Navigation – Plan du site

Le parcours de transition des étudiants choisissant les IUT lors de leurs parcours au sein de l’enseignement supérieur

The course of transition of the students choosing IUT during their paths within the higher education
Emmanuelle Leclercq et Christophe Beckerich
p. 133-154

Résumés

Cet article analyse l’évolution des parcours étudiants qui ont choisi à un moment de leur cursus d’obtenir un DUT. À partir des données de l’enquête nationale, mais également de données locales de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville, les auteurs donnent leur propre définition des parcours de transition. Si ces derniers ne discutent pas le phénomène massif de poursuites d’études des diplômés de DUT devenues majoritaires pour la plupart des étudiants, ils montrent néanmoins la pluralité des choix possibles et l’usage différencié du diplôme à un moment d’un cursus. Les auteurs définissent les parcours au croisement des caractéristiques sociales des étudiants, de l’évolution de l’offre de formation et de l’usage du diplôme face au marché du travail. Cependant, ils concluent que l’obtention d’un DUT permet aux étudiants de construire différentes catégories de parcours qui ne sont finalement pas que des stratégies de sécurisation face à l’emploi, mais également des consolidations de projets d’études et de projets professionnels ambitieux.

Haut de page

Texte intégral

1Aborder l’évolution des parcours des étudiants en IUT ne peut se faire sans revenir sur les mutations profondes du système universitaire durant ces dernières années. À leur création en 1966, les IUT proposent une offre de formation professionnalisante permettant de former les techniciens supérieurs des entreprises des secteurs secondaire et tertiaire qui font alors cruellement défaut à l’économie française en pleine croissance. Stages, projets tuteurés, enseignements académiques et technologiques seront les fondements de cette offre et restent toujours aujourd’hui leurs piliers. Ces approches pédagogiques et la proximité du monde de l’entreprise marqueront ainsi la différence des IUT et leur distance avec les enseignements universitaires propédeutiques.

  • 1 La réforme dite « Bayrou » par exemple incite en 1997 à des expériences de professionnalisation ant (...)

2Depuis lors, avec le développement du chômage de masse et l’évolution de la structure de l’économie française, européenne et mondiale, la professionnalisation des diplômés est progressivement devenue pour les pouvoirs publics une réponse que l’Université doit développer pour participer à la lutte contre le chômage des jeunes diplômés (Erlich, 2009) ; elle va concerner tous les cursus et s’accélérer (Agulhon, 2007)1. Dès les années 90, les diplômes professionnalisants attirent de plus en plus d’étudiants qui se détournent des filières plus académiques notamment en sciences humaines (Piriou, 1998).

3La réforme des Universités engagée par Valérie Pécresse dès 2007 va mettre l’insertion professionnelle au cœur des missions de l’Université. Le modèle de la professionnalisation se renforce et se diffuse impactant les choix d’orientation des étudiants.

« En 2007, sur 1 315 950 étudiants inscrits dans les universités de France métropolitaine et des départements d’outre-mer (IUT et écoles d’ingénieurs inclus), près de 590 500 étudiants suivent une formation professionnalisée et 725 400 évoluent dans les cursus de nature plus académique » (Marcian, 2010, p. 43).

4Cependant, dans un contexte de démographie étudiante croissante, l’attractivité des filières courtes professionnalisantes reste élevée en France (Grelet, Romani & Timoteo, 2010). Ainsi, à la rentrée 2015, 118 400 jeunes étaient étudiants en DUT et 265 600 en sections de techniciens supérieurs selon une enquête relatée par le « Monde de l’éducation » en 2016. Ce sont ainsi 45 % de la population âgée de 25 à 34 ans diplômés de l’enseignement supérieur qui ont un bac+2 (DUT, BTS) en France contre seulement 41 % dans l’ensemble des pays de l’OCDE (OCDE, 2016).

5Ces premiers chiffres tendent à montrer la forte attractivité des IUT qui, en cinquante années d’existence, attirent toujours un nombre important et croissant d’étudiants : 24 000 en 1970, 50 000 en 1980, 100 000 en 1997 et 116 400 étudiants préparent un DUT en 2014-2015 (MENESR, 2015). Derrière ces premiers chiffres, il faut pourtant analyser plus finement la situation. Pour ce faire, nous définirons la notion de parcours de transition afin de montrer les multiples « usages » du DUT par les étudiants. Nous considérons une première acception des parcours de transition qui empreinte aux définitions qu’en donne José Rose. Cette notion de transition renvoie à un processus, qui peut être plus ou moins long, dans un moment particulier de la vie menant vers l’insertion, au regard d’un contexte structurel circonscrit (Rose, 1996, 2014). Si le contexte de l’offre de formation a fortement évolué, il faut également prendre en considération de manières conjointes « ces nouveaux étudiants » pour reprendre l’expression de Nathalie Erlich (Erlich, 1998) dont les aspirations et les réalités sociales se sont également fortement modifiées dans cette période de massification des études supérieures. Cette contribution reviendra à la fois sur l’évolution de la notion même de parcours étudiant au regard de ces mutations tant de l’offre et du fonctionnement universitaires, que des orientations des étudiants qui décident de s’inscrire en IUT. L’analyse se fonde sur des résultats des enquêtes nationales IUT de la promotion 2013 de DUT pour des étudiants enquêtés en 2015, mais également sur des comparaisons avec d’autres promotions pouvant remonter jusqu’à 2001. Des points de précision seront par ailleurs apportés par l’analyse plus détaillée des résultats concernant les diplômes de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville.

L’enquête nationale

La méthodologie retenue pour l’enquête nationale

6L’enquête nationale a été généralisée à tous les IUT de France au début des années 2000 par l’Association des Directeurs d’IUT et le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’inspirant d’enquêtes organisées par certaines spécialités de DUT et en collaboration avec le CEREQ. Cette enquête a pour vocation aujourd’hui de proposer une vision fine de la réalité des IUT et sert d’outil de communication, d’animation et de pilotage des Instituts. La méthode de recueil permet de travailler sur des données collectées pour les diplômés d’une année N, avec une modalité d’enquête à 30 mois qui permet de connaître leurs parcours pendant cette période. L’enquête produit une connaissance de la réalité du tissu socio-économique qui les emploie et appréhende également les logiques de poursuite d’études. Elle s’intéresse à seize spécialités de DUT du secondaire et à huit spécialités du secteur du tertiaire.

  • 2 106 questions pour l’enquête sur le devenir des diplômés de la promotion 2013 enquêtée en 2015.

7De fait, les données exposées et analysées ici proviennent d’un questionnaire unique et partagé par l’ensemble des IUT qui est composé de 106 questions2, majoritairement fermées. Ces dernières portent sur les caractéristiques du diplômé et son cursus en IUT. Elles abordent ensuite la poursuite d’études et/ou les caractéristiques des emplois entre l’obtention du DUT et le moment de l’enquête. En moyenne chaque année, 45 000 diplômés sont ainsi enquêtés. De plus, ont été exploitées les données de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville avec une illustration sur la promotion des diplômés de DUT de 2012. La mise en perspective n’a pas vocation de comparaison, mais permet de rentrer plus finement dans les données, ce que ne permet pas toujours l’enquête nationale et notamment de comprendre les parcours plus atypiques. L’échantillon représente 470 répondants (53 % des diplômés).

Les transitions au travers de la notion de parcours retenue par l’enquête nationale

8Notre définition des transitions se fonde ici sur l’approche longitudinale que permet l’enquête nationale. Nous pouvons en effet aborder les parcours des étudiants depuis l’obtention de leur baccalauréat jusqu’à leur insertion professionnelle.

Figure 1. Les parcours dans l’enquête nationale sur le devenir des diplômés de DUT (N+2)

Figure 1. Les parcours dans l’enquête nationale sur le devenir des diplômés de DUT (N+2)

Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.

9Des questions sur le profil des étudiants permettent en effet de connaître la situation en amont du DUT notamment les réorientations d’étudiants vers le DUT. Il est également possible d’observer les transitions post-DUT puisque la situation des diplômés est connue pendant les 30 mois qui suivent l’obtention du DUT.

10Aussi plusieurs situations sont-elles isolées : la situation potentielle d’emploi (insertion professionnelle), la poursuite d’études, la reprise d’études. Ainsi après l’obtention du diplôme, l’année N se caractérise soit par une volonté d’insertion professionnelle, soit par une poursuite d’études. Mais au-delà de l’année N, cette construction des parcours des étudiants montre de multiples possibilités entre l’insertion professionnelle et la poursuite d’études d’une part, et montre également des transitions, retours, bifurcations au cours des choix d’études et/ou d’insertion (cf. figure 1).

11La notion de transition au regard de la conception de l’enquête nationale, signifie dans cette contribution que les étudiants peuvent évoluer de statuts (études/emplois), de niveau de formation (bac+2 à bac+5), de filière de formation, de type de formation (initiale/alternance), d’institutions de formation (université/écoles supérieures ou autres institutions) et ce pas toujours de façon linéaire ou continue.

Les principales transitions des diplômés de DUT 2013

12Le décret de création des IUT stipule clairement la vocation d’insertion des diplômés des IUT :

« À côté des facultés et des classes préparatoires aux grandes écoles, dont la nature est théorique et dont le terme est relativement lointain, une voie nouvelle, de conception originale. Celle-ci doit intéresser les étudiants qui souhaitent poursuivre des études supérieures dans un esprit différent et acquérir dans un délai moins long une formation permettant d’accéder directement à des activités professionnelles » (Décret 66-27 du 7 janvier 1966).

  • 3 Belbenoit, B., 1991, « Les IUT ont-ils été détournés », in CEREQ-DEP-DLC, Le niveau III de formatio (...)

13La vocation première de ce diplôme est de former les futurs cadres intermédiaires des entreprises dans une période de forte demande économique. Pourtant, aujourd’hui cette réalité s’est modifiée. Si l’on regarde les résultats des dernières enquêtes (diplômés 2013, enquête 2015), seulement 12 % des diplômés de DUT de la promotion 2013 ont choisi l’insertion professionnelle immédiate après avoir obtenu leurs diplômes, les autres poursuivent leurs études. Lu ainsi ce chiffre annonce un changement radical d’usage de ce diplôme : les étudiants de plus en plus nombreux viendraient alors en passant par les IUT construire un autre avenir. Les IUT ont-ils été détournés pour reprendre le titre d’une étude du Cereq3 (Belbenoit, 1991), doit-on parler d’une « déroute institutionnelle » pour reprendre l’expression de Pierre Cam (2010) ? Peut-on penser que l’évolution des usages des diplômes par les étudiants « tord » les institutions ?

  • 4 Ertul, S., (dir.), 2000, L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF
  • 5 José Rose souligne que le niveau d’insertion et la qualité de celle-ci sont bien meilleurs après un (...)

14Toutefois ce constat de poursuite d’études n’est pas nouveau, il a fait l’objet de nombreuses analyses, un ouvrage dirigé par Servet Ertul en 2010 se penche tout particulièrement sur cette réalité (Ertul, 2010)4. Mais au-delà de ce constat de poursuite post-bac+2, nous proposons de revenir sur la dynamique de construction des parcours des étudiants. Nous préférons avancer l’idée que les parcours étudiants se sont complexifiés et que l’offre des DUT apparaît répondre aux logiques de construction des parcours étudiants au regard d’un nombre de candidatures qui ne s’infléchit pourtant pas. L’évolution des effectifs universitaires, l’augmentation du chômage des jeunes (2,5 % en 1968, 24 % en 2015), la complexification et la tertiarisation des postes de travail ont pour effet de prolonger de manière générale le nombre d’années d’études suivies par les étudiants. Le DUT offre au regard du choix stratégique de l’étudiant un « risque rendement » maîtrisé, car le mode de sélection permet à des bacheliers de niveau « moyen » – comme le souligne Sophie Orange dans ce même numéro – d’éviter les niveaux sélectifs des classes préparatoires, mais également l’incertitude de réussite en Licence générale et de bénéficier des conditions d’insertion que ce diplôme propose5. Le DUT serait à la fois un « sas » de contournement des écoles et des cursus classiques universitaires, mais également un choix marqué par la qualité du diplôme reconnue par son accès sélectif, sa pédagogie appliquée et son taux d’encadrement des étudiants. Pour l’étudiant, le DUT constituerait une première possibilité d’insertion tout en laissant le choix de la poursuite d’études, ce que Bénédicte Gendron nomme un comportement doublement stratégique (Gendron, 2010).

L’évolution de la poursuite d’études

Revenons sur les caractéristiques de la poursuite d’études et des parcours de transition repérables.

La décroissance de l’insertion professionnelle

15Si l’on examine les données nationales, force est de constater que, depuis la promotion 2001 des DUT, la situation au moment de l’enquête a fortement évolué (cf. figure 2). La part des diplômés se trouvant en situation d’emploi au moment de l’enquête baisse de 2001 à 2012 passant de 45 % à 31 %. Les diplômés en situation potentielle d’emploi (emploi et recherche d’emploi) représentaient 54 % de la promotion 2001 contre 35 % pour la promotion 2013. Cette diminution ne s’accompagne pas d’une augmentation de la recherche d’emploi et le cumul de la recherche d’emploi et de l’inactivité reste relativement constant (9 % - 10 %). Le marché de l’emploi apparaît ainsi beaucoup moins attractif du fait des conditions dégradées d’insertion marquées avec la crise de 2008.

L’augmentation de la poursuite d’études

16La poursuite d’études longues augmente fortement pendant la période d’analyse. Elle passe ainsi de 43 % au moment de l’enquête de la promotion 2001, à 56 % pour la promotion 2013. La progression est notable pour les enquêtes ayant eu lieu entre 2003 et 2006 puis entre 2014 et 2015. Même si une diminution est observée entre 2005 et 2008, ce taux atteint 56 % pour la promotion 2013, son niveau le plus élevé depuis la promotion 2001.

Une augmentation de la reprise d’études

17Si le taux d’insertion professionnelle immédiate diminue et le taux de poursuite d’études progresse, la reprise d’études qui était plus que marginale (moins de 1 %) pour la promotion 2001 représente plus de 5 % pour les promotions les plus récentes. Ce qui tend à montrer une dégradation des conditions d’insertion à bac+2 poussant les jeunes à reprendre une formation et des conditions de reprises d’études plus faciles qu’auparavant.

Figure 2. L’évolution des parcours depuis la promotion 2001

Figure 2. L’évolution des parcours depuis la promotion 2001

Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.

  • 6 Rappelons ici que les IUT sont les premiers à généraliser dans l’offre de formation un encadrement (...)

18Pour autant cet usage du diplôme apparaît complexe et non uniforme au regard de l’interaction d’un certain nombre d’éléments qui sont à trouver au croisement de la qualité de l’offre de formation supérieure, de la dégradation de l’insertion, des conditions sociales d’études des étudiants et de leur projet personnel6.

  • 7 La poursuite d’études est en constante évolution – elle était par exemple de 44 % lors de l’enquête (...)

19L’observation du parcours des diplômés pendant près de 30 mois permet de mettre à jour des parcours étudiants après l’obtention du DUT. Ainsi 53,1 %7 sont toujours en études au moment de l’enquête sans avoir connu une situation différente, ils se sont donc engagés dans une poursuite d’études longues qui s’achèvera parfois par l’obtention d’un doctorat. Les poursuites courtes à savoir une année d’études post-DUT concernent 18,5 % des diplômés. Ceux qui réalisent un parcours post-DUT en choisissant une poursuite d’études de 2 ans sont bien moins nombreux (6,8 %). Il pourrait être ainsi supputé que pour une grande partie des étudiants en DUT la poursuite d’études soit déjà en projet au moment de leur inscription dans ce cursus, notamment pour ceux qui se projettent dans un cursus long à bac+5 ou plus. En effet, le public des IUT est composé en majorité de bacheliers généraux étant plus enclins à poursuivre leurs études que les bacheliers des autres séries (Livre blanc des IUT, 2007, p. 32, Gendron, 2010, p. 230). Cette évolution des stratégies étudiantes a entraîné une adaptation de l’offre institutionnelle.

20En effet, l’arrêté du 3 août 2005 relatif au diplôme universitaire de technologie dans l’Espace européen de l’enseignement supérieur officialise la complexification des parcours par la mise en place dans les IUT du « trident » qui se caractérise par des modules complémentaires visant à favoriser soit l’insertion professionnelle, soit la poursuite d’études courtes, soit la poursuite d’études longues. Il officialise d’une certaine manière la poursuite d’études après un DUT.

21L’analyse des données pour l’IUT de Reims-Châlons-Charleville montre en effet une forte rupture entre la promotion 2007 et la promotion 2008 avec une augmentation de la part des diplômés qui réalisent une poursuite d’études longues (de 39 % à 49 %) qui pourrait s’expliquer par une évolution des discours tenus aux étudiants et par la mise en œuvre des parcours « différenciés » qui conforte le champ de possibles aux étudiants. On peut analyser ici le fait que l’institution ne s’oppose plus à la poursuite d’études et aménage sa vocation première d’insertion. Le corps enseignant accompagnant cette évolution.

Les caractéristiques des transitions

Le rôle de la spécialité de DUT dans les transitions

22Si l’on regarde les données nationales pour la promotion 2013, la transition des diplômés dépend de la nature du DUT à savoir tertiaire ou secondaire (cf. figure 3) et de la spécialité de DUT. Les diplômés des DUT secondaires privilégient les poursuites d’études longues (57 %) par rapport aux diplômés des DUT tertiaires (49,9 %), ce choix se fait principalement au détriment des poursuites d’études courtes et de l’insertion professionnelle immédiate (9,9 %). Par ailleurs et de manière imbriquée avec le choix de filière, le fait d’être une fille ou un garçon va également impacter la poursuite d’études. Pour l’IUT RCC, les filles s’insèrent plus rapidement que les garçons, car 26 % contre 23 % vont réaliser uniquement une année complémentaire. Les garçons poursuivent plus facilement 3 années après le DUT (56 % contre 46 % pour les filles).

Figure 3. Les principaux parcours selon les spécialités de DUT

Figure 3. Les principaux parcours selon les spécialités de DUT

Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.

23Pour la promotion 2013, l’insertion immédiate et durable est la plus marquée pour les diplômés des spécialités Gestion Logistique et Transport (28 %) et Carrières Sociales (22,5 %) et le moins important pour ceux de Science et Génie des Matériaux (5 %) et Génie du Conditionnement et de l’Emballage (7 %) (cf. figure 4).

24On peut souligner des différences en ce qui concerne à la fois l’insertion et les poursuites d’études selon les spécialités de DUT. Certains DUT restent plus généralistes dans leur contenu de formation que d’autres. Les profils des étudiants ne sont pas les mêmes d’une spécialité de diplôme à une autre en termes d’origines sociales et d’origines de baccalauréats, ce qui impacte la poursuite d’études et ses caractéristiques, comme nous le verrons plus loin. Par exemple, l’IUT RCC en 2012 comptabilise 42 % de bacheliers S qui s’inscrivent en première année de DUT. Le choix du baccalauréat d’origine et de la spécialité suivie n’est pas indépendant du genre. En effet selon les résultats de l’IUT RCC, les filles (40 %) détiennent majoritairement un baccalauréat ES (73 %) et L (77 %) et les garçons (60 %) majoritairement un baccalauréat S (79 %) et STI (100 %). Les filles sont plus nombreuses dans les filières Carrière sociales (88 %) GACO (78 %), GEA (67 %), PEC (64 %) et à égalité en TC. Les garçons sont plus nombreux en GCCD (87 %), GLT (68 %), GMP (96 %), INFO (86 %), MP (83 %).

Figure 4. Les parcours selon la spécialité de DUT

Figure 4. Les parcours selon la spécialité de DUT

Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.

25La nature des poursuites d’études est diverse (licences professionnelles, L3, écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, etc.) selon la spécialité du DUT obtenu (cf. Tableau 1). Les diplômés de DUT secondaires privilégient pour 75 % d’entre eux trois parcours de formations : les écoles d’ingénieurs (30 %), les licences professionnelles (27 %) et la troisième année de licences classiques (18 %). Ces derniers privilégient les filières de professionnalisation facilitant l’insertion. La disparition des maîtrises des sciences et techniques a certainement conduit les diplômés du secondaire à s’orienter vers les écoles d’ingénieurs au détriment des cursus universitaires longs en sciences et techniques.

Tableau 1. Les principaux parcours des diplômés des promotions 2013 et 2008 selon la spécialité du DUT obtenu

Promotion 2013 (2008)

DUT secondaires

DUT tertiaires

Tous DUT

LP en année post DUT

27 % (29 %)

22 % (24 %)

24 % (26 %)

LP – puis Insertion professionnelle durable

17 % (19 %)

12 % (13 %)

14 % (16 %)

LP – puis Master 1 – Master 2

3 % (3 %)

3 % (3 %)

3 % (3 %)

L3 en année post DUT

18 % (17 %)

27 % (25 %)

22 % (21 %)

L3 – puis Master 1 – Master 2

11 % (11 %)

15 % (14 %)

13 % (12 %)

L3 – puis Insertion professionnelle durable

1 % (1 %)

2 % (3 %)

2 % (n.s.)

Insertion professionnelle en année post DUT

14 % (18 %)

21 % (24 %)

17 % (21 %)

Insertion durable

10 % (13 %)

13 % (17 %)

11 % (15 %)

École de commerce en année post DUT

n.s.

11 % (11 %)

6 % (6 %)

École de commerce de N à N+2

n.s.

6 % (8 %)

4 % (5 %)

École d’ingénieurs en année post DUT

30 % (26 %)

n.s.

15 % (13 %)

École d’ingénieurs de N à N+2

26 % (23 %)

n.s.

13 % (11 %)

Source : Enquête nationale DUT, promotion 2013.

26Les diplômés issus d’une spécialité tertiaire privilégient quant à eux : la troisième année de licence (27 %), les licences professionnelles (22 %), les écoles de commerce et/ou de gestion (11 %). Pour les diplômés des spécialités tertiaires, l’offre de formation depuis Bologne a fait émerger des licences professionnelles qui permettent la poursuite d’études courtes dans une vision d’insertion. Mais une majorité d’entre eux se dirigent vers l’Université. Depuis, la possibilité et la diversité de passerelles vers les filières générales de l’Université semblent avoir toute leur importance dans le choix des poursuites d’études. Ici très nettement les choix de poursuite d’études sont inhérents à l’offre de formation supérieure post-DUT et à son évolution depuis la réforme de Bologne. Les « autres formations » (formations privées ou publiques habilitées ou non telles des écoles de communication, de ressources humaines, d’architecture, d’art, d’informatique, du numérique, etc.) attirent 15 % des diplômés du tertiaire.

Des transitions qui dépendent aussi du profil des diplômés au moment de l’admission en DUT

Le poids des origines sociales impacte le choix de la filière de baccalauréat et la durée d’études

27Cependant, indépendamment des effets du marché de l’emploi ou de la dégradation de l’insertion, il n’en reste pas moins que la construction des parcours est fortement liée aux caractéristiques sociologiques des étudiants.

  • 8 Baccalauréat S (42 %), ES (26 %), STG (10,6 %), STI (7,7 %), bac professionnel (4,7 %).
  • 9 Les baccalauréats scientifiques sont suivis par 31,8 % des enfants de cadres supérieurs, 17 % d’emp (...)
  • 10 Les baccalauréats ES sont suivis par 21,1 % des enfants ayant un père employé et artisan commerçant (...)
  • 11 Les baccalauréats STG sont suivis par à 26 %, des enfants de père employés, 18 % cadres supérieurs, (...)
  • 12 Les baccalauréats STI sont suivis par 22 % des enfants de cadres supérieurs, 19 % techniciens agent (...)

28L’analyse du devenir des diplômés de l’IUT RCC ayant obtenu le DUT en 2012 souligne l’hétérogénéité des publics en termes d’origines sociales. En effet, les professions des pères sont diverses : 23,3 % sont cadres, professions libérales ou professeurs, 18,5 % sont employés, 15,7 % sont artisans ou chefs d’entreprise, 13,1 % sont ouvriers, 9,2 % sont techniciens ou agents de maîtrise, et 5 % sont agriculteurs. Cette diversité est constante depuis l’analyse des données exploitables de 2005. L’analyse montre très clairement un lien entre l’origine sociale du père et le baccalauréat obtenu. Le profil des étudiants en matière de séries de baccalauréats montre que 70 % sont des bacheliers généralistes, 20 % des bacheliers technologiques et moins de 5 % de bacheliers professionnels8. Si l’on croise l’origine du baccalauréat des étudiants diplômés en 2012, les baccalauréats scientifiques sont davantage suivis par les enfants de cadres supérieurs.9 Le baccalauréat Économique et Social est surtout obtenu par des enfants dont le père est employé ou artisan-commerçant.10 Les détenteurs de baccalauréat STG ont plus souvent un père employé.11 Les détenteurs d’un baccalauréat STI ont majoritairement un père qui est cadre supérieur12. Les filles sont plus originaires de baccalauréats ES et STG et 83 % d’entre elles sont dans une filière tertiaire.

29Mais ces réalités sociales croisent par ailleurs le niveau des bacheliers. Sylvie Lemaire montre dans ses analyses que les bacheliers généraux qui se dirigent vers un IUT ont une scolarité antérieure « médiocre », qui se traduit par un retard à l’arrivée au baccalauréat. À l’inverse, les bacheliers technologiques sont à l’heure et ont de bons résultats au diplôme (Lemaire, 2010).

30L’analyse des résultats à l’IUT RCC montre que l’origine sociale du père a un effet sur le choix du baccalauréat et sur le nombre d’années de poursuite d’études. Les mieux dotés auront davantage un baccalauréat général et poursuivront souvent leurs études jusqu’au niveau bac+5.

Les bacheliers technologiques ont des parcours plus courts

31Les bacheliers technologiques poursuivent moins longtemps leurs études et sont plus souvent en emploi. En effet, 33 % des bacheliers technologiques de la promotion 2013 s’arrêtent après le DUT et tentent une insertion professionnelle contre seulement 20 % des bacheliers généraux. De plus, les bacheliers technologiques ont tendance à privilégier les formations courtes, comme la licence professionnelle (29 % contre 23 % pour les bacs généraux). Et, 37 % d’entre eux entreprennent un parcours à bac+5 pour 55 % des bacheliers généraux. Cependant, leur insertion professionnelle ne diffère pas vraiment de celle des baccalauréats généraux.

32Ces résultats locaux corroborent les conclusions nationales, qui tendent à montrer qu’il existe une différence dans la construction des parcours selon les séries de baccalauréats, et ce depuis la construction de l’enquête.

Des transitions en réalité bien plus complexes

33Au-delà des caractéristiques sociales qui infléchissent les choix des étudiants qui décident de construire leur cursus par les IUT, il faut souligner des effets liés à l’offre de formation.

34En effet, l’offre de DUT en alternance rencontre aujourd’hui un public qui a des caractéristiques propres par rapport à la formation initiale, comme le souligne Michel Le Nir dans ce même numéro. Mais plus encore la complexification des parcours étudiants et la construction de moments de transition peuvent se lire par l’usage fait du diplôme en amont et en aval du DUT.

Les parcours par la voie de l’alternance

35Le DUT peut être suivi sous statut étudiant en formation initiale traditionnelle, en contrat d’apprentissage, en tant que stagiaire de la formation continue ou en contrat de professionnalisation. Bien entendu par définition, ces publics sont distincts et force est de constater que leurs parcours post-DUT sont bien différents (cf. figure 5).

Figure 5. Le Parcours des diplômés selon la nature de leur DUT

Figure 5. Le Parcours des diplômés selon la nature de leur DUT

Source : Enquête nationale DUT, promotion 2013, BIME, ADIUT

36Les diplômés de DUT ayant suivi un enseignement sous un régime différent de celui d’étudiants en formation initiale traditionnelle sont plus nombreux en emploi (44,4 % contre 28,3 %) et poursuivent bien moins souvent des études longues. Ils sont donc plus nombreux à choisir l’insertion professionnelle immédiatement après le DUT. Par exemple, ceux qui ont suivi un DUT en contrat d’apprentissage sont 26,6 % en emploi contre 15,3 % en formation initiale traditionnelle. Ils privilégient également des poursuites d’études courtes, 22,1 % en LP contre 18,4 % (cf. figure 5).

37Au niveau national en 2012, l’alternance représente 7 % des inscrits en premier et deuxième année de DUT, 50 % des apprentis sont accueillis par les filières TC et GEA. Mais l’alternance n’attire pas de la même manière les étudiants. Si l’on analyse finement les étudiants de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville, l’alternance concerne 10 % des étudiants de DUT ce qui reste assez faible sur l’ensemble des inscrits. Elle touche surtout les départements TC, GEA, GACO à savoir des départements tertiaires. Et de fait, l’alternance concerne plus les filles, majoritaires dans ces formations. Il faut également remarquer que les bacheliers professionnels (40 %) sont plus souvent en alternance que les bacheliers S (5,6 %) ou ES (9 %), STI (12,2 %), STG (8 %). On retrouve ici des profils de bacheliers qui privilégient des parcours fortement professionnalisant assurant une insertion professionnelle. En ce qui concerne les poursuites d’études parmi les étudiants qui ont eu un parcours en formation initiale en DUT, 14,3 % font le choix de l’alternance lors de leurs poursuites d’études. Pour les étudiants déjà en contrat d’apprentissage, la poursuite par la voie de l’alternance (85 %) ne surprendra pas. En revanche, la moitié des diplômés de DUT sous contrat de professionnalisation poursuivent leurs études en formation initiale. Les explications peuvent être multiples et peuvent être liées à une forme de déception de cette forme de formation ou d’une offre encore limitée de poursuites d’études en alternance.

Une augmentation de la reprise d’études

38Si le taux d’insertion professionnelle immédiate diminue et le taux de poursuite d’études progresse, la reprise d’études qui était plus que marginale (moins de 1 %) pour la promotion 2001 représente plus de 5 % pour les promotions les plus récentes.

39Les enquêtes réalisées sur la poursuite d’études avant la crise financière de 2008 (Gendron, 2010) et les reprises d’études jusqu’en 1994 (Martinelli, 2010) ont tendance à conclure que cette reprise d’études n’est pas motivée par la réalité de l’emploi salarié jugé satisfaisant, mais bien plutôt par l’envie d’accéder à un poste de cadre dans l’objectif d’améliorer le niveau de rémunération. Cependant, force est de constater que pour les promotions les plus récentes, ces chiffres posent la question de la dégradation des conditions d’insertion à bac+2, de l’insatisfaction de certains diplômés par rapport à leurs emplois et de la multiplication de l’offre de formation (masters, écoles supérieures) poussant les jeunes à reprendre une formation.

Les « autres » parcours

40Si les parcours des étudiants se répartissent majoritairement en « trident » depuis 2005, à savoir comme nous l’avons vu soit par une insertion, soit pour une poursuite d’études courtes et longues, il n’en reste pas moins que pour certains le parcours est plus sinueux. Ils constituent dans l’enquête nationale la catégorie « autres parcours ». Or, au regard des enquêtes effectuées depuis 2001, cette part d’autres parcours, si elle a toujours existé, tend à augmenter, avoisinant actuellement 10 %. Si une part importante des étudiants connaît des situations très linéaires et classiques reprenant les parcours types des études dans l’Enseignement supérieur, les autres présentent des transitions « autres » qui traduisent des échecs, des réorientations, de reprises d’études, etc.

Figure 6. Les parcours « autres »

Figure 6. Les parcours « autres »

Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.

41Dans ces parcours « autres », certains essais, retours en arrière sont visibles. Près d’un diplômé sur 10 connaît un parcours avec reprise d’études après une période d’insertion professionnelle potentielle, que cette dernière intervienne immédiatement après l’obtention du DUT ou après une poursuite d’études d’une année (cf. figure 6). À des moments variables du parcours, une reprise d’études apparaît après une insertion d’une ou deux années. Et cela est plus vrai pour les étudiants qui se sont insérés avec un bac + 3 et décident de reprendre finalement une formation. Ce constat nous amène à nous questionner sur la qualité de l’insertion à bac+3 jugée peut-être insatisfaisante par les diplômés.

Le cas des étudiants en réorientation

42Le paradoxe des IUT se lit au travers des parcours de réorientation. En effet, parmi les parcours non rectilignes on peut souligner que la catégorie d’étudiants en réorientation montre ici des choix ou des niveaux scolaires inadaptés, en amont du DUT. Les IUT apparaissent parfois comme un second choix d’études après une première expérience choisie ou contrainte au sein de l’enseignement supérieur : choisie lorsque le passage antérieur dans l’enseignement supérieur résultait d’une volonté de ne pas intégrer l’IUT ou contrainte lorsque leur candidature n’a pas été retenue, ce que montre Sophie Orange dans ce même numéro.

43Le parcours en réorientation au regard des étudiants de l’IUT de Reims-Châlons-Charleville illustre cette complexification des parcours en amont du DUT. Parmi les étudiants ayant obtenu leur diplôme de DUT en 2012, 74,4 % sont originaires de lycées et sont primo entrants, 19 % sont des réorientations de l’université, moins de 2 % sont des salariés. Parmi les personnes ayant suivi un autre cursus, 10 % proviennent de réorientation d’une première année de licence, 2,2 % d’une deuxième année de licence, et 5,1 % d’une classe préparatoire. Parmi les autres formations, quelques DUT et BTS (dont 12 personnes ont obtenu le diplôme) sont observés. Et 5 % des bacheliers se sont arrêtés 1 à 2 ans avant de s’inscrire en DUT.

44Ces résultats montrent qu’un étudiant sur 4 a fait autre chose avant d’entrer en DUT. Ce qui signifie que le choix de l’IUT n’est pas un premier choix et survient après un échec ou une non-adaptation à un autre système de formation. Il peut signifier aussi une non-admission en IUT à l’issue immédiate du baccalauréat. Plus précisément, il faut noter que parmi ces réorientations des bacheliers, il peut y avoir des demandes de CPGE sans mention, il en va de même pour les inscrits en licence première année qui n’ont pas les meilleures mentions au baccalauréat. On distingue des réorientations en IUT vers le secondaire après une CPGE et vers le tertiaire après une licence, ce qui relève d’une offre différenciée entre les deux. Parmi ces derniers qui ont déjà été étudiants, la part des femmes est plus importante, tout comme la part des enfants d’employés et d’ouvriers et les bacheliers S et ES à savoir des bacheliers généraux. Ces étudiants avant d’intégrer les IUT ont les moins bonnes mentions au baccalauréat.

45Cependant, leur situation à la suite du passage en DUT semble meilleure, ils sont en effet plus souvent en emploi que les autres (36 % contre 30 % en 2012). Ils poursuivent leurs études à égale proportion entre les licences professionnelles et licences générales, mais ceux qui ont suivi une première année d’études avant un DUT sont également plus souvent en master 1 et en école d’ingénieur. Les étudiants en réorientation sont aussi ceux qui poursuivent plus leurs études en alternance (19,5 % contre 18 %) et moins longtemps. (45 % en 3 années après le DUT contre 53 %).

46Ici, on observe des parcours de transition entre plusieurs structures d’accueil, mais avec tout de même une vocation forte à se professionnaliser soit par le type de formation ou le type d’institution de formation. Nous avons montré qu’ils sont plus souvent en emploi au moment de l’enquête. Ces derniers sont également plus satisfaits de leur choix de spécialité d’études au regard de leur situation actuelle.

47Ainsi, la réorientation est un phénomène important en IUT. En effet, environ 20 % des inscrits en première année viennent d’autres filières de formation. Cependant, les étudiants en réorientation connaissent des transitions post-DUT similaires à l’ensemble des diplômés. Ce constat permet de penser que les IUT jouent ici un rôle de transition dans des parcours initialement orientés vers d’autres formations. Ils permettent à des étudiants dont les premiers choix ont été hésitants de construire par la suite un cursus solide.

Conclusion

48Il est clair au regard des dernières enquêtes nationales concernant les IUT que la poursuite d’études s’enracine dans le temps, elle est massive. Elle a tendance à s’orienter vers une poursuite d’études longues. Pour reprendre les conclusions de Pierre Cam il y a plus de quinze ans : « Les étudiants d’IUT continuent d’utiliser ces formations, mais sont de moins en moins à croire qu’elles puissent n’être qu’une étape » (Cam, 2010, p. 116). On a pu ainsi montrer que les étudiants contournent la vocation première des IUT et amènent ces derniers à faire évoluer le contenu et l’offre de formation (trident, PPP, LP, Alternance). Loin de disparaître, les IUT se transforment face à la demande sociale. À la lecture de ces résultats, les transitions des étudiants peuvent être qualifiées d’une accentuation des tendances. Poursuites d’études, usage des licences professionnelles et de l’alternance sont les marqueurs forts de ces tendances. S’il est difficile de mettre en avant un seul effet (trident, PPP, alternance, LP), il faut souligner l’importance de l’offre de formation notamment le succès des licences professionnelles qui ne se dément pas.

49Cependant, on constate que les dimensions des parcours de transition dépendent également des réalités sociales des étudiants, particulièrement dans des facteurs d’origine sociale et de genre. La CPS du père, le fait d’être une fille ou un garçon influencent le choix du baccalauréat et des spécialités de diplôme. Les garçons étant plus fortement présents dans les filières secondaires et les filles dans les filières tertiaires. La réalité des filières et des passerelles de poursuite d’études selon le secondaire et le tertiaire vont impacter les transitions possibles. On a ainsi montré que les parcours de transition sont à la croisée des caractéristiques sociales et de celle de l’offre de formation. Les bacheliers technologiques ont un parcours plus court que les filières générales et privilégient plus souvent une sortie vers l’emploi après une licence professionnelle que les filières généralistes.

  • 13 En 2014, le ministère de tutelle parlait de « maquis de l’enseignement supérieur » avec 1 818 spéci (...)

50Cependant, les parcours de transitions semblent marqués également par l’augmentation de leur complexité. L’augmentation des parcours « autres », des reprises d’études, des réorientations s’explique par des allers-retours entre plusieurs niveaux et par les offres de formation. Si ce dernier constat montre en partie une adéquation plus complexe entre l’emploi et les aspirations des jeunes diplômés en termes de postes, il est aussi l’illustration d’étudiants perdus face au « maquis des formations »13 et interroge la lisibilité actuelle de l’offre de formation supérieure. Elle interroge également la réalité des aspirations des jeunes face à leurs représentations des études et du monde du travail.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon (C.), 2007, « La professionnalisation à l’université, une réponse à la demande sociale ? » Recherches et Formations, INRP, n° 54, pp. 11-27.

Belbenoit (B.), 1991, « Les IUT ont-ils été détournés », in CEREQ-DEP-DLC, Le niveau III de formation, crise de croissance?, CEREQ, collection « des études », n° 60.

Cam (P.), 2010, « Le cycle court : quelles fonctions sociales ? », in Ertul (S.) (dir.), L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF, pp. 91-118.

Décret 66-27 du 7 janvier 1966 portant sur la création des IUT.

Grelet (Y.), Romani (C.) &Timoteo (J.), 2010 : « Les étudiants des STS et des IUT, Comparaison des conditions d’orientation, des parcours de formation et d’insertion », Net.Doc, n° 65, Marseille : Cereq.

Erlich (V.), 1998, Les nouveaux étudiants, un groupe social en mutation, Paris, Armand Colin.

Erlich, (V.), 2009, « Les transitions des années 1970-1980 : un monde étudiant renouvelé, une Université inadaptée dans un contexte de récession économique » in Gruel, L., Galland, O., Houzel, G., Les étudiants en France, histoire d’une sociologie d’une nouvelle jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Ertul (S.) (dir.), 2000, L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF.

Gendron (B.), 2010, Les déterminants de la poursuite d’études après un BTS et un DUT in Ertul (S.) (dir.), L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF, pp. 217-243.

Lemaire (S.), 2010, l’entrée dans une filière courte après un baccalauréat, in Ertul (S.) (dir.), L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF, pp. 119-136.

Le Monde de l’éducation, 2016, BTS, IUT : le succès des filières courtes postbac, 26/01/2016.

Livre blanc sur le système IUT, 2007, « Après 40 ans d’existence, histoire, bilan et perspectives », UNP IUT, broché.

Marcyan (Y.), 2010, La professionnalisation des diplômes universitaires : la gouvernance des formations en question, thèse de troisième cycle, sous la direction de José Rose, Université de Nancy 2.

Martinelli (D.), 2010, Perspective d’emploi pour les titulaires de DUT –BTS, in Ertul (S.) (dir.), L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF, pp. 253-276.

MNESR (2015), Les effectifs d’étudiants dans le supérieur en 2014-2015 en forte progression, notamment à l’université, note d’information Enseignement supérieur et Recherche, 15-08, décembre, 8 p.

OCDE, « Regards sur l’éducation », de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 2016.

Rose (J.), 1996, « L’organisation des transitions professionnelles : entre socialisation, mobilisation et recomposition des rapports au travail et d’emploi » Sociologie du travail, n° 1, p. 63-80.

Rose (J.), 2008, « La professionnalisation des études supérieures. Tendances, acteurs et formes concrètes » in Les chemins de la formation vers l’emploi, RELIEF, CEREQ, Marseille, mai, pp. 43-58.

Rose (J.) 2014, Mission insertion, un défi pour les universités, Presses Universitaires de Rennes, Rennes.

Haut de page

Notes

1 La réforme dite « Bayrou » par exemple incite en 1997 à des expériences de professionnalisation anticipatoires, au travers de stages, une approche de la recherche d’emploi ou du projet professionnel pour toutes les filières universitaires et notamment les plus académiques.

2 106 questions pour l’enquête sur le devenir des diplômés de la promotion 2013 enquêtée en 2015.

3 Belbenoit, B., 1991, « Les IUT ont-ils été détournés », in CEREQ-DEP-DLC, Le niveau III de formation, crise de croissance ?, CEREQ, collection « des études », n° 60.

4 Ertul, S., (dir.), 2000, L’enseignement professionnel court post-baccalauréat (IUT-STS), Paris, PUF.

5 José Rose souligne que le niveau d’insertion et la qualité de celle-ci sont bien meilleurs après une licence professionnelle qu’après une licence générale (Rose, 2014, p. 58-59).

6 Rappelons ici que les IUT sont les premiers à généraliser dans l’offre de formation un encadrement sur la construction du projet personnel et personnel (PPP) à partir de la rentrée 2005.

7 La poursuite d’études est en constante évolution – elle était par exemple de 44 % lors de l’enquête 2004.

8 Baccalauréat S (42 %), ES (26 %), STG (10,6 %), STI (7,7 %), bac professionnel (4,7 %).

9 Les baccalauréats scientifiques sont suivis par 31,8 % des enfants de cadres supérieurs, 17 % d’employés, 12,8 % artisans, 12,3 % d’un père ouvrier, 9,7 % d’enfants techniciens agent de maîtrise, 7,2 % des enfants d’agriculteurs.

10 Les baccalauréats ES sont suivis par 21,1 % des enfants ayant un père employé et artisan commerçant, 15,4 % pour les ouvriers et cadres supérieurs, 5,7 % pour les agriculteurs et techniciens, agents de maîtrise.

11 Les baccalauréats STG sont suivis par à 26 %, des enfants de père employés, 18 % cadres supérieurs, 16 % ouvriers et artisans commerçants.

12 Les baccalauréats STI sont suivis par 22 % des enfants de cadres supérieurs, 19 % techniciens agents de maîtrise, 16,7 % artisan-commerçants, 14 % employés.

13 En 2014, le ministère de tutelle parlait de « maquis de l’enseignement supérieur » avec 1 818 spécialités de licences professionnelles, 320 intitulés de licences générales et 5 806 spécialités de masters et plus 10 000 « bac + 5 » (masters, écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, IEP).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les parcours dans l’enquête nationale sur le devenir des diplômés de DUT (N+2)
Légende Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 2. L’évolution des parcours depuis la promotion 2001
Légende Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3. Les principaux parcours selon les spécialités de DUT
Légende Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 4. Les parcours selon la spécialité de DUT
Légende Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 5. Le Parcours des diplômés selon la nature de leur DUT
Légende Source : Enquête nationale DUT, promotion 2013, BIME, ADIUT
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 6. Les parcours « autres »
Légende Source : Présentation de la treizième enquête nationale, ADIUT, Assemblée des Directeurs d’IUT, mai 2016.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Leclercq et Christophe Beckerich, « Le parcours de transition des étudiants choisissant les IUT lors de leurs parcours au sein de l’enseignement supérieur  », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 133-154.

Référence électronique

Emmanuelle Leclercq et Christophe Beckerich, « Le parcours de transition des étudiants choisissant les IUT lors de leurs parcours au sein de l’enseignement supérieur  », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3222

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Leclercq

Maître de conférences HDR, Université de Reims-Champagne-Ardenne, IUT Reims-Chalons-Charleville, laboratoire CEREP (EA 4692)

Articles du même auteur

Christophe Beckerich

Maître de conférences Université de Reims Champagne Ardenne, IUT de Reims-Chalons-Charleville, laboratoire Regards, EA 6292)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals