Navigation – Plan du site

Le rôle attribué par les étudiants aux études : un utilitarisme dominant ?

The role assigned by students to their studies: a dominant utilitarianism?
Florian Olivier
p. 239-258

Résumés

De la compétition pour les places qui pousserait les étudiants à rationaliser leurs choix d’orientation, aux transformations récurrentes de l’enseignement supérieur traduisant des exigences toujours croissantes de professionnalisation, les études apparaissent de plus en plus comme pensées prioritairement sous le cadre pragmatique de leur efficacité pratique : les études seraient avant toute chose le moyen d’une insertion réussie des jeunes dans le monde professionnel. Force est de constater que du point de vue étudiant, les choses sont autrement plus complexes : d’une filière à une autre, du début à la fin des études, les postures normatives avec lesquelles sont envisagées les études varient fortement.

Haut de page

Texte intégral

1Dans une société où le chômage touche lourdement les jeunes (25 % des 15-24 ans au dernier trimestre 2016 selon l’INSEE), et plus particulièrement leur frange la moins diplômée, la poursuite d’études supérieures apparaît encore et toujours comme le moyen le plus efficace pour espérer sortir gagnant de la lutte pour les places (Dubet, 2010). Si les politiques volontaristes menées depuis les années 80, visant à encourager et favoriser l’accès du plus grand nombre aux études supérieures, ont quantitativement porté leurs fruits, cela ne s’est pas fait sans effets pervers : l’inflation scolaire provoquée a conduit à une dévaluation partielle des diplômes tout en échouant à véritablement contrer le poids d’inégalités sociales se réifiant désormais dans des parcours différenciés, y compris au sein du supérieur (Duru-Bellat, 2008).

2De fait, le niveau de diplôme ne suffit plus à assurer un fort profit de distinction valorisable sur le marché professionnel. Encore faut-il que celui-ci soit obtenu dans la bonne filière, le bon établissement... Ainsi lira-t-on que désormais, pour l’étudiant soucieux de son avenir, « il ne suffit plus d’entrer “à la fac”, mais il faut aussi “décrocher” le bon diplôme, s’orienter et se réorienter » (Felouzis, 2001 : 233) ; ou encore que

« le temps de jeunesse, associé à celui des études, (...) est pensé comme un “investissement à vie”, déterminant de façon définitive le statut social de l’individu, et donc légitimant le passage par la formation et la recherche de diplôme » (Van de Velde, 2008 : 16).

3Deux conséquences principales et complémentaires peuvent être lues à l’aune de ces constats : l’investissement (toutes acceptions comprises) que constituent les études supérieures se ferait, pour les étudiants, de plus en plus sous le prisme de leur rentabilité anticipée ; et prenant acte de ce premier point ainsi que des difficultés d’intégration professionnelle des jeunes, les transformations de l’enseignement supérieur seraient prioritairement pensées sous le cadre de la professionnalisation des formations. Bien sûr, ces évolutions connexes ne sont pas sans provoquer des débats et remous, notamment au sein du monde universitaire, certains y voyant l’avènement de l’étudiant-client et de la marchandisation des savoirs (Leys, 2006) ; là où d’autres, comme le note Catherine Agulhon (2007), y voient des évolutions légitimes. Ce n’est toutefois pas à ce débat que nous souhaitons participer ici. Notre contribution, essentiellement descriptive, vise bien plutôt à faire un point, temporellement situé et toujours à renouveler, sur le rôle attribué par les étudiants aux études supérieures. Bien sûr, une hypothèse assez évidente est que parler des étudiants dans leur ensemble n’a qu’un sens limité et que des différences relatives au type de cursus suivi – plus ou moins professionnalisant, par exemple – devraient s’exprimer. Aussi, après avoir présenté notre échantillon et la méthodologie d’enquête utilisée, la description des résultats obtenus en fonction des filières d’inscription sera au cœur de notre présentation.

Présentation de l’échantillon et de l’enquête

  • 1 Cette idée est toutefois à relativiser pour les étudiants de CPGE puisque leur filière est par défi (...)

4Pour mener à bien l’analyse du rôle qu’attribuent les étudiants aux études, nous mobiliserons les réponses obtenues au début de l’année scolaire 2014-2015 auprès d’un échantillon de 4 774 étudiants répartis dans 16 types de cursus différents et qui ont été invités à s’exprimer sur le rôle qu’ils attribuent aux études, via un questionnaire en ligne dont l’objet premier était d’étudier l’impact des études supérieures sur les valeurs (morales, esthétiques) des étudiants. Bien que construite sur le modèle des enquêtes de l’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE), c’est ici au bon vouloir des directeurs de section, de filière ou d’établissement que l’enquête a été diffusée. Ce sont en définitive 17 682 étudiants d’établissements divers mais uniquement publics qui ont répondu à l’enquête, pour 8 935 questionnaires valides (soit un taux de remplissage d’environ 50,5 %). Les 16 cursus qui seront ici considérés n’ont donc pas tant été choisis a priori que dégagés en fonction d’effectifs minimaux que nous avons, assez arbitrairement, défini à 50 personnes par filière. Par ailleurs, nous avons choisi de diviser notre échantillon en fonction de l’avancée des étudiants dans leur cursus. L’idée étant qu’entre le moment où les étudiants sortent du lycée et celui où ils approchent de la fin de leurs études, un changement de regard peut avoir eu lieu, notamment motivé par la pression d’une proximité croissante avec l’entrée dans la vie active1. En ce sens, nous considérerons les résultats obtenus chez les étudiants inscrits en première année, puis ceux des étudiants inscrits en quatrième année ou plus (les exceptions sont précisées dans le tableau 1). Mais avant d’en présenter la teneur, quelques précisions complémentaires s’imposent.

Tableau 1. Effectifs par cursus (abréviation) et niveau d’inscription

1e année

4e année et plus

Arts (du spectacle, beaux-arts, histoire de l’art)

76

126

Biologie-SVT (Bio.)

111

273

Classes Préparatoires aux Grandes Écoles

(CPGE)

63

72 (2e année)

Droit

200

185

Économie-gestion (Eco.)

81

289

Histoire (Hist.)

51

172

Ingénieurs (Ingé.)

293 (bac +3)

267 (bac +5)

IUT industriel (IUT A)

161

136 (2e année)

IUT tertiaire (IUT B)

128

150 (2e année)

Langues étrangères appliquées (LEA)

94

76

Langues, lettre et civilisations étrangères (LLCE)

144

86

Médecine (Méd.)

75 (1e année post-concours)

104

Physique-chimie (Phys.)

56

198

Psychologie (Psy.)

125

85

Sociologie (Socio.)

60

149

STS

365

323 (2e année)

Total

2083

2691

Note de lecture : En première année d’école d’ingénieurs (soit au niveau bac +3), les étudiants sont 293. Précisons que le choix de considérer les étudiants de CPGE ou de STS comme « un tout » - a contrario de ceux d’IUT – tient à l’imprécision des réponses fournies par la majorité des étudiants de ces sections

Une surreprésentation féminine

  • 2 Cette « sur-sélection » est particulièrement nette pour les étudiants de début de cursus en économi (...)

5La méthodologie d’échantillonnage mobilisée n’est pas sans incidences puisque les étudiants ayant répondu se sont, par définition, auto-sélectionnés ; il est dès lors fort probable que « les étudiants fantômes » (Legendre, 2003), peu présents en cours, peu investis dans leurs études soient absents de l’échantillon. Faute d’avoir obtenu de la part des Archives de Données Issues de la Statistique Publique (ADISP) les données détaillées concernant le sexe, l’origine sociale et scolaire des étudiants par filière, ce biais de sélection demeure difficile à évaluer. Il semble toutefois que l’auto-sélection des étudiants participants se soit faite au profit d’une surreprésentation féminine d’un côté, et des étudiants issus de milieux favorisés d’un autre2 (voir Annexes 1), par rapport à celles de références pour la même année, fournies par la Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance (MENESR-DEPP, 2014b : 193) – désormais rebaptisée Direction de la Programmation et du Développement (DPD) ou encore par l’OVE. Toutefois, la comparaison est limitée par le fait que, dans leurs publications, ses institutions usent de regroupements disciplinaires vastes (de type « sciences humaines » ou encore « Sciences fondamentales et applications »), souvent considérées sans distinctions de niveau d’étude, là où nous usons de catégories plus fines. De fait, faute de point de comparaison direct, toute tentative de pondération de notre part eut été hasardeuse.

Quels rôles attribuer aux études ?

6Parler de rôles attribués aux études contient un présupposé : celles-ci auraient donc en quelque sorte une (ou plusieurs) finalité(s) ou fonction(s). Si l’idéal serait de recueillir la libre parole des étudiants afin de voir ce que pourraient être ces fonctions, le cadre quantitatif qui est le nôtre nous a conduit à considérer trois postures normatives susceptibles de représenter autant de caractérisations idéales-typiques de la fonction attribuée aux études ?

7La première, au cœur des questionnements par lesquels nous avons introduit ce travail, correspond à l’idée que les études doivent prioritairement servir à s’insérer efficacement dans le monde du travail. S’inscrivant dans une logique d’utilité pratique et d’investissement pragmatique pouvant se traduire sous le cadre d’un intérêt à, nous nommerons cette posture utilitariste.

8La seconde posture peut être vue comme le contre-point de la première, avec une mise en avant normative de l’intérêt intellectuel, de la valorisation du savoir pour le savoir, comme motivation devant être première dans les études. Cette posture renvoie autant « au plaisir d’apprendre » (Meirieu, 2014), qu’à la dimension de l’expérience étudiante appelée « vocation » chez François Dubet (1994). Plus qu’un intérêt à faire des études, c’est un intérêt pour les études qui serait donc valorisé ici. Ce que nous avons traduit sous la proposition suivante : les études doivent prioritairement servir à découvrir plus en profondeur un domaine qui nous passionne. De manière schématique (mais synthétique), nous nommerons cette posture hédoniste. Le choix de ce terme au détriment de celui de posture vocationnelle tient au fait qu’il nous semble que la notion de vocation nécessite une projection supérieure de l’étudiant vis-à-vis d’une profession aisément identifiable ; ou pour le dire plus simplement, la notion de projet professionnel est plus susceptible d’être présente dans la vocation que dans celle d’hédonisme, par ailleurs plus conforme à l’intitulé proposé aux étudiants.

  • 3 Et essentiellement considérée via l’expérience des étudiants de lettres.
  • 4 La quatrième de couverture est à ce titre explicite : « Un discours s’impose, obsédant : les étudia (...)

9La mise en opposition d’un rapport utilitariste aux études avec un autre épistémique n’est bien sûr pas une nouveauté. Outre les travaux menés sur les premiers cycles du système scolaire (Charlot, Bautier & Rochex, 1992 ; Barrère, 1997 ; Bautier & Rochex, 1998) et concernant plus spécifiquement l’éducation supérieure, dès Les héritiers (Bourdieu & Passeron, 1964), la condition étudiante encore peu démocratisée3 était caractérisée comme une période de skholè durant laquelle l’adoption d’une posture d’apprenti intellectuel en quête de savoirs primait sur l’inquiétude pour les nécessités temporelles, telles que penser à un avenir professionnel de toute façon probablement garanti. Cette dernière préoccupation, plus utilitariste – qu’elle trouve pour interprétation l’appel à des dispositions incorporées et/ou un comportement calculateur d’évaluation des coûts, des risques et bénéfices (Boudon, 1979) – était vue comme essentiellement prégnante chez les franges les plus populaires des étudiants. Selon Lapeyronie et Marie (1992), la démocratisation quantitative de l’éducation supérieure, la progressive dévaluation des diplômes et l’installation durable dans une société de chômage de masse, auraient progressivement conduit à une prévalence de cette posture utilitariste dans les facultés4, participant ainsi à rendre marginale la figure de l’héritier. Plus récemment, Romuald Bodin et Sophie Orange (2013) défendaient l’idée que l’analyse des choix d’orientation des bacheliers démontrait une absence d’opposition nécessaire entre les motifs utilitaristes (avoir un projet professionnel et considérer les débouchés d’une filière) et intérêt disciplinaire, mais bien plutôt leur coordination. Une proposition qui éludait toutefois en grande partie la question de savoir ce qui, dans cette combinatoire, peut prendre plus ou moins d’importance et pour quels étudiants. Complémentaires ou en opposition, les rapports épistémiques et utilitaristes aux études tendent à être systématiquement considérés de pair.

10Une troisième posture idéale-typique a été dégagée afin de contrebalancer celles jusqu’ici présentées, qui ont en commun d’être centrées sur des intérêts individuels : intérêt à faire telles études ou intérêt pour telles études. C’est sur une forme d’utilité collective, sociale que les études seront ici envisagées. S’inscrivant dans la droite ligne de l’idéal républicain issu des Lumières visant à l’instruction de citoyens pouvant dès lors devenir autonomes, il s’agit alors de considérer que les études doivent prioritairement servir à former des citoyens éduqués, à l’esprit critique. Cette ultime posture sera qualifiée d’émancipatrice.

11S’il n’est en rien certain que ces idéaux-types proposés à l’appréciation des étudiants correspondent parfaitement aux visions normatives qu’ils peuvent avoir des études, signalons dès à présent qu’avec un taux de non-réponses de 1,1 %, il ne fait aucun doute qu’ils font au minimum sens pour la quasi-totalité d’entre eux. Néanmoins, on ne peut complètement minorer l’effet d’imposition inhérent à tout questionnaire, faisant que

« les enquêtes ne recueillent pas directement des opinions mais seulement des réponses à des questions d’opinion qui peuvent, dans des proportions variables selon les groupes sociaux et les thèmes abordés, correspondre ou non à des opinions effectives » (Champagne, 1990 : 111).

12Précisons également que ne se voulant pas exclusives les unes des autres – on peut tout à la fois penser que les études doivent être professionnalisantes, satisfaire une envie intellectuelle et participer à une forme d’émancipation critique –, il était demandé aux étudiants non pas de choisir parmi ces trois postures, mais de les classer par ordre de préférence. Pour cette raison, et afin de simplifier la présentation des résultats, nous avons attribué à chaque posture un score selon la place lui ayant été attribuée : à savoir 2 points si placée en première place ; 1 point en seconde position ; 0 si dernier choix. Aussi présenterons-nous les résultats par filière en fonction de la moyenne obtenue sur ce score, tout en indiquant le % de citations de chaque posture comme premier choix.

Des filières sources de clivages

13En début de cursus (tableau 2), on peut observer que de façon générale, la posture vis-à-vis des études la plus fréquente est celle hédoniste, avec 48,8 % de citations comme premier choix pour un score moyen de 1,23 sur 2. La posture utilitariste suit de peu, avec 34,5 % de premiers choix et un score moyen de 1,04. La vision républicaine, émancipatrice, ne recueille de son côté que 16,4 % des opinions. Cependant, sous ces considérations générales se cache une forte disparité de situations, variant largement en fonction des filières considérées.

En première année...

14Si l’on prend le score moyen obtenu par chaque posture comme référence, on constate que dans les six filières suivantes, STS, IUT tertiaire, économie-gestion, LEA, droit, écoles d’ingénieurs, l’argument d’utilité obtient un assentiment supérieur à celui hédoniste. Parmi ces filières, les étudiants des quatre premières se distinguent significativement de la moyenne par un score d’utilitarisme supérieur. Ceux d’économie-gestion se démarquent également par le score le plus faible attribué à la posture hédoniste, talonnés par leurs homologues de droit et d’écoles d’ingénieurs.

Tableau 2. Scores moyens et pourcentages de citations comme premier choix obtenus pour chaque posture en début de cursus

Émancipation

Hédonisme

Posture utilitariste

Score

%

Score

%

Score

%

Hist.

0,92*

24

Méd.

1,57**

65,3**

STS

1,38**

53,5**

CPGE

0,84*

21,3

Arts

1,52**

65,3**

IUT B

1,34**

48*

Droit

0,8*

23,9**

Phys.

1,52**

64,3*

Éco.

1,31*

47,5

Socio.

0,8*

25,4*

Bio.

1,48**

59,1*

LEA

1,29*

48,4

Ingé.

0,73*

21,8*

Psy.

1,45**

58,1*

Droit

1,2

44,7

Méd.

0,69

16

Hist.

1,42**

54

Ingé.

1,15

41

Éco.

0,69

21,3

IUT A

1,41**

56*

Bio.

1,08

34,5

LLCE

0,68

15,4

LLCE

1,36*

53,8

CPGE

1,02

36,1

Arts

0,67

13,3

Socio.

1,32

49,2

Psy.

1

28,2*

Phys.

0,61

14,3

LEA

1,2

39,8

IUT A

0,99*

30,2*

IUT A

0,6

13,8

STS

1,17

36,3*

LLCE

0,96*

30,8

Psy.

0,55

13,7

CPGE

1,13

42,6

Socio.

0,88*

25,4*

IUT B

0,54

15,2

IUT B

1,12

36,8

Phys.

0,88*

21,4*

LEA

0,51

15,4

Ingé.

1,12**

37,2*

Arts

0,81**

21,3*

STS

0,44**

10,2**

Droit

0,99**

31,5**

Méd.

0,73**

18,7**

Bio.

0,44**

6,4*

Éco.

0,98**

31,3*

Hist.

0,66**

22*

Total

0,65

16,4

Total

1,23

48,8

Total

1,04

34,5

Note de lecture : * = p < 0.05. ** = p < 0,01. Les scores et % du total ont été calculés en attribuant le même poids à chaque filière.
Exemple de lecture : avec 53,5 % d’étudiants ayant cité la posture utilitariste en premier choix, les étudiants de STS sont ceux chez qui la posture utilitariste est la plus valorisée, avec un score moyen de 1,38 sur 2.

15Parmi les dix autres filières, où l’idée que les études doivent prioritairement servir à découvrir plus en profondeur un domaine qui nous passionne est la plus valorisée, seule la sociologie ne se démarque pas significativement de la moyenne. En revanche, en médecine, en arts et en physique, ce sont presque les deux tiers des étudiants qui placent cette réponse en premier choix ; plus de la moitié en biologie, psychologie, histoire, IUT industriels et LLCE.

16Nous passerons vite sur la posture émancipatrice, puisque secondaire, en signalant simplement que se démarquent positivement sur celle-ci les étudiants d’histoire, de CPGE, de droit, de sociologie mais aussi les futurs ingénieurs ; négativement ceux de biologie et de STS.

  • 5 Par opposition à stratèges. Les étudiants seraient en ce sens ni acteurs purement rationnels et cal (...)

17Il n’est pas surprenant de constater que les filières de STS et d’IUT tertiaire soient celles où la requête de professionnalisation par les étudiants est la plus marquée, puisque tel est théoriquement l’objectif de ces formations courtes. L’origine sociale plus populaire que la moyenne des étudiants inscrits dans ces filières ne suffit pas à rendre compte de ce résultat : si, par exemple, 52,9 % des étudiants de première année en STS dont le père est ouvrier ont priorisé un rapport utilitariste aux études, les étudiants de la même filière dont le père est cadre sont 61,1 % à avoir fait le même choix. À titre de comparaison, ces chiffres tombent respectivement à 27,8 % et 18,8 % en psychologie. Que la posture utilitariste soit moins sollicitée par les étudiants des sections industrielles d’IUT peut trouver son explication dans le fait que dans leur cas, l’IUT est plus fréquemment envisagé comme un point de passage de leur scolarité (notamment comme un tremplin vers une éventuelle école d’ingénieur) que comme une fin en soi (Dubet, 1994 ; Olivier, 2018). On peut ajouter à cela que de façon globale, les étudiants des disciplines scientifiques semblent être particulièrement sensibles à une vision hédoniste des études. Ceux présents en écoles d’ingénieurs sont sur ce point une exception qui peut trouver pour explications potentielles une différence d’âge qui biaise la comparaison ; ou encore le statut même de l’école d’ingénieur, symboliquement plus valorisé que les sections scientifiques de facultés (ne serait-ce que par leur sélectivité) et attirant de ce fait des étudiants plus sensibles ou sensibilisés aux questions d’insertion professionnelle, plus tacticiens5 (Felouzis, 2001).

  • 6 Soit 44,7 % en droit, 55,6 % en économie-gestion, 51,2 % en IUT tertiaire, 29,8 % en LEA. Le tout p (...)

18Que les deux autres filières qui se démarquent significativement par leur posture tendanciellement utilitariste soient celles d’économie-gestion et de LEA n’est pas sans lien avec ce que leur dénomination implique en termes de correspondance avec le champ sémantique du monde du travail, ces filières recrutant des étudiants qui, du point de vue de leurs valeurs, sont tendanciellement similaires – à savoir, comparativement à l’ensemble des étudiants, plutôt individualistes, libérales économiquement et avec toutes les réserves que le qualificatif nécessite, conservatrices (Olivier, 2017). Précisons également qu’une caractéristique de ces filières, auxquelles on peut adjoindre celles de droit et d’IUT tertiaire, est d’avoir une surreprésentation d’étudiants issus d’un baccalauréat économique et social6. On pourrait y voir le signe d’une variable explicative, toutefois il faut aussi considérer que la majorité des étudiants de sociologie (51,7 %) a la même origine scolaire.

  • 7 D’après une note de synthèse de Lessard & Bourdoncle (2002), à la naissance de l’université en Fran (...)

19La situation des étudiants de médecine est intéressante à considérer. Proches dans les résultats obtenus de ceux d’arts et d’histoire en ceci qu’ils se distinguent à la fois très significativement par un accord avec une vision hédoniste des études et un rejet de la posture utilitariste, ils marquent cependant une limite à la correspondance que l’on peut percevoir entre filières plus ou moins explicitement professionnalisantes7 et tendances utilitaristes de leurs étudiants. Et l’hédonisme constaté mérite ici de prendre le statut de vocation. Comme a pu le constater Mathias Millet dans son travail de thèse, les « études de médecine, qui s’inscrivent dans la continuité des études secondaires, constituent alors une orientation pressentie depuis plusieurs années avant la sortie du lycée » et représentent « un premier choix et un choix hautement sélectif » (Millet, 2000 : 44). Et de fait, pour notre échantillon, ce sont 97,2 % des étudiants de médecine pour qui cette orientation était leur premier choix. À titre de comparaison, ce chiffre est de 60,6 % pour les étudiants d’arts ; de 72,9 % pour les étudiants d’histoire. Des proportions certes élevées mais qui s’éloignent plus largement du quasi-consensus observé en médecine.

… et en fin de cursus

  • 8 L’écart est toutefois contenu si l’on considère ces résultats du point de vue des scores (1,12 vs 1 (...)

20De façon générale et comme nous en faisions l’hypothèse, l’avancée dans les études, la proximité croissante avec l’entrée dans une vie (pleinement) active, entraîne une évolution de la fonction attribuée aux études (tableau 3) : la posture utilitariste dépasse désormais en fréquence moyenne celle hédoniste (42 % contre 35,5 %) en tant que premier choix8. Mieux : exception faite de la filière économie-gestion, elle constitue la modalité de réponse la plus citée en premier choix dans l’ensemble des filières. La situation était exactement inverse en début d’études.

21Il faut dire que du point de vue des scores moyens, l’hédonisme baisse dans l’ensemble des filières à l’exception des CPGE – même s’il ne faut pas forcément attribuer de sens à ce dernier point puisqu’il ne nous est pas possible de connaître les spécialisations des étudiants au sein de ce cursus, or ceux-ci peuvent bien évidemment être à l’origine des évolutions constatées. À l’inverse, ce même score pour la posture utilitariste augmente (de façon plus ou moins marquée) dans 9 des 16 filières considérées et ne baisse qu’en sociologie, CPGE et LLCE.

22La dimension émancipatrice, bien que demeurant en retrait des autres, devient plus fréquemment citée (22,2 % de premiers choix) et voit son score moyen augmenter dans l’ensemble des filières (si ce n’est en économie-gestion où il est parfaitement stable).

23Si l’on considère désormais les différences entre filières avec pour référent le score moyen obtenu pour chaque posture, on observe désormais que, de manière très significative, sur la posture utilitariste, sont opposées les filières économie-gestion, droit, STS, ingénieurs du côté supérieur et sociologie, CPGE, arts, LLCE, et histoire de l’autre. Les premières, exception faite de la filière STS, se distinguent par ailleurs très fortement par leur éloignement de la posture hédoniste, accompagnés en cela des étudiants de LEA. À leur opposé relatif se distinguent significativement les filières CPGE, biologie et arts. La posture émancipatrice est de son côté surreprésentée chez les étudiants en histoire, sociologie et LLCE ; sous-représentée à nouveau chez ceux de STS. Il est probable pour le premier groupe que les débouchés professionnels les plus spontanément identifiables dans leurs filières, tournés vers l’enseignement, vers les domaines publics, culturels ou encore associatifs, participent à ce résultat. Nous avons d’ailleurs pu montrer par ailleurs que l’avancée dans ces cursus s’accompagnait d’affinités croissantes avec la culture légitime et d’une défiance particulière envers le monde du travail et le libéralisme économique (Olivier, 2017). Ajoutons que faute d’un véritable suivi longitudinal, il est toutefois difficile de dissocier dans ces changements ce qui relève d’un impact des filières et/ou d’un effet de sélection des étudiants survivants.

Tableau 3 : Scores moyens et pourcentages de citations comme premier choix obtenus pour chaque posture en fin de cursus

Émancipation

Hédonisme

Posture utilitariste

Score

%

Score

%

Score

%

Hist

1,04**

30,6*

CPGE

1,36*

48,6*

Eco.

1,42**

59,9**

Socio

1,03**

29,7*

Bio.

1,23*

45**

Droit

1,41**

57,3**

LLCE

1**

30,6*

Arts

1,21*

45,6*

STS

1,37**

52

Arts

0,9

26,4

Méd.

1,19

45,6*

Ingé.

1,32**

50,8

Droit

0,87

24,9

Psy.

1,19

41,2

LEA

1,29

52,6

CPGE

0,86

23,6

IUT A

1,16

36,3

IUT B

1,28

48,6

LEA

0,73

21,1

Phys.

1,15

38,7

IUT A

1,16

43

Phys.

0,71

25,3

Socio.

1,14

39,2

Psy.

1,14

45,9

Ingé.

0,76

23,7

LLCE

1,12

40

Méd.

1,08

39,8*

Méd.

0,73

14,6

STS

1,1

34

Bio.

1,07

36,2

Bio.

0,69

18,8

IUT B

1,04

31,8

Phys.

1,03

36,1*

Eco.

0,69

19,2

Hist.

1,01

35,3

Hist.

0,95**

34,1*

IUT B

0,68

19,6

Ingé.

0,92**

25,6*

LLCE

0,88**

29,4*

IUT A

0,67

20,7

Eco.

0,89**

20,9

Arts

0,88**

28**

Psy.

0,66

12,9*

LEA

0,88**

26,3**

CPGE

0,88**

27,8*

STS

0,53**

14**

Droit

0,72**

14,8**

Socio.

0,83**

31,1*

Total

0,78

22,2

Total

1,08

35,5

Total

1,12

42

24Outre la vague modification des positions par filière (qui évoluent plus qu’elles ne sont bouleversées), il ressort prioritairement que l’avancée dans les études, la proximité croissante avec l’entrée dans le monde professionnel, constituent une modification du contexte cognitif qui invite de nombreux étudiants à réévaluer leur rapport aux études dans le sens d’une prise en compte de ce que peuvent être leurs débouchés. Sans doute peut-on considérer à l’inverse que la sortie du lycée et l’entrée dans les études supérieures peuvent représenter l’occasion d’une double émancipation : familiale, avec bien souvent l’accès à un logement indépendant ; scolaire, avec la possibilité de se dégager de certaines disciplines jusqu’ici imposées tout en choisissant de manière inédite ce qui constituera le cœur des enseignements désormais suivis. La nécessité d’insertion professionnelle peut par ailleurs ne représenter qu’un horizon lointain et encore flou pour beaucoup.

25Si ces propositions doivent être prises comme telles et mériteraient d’être vérifiées par une approche plus qualitative et par des données longitudinales, c’est par une autre observation que nous conclurons notre propos : le poids effectivement limité de l’origine sociale, considérée isolément, dans sa capacité à rendre compte de l’attribution d’un rôle utilitaire aux études et l’importance de l’auto-positionnement politique.

Vision « utilitaire » des études et auto-positionnement politique

  • 9 En l’occurrence, ont été incluses dans la régression les filières, les PCS du père et de la mère (a (...)

26À partir d’une régression logistique visant à déterminer « toutes choses égales par ailleurs »9 les probabilités d’avoir placé la posture utilitaire comme premier choix, il apparaît que les filières demeurent clivées.

27Avec pour modalité de référence le cursus en arts, ce sont en début et plus encore en fin d’études les filières droit, économie-gestion, ingénieurs, IUT tertiaire, LEA et STS qui se démarquent significativement par des probabilités plus marquées de mettre en avant l’importance du rôle professionnalisant des études (tableau 4). De là à en déduire que ces filières sont celles perçues comme étant les plus susceptibles de répondre à cette fonction, il n’y a qu’un pas.

  • 10 Le phénomène de lente disparition des étudiants de milieu populaire par élimination ou auto-élimina (...)

28Du côté des déterminants sociaux, si la profession de la mère n’a que peu d’influence sur la fonction attribuée aux études, celle du père n’est pas sans importance... en fin de cursus. Et ce sont alors principalement les enfants d’ouvriers qui se démarquent par un désir de professionnalisation plus marqué. Que cela ne devienne significatif qu’en fin d’études laisse à penser que faire des études durables est pour cette catégorie, qui mérite plus que tout autre le qualificatif de « survivante » (Bourdieu & Passeron, 1970)10, plus coûteux à assumer, quelle que soit la nature de ce coût. Difficile toutefois d’en être assuré.

29Des différences genrées sont également à noter, avec une vision professionnalisante des études plus fréquente chez les filles, en début de cursus uniquement. À l’inverse, le fait d’être agnostique semble conduire les étudiants à s’éloigner d’une posture utilitaire en fin d’étude. Il n’est pas sûr que ce résultat mérite interprétation. Plus ouvertement parlantes sont les différences liées à l’auto-positionnement politique des étudiants.

30Toutes choses égales par ailleurs, les étudiants se positionnant à l’extrême-gauche de l’axe politique ont deux fois moins de chances que leurs homologues de gauche plus modérée – environ trois fois moins que ceux du centre et de(s) droite(s) – d’attribuer prioritairement une fonction professionnalisante aux études. Or, un aller-retour peut être fait entre filière et positionnement politique (voir Annexes 2), avec, pour le dire vite, une tendance de gauche plus marquée dans les disciplines des facultés de lettres, de centre droite dans celles de sciences économiques et juridiques et de désinvestissement du côté des sciences (Michon, 2006 ; Galland, 1995 ; Olivier, 2017). Sans doute Olivier Galland a-t-il raison lorsque qu’il affirme que faire un choix de discipline, « c’est en effet adhérer, consciemment ou non, à un ensemble de valeurs qui sont liées à l’histoire et à la définition de la discipline » (Galland, 1995 : 210). Ou plutôt, pour être plus prudent, choisir une filière, c’est exprimer un certain rapport au monde (notamment du travail) ; y demeurer, c’est potentiellement le confirmer si ce n’est le développer. Il existe ainsi une sorte de circularité dans la relation entre une filière considérée, la proportion d’étudiants de droite ou de gauche que l’on y trouve et la fonction utilitaire attribuée aux études. Étant perçue comme potentiellement apte à conduire à un emploi, une filière telle qu’économie attirera ainsi plus d’étudiants utilitaristes et de droite. L’exemple opposé pourra être pris concernant la sociologie. Néanmoins, il va de soi que cette interprétation tendancielle ne se suffit pas à elle-même. Outre le fait que l’auto-positionnement politique des étudiants mériterait en lui-même d’être exploré plus en détails, il n’y a pas de nécessité à ce que la fonction idéale que les étudiants attribuent aux études corresponde de fait à leur propre situation. Une prise en compte des vœux d’orientations, de leur satisfaction et de l’influence familiale dans ce processus serait ainsi à envisager pour une étude ultérieure.

Tableau 4. Régression logistique sur les chances d’attribuer prioritairement une fonction utilitaire aux études

Début de cursus

Fin de cursus

Modalités de la régression

B

Odd-ratio

B

Odd-ratio

Filière

Arts

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Biologie-SVT

0,55

1,73

0,99

1,82

CPGE

0,71

2,04

0,23

1,25

Droit

0,82*

2,26

1,2***

3,31

Économie-gestion

0,98*

2,66

1,24***

3,45

Histoire

-0,25

0,78

0,34

1,39

Ingénieurs

0,85*

2,33

1,06***

2,9

IUT industriel

0,56

1,74

0,68

1,96

IUT tertiaire

1,15**

3,17

0,72*

2,05

LEA

0,92*

2,51

1,12**

3,08

LLCE

0,59

1,8

0,39

1,47

Médecine

-0,37

0,69

0,49

1,63

Physique-chimie

0,08

1,08

0,58

1,77

Psychologie

0,49

1,62

0,79*

2,2

Sociologie

-0,05

0,95

0,42

1,51

STS

1,3**

3,68

0,79*

2,2

Sexe

Femmes (réf. Hommes)

0,36**

1,43

0,2

1,21

PCS père

Ouvrier

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Agriculteur, artisan, commerçant, chef d’entreprise

0,07

1,07

-0,56**

0,57

Cadre, prof. intel. > (privé)

0,27

1,3

-0,65***

0,52

Cadre, prof. intel. > (public)

0,09

1,09

-0,59**

0,55

Prof. intermédiaires (privé)

0,04

1,04

-0,16

0,84

Prof. intermédiaires (public)

0,06

1,06

-0,47*

0,62

Employé

0,15

1,16

-0,23

0,79

PCS mère

Ouvrier

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Agriculteur, artisan, commerçant, chef d’entreprise

0,18

1,2

0,41

1,51

Cadre, prof. intel. > (privé)

0,09

1,09

0,13

1,14

Cadre, prof. intel. > (public)

0,18

1,19

0,1

1,1

Prof. intermédiaire (privé)

0,32

1,37

0,24

1,26

Prof. intermédiaire (public)

0,29

1,32

0,69*

1,99

Employé

0,42

1,52

0,06

1,06

Profil religieux

Athée

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Agnostique

0,08

1,08

0,54***

0,58

Religion déclarée (peu/pas pratiquant)

0,18

1,19

0,26*

1,3

Religion déclarée (pratiquant)

0,37

1,44

0,22

1,25

Positionnement politique

Extrême-gauche (1-2)

Réf.

Réf.

Réf.

Réf.

Gauche (3-4)

0,71**

2,03

0,76**

2,13

Centre (5)

1,24***

3,46

1,08***

2,96

Droite (6-7)

1,07***

2,94

1,04***

2,85

Extrême-droite (8-9)

1,23***

3,44

1,13***

3,12

Notes de lecture : La significativité des coefficients (B) est indiquée comme suit : * = 0,05 ; ** = 0,01 ; *** = 0,001. Une valeur de B négative indique une contribution négative au modèle constitué par la régression (et inversement). Aussi, l’odd-ratio correspondant peut être lu comme autant de chances négatives, par rapport à la modalité de référence de la variable concernée, d’avoir cité la fonction professionnalisante comme premier choix.

Conclusion

31Nourrie par le rôle qu’occupe en France le diplôme dans la détermination des places sociales autant que par la pression concurrentielle d’un marché du travail peu favorable aux nouveaux arrivants, la dimension agonistique du jeu scolaire invite spontanément à penser les études en des termes stratégiques : anticiper une nécessaire et inévitable intégration professionnelle, choisir pour cela la bonne filière, le bon établissement… En toute logique, la figure de l’étudiant ayant une vision utilitariste des études devrait dominer. La réalité est évidemment plus complexe et les discours sur la généralisation de la figure de l’étudiant-client moins intéressé par l’acquisition de connaissances que par celle du diplôme, sur les demandes de professionnalisation, n’offrent de la réalité qu’un point de vue partiel.

32Si l’attribution par les étudiants d’une fonction avant toute chose professionnalisante aux études est très fréquente et ne doit pas être minimisée, elle l’est d’autant plus dans les filières qui peuvent apparaître comme susceptibles de répondre à cette vision normative. Mais s’il faut tirer une conclusion générale de notre présentation, c’est que les étudiants sont plus tacticiens que stratèges, comme a pu le signaler Georges Felouzis (2001). Ils ajustent leur comportement et pensent le monde avant toute chose en situation. De façon globale, au sortir du lycée, les études supérieures sont plus souvent envisagées sous le cadre de l’intérêt pour que de l’intérêt à. Le temps passant et la sortie du système scolaire s’approchant, les priorités sont réévaluées et un renversement tendanciel des deux formes d’intérêts s’opère, allant dans le sens d’une lente (et partielle) adaptation pragmatique au pouvoir coercitif d’un réel, qui a toutefois une prise moindre sur les étudiants se situant à la gauche de la gauche.

33Ce dernier point est important puisqu’il nous indique que quelque part, au risque de dire trop à partir de trop peu, la fonction que les étudiants attribuent aux études dérive au moins partiellement d’un rapport d’adhésion ou de rejet, de soumission ou de résistance (voire d’indifférence) face à la structure du marché de l’emploi considérée à la fois via le prisme de leur (auto)positionnement politique, à la fois – et ce plus particulièrement en fin d’études – via l’estimation de leurs chances d’y voir leur formation valorisable. Ces deux dimensions étant d’ailleurs d’autant plus susceptibles de fonctionner de pair puisque les filières de notre échantillon qui se démarquent par une posture utilitariste plus marquée sont aussi celles où les positionnements à gauche sont les moins fréquents.

Haut de page

Bibliographie

Agulhon (C.), 2007, « La professionnalisation à l’Université, une réponse à la demande sociale ? », Recherche et formation, n° 54, pp. 11-27.

Barrère (A.), 1997, Les lycéens au travail, Paris, PUF.

Bautier (É.) & Rochex (J.-Y.), 1998, L’expérience scolaire des nouveaux lycéens, Paris, Armand Colin.

Bodin (R.) & Orange (S.), 2013, L’université n’est pas en crise, Bellecombe-en-Bauges, Editions du croquant.

Boudon (R.), 1979, L’inégalité des chances, Paris, Hachette / Pluriel.

Bourdieu (P.) & Passeron (J.-C.), 1964, Les héritiers : les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu (P.) & Passeron (J.-C.), 1970, La Reproduction, Paris, Éditions de Minuit.

Champagne (P.), 1990, Faire l’opinion, Paris, Éditions de Minuit.

Charlot (B.), Bautier (É.) & Rochex (J.-Y.), 1992, École et savoir dans les banlieues... et ailleurs, Paris, Armand Colin.

Dubet (F.), 1994, « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue française de sociologie, n° 35-4, pp. 511-532.

Dubet (F.), 2010, Les places et les chances : repenser la justice sociale, Paris, Éditions du Seuil.

Duru-Bellat (M.), 2008, « La (re)production des rapports sociaux de sexe. Quelle place pour l’institution scolaire ? », Travail, genre et sociétés, n° 19, pp. 131-149

Félouzis (G.), 2001, La condition étudiante. Sociologie des étudiants et de l’université, Paris, PUF.

Galland (O.), 1995, Le monde des étudiants, Paris, PUF.

Lapeyronnie (D.) & Marie (J-L), 1992, Campus Blues. Les étudiants face à leurs études, Seuil.

Legendre (F.), 2003, « Les étudiants fantômes. Les sorties précoces de l’université Paris 8 », Carrefours de l’éducation, n° 16, pp. 32-55.

Lessard (C.) & Bourdoncle (R.), 2002, « Qu’est-ce qu’une formation professionnelle universitaire ? 1. Conceptions de l’université et formation professionnelle », Revue française de pédagogie, n° 139, pp. 131-154.

Leys (S.), 2006, « Une idée de l’Université », Commentaire, n° 114, pp. 469-472.

Merieu (P.), 2014, Le plaisir d’apprendre, Paris, Éditions Autrement.

MENESR-DEPP, 2014a, Repères et références statistiques.

MENESR-DEPP, 2014b, Filles et garçons sur le chemin de l’égalité.

Michon (S.), 2006, « Higher education and politic : effects of student career on political socialization, Humanities and Social Sciences », Thèse de sociologie, Université Marc Bloch - Strasbourg 2.

Millet (M.), 2000, « Les étudiants de médecine et de sociologie à l’étude. Matrices disciplinaires, nature des savoirs, et pratiques intellectuelles : une analyse sociologique comparée des logiques sociales et cognitives du travail étudiant », Thèse de sociologie, Université Lyon 2.

Olivier (F.), 2017, « L’impact des études supérieures sur les valeurs des étudiants », Thèse de sociologie, École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Olivier (F.), 2018, « L’étudiant en IUT : du singulier au pluriel », Cahiers de la Recherche sur l’Éducation et les Savoirs, hors-série n° 6, pp. 155-176.

OVE, 2014, Panorama 2013 : conditions de vie des étudiants, n° 29.

Van De Velde (C.), 2008, Devenir adulte : Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Caractéristiques comparées de l’échantillon mobilisé

 % de père cadres Début / fin de cursus

OVE

 % de parents cadres tous niveaux
confondus(a)

DEPP

 % de pères cadre, tous
niveaux
confondus (b)

 % de filles

Début / fin de cursus

MESNER

Part des filles ( %) Licence / Master en 2012(c)

Arts.

39,5 / 38,1

(Lettres, SHS)
31

(Lettres)

25,2

76,3 / 73

-

Bio.

21,6 / 44,7

(Sciences)
33

(Sciences)

30,4

77,5 / 59,7

(Sc. de la nat.
et de la vie)
62 / 59

CPGE

50,8 / 50

51

49,6

57,1 / 45,8

42,1

Droit

38,5 / 38,9

(Droit, économie)

37

34,7

69 / 71,4

(Droit et sc. politiques)
64 / 65

Eco.

55,6 / 43,6

(Droit, économie)

37

25

56,8 / 69,2

(éco.)
51 / 54

Hist.

31,4 / 39

(Lettres, SHS)
31

(Lettres)
25,2

54,9 / 63,4

(SHS)
67 / 71

Ingé.

47,4 / 45,3

49

39

48,8 / 46,1

27

IUT A

29,8 / 37,5

(IUT)
28

(IUT)
30,3

34,2 / 36,8

(IUT)
40

IUT B

39,1 / 34

(IUT)
28

(IUT)
30,3

75,8 / 79,3

(IUT)
40

LEA

28,7 / 50

(Lettres, SHS)
31

(Lettres)
25,2

81,9 / 88,2

(Langues)
73 / 77

LLCE

29,2 / 37,2

(Lettres, SHS) / 31

(Lettres)
25,2

80,6 / 86

(Langues)

73 / 77

Méd.

50,7 / 60,6

(Santé)
/ 45

(Santé)
40,7

70,7 / 62,5

(Santé)
67 / 61

Phy.

26,8 / 45,5

(Sciences)
33

(Sciences)
30,4

51,8 / 32,3

(Sc. fondamentales)

27 / 29

Psy.

25,6 / 25,9

(Lettres, SHS)
31

(Lettres)
25,2

90,4 / 87,1

(SHS)
67 / 71

Socio.

26,7 / 36,2

(Lettres, SHS)
31

(Lettres)
25,2

81,7 / 77,2

(SHS)
67 / 71

STS

14,8 / 16,4

19

13,9

66,8 / 70

50,9

Non réponses

5,6

-

14,3

-

-

(a) Source : MENESR-DEPP, 2014a, p. 195.
(b) Source : OVE, 2014, p. 1.
(c) Source : MESNER-DEPP, 2014a, p. 29

Annexe 2. Pourcentage d’étudiants s’auto-positionnant à l’extrême-gauche (réponses 1 et 2, sur un axe allant de 1 à 9) et à droite (réponses 6 à 9). Non-réponses incluses

 % d’étudiants se situant à
l’extrême-gauche

 % d’étudiants se situant à droite

 % d’étudiants se situant à
l’extrême-gauche

 % d’étudiants se situant à droite

Début de cursus

Fin de cursus

Début de cursus

Fin de cursus

Début de cursus

Fin de cursus

Début de cursus

Fin de cursus

Arts.

15,8

24,6

17,1

12,7

IUT B

3,1

9,3

33,6

32

Bio.

5,4

10,6

30,6

22,4

LEA

6,4

10,6

25,6

23,7

CPGE

4,8

5,6

31,8

31,3

LLCE

13,9

23,3

23

17,4

Droit

9,5

11,4

44,5

35,1

Méd.

8

5,8

30,7

41,3

Éco.

2,5

11,1

37

30,8

Phy.

12,5

10,6

25

22,7

Hist.

21,6

27,3

23,5

16,3

Psy.

7,2

10,6

22,4

17,6

Ingé.

7,2

8,2

31,7

30,3

Socio.

20

37,6

25

8,1

IUT A

5,6

8,1

30,2

33,5

STS

7,7

5

31,5

30,3

Haut de page

Notes

1 Cette idée est toutefois à relativiser pour les étudiants de CPGE puisque leur filière est par définition une passerelle vers d’autres structures d’enseignement.

2 Cette « sur-sélection » est particulièrement nette pour les étudiants de début de cursus en économie. L’explication tient au fait que la plupart d’entre eux sont issus de la faculté d’économie de Toulouse – la Toulouse School of Economics – qui se veut sélective par une requête d’excellence de ses étudiants et dont la présence du prix Nobel Jean Tirole parmi le corps enseignant sert de tremplin à ce processus revendiqué de distinction.

3 Et essentiellement considérée via l’expérience des étudiants de lettres.

4 La quatrième de couverture est à ce titre explicite : « Un discours s’impose, obsédant : les étudiants subissent une condition dont le sens leur échappe, au sein d’une Université dont ils n’attendent plus grand-chose, si ce n’est un diplôme utile sur le marché du travail. » (Lapeyronie & Marie, 1992).

5 Par opposition à stratèges. Les étudiants seraient en ce sens ni acteurs purement rationnels et calculateurs, ni agents purement agis, et ils adapteraient leurs choix et objectifs (ici d’orientation) en fonction de buts plus ou moins clairs et toujours redéfinis ou questionnés par le contexte dans lequel ils s’inscrivent et le faisceau d’opportunités qui en découle.

6 Soit 44,7 % en droit, 55,6 % en économie-gestion, 51,2 % en IUT tertiaire, 29,8 % en LEA. Le tout pour une moyenne de 19,9 % sur l’ensemble des filières.

7 D’après une note de synthèse de Lessard & Bourdoncle (2002), à la naissance de l’université en France, les enseignements de la médecine et du droit étaient déjà soutenus par des discours à finalité professionnalisante.

8 L’écart est toutefois contenu si l’on considère ces résultats du point de vue des scores (1,12 vs 1,08).

9 En l’occurrence, ont été incluses dans la régression les filières, les PCS du père et de la mère (avec une distinction selon si exerçant dans le privé ou le public, lorsque les effectifs le permettaient), le profil religieux, le sexe et l’auto-positionnement politique des étudiants considéré à partir d’une demande de positionnement sur un axe numéroté de 1 (gauche de l’axe) à 9 (droite de l’axe). Le choix de ces variables a été dicté par des analyses de variance signalant un lien de corrélation avec la valorisation d’une posture utilitaire.

10 Le phénomène de lente disparition des étudiants de milieu populaire par élimination ou auto-élimination mis en évidence par Bourdieu et Passeron est toujours d’actualité. Pour l’année 2013-2014, les étudiants dont le père est ouvrier constituaient 12,6 % des effectifs de Licence, 7,5 % de ceux de niveau Master. De leur côté, bien que moins nombreux que les enfants d’ouvriers pour une même classe d’âge, les étudiants dont le père est cadre ou assimilé représentaient 28 % des effectifs de Licence et 33,9 % des effectifs de Master. (MESNER-DEPPS, 2014a : 195).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Olivier, « Le rôle attribué par les étudiants aux études : un utilitarisme dominant ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 17 | 2018, 239-258.

Référence électronique

Florian Olivier, « Le rôle attribué par les étudiants aux études : un utilitarisme dominant ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 17 juillet 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3807

Haut de page

Auteur

Florian Olivier

Chercheur associé, CESPRA-EHESS ; ingénieur d’étude, Centre d’Investigation Clinique-CHU de Besançon ; florian.olivier@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals