Navigation – Plan du site

Nos auteurs ont publié

p. 261-264

Texte intégral

Kathryn M. Anderson-Levitt & Elsie Rockwell (éd.), 2017, Comparing Ethnographies: Local Studies of Education across the Americas, Washington

1Crossing borders to compare ethnographic research across the Americas is difficult but imperative. In this volume, the editors and authors demonstrate what education researchers can learn by comparing ethnographic studies of similar problems conducted by scholars from Latin America on the one hand and from “North America” (the United States and Canada) on the other. From the volume’s case studies, readers will learn that work done in other parts of the hemisphere is significant and that it can expand the boundaries of their own research and theorizing.

Abdel Rahamane Baba-Moussa, Christian Adekou et Salimane Karimou (dir.), 2018, Les pratiques enseignantes en milieux scolaire et universitaire : regards critiques et nouvelles approches, République du Bénin, ministère en charge de l’Éducation

2La professionnalisation des enseignants est un sujet d’intérêt national dans un pays comme le Bénin, où les diagnostics successifs établissent un lien étroit notamment entre les professionnalités enseignantes et la qualité des acquis des apprenants. Dans un contexte de réforme et face aux faibles résultats du Bénin dans les dernières évaluations du PASEC en 2014, l’organisation d’une série d’ateliers sur le thème « Les pratiques enseignantes en milieux scolaire et universitaire » a permis de croiser des « regards critiques » entre praticiens et chercheurs sur les expériences d’ici et d’ailleurs, en vue de partager les bonnes pratiques et d’identifier de nouvelles approches pour aider les dirigeants béninois à la prise de décision. Les résultats présentés dans le présent ouvrage offrent aux décideurs nationaux des pistes de changement majeurs. L’heure est en effet à un changement de paradigme afin de passer, comme le relève Marguerite Altet, du modèle académique classique qui forme des « enseignants instruits » au modèle articulant « pratique-théorie-pratique » pour former des « enseignants-professionnels réfléchis », c’est-à-dire « capables d’analyser, de comprendre des pratiques, de résoudre des problèmes, d’inventer des stratégies d’action ». Au regard du contenu des articles recensés dans ce ouvrage, ce changement de paradigme, concerne tous les ordres d’enseignements (primaire, secondaire général, enseignement et formation techniques et professionnels, l’enseignement supérieur) et toutes disciplines (autant l’éducation physique et sportive que les autres disciplines académiques).

Romuald Bodin, 2018, L’institution du handicap (Esquisse pour une théorie sociologique du handicap), Paris, La Dispute

3Qu’est-ce que le handicap ? Ce livre montre qu’il ne s’agit pas d’une réalité médicale, mais d’un phénomène social, qui peut faire référence à des singularités biologiques, mais dépend avant tout de la logique sociale de nos institutions. À partir de l’analyse de statistiques concernant la santé et le handicap ainsi que de nombreux entretiens biographiques, l’auteur met en évidence que ce qui fait qu’une personne est considérée ou non comme handicapée renvoie au fonctionnement des grandes institutions sociales – famille, école, travail, espace public… Il explique aussi comment le statut administratif de personne handicapée tend à imposer une modification des parcours, des comportements et des identités. Cette nouvelle conception du handicap, qui met en relief sa construction étatique et législative, permet d’aborder différemment aussi bien l’expérience des personnes dites handicapées que les politiques de santé publique et d’action sociale.

Sylvain Broccolichi, Christophe Joigneaux et Stéphan Mierzejewski (dir.), 2017, Le Parcours du débutant. Enquêtes sur les premières années d’enseignement à l’école primaire, Arras, Artois Presses Université

4Une école plus juste et bienveillante, une efficacité et des satisfactions professionnelles croissantes, les professeurs des écoles (PE) débutants veulent y croire. Pourquoi sont-ils sujets à tant de désillusions ultérieures ? Qu’est-ce qui peut les en prémunir ? Pour le savoir, une série de suivis croisant observations, entretiens et questionnaires à grande échelle ont été réalisés depuis 2010. Les résultats mettent en lumière les épreuves qui minent de manière récurrente les parcours et les aspirations initiales des PE débutants. Au regard des missions qui leur incombent, leur formation initiale s’avère notamment très insuffisante (y compris après la création des ESPE). Leur souci de se perfectionner se heurte, en outre, à la précarité des premiers postes, mais aussi aux manques chroniques de temps et de formation continue des PE en France. Sans concession, cette plongée aux sources du malaise enseignant débouche toutefois sur des pistes d’évolutions possibles. Par-delà les conditions d’un apprentissage plus satisfaisant du métier de PE, ce sont alors les conditions d’une plus réelle promotion des visées égalitaires et émancipatrices de l’école primaire qui se font jour.

Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), 2017, Les recherches partenariales et collaboratives, Rennes, Presses universitaires de Rennes

5Que sont les recherches partenariales et collaboratives ? Différant du mode majoritaire de recherche académique ou universitaire, ce type de recherches se fonde sur des coopérations entre acteurs hétérogènes, qui sont sources de co-construction de recherche et de co-production de connaissances. En France, le terme de « recherche collaborative » est utilisé, alors qu’au Québec, celui de « recherche partenariale » est privilégié. Pour l’essentiel, il s’agit de recherches associant, d’une part, les chercheurs universitaires dont la recherche est l’activité professionnelle et, d’autre part, des acteurs d’autres milieux professionnels, associatifs ou de la société civile, c’est-à-dire des acteurs en dehors des sphères universitaires ou apparentées. Cet ouvrage explore et approfondit ce champ de pratiques qualifié ici de « recherche partenariale et collaborative ». Ces recherches partenariales et collaboratives ne s’accompagnent pas toujours d’une volonté d’action transformatrice (comme c’est par contre explicitement le cas dans la recherche-action ou la recherche-intervention) et peuvent avoir avant tout une visée cognitive et épistémique. L’ouvrage permet d’approfondir et de systématiser ces pratiques de recherche en les inscrivant dans les approches de recherche actuelles. Il offre des clés de compréhension et d’analyses essentielles pour prendre la mesure des intérêts et des enjeux, notamment scientifiques et sociaux, de ces recherches partenariales et collaboratives devenues ici un objet de recherche. L’ouvrage repose sur des collaborations internationales de longue durée, menées entre une vingtaine de chercheurs français, québécois et suisses issus de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales.

Mathias Millet et Jean-Claude Croizet, 2016, L’école des incapables ? La maternelle, un apprentissage de la domination, Paris, La Dispute

6Comment l’école interprète-t-elle les facilités et les difficultés d’apprentissage des élèves ? Comment cette interprétation influence-t-elle leur scolarité, et l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes ? Les résultats de l’enquête – menée pendant plusieurs années dans des écoles maternelles, pour l’essentiel – présentée dans ce livre permettent de répondre à ces questions. En croisant les regards sociologique et psychosocial, Mathias Millet et Jean-Claude Croizet décortiquent le quotidien des classes et révèlent comment les difficultés cognitives, pourtant nécessaires aux apprentissages, sont transformées en un problème. Ils montrent que ces premiers apprentissages scolaires sont aussi, pour les élèves, une première confrontation aux inégalités. L’étude met en évidence les logiques quotidiennes d’une violence symbolique par laquelle élèves comme enseignants se persuadent que les verdicts scolaires disent la valeur des individus. Elle montre comment ces élèves et ces enseignants développent, dès l’école maternelle, des interprétations qui personnalisent les « échecs » ou les « réussites » et, ce faisant, les détournent des apprentissages. Cet ouvrage contribue ainsi de manière décisive à l’analyse de la manière dont l’école réduit ou augmente les inégalités sociales.

Sophia Stavrou, 2017, L’université au diapason du marché. Une sociologie du changement curriculaire dans les universités françaises, Louvain-la-Neuve, Academia-L’Harmattan, coll. « Thélème »

7La contribution de l’université à la société fait aujourd’hui débat. Face au taux de chômage élevé des diplômés et dans le cadre du projet politique d’une « économie de la connaissance », il lui est demandé de rendre des comptes sur la qualité et l’efficacité de son action. Menée tant par des entités supranationales que par les États, la réforme de l’université emprunte de nouveaux instruments et méthodes pour réviser les programmes et les savoirs, vers un meilleur ajustement aux demandes du marché. Cet ouvrage fait état d’une recherche sur la refonte de l’enseignement universitaire en France. Il discute les enjeux sociaux du processus de réforme, ainsi que ceux de la projection du savoir dans les champs socio-économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 17 | 2018, 261-264.

Référence électronique

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 17 | 2018, mis en ligne le 25 juillet 2018, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cres/3867

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals