Navigation – Plan du site

Entre cadrage institutionnel et bricolages individuels. Devenir ou pas animateur de module « Projet Personnel et Professionnel » en IUT

Becoming a training course teacher in a module called “Personal and vocational project”. Between institutional frame and individual bricolages in “Instituts Universitaires de Technologie”
Stéphanie Tralongo
p. 177-198

Résumés

L’article s’intéresse à un dispositif pédagogique intitulé « projet personnel et professionnel » présent sous la forme d’un module dans les Instituts Universitaires de Technologie. Sa jeunesse au sein des IUT, son non adossement à une discipline académique en font un bon analyseur des transformations actuelles des pratiques enseignantes. Cela permet de soulever la question de savoir comment des titulaires d’enseignement et de recherche apprennent ou non à devenir des animateurs de ce dispositif et à assurer des heures de cours dans ce module. L’hypothèse défendue est celle d’une socialisation progressive en cours d’activité professionnelle, au sein de laquelle certains éléments du parcours des titulaires se mettent à faire ressource ou frein, au cours d’une confrontation dynamique avec un contexte local cadrant (observé par ethnographie menée dans un IUT en particulier). À l’issue d’une première partie rappelant l’histoire, les théories et mises en œuvre du « projet personnel et professionnel » dans l’enseignement supérieur en France et au sein l’IUT étudié, une deuxième partie analyse différentes appropriations et évolutions au cours du temps par des titulaires aux origines sociales, types de formation, diplômes, disciplines d’enseignement, de recherche, et parcours professionnels diversifiés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 PPP par la suite. Pour toutes les abréviations, voir lexique en fin d’article.
  • 2 À titre d’illustration on peut citer l’organisation par le laboratoire Printemps d’un colloque inti (...)

1À la rentrée 2005, un module intitulé « Projet Personnel et Professionnel1 » fait son apparition dans les programmes pédagogiques nationaux des vingt-trois spécialités secondaires et tertiaires que comptent les IUT. De façon expérimentale avant cette date et surtout par la suite, un nombre croissant d’enseignants en IUT va peu à peu s’initier à l’animation de ce module. Cette situation fournit l’occasion d’observer comment un dispositif pédagogique a pris corps et s’est mis en place au sein des différents départements de DUT. Cela soulève en effet de multiples interrogations concernant l’organisation, le contenu, les intervenants, les modalités d’évaluation, l’articulation avec le reste des programmes, etc. Nous souhaitons les aborder en les rattachant aux manières dont des titulaires d’enseignement et de recherche en IUT vont diversement apprendre et prendre part à l’animation de ce module. Face à un dispositif non adossé à une discipline universitaire, dont la jeunesse empêche d’imaginer que les titulaires auraient eux-mêmes massivement suivis des cours de PPP en tant qu’étudiants, les questions qui se posent sont celles de savoir de quelles manières ils s’approprient (de Certeau, 1990 ; Chartier, 1992), donnent sens, produisent un contenu et des pratiques d’enseignement. Cette problématique de recherche s’inscrit dans la perspective d’une sociologie de la socialisation (Darmon, 2006), à la fois dispositionnaliste et contextualiste (Lahire, 2013 : 111), à la croisée entre une sociologie de l’éducation (et plus particulièrement du curriculum, Forquin, 2008) et du travail, poursuivant ainsi les pistes actuelles d’invitation à confronter les approches et regards2.

2Notre problématique vise à s’intéresser conjointement à ce qui se joue dans la confrontation en situation entre un individu aux dispositions héritées de ses divers passages dans des univers sociaux plus ou moins hétérogènes, avec un contexte lui-même plus ou moins organisé, porteur d’éléments de cadrage des perceptions et des actions. Dans ses recherches, S. Bonnéry développe un niveau d’analyse méso-sociologique, qui semble pertinent à mobiliser ici. S’intéressant aux dispositifs pédagogiques à l’échelle de la salle de classe, il les envisage ainsi que des relais d’injonctions politiques qui vont cadrer le travail des enseignants sans le verrouiller complètement (Bonnéry, 2014). En suivant cette perspective, on se propose de considérer que le PPP, tel qu’il s’organise et se met en œuvre localement dans divers départements d’un IUT, est susceptible de produire un cadrage sur l’activité des enseignants.

3L’hypothèse défendue est celle d’une socialisation progressive en cours d’activité professionnelle, au sein de laquelle certains éléments du parcours de titulaires d’enseignement et de recherche se mettent à faire ressource ou frein, au cours d’une confrontation dynamique avec un contexte local. L’ambition de l’article est alors à la fois de souligner tout ce qu’un contexte local peut avoir de cadrant concernant les manières de définir et mettre en activité des titulaires d’enseignement et de recherche, à la fois comment ces derniers s’approprient et participent au module de PPP. 

  • 3 Entre 2007 et 2010, des entretiens ont été réalisés auprès des principaux acteurs-militants. Il s’a (...)
  • 4 Cette recherche a été financée dans cadre d’un contrat avec la Maison des Sciences de l’Homme de Br (...)
  • 5 Les termes en italiques sont indigènes.
  • 6 La présentation des enquêtés est faite en partie 2.

4Pour traiter cette question, nous nous appuyons sur deux recherches. La première a été menée entre 2007 et 2010 auprès des acteurs3 ayant développé en France des dispositifs de type « Projet Professionnel ». La seconde recherche4 a débuté en 2012 et porte sur un IUT étudié de façon monographique. Au sein de cet IUT, le PPP a une histoire plutôt longue, amorcée au début des années quatre-vingt-dix. Cet IUT fait en effet partie de ceux qui d’une part ont expérimenté des modules de PPP pendant une quinzaine d’années avant l’apparition de ce module dans les programmes de tous les DUT, et qui ont d’autre part ont participé à cette institutionnalisation. La méthodologie de production des données a relevé de différentes techniques : observation et « participation observante » (Alam & alii, 2012) au sein de cet IUT et de différentes associations du réseau des IUT5 ; analyse de documents qualitatifs (tels que notes internes, diaporamas de présentation, documents de travail, dossiers d’évaluation des diplômes, …) et quantitatifs (issus du service de statistique décisionnelle), recueillis au cours d’une période longue d’une douzaine d’années. Il a également été réalisé vingt-six entretiens6 auprès des trente-trois titulaires d’enseignement et de recherche composant l’effectif total en poste. Ces entretiens visaient à rendre compte des origines sociales ; des parcours scolaires, de formation et professionnels ; des disciplines étudiées, d’enseignement et de recherche, des manières dont les uns et les autres investissent ou pas (et de quelles façons, avec quelle appétence et ressources) toute une série de dispositifs de professionnalisation des étudiants recensés sur le terrain.

5La première partie rappelle les origines théoriques et l’histoire des modules de type « projet professionnel » dans l’enseignement supérieur. Elle présente les déclinaisons locales du module dans l’IUT étudié. La seconde partie s’intéresse aux appropriations par des titulaires pour lesquels les origines sociales, types de formation, diplômes, discipline d’enseignement, de recherche, et parcours professionnels sont comparés.

De l’approche éducative en orientation à l’Institut des « autres bons7 »

  • 7 Ce terme, indigène, signifie sur le terrain que les étudiants sont considérés comme « bons » à part (...)

6Trois points sont abordés dans cette partie. Dans un premier temps, il s’agit de rappeler les liens qui rattachent ce qu’on appelle le PPP en IUT à ses origines théoriques, à savoir l’approche éducative en orientation. L’histoire de cette filiation permet de souligner les fondements communs entre le « Projet Professionnel Etudiant » mis en place au sein de certaines composantes universitaires, et le PPP qu’on trouve en IUT, en montrant le rôle joué par toute une série d’acteurs-militants (dont les principaux sont ceux qui ont été interviewés entre 2007 et 2010). L’approche éducative en orientation est aussi à la base du projet d’établissement de l’IUT étudié de façon monographique abordé dans un deuxième temps, ce qui justifie d’autant plus cette présentation préliminaire.

7Dans un troisième temps, on analyse les éléments du contexte au sein de l’IUT étudié, qui cadrent, donnent sens, et organisent le travail des titulaires d’enseignement et de recherche concernant le module du PPP. L’idée défendue ici est que ce cadrage est particulièrement fort (au regard des pratiques dans d’autres IUT) : en articulant étroitement le PPP au projet d’établissement, on se trouve en présence d’une institution qui fournit un cadre plutôt précis de ses attentes et vise à contrôler les pratiques d’enseignement des intervenants en module de PPP. 

L’approche éducative en orientation et l’action militante8

  • 8 Une version plus développée de ce point figure dans le chapitre 1 de l’ouvrage intitulé Le Projet P (...)
  • 9 Entretien du 21 mai 2007.

8L’approche éducative en orientation est un courant théorique, né au Canada dans les années 1970 sous l’impulsion de chercheurs et de conseillers d’orientation. Pour l’un de ses principaux fondateurs, Denis Pelletier9, c’est la nécessité de repenser le métier du conseiller en orientation, au regard des évolutions du monde du travail du dernier quart du vingtième siècle, qui impulse la démarche. Les principaux postulats sont que l’individu peut avoir une prise sur le cours de sa vie ; qu’il est éducable ; que la méthode consiste à faire travailler les dimensions personnelles et professionnelles de manière à ce que chacun réponde par lui-même aux questions d’orientation à partir d’une approche expérientielle.

  • 10 Pour davantage de précisions, voir J. Guillaumin, (1984, p. III) ; D. Gilles, & alii.1994.

9Le passage d’un courant canadien émergent dans les années 1970 à un ensemble de programmes regroupés sous le vocable de « Projet Professionnel » se diffusant au sein de l’enseignement supérieur en France à partir des années 1980 se fait par le biais de rencontres entre chercheurs et conseillers d’orientation entre la France, les États-Unis, et le Canada10. À partir de 1975 débute une période d’expérimentations, de rencontres et d’échanges autours de groupes informels, qui mettent en pratique l’approche canadienne. Au cours du temps, et du point de vue des savoirs et pratiques mobilisées, plusieurs ensembles de réflexions vont se regrouper : aux côtés de l’approche canadienne (qui concerne le monde professionnel de l’orientation), vont émerger des questions relatives à l’insertion professionnelle, et d’autres encore liées aux techniques intellectuelles à l’université.

10À la faveur de lois et de réformes de l’université (1984, 2002, 2007), ces militants regroupés dans deux associations (Trouver/Créer tout d’abord puis Projetpro.com) vont développer à une échelle de plus en plus importante en termes de nombre d’étudiants concernés des modules de projet professionnel à l’université.

11Concernant les IUT, l’institutionnalisation du « Projet Personnel et Professionnel » en 2005 résulte d’une mobilisation de certains membres actifs du réseau des IUT, de l’ADIUT, en lien avec les acteurs des deux associations, et ayant développé à partir des années quatre-vingt-dix des expérimentations dans quelques IUT.

  • 11 Ainsi que l’explique Jean Arrous, Président de l’association Projetpro.com (entretien du 4 mai 2007 (...)
  • 12 Jacques Attali, 1998.

12En synthèse, on peut dire qu’il y a ainsi eu pendant toutes ces années une mobilisation forte de militants, qui ont œuvré et fait du lobbying11 pour que des séquences de cours menées de part et d’autre perdurent. Ces dispositifs en seraient toutefois restés au stade confidentiel s’il n’y avait eu un espace de recevabilité qui s’est peu à peu élaboré. Entre 1998 et 2007, un ensemble de rapports officiels et de textes de loi délimitent un nouvel espace de réflexion et d’action, à l’intérieur duquel les orientations politiques et pédagogiques de l’Université française vont se déployer. Celui-ci souligne l’importance de l’objectif de préparation à la vie professionnelle des établissements d’enseignement supérieur ; il assoit une perception spécifique des évolutions du système économique mondial et hisse la thématique de la formation tout au long de la vie au rang des priorités12. Au sein des IUT, le PPP ambitionne d’opérationnaliser ces injonctions. Ainsi, le PPP 

  • 13 Commission Alternance Insertion Professionnelle de l’ADIUT, « Note synthétique sur le Projet Person (...)

« représente un enjeu considérable et participe d’un mouvement d’ensemble de renforcement de la professionnalisation des IUT. […] Il ne s’agit plus de faciliter l’insertion professionnelle d’un étudiant à l’issue de la formation, de favoriser la transition entre les études et la vie professionnelle, mais bien de préparer les étudiants à évoluer tout au long de leur vie. Le Projet Personnel et Professionnel a pour vocation d’outiller les étudiants en leur fournissant des méthodes, réflexes, principes qu’ils pourront réinvestir tout au long de leur carrière, en particulier lors des phases de transition. »13.

13D’emblée le module du PPP est un outil de la stratégie des IUT pour défendre leur place dans le LMD. Il fait ainsi partie de la panoplie des dispositifs pédagogiques qui, par leur existence même, entendent réaffirmer dans un contexte de transformations rapides et importantes de l’enseignement supérieur, la préoccupation des IUT pour cette professionnalisation. Mais il ne fait pas que cela : en tant que dispositif pédagogique arrimé à cette stratégie, il décline un cadre théorique, des catégories de perception, des instruments et outils pédagogiques particuliers pour penser et organiser la professionnalisation des étudiants. Dans le même temps il fournit une définition implicite de l’étudiant comme un être éducable, qui doit être armé à trouver en lui-même et par lui-même les ressources pour fabriquer son employabilité (Ebersold, 2001).

L’alternance pour tous : une déclinaison de l’approche expérientielle 

14Situé en région à la périphérie d’une grande ville, l’IUT étudié comporte plusieurs spécificités au regard des IUT en France. Il s’agit tout d’abord d’un IUT jeune, qui a été créé au début des années quatre-vingt-dix. Il fait donc partie de la seconde vague de création des IUT au moment du plan Université 2000, la première vague ayant eu lieu au milieu des années soixante.

15C’est ensuite un IUT de petite taille en termes d’effectifs étudiants. À partir des années deux-mille-quinze, il accueille environ sept cents apprenants, répartis au sein de l’un des cinq DUT et sept licences professionnelles. Ces douze diplômes concernent des secteurs secondaires et tertiaires et couvrent les domaines professionnels de la gestion et de l’organisation (en ressources humaines, milieu industriel, logistique et transport), du décisionnel, de la qualité et de la sécurité.

16Enfin, il a développé un projet d’établissement qui fait de l’insertion professionnelle immédiate et durable des étudiants son cheval de bataille. Préparé puis créé au moment de la promulgation des lois sur l’apprentissage en 1987 et 1992 (Moreau 2003 : 19-43 ; Capdevielle-Mougnibas & Kergoat, 2013), le projet de cet IUT souscrit largement à l’objectif de revalorisation de l’apprentissage. Ce projet s’inscrit alors dans un contexte de normalisation de « la » relation « formation-emploi » (Tanguy 2002), de dégradation des conditions d’entrée dans la vie active des jeunes et des conditions de travail, d’arrivée dans l’enseignement supérieur de cohortes issues de la seconde explosion scolaire. L’institut va décliner dans son organisation une vision de l’apprentissage (Moreau 2003 : 19-43) comme outil de démocratisation des études supérieures : l’idée est d’en faire une voie d’accès à un diplôme et à l’emploi pour des jeunes qui ne réussiraient pas autrement, selon la formulation indigène. Il s’agit des autres bons.

  • 14 Selon les termes du directeur fondateur de cet IUT (entretien mai 2007). Cette alternance est placé (...)

17Le projet d’établissement va directement s’appuyer sur l’approche éducative en orientation pour organiser ses pratiques pédagogiques : la formation au DUT est considérée comme une succession d’expériences à réaliser, pédagogiquement accompagnée. L’alternance est posée comme une expérience forte, intense14 et préparée pendant la première année de DUT. Les instruments pédagogiques de cette préparation sont portés principalement par différents modules (dont le PPP). Par son objectif pédagogique d’encadrer (au double sens du terme de borner et de diriger) les expériences à vivre et d’aider à faire des choix, le module du PPP est considéré comme la colonne vertébrale du projet de l’IUT.

Organiser la fabrique d’étudiants entrepreneurs de soi

  • 15 Pour la présentation d’une autre organisation, beaucoup plus atomisée, voir l’article de E. Leclerc (...)
  • 16 Parmi ces supports le « Carnet de Bord étudiant, et le « Kit d’aide à l’animation des séances », on (...)
  • 17 Il est à noter que le terme indigène d’animateur, plutôt que d’enseignant souligne un changement de (...)
  • 18 Cette affirmation est posée dès les premières expérimentations en université, (Gilles & ali., op ci (...)

18Sur ce terrain, l’organisation du PPP se veut une déclinaison du rôle structurant qu’il doit jouer au sein des diplômes. Contrairement à ce que l’on peut observer dans d’autres cas15, l’organisation s’effectue à l’échelle de l’IUT et non des départements de DUT (qui sont en général le niveau organisationnel de base des dispositifs pédagogiques). Ce qui est ainsi harmonisé concerne les progressions pédagogiques (positionnement des séances dans l’année, volumes horaires, types de travaux à rendre et critères d’évaluation) ; l’organisation du recrutement et de la formation des intervenants ; la production d’instruments et d’outils pédagogiques16. Cette harmonisation passe l’emploi d’un coordinateur PPP, désigné pour l’ensemble des diplômes. Ce coordinateur doit gérer une équipe d’animateurs17 qui se constitue d’une trentaine d’intervenants (pour moitié titulaires, pour moitié vacataires). Concernant l’injonction de mobilisation des titulaires, on trouve l’idée que « le PPP n’est pas l’affaire de spécialiste18 », et que tout le monde est a priori en mesure d’en devenir un animateur. On observe ainsi que des moyens importants financiers, humains sont alloués pour opérationnaliser le discours professionnaliste du projet d’établissement et travailler à fabriquer une homogénéité dans les perceptions et pratiques d’enseignement.

19Les contenus des modules en DUT et Licences professionnelles sont récapitulés dans le tableau 1. Ils font aussi l’objet de plusieurs spécificités : des volumes horaires plus importants que ceux affichés dans les programmes pédagogiques nationaux ; une progression annuelle également revisitée par rapport aux attendus nationaux.

20Concernant la production de ces contenus, il est à souligner que du fait de l’ancienneté du module au sein de cet IUT, de la dimension collective de son organisation, et du cadrage par un coordinateur, on dénombre une dizaine de co-auteurs des différents outils pédagogiques des programmes de PPP en DUT et en licence professionnelle. On est dans le cas d’un contenu composite, fabriqué collectivement et dans le temps.

21Du point de vue du contenu, le module s’organise à partir de trois thèmes principaux. Deux de ces thèmes reprennent ceux constitués historiquement : l’orientation scolaire et professionnelle, l’insertion professionnelle. Le troisième porte sur les domaines professionnels de destination des diplômés (nommés sur le terrain la culture métier) et renvoie davantage à la spécificité historique des IUT d’articuler des formations à des secteurs d’activité (Bernard, 1970). Cela consiste à aborder en séance les questions du contenu, des valeurs, des postures, des problématiques, des techniques, etc., des métiers et missions dans le domaine professionnel visé par le diplôme.

Tableau 1. Contenus et organisation des modules de PPP à l’IUT étudié (en DUT et Licences professionnelles)

Programme de PPP sur la première année de DUT, semestres 1 et 2 (sur cette période, les apprenants sont sous statut étudiant, et ont un stage à réaliser au cours semestre 2)

Programme de PPP sur la seconde année de DUT, semestres 3 et 4 ; pour les semestres 5 et 6 en Licences
professionnelles (sur tous ces semestres, les apprenants sont en alternance)

Volumes horaires

autour de 36 heures ETD

entre 12 et 16 h

Thèmes du programme

Découverte du monde professionnel ; préparation du stage et de l’alternance

Découverte du monde professionnel ; intégration de l’expérience en entreprise ; préparation du parcours post-diplôme (décryptage des offres d’emploi, des offres de formation…)

Évaluation

exposés, dossiers et vidéocasts à partir d’une enquête menées sur un métier ; notes de synthèse sur le parcours en DUT

exposés, notes de synthèse sur le parcours de l’étudiant, réalisation d’un porte-folio

Supports pédagogiques

un carnet de bord à tenir pour les étudiants ; un « kit d’aide à l’animation du PPP » pour les animateurs

un carnet de bord à destination des étudiants (sauf pour Licences Professionnelles) ; des documents pour l’animateur

Mode d’animation

tours de tables, jeux et exercices ; mises en situation

tours de tables, jeux et exercices ; mises en situation

  • 19 Le terme pour qualifier l’introduction de nouvelles catégories de savoir opérant à la fois dans le (...)

22Il est à noter que ces trois thèmes relèvent de champs initialement disjoints dans le monde social, possédant leurs propres logiques, cultures, pratiques, éthiques : ce ne sont pas des savoirs constitués en disciplines scolaires ou académiques. Ce sont au contraire des savoirs et pratiques composites, hybrides19 pour lesquelles on souhaite dans la suite de l’article analyser les confrontations que cela occasionne au sein des enseignants avec notamment leur propre discipline d’enseignement.

Devenir un animateur : un travail constant, conséquent, mais peu visible

23Poursuivre l’hypothèse d’un processus de socialisation au cours de l’activité professionnelle pour rendre compte des participations des titulaires au module de PPP dans l’IUT étudié signifie qu’il faut se donner les moyens de comparer d’une part entre titulaires et d’autre part pour chaque titulaire, comment s’opère la mise au travail d’animation de module de PPP. Comment parlent-ils du PPP ? Quelle force, quel poids le cadre fourni par l’IUT étudié a-t-il dans les réceptions ? Quelles relations entre les disciplines d’enseignement des enquêtés et le module du PPP ? Sur quoi portent les apprentissages et qu’est-ce qui fait concrètement ressource pour les enquêtés lorsqu’ils débutent dans l’animation du module de PPP ? Au fond, s’agit-il pour les titulaires d’un cours comme les autres, qu’ils envisagent, préparent, assurent de la même manière ? Ces différents points sont abordés à l’issue d’une présentation synthétique des enquêtés.

Les acteurs de la professionnalisation des « autres bons »

24Dans une perspective contextualiste-dispositionnaliste, la question de savoir ce qui peut avoir fait ressource pour les enquêtés pour animer le module de PPP invite à aller s’intéresser aux différents pans constitutifs de leur expérience sociale. Mais à ce sujet, dans quels domaines d’expérience du passé des enquêtés faut-il aller regarder ? L’idée générale est de rechercher des indices d’une familiarisation aux techniques d’orientation, d’insertion professionnelle, et au monde professionnel, du côté des origines sociales, des types de formation, des expériences professionnelles hors et à l’IUT étudiés, des disciplines des enseignants.

  • 20 Pour positionner chaque enquêté au sein d’une de ces classes, nous avons mêlé des informations conc (...)

25La population enquêtée se compose treize hommes et treize femmes, dont onze enseignants certifiés ou agrégés du second degré, quatorze Maîtres de Conférences et un Professeur des Universités. Douze disciplines (relevant du secondaire et du supérieur) sont repérables. À partir de cette diversité, nous proposons une partition en trois classes disciplinaires20.

26Parmi ces vingt-six enquêtés, les participations au module de PPP vont être variables. On observe trois cas de figure : huit vont devenir animateurs dès leurs premières mises au travail au sein de cet IUT ; sept vont devenir animateurs après plusieurs années en tant que titulaires, au moment où ils prennent des responsabilités administratives ; et onze enquêtés ne vont jamais prendre part aux modules de PPP. Il est à noter qu’à part deux enquêtés, c’est en travaillant au sein de l’IUT étudié que les enseignants découvrent le module du PPP. 

  • 21 Afin de garantir au mieux la confidentialité des données et l’anonymat des enquêtés, et dans un con (...)

Tableau 2. Présentation des enquêtés21

Classes disciplinaires

Classe 1 : 5 en lettres, langues, sciences humaines et sociales

Classe 2 : 12 en mathématiques, statistique, biologie, informatique, sciences de l’ingénieur

Classe 3 : 9 en économie, comptabilité, gestion, droit

Cursus

2 parcours CPGE+ENS (+ doctorat pour un enquêté)

16 parcours universitaires purs dont 2 DUT en début

1 parcours BTS + diplômes professionnels

5 parcours CPGE + Ecole d’ingénieur + Doctorat pour 4 enquêtés

1 parcours CPGE + université (maitrise)

1 parcours DEUG + Ecole d’ingénieur + maitrise + doctorat

PCS du père

2 Agriculteurs exploitants

8 Artisans, Commerçants et Chefs d’entreprise

10 Cadres et Professions Intellectuelles Supérieures

3 Professions Intermédiaires

3 Ouvriers

Ancienneté à l’IUT en 2013

5 inférieure ou égale à 3 ans

10 entre 4 et 10 ans

11 entre 11 et 20 ans

Effectif total

26

Tableau 3. Récapitulatif des participants ou non participants au dispositif du PPP à l’IUT étudié

Pôle disciplinaire

Enquêtés
participants dès leurs débuts

Enquêtés participants après quelques années

Enquêtés non participants

Total

1 - Lettres, langues, SHS

5

0

0

5

2 - Math stat, informatique, bio

0

3

8

11

3 - Droit, Sciences éco, de gestion

3

4

3

10

Total

8

7

11

26

27Plusieurs traits caractéristiques de cette population sont à souligner. Il est tout d’abord à constater une importante diversité des types de formations initiales. Pour près de la moitié des enquêtés, il y a eu un passage dans des formations professionnalisantes (DUT, BTS, écoles d’ingénieur, DESS/master). Cela peut signifier pour les enquêtés la possibilité de deux types de familiarisations : d’une part à des secteurs d’activités professionnelles du monde économique, d’autre part à des dispositifs pédagogiques de professionnalisation (vécus en tant qu’étudiants). Dans ces cas, la participation au module de PPP pourrait s’appuyer sur ces expériences issues de leur propre passé d’étudiant.

28Si l’on s’intéresse ensuite aux origines sociales, on fait également le constat d’une grande diversité, de la présence inhabituelle pour des enseignants dans le supérieur de parents non issus de la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures (des pères sans diplôme ou relevant de la catégorie des artisans commerçants et chefs d’entreprise). Là encore ce sont des rapports et une familiarisation via la parentèle à différents secteurs du monde économique qui peut jouer pour les enquêtés et leur servir de ressources mobilisables pour l’animation du module de PPP. On ne s’attend donc pas à ce que toute une série de coupure (entre le monde académique et économique ; entre le monde intellectuel et le monde manuel…) ait été intériorisé par les enquêtés au cours de leur enfance. On fait au contraire l’hypothèse de l’intériorisation d’une pluralité de valeurs et de pratiques.

29De plus, on souligne que pour près d’une vingtaine d’enquêtés, la tenue d’un poste de travail salarié dans le privé est relevable (sous forme de consultant ponctuel ; pour des jobs étudiants ; en CDD, ou en CDI de plusieurs années). Certains de ces emplois l’ont été dans un domaine professionnel en lien avec les diplômes que cet IUT propose (en les ressources humaines ; en informatique ; en production industrielle ; en qualité…), procurant ainsi une connaissance technique, opérationnelle, pratique des problématiques dans ces domaines professionnels. D’autres enquêtés, moins directement en lien avec les secteurs d’activités visés par les diplômes, ont fabriqué une familiarisation au fonctionnement d’une entreprise, à ses logiques, ses pratiques, son organisation, etc…

30Enfin, au regard des disciplines étudiées, enseignées et de recherche, une polarisation peut être proposée, qui scinde d’un côté les disciplines se rapprochant davantage du pôle temporel, économique, du pouvoir, et de l’autre celles qui se rapportent à un pôle académique fondé sur l’autonomie de l’ordre scientifique et intellectuel, le savoir, etc… (Bourdieu, 1984 : 70-71, et pour une version enrichie, Blanchard, 2012 : 37). Sur ce terrain, il y a une large prédominance du pôle économique : les classes 2 et 3 comportent des disciplines appliquées (gestion, sciences de l’ingénieur, statistique etc.), qui focalisent des recherches tournées vers l’industrie, un des lieux de destination des futurs diplômés de cet IUT. À titre d’illustration, sur les seize enquêtés titulaires d’un doctorat, onze ont produit une thèse ayant pour terrain ou problématique le monde économique ou industriel C’est selon nous un indice de potentielle familiarisation au monde de l’industrie, de ses problématiques, technologies, valeurs, etc.

31Ainsi, la morphologie sociale des enquêtés pointe plusieurs spécificités qu’on pourrait sans doute retrouver dans d’autres IUT et formations professionnalisantes (de types écoles supérieures). Leur particularité est de ne pas s’inscrire pleinement dans un rapport très distant et cloisonné au monde économique. Au contraire, tout indique des enquêtés familiarisés par de multiples manières au monde économique (qu’il conviendrait ici de mettre au pluriel). Cette familiarisation, multiforme est alors susceptible d’avoir produit des dispositions hétérogènes et pour notre problématique, des ressources mobilisables pour devenir animateur PPP. 

Un module indiscutablement légitime

32Pour saisir les réceptions des vingt-six enquêtés, nous avons considéré deux indices : les manières de présenter son propre parcours, au moment des entretiens ; les manières de parler du PPP. 

33Il est à observer que les enquêtés relatent tout au long des entretiens leur propre trajectoire en utilisant le vocabulaire du PPP (qu’ils soient ou pas animateurs). C’est le signe d’une forme d’adhésion aux catégories de perception portées institutionnellement. Plusieurs enquêtés vont ainsi raconter leurs propres hésitations en matière d’orientation en disant :

à l’époque on ne savait pas bien, il n’y avait pas tout ça, le PPP ; Moi j’ai pas eu la chance d’avoir des cours de PPP, comme il y a maintenant, (enseignants en économie, en langue, en informatique, en sciences sociales).

34Dans ces récits, des éléments de perception de l’individu comme un être en devenir, un être de projet, qui va progressivement mûrir, apprendre, et ce en utilisant pour lui-même la démarche du PPP, sont repérables.

Enseignante en informatique : La partie PPP, c’est très important, et c’est, ça aide beaucoup, à revoir, à questionner son projet propre. C’est ça qui est intéressant aussi, on se met nous-mêmes tout le temps en questionnement, on part de notre projet, à se dire voilà, où on va, dans quelques années, est-ce que finalement je suis du style à rester tout le temps à l’IUT ? Enfin je commence un peu à être un vieux meuble dans cette institution, [faut-il] que j’aille voir ailleurs ?

35Les schèmes de perception et de présentation de soi analysés ici ne sont pas seulement observables au sein des modules de PPP. Ils renvoient plus largement à des catégories actuelles d’appréhension d’un individu professionnel entrepreneur de soi. Mais il est remarquable de constater que sur ce terrain, les enquêtés produisent un discours à partir de ces catégories et rapportent explicitement leur propos au PPP. Cela semble signifier qu’il y a une proximité dans les manières de se penser en tant qu’individu enseignant, et de penser les étudiants. Il ne semble pas y avoir de coupure radicale – ou de nature – entre le titulaire et l’apprenant. L’enseignant s’adresse à un étudiant qui va devenir un futur professionnel, et se perçoit lui-même dans cette veine. Or, ce n’est pas une proximité que l’on s’attendait forcément à trouver, au regard de la coupure historique entre les mondes économique et académique. Elle prend en revanche sens au regard de la pluralité des dispositions des enquêtés mise en évidence dans la première section et à la mobilisation de l’apprenant comme individu entrepreneur de soi, par cet institut.

36Le second indice concerne les façons dont les enquêtés qui ne vont pas devenir des animateurs présentent le PPP. Cela concerne onze enquêtés (voir tableau 3). En s’intéressant aux réponses à la question des raisons pour lesquelles ils n’ont jamais pris part à l’animation de modules de PPP dans cet IUT, on peut voir que celles-ci évoquent différents points (parfois évoqués par les mêmes enquêtés).

1) On ne me l’a pas demandé ! (enseignants en économie, en informatique)
2) J’en ai fait, mais ailleurs, pas dans cet IUT car les besoins sont sur d’autres disciplines (enseignants en gestion, en mathématique-statistique)
3) Je ne saurai pas faire ; je ne suis pas formaté pour cela. Je préfère laisser ça aux experts, je ne me sens pas compétent, ça me demanderait un effort pour le devenir (enseignants en informatique, en comptabilité)

37Il est à constater que ces types de raisons ne remettent jamais en cause la légitimité, la pertinence ou l’intérêt de ce module. Dans tous les cas, ce module est considéré comme important, comme permettant de mettre en œuvre le projet d’établissement, que tous les enquêtés qualifient positivement.

38Globalement, on constate une convergence chez tous les enquêtés dans les manières d’appréhender le module de PPP, sa relation avec le projet d’établissement et sa légitimité au sein de l’IUT. Cette convergence en fait selon nous un bon indicateur d’une appropriation plutôt orthodoxe : il semblerait que le cadrage exercé par cet IUT produise les effets attendus en matière de perception.

Sous des débuts faciles ou problématiques, des confrontations disciplinaires

39Par son contenu composite, le PPP comporte des savoirs, des techniques qui ne relèvent pas d’une discipline universitaire. La question posée ici est celle de la confrontation avec les cultures disciplinaires des enquêtés. La piste suivie ici est celle d’une variation dans la plus ou moins grande facilité de familiarisation avec le module du PPP, selon les disciplines des enquêtés. En s’intéressant aux réponses aux questions concernant les raisons pour lesquelles les uns et les autres ont pris ou non part à l’animation du module, se sont sentis d’emblée à l’aise ou en difficulté, ont eu des peurs, se dessine une variation disciplinaire.

40Si l’on regroupe d’un côté les enquêtés déclarant avoir eu des débuts faciles dans l’animation du module, on va trouver des enquêtés relevant des disciplines sciences humaines et sociales, lettres et langues. Ce module fait immédiatement partie de leur service d’enseignant : cela leur permet de compléter un service qui ne peut l’être par leur seul enseignement disciplinaire, au regard des besoins d’enseignement dans cet IUT. Pour ces enquêtés, les démarrages dans l’animation du module du PPP n’ont pas soulevé de problèmes particuliers : les techniques d’animation n’ont pas été à l’origine d’inquiétudes, elles s’emboitaient dans des pratiques déjà connues, et qui parfois vont également être reprises pour leurs propres enseignements disciplinaires. La posture d’animation, qui transforme le rapport à l’étudiant, n’est pas non plus vécue comme un problème.

41D’un autre côté, si l’on s’intéresse à ceux qui ne vont pas devenir animateurs et ceux qui vont avoir des débuts difficiles, (voir tableau 3), on va trouver les enseignants situés dans les classes 2 et 3. Pour ces derniers, on peut lister une série de problèmes.

42Tout d’abord les manières de présenter les raisons d’avoir pris part ou pas à l’animation de ce module se rejoignent : contrairement aux enquêtés du pôle des débuts immédiats, ces enseignants n’ont aucun problème pour assurer l’intégralité de leur service à partir de leur discipline. Ils commencent donc par faire ce pour quoi ils ont le sentiment que l’IUT les a recrutés, c’est-à-dire leur enseignement disciplinaire. Ils vont relater de plus, ne pas se sentir légitimes pour prendre part à l’animation de ce module et évoquer une certaine distance par rapport au contenu du PPP :

Faire du PPP ? Non, je ne suis pas capable, je ne saurai pas faire. Disons que moi, mon cœur de métier, c’est la compta, et une règle, c’est une règle, il n’y a pas de marge de manœuvre, alors qu’en PPP, il y a plus matière à échanger. Le PPP, disons, que c’est des matières de sciences molles. Avec la compta on est sur un discours plus rigoureux, plus carré. (enseignant en comptabilité)

43Cette distance n’est pas considérée comme infranchissable par les enquêtés, ils envisagent qu’ils pourraient la raccourcir, mais que cela leur demanderait un apprentissage. Au regard de l’absence d’attente explicite de la part de l’IUT pour qu’ils fassent cet effort, ils préfèrent laisser ça à d’autres, plus compétents. On peut souligner qu’il s’agit d’une incompétence avouable, voire qui semble renforcer la légitimité professionnelle de celui qui l’énonce, en renforçant la légitimité de sa discipline, ainsi que l’extrait d’entretien précédent le met en évidence.

44Les techniques d’animation vont également poser problème au début, avant de se solutionner au bout de quelques années :

quand j’ai commencé le PPP, je me disais, j’ai deux heures, mais qu’est- ce que je vais raconter pendant deux heures, et c’était ça, je rentrais la boule au ventre (enseignante en informatique).

45Un autre problème va être rencontré : pour certains enquêtés, le passage d’un mode de relation et de gestion de l’étudiant (être celui qui sait, qui a la parole, qui donne un contenu) à une autre (celui qui se met en retrait et laisse parler les étudiants) ne va pas de soi. Ces enquêtés se situent dans les classes 2 et 3, et notamment des disciplines suivantes : sciences économiques ; sciences du vivant ; sciences de l’ingénieur. Ces disciplines – tant leur contenu épistémique, leur visée normative, etc. – semblent ainsi avoir produit une expérience d’enseignement comportant un rapport d’autorité plus rigide, visible et normatif que celui attendu pour l’animation des modules de PPP. 

46La mise en œuvre de modules de PPP présuppose donc une transformation dans les relations et rapports d’autorité entre enseignants et enseignés, qui heurte certains titulaires : ce qui semble s’affronter ici relève de pratiques pédagogiques venues de certaines disciplines par rapport à un autre type de savoir et de pratiques.

Ce qui fait ressource, ce qui s’apprend, ce qui se retravaille

47Il s’agit pour finir de s’intéresser au contenu du module de PPP et de rendre compte de ce qui a fait ressource et de ce qui a été appris au cours de la pratique par les enquêtés. Pour cela, il convient de dissocier les trois thèmes traités par le PPP au sein de cet IUT (l’orientation, l’insertion professionnelle et la culture métier). La population de référence est ici uniquement constituée des quinze animateurs de PPP. Les manières de prendre connaissance et de construire le contenu des séances sont variables selon le thème, ainsi qu’on va le voir. Ce qui ressort massivement des entretiens est qu’il y a eu nécessité de se former et d’apprendre. Le module du PPP est une nouveauté pour la grande majorité des enquêtés, et ceux qui sont passés par des formations professionnalisantes ne relatent pas avoir remobilisé leurs cours (reçus) pour produire leurs propres séances.

48Pour les thèmes de l’orientation et de l’insertion professionnelle, les enquêtés se sont appuyés de façon importante sur les moyens mis à disposition par l’IUT : ils relatent ainsi des échanges et discussions informelles avec des collègues considérés comme référents, autrement dit spécialistes de cette question ; des co-animations de cours donnés avec ces collègues référents ; des participations à des formations organisées par cet IUT ; des lectures de documents sur le PPP, tels que le kit d’animation. L’ensemble démontre un travail de formation au cours de la pratique. On observe qu’il s’agit d’une familiarisation par le faire, étayées par des collègues considérés comme experts, médié par des supports d’animation pédagogique. L’impression qui ressort semble se résumer à une infusion, ainsi que le relate une enquêtée (enseignante en économie, qui travaillé par le passé sur les questions d’insertion professionnelle des étudiants dans d’autres lieux de formation) : Le PPP j’ai plutôt infusé, j’ai fait le sachet de thé quoi, qu’on trempouille. Alors même qu’elle va également rapporter : C’est passé par énormément de discussions. J’avais lu le livre de Genevière Latreille, aussi.

49Pour le thème de la culture métier, les enquêtés évoquent un contenu davantage à construire par eux-mêmes, moins balisé par l’institution. La question est alors de savoir ce qui fait ressource pour ces enquêtés dans la construction des séances.

50Les premières ressources renvoient à des expériences passées, de formation et professionnelles, au cours desquelles ils ont déjà été familiarisés à ces mondes professionnels (via des cursus professionnalisants, ayant occasionné des stages, etc. ; ou via une première vie professionnelle dans le privé), dont on a vu que cela concernait une vingtaine d’enquêtés. Le monde de l’entreprise (son organisation, ses logiques, valeurs) est connu et sert pour bâtir le contenu des séances.

51Un autre ensemble de ressources (qui se cumulent avec les premières) est une familiarisation aux domaines professionnels de destination des futurs diplômés, réalisée parfois avant, mais surtout après leur titularisation et donc sur le terrain de l’IUT étudié. Les enquêtés évoquent ainsi le tutorat (suivi d’étudiants en entreprise) et la prise de responsabilité :

52Enquêtée 1 (enseignante en informatique, passé en milieu industriel, diplôme d’ingénieur), les métiers sont ceux de l’hygiène, la sécurité et l’environnement :

Puis en intégrant après les départements [à partir de missions de responsabilité], en prenant connaissance des formations, et des contenus, avec mon profil heu, industriel et tout, je me suis quand même retrouvée dans ce ppp-là et petit à petit, je commençais à, avec les suivis aussi des étudiants, en entreprise, de comprendre aussi les missions, des entreprises, voilà. Et du coup, j’avais pris du recul, vis-à-vis à ça, et j’ai re-reconstruit tout ça, avec mes compétences, avec ma manière de faire et tout.

53L’enquêté 2 (enseignant en statistique, doctorat en économie des transports) explique avoir imaginé avec son équipe pédagogique l’organisation de rencontres entre les étudiants de première et de seconde année de DUT sur le thème des récits expériences d’alternance en entreprise. Les métiers sont ceux du transport et de la logistique. La construction de cette rencontre a permis, selon l’enquêté

de poursuivre sur notre travail de cartographie, qu’on avait initié quand on était sur les métiers, tout le travail qu’on a fait sur la clarification des missions de stage. Et petit à petit on a essayé de voilà… De consolider aussi notre… Notre connaissance.

54Il y a donc une connaissance à construire, qui renvoie à des savoirs et pratiques, qui ne sont pas organisés de façon académique/disciplinaire. Puisés dans des contextes professionnels, ils sont saisis par les enquêtés, en fonction des situations locales (de contextes d’entreprise) et au cours de leur activité (de tuteur, de chef de département, d’animateur PPP). Ils font l’objet d’un travail actif d’analyse et de retraduction par les enquêtés. Dans l’avant-dernier extrait, on voit bien comment l’enquêtée recombine des éléments de son parcours antérieur pour produire sa propre manière de faire du PPP, alors même qu’elle possède un diplôme d’ingénieur, un doctorat en informatique, et des années d’expériences dans le privé en tant qu’ingénieure. Dans le dernier extrait, le terme de cartographie montre un travail réalisé pour organiser et mettre en forme ces connaissances dans la logistique et le transport, alors même que l’enquêté possède un doctorat en économie des transports.

55Ce qui se joue dans la fabrication d’une expérience permettant d’animer les modules du PPP est un bricolage individuel, acquis au cours de pratiques différentes. Il revient à l’acteur d’en articuler les savoirs et savoir-faire acquis. Il s’agit d’un important travail mené par le titulaire, qui prend plusieurs années, qui mobilise différents pans de son expérience professionnelle, qui ne se déduit pas automatiquement de l’obtention de diplômes ou d’expériences professionnelles dans le privé, qui ne relève pas du même type de travail de préparation de cours disciplinaires. Pour reprendre la dernière des questions posées en introduction de cette partie, on peut avancer que, ainsi que le terme même d’animateur au lieu d’enseignant le signale clairement, les enquêtés se mettent à faire autre chose regard de leurs pratiques disciplinaires lorsqu’ils préparent et assurer des cours de PPP. 

Conclusion

56L’objectif de cet article était de s’intéresser aux appropriations d’un dispositif pédagogique, le PPP au sein des IUT. Tandis qu’une première partie visait la présentation de l’arrivée de ce dispositif au sein des IUT, et de son opérationnalisation au sein d’un IUT, la seconde s’intéressait aux appropriations par vingt-six titulaires d’enseignement et de recherche.

57Le module de PPP se définit localement par différents traits caractéristiques. Il vise à relayer des intentions politiques définies au niveau macro-social concernant la fabrication du futur citoyen européen (possédant des compétences de base, l’autonomie, l’employabilité, etc.). Sont observables une définition sociale de l’apprenant (un individu entrepreneur de soi), un contenu (des savoirs composites, issus de différents champs de la pratique de l’orientation, de l’insertion professionnelle, des métiers et secteurs d’activités particuliers), et des modalités de mise en œuvre (un travail constant de cadrage des appropriations et mises en œuvre du PPP est opéré pour tenter de garantir des perceptions et pratiques d’enseignement en adéquation avec les attendus politiques du PPP).

58L’hypothèse développée dans cet article était celle d’une socialisation à l’animation des modules de PPP au cours de l’activité professionnelle. Cette socialisation est effectivement relevée, à partir de différents indices. La familiarisation aux pratiques pédagogiques en IUT n’avait pas fait l’objet d’appropriation au cours du parcours de formation de la plupart des enquêtés. Cette familiarisation débute donc dans les premiers temps de mise au travail sur le terrain étudié. Que les enquêtés prennent part ou non à l’animation de ce dispositif, ils évoquent plusieurs inquiétudes retraduites ici en termes de distances par rapport à des savoirs et pratiques disciplinaires. Pour les quinze enquêtés qui vont prendre part à l’animation des modules de PPP, les apprentissages vont regrouper différentes modalités (par le faire, médié par des formations, …) et se construire dans le temps. La participation aux fonctions de responsabilités administratives, à d’autres activités de professionnalisation des étudiants (le tutorat), le passé professionnel, la culture disciplinaire, et le type de cursus d’études deviennent des ressources diversement mobilisables d’un rapprochement dans et par la pratique, pour les enquêtés.

59Ainsi, la familiarisation à un dispositif de professionnalisation des étudiants est loin d’être une évidence, et ne se réalise pas sans un travail assez conséquent bien que peu visible, plus ou moins vécu harmonieusement par des enquêtés. La polarisation disciplinaire entre le pôle académique et le pôle économique ne suffit pas à rendre compte des appropriations et du travail mené par les enseignants. Ceux qui relèvent de disciplines situées dans le pôle académique sont à l’aise avec la posture d’animateur, mais doivent s’appuyer largement sur les moyens mis à disposition par l’IUT pour fournir un contenu à leurs séances. Ceux qui relèvent de disciplines positionnées dans le pôle économique ont plus de mal avec la mise en suspend du jugement normatif envers l’étudiant. Ils sont davantage familiarisés avec le monde de l’entreprise, ses valeurs, pratiques, finalités, etc., mais pas forcément avec la culture métier d’un futur diplômé de DUT ou de Licence professionnelle dans le domaine visé. Ils doivent alors également se fabriquer cette culture qui servira lors de la production du contenu des séances de PPP. 

60Une partie des transformations assez fortes se jouant dans l’enseignement supérieur sous l’injonction de professionnalisation (Faure, Soulié & Millet 2005 ; Agulhon & alii, 2012, Stavrou 2011) peut ainsi être étudiée, à l’échelle individuelle, dans les petites transformations silencieuses opérées par les acteurs, au cours de leur pratique. Si la morphologie sociale des enquêtés est ici spécifique et tout sauf due au hasard (elle est le fruit de certains critères de sélections propre à l’IUT étudié, elle regroupe des enquêtés plutôt en ascension sociale et en déplacement dans l’espace social du monde économique au monde académique), on ne peut qu’imaginer qu’il doit en aller très différemment pour des enseignants et enseignants-chercheurs aux dispositions plus homogènes, relevant de disciplines beaucoup moins proches du monde économique.

Lexique

ADIUT : Assemblée des Directeurs d’IUT

ADVP : Activation du Développement Vocationnel et Personnel

BTS : Brevet de Technicien Supérieur

CAPLP/CAPET/CAPES : Certificat d’Aptitude au Professorat (en Lycée Professionnel,

de l’Enseignement Technique ou du Second Degré)

CPGE : Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles

DESS : Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées

DEUG : Diplôme d’Etude Universitaire Générale

DUT : Diplôme Universitaire de Technologie

ENS : Ecole Normale Supérieure

EDT : Heures équivalents en Travaux Dirigés

IUT : Institut Universitaire de Technologie

LMD : Licence – Master – Doctorat

PCS : Professions et Catégories Socioprofessionnelles selon l’INSEE

PPP : Projet Personnel et Professionnel

Haut de page

Bibliographie

UIMM : Unions des Industries et Métiers de la Métallurgies

Attali (J.), 1998, Pour un modèle européen d’enseignement supérieur, Ministère de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie, février.

Agulhon (C.), Convert (B.), Gugenheim (F.) & Jakubowski (S.), 2012, La professionnalisation. Pour une université « utile » ?, Paris : L’Harmattan.

Alam (T.), Gurruchaga (M.), & O’Miel (J.), 2012, Science de la science de l’état : la perturbation du chercheur embarqué comme impensé épistémologique, Sociétés Contemporaines, n° 87.

Beliard (A.) & Eideliman (J.E.), 2008, « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », in D. Fassin, A. Bensa (dir.), Les politiques de l’enquête. Paris, La Découverte, p. 29 -36.

Bernard (M.-Y), 1970, Les Instituts Universitaires de Technologie, Paris : Dunod.

Bernstein (B.), 2007, Pédagogie, contrôle symbolique et Identité, Laval : PUL.

Blanchard (M.), 2012, Socio-histoire d’une entreprise éducative : le développement des Ecoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle – 2010), Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

Bonnery (S.), 2014, De l’étude des inégalités scolaires à celle de la domination scolaire. Pertinence de la dimension méso-sociologique en sociologie de l’école, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches, Paris 8.

Bourdieu (P.), 1984, Homo Academicus, Paris. Éditions de Minuit.

Capdevielle-Mougnibas (V)., Kergoat (P.) (dir.), 2013, « Les formations par apprentissage », Revue Française de Pédagogie, n° 183.

Chartier (R.), 1992, L’ordre des livres. Lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle. - Aix-en-Provence, Alinéa.

Certeau de (M.), 1990, L’invention du quotidien. T1. Arts de faire, Paris, Collection Folio essais (n° 146), Gallimard.

Darmon (M.), 2006, La socialisation, Paris, La Découverte.

Ebersold (S.), 2001, La Naissance de l’inemployable. Ou l’insertion aux risques de l’exclusion, PUR, Rennes.

Faure (S.), Soulié (C.) & Millet (M.), 2005, Enquête exploratoire sur le travail des Enseignants-Chercheurs. Vers un bouleversement de la « table des valeurs académiques » ?, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00602398/document

Forquin (J.-C.), 2008, Sociologie du curriculum, Rennes, PUR.

Gilles (D.) & alii, 1994, Socrate le retour. Pour accompagner la réussite universitaire et professionnelle des étudiants, Trouver/Créer, Les éditions septembre, Québec.

Guillaumin (J.), 1984, « préface à l’ouvrage posthume », in G. Latreille, Les chemins de l’orientation professionnelle, Presses Universitaires de Lyon.

Lahire (B.), 1998, L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

Lê Hung (M.) & Tralongo (S.), 2012, Le projet personnel et professionnel de l’étudiant : l’exemple des IUT, ADIUT, Espr’IUT, IUTenLigne.

Leclercq (E.), 2012, « Les compétences comme enjeux de la construction des parcours étudiants », in Quenson (E.) & Coursaget (S.), La professionnalisation de l’enseignement supérieur. De la volonté politique aux formes concrètes, Toulouse, Octarès.

Moreau (G.), 2003, Le monde apprenti, Paris, La Dispute.

Stavrou (S.), 2011, « La « professionnalisation » comme catégorie de réforme à l’université en France », CRES Hors-série n° 3.

Tanguy (L.), 2002, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve plans (1962 – 1970), Revue Française de sociologie, vol. 43, n° 4.

Tralongo (S.), 2015, Le « Carnet de bord » utilisé en module de professionnalisation en IUT : un outil de cadrage pour le « cheminement » des étudiants ?, Spirale, Revue de Recherches en éducation, n° 55.

Haut de page

Notes

1 PPP par la suite. Pour toutes les abréviations, voir lexique en fin d’article.

2 À titre d’illustration on peut citer l’organisation par le laboratoire Printemps d’un colloque intitulé « Le travail à l’épreuve des socialisations », en octobre 2016.

3 Entre 2007 et 2010, des entretiens ont été réalisés auprès des principaux acteurs-militants. Il s’agit de J. Arrous (association Projetpro.com) ; D. Gilles, J. Saulnier-Cazals, M.-J. Vuillermet-Cortot (auteures d’un ouvrage sur la question, voir D. Gilles & alii, 1994) ; J.-P. de Jabrun (IUMM) ; D. Pelletier (co-inventeur de l’ADVP) ; P. Rousset, M. Le Nir, et J. Verger (membres de l’ADIUT), R. Solazzi (association Trouver/créer).

4 Cette recherche a été financée dans cadre d’un contrat avec la Maison des Sciences de l’Homme de Bretagne (2012-2014) dirigée par Yves Lémarié.

5 Les termes en italiques sont indigènes.

6 La présentation des enquêtés est faite en partie 2.

7 Ce terme, indigène, signifie sur le terrain que les étudiants sont considérés comme « bons » à partir de critères qui ne sont pas les seuls résultats académiques, obtenus au lycée. Les critères sont alors l’implication associative et les activités extra-scolaires diverses, les expériences professionnelles (des « jobs », ou des emplois plus durables), un intérêt pour les milieux professionnels en lien avec les DUT préparés, des réorientations après des premières années d’études supérieures inachevées.

8 Une version plus développée de ce point figure dans le chapitre 1 de l’ouvrage intitulé Le Projet Personnel et Professionnel de l’étudiant. L’exemple des IUT, (Le Hung & Tralongo, 2012).

9 Entretien du 21 mai 2007.

10 Pour davantage de précisions, voir J. Guillaumin, (1984, p. III) ; D. Gilles, & alii.1994.

11 Ainsi que l’explique Jean Arrous, Président de l’association Projetpro.com (entretien du 4 mai 2007).

12 Jacques Attali, 1998.

13 Commission Alternance Insertion Professionnelle de l’ADIUT, « Note synthétique sur le Projet Personnel et Professionnel » 2003

14 Selon les termes du directeur fondateur de cet IUT (entretien mai 2007). Cette alternance est placée sur la deuxième année de DUT.

15 Pour la présentation d’une autre organisation, beaucoup plus atomisée, voir l’article de E. Leclercq (2012) présentant douze départements d’IUT de la région Champagne Ardenne. On souligne que certains instruments et outils pédagogiques sont également présents sur les deux terrains.

16 Parmi ces supports le « Carnet de Bord étudiant, et le « Kit d’aide à l’animation des séances », ont été étudié précédemment, (Tralongo, 2015).

17 Il est à noter que le terme indigène d’animateur, plutôt que d’enseignant souligne un changement de rôle et de posture, le passage d’un enseignement transmissif à une posture « d’accompagnateur ».

18 Cette affirmation est posée dès les premières expérimentations en université, (Gilles & ali., op cit., 1994) ; et reprise dans la note de cadrage de 2005 pour les IUT.

19 Le terme pour qualifier l’introduction de nouvelles catégories de savoir opérant à la fois dans le champ intellectuel et le champ de la pratique externe est nommé « régionalisation » par Bernstein (Bernstein 2007 : 33 ; 91)

20 Pour positionner chaque enquêté au sein d’une de ces classes, nous avons mêlé des informations concernant les disciplines de formation, celles du diplôme et du Corps d’État permettant d’enseigner, celles enseignées, enfin celles correspondant à l’activité de recherche (chacune pouvant varier pour un même enquêté et au cours du temps).

21 Afin de garantir au mieux la confidentialité des données et l’anonymat des enquêtés, et dans un contexte caractérisé par un haut niveau d’interconnaissance (au sein des IUT), et de proximité avec l’univers de la publication scientifique, plusieurs choix ont été faits : - présenter lorsque c’est possible les données de façon agrégées (sous forme de tableau synthétique ne permettant pas de regrouper les informations à l’échelle individuelle) ; - brouiller les pistes en recombinant les données individuelle dans des cas composites (Béliard & Eideliman, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Tralongo, « Entre cadrage institutionnel et bricolages individuels. Devenir ou pas animateur de module « Projet Personnel et Professionnel » en IUT », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série n° 6 | -1, 177-198.

Référence électronique

Stéphanie Tralongo, « Entre cadrage institutionnel et bricolages individuels. Devenir ou pas animateur de module « Projet Personnel et Professionnel » en IUT », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], Hors-série n° 6 | 2018, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3241

Haut de page

Auteur

Stéphanie Tralongo

Maître de conférences, IUT Lumière, Lyon 2, Centre Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals