Navigation – Plan du site

Devenir enseignant du premier ou second degré : intérêts et incertitudes des étudiants de la démocratisation scolaire

Becoming teachers of primary or secondary education. Interests and uncertainties among students in the context of democratized education
Pierre Périer
p. 47-73

Résumés

Les difficultés de recrutement observées ces dernières années en France (et ailleurs) dans les métiers de l’enseignement posent la question de l’orientation des étudiants vers les filières ou concours pouvant destiner à la fonction. L’article propose en premier lieu une analyse des parcours et logiques de « choix » des étudiants qui envisagent ou écartent cette hypothèse. Il étudie ensuite les représentations que les candidats potentiels se font des conditions d’exercice du métier et de son statut social. L’angle privilégié dans cette problématique d’un « devenir enseignant » porte sur la comparaison entre le 1er et le 2nd degré d’enseignement. En effet, les aspirations et les freins à s’engager dans l’une de ces voies dépendent de la valeur « pour soi » donnée à la fonction et varient selon la position d’origine des étudiants. La perte d’attractivité n’est que relative et les étudiants intéressés, issus de la démocratisation scolaire, expriment une forte détermination dans leur choix. L’enquête repose sur un échantillon de 1 103 étudiants de 3e année de Licence de différentes filières et universités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les étudiant.e.s. représentaient 61,1 % des admis.e.s dans le premier degré en 2015 contre 68,3 % e (...)
  • 2 On peut noter, par exemple, que le taux de réussite au concours du professorat des écoles s’élève à (...)

1Depuis plusieurs années déjà, les métiers de l’enseignement font face à des difficultés de recrutement, en France et en Europe (Commission européenne, 2013). Bien qu’elle reste sectorielle et ne soit pas nouvelle, la baisse d’attractivité atteint des seuils jugés préoccupants dans certaines académies pour le premier degré et, conjointement, dans plusieurs disciplines du secondaire (Périer, 2016). Si les étudiants représentent chaque année le vivier principal des candidats choisissant d’embrasser une carrière dans l’enseignement, leur part relative tend à décliner1 quand celle des salariés du secteur privé ou public (hors enseignants), plus âgés en moyenne, progresse en dépit de taux de réussite inférieurs2. Un tel contexte de perte relative d’attractivité pose la question de l’orientation vers les filières et concours pouvant destiner à la fonction et, corrélativement, celle des représentations et supports d’identification associés aux métiers de l’enseignement.

2Dans la perspective de ce texte, le processus de « choix » ne relève pas d’une logique de vocation qui conduirait, selon ce modèle idéalisé, à se consacrer entièrement à son métier au point de confondre destin personnel et engagement professionnel (Périer, 2004). Devenir enseignant ne procède pas non plus d’une distribution statistique au hasard permettant d’ouvrir le recrutement social à un large éventail de catégories de la population se décidant sur la base d’un « projet personnel ». Il suppose, de façon plus prévisible, un espace de possibles qui, conjugué à des déterminants sociaux et scolaires, ouvre des potentialités d’orientation débouchant sur une décision (Berthelot, 1993). Le « choix » de l’enseignement s’inscrit dans ce type de processus, en lien avec un contexte où le métier peut sembler plus ou moins attractif et accessible. Comment les éléments qui construisent la condition enseignante et touchent aussi bien à l’accès au métier, à l’activité en classe qu’à son prestige social, sont-ils perçus et interprétés par les étudiants en situation de se destiner à la carrière ? Dans quelle mesure vont-ils peser sur les parcours et inciter à choisir le métier ou à y renoncer ? Quels sont le prestige et la position sociale perçus des métiers de l’enseignement relativement à d’autres professions de niveau de qualification comparable ?

3Les aspirations et freins à devenir enseignant reposent sur un ensemble de facteurs individuels et contextuels qui s’emboîtent selon des configurations singulières. Néanmoins, le point de vue exprimé par les étudiants enquêtés sépare clairement, d’une part, ceux et celles qui l’envisagent et ceux/celles qui l’excluent (une fraction minoritaire de 7,5 % hésite entre un concours de l’enseignement et une autre voie) et, d’autre part, ceux/celles qui se destinent au premier degré et les candidats potentiels sur les postes du second degré. Ainsi, le choix d’un niveau d’enseignement plutôt qu’un autre ne souffre guère de doute puisque 12,6 % seulement des étudiants enquêtés, plus souvent des hommes, déclarent hésiter entre l’un ou l’autre. Plutôt que de les aborder indépendamment ou de les confondre dans une catégorie par trop hétérogène (sous le vocable « enseignant »), l’analyse développée dans ce texte consiste précisément à les comparer. Il s’agit de dégager ce qu’il y a de commun et de spécifique dans la représentation que les étudiants se font des métiers de l’enseignement dans les premier et second degrés afin d’éclairer les raisons de choisir ou d’écarter un niveau ou un autre.

4À la différence de nombreuses activités professionnelles, celle d’enseignant a été longuement côtoyée durant la scolarité et cette familiarité contribue à forger des images du métier et de ses représentants. S’ajoutent parfois des expériences diverses sous la forme de stages dans les écoles, d’emploi d’animation ou d’éducation dans les établissements scolaires qui produisent une forme de « socialisation anticipatrice » et de projection dans ce groupe de référence (Merton, 1968). Selon l’hypothèse de ce texte, ces éléments de parcours des étudiants leur fournissent des indices sur l’intérêt du métier ou les difficultés à l’exercer. Dès lors, le « choix » (reconstruit comme tel) a ceci de particulier qu’il peut s’enraciner très tôt, et remonter parfois loin dans la trajectoire scolaire des étudiants. Pour autant, la problématique du « devenir enseignant » ne puise pas seulement dans la part biographique des individus car elle s’ancre également dans des dispositions sociales et scolaires que ce texte se propose d’analyser. De façon complémentaire aux recherches consacrées au métier du point de vue de ceux qui prennent leur fonction ou qui déjà l’exercent, la présente contribution se place en amont du processus de professionnalisation. Elle s’intéresse à comprendre, d’une part, les logiques de choix et de non-choix de la carrière enseignante, différenciée selon le premier et le second degré et, d’autre part, la manière dont les étudiants se représentent le métier voire s’y préparent pour ceux et celles qui envisagent de présenter un concours.

Méthodologie de l’enquête

5La contribution repose sur l’exploitation d’une enquête réalisée en septembre 2015 auprès de 1103 étudiants inscrits en troisième année de licence. Elle s’est déroulée dans trois grandes villes (Montpellier, Paris, Rennes) et sur six sites universitaires accueillant différentes filières pouvant destiner aux métiers de l’enseignement : anglais, histoire, mathématiques, sciences de la vie et de la terre, sciences de l’éducation. Les différentes disciplines ont été sélectionnées en raison de leur attractivité variable, avec des difficultés de recrutement en mathématiques et en anglais d’un côté, une situation sensiblement meilleure en histoire, sciences de la vie et de la terre (SVT) de l’autre. Les enquêtes ont été réparties selon la matrice d’échantillonnage suivante :

  • Montpellier 1 : mathématiques, SVT

  • Montpellier 2 : anglais, histoire, sciences de l’éducation

  • Paris Ouest Nanterre : anglais, histoire, sciences de l’éducation

  • Paris Sud : mathématiques, SVT

  • Rennes 1 ; mathématiques, SVT

  • Rennes 2 : anglais, histoire, sciences de l’éducation

6Le dispositif d’enquête mis en place s’est attaché à respecter un même principe consistant à administrer le questionnaire à l’ensemble des étudiants présents sur les lieux d’enquête. La période de la rentrée a été jugée la plus propice pour toucher le plus grand nombre d’étudiants en cours, et ne pas recueillir le seul point de vue de ceux et celles intéressé.e.s par les métiers de l’enseignement. Compte tenu de la répartition inégale des étudiants et étudiantes dans les filières enquêtées, les femmes représentent 67,6 % des répondants.

7L’échantillon enquêté se répartit de façon relativement équilibrée sur les trois villes universitaires sélectionnées (35,8 % à Montpellier, 29,1 % à Paris, et 35,1 % à Rennes) et permet d’obtenir un taux de réponse de 37,4 %. La participation varie néanmoins d’une discipline à une autre de la manière suivante :

8Taux de réponse par discipline :

  • Anglais : 46,7 %

  • Histoire : 29,4 %

  • Sciences de l’éducation : 38,2 %

  • Mathématiques : 44,8 %

  • SVT : 35,2 %

9Le questionnaire comportait une cinquantaine de questions relatives à leur projet d’orientation après la licence, à leur représentation des métiers de l’enseignement dans les premier et second degrés et, enfin, à leur intérêt ou désintérêt pour embrasser une telle carrière. Des questions ouvertes ont permis d’approfondir certains aspects discriminants de l’enquête, notamment, les raisons de choix ou de non-choix de l’enseignement et celles relatives à la préférence pour le premier ou second degré. Tous ou presque ont rendu un questionnaire rempli avec soin et permettant d’en exploiter l’intégralité.

Dispositions sociales et scolaires à devenir enseignant

Quelle offre de postes pour quels candidats ?

10En France, on a assisté jusqu’en 2013 à une baisse continue du nombre de postes ouverts aux concours des premier et second degrés de l’enseignement public. Entre 2004 et 2011, le nombre de postes a été divisé par deux dans le secondaire et par quatre dans le premier degré. Le nombre de candidats quant à lui évolue avec le nombre de postes, suivant un décalage systématique d’au moins un à deux ans. Tout se passe comme si les candidats prenaient moins le risque de la préparation des concours lorsque le nombre de postes est plus faible et inversement. On rappellera à ce propos qu’il y avait en moyenne cinq candidats pour un poste au concours du premier degré de l’enseignement public en 2004 (12 940 postes) mais 2,6 en 2012 (4 903 postes). Le ratio dans le second degré est tombé sur la même période de 7 candidats pour un poste (11 975 postes) à 3,8 (8 305 postes). Au-delà de ces constats, les à-coups des politiques de recrutements pèsent sur l’attractivité en créant des difficultés par une hausse ou une baisse soudaine et passagère du nombre de postes, sans que les candidatures, plus inertes, suivent instantanément. À partir de 2012, le nombre de postes mis aux concours externes a augmenté rapidement, passant de 3 100 en 2011 à presque 13 000 en 2016 dans le primaire, et de 8 275 à près de 13 000 également dans le secondaire. Un renversement aussi soudain laissait craindre des difficultés de recrutement aggravées. Le nombre de candidats a suivi ce rythme rapide dans le secondaire, puisque le taux de candidatures est resté stable autour de 3, c’est à dire au niveau qu’il avait atteint en 2011. Dans le primaire, ce taux s’est dégradé (de 5,9 à 2,6) mais l’augmentation des postes a été sans équivalent.

  • 3 Selon les services du ministère de l’Éducation nationale, le taux de sélectivité devrait être au mo (...)

11La remontée du nombre de postes mis au concours dans l’enseignement public a offert des opportunités d’accès à la fonction à des candidats qui se sont alors présentés en nombre, tant dans le secondaire que dans le premier degré. Toutefois, la progression du nombre de candidats a été globalement moins rapide que celle des postes à pouvoir. Ce désajustement a fait baisser le ratio postes/candidats (taux de sélectivité), ouvrant ainsi la voie à l’idée de « crise » du recrutement, de « pénurie » de candidats ou encore de « manque de vocations ». La question sous-jacente est aussi celle du « niveau minimum » ou seuil de qualité3 pouvant être maintenu selon les jurys de concours, par delà les aléas conjoncturels des recrutements (Chapoulie, 1987).

  • 4 D’autres pays tels que l’Allemagne, la Belgique ou la Norvège sont quant à eux confrontés à une pén (...)

12Il importe par conséquent de distinguer ce qui procède d’un effet conjoncturel consécutif aux à-coups dans la gestion des recrutements et ce qui pourrait relever d’un phénomène structurel et durable de désaffection pour les métiers de l’enseignement, en raison de la dégradation de leur image et position dans la société. En France, la perte d’attractivité est sectorielle et non globale. Dans le secondaire, elle concerne davantage les disciplines de mathématiques, de lettres ou d’anglais et les concours de certifiés plus que l’agrégation. Dans le premier degré, les académies de Créteil, Versailles ou Amiens peinent à recruter mais non celles de Rennes ou de Corse4. Pour utiles qu’ils soient, les constats de variations du nombre de candidats dans les différents métiers de l’enseignement ne nous disent rien des raisons et motivations de choix d’orientation vers la carrière enseignante ni de la sociologie des étudiants attirés par cette perspective.

  • 5 Dans la suite des traitements, les résultats sont donnés uniquement sur la base des étudiants ayant (...)
  • 6 Précisons qu’une fraction non négligeable des étudiants présente un concours de l’enseignement du s (...)

13L’enquête effectuée en début d’année universitaire auprès d’étudiants inscrits en troisième année de licence visait précisément à apporter des éléments de connaissance sur le projet ou les intentions d’orientation après le diplôme et sur l’intérêt manifesté pour les métiers de l’enseignement en particulier. Au total, 44,3 % des enquêtés, toutes disciplines confondues, indiquent leur préférence pour un master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation). Les étudiantes songent plus que les hommes à cette orientation (48,8 % versus 35 %), ces derniers optant plus nettement pour un master de leur discipline (37,3 % versus 27,1 %). Parallèlement, près de 12 % évoquent une autre orientation (notamment sous la forme de concours) et 13,4 % déclarent ne pas savoir5. Aux étudiants se destinant à préparer le concours dans le cadre d’un master MEEF s’ajoutent ceux/celles qui sont également susceptibles de le présenter sous deux à trois ans parallèlement à d’autres concours ou projets de poursuite d’études pour lesquels l’enseignement ne constitue pas le débouché attendu6. Au total, 54 % environ des étudiants enquêtés se déclarent potentiellement intéressés par un concours d’enseignant.

14Cependant, les résultats recueillis en début d’année universitaire suggèrent une certaine prudence quant à savoir si ces intentions vont effectivement se concrétiser, d’autant qu’elles sont conditionnées à l’obtention de la licence et à l’inscription dans le master visé. Il reste que l’intérêt pour les métiers de l’enseignement se situe à un niveau relativement élevé et il est probable qu’après trois années de recrutements massifs d’enseignants (en particulier 2014, en raison du concours exceptionnel), les étudiants adoptent des comportements d’opportunité doublés d’une forme de rationalité de leur investissement face à un concours jugé moins sélectif. Certes, il faut rappeler que le champ de l’enquête couvre plusieurs filières universitaires dont l’enseignement constitue un débouché majeur et la perspective d’un master MEEF se situe à un niveau comparable dans les différentes disciplines enquêtées, à l’exception des sciences de l’éducation où elle est sensiblement plus élevée. En revanche, les disparités sont fortes selon que les étudiants visent le premier ou le second degré.

Un enracinement précoce

15Plus de la moitié des étudiants enquêtés déclare s’être décidée pour le métier d’enseignant avant le baccalauréat. L’enracinement biographique précoce caractérise le projet de devenir enseignant dans le premier degré, plus encore que dans le second. En effet, un quart des étudiants a fait le « choix » du professorat des écoles dès la scolarité élémentaire et 37,3 % à l’entrée ou au cours des études supérieures contre respectivement 10 % et 47,3 % pour le professorat des collèges et lycées.

Tableau 1. Moment du choix de devenir enseignant d’étudiants se destinant au concours des premier et second degrés

(en %)

1er degré

2nd degré

Ensemble

École élémentaire

25,6

10,0

17,4

Collège

12,1

12,8

12,5

Lycée

18,0

25,3

22,4

En choisissant les études supérieures

7,3

10,7

8,6

Au cours des études supérieures

30,0

36,6

33,5

Autre

7,0

4,6

5,6

Total

100 %

100 %

100 %

Base: 548 répondants

  • 7 Dans le secteur public, les enseignants du premier degré sont en 2015 très majoritairement des femm (...)
  • 8 Sur l’ensemble de l’échantillon enquêté, 27,7 % des étudiantes contre 9,2 % des étudiants se destin (...)

16Par ailleurs, on observe que le moment du « choix », tel que rationalisé a posteriori, remonte plus loin dans la scolarité des femmes. Elles se projettent davantage dans le professorat des écoles7 que leurs homologues masculins qui, eux, se destinent plutôt à l’enseignement dans le secondaire et très peu au niveau primaire8. Ainsi, près d’un tiers des femmes (31,8 % contre 6,5 % des hommes) aurait eu le projet de l’enseignement dès l’école élémentaire et 62,6 % avant les études supérieures (contre 29 % des hommes). L’écart est réduit dans le second degré qui donne lieu à une détermination plus forte à partir du lycée ou après même si, là aussi, les femmes se montrent un peu plus précoces dans leur « choix » que les hommes puisque 51,5 % l’ont décidé avant les études supérieures contre 45,4 % des hommes et qu’un tiers formule cette aspiration pendant les études supérieures contre 42 % des hommes.

17Parmi les processus explicatifs de cette sociogénèse du « choix », figurent fréquemment une ou plusieurs figures d’enseignants ayant donné corps au métier ou à telle ou telle discipline dans le secondaire (Deauvieau, 2005 ; Charles, 2012 ; Périer, 2014). L’identification positive s’enracine plus ou moins tôt selon qu’il s’agit d’enseignants côtoyés au primaire ou durant la scolarité du secondaire. Nombreux sont ceux également dont l’expérience scolaire relève d’une trajectoire de « réussite », plus marquée chez celles et ceux qui se destinent à l’enseignement secondaire. Une enquête auprès de professeurs débutants en collège et lycée notait ainsi que 48 % déclaraient avoir été un « bon élève » et 39 % un « très bon élève » (ministère de l’Éducation nationale - DEP, 2005). Des souvenirs marquants et valorisants vécus en tant qu’élève et, plus largement, une socialisation scolaire sous les meilleurs auspices, engendrent des dispositions et motivations produisant à terme de plus fortes probabilités de devenir soi-même enseignant.

18Afin de préciser le lien entre passé scolaire et orientation vers les métiers de l’enseignement, les étudiants ont été regroupés selon quatre catégories au regard du type de baccalauréat obtenu et de la mention éventuelle.

  • Bac général : mention Très bien ou bien : 29,7 %

  • Bac général : mention Assez bien : 32,7 %

  • Bac général : Passable : 26,6 %

  • Bac Technologique/professionnel : 11 %

  • 9 Sur la base de la cohorte constituée en 2008, le taux de réussite en licence en 3 ans s’élève à moi (...)

19L’indicateur du niveau scolaire ainsi appréhendé dénote un type de rapport aux études inégalement constitué et sanctionné au cours de la scolarité. Dès lors, la poursuite d’études et la réussite dans le supérieur dépendent de la série et mention au bac, comme le montrent par exemple les chances inégales de succès en troisième année de Licence9. L’effet sur la valeur scolaire accumulée au fil des études exerce alors une forte influence sur les choix d’orientation (Duru-Bellat, 2002).

Tableau 2. Perspective de poursuite d’études après la licence selon le type de baccalauréat et la mention

(en %)

Master

MEEF

Master discipline

Autre

Orientation*

Ne sait pas

Total

Bac général mention TB/B

39

36,6

11,3

13,1

100 %

Bac général mention AB

44,6

30,2

11,6

13,6

100 %

Bac général sans mention

49,5

24,6

12,6

13,3

100 %

Bac technologique/ professionnel

45,5

28,1

12,4

14

100 %

Ensemble

44,3

30,4

11,9

13,4

100 %

Base : 1 103 répondants
*master autre discipline + autre orientation

  • 10 En outre, les meilleurs bacheliers, notamment dans la série scientifique, optent davantage à la sor (...)

20Globalement, le choix de ceux qui se destinent à poursuivre leurs études dans un master des métiers de l’enseignement ne serait pas spécifiquement le fait des « meilleurs » bacheliers, au sens des titulaires d’un baccalauréat général avec mention Bien ou Très bien. Ces derniers songent davantage à s’orienter vers un master de la discipline de leur filière universitaire (d’autant que l’offre de master professionnels s’est considérablement développée à l’université) et cette orientation axée sur un domaine de savoir spécifique progresse avec la mention au bac10. Inversement, la moitié des bacheliers généraux n’ayant pas obtenu de mention envisage un master MEEF, soit 10 points de plus que ceux ayant décroché la mention Bien ou Très bien. Ce résultat peut-il nuancer le jugement que les professeurs portent sur leur scolarité lorsqu’ils se déclarent « bons élèves » (cf. supra) ou faut-il considérer que l’effet d’aubaine des postes à pourvoir en nombre attire des étudiants plus « moyens » ? Quelques années de recul seront nécessaires pour apprécier la pertinence de cette seconde hypothèse et vérifier dans quelle mesure l’accès à l’enseignement s’ouvre en direction de profils socio-scolaires plus diversifiés.

21En resserrant la question sur le choix de présenter un concours enseignant du premier ou second degré, l’enquête confirme la meilleure scolarité des étudiants se destinant au professorat des collèges et lycées. En allant du bac technologique/professionnel au bac général avec mention Bien ou Très bien, la part de ceux qui se destinent à l’enseignement dans le secondaire s’élève progressivement de 21 % à 36 %. Inversement, les titulaires d’un bac général passable ou d’un bac technologique ou professionnel, sont près de deux fois plus nombreux à viser le concours de professeur des écoles. En ne sélectionnant que les bacheliers de la série S ayant obtenu une mention Bien ou Très bien, l’écart se creuse encore avec 2,1 % seulement de candidats visant le professorat dans le premier degré et 14,3 % se destinant au concours du second degré. Ces taux semblent donc attester d’une moindre attractivité des métiers de l’enseignement pour les meilleurs bacheliers alors que l’inverse avait été observé chez les étudiants en IUFM une décennie plus tôt (Devineau, 2006).

22Le différentiel d’intérêt entre premier et second degré se vérifie au niveau des différentes disciplines enquêtées puisque la filière de mathématiques qui a la plus forte proportion d’étudiants titulaires d’un bac avec mention Bien ou Très bien (56,4 %), compte moins de 1,8 % de candidats potentiels pour le premier degré contre près de 44 % pour le secondaire. Ce rapport est de 15 % et 25,4 % en histoire, et il s’inverse en sciences de l’éducation avec moins de 3 % pour le secondaire et près de 55 % pour le premier degré. C’est aussi dans cette discipline que les étudiants titulaires d’un bac général sans mention sont surreprésentés (40 %), de même que les bacheliers technologiques ou professionnels (22 %), alors que les mentions Bien ou Très bien totalisent un peu moins de 14 % des effectifs de la filière.

23Ainsi, le rapprochement statutaire des enseignants des premier et second degrés qui a permis d’égaliser le niveau d’études exigé pour présenter les concours ne doit pas conduire à confondre les candidats car les trajectoires scolaires restent sensiblement meilleures pour les étudiants se destinant au professorat des collèges et lycées. Les écarts entre professeurs des premier et second degrés ont des racines historiques liées, en France, à la constitution séparée des ordres d’enseignement et des corps professionnels. Force est de constater qu’ils se maintiennent dans le temps et une série d’indicateurs tels que le retard scolaire, le type de cursus ou le passage ou non par des classes préparatoires atteste de la persistance des disparités de trajectoires (Deauvieau, 2005). Toutefois, si étudiants et étudiantes se ressemblent scolairement dans le choix du secondaire (respectivement 37,8 % et 38,3 % de mentions Bien ou Très bien au bac), les femmes ont été meilleures élèves que les hommes quand elles choisissent le premier degré (21,7 % de mentions Bien ou Très bien au bac contre 6,4 % des hommes). Ce résultat peut s’expliquer par un processus d’auto-sélection plus net chez les filles dont la poursuite d’études ou la persévérance dans les choix d’orientation implique, à la différence des garçons, d’obtenir de bons résultats (Duru-Bellat, 1990). Il indique, par ailleurs, la permanence d’une norme sexuée de l’orientation qui conduit toujours plus d’étudiantes à « choisir » le premier degré, confortant l’image d’un « métier de femme » présente dans l’imaginaire social depuis plusieurs décennies déjà (Muel-Dreyfus, 1983 ; Devineau, op.cit.).

24Ces orientations différenciées selon le sexe de l’étudiant, la série du bac et la mention peuvent également s’interpréter, dans un contexte de tensions et d’incertitudes sur le marché du travail, comme des stratégies d’accès à des emplois de catégorie cadre mieux assurées en présentant un concours du premier degré (37,8 % de réussite au professorat des écoles en 2015) plutôt que du secondaire (31,3 % de réussite au Capes externe, 15,1 % à l’agrégation externe). Le rendement scolaire des concours de l’enseignement dans le premier degré serait jugé meilleur par des bacheliers « moyens » qu’il ne l’est pour les élèves les plus « performants ». D’une certaine manière, les métiers de l’enseignement ne parviennent plus à attirer les meilleurs élèves ou étudiants mais offrent des opportunités nouvelles pour des profils ayant un parcours scolaire plus ordinaire et potentiellement menacés, notamment les hommes, par un risque de déclassement social. Certes, les deux tiers des étudiants enquêtés sont à l’heure dans leur cursus, tant pour les candidats du premier que du second degré, mais leur profil scolaire (sans préjuger toutefois de leurs acquis universitaires en licence) ne permet plus d’affirmer, sans autre forme de précaution, qu’ils constituent un vivier homogène de « bons élèves ». Si l’effet de sélection des concours représente une étape supplémentaire, la baisse des seuils d’admission dans certaines disciplines ou académies donne corps à l’hypothèse d’un recrutement scolaire sensiblement plus ouvert.

Milieu social et « choix » de l’enseignement dans le premier ou second degré

25L’une des conséquences de la « démocratisation scolaire » de l’accès au concours enseignant pourrait consister en l’ouverture du recrutement social des professeurs dans les premier et second degrés. La question a donné lieu à une abondante littérature et à quelques controverses scientifiques quant à la méthode employée pour en rendre compte. Dans le premier degré, il a été évoqué un « lent embourgeoisement » du corps des instituteurs dans les années 1970 (Berger, 1979), thèse confirmée dans un article plus récent évoquant « un recrutement de moins en moins populaire de 1955 à 2001 », à la fois plus féminisé et socialement plus favorisé en raison de la revalorisation des carrières au début des années 1990 (Charles & Cibois, 2010). Le constat est plus nuancé dans d’autres études qui rapprochent les évolutions de la structure sociale des enseignants de celles de la population active (Degenne & Vallet, 2000 ; Farges, 2011). Si l’élévation du recrutement social des enseignants du premier degré ne peut être contestée, l’interprétation sur son ampleur varie d’une part, selon la période retenue et, d’autre part, selon le degré de correspondance entre l’origine des enseignants et le poids respectif des différentes catégories socioprofessionnelles dans la société.

26Dans le second degré, le recrutement social est historiquement plus élevé (et différencié du professorat de lycée professionnel, traditionnellement plus populaire, jusqu’au corps des agrégés, plus favorisé) mais il apparaît que les profils sociologiques des enseignants des premier et second degrés tendent à se rapprocher. Dans la période la plus récente, la part des jeunes professeurs ayant un père cadre supérieur ou profession libérale diminue légèrement alors que celle des enseignants issus des classes moyennes augmente un peu, ces catégories moyennes et supérieures totalisant la moitié des enseignants nés entre 1970 et 1979 (Farges, op. cit.). La perte de valeur sociale de la profession et la baisse relative du niveau de salaire auraient eu pour effet de détourner certaines fractions des classes supérieures des métiers de l’enseignement. Parallèlement, la part des enfants d’ouvriers et d’employés se stabilise et représente un peu plus d’un tiers des jeunes enseignants. Qu’en est-il des intentions des étudiants selon leur milieu social dans un contexte marqué à la fois par une progression forte du nombre de postes mis aux concours et la persistance d’un chômage de masse affectant également les diplômés du supérieur, dans les formations universitaires de lettres et sciences humaines en particulier ? Quelles sont les différenciations sociales de « pré-recrutement » entre premier et second degrés mais aussi, en amont, entre les étudiants que les concours de l’enseignement attirent et les autres ?

Tableau 3. Origine sociale des étudiants se destinant à un concours enseignant (1er/2nd degré) ou ne visant aucun concours

PCS Père

1er degré

2nd degré

Pas de concours

enseignant

Ens.

Agriculteur exploitant

5,9

3,4

2,6

3,5

Artisans, commerçants et chefs d’entreprise

11,7

9,2

12,5

11,4

Cadres/professions intellectuelles sup,

28,9

42,1

37,4

37,1

Professions intermédiaires

15,4

12,2

15

14,1

Employé

15,7

14,9

9,7

12,3

Ouvrier

15,8

13,7

14

14,5

Retraité

2,9

1,8

5,4

3,9

Sans activité professionnelle

3,3

2,1

2,3

2,4

Autre

0,4

0,6

1,1

0,8

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Base: 1103

PCS Mère

1er degré

2nd degré

Pas de concours

enseignant

Ens.

Agriculteur exploitant

2,9

1,2

1,1

1,4

Artisans, commerçants et chefs d’entreprise

4,8

4,3

5,8

5,2

Cadres/professions intellectuelles sup.

22,3

29,6

29,7

27,8

Professions intermédiaires

14,7

18

17,4

16,7

Employé

39,9

30,8

29,3

32,6

Ouvrier

4

3,3

3

3,4

Retraité

1,1

0,6

3

1,9

Sans activité professionnelle

10,3

12,2

10,7

11

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

Base:1103

  • 11 Selon les données de l’INSEE, 11,1% des étudiants dans la filière Santé sont d’origine sociale défa (...)

27Globalement, les étudiants de 3année de licence excluant a priori de passer un concours de professeur dans les deux ou trois années à venir ont une origine sociale qui ne s’écarte pas sensiblement de celle de l’ensemble des étudiants enquêtés, toutes filières confondues. On note cependant que les non-candidats ressemblent davantage aux candidats potentiels de l’enseignement secondaire par leur appartenance plus nette aux classes moyennes et supérieures mais l’orientation vers les métiers de l’enseignement apparaît socialement peu discriminante au sein de la population des étudiants à l’université. C’est donc en amont, au moment de s’orienter après le bac, que la segmentation sociale se produit, les jeunes des classes populaires optant davantage pour les filières courtes (BTS, écoles para-médicales ou sociales) quand les enfants des classes favorisées privilégient les classes préparatoires, écoles de commerce ou facultés de santé et de médecine11.

  • 12 En 2015, le taux de réussite au concours externe de professeur des écoles s’élevait, par exemple, à (...)

28La comparaison entre premier et second degrés montre, en revanche, des écarts sensibles puisque l’orientation vers le premier degré correspond à des étudiants ayant une origine sociale plus modeste caractérisée précisément par une sous-représentation des pères cadres et une surreprésentation des mères employées. Les filles enquêtées partagent un peu plus souvent cette origine puisque 38,5 % ont une mère employée ou ouvrière contre 30,6 % des garçons. Ce résultat rejoint d’autres analyses montrant le poids des mères employées dans l’accès des enfants des classes populaires à la licence (Hugrée, 2009) et confirme le caractère fortement sexué de l’orientation vers les métiers de l’enseignement en milieu populaire et dans le premier degré tout particulièrement (Devineau, op. cit.). Inversement, les candidats potentiels de l’enseignement secondaire sont moins souvent issus des catégories populaires mais plus fortement surreprésentés du côté des pères cadres et PIS (Professions Intellectuelles Supérieures). Cette attractivité différentielle dénote une hiérarchie persistante entre premier et second degré puisque ce dernier niveau d’enseignement attire à la fois de meilleurs élèves et des étudiants plus souvent issus de classes sociales favorisées. Par ailleurs, la faible proportion de parents ouvriers confirme les difficultés d’accès à l’université et à la troisième année de licence en particulier des enfants des catégories les plus modestes (sous-représentées au regard de la population active occupée). Pour ceux des classes populaires qui accèdent à ce niveau, « la fonction publique et notamment l’enseignement sont une filière de mobilité sociale ascendante » (Gollac, 2005) et les étudiants de père employé ou ouvrier sont plus enclins à choisir le débouché de l’enseignement qu’à l’exclure. Si les déclarations d’intérêt des étudiants pour la profession enseignante se traduisaient en décision couronnée par le succès au concours, la sociologie du corps professoral resterait néanmoins largement dominée par les étudiants originaires des catégories moyennes et supérieures. Une ouverture du recrutement en direction des classes populaires implique d’une part, de meilleures chances d’accès à la licence et, d’autre part, un concours enseignant effectivement moins sélectif permettant la réussite de candidats au parcours scolaire plus « moyen ». Les différences de sélectivité selon les académies ont offert de ce point de vue une opportunité conjoncturelle12.

29De façon complémentaire à l’analyse en termes d’origine et de trajectoire des étudiants, l’attractivité des métiers de l’enseignement a été appréciée à l’aide d’une échelle de mobilité sociale subjective permettant de recueillir leur perception sur la position de destination. Il apparaît qu’en devenant enseignant, les étudiants se projetant dans le métier n’ont pas de sentiment de déclassement social au regard de leurs origines, bien au contraire.

Tableau 4. Mobilité sociale subjective des étudiants se destinant aux concours des 1er et 2nd degrés

« En devenant enseignant, auriez-vous le sentiment d’occuper une position sociale supérieure/comparable/ inférieure à celle de vos parents ? »

(en %)

1er degré

2nd degré

Supérieure

31,5

32

Comparable

53,9

51,1

Inférieure

6,5

7,8

Ne sait pas

8,1

9,1

Total

100 %

100 %

n= 548

30En effet, plus de la moitié des étudiants se destinant à un métier de l’enseignement estime accéder par ce biais à une position sociale comparable à celle de leurs parents et près d’un tiers des enquêtés, tant dans le premier degré que dans le second degré, l’assimile à une voie de promotion sociale. Cette appréciation subjective et relative à la position sociale d’origine (moins élevée pour les étudiants du premier degré) n’en montre pas moins, contre les représentations en termes de déclassement, que devenir enseignant offre un statut toujours attractif pour de larges fractions d’étudiants. C’est logiquement moins vrai lorsque s’élève l’origine sociale puisque 22 % des étudiants ayant deux parents de catégorie favorisée (cadres/PIS) estiment qu’ils occuperaient une position inférieure à celle de leurs parents en devenant enseignant et moins d’un pour cent une position supérieure (contre 60 % de ceux ayant deux parents de catégories défavorisées). L’attractivité de la profession demande ainsi à être évaluée au regard de la position sociale d’origine des étudiants, et pas seulement dans la perspective de son évolution comparée à d’autres professions de même niveau d’études où elle apparaît effectivement un peu moins bien placée.

Représentations et préfigurations du métier

Premier ou second degré ?

  • 13 Le traitement permettant le regroupement des réponses a été effectué à l’aide d’un logiciel d’analy (...)

31D’après l’enquête, 38,9 % de ceux qui envisagent un concours enseignant optent pour le premier degré et 48,4 % pour le second (12,6 % déclarant encore hésiter). Afin de mieux comprendre ces différences d’orientation, les raisons de choix de l’enseignement dans le premier plutôt que dans le second degré ont été recueillies à l’aide d’une question ouverte portant sur la préférence donnée au premier degré plutôt qu’au second et inversement. Les étudiants ont été nombreux à répondre (environ 9 sur 10) et selon une répartition sexuée relativement proche de la population des candidats aux concours d’enseignement puisque les hommes représentent un peu moins de 12 % des répondants pour le premier degré (ce qui ne permet pas d’exploitation statistique fiable) et 39,7 % pour le second degré. Dans les réponses fournies par les enquêtés, les arguments avancés présentent une relative récurrence et homogénéité, y compris lexicale, qui a permis de les regrouper et de les quantifier en quelques grands thèmes13.

Tableau 5. Pourquoi avez-vous choisi le premier degré plutôt que le second degré (*) ?

Nbre réponses

%

Raisons liées au type de public

160

72 %

J’aime cette tranche d’âge/ je préfère les plus jeunes/ relationnel plus agréable avec les petits

117

53 %

Je ne veux pas enseigner aux plus grands, aux ados, ....

33

15 %

Les enfants sont ouverts, aptes à apprendre, à écouter, curieux, réceptifs, respectueux

25

11 %

Le contact avec les enfants/ l’échange qui se crée

15

7 %

Autres

3

1 %

Raisons liées à l’enseignement

151

68 %

C’est pluridisciplinaire

104

47 %

L’enseignement est plus ludique/ Il faut apporter de la créativité/ on peut mettre en place des projets/ pédagogie de l’enfant

9

4 %

On leur apprend les bases, on participe à la mise en place des fondamentaux de l’instruction

58

26 %

Programme, enseignement plus intéressant

9

4 %

Autres

4

2 %

Raisons liées aux conditions de travail

24

11 %

Préfère gérer une seule classe

11

5 %

On a un vrai suivi, on suit les enfants dans leur globalité/ on les voit évoluer

16

7 %

Autres

1

0 %

Autres raisons

16

7 %

Pour rester dans ma région, mon département

5

2 %

J’ai fait un stage en primaire-maternelle/ j’ai eu une expérience en primaire

6

3 %

Facilité du concours, des études (Le concours est académique et non national, peur de la difficulté d’un master)

2

1 %

Autres

5

2 %

Base = 221 répondants
(*) Réponses recodées et regroupées par thèmes, plusieurs codes possibles pour une réponse

32Du point de vue des étudiants potentiellement candidats, deux grandes familles de raisons justifient la préférence donnée à l’enseignement dans le premier degré. La première est relative au groupe d’âge des élèves, perçus précisément comme des enfants, par opposition aux adolescents. À ces enfants sont attribués des qualités d’écoute, de curiosité, de comportement respectueux de l’enseignant dans un climat relationnel pacifié. Ces dispositions attendues sur un mode proche du « naturel » enfantin confirment l’emprise croissante d’un modèle puérocentriste sur les politiques scolaires et modèles d’apprentissages (Rayou, 2000). Le nouveau regard porté sur l’enfance comme univers autonome, expressif, créatif, a contribué à renforcer la légitimité et l’identité professionnelle des professeurs des écoles (Dubet & Martuccelli, 1996), en charge de réaliser, en qualité d’experts, l’épanouissement de chacun. Citons cette étudiante :

« J’aime participer à leur épanouissement personnel et collectif et au développement de leurs connaissances et de leur imaginaire dès le plus jeune âge » (Femme, Bac technologique).

33À ce premier registre de motivations s’ajoute le caractère pluridisciplinaire de l’enseignement et l’intérêt de se consacrer aux apprentissages fondamentaux (les « bases » et notamment lire et écrire), à un moment jugé déterminant dans l’éducation des nouvelles générations. La diversité des matières enseignées offre la possibilité d’une polyvalence dans les contenus et activités selon une approche du métier conçue autour d’enjeux de relation et de formation des jeunes générations, en disposant d’une plus grande latitude pédagogique. La finalité des savoirs s’étend au-delà d’un objectif d’acquisition de connaissances au profit d’une visée d’éducation globale de l’enfant et de préparation au « vivre-ensemble ». Une étudiante répond dans ce sens :

« J’aime l’idée d’enseigner différentes matières et de participer à la construction individuelle d’enfants aussi jeunes. De plus, il faut enseigner de façon ludique et on peut effectuer des activités qui dépassent le strict cadre de l’enseignement scolaire » (Femme, Bac ES).

34Ces deux ordres de raisons dominent depuis une génération au moins dans les motivations de choix du métier (Masresca, 1995) et ils se déclinent ici aussi bien dans les propos des hommes que des femmes enquêtés. Leur hiérarchisation par les étudiants se destinant au premier degré confirme un profond changement dans le rapport au métier des nouveaux enseignants, puisque les anciens instituteurs enquêtés il y a une quinzaine d’années accordaient la primauté au fait d’enseigner une multiplicité de disciplines (57 % contre 22 %), alors que les professeurs des écoles débutants privilégiaient l’idée de « s’occuper d’enfants jeunes » (55 % contre 40 % pour les instituteurs) (Périer, 2001).

35De façon analogue à l’analyse du choix du premier degré, les étudiants se destinant à l’enseignement secondaire ont indiqué les raisons principales de leur préférence :

Tableau 6. Pourquoi avez-vous choisi le second degré plutôt que le premier degré (*) ?

Nbre réponses

% ens

Raisons liées à l’enseignement

210

80 %

Je souhaitais enseigner uniquement ma spécialité / la discipline que je maîtrise, que j’aime (pas intéressé par les autres matières)

129

49 %

Le programme (de ma discipline) est plus intéressant, plus attrayant, plus approfondi (l’apprentissage des petits ne m’intéresse pas ...)

104

40 %

Je ne me sens pas capable d’enseigner en premier degré, d’être bon dans toutes les disciplines, de mettre en place les bases de l’éducation/ la pédagogie est différente, il y a moins de discipline à faire

20

7 %

Raisons liées au type de public

119

45 %

Les élèves sont plus âgés, plus matures, plus grands

49

19 %

Je préfère le contact de cette tranche d’âge/ plus a l’aise avec les ados

36

14 %

Les élèves sont plus intéressants, cultivés, motivés, enrichissants (plus faciles à gérer)

35

13 %

Je ne me vois pas être avec des petits, je ne saurais pas gérer les enfants plus jeunes

12

4 %

On peut leur donner une vocation, les aider dans leur construction personnelle

12

4 %

Les élèves sont plus ‘durs’, ont du répondant

3

1 %

Raisons liées aux conditions de travail

11

4 %

Statut, évolution, avancement de carrière / Emploi du temps / Meilleur salaire / Avoir plusieurs classes, plusieurs tranches d’âges

Autres raisons

13

5 %

Master uniquement dans le second degré (professeur-documentaliste, CPE) / Expériences antérieures pour encadrer cette tranche d’âge

Base = 262 répondants
(*) Réponses recodées et regroupées par thèmes, plusieurs codes possibles pour une réponse.

36En cohérence avec de précédentes enquêtes (Barrère, 2002 ; Périer 2003 ; 2014 ; Deauvieau, 2005), le projet d’enseigner dans le second degré repose prioritairement sur un rapport privilégié à la discipline, quelle qu’elle soit. Hommes et femmes s’accordent sur ce même critère de spécialisation disciplinaire (respectivement 81,6 % et 77,9 %), comme en témoigne cet étudiant en histoire-géographie :

« Le second degré est un choix sur lequel j’ai beaucoup hésité, mais qui me permettrait d’enseigner et de captiver les élèves par le domaine passionnant qu’est l’histoire-géographie, domaine auquel je voue un culte particulier » (Homme, Bac L, histoire).

37Ou cette autre étudiante en mathématiques :

« Je suis vraiment passionnée par les mathématiques depuis de nombreuses années, il me vient donc naturellement la volonté d’enseigner seulement les mathématiques » (Femme, Bac S, mathématiques).

38Ce puissant ressort de la matière à enseigner apparaît indissociable de la figure historique de l’enseignant des collèges et lycées construite sur l’excellence disciplinaire, symbolisée par le concours de l’agrégation (Chapoulie, op. cit.). Enseigner dans le secondaire permet d’entretenir et d’approfondir, sous un statut professionnel, l’intérêt voire la passion pour une discipline dont la fonction vise, par le prisme des savoirs, à former intellectuellement les jeunes générations. L’âge des élèves devient selon cette perspective un élément déterminant dans la préférence donnée au secondaire, comme le souligne cette étudiante (Bac S, anglais) : « Je préfère travailler avec des individus dotés d’une conscience plus élevée que des enfants au primaire ; les échanges sont plus intéressants ».

39C’est, en effet, avec des publics d’élèves adolescents que les étudiants se destinant au métier dans les collèges et lycées se déclarent a priori « plus à l’aise », les jugeant « plus matures » et plus aptes à s’intéresser et à bénéficier des apports enseignés dans un projet d’émancipation des individus. D’après l’enquête, ce choix est un peu plus clairement revendiqué par les femmes que par les hommes (49 % contre 40 %), mais en s’appuyant sur les mêmes arguments. Une étudiante (Bac S, SVT) confie ainsi : « Je n’aime pas les enfants, je trouve plus intéressant de donner des cours à des adolescents car ils savent pourquoi ils vont en cours. » À propos des adolescents, un homme (Bac S, mathématiques) dit pour sa part avoir « des choses plus intéressantes à faire avec les élèves, une vraie création d’intérêts possible, ce n’est pas le cas avec des élèves trop jeunes ».

40Ainsi, une double opposition sépare, dans l’ordre des représentations, le choix du premier ou du second degré. Elle distingue, d’une part, la logique de transmission de savoirs disciplinaires caractéristique de l’enseignement secondaire et celle axée sur la pluralité des apprentissages selon un projet d’éducation globale au niveau élémentaire. Elle recouvre, d’autre part, une frontière d’âge entre l’univers de l’enfance, idéalement synonyme de disponibilité et d’expressivité, et le monde de l’adolescence, associé quant à lui à une certaine exigence et appétence intellectuelle. Les uns et les autres ont laissé spontanément à l’arrière-plan les aspects plus directement liés aux conditions de travail (dans la classe ou avec les collègues) ou encore, à l’image et au statut de l’enseignant, même si quelques remarques relatives au salaire ou à la carrière ont été formulées à propos des raisons de choix du second degré.

Les incertitudes de la condition et position enseignante

41Différentes dimensions interviennent dans les représentations de l’enseignement et elles peuvent s’ordonner schématiquement sous l’angle du statut et du métier (Dubet, 1991). D’un côté, l’activité dans la classe au contact des élèves, de l’autre, tout ce qui est lié aux conditions pour enseigner et à la position de l’enseignant face aux usagers et, plus largement, dans la société. Sous cet angle, les étudiants s’accordent sur une série d’enjeux du métier et sur ses « risques » ou difficultés, mais en les modulant de façon variable selon qu’ils se destinent au premier ou second degré.

42S’agissant du second degré, la matière enseignée joue un rôle que l’on sait déterminant dans les raisons de choix du professorat et elle représente symétriquement la première difficulté ou source de déception redoutée en cas de manque d’intérêt des élèves. L’empêchement à transmettre les savoirs dans sa discipline pourrait ainsi vider le métier de son sens et ce critère précède les enjeux de gestion des comportements et d’hétérogénéité des classes en vue d’une progression de tous les élèves. En réalité, les conditions d’apprentissages ne sont pas indépendantes de l’engagement des élèves dans l’activité et leur imbrication pose des défis de construction d’étayages contextualisés et de régulation des rapports pédagogiques sans cesse renouvelés, comme le confirment les enquêtes sur les malentendus sociocognitifs ou les épreuves voire la souffrance des enseignants (Lantheaume & Helou, 2008 ; Bautier & Rayou ; 2013 ; Périer, 2014).

Tableau 7. Difficultés perçues de l’enseignement pour les étudiants se destinant aux concours des 1er ou 2nd degré

Qu’est-ce qui est le plus difficile selon vous dans le travail au quotidien des enseignants ?

1er degré

2nd degré

Choix 1er critère

3 critères cumulés

Choix 1er critère

3 critères cumulés

Le manque d’intérêt des élèves

8,1

23,2

44, 2

78,4

La gestion du comportement des élèves en classe

21, 7

53,3

25,4

67

Les relations entre enseignants

0,4

2,6

0,3

3,5

Les relations avec les parents

18,4

59,6

2,8

25

Le manque de soutien de l’institution

8,1

27,2

4,1

19,4

La charge de travail

8,8

24,3

4,7

15,7

L’isolement de l’enseignant

1,1

8,1

1,6

4,4

La difficulté de faire progresser et réussir tous les élèves

26, 5

66,5

13,8

58,9

L’imprévisibilité des situations en classe

6,3

32,7

2,8

23,2

Autre

0,7

0,7

0,3

2,5

Total

100 %

(*)

100 %

(*)

Bases = 272, 319
(*) Total > 100 % en raison des réponses multiples

43Pour ce qui concerne le premier degré, l’enjeu pédagogique de progression et de réussite d’élèves de niveaux hétérogènes figure au premier plan des difficultés projetées par les étudiants se destinant au concours. Ils partagent également, avec leurs homologues du secondaire, les incertitudes relatives à la gestion des comportements indisciplinés en classe, comme si les représentations associées à l’âge des élèves ne modifiaient pas fondamentalement la nature de l’épreuve qui sous-tend la possibilité d’exercer le métier. Elle repose sur le risque de perturbation de l’ordre scolaire en rabattant le métier sur la gestion de classe au détriment de la logique des savoirs à transmette (Rayou & van Zanten, 2004). L’imprévisibilité des situations en classe mentionnée par un tiers des étudiants pour le premier degré et près d’un quart pour le second renforce l’idée d’un métier qui exige de chacun de trouver les ressources permettant de « faire face » à des conditions d’enseignement synonymes de mise à l’épreuve de soi.

44Face à ce défi personnel et professionnel, la figure des parents d’élèves ne représente pas un soutien, surtout dans le premier degré où 60 % l’évoquent comme une difficulté. L’enjeu des relations avec ces derniers pourrait résulter, d’un côté, de l’ouverture de l’école qui fait davantage place et droit aux usagers et, de l’autre, de la pression sinon du pouvoir qu’ils seraient davantage en mesure d’exercer (au moins dans certaines écoles), multipliant les contentieux et réduisant ainsi d’autant la sphère d’autonomie de l’enseignant. Les relations avec les parents, assimilées ici à un problème ou à un frein, participent d’un processus de déprofessionnalisation. En effet, l’expertise des enseignants peut être contestée et leur pouvoir individuel diminué, en même temps que le groupe professionnel perd progressivement son poids politique (Maroy, 2006). Cependant, le corps enseignant semble conserver, dans les représentations des étudiants, une forme de cohésion et de solidarité qui préserve les relations entre collègues (rarement perçues comme une difficulté) et du risque d’isolement. En revanche, l’institution n’apparaît pas comme une source de légitimité incontestable de nature à fournir la « caution statutaire » qui protège l’enseignant des jugements sur son autorité et ses compétences (Prairat, 2009). Le sentiment de vulnérabilité en serait d’autant plus grand.

45Ces différents éléments de représentation des conditions de l’enseignement anticipent un devenir professionnel incertain mais qui dresse une hiérarchisation des difficultés proche de ce que mentionnent les enseignants en poste. Les étudiants témoignent ainsi d’une conscience assez précise de ce qui agit sur l’exercice du métier selon une forme d’homologie entre ce qu’ils ont perçu en tant qu’élève et ce qu’ils pourraient redouter à leur tour, une fois passés de l’autre côté du bureau. L’enseignant confronté à ces risques apparaît plongé dans une plus grande incertitude sur le métier « réel » qu’il devra exercer ou, plus précisément, sur la manière dont sa personne pourra habiter un rôle à construire à mesure que décline le pouvoir de régulation de l’institution (Dubet, 2002 ; Périer, 2009).

46À la vulnérabilité de condition des enseignants s’ajoute une dégradation de position. En effet, la perception d’un métier de faible prestige apparaît largement partagée, y compris parmi ceux qui se destinent à l’enseignement. Sollicités sur la base d’une liste de 14 métiers de niveau de qualification comparable, « le plus haut prestige » est accordé à « professeur des écoles » par 2,9 % seulement des étudiants pourtant décidés à s’orienter vers ce concours (contre 2 % sur l’ensemble des enquêtés) et 4,9 % pour le professorat du secondaire chez les étudiants intéressés par cette perspective (2,3 % en moyenne). En tête de palmarès figurent les métiers de médecin et d’ingénieur (autour de 50 %) et dans une moindre mesure, celui d’avocat (plus de 40 %). Pourtant, lorsqu’ils sont interrogés sur la base d’une même liste sur l’attractivité comparée des 14 métiers, professeur des écoles est cité par 62,4 % des enquêtés visant ce concours, loin devant professeur du secondaire (7,3 %) qui recueille néanmoins 47,6 % des choix des étudiants intéressés par ce projet professionnel (devant ingénieur qui totalise 14,1 % des réponses). L’asymétrie des réponses entre prestige et attractivité des métiers suggère que les étudiants dissocient la valeur pour soi de la valeur pour autrui, c’est à dire l’image sociale attribuée, selon eux, aux métiers de l’enseignement. Un tel écart atteste d’un sentiment de dévalorisation sociale qui pourrait confirmer, paradoxalement, la force de l’intérêt et du sens donnés au métier chez les étudiants qui se destinent à l’exercer.

Conclusion

47Quoique sectorielles et tributaires des variations du nombre de postes ouverts chaque année aux concours, les difficultés de recrutement dans les métiers de l’enseignement témoignent d’une montée de l’incertitude qui entoure l’exercice d’une activité jugée plus exigeante et soumise à de multiples contraintes, sans recevoir en retour les gratifications attendues. Dans ce processus de négociation du « choix », l’attractivité du métier s’apprécie au regard de conditions d’enseignement fortement soumises à l’engagement des acteurs, plus exposés en raison d’un statut moins valorisé et moins « protégé » par l’institution. Si l’image d’une profession dévalorisée voire déclassée contribue de ce point de vue à entretenir l’idée de « crise » et, probablement, à détourner certains étudiants de la carrière, elle souligne paradoxalement une forme de pragmatisme et de détermination dans le choix de ceux qui privilégient cette orientation. Ni purement rationnelle ni vocationnelle, celle-ci tire ses arguments des contenus et du sens donnés à l’activité d’enseignement, largement nourris d’une longue expérience scolaire en tant qu’élève. Elle éclaire la préférence donnée au premier ou au second degré en séparant clairement l’intérêt pour le monde de l’enfance et son développement d’un côté, celui donné au savoir disciplinaire à transmettre de l’autre. L’enracinement biographique de ces motivations forge la valeur pour soi accordée au métier que d’aucuns vivent sur le mode de l’évidence. Le rapport au professorat se présente dès lors sous un angle ambivalent voire clivé, puisque la cohérence entre le statut et le métier s’est défaite, suscitant une forte attente de reconnaissance (Périer, 2014).

48Un tel enjeu de statut et d’identité s’inscrit dans un contexte d’attractivité marqué ces dernières années par une élévation rapide et soutenue du nombre de postes à pourvoir. Il est probable, sans que nous disposions encore de données suffisamment précises à ce sujet, que l’élargissement du recrutement scolaire des enseignants (comme en témoignent les seuils d’admissibilité et les taux de réussite à certains concours) se traduise corrélativement par une ouverture du recrutement social. Si cette hypothèse devait se confirmer, l’orientation vers les métiers de l’enseignement pourrait davantage attirer les étudiants des classes moyennes ou de parents employés, au profil scolaire plus « moyen », dans les concours du premier degré en particulier. Dès lors, en puisant ailleurs que dans les catégories sociales favorisées, ce mouvement pourrait réduire quelque peu la distance des origines et des parcours séparant professeurs et élèves et ainsi mieux refléter, à terme, la diversité des publics au travers de candidats eux-mêmes issus de la démocratisation scolaire.

Haut de page

Bibliographie

Barrère (A.), 2002, Les enseignants au travail. Routines incertaines, Paris, L’Harmattan.

Bautier (E.) & Rayou (P.), 2013, Les inégalités d’apprentissage, Paris, PUF.

Berger (I.), 1979, Les instituteurs d’une génération à l’autre, Paris, PUF.

Berthelot (J.-M.), 1993, École, orientation, société, Paris, PUF.

Chapoulie (J.-M.), 1987, Les professeurs de l’enseignement secondaire, Paris, PUF.

Charles (F.), 2012, « Les différents types de socialisation à l’œuvre dans le recrutement des professeurs du secondaire en Angleterre et en France », in P. Guibert & P. Périer (dir.), La socialisation professionnelle des enseignants du secondaire, Rennes, PUR, pp. 17-39.

Charles (F.) & Cibois (P.), 2010, « L’évolution de l’origine sociale des enseignants du primaire sur la longue durée : retour sur une question controversée », Sociétés contemporaines, vol 1, n° 77, pp. 31-55.

Commission européenne, 2013, Study on policy measures to improve the attractiveness of the teaching profession in Europe, OCDE.

Degenne (A.) & Vallet (L.-A.), 2000, « L’origine sociale des enseignants par sexe et niveau d’enseignement. Evolution entre 1964 et 1997 », Éducation & formations, MEN-DEP, n° 56, pp. 33-40.

Deauvieau (J.), 2005, « Le monde enseignant », in J.-P. Terrail. (dir.), L’école en France. Crise, pratiques, perspectives, Paris, La Dispute, pp. 41-71.

Devineau (S.), 2006, « L’école pour les femmes : rapports sexués aux savoirs professionnels chez les candidats à l’I.U.F.M. », L’orientation Scolaire et Professionnelle, vol. 35, n° 1, pp. 29-55.

Dubet (F.), 1991, Les lycéens, Paris, Seuil.

Dubet (F.), 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil.

Dubet (F.) & Martuccelli (D.), 1996, À l’école. Sociologie de l’expérience scolaire, Paris, Seuil.

Duru-Bellat (M.), 1990, L’école des filles, Paris, L’Harmattan.

Duru-Bellat (M.), 2002, Les inégalités sociales à l’école, Paris, PUF. 

Farges (G.), 2011, « Le statut social des enseignants français », Revue européenne des sciences sociales, n° 49/1, pp. 157-178.

Cour des Comptes, Gérer les enseignants autrement, rapport du 22 mai 2013.

Gollac (S.), 2005, « La fonction publique ; une voie de promotion sociale pour les enfants des classes populaires ? », Sociétés contemporaines, n° 58. pp. 41-63.

Hugrée (C.), 2009, « Les classes populaires et l’université ; la licence … et après ? », Revue française de pédagogie, n° 167, pp. 47-58.

Igen-Igaenr, 2013, Les difficultés de recrutement d’enseignants dans certaines disciplines.

Insee, France, portrait social, Éditions 2013, 2014 et 2016.

Lantheaume (F.) & Helou (C.), 2008, La souffrance des enseignants, Paris, PUF.

Maresca (B.), 2001, Enseigner dans les écoles. Enquête sur le métier d’enseignant, Les dossiers d’éducation et formation, n° 51.

Maroy (C.), 2006, « Les évolutions du travail enseignant en France et en Europe : facteurs de changement, incidences et résistances dans l’enseignement secondaire », Revue française de pédagogie, n° 155, pp. 111-142.

Merton (R. K.), 1968, Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon.

Ministère de l’Éducation nationale - DEP, 2005, « Portrait des enseignants de collèges et lycées », Les Dossiers, n° 163.

Ministère de l’Éducation nationale – DEP, 2010, Note d’information 10-13.

Ministère de l’Éducation nationale – DEP, 2012, Note d’information 13-02.

Muel-Dreyfus (F.), 1983, Le métier d’éducateur, Paris, Les éditions de minuit.

Périer (P.), 2001, Devenir professeur des écoles, Les Dossiers, MEN-DPD, n° 123.

Périer (P.), 2003, Le métier d’enseignant dans les collèges et lycées au début des années 2000, Les Dossiers. MENESR-DEP, n° 145.

Périer (P.), 2004, « Une crise des vocations ? Accès au métier et socialisation professionnelle des enseignants du secondaire », Revue française de pédagogie, n° 147, pp. 79-90.

Périer (P.), 2009, « De l’effacement institutionnel à l’engagement des acteurs. Les professeurs du secondaire entre autonomie et épreuves subjective ? », Éducation et Sociétés, n° 23, pp. 27-40.

Périer (P.), 2014, Professeurs débutants. Les épreuves de l’enseignement, Paris, PUF.

Périer (P.), 2016, Attractivité du métier d’enseignant. État des lieux et perspectives, CNESCO, Rapport scientifique.

Prairat (E.), 2009, De la déontologie enseignante, Paris, PUF.

Rayou (P.), 2000, « L’enfant au centre : un lieu commun pédagogiquement correct », in J.-L. Derouet, L’école dans plusieurs mondes, Bruxelles, De Boeck, pp. 245-274.

Rayou (P.) & van Zanten (A.), 2004, Enquête sur les nouveaux enseignants, Paris, Bayard.

Haut de page

Notes

1 Les étudiant.e.s. représentaient 61,1 % des admis.e.s dans le premier degré en 2015 contre 68,3 % en 2005, 66,6 % dans le secondaire contre 79,1 % en 2005.

2 On peut noter, par exemple, que le taux de réussite au concours du professorat des écoles s’élève à 49 % en 2015 pour les étudiants des Espé contre 28,2 % pour les salariés (du public ou privé) et demandeurs d’emploi, et qu’il s’établit respectivement à 38,1 % pour les premiers et 17,8 % des seconds pour les concours du second degré (Cf. Périer, 2016).

3 Selon les services du ministère de l’Éducation nationale, le taux de sélectivité devrait être au moins de 4 (4 candidats pour un poste) afin de garantir la qualité de recrutement. Cf. Rapport de l’IGAEN : Les difficultés de recrutement d’enseignants dans certaines disciplines, juillet 2013.

4 D’autres pays tels que l’Allemagne, la Belgique ou la Norvège sont quant à eux confrontés à une pénurie globale d’enseignants qualifiés. Cf. Rapport de la Commission européenne: Study on policy measures to improve the attractiveness of the teaching profession in Europe (2013).

5 Dans la suite des traitements, les résultats sont donnés uniquement sur la base des étudiants ayant donné une réponse favorable à la perspective d’un concours d’enseignement dans le premier ou second degré, à un horizon de deux ou trois ans, incluant les réponses qui combinaient un concours enseignant avec un autre concours.

6 Précisons qu’une fraction non négligeable des étudiants présente un concours de l’enseignement du second degré sans suivre de formation en master MEEF puisqu’ils représentent 15,4 % des admis en 2015 (mais 2,6 % seulement pour le concours de professeur des écoles).

7 Dans le secteur public, les enseignants du premier degré sont en 2015 très majoritairement des femmes (82,6 %). Cette proportion est en augmentation continue, y compris sur la période récente puisque la part des femmes s‘élevait à 79,3 % en 2006 (et à 54 % au début des années 1960). Ce mouvement est de moindre ampleur dans le secondaire où les femmes représentent 58,2 % des effectifs du second degré public. Source : MENSER DEPP, 2015.

8 Sur l’ensemble de l’échantillon enquêté, 27,7 % des étudiantes contre 9,2 % des étudiants se destinent à l’enseignement dans le premier degré et respectivement 22,9 % et 34,7 % pour le second degré. Compte tenu de la structure majoritairement féminine des effectifs à l’université et dans les filières enquêtées en particulier, les candidats pour le professorat des écoles sont à 86,2 % des femmes et 58 % pour l’enseignement secondaire.

9 Sur la base de la cohorte constituée en 2008, le taux de réussite en licence en 3 ans s’élève à moins de 3 % pour les bacheliers professionnels contre plus du tiers pour les bacheliers généraux et moins de 10 % pour les bacheliers technologiques. Cf. Note d’information, MEN-DEPP, 13-02. Le taux de succès des étudiants ayant accédé à la troisième année de licence est moins discriminant puisqu’il est de 78,2 % pour les bacheliers généraux, de 66,3 % pour les bacheliers technologiques et de 59,6 % pour les bacheliers professionnels. Cf. Note d’information, MEN-DEPP, 13-10.

10 En outre, les meilleurs bacheliers, notamment dans la série scientifique, optent davantage à la sortie du secondaire pour un choix d’études autre que l’université, en s’orientant vers les filières de santé et surtout les classes préparatoires et écoles d’ingénieur jugées plus prometteuses (IGEN-IGAENR, 2013).

11 Selon les données de l’INSEE, 11,1% des étudiants dans la filière Santé sont d’origine sociale défavorisée (ouvriers ou inactifs) contre 48,5 % issus des catégories socioprofessionnelles favorisées (cadres et professions intellectuelles supérieures), 7,6 % des premiers sont en école d’ingénieur contre 54,2 % des seconds mais 33,4 % des enfants de milieux défavorisés sont en STS contre 16 % pour les catégories favorisées. Cf. Insee références, France, Portrait social, édition 2016.

12 En 2015, le taux de réussite au concours externe de professeur des écoles s’élevait, par exemple, à 23,2 % dans l’académie de Montpellier et 19,7 % à Rennes contre 63 % dans l’académie de Versailles, 63,8 % à Créteil ou 57,2 % à Reims.

13 Le traitement permettant le regroupement des réponses a été effectué à l’aide d’un logiciel d’analyse textuelle. À noter que la réponse d’un enquêté peut être décomposée et codifiée en plusieurs unités sémantiques, d’où un total de réponses supérieur au nombre de répondants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Périer, « Devenir enseignant du premier ou second degré : intérêts et incertitudes des étudiants de la démocratisation scolaire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 17 | 2018, 47-73.

Référence électronique

Pierre Périer, « Devenir enseignant du premier ou second degré : intérêts et incertitudes des étudiants de la démocratisation scolaire », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3349

Haut de page

Auteur

Pierre Périer

CREAD, Université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals