mentales de l’enseignement supérieur des futurs bacheliers, les IUT sont donc rapprochés de l’Université et distingués des STS. Cette topographie trouve à s’objectiver lorsque l’on considère le profil scolaire et social des aspirants à une licence universitaire (Graphique n° 4). Si l’on constate que ces derniers sont tendanciellement légèrement plus dotés scolairement et socialement que les aspirants à un IUT, il n’en demeure pas moins que les profils des uns et des autres sont relativement proches, et que l’on ne constate pas, dans le positionnement au sein de l’espace ainsi construit des différents IUT et des différentes licences, la même rupture que celle observée entre les IUT et les STS. L’origine scolaire des candidats à une licence universitaire est plus élevée que celle des candidats à un IUT : le taux de bacheliers généraux est plus important. En revanche, du point de vue de l’origine sociale, les publics qui privilégient l’une ou l’autre de ces formations, sont relativement comparables.

Graphique n° 3. Part des enfants de cadres supérieurs et des élèves de terminale générale dans les premiers vœux des différentes spécialités de DUT et de BTS (en %) 

Source : APB, Académie de Nantes, 2013.

Graphique n° 4. Part des enfants de cadres supérieurs et des élèves de terminale générale dans les premiers vœux des différentes spécialités de DUT, de BTS et de licence universitaire (en %) 

Graphique n° 4. Part des enfants de cadres supérieurs et des élèves de terminale générale dans les premiers vœux des différentes spécialités de DUT, de BTS et de licence universitaire (en %) 

Source : APB, Académie de Nantes, 2013.

Exclusivité des STS et mise en comparaison des IUT

  • 7 Majoritairement accessibles de droit pour tout bachelier qui en fait la demande, à l’exception des (...)

20Cette césure entre STS et IUT se confirme lorsque l’on s’intéresse aux autres vœux demandés par les élèves et qu’on analyse la nature des appariements opérés dans l’application de saisie Admission Post-Bac. La composition des candidatures témoigne du caractère fortement segmenté de l’enseignement supérieur dans les projections des bacheliers, entre l’espace des STS d’une part et un espace contenant les autres formations (licences, CPGE, IUT, etc.) d’autre part. En effet, parmi ceux pour qui une STS constitue un premier vœu, le taux de candidatures exclusives de STS est de 66,4 %. En d’autres termes, deux tiers des élèves de terminale qui se projettent de manière privilégiée vers une STS le font à l’exception de tout autre choix. Cette unicité dans les choix ne s’observe autrement que dans le cas des filières universitaires7 où 80,3 % des aspirants en premier lieu à une licence universitaire ne demandent pas d’autres types de formations. Mais ces vœux exclusifs de licence masquent pour plus d’un tiers d’entre eux des vœux uniques (un seul vœu formulé dans APB), du fait de la non-sélectivité d’une grande majorité de ces filières. En revanche, pour 82,3 % des candidats qui ne formulent leurs vœux que parmi les STS (soit 54,7 % de l’ensemble des candidats dont le premier vœu est une STS), il s’agit de candidatures multiples, montrant par-là que l’espace des STS fonctionne comme un sous-segment de l’enseignement supérieur quasiment autonome, où un nombre important d’élèves y opèrent leur choix de façon séparée (Orange, 2010).

21Le constat diffère pour les candidats à un IUT en premier vœu. En effet, seuls 10,2 % des élèves dont le premier vœu est un IUT demandent seulement des IUT. En cela, les aspirants à un IUT présentent une logique de choix plus proche des candidats en priorité à une CPGE (8,7 % d’entre eux ne demandent que des CPGE). Ils procèdent à des candidatures plus variées au sein des différents types de formations de l’enseignement supérieur.

22Ces différentes logiques d’appariements des vœux montrent bien la place centrale et intégrée des IUT au sein de l’espace de l’enseignement supérieur, tandis qu’elles soulignent la position marginale (au bas de la hiérarchie académique et sociale, et à part) des STS. De manière générale en effet, les aspirants à un IUT opèrent des choix répartis entre les différents types de formation de l’enseignement supérieur, tandis que les aspirants à une STS opèrent des choix beaucoup plus circonscrits. Cela se traduit quantitativement dans le nombre de grands types de formations demandés en fonction de celles qui le sont en premier vœu, et qualitativement dans le type de formations associées en fonction de l’affectation demandée en premier vœu. On constate d’abord que les candidats en priorité à un IUT sont les plus nombreux à panacher au moins trois types de formations parmi leurs vœux (36,3 %, contre 8,9 % pour les aspirants à une STS en premier vœu). Ensuite, ils affichent des taux non négligeables de vœux à destination aussi bien des filières dominantes de l’espace de l’enseignement supérieur (5,5 % de vœux de CPGE contre 0,6 % pour les candidats en priorité à une STS) que des filières dominées (49,5 % de vœux de BTS contre 6,9 % pour les candidats en priorité à une CPGE).

Tableau n° 3. Nombre de types de formations demandées en fonction du type de vœu numéro 1 (en %) :

STS

CPGE

IUT

Licences
universitaires

Total général

1

66,0

8,5

10,2

80,1

54,0

2

25,0

60,4

53,5

15,7

29,7

3

7,7

22,8

31,6

3,4

12,8

4 et +

1,2

8,3

4,6

0,8

3,5

Total général

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : APB, Académie de Nantes, 2013. Lecture : 66 % des élèves qui ont demandé en premier vœu une STS n’ont demandé qu’un seul type de formation parmi leurs candidatures, soit uniquement des STS. Note : les différents types de formation retenus sont : STS, CPGE, IUT, Licences universitaires, Écoles d’architecture, Écoles de commerce, Écoles supérieures d’art, Formations d’ingénieurs, Autres.

L’analyse des autres choix auxquels les élèves de l’enquête par questionnaires ont renoncé, confirme la rupture entre l’espace des STS et le reste de l’enseignement supérieur. Dans les formations envisagées par les aspirants à une STS, s’ils avaient eu un meilleur niveau, les licences universitaires occupent la plus haute place, rêvées silencieusement par 39,3 % d’entre eux. Dans ce cas, ce n’est pas la crainte de ne pas être admis qui suscite l’auto-censure des élèves, puisque l’inscription y est formellement ouverte à tout bachelier, mais bien le caractère symboliquement inaccessible de ces cursus. Un élève en terminale scientifique, n’ayant jamais redoublé et affichant une moyenne comprise entre 10 et 12, dont le père est manutentionnaire pour la régie des eaux et la mère factrice, inscrit pour seul vœu post-bac envisagé une STS Optique. Il confesse dans le même temps qu’il aurait souhaité faire une autre formation, s’il avait eu un meilleur niveau : « aller à l’Université pour voir plus loin ». Une élève de terminale professionnelle Commerce, ayant redoublé son CE2, aînée d’une fratrie de quatre enfants, dont le père est agriculteur et la mère employée administrative en assurance, se projette également vers une unique formation : une STS Commerce en alternance. Elle avoue plus loin qu’elle « serai[t] peut-être allée en Université » si elle avait eu un meilleur niveau. Nombreux sont ainsi les élèves à comprimer leur souhait d’entrer à l’Université et à se satisfaire de la projection en STS. Ces quelques exemples rappellent tout le processus d’autorégulation qui régente les vœux d’orientation, et qui intervient avant même les opérations de sélection et d’affectation par les institutions. Parler d’«  autorégulation » ne signifie néanmoins pas que l’institution scolaire n’y joue aucun rôle : comme on l’a évoqué plus haut, le travail de prescription des agents de l’orientation scolaire contribue en effet fortement à modeler les aspirations et à en définir certaines comme impossibles.

Les autres formations de l’enseignement supérieur sont relativement peu présentes au sein des projets avortés des candidats à une STS, contrairement aux candidats à un IUT. Se confirme ici la mise en balance beaucoup plus systématique, pour les aspirants à un IUT, de ces formations avec les autres formations de l’enseignement supérieur, qu’il s’agisse des licences universitaires, des écoles d’ingénieurs, des classes préparatoires aux grandes écoles ou encore des écoles de commerce.

C’est véritablement dans cette diversité de l’espace des possibles scolaires que peut se comprendre l’appréhension « raisonnable » des parcours scolaires de ces élèves. Ils conçoivent en effet leur orientation comme plus faible relativement aux autres filières mises en comparaison, et sont donc plus enclins à la vivre sur le mode de la modestie voire du déclassement. Pour les candidats à une STS, pour lesquels ces formations constituent bien souvent le seul espace des pensables, il n’est en revanche pas incohérent qu’ils puissent vivre cette orientation sur le mode de la promotion scolaire.

Graphique n° 5. Autre formation souhaitée si l’élève avait eu un meilleur niveau (en %) 

Graphique n° 5. Autre formation souhaitée si l’élève avait eu un meilleur niveau (en %) 

Source : Enquête PRISMES, 2013.

23De même, la façon dont les élèves envisagent la suite après un cursus en IUT ou en STS montre bien le rôle assigné à l’une ou à l’autre de ces institutions. Près de la moitié des aspirants à une STS (44,5 %) envisagent d’entrer sur le marché du travail une fois le BTS obtenu, tandis que seuls 10,1 % des candidats à l’entrée en IUT ne souhaitent pas poursuivre leurs études à l’issue du DUT. Il se confirme là encore que les STS sont largement envisagées comme le point culminant d’une trajectoire scolaire, tandis que l’entrée en IUT constitue plutôt une façon d’entrer, par la « petite porte », dans l’enseignement supérieur (Lafarge & Marchetti, 2011).

Expériences du déclassement scolaire et entrée dans le supérieur par la « petite porte »

24La manière dont les élèves de terminale appréhendent l’enseignement supérieur conduit donc à l’envisager de manière duale, en considérant d’une part les STS comme espace quasiment autonome et d’autre part l’ensemble des autres filières de l’enseignement supérieur, hiérarchisées selon leur prestige et la composition scolaire et sociale de leur public. Selon cette cartographie des usages de l’enseignement supérieur, les IUT se trouvent relégués au bas de l’espace ordinaire de l’enseignement supérieur (i.e. hors STS). Le décalage entre cette position dominée et la dotation parfois élevée en ressources économiques et sociales de certains de ses aspirants, peut expliquer le désajustement ressenti et exprimé dans l’appréhension de leur parcours scolaire.

25Aline est en terminale ES dans un lycée privé de la Sarthe. Elle n’a connu aucun redoublement dans sa scolarité. Elle est l’aînée d’une fratrie de deux enfants. Son père est chirurgien vasculaire et sa mère diététicienne. Elle se considère comme une élève faible et déclare une moyenne comprise entre 10 et 12 pour son année de première. Interrogée à la fin du mois d’octobre de son année de terminale, elle annonce qu’elle procèdera à deux vœux dans l’application Admission Post-Bac (APB) : IUT Gestion des entreprises et des administrations (GEA) au Mans et une école de commerce à Angers. Elle désigne l’IUT comme son vœu préféré, qu’elle classera en premier. Elle confesse qu’elle aurait souhaité suivre un cursus de médecine si elle avait eu un meilleur niveau. Elle n’a pas encore d’idées de métier ou de secteur professionnel pour son avenir.

26Damien est élève en terminale scientifique dans un lycée polyvalent public du Maine-et-Loire. Son père est technicien agricole et sa mère est professeur des écoles. Un de ses deux grands frères est en école d’ingénieur, l’autre est en master d’ingénierie. N’ayant jamais redoublé, il se considère également comme un élève faible, avec une moyenne de première comprise entre 10 et 12. S’il ne sait pas encore quel métier il souhaite faire plus tard, il vise cinq années d’études après le baccalauréat. Dans son questionnaire, il a mentionné qu’il allait formuler trois vœux : « IUT Informatique / IUT Réseau et télécommunication / Prépa MPSI (Mathématiques-Physique-Sciences de l’Ingénieur) ». Parmi ces trois possibles, et contrairement à ce que la logique du prestige et de l’excellence scolaire pourrait laisser penser, Damien envisage de mettre en premier vœu l’IUT Informatique : « La prépa a l’air compliquée, je ne pense même pas avoir le niveau. » Sans même envisager de tenter sa chance dans la procédure APB, Damien modère ses ambitions. Il avoue qu’il aurait aimé faire une classe préparatoire, puis entrer dans une école du groupe INSA s’il avait eu un meilleur niveau scolaire.

27Guillaume envisage également cinq années d’études après le baccalauréat. Il est actuellement en terminale économique et sociale (ES) dans un lycée privé de Mayenne. Il n’a jamais redoublé et arbore une moyenne comprise entre 12 et 14. Son père est cadre de santé et sa mère infirmière en psychiatrie. S’il ne formule, à la fin du mois de septembre, qu’un seul vœu dont on peut penser qu’il est susceptible de changer avec le temps, il affirme néanmoins que son projet est « très clair ». Il souhaite candidater au département Techniques de commercialisation de l’IUT de Laval, pour devenir par la suite directeur des ressources humaines. Il a malgré tout déjà écarté un autre projet d’orientation « en fac de droit, sciences politiques », ne se sentant pas le niveau pour le faire.

28Ces quelques courts portraits, qui permettent d’incarner les données statistiques, conduisent à affiner encore l’analyse des parcours d’entrée en IUT et la façon dont ils sont vécus par les étudiants. Ce qui ressort de ces trois configurations et plus largement de l’enquête, c’est la part importante d’élèves issus de familles disposant d’un volume relativement élevé de ressources économiques et sociales, mais dont le faible niveau scolaire ou une localisation géographique éloignée des grandes villes d’enseignement supérieur, obligent à réduire les ambitions auxquelles ils auraient pu aspirer au regard de leur dotation. Le choix d’un IUT correspond alors à une voie de repli « raisonnable », un cursus de sécurité face aux parcours qui ne garantissent un diplôme qu’à long terme, dans des filières prestigieuses (CPGE) ou dans des formations peu cadrées (Université). De la même manière que dans les stratégies de contournement de la carte scolaire ou de scolarisation des enfants dans le privé, ces familles de classe moyenne ou supérieure opèrent des formes de placement scolaire de sûreté en vue de minimiser les risques de déclassement social, la poursuite d’études envisagée après l’IUT permettra à leur progéniture de regagner des cursus longs et de pouvoir viser des emplois de même niveau voire plus qualifiés qu’eux.

29Néanmoins, ces stratégies d’entrée dans l’enseignement supérieur n’évitent pas un déclassement scolaire objectif, et vécu subjectivement comme tel. Lorsqu’ils envisagent l’IUT, un certain nombre d’élèves éprouvent le regret d’un cursus en classe préparatoire, puis en école supérieure d’ingénieur ou de commerce, ou même d’un cursus en licence universitaire. S’il y a stratégie de contournement des filières de l’enseignement supérieur, et notamment des filières non-sélectives, par l’entrée en IUT, c’est bien d’un contournement par le bas dont il s’agit. La forte proportion de projets écartés faute d’un meilleur niveau ou d’expression de la nécessité (faite vertu) de procéder de manière « raisonnable » dans sa poursuite d’études en constitue la preuve.

Conclusion

30Derrière des caractéristiques institutionnelles communes, les IUT et les STS diffèrent fortement tant au niveau de la sociographie de leurs publics respectifs que de leurs positions au sein de l’enseignement supérieur. Or, ces éléments conditionnent fortement les orientations vers ces formations et la façon dont elles sont vécues par les bacheliers. L’analyse conjointe des vœux envisagés, des vœux abandonnés et des vœux effectifs au sortir du lycée révèle en effet une véritable dichotomie entre les parcours d’entrée en IUT et les parcours d’entrée en STS. Le caractère intégré des IUT au sein de l’espace des formations de l’enseignement supérieur produit des parcours vécus modestement, quand ceux qui conduisent en STS, formation située à la marge inférieure de cet espace, sont qualifiés de manière plutôt ambitieuse par ceux qui les envisagent. C’est la segmentation de l’enseignement supérieur et la césure réelle entre les IUT et les STS qui expliquent (et sont révélées par) cet apparent paradoxe. En effet, la situation à part des STS, si elle ne leur donne accès qu’à un sous-espace relativement dominé, évite à leurs candidats la comparaison avec les autres formations et, de fait, le sentiment de déclassement. À l’inverse, la proximité des IUT avec les autres filières donne à voir à leurs étudiants leur situation en bas de l’enseignement supérieur et leur rappelle qu’ils y rentrent par la « petite porte ».

Haut de page

Bibliographie

Baron (M.), 1999, « I.U.T. et S.T.S. : deux équipements pour une même offre de formation ? », Annales de Géographie, n° 606, pp. 134-150.

Blanchard (M.), 2012, « S’orienter en école de commerce : goût de l’utile ou choix du raisonnable ? », SociologieS [En ligne], URL : http://sociologies.revues.org/4077.

Blöss (T.) & Erlich (V.), 2000, « Les nouveaux “acteurs” de la sélection universitaire : les bacheliers technologiques en question », Revue française de sociologie, n° 41, pp. 747-775.

Bodin (R.) & Orange (S.), 2013, L’Université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Bellecombe-en-bauges, Le Croquant.

Brint (S.) & Karabel (J.), 1991, « Les community colleges américains et la politique de l’inégalité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 86-87, pp. 69-84.

Clark (B.), 1960, « The “cooling out” function in higher education », American journal of sociology, n° 6, pp. 569-576.

Erlich (V.), 1998, Les nouveaux étudiants. Un groupe social en mutation, Paris, Armand Colin.

Ertul (S.) (dir.), 2000, L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF.

Lafarge (G.) & Marchetti (D.), 2011, « Les portes fermées du journalismes. L’espace social des étudiants des formations « reconnues » », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 189, septembre, pp. 72- 99.

Mazeran (J.), Experton (W.), Forestier (C.) & Gauron (A.), 2007, Les enseignements supérieurs professionnels courts : un défi éducatif mondial, Paris, Hachette.

Orange (S.), 2010, « Le choix du BTS. Entre construction et encadrement des aspirations des bacheliers d’origine populaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 183, juin, pp. 32-47

Orange (S.), 2011, « Le BTS, genèse d’un seuil scolaire », in M. Millet & G. Moreau, La société des diplômes, Paris, La Dispute, coll. « États des lieux », pp. 161-176.

Orange (S.), 2013, L’autre enseignement supérieur. Les BTS et la gestion des aspirations scolaires, Paris, PUF, coll. « Éducation et société ».

Haut de page

Notes

1 Cette enquête, commanditée par la région des Pays de la Loire, a été menée en collaboration avec Claire Lemêtre.

2 On fait ici référence à la fonction de « cooling-out » des ambitions attribuée par Burton Clark aux cycles courts américains (Clark, 1960).

3 Ce taux est également très élevé en écoles de commerce. Pour une analyse de l’orientation en école de commerce, voir : Blanchard, 2012.

4 Extrait d’une lettre du 24 novembre 1976 adressé à Monsieur le Ministre de l’Éducation par le Recteur de l’Académie de Poitiers, Archives de la carte scolaire, Archives départementales de la Vienne.

5 Les extraits entre guillemets à suivre dans ce paragraphe sont issus des dossiers de demande d’ouverture de classes de Sections de techniciens supérieurs, rédigés par les chefs d’établissements concernés. Archives départementales de la Vienne - Série W, 1354. Articles 1 à 78. Dossiers de cartes scolaires, 1951-1989.

6 Compte-rendu intégral de la séance du 14 novembre 1970 de l’Assemblée nationale consacrée à l’examen des crédits du Ministère de l’Éducation nationale.

7 Majoritairement accessibles de droit pour tout bachelier qui en fait la demande, à l’exception des filières dites « en tension », présentant une capacité d’accueil restrictive.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique n° 1. Part des élèves qui auraient envisagé une autre poursuite d’études s’ils avaient eu un meilleur niveau scolaire, en fonction du type de poursuite d’études effectivement envisagée (en %) 
Légende Source : Enquête Prismes, 2014.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3213/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique n° 2. Orientation par défaut lors de la première orientation dans l’enseignement supérieur en fonction de la filière d’inscription (en %).
Légende Source : enquête Conditions de vie, OVE, 2013.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3213/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Source : APB, Académie de Nantes, 2013.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3213/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Graphique n° 4. Part des enfants de cadres supérieurs et des élèves de terminale générale dans les premiers vœux des différentes spécialités de DUT, de BTS et de licence universitaire (en %) 
Légende Source : APB, Académie de Nantes, 2013.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3213/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Graphique n° 5. Autre formation souhaitée si l’élève avait eu un meilleur niveau (en %) 
Légende Source : Enquête PRISMES, 2013.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3213/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Orange, « Des ambitions raisonnables et raisonnées. Accéder à l’enseignement supérieur par les IUT et les STS », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 113-132.

Référence électronique

Sophie Orange, « Des ambitions raisonnables et raisonnées. Accéder à l’enseignement supérieur par les IUT et les STS », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 14 février 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3213

Haut de page

Auteur

Sophie Orange

Maître de conférences, Université de Nantes, Laboratoire CENS

Articles du même auteur

  • Les Sections de Techniciens Supérieurs et la redistribution des rôles entre étudiants, parents et école face à l’impératif scolaire
    Paru dans Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 8 | 2009
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals