Navigation – Plan du site

L’étudiant en IUT : du singulier au pluriel

The IUT student: from singular to plural
Florian Olivier
p. 155-176

Résumés

À l’occasion du cinquantenaire de la création des IUT, cet article vise à proposer un tour d’horizon partiel du profil de leurs étudiants à partir d’une recherche qui ne se veut qu’exploratoire et à partir de laquelle des pistes d’études complémentaires pourront être envisagées. Nous montrerons ainsi que si l’on peut voir en les étudiants d’IUT des étudiants moyens, au profil cohérent avec la place également moyenne occupée par les IUT dans le champ structuré et hiérarchisé que peut représenter l’éducation supérieure, ce tableau général cache toutefois une réalité plus complexe avec d’une part une opposition entre des formations tertiaires et industrielles à travers lesquelles semblent se répéter le prima symbolique des filières scientifiques et ses conséquences en terme social, genré, et d’intégration ; et d’autre part, avec le paradoxe d’étudiants qui, bien que socialement plus proches de ceux présents en licences, n’en gardent pas moins culturellement et moralement des liens étroits avec le public plus populaire des STS.

Haut de page

Texte intégral

1En un demi-siècle d’existence, les IUT ont indéniablement su conquérir leur place dans le paysage de l’enseignement supérieur français. Au nombre de 11 en 1966, leur nombre est aujourd’hui plus de dix fois supérieur. Il faut dire qu’au-delà d’une augmentation mécanique de leurs effectifs que l’on peut attribuer à une massification ininterrompue de l’accès à l’enseignement supérieur, ces structures avaient, dès leur origine, des arguments susceptibles de séduire les étudiants : professionnalisantes et sélectives, les formations proposées visaient à occuper une place intermédiaire entre celles valorisées et longues offertes en écoles d’ingénieurs et celles a priori moins considérées que sont les STS. Une promesse formulée par le ministre Fouchet en assignant aux IUT la tâche de former des cadres techniques de niveau intermédiaire dont la « spécialisation est plus poussée que celle de l’ingénieur et leur formation générale plus étendue que celle du technicien ».

2Professionnalisant et sélectifs, donc, les IUT se démarquent également d’une image négative que peuvent avoir les facultés comme « institutions faibles » (Felouzis, 2003) en offrant un cadre sécurisant où se mêlent contrôle de l’assiduité et effectifs limités. De fait, le profil socioprofessionnel des étudiants en IUT, d’abord essentiellement populaire, s’est lentement hétérogénéisé (Merle, 1996) et les IUT seraient de moins en moins perçus comme une fin en soi, mais bien plutôt comme un moyen d’accéder à différents seconds cycles de l’enseignement supérieur, tout en échappant à l’anomie des premiers cycles des facultés (Beaud, 2008 ; Galland, 1995).

3Les signes incontestables du succès des IUT soulèvent toutefois d’autres questions : l’expérience vécue par les étudiants en leur sein est-elle au diapason de cet enthousiasme ? Est-elle vraiment différente de celle vécue dans les autres filières du supérieur ? L’idéal-type de l’étudiant en IUT, bien intégré, motivé par un projet mais ayant une faible vocation pour ses études (Dubet, 1994) est-il encore valide ? Est-il raisonnable de parler de l’étudiant en IUT, en faisant fi des questions de genre, de domaine de formation choisi ? Plus qu’à la présentation d’une enquête guidée par une problématique nette, c’est bien plutôt l’idée d’effectuer un état des lieux partiel et toujours à reconstruire de la « figure de l’étudiant en IUT », si tant est qu’elle existe, qui guidera notre propos.

Comparabilité

4En préambule, quelques mots concernant les données qui seront présentées sont nécessaires afin de situer leur interprétation.

5Effectué durant le deuxième semestre de l’année 2013-2014 auprès d’environ 8 900 étudiants de toute la France, leur recueil a reposé sur la bonne volonté des responsables de sections, formations et établissements à diffuser par courriel à leurs étudiants un vaste questionnaire, inspiré des European Values Surveys, interrogeant ces derniers autant sur leur rapport à leurs études que sur leurs opinions sur diverses thématiques sociétales ou encore leurs goûts. De cette méthode contrainte résulte un échantillonnage où les différentes filières de l’enseignement supérieur peuvent être plus ou moins massivement représentées et où le problème de ce que Florence Legendre appelle « les étudiants fantômes » est sans doute amplifié pour au moins deux raisons : l’on sait d’une part qu’un certain contingent d’étudiants disparaît pour des raisons diverses (réorientations, abandons...) au fil des mois voire semestres ; d’autre part, consulter sa boîte mail universitaire, en particulier en début d’études, est une pratique sans doute inégalement distribuée et se faisant très certainement à la faveur des étudiants les plus investis. Outre le fait que cette déformation n’est que potentielle et concerne également les grandes enquêtes d’envergure plus large, notamment celles menées par l’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE), il peut être avantageux dans une optique comparative visant à caractériser les étudiants de différentes formations, d’avoir affaire à ceux qui, parce que sans doute plus investis, peuvent être ironiquement considérés comme plus probablement idéal-typiques.

6Et puisqu’il est question de comparaison, les classifications dont nous userons ici reprendront les catégories les plus souvent usitées (OVE, MESNER) via 9 types de cursus : les étudiants des IUT, au centre de notre attention, ont été répartis par domaine d’étude, renvoyant au secteur tertaire (N = 320) ou industriel (N = 324). Les étudiants des Classes Préparatoires aux Grandes Écoles (CPGE) (N = 135), des écoles d’ingénieurs (N = 560) ou encore de Sections de techniciens supérieurs (STS) (N = 688) seront considérés de manière uniforme. Concernant les filières des facultés, ont été distinguées les catégories Langues, Lettres et Sciences Humaines (LLSH) (N = 1319), droit et économie-gestion (N = 555) ; Santé, médecine et pharmacie essentiellement, mais aussi orthoptie, kinésithérapie et psychomotricité (N = 240) et enfin sciences et techniques (N = 666).

7Ajoutons que nous n’avons gardé dans chaque domaine d’étude que les étudiants de licence afin de limiter un potentiel effet d’âge bien souvent ignoré. Bien sûr, les étudiants en école d’ingénieurs dont la formation débute le plus souvent au niveau bac +3 font exception à la règle.

L’étudiant en IUT, un étudiant moyen ?

8Un premier pas vague que l’on peut faire dans la caractérisation des étudiants en IUT est celle d’étudiants “moyens”. Un terme évidemment creux qu’il convient d’expliciter.

9Du point de vue de son origine socio-professionnelle, et que l’on prenne le père ou la mère comme référent, le public des IUT est très proche de celui des licences en LLSH et sciences, avec une hétérogénéité forte des profils qui les situe à mi-chemin entre le caractère populaire des STS et celui socialement favorisé des CPGE, écoles d’ingénieurs ou encore des disciplines de santé. La seule petite particularité à noter tient, dans notre échantillon, à une légère surreprésentation des pères et mères de professions intermédiaires du privé du côté des étudiants d’IUT inscrits en sections industrielles – respectivement 16,5 % et 12,4 % des effectifs contre 11 % et 7,8 % en moyenne.

10Cette situation d’entre-deux se retrouve logiquement lorsque l’on considère le niveau de diplôme des parents, avec toutefois un premier écart entre le type de formation en IUT considéré. Pour les sections tertiaires, ce sont 31,7 % des pères et 38,7 % des mères qui possèdent un diplôme de l’enseignement supérieur. Concernant les sections industrielles, ces taux montent respectivement à 36,3 % et 45,1 %. Si l’on est assez loin des 50 à 60 % de parents diplômés du supérieurs en CPGE, écoles d’ingénieurs et disciplines de santé, et tout autant des 15 à 20 % relevés en STS, cette différence entre types de formations en IUT est assez similaire à celle que l’on peut relever entre étudiants de LLSH (31,8 % et 39 %) et de sciences et techniques (35,5 % et 42,2 %). Plusieurs facteurs en interaction peuvent contribuer à expliquer ces différences et coïncidences, au premier lieu desquels on placera le type de baccalauréat passé ainsi que la répartition genrée des orientations. Nous y reviendrons.

Tableau 1. Proportion de parents cadres ou ouvriers/employés par domaine d’étude

Pères cadres (ou assimilés)

Pères ouvriers ou employés

Mères cadres (ou assimilés)

Mères ouvriers ou employés

CPGE

52,8 %

13,7 %

37,5 %

21,9 %

Droit et économie- gestion

43,4 %

24,5 %

31,9 %

28,2 %

Écoles d’ingénieurs

48,8 %

13,3 %

33,9 %

20 %

IUT Tertiaire

39 %

24,6 %

23,3 %

30,4 %

IUT Industriel

36,7 %

26,1 %

27,7 %

26,2 %

LLSH

35,5 %

26,7 %

25,2 %

32,2 %

Santé

55,3 %

9,6 %

43 %

19,5 %

Sciences et techniques

38,4 %

22 %

28,4 %

30,9 %

STS

17,9 %

44,4 %

13,8 %

46,3 %

Source : L’impact des études supérieures sur les valeurs des étudiants (Olivier, 2017)

11L’analyse des revenus du foyer parental tels que déclarés par les étudiants permet de compléter cette esquisse de portrait en illustrant le fait que l’hétérogénéité des profils étudiants en IUT est peut- être légèrement moins marquée qu’en licences de LLSH, voire de sciences. La proportion d’étudiants déclarant les revenus du foyer inférieurs à 2 000 € est de 15 % en tertiaire et 14,1 % en industriel contre 22,5 % en LLSH et 21,6 % en sciences. À l’inverse, les tranches de revenus allant de 2 000 € à 3 500 € sont surreprésentées en sections tertiaires (40,7 % contre 33,1 % pour l’ensemble des domaines d’études) et celles allant de 3 500 € à 5 000 € sont légèrement surreprésentées en sections industrielles (27,2 % contre 21,5 % en moyenne). La tranche la plus élevée, avec des revenus mensuels supérieurs à 5 000 €, est de son côté dans la moyenne, flirtant autour des 12 % d’étudiants.

Tableau 2. Mentions obtenues au bac selon le domaine du supérieur

Non

Assez bien

Bien

Très bien

Total

CPGE

6,7 %

20,9 %

36,6 %

35,8 %

100 %

Droit et économie-gestion

31,7 %

33,5 %

23,3 %

11,5 %

100 %

Écoles d’ingénieurs

8,8 %

30,9 %

38,5 %

21,8 %

100 %

IUT Tertiaire

30,7 %

43,3 %

21,0 %

5,0 %

100 %

IUT Industriel

21,2 %

46,1 %

24,9 %

7,8 %

100 %

LLSH

37,6 %

34,7 %

19,4 %

8,3 %

100 %

Santé

8 %

19,3 %

37,0 %

35,7 %

100 %

Sciences et techniques

33,9 %

40,6 %

17,6 %

7,9 %

100 %

STS

54,7 %

34,2 %

10,2 %

0,9 %

100 %

Total

31,6 %

35,1 %

22,4 %

11 %

100 %

12Il y a donc une certaine coïncidence entre la place intermédiaire occupée par les IUT dans une conception hiérarchisée de l’enseignement supérieur (sélectifs sans toutefois bénéficier du prestige des CPGE, écoles d’ingénieurs ou filières de santé) et leur public, certes hétérogène, mais faisant plus qu’ailleurs la part belle aux classes moyennes. Coïncidence tout à fait en adéquation avec le projet initial de former des “cadres techniques de niveau intermédiaire”, pour ne pas dire “moyens”. Coïncidence encore avec le passif scolaire des étudiants en IUT, chez qui l’absence d’obtention d’une mention au bac est plus rare qu’en STS ou qu’en licence de LLSH et sciences, au bénéfice premier des taux de mentions “assez bien” les plus élevés de l’échantillon (tableau 2), justifiant l’expression un peu péremptoire parfois rencontrée d’élèves en IUT choisis parmi les meilleurs des moins bons lycéens, si ce n’est les moins bons des meilleurs. Ou, pour le dire autrement, des ex-lycéens à la réussite intermédiaire, moyenne, que l’on peut de manière schématique considérer comme tendanciellement suffisante pour éviter des orientations dans les licences ouvertes et autres formations de STS symboliquement peu valorisées, mais souvent insuffisante pour intégrer (ou l’envisager) des classes préparatoires. Mais avant de revenir sur ce point, on notera parmi les étudiants d’IUT une légère différence de réussite au baccalauréat à l’avantage de ceux inscrits dans les sections industrielles, systématiquement plus nombreux sur l’ensemble des mentions possibles. Un constat qui peut être mis en lien avec d’une part le taux de parents diplômés du supérieur également plus élevé en sections industrielles, et d’autre part avec les revenus déclarés, eux aussi légèrement plus élevés.

13Ces différences inter-secteurs en IUT sont à rapprocher de celles que l’on peut observer entre étudiants de LLSH et de sciences et techniques : d’un côté – LLSH et sections tertiaires – sont surreprésentés les effectifs féminins (76,6 % en tertiaire, 78 % en LLSH) issus de baccalauréats autres que scientifiques ; d’un autre côté, sont surreprésentés les garçons (64,5 % en sections industrielles, 44,3 % en sciences et techniques – des chiffres à prendre avec certaines précautions sachant que les filles sont surreprésentées dans notre échantillon comparativement à la population réelle.

14Si l’on ajoute le fait que 76,9 % des étudiants en sections industrielles sont issus d’un Bac S contre 22,6 % en sections tertiaires, ces résultats laissent à penser qu’il se rejoue au sein des IUT un phénomène bien connu de la sociologie de l’éducation où s’entremêlent dès le lycée des orientations sexuellement et socialement différenciées (Baudelot & Establet, 2006). Avec d’une part, au sommet d’une hiérarchie guère implicite organisant l’enseignement secondaire, le baccalauréat scientifique, « qui est aujourd’hui le plus prestigieux et qui offre le plus de débouchés » (Duru-Bellat & Kieffer, 2008, p. 133) ; et d’autre part le fait que le baccalauréat S constitue non seulement le terrain privilégié des enfants issus de milieux favorisés mais aussi celui des garçons (MEN-MESR, DEPP, 2016). Sur ce dernier point, il s’agit là d’une constante qui perdure au-delà de l’enseignement secondaire et qui manifeste de la part des filles une forme d’inhibition qui restreint leur capacité à envisager des orientations pouvant paraître ambitieuses là où à passif scolaire équivalent, si ce n’est inférieur, les garçons font preuve d’une modestie bien moindre (Duru-Bellat, 2008). Mais si l’on file ce raisonnement, il faudrait en conclure qu’au sein des IUT, les sections tertiaires souffriraient quelque- part d’un prestige moindre que celles industrielles. À défaut d’avoir les éléments qualitatifs nécessaires pour envisager de répondre à une telle question, l’analyse des orientations au sein des deux grands « domaines » d’études en IUT laisse à voir un différentiel qui mérite de s’y arrêter.

Des questions d’orientation en IUT

15D’un point de vue général, l’orientation en IUT constitue un premier choix pour les étudiants qui s’y trouvent : c’est le cas de 82 % de ceux en sections tertiaires, et 79,1 % en sections industrielles – des résultats plus proches des CPGE et filières de santé (84,7 % et 85,8 %) que des filières de LLSH et de sciences et techniques (69,2 % et 57 %). Une ambiguïté toutefois : l’indicateur ici mobilisé ne permet pas de distinguer un premier vœu post-bac déclaré mais déçu, de vœux d’orientation déjà réalisés, faisant par exemple qu’un étudiant en IUT aura pu précédemment faire un BTS. Toujours est-il que si l’attractivité forte des IUT auprès des étudiants n’est pas qu’une impression, une première différence entre les spécialisations en leur sein est à noter dès lors que l’on s’intéresse aux étudiants pour qui l’IUT n’était pas un premier choix.

16Dans les sections tertiaires, les premiers vœux d’orientation post-bac sont divers, avec en premier lieu d’autres formations en IUT (34,5 %), des BTS réalisés ou non (17,2 %) et des classes préparatoires (15,5 %). Ce dernier chiffre monte à 54,5 % dans les sections industrielles (suivi à 21,2 % par une autre formation en IUT), à 67,5 % si l’on ne s’intéresse qu’aux garçons (34,6 % pour les filles) et 75,9 % pour les étudiants dont le père a un diplôme supérieur au bac (31,6 % dans le cas d’un niveau de diplôme inférieur au bac). Sans perdre de vue que ces chiffres ne concernent qu’une minorité d’étudiants pour qui l’IUT n’était pas un premier choix, il demeure que se manifeste ici clairement un différentiel entre les deux grands types de spécialisations envisagées, avec du côté des sections tertiaires une hétérogénéité des projets scolaires (qui rend peu mobilisables les déterminants sociaux) et du côté des sections industrielles, une homogénéité marquée d’ambitions qui s’inscrivent dans le cadre idéal-typique d’un parcours scolaire exemplaire (bac S, CPGE, école d’ingénieur – nous le verrons) où se répètent les inégalités sociales les plus classiques (prétentions féminines moindres, impact du capital scolaire parental).

17Notons toutefois qu’un point réunit bel et bien l’ensemble des étudiants en IUT : ont été envisagés en premier lieu et de manière largement prioritaire des parcours sélectifs et cadrés, laissant à entendre qu’éviter les institutions faibles (Felouzis, 2001) que sont les facultés est en soi pour eux un enjeu d’orientation post-bac. À ce titre, signalons ici que plus de 38 % des étudiants en IUT déclarent avoir été influencés dans leur choix d’orientation par leur entourage, contre 21,9 % pour les étudiants en LLSH et 23,7 % pour ceux en sciences et techniques. On aurait cependant tort d’attribuer ces résultats au simple et unique fait que pour les étudiants comme pour leurs parents, le cadrage opéré en IUT constitue un pare-feu à l’anomie que peut constituer l’expérience scolaire en faculté. Il se joue bien également une question de « valeur symbolique » de la formation en IUT : en STS, où un même cadrage existe, seuls 23,4 % des étudiants déclarent avoir été influencés par leur entourage dans leur choix d’orientation (la famille, prioritairement ; les professeurs et amis, secondairement). À l’opposé, ils sont 55,6 % en CPGE, 46 % en écoles d’ingénieurs et 38,7 % en Santé. Des résultats qui suivent donc de manière difficilement séparable le caractère plus ou moins socialement privilégié des publics de chaque filière ainsi que leur prestige. Néanmoins, et pour revenir sur le cas spécifique des étudiants d’IUT, leur choix d’orientation n’est le plus souvent pas une fin en soi et les différences de cursus envisagés une fois leur DUT obtenu répètent certains constats ici présentés.

L’IUT : un point de passage ?

18Si les formations en IUT sont défendues, vendues et valorisées comme professionnalisantes, avec l’idée qu’à leur terme l’étudiant pourra chercher et surtout trouver un emploi, François Dubet notait, il y a déjà une vingtaine d’années, que 68 % des élèves en sections tertiaires et 80 % en sections industrielles visaient à poursuivre leurs études après l’obtention de leur DUT (Dubet, 1994). En 2010, une étude du Cereq estimait les poursuites réelles d’études post-DUT à 42 % (Grelet & alii, 2010). Nos chiffres, portant sur les orientations envisagées après l’obtention du diplôme sont plus proches de ceux obtenus par Dubet : 70,1 % des étudiants en sections industrielles témoignent d’un projet post-IUT, contre 65 % en sections tertiaires. Une différence ténue qui se retrouve notamment dans les projets d’arrêt d’études, qui sont de 4,3 % en sections industrielles contre 10 % en section tertiaires – le reste des étudiants n’étant pas sûr de savoir quoi faire.

19Une chose est claire : l’obtention du DUT n’est que rarement envisagée comme une fin en soi – un paradoxe, sachant combien l’accent sur la professionnalisation est mis dans leur promotion. Mais au- delà de ce constat général, le type de cursus envisagé ou espéré par les étudiants désireux de poursuivre leurs étudiants et selon les sections mérite attention.

20Dans les formations industrielles, le vœu le plus fréquemment exprimé (via des réponses libres) est d’intégrer une école d’ingénieur, il concerne quasiment un étudiant sur deux (48,4 %). Suit la volonté d’intégrer une licence avec 35,6 % des réponses (dont 20 % précisant envisager une licence professionnelle, et 4,4 % une licence suivie d’un master). Le reste des réponses est diffus et peu synthétisable (notamment parce que sont évoqués différents possibles, ou encore de grands axes peu définis tels que « continuer en bio-chimie »). Si l’on reporte ces résultats sur les effectifs totaux de l’échantillon, il apparaît ainsi que les sections industrielles constituent pour au moins 28 % de leur public un premier pas pour enrichir un dossier scolaire qui leur permettra d’intégrer in fine une école d’ingénieur – véritable Graal des bacheliers scientifiques qui ne visent pas les sections de santé. Ce chiffre peut en outre être considéré comme potentiellement sous-évalué puisque, bien que non précisé, l’école d’ingénieur peut être implicitement visée par des étudiants ayant évoqué une poursuite en licence sans précision autre.

21Ajoutons que, parmi ceux ayant anticipé une poursuite d’études, ce projet d’intégrer une école d’ingénieur est cité par 48,4 % des garçons contre 32,5 % des filles, qui sont 28,6 % à se prononcer en faveur d’une licence professionnelle contre 14,8 % des garçons. Mais aussi par 30,5 % des étudiants issus d’un bac S contre 13,3 % de ceux issus d’un bac technologique. Et si le niveau de diplôme des parents ne joue plus un rôle très important ici, on retrouve un clivage entre les étudiants dont les revenus du foyer parental sont les plus élevés et les moins élevés : 39,5 % de ceux dont les parents gagnent ensemble plus de 5 000 € visent à devenir ingénieurs, contre 19 % de ceux pour qui les revenus parentaux n’excèdent pas 2 000 €.

22Si l’on se focalise cette fois sur les sections tertiaires, les choses sont bien différentes. Déjà, les étudiants ayant pu nous informer sur leur orientation future représentent 55,3 % des effectifs contre 63,3 % en sections industrielles. Une différence faible, mais différence tout de même. Parmi ces étudiants, ce sont 44,3 % qui visent à intégrer une licence, dont 27,5 % précisant une licence professionnelle, et 8,4 % ajoutant vouloir ensuite intégrer un master – 14,6 % pour les garçons, 6,6 % pour les filles. Les filles, justement, sont 13,1 % à se prononcer en faveur d’une année à l’étranger – pour leurs études le plus souvent, mais pas systématiquement (4,9 % pour les garçons).

23Les écoles de commerce mais aussi d’ingénieur et d’architecture sont visées par 5,9 % de l’ensemble des étudiants de la section et par 10,7 % des étudiants ayant exprimé un projet visé. Un clivage social s’exprime toutefois ici puisque ce vœu représente 18,2 % des réponses des étudiants issus d’un foyer aux revenus supérieurs à 3 500 €, contre 8,2 % pour ceux dont les revenus parentaux oscillent entre 2 000 et 3 500 €, et 4,3 % lorsque ces mêmes revenus sont inférieurs.

24Le reste des effectifs se divise entre des projets divers et trop peu représentés pour en dire quoi que ce soit, si ce n’est que les formations sélectives apparaissent favorisées : intégration d’un Institut d’Administration des Entreprises (IAE) (9 % des réponses), continuer en DUETI, intégrer des formation d’éducateur spécialisés ou d’assistante sociale (3,2 %) passer un Diplôme de Comptabilité Gestion (3,4 %). Ajoutons à cela que les cursus trop vaguement définis pour être catégorisés (« continuer dans le marketing », « envie de travailler mais difficile avec pour seule formation le DUT », par exemple) représentent 13,5 % des réponses.

Des parcours variés pour des profils variés ?

25Résumer en quelques traits ces résultats est relativement aventureux mais quelques enseignements peuvent être tirés. En premier lieu, il est clair qu’il existe des usages variés des IUT – mais qui aurait pensé l’inverse ? Les attentes des étudiants qui les intègrent sont diverses, bien que rarement tournées vers des études voulues courtes, permettant de s’insérer très vite dans le monde du travail. Et si cela mériterait d’être développé par une enquête exclusivement focalisée sur les étudiants d’IUT et si nos propos ont une teneur plus propositionnelle qu’affirmative, différents phénomènes classiques de la sociologie de l’éducation semblent se rejouer au sein des IUT.

26De manière vague, on a pu apercevoir que les orientations les plus « ambitieuses » (intégrer une école d’ingénieur, de commerce, etc.) sont plus courantes chez les étudiants socialement favorisés, pour qui le passage en IUT peut être perçu soit comme un moyen de compenser le fait de ne pas avoir pu intégrer une CPGE, soit comme un moyen de se construire un CV scolaire en intégrant une formation sélective autre que les CPGE, tout en évitant le premier cycle des facultés. Un phénomène qui vaut globalement, mais qui semble surtout s’exprimer au sein des sections industrielles qui peuvent s’attirer les faveurs des bacheliers scientifiques, très légèrement plus souvent dépositaires d’une mention et dont les ambitions sont d’autant plus marquées que l’on a affaire à des garçons.

27Ces derniers points sont sans doute ceux à partir desquels peut être établi le clivage – relatif – entre sections industrielles et tertiaires. D’une certaine manière, le léger avantage social et scolaire des étudiants en sections industrielles s’inscrit dans la continuité du type de bac dont les étudiants sont issus. Bac qui participe également à restreindre l’éventail des possibles envisageables dans le champ structuré que représente l’éducation : avec un bac S et une mention, la voie est – si l’on caricature légèrement – quelque part tracée : filières de santé (où seront notamment surreprésentées les filles) ou études d’ingénieurs (ou seront surreprésentés les garçons).

28Pour les sections tertiaires, avec des étudiants issus de bacs plus hétérogènes, une pensée en terme de parcours balisé, recouvrant plus ou moins explicitement l’idée de parcours scolairement idéal, n’est plus d’actualité : les aspirations et profils sont divers et il faut en outre sans doute considérer que le regroupement des différentes spécialisations comprises sous ce terme de tertiaire est de par cette hétérogénéité même peut-être moins pertinent que celui des formations dites industrielles.

29Ajoutons qu’il faut se garder de voir le signe d’une ambition qui serait moindre du côté des étudiants de filière tertiaire dans le fait que la poursuite d’étude soit envisagée prioritairement au sein des facultés plutôt que dans des formations aussi symboliquement et professionnellement valorisées que les écoles d’ingénieurs. Bien plutôt faut-il considérer que la plupart des étudiants définissent leurs choix scolaires sous le cadre de ce que Georges Felouzis nomme les actions tactiques (Felouzis, 2001). Ni acteurs purement rationnels et calculateurs, ni agents purement agis, il semble raisonnable de considérer que les étudiants adaptent leurs choix (ici d’orientation) en fonction de buts plus ou moins clairs et toujours redéfinis ou questionnés par le contexte dans lequel ils s’inscrivent. Et si du côté des sections industrielles, le contexte permet une vision assez linéaire des orientations, tendues vers un but (l’école d’ingénieur) qui va d’autant plus de soi que l’on est un garçon de formation scientifique ayant obtenu le bac avec mention, tout en étant issu de milieu favorisé, les choses sont plus floues du côté des sections tertiaires. Le contexte n’offre pas la même quasi-unilinéarité des parcours envisageables. Ce principal point d’opposition relative entre filières tertiaires et industrielles n’est toutefois pas propre aux IUT et repose sur un phénomène qui concerne l’essentiel de l’éducation supérieure française dans laquelle l’avantage symbolique des filières scientifiques et techniques est net. Ce d’autant plus qu’elles seront sélectives. Avantage double qui, si l’on en croit une étude de l’Agence Pour l’Emploi des Cadres (APEC, 2014), se vérifie au moment de l’insertion dans le monde du travail.

30Si sur le papier il est envisageable de penser que les étudiants en sections industrielles ont un avantage face à leur futur avenir professionnel, l’analyse des craintes plus subjectives qu’ont les étudiants sur ce sujet, ainsi que sur leurs études, conduit à des conclusions plus nuancées.

Craintes scolaires, professionnelles et rapport aux études

31Par rapport à l’ensemble des étudiants de notre échantillon, les étudiants des sections industrielles et tertiaires ne se démarquent pas de façon équivalente quant aux craintes scolaires et professionnelles qu’ils expriment (tableau 3). Du côté des sections industrielles, c’est tout d’abord la crainte d’aboutir à un travail qui ne les passionne pas qui est surreprésentée, suivie par celle de se lasser de la discipline étudiée, et enfin par celle plus masculine (22,1 % des garçons contre 17,1 % des filles) que leurs études leur prennent l’essentiel de leur temps – même s’ils sont sur ce point moitié moins nombreux que les étudiants en filières santé. Un bilan à mettre en parallèle avec les étudiants en sections tertiaires qui ne se distinguent négativement par aucune crainte particulière.

32De manière plus positive, on notera que les étudiants en IUT industriel se sentent moins menacés que la moyenne par l’obligation pécuniaire de travailler parallèlement à leurs études, de même que leurs craintes quant à l’idée de ne pas trouver d’emploi ou alors un emploi mal payé sont comparativement mesurées, même si touchant un peu moins d’un étudiant sur trois. Du côté tertiaire, c’est essentiellement la crainte que leurs études soient trop difficiles qui est minorée.

Tableau 3. Craintes scolaires et professionnelles ressenties par les étudiants ( % de réponses )

Tableau 3. Craintes scolaires et professionnelles ressenties par les étudiants ( % de réponses )

Note de lecture : la significativité indiquée de la manière suivante : *** = p <0,01 ; ** = p <0,05 ; * = p <0,1

33Si l’on sort des comparaisons à la moyenne pour se concentrer sur les résultats inter-sections d’IUT, il apparaît dans le tableau 3 une subtile tendance qui va dans le sens d’un investissement scolaire vécu légèrement plus sous le signe du devoir du côté des sections industrielles : crainte d’aboutir à un travail qui ne les passionne pas, d’une lassitude face à des études qui seront peut-être trop difficiles et ne laisseront pas assez de temps libre mais crainte moindre de ne pas trouver de travail... sauf que cette interprétation spontanée ne vaut pas.

34Lorsque l’on regarde le rôle que les étudiants d’IUT attribuent aux études, ceux issus de section industrielle sont 47,7 % à considérer qu’elles doivent prioritairement servir à découvrir plus en profondeur un domaine qui les passionne, contre 33,8 % de leurs homologues de section tertiaire. Il faut ajouter à cela qu’ils sont également du côté industriel 85,1 % à déclarer ne jamais ou rarement regretter leur orientation (seuls les étudiants de filière santé ont un score supérieur, avec 86,7 %) contre 72,1 % en tertiaire, un score similaire à la moyenne des étudiants. Mais le plus évocateur demeure de se référer aux variables indicatives de ce que l’on peut appeler l’intégration et satisfaction scolaire des étudiants.

  • 1 Que ceux-ci aient une appréciation plus que mitigée de l’ambiance dans leur établissement peut sans (...)

35Du point de vue de l’intégration scolaire, que l’on considérera ici de manière restrictive via l’appréciation par les étudiants de l’ambiance au sein de leur promotion ainsi qu’à celle portée sur l’ambiance dans l’établissement en général, on peut observer un clivage entre filières sélectives et non- sélectives, avec pour exception notable la situation des étudiants en STS1. S’agissant des IUT, ils confirment l’idée que l’on peut trouver en leur sein des conditions d’intégration scolaire favorables, avec toutefois un avantage pour les sections industrielles (tableaux 4 et 5). Cet avantage des sections industrielles sur celles tertiaires se retrouve dans l’appréciation portée aux enseignements et à la disponibilité des professeurs. Sur le premier point, les IUT peuvent se targuer de se placer juste derrière les classes préparatoires, et la différence entre les deux types de sections est très modérée (tableau 6). Elle est plus nette lorsque l’on évoque la disponibilité des professeurs (tableau 7).

Tableau 4. Ambiance dans l’établissement /10

Tableau 5. Ambiance entre étudiants de la promotion /10

Tableau 6. Qualité des enseignements /10

Écoles d’ingénieurs

7,67

Écoles d’ingénieurs

8,06

CPGE

8,13

IUT industriel

7,23

CGPE

7,66

IUT industriel

7,40

CPGE

7,06

IUT industriel

7,65

IUT tertiaire

7,23

IUT tertiaire

7,04

IUT tertiaire

7,51

LLSH

7,14

Santé

6,95

Santé

7,34

Droit et économie-gestion

7,10

Sciences et techniques

6,65

Sciences et techniques

7,05

Santé

7,08

LLSH

6,26

STS

6,73

Sciences et techniques

6,86

Droit et économie-gestion

6,25

LLSH

6,50

Écoles d’ingénieurs

6,86

STS

5,84

Droit et économie-gestion

6,34

STS

6,82

Total

6,59

Total

6,99

Total

7,07

36 

Tableau 7. Disponibilité des enseignants /10

Tableau 8. Intérêt pour la discipline étudiée /10

Tableau 9. Confiance en leur avenir /10

CPGE

8,22

Santé

8,56

Santé

7,86

IUT industriel

7,65

LLSH

8,18

Écoles d’ingénieurs

7,21

Écoles d’ingénieurs

7,34

Écoles d’ingénieurs

7,85

CPGE

6,94

Sciences et techniques

7,30

CPGE

7,80

IUT industriel

6,54

IUT tertiaire

7,26

IUT industriel

7,70

Sciences et techniques

6,25

STS

7,23

Sciences et techniques

7,70

STS

6,24

LLSH

6,81

Droit et économie-gestion

7,59

IUT tertiaire

6,19

Droit et économie-gestion

6,65

IUT tertiaire

7,45

Droit et économie-gestion

5,79

Santé

6,60

STS

7,19

LLSH

5,79

Total

7,09

Total

7,79

Total

6,32

  • 2 La question, sans précision autre sur le terme avenir, suivait celles portant sur les craintes scol (...)

37Enfin, si l’on considère l’intérêt porté à la discipline étudiée ainsi que la confiance déclarée par les étudiants en leur avenir2 (tableaux 8 et 9), un déficit se manifeste à nouveau dans les sections tertiaires, comparativement à celles industrielles. Les premières se situant dans les deux cas légèrement en deçà de la moyenne et les secondes, au-delà.

38Si les différences ici relevées entre filières industrielles et tertiaires sont la plupart du temps ténues, leur caractère et leur sens systématiques invite à penser qu’en définitive, s’il l’on peut penser un rapport aux études de type “vocationnel” en IUT, c’est en premier lieu du côté des sections industrielles qu’il faut se tourner. Quant aux différences relevées concernant les craintes scolaires et professionnelles, il est bien difficile de se prononcer sur leurs causes potentielles ; sachant de plus que l’appel à différentes variables telles que le type de bac obtenu par les étudiants, leur genre, milieu social ou autres, ne met en lumière aucune régularité claire. À défaut de pouvoir aller plus loin sur de tels points qui mériteraient une perspective plus qualitative pour affiner, développer ou même vérifier nos constats, nous conclurons notre propos en évoquant quelques traits “moraux” et culturels des étudiants d’IUT.

Opinions et goûts : clivage genré et proximité avec les STS

  • 3 Les indicateurs mobilisés ici sont issus du regroupement d’un certain nombre de variables dont la p (...)

39Amenés à se prononcer sur un certain nombre de problématiques sociétales, les étudiants des différentes filières se distinguent plus ou moins fortement. Bien sûr, les écarts entre filières sont mesurés pour la raison simple que l’hétérogénéité des postures étudiantes dans chacune d’elle est forte et conduit ainsi à une certaine moyennisation des résultats. Néanmoins il demeure que comparativement, des tendances distinctes que nous nommerons colorations peuvent être observées. Et dans le cas des IUT, ce sont les sections industrielles qui se démarquent le plus clairement par des colorations spécifiques (tableau 10) là où les étudiants du tertiaire se fondent globalement dans la moyenne. Les spécificités des étudiants de sections industrielles peuvent être regroupées autour de trois thématiques principales, plus une annexe, que nous allons tenter ici de résumer3.

Tableau 10. Indicateurs “moraux” par grand domaine d’étude

Tableau 10. Indicateurs “moraux” par grand domaine d’étude

Note de lecture : sont indiqués sur fond gris les scores significativement supérieurs à la moyenne ; sont en soulignés ceux significativement inférieurs à la moyenne. Le seuil de significativité est de p = 0,05.

40Une première thématique porte sur un rapport moins serein que la moyenne à autrui, notamment à la figure de l’altérité. On retrouve cela dans une tendance autoritaire plus marquée que la moyenne, qui repose par exemple sur l’idée que les délinquants et criminels ne sont pas assez punis ; mais aussi dans une conception plus normative de l’identité française, avec des critères plus nombreux à prendre en compte pour se permettre de dire de quelqu’un qu’il est “vraiment français” ; et enfin dans une méfiance face à l’altérité plus prononcée, avec par exemple l’idée qu’il y a trop d’immigrés en France.

41La deuxième coloration renvoie à l’association entre un rejet peu marqué du libéralisme économique – caractéristique qu’ils partagent avec leurs homologues de sections tertiaires –, une critique modérée de l’individualisme et une valorisation de la place du travail dans la vie légèrement supérieure à la moyenne.

42La troisième coloration recouvre un constat déjà effectué par Sébastien Michon (2006) et tient à leur politisation restreinte qui se manifeste par un faible attrait pour la politique (faible suivi des actualités et faible intérêt à le faire...) couplé à un faible nombre d’activités engagées.

  • 4 Sur le lien assez instinctif entre religion et traditionalisme, voir notamment Bréchon (2012).

43La conjonction de ces différentes colorations fait que les étudiants d’IUT industriel se rapprochent en définitive des étudiants des STS, avec qui ils ont ces traits en partage de façon toutefois plus modérée. Des traits qui peuvent être considérés comme tendus vers une forme de traditionnalisme (Francès, 1980), ou plutôt vers son rejet tendanciellement plus modéré que chez l’ensemble des étudiants. Cela se retrouve par ailleurs dans une opposition également moindre à un ordre traditionnel des devoirs-être genrés. Que la tendance relevée en IUT industriel soit plus nuancée qu’en STS n’est pas sans lien avec le fait que la coloration religieuse (calculée via le fait de se déclarer d’une religion et selon le niveau de pratique) y est moins prononcée4.

44Au niveau culturel, deux paramètres tendent à cliver les goûts et pratiques étudiants (graphique 1), à savoir le genre dominant dans les différentes filières et une ouverture plus ou moins marquée à une culture cultivée, pour ne pas dire légitime. Ces deux axes tendanciels représentant 63 % de la variance explicative de la distribution des goûts et pratiques. Les sections d’IUT s’opposent sur le premier point, avec un attrait pour les jeux-vidéo et plus secondairement pour le sport et les bandes dessinées ou mangas du côté industriel – proches à ce titre des autres filières scientifiques et masculinisées –, et le shopping, les sorties en boîte de nuit, les réseaux sociaux, les moments en familles (etc.) du côté des sections tertiaires. Entre les deux sections d’IUT se placent les STS. Ce qui lie tendanciellement étudiants de STS et d’IUT est leur distance aux pratiques culturelles classiquement considérées comme légitimes : lecture, musées, théâtre, cinéma... des pratiques plus largement plébiscitées par les étudiants de LLSH et plus secondairement par ceux de CPGE et de filière santé.

Figure 1. Analyse en composantes principales sur les goûts et pratiques culturelles, par grand domaine d’étude

Figure 1. Analyse en composantes principales sur les goûts et pratiques culturelles, par grand domaine d’étude

Figure 2. Analyse factorielle des correspondances sur les goûts télévisuels, cinématographiques et radiophoniques des étudiants, par grand domaine d’études

Figure 2. Analyse factorielle des correspondances sur les goûts télévisuels, cinématographiques et radiophoniques des étudiants, par grand domaine d’études

45Ces tendances se confirment avec l’observation des goûts télévisuels, cinématographiques et radiophoniques via une analyse factorielle de correspondance (graphique 2). L’axe principal d’opposition peut être symbolisé par celle entre étudiants de LLSH et étudiants de STS. Avec pour les premiers une coloration double : tournée à la fois vers des médias à la tonalité cultivée évidente (films d’auteurs, documentaires, biographies, France5/Arte, radios Jazz, France culture/info, etc.), et vers le service public. Du côté des STS, le lien sera plutôt à faire avec une culture pouvant être lue comme plus juvénile et/ou populaire : radio musicales “jeunes”, films d’horreur, films romantiques, d’action, M6/W9, TF1... Et dans le cadre de cette opposition schématique, les étudiants d’IUT sont à situer du côté de ceux de STS ; la coloration genrée des goûts constituant une fois encore un facteur de différenciation clair entre sections industrielles, tournées vers les films d’action et de science-fiction et celles tertiaires, aux colorations moins nettes.

46Il est difficile de rendre compte de ces clivages – si ce n’est genrés – puisqu’après différents tests, il apparaît que ceux-ci demeurent similaires (de manière plus ou moins marquée) lorsque l’on ne conserve dans l’échantillon que les étudiants aux parents diplômés du supérieur, dont le père est ouvrier ou employé, ceux issus de bacs généraux, de milieu rural, etc.. Aussi conclurons-nous notre propos avec peut-être plus de questions que de réponses.

Conclusion

47À l’issue de notre présentation, c’est sans doute une image paradoxale du public des IUT qui se dégage. Se voulant court et professionnalisant et avec un cadrage que l’on peut opposer à une forme d’anomie ayant cours au sein des facultés, l’IUT n’est pour une majorité d’étudiants qu’un moment dans un cursus scolaire qu’ils visent à faire durer, en passant notamment bien souvent par la case licence ou master. Et si la qualité de l’encadrement est très largement saluée en leur sein, cela ne s’accompagne pas du même enthousiasme concernant l’intérêt que les étudiants portent à leur domaine d’étude. À ce titre, un clivage léger mais régulier émaille l’unité des IUT, avec des sections tertiaires dans lesquelles l’expérience vécue est moins ouvertement positive qu’en sections industrielles. Et si cet aspect mériterait d’être exploré et questionné plus en profondeur, sans doute faut-il relier ce phénomène au prima symbolique des disciplines scientifiques dans nos sociétés et à ses conséquences en terme de sélection genrée et plus globalement sociale. Ce qui nous conduit à un autre paradoxe.

  • 5 Un phénomène dont nous avons pu montrer par ailleurs qu’il n’est pas sans conséquences sur les vale (...)

48Si l’on peut voir une forme d’homologie structurale entre la situation des IUT dans l’espace constitutif de l’enseignement supérieur et l’origine sociale comme scolaire de leurs étudiants, il demeure une forme d’ambiguïté dans le fait que les catégories populaires y sont moins représentées que dans les premières années de faculté, alors même qu’au niveau moral et culturel, c’est bien du côté des STS que tendent le plus directement les étudiants d’IUT. Sans doute faut-il considérer que choisir de s’orienter en IUT n’est pas un choix innocent et que cela implique tendanciellement un certain rapport au monde. À vrai dire, nous n’avons pas de réponse à une telle question. Et très certainement faut-il considérer non pas une mais des explications, où s’entremêlent l’origine légèrement plus rurale que la moyenne des étudiants d’IUT, l’impact potentiel d’une surreprésentation des classes moyennes issues du secteur privé ou encore, dans une perspective proche de Baudelot & alii dans Les étudiants, l’emploi, la crise (1981), une nécessité de prise en compte des débouchés professionnels visés par les étudiants d’IUT, sans doute tournés très largement vers le secteur privé, et qui pourrait expliquer leur opposition tendancielle avec les étudiants de LLSH5. Ces pistes interprétatives sont autant de propositions devant être prises comme des invitations formulées aux chercheurs à multiplier les analyses des publics étudiants. Mais s’il nous faut conclure sur le public des IUT, sans doute faut-il considérer que de par les liens qui le relient à la fois aux filières sélectives, aux facultés mais aussi aux STS, il constitue quelque part le meilleur exemple de l’image de l’Université renvoyée par Sophie Orange et Romuald Bodin dans L’université n’est pas en crise (2013) : une université dans laquelle, malgré des rigidités et des inégalités sociales réelles, les parcours ne sont pas hermétiques les uns aux autres et les frontières entre formations, établissements et publics toujours perméables. Et peut-être est-ce là que le terme creux d’étudiant d’IUT comme étudiant moyen peut en définitive avoir un certain sens.

Haut de page

Bibliographie

APEC, 2014, « Les jeunes diplômés de 2013 : situation professionnelle en 2014 », Les études de l’emploi cadre, n° 56, septembre.

Beaud (S.), 2008, « Enseignement supérieur : la démocratisation scolaire en panne », Formation Emploi, n° 101, pp. 149-165.

Baudelot (C.), Benoliel (R.), Cukorvicz (H.) & Establet (R.), 1981, Les étudiants, l’emploi, la crise, Alençon, PCM / petite collection Maspero.

Baudelot (C.) & Establet (R.), 2006, Allez les filles !, Paris, Point.

Bodin (R.) & Orange (S.), 2013, L’Université n’est pas en crise. Les transformations de l’enseignement supérieur : enjeux et idées reçues, Bellecombe-en-bauges, Le Croquant.

Brechon (P.), 2012, « Religion et irréligion. Quels effets sur l’orientation politique et le système de valeurs ? », Triélec, [en ligne]https://sites.google.com/a/iepg.fr/trielec/resultats-analyses/enquetes-pre-electorales/vague-t1---jour-du-vote-du-1er-tour/ (Consulté le 03 février 2016)

Cereq, 2004, Comparaisons des conditions d’orientation, des parcours de formation et d’insertion », Groupes d’exploitation Génération, Net.Doc. n° 65.

Dubet (F.), 1994, « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue française de sociologie, Monde étudiant et monde scolaire, n° 35-4, pp. 511-532.

Dubois (M.), 2016, Filles et garçons sur le chemin de l’égalité de l’école à l’enseignement supérieur, MEN-MESR, DEPP. Mars.

Duru-Bellat (M.), 2008, « La (re)production des rapports sociaux de sexe : quelle place pour l’institution scolaire ? », Travail, genre et sociétés, nº 19, p. 131-149.

Duru-Bellat (M.) & Kieffer (A.), 2008, « Du baccalauréat à l’enseignement supérieur en France : déplacement et recomposition des inégalités », Population, n° 63, p. 123-157.

Felouzis (G.), 2001, La condition étudiante. Sociologie des étudiants et de l’université, Paris, PUF.

Felouzis (G.), 2003, Les mutations actuelles de l’Université, Paris, PUF

Frances (R.), 1980, L’idéologie dans l’Université, Vendôme, PUF.

Galland (O.), (dir.), 1995, Le monde des étudiants, Vendôme, Paris, PUF.

Grelet (Y.), Romani (C.) & Timoteo (J.), 2010, « Les étudiants des STS et des IUT », Net.Doc n° 65, 97 p.

Legendre (F.), 2003, « Les étudiants fantômes. Les sorties précoces de l’université Paris 8 », Carrefours de l’éducation, 2/2003 (n° 16), p. 32-55

Michon (S.), 2006, « Études et politiques : les effets de la carrière étudiante sur la socialisation politique », Thèse de sociologie, Université Marc Bloch Strasbourg 2.

Olivier (F.), 2017, « L’impact des études supérieures sur les valeurs des étudiants », Thèse de sociologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Haut de page

Notes

1 Que ceux-ci aient une appréciation plus que mitigée de l’ambiance dans leur établissement peut sans doute être expliquée par le fait que nombre de STS trouvent place dans des lycées. Si ce n’est dans leur lycée d’origine. La rupture occasionnée par le passage à une vie étudiante est dans leur cas non seulement moindre, mais l’évocation de l’établissement renvoie de fait à des classes lycéennes avec lesquelles les contacts sont très certainement peu courants.

2 La question, sans précision autre sur le terme avenir, suivait celles portant sur les craintes scolaires et professionnelles, un effet de halo est dès lors très plausible.

3 Les indicateurs mobilisés ici sont issus du regroupement d’un certain nombre de variables dont la présentation exhaustive n’est pas envisageable ici. Pour cette raison, nous nous contenterons de signaler que leur cohérence a été systématiquement vérifiée (via le test de Cronbach, pour ce qui est des statistiques) et nous renvoyons à notre travail de thèse, pour le détail complet de leur constitution (Olivier, 2017).

4 Sur le lien assez instinctif entre religion et traditionalisme, voir notamment Bréchon (2012).

5 Un phénomène dont nous avons pu montrer par ailleurs qu’il n’est pas sans conséquences sur les valeurs et goûts des étudiants (OLIVIER, 2017).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Craintes scolaires et professionnelles ressenties par les étudiants ( % de réponses )
Légende Note de lecture : la significativité indiquée de la manière suivante : *** = p <0,01 ; ** = p <0,05 ; * = p <0,1
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau 10. Indicateurs “moraux” par grand domaine d’étude
Légende Note de lecture : sont indiqués sur fond gris les scores significativement supérieurs à la moyenne ; sont en soulignés ceux significativement inférieurs à la moyenne. Le seuil de significativité est de p = 0,05.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 1. Analyse en composantes principales sur les goûts et pratiques culturelles, par grand domaine d’étude
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2. Analyse factorielle des correspondances sur les goûts télévisuels, cinématographiques et radiophoniques des étudiants, par grand domaine d’études
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/3234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Olivier, « L’étudiant en IUT : du singulier au pluriel », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 155-176.

Référence électronique

Florian Olivier, « L’étudiant en IUT : du singulier au pluriel », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3234

Haut de page

Auteur

Florian Olivier

Doctorant EHESS-CESPRA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals