Navigation – Plan du site

AccueilLa revueAppel à contributionsAppel à contributions – Numéro th...

Appel à contributions – Numéro thématique n° 23 (2024)

Savoirs pastoraux et agricoles : transmissions et transformations contemporaines

Coordinateurs du numéro 

Nathalie Bonini, anthropologue, MCF, Université de Tours, CITERES/CoST.

Ester Botta, anthropologue, CIRD (Centre International de recherches sur le développement) et Université Julius Nyerere de Kankan (Guinée).

Cristina Figueiredo, anthropologue, MCF sciences de l’éducation, Université Paris Cité, EDA.

Argumentaire

  • 1 Cf. notamment Galaty & Salzman, 1981 ; Dia & Duponnois, 2012 ; Granjou & Mauz, 2012 ; Bonnemaire & (...)
  • 2 Ce programme (Local and indigenous knowledge systems) mis en place à l’aube du XIXe siècle a pour o (...)

Les modes de production agricoles et pastoraux ont connu de profondes transformations principalement marquées par l’industrialisation et l’urbanisation croissantes, l’accroissement démographique, les concurrences d’usage et d’exploitation de la terre, et les crises écologiques. Ces facteurs communs de vulnérabilité se rencontrent selon des temporalités, modalités et intensités différentes dans les pays dits du Nord et du Sud, et engendrent diverses formes d’adaptation. S’agissant du pastoralisme, les chercheurs de diverses disciplines de sciences humaines et des sciences de la terre et de l’environnement ont documenté et expliqué ce qui semble être son déclin inévitable, notamment du fait de l’aliénation continue des zones de pâturages au profit d’activités agricoles, agro-alimentaires, extractives, industrielles, de loisirs ou de protection de la nature, variables selon les régions du monde1. Depuis quelques décennies toutefois, tant sur le plan scientifique que professionnel, on redécouvre les vertus, notamment en termes de sécurité et santé alimentaires et de meilleure durabilité sur le plan environnemental, des agricultures et de l’élevage extensifs. Cette “redécouverte” rappelle celle de nombreux savoirs locaux ou autochtones désormais officiellement reconnus et promus par le programme LINKS2 de l’Unesco qui les documente et en favorise la transmission (Jankowki & Lewandowski, 2017 ; Kleiche-Drey, 2017 ; Unesco, 2020).

Si les savoirs et savoir-faire liés à l’exploitation de la terre et des animaux et leur transmission se sont partout transformés de générations en générations au gré des évènements historiques et des changements environnementaux, économiques et sociaux, ils demeurent fondés sur une connaissance approfondie et de long terme de l’environnement. Cette connaissance du milieu, comme les savoirs techniques eux-mêmes, se transmettent principalement par l’expérience qui en permet l’actualisation et la préservation, mais aussi la construction et l’innovation. La mise en pratique des savoirs et le quotidien partagé avec les milieux écologiques et les animaux favorisent un engagement affectif et corporel de l’individu, comme l’a décrit Julien Blanc à propos des éleveurs du Causse Méjan (2009) et amènent à l’incorporation des manières d’être.

Dans la lignée des travaux anthropologiques et sociologiques sur les savoirs et leur transmission (Delbos & Jorion, 1991 ; Adell-Gombert, 2011), on peut s’interroger sur les déclinaisons des différents savoirs et techniques des agricultures et de l’élevage extensifs dans le monde. Comment, par qui se transmettent-ils et à qui sont-ils destinés ? Quelles mutations les affectent, avec quelles conséquences ? Sont-ils menacés par d’autres formes d’exploitation de la terre (extractive, industrielle, récréative etc.) ? Entrent-ils en concurrence avec d’autres types de savoirs (scientifiques) ou assiste-t-on à des processus d’hybridation entre savoirs locaux et académiques ? Comment s’adaptent-ils à la dégradation de l’environnement naturel et économique ? Les transformations de ces savoirs font-elles émerger de nouvelles catégories d’agriculteurs ou d’agricultrices et d’éleveurs ou d’éleveuses ? Quels changements dans les modes de vie des professionnels engendrent ou découlent (de) ces transformations ?

Les articles de sciences sociales (anthropologie, histoire, géographie, sociologie…) attendus pour ce dossier interrogeront les constructions des savoirs et des savoir-faire des éleveurs/éleveuses et des agriculteurs/agricultrices, leurs modalités et variété dans les différentes régions du monde, leurs dynamiques au fil du temps et, enfin, les modes de leur transmission (formelle et informelle) et de leur réception. Trois axes que les autrices de cet appel à contribution pensent privilégier mais qui ne sont pas limitatifs permettent d’orienter les contributions.

1. Les relations entre savoirs de l’expérience et savoirs académiques

  • 3 On peut également ici citer l’ouvrage coordonné par Caroline Dyer et Saverio Krätli, qui analyse le (...)

Comme on l’a noté, l’acquisition des savoirs et savoir-faire techniques liés à l’agriculture et à l’élevage extensifs est indissociable de leur pratique dans un environnement particulier qu’il est impératif de maîtriser (Roturier & Roué, 2015) ; les connaissances et compétences requises sont alors le fruit d’une expérience sur le long terme que complète un enseignement explicite, généralement transmis par les aînés et professionnels plus expérimentés (Borde-Salmona, 1986 ; Bonini, 2011). Il reste que, comme pour d’autres savoirs techniques et spécialisés qui s’acquièrent « en faisant », l’explicitation formelle occupe souvent une place mineure dans la transmission ; elle est même parfois volontairement limitée afin de laisser l’apprenti s’approprier activement les savoirs par la pratique, condition nécessaire de leur incorporation. Mais l’agriculture et l’élevage s’enseignent également dans des espaces d’apprentissage formels, écoles ou instituts de formation généralement organisés et contrôlés par des institutions ou organismes officiels, conférant aux savoirs transmis une valeur nationale et exportable (Delbos, 1983 ; Biget, 2005 ; Strupiekowski, 2013). En 2016, un numéro thématique de cette même revue portant sur les savoirs autochtones abordait leurs rapports à l’institution scolaire et l’hybridation que la rencontre entre savoirs académiques et savoirs locaux produit (Salaün & Baronnet, 2016)3. Les articles qui s’inscrivent dans cet axe pourront rendre compte des différentes manières d’enseigner l’élevage et l’agriculture dans des institutions formelles et analyser la façon dont l’enseignement technique académique, donc décontextualisé, intègre ou non les savoirs dits locaux sur la terre et le vivant. Ils interrogeront de ce fait la mise en présence de savoirs d’origines diverses, les processus de reconnaissance, confrontation ou d’hybridation que leur apprentissage, via la forme scolaire au sens large, produit (Jankowski & Lewandowski, 2017 ; Thomas, 2018). Ces espaces formels de formation adoptent également des savoirs propres à la sphère du développement, soit le plus souvent des savoirs exogènes, que l’on considère comme généralisables et applicables à des situations agricoles et pastorales locales pourtant très diverses (Boutrais, 1999 ; Dia & Duponnois, 2012). Inversement, ces formations peuvent également mobiliser certains savoirs techniques et pratiques locaux désormais réhabilités (Jankowski & Le Marec, 2014). Au-delà des savoirs, les articles pourront s’intéresser aux différents protagonistes de cette transmission et analyser les transformations de leurs rapports comme, par exemple, dans la situation d’apprentissage. La relation maître/élève inhérente à l’école perturbe-t-elle les processus d’apprentissage dits traditionnels (soit familiaux ou communautaires) de ces savoirs et savoir-faire (Dyer & Krätli, 2009) ? Comme Geneviève Delbos (1983) l’a montré à propos des paludiers de Guérande, différents types de savoirs et savoir-faire sont mobilisés par les aînés, maîtrisant leur marais par l’expérience et la perception sensorielle, et les élèves sortis des écoles professionnelles qui en connaissent les propriétés physiques et se servent d’outils spécifiques que ceux qui sont « nés dans le marais » délaissent voire dédaignent. On assiste ainsi parfois à une concurrence des savoirs (académiques et locaux) et parfois à une réelle confrontation lorsqu’ils s’opposent (Delbos, 1983 ; Delbos & Jorion, 1991 ; David, 2019). De même, la place de l’innovation face à la conservation est susceptible d’évoluer du fait du mode d’apprentissage et de transmission de ces savoirs. Cette concurrence se prolonge dans les relations sociales, notamment dans la sphère du pouvoir, étroitement liée à celle de la connaissance. Ainsi les rapports d’autorité peuvent-ils se tendre et/ou se transformer entre les professionnels d’origine diverses, les anciens et les plus jeunes, ceux qui se placent en experts scientifiques et les détenteurs de savoirs incorporés par une longue expérience et une transmission intergénérationnelle. Par la valorisation de savoirs et de compétences nouvelles, ces transformations contribuent à modifier les hiérarchies existantes (maître/apprentis, aînés/cadets, hommes/femmes, intellectuel/manuel etc.). Comme on peut le voir en Guinée, les écoles professionnelles se donnent parfois pour objectif de créer de nouvelles figures d’entrepreneurs agricoles, capables d’allier le statut d’intellectuel à celui de paysan (Botta Somparé et al., 2021).

2. Les transformations au prisme des dimensions hiérarchiques entre hommes et femmes et ainés/cadets

Quelle est la place des femmes dans la transmission des savoirs pastoraux et agricoles et comment les diverses transformations sociales, économiques, climatiques influent sur leur rôle dans cette transmission des savoirs ? L’idée est, à travers des descriptions ethnographiques, de montrer comment la construction sexuée des savoirs et techniques s’adapte aux aléas écologiques, démographiques et politiques. Chez les Maasai, par exemple, la scolarisation des garçons engendre une participation plus importante des filles et des jeunes femmes dans la garde du troupeau (Bonini, 2011). En Mongolie, le départ des femmes vers les lieux de scolarisation des enfants vide les maisons rurales livrées aux hommes (Ahearn, 2018). Ici on peut interroger de quelle manière cela modifie les attributions genrées des compétences techniques et des symbolismes qui les accompagnent. De quelle manière ces « nouveaux » rôles féminins et masculins interviennent tant dans la circulation des savoirs que dans ce que Françoise Héritier a appelé « la valence différentielle des sexes ». Chez d’autres nomades, les Touaregs, une grande partie de la population masculine s’est exilée pour fuir les violentes répressions postcoloniales, pour travailler ailleurs lorsque les sécheresses ont décimé les troupeaux et aussi pour rejoindre des mouvements armés. Les femmes ont dû se charger de l’ensemble des tâches habituellement réparties entre hommes et femmes (Claudot-Hawad, 1989 ;Spittler, 1993). Dans ces sociétés d’éleveurs-nomades, la fluidité des rôles masculins et féminins s’observe finalement à travers la description de ces nouveaux contextes. Cela signifie qu’aussi bien les femmes que les hommes sont compétents dans les rôles qui normalement appartiennent à l’autre sexe. Il ne s’agit pas d’un apprentissage mais d’une mise en pratique de savoirs répartis de façon sexuée. Il y a donc une représentation sociale et symbolique de l’économie pastorale d’un côté, et une réalité qui s’adapte aux évènements de l’autre. Cela interroge la place de la hiérarchie des sexes mais aussi des âges. Plusieurs questions se posent : cette adaptabilité des savoirs techniques, et de ce qu’ils véhiculent comme représentations, est-elle possible dans tous les milieux ? Par exemple, dans le cadre de la transmission du savoir-faire agricole, des savoirs liés à certaines filières, comme l’igname dans quelques villages de la Haute Guinée, jouent un rôle important dans la construction de l’identité. On n’est pas un vrai natif de la région, intégré dans sa communauté sans la maîtrise de certaines techniques agricoles réservées aux hommes adultes et gardées jalousement au sein du village. La migration saisonnière des hommes dans certaines régions permet aux femmes d’avoir accès et de transmettre des savoirs dont elles sont traditionnellement exclues (Botta Somparé et al., 2021). Quels impacts les transformations des savoirs agricoles, et de leur transmission, comme dans l’exemple des savoirs pastoraux, ont sur les relations hommes/femmes et aussi aînés/cadets ? Des textes sont attendus sur les transmissions explicites et implicites des savoirs et des techniques de la terre et du vivant en mettant l’accent sur la place du genre et des transformations dans la hiérarchie des sexes et des âges. 

3. Les savoirs agro-pastoraux face aux changements environnementaux et socio-économiques

Les articles qui s’inscriront dans cet axe interrogeront la manière dont les savoirs agro-pastoraux et leurs modalités de transmission se transforment pour faire face aux changements climatiques et environnementaux (Compagnone et al. 2018 ; Axelsson-Linkowski et al. 2020). Nous sommes intéressés par la manière dont les agriculteurs et les éleveurs perçoivent le changement climatique et leurs possibilités d’agir pour l’atténuer, en appliquant et en transmettant des « pratiques vertueuses » (Thareau et al., 2014). Des savoirs considérés comme obsolètes peuvent ainsi être redécouverts à la faveur des contraintes induites par le changement climatique et, ce qui n’est pas sans lien, les nouvelles représentations du rapport à la terre et au vivant. Au-delà du changement climatique, dans quelles mesures les éleveurs et les agriculteurs sont-ils sensibles à la transmission des enjeux liés au développement durable et à la biodiversité ? Les pratiques qu’ils adoptent et transmettent peuvent aller de l’agriculture biologique à des méthodes d’élevage soucieuses du « bien-être animal » (Porcher, 2014) et la sensibilité aux enjeux écologiques peut devenir un critère important de l’identité professionnelle et être utilisée pour défendre les intérêts d’associations de paysans ou d’éleveurs. Les associations et plateformes de pasteurs sont un exemple dans ce sens. Le pastoralisme, longtemps considéré comme un mode de production peu viable à l’ère de la mondialisation, est devenu pour certains décideurs une porte de sortie possible pour faire face au dérèglement climatique et préserver la biodiversité (Mapinduzi et al., 2003).

Nous l’avons dit, les populations rurales exploitent des territoires qui peuvent être menacés par l’urbanisation, convoités par l’exploitation minière industrielle ou artisanale ou protégés par la création de parcs nationaux (Roué et al., 2003 ; Blanc, 2009 ; Bonnemaire & Jest, 2013). Ces autres usages du milieu naturel peuvent se traduire par des conflits classiques, comme celui entre éleveurs et agriculteurs, par des mouvements de résistance ou par une renonciation et un abandon des métiers et des savoirs agro-pastoraux, que des auteurs anglo-saxons décrivent sous le nom de « deagrarianization » (Bryceson, 2009 ; Murray-Li, 2009). Chez les éleveurs peuls de la Guinée Maritime, par exemple, les familles ne renoncent pas au pastoralisme, mais diversifient les trajectoires des enfants pour que certains d’entre eux apprennent des métiers techniques leur permettant d’ouvrir des ateliers ou de travailler au sein des entreprises minières (Botta Somparé, 2015). Au contraire, des initiatives relevant de la RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) peuvent encourager des projets de développement dans le secteur agro-pastoral pour répondre à la pénurie d’emplois, créer des alternatives à l’orpaillage ou assurer aux populations des zones minières un revenu lorsque l’exploitation sera terminée.

Il s’agit donc dans cet axe, de s’intéresser à la manière dont les savoirs agricoles et pastoraux et leur transmission sont transformés (rendus obsolètes, altérés, remis sur le devant de la scène...) par le changement climatique et les divers usages de la terre.

Calendrier

En utilisant le formulaire joint à l'appel, les propositions de résumé devront parvenir au plus tard le 25 novembre 2022, simultanément auprès des coordonnateurs du dossier et des co-rédacteurs en chef de la revue.

Pierre Guidipierre.guidi@ird.fr

Etienne Gérard, etienne.gerard@ird.fr

Anne-Claudine Oller, anne-claudine.oller-naudet@upec.fr

Nathalie Bonini, nathalie.bonini@univ-tours.fr

Ester Botta, ester.botta@yahoo.it

Cristina Figueiredo, cristina.figueiredo@u-paris.fr

Les premières versions des articles seront attendues le 1 mars 2023.

Les propositions, qui peuvent relever de toute discipline de sciences sociales, peuvent être rédigées en anglais et en français. Le dossier prendra place dans le n°23 des Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, dont la parution est prévue au printemps 2024.

Le comité de rédaction profite de cet appel à contribution pour rappeler que la revue comporte également une rubrique "Hors-thème" pour laquelle vous pouvez soumettre des articles portant sur l’éducation et les savoirs.

Bibliographie

Axelsson-Linkowski Weronika, Fjellström Anna-Maria, Sandström Camilla, Westin Anna, Östlund Lars & Moen Jon, 2020, « Shifting Strategies between Generations in Sami Reindeer Husbandry: the Challenges of Maintaining Traditions while Adapting to a Changing Context », Human Ecology, n° 48, 481–490, https://doi.org/10.1007/s10745-020-00171-3

Adell-Gombert Nicolas, 2011, Anthropologie des savoirs, Paris Armand Colin

Ahearn Arielle, 2017, Winters without women: social change, split households and gendered labour in rural Mongolia”, Gender, Place and Culture, Vol. 3, n°25, 399-415. https://doi.org/10.1080/0966369X.2018.1443910

Biget Denis, 2005, « Des écoles de pêche aux lycées maritimes et aquacoles » Techniques &Culture,Revue semestrielle d’anthropologie des techniques n°45« Apprendre la mer ».

Blanc Julien, 2009, « Savoirs relationnels et « engagement » avec le vivant : Les dimensions oubliées du métier d’éleveur ? », Natures Sciences Sociétés,Vol. 17, 29-39

Bonini Nathalie, 2011, « Le développement de la scolarisation secondaire en Tanzanie et la scolarisation des Maasai », Autrepart, Vol.3, n°59, 57-74.

Bonnemaire Joseph & Jest Corneille, 2013, « Introduction », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines [En ligne], n°43-44,Le pastoralisme en Haute-Asie : la raison nomade dans l’étau des modernisations, https://doi.org/10.4000/emscat.1995

Bryceson Deborah Fahy, 2009, “Sub-Saharan Africa's Vanishing Peasantries and the Specter of a Global Food Crisis.” MonthlyReview 61 : 48-62.

Botta Somparé Ester, 2015, Education familiale et scolaire dans une société pastorale guinéenne. Paris, L’Harmattan.

BottaSomparé Ester, Engeler Michelle,&SomparéAbdoulayeWotem, 2021, "Migchoice, country report : Guinea" University of Birmingham 

Borde-Salmona Michèle, 1986. L’éducation non formelle chez les enfants éleveurs français », Production pastorale et société, n°18, 149-167.

Bourbouze Alain, 2018, « Les grandes transformations du pastoralisme méditerranéen et l'émergence de nouveauxmodes de production », Watch Letter n°39 - January 2018.

Boutrais Jean, 1999, « Les savoirs pastoraux des Mbororo de l’Adamaoua : évolution et rapports au développement » in Holtedahl, Gemard, Njeuma et Boutrais (eds) Le pouvoir du savoir, de l’Artique aux tropiques, Paris, Karthala.

Claudot-Hawad Hélène, 1989, « Femmes touarègues et pouvoir politique », Peuples méditerranéens,n°48-49, 69-79.

Compagnone Claude, Lamine Claire & Dupré Lucie, 2018, « La production et la circulation des connaissances en agriculture interrogées par l’agro-écologie de l’ancien et du nouveau », S.A.C. Revue d'anthropologie des connaissances, Vol. 12, n°2, 111-138

David Marie, 2019, « Transition agroécologique et transmission de savoirs professionnels », Revue des sciences sociales, n°62, 32-41, https://doi.org/10.4000/revss.4154

Dia Abdoulaye & Duponnois Robin, 2012, La Grande Muraille Verte : Capitalisation des recherches et valorisation des savoirs locaux [en ligne]. Marseille : IRD Éditions, https://doi.org/10.4000/books.irdeditions.3335

Delbos Geneviève, 1983, « Savoir du sel, sel des savoirs », Terrain, Les savoirs naturalistes populaires, 11-22, https://doi.org/10.4000/terrain.2781

Delbos Geneviève &Jorion Paul, 1991, La Transmission des savoirs, Maison des sciences de l'homme, Coll. Ethnologie de la France,

Dupré Lucie, Lasseur Jacques & Poccard-Chapuis René, 2015, « Faire pâturer, Faire société, durablement. Éleveurs et élevages, entre inscription territoriale et changements globaux », Techniques & Culture Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, n° 63 « Pâturages ».

Dyer Caroline & Krätli Saverio, 2009,MobilePatoralists and Education. Strategic Options, Education for Nomads Working Paper 1, IIED, London

Galaty John G & Salzman Phlip C., 1981, Change and Development in Nomadic and Pastoral Societies, International Studies in Sociology and Social Anthropology, Vol 33

Garde Laurent, Dimanche Marc & Lasseur Jacques, 2014, « Espaces et acteurs pastoraux : entre pastoralisme(s) et pastoralité(s). Permanence et mutations de l’élevage pastoral dans les Alpes du Sud », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, Vol.2, n°102

Granjou Céline & Mauz Isabelle, 2012, « Des espaces frontières d’expérimentation entre pastoralisme et protection de la nature », Natures Sciences Sociétés, n°3 Vol. 20, 310-317

Jankowski Frédérique & Lewandowski Sophie, 2017, « Circulation des savoirs et espaces d’apprentissage au Sud »,Autrepart, Vol.2 n° 82, Presses de Sciences Po

Jankowski Frédérique & Le Marec Joëlle, 2014, « Légitimation des savoirs environnementaux dans un programme de recherche participative au Sénégal », Natures Sciences Sociétés n°1, Vol. 22, 15-22

Kleiche-Dray Mina, 2017, « Les savoirs autochtones au service du développement durable », Autrepart Savoirs autochtones et développement, Vol.1, n° 81, 3-20

Mapinduzi Arnold L., Oba Gufu, Robert Weladji B. & Colman Jonathan E., 2003, « Use of indigenous ecological knowledge of the Maasai pastoralists for assessing rangeland biodiversity in Tanzania », African Journal of Ecology, n°41, 329-336

Murray Li, Tania, 2009. “Exit from agriculture: a step forward or a step backward for the rural poor?”, The Journal of Peasant Studies, n°36, Vol.3, 629-636,

Porcher Jocelyne. 2004. Bien- être animal et travail en élevage. Paris, INRA 

Roué Marie, 2012, « Histoire et épistémologie des savoirs locaux et autochtones. De la tradition à la mode » Revue d’ethnoécologie n°1, Numéro inaugural

Roué Marie, Blanc Julien, Dumez, R., Gueorguieva D., 2003,Enjeuxautour de la cogestion dans le Parc national des Cévennes :savoirs et pratiques locaux, scientifiques et gestionnaires. Rapport final, Ministère de l’Écologie et du Développement durable, Programme Espaces protégés, volet Sciences sociales, Paris.

Roturier Samuel & Roué Marie, 2015, « Le Pâturage, C’est toute une science ! Savoirs écologiques sur la neige et représentation samie du pâturage », Techniques & Culture Revue semestrielle d’anthropologie des techniques, n° 63 « Pâturages »

Salaün Marie &Baronnet Bruno, 2016,Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, n°15, « Éducations autochtones contemporaines : enjeux et jeux d’échelle.

Strupiekowski Katia, 2013, « L'enseignement agricole face aux défis de l’agriculture à l’horizon 2025 : quatre scénarios de l'ONEA », POUR, GREP, Vol.3, n° 219, 5 : 13

Spittler Gerd, 1993,Les Touaregs face aux sécheresses et aux famines. Les Kel Ewey de l’Aïr (Niger), Paris: Karthala.

Thareau Bertille, Fabry Mathilde & Robin Arnaud, 2014,“Lutter contre le changement climatique ou pour son identité professionnelle? VertigO, Vol.3, n°14

Thomas Jessica, 2018, « Reconnaissance politique des savoirs professionnels. Expérimentation, légitimation, réflexivité et organisation d’un groupe d’agriculteurs autour des connaissances professionnelles », S.A.C. Revue d'anthropologie des connaissances, Vol. 12, n° 2, 229-257.

Unesco, 2020, Réunion d'experts sur les savoirs autochtones et les changements climatiques en Afrique, Nairobi, Kenya, le 27/28 juin 2018, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000374999_fre.locale=fr

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Galaty & Salzman, 1981 ; Dia & Duponnois, 2012 ; Granjou & Mauz, 2012 ; Bonnemaire & Jest, 2013 ; Garde, Dimanche & Lasseur, 2014 ; Dupré, Lasseur & Poccard-Chapuis, 2015 ; Ohayon, 2017 ; Bourbouze, 2018 ; Axelsson-Linkowski et al. 2020.

2 Ce programme (Local and indigenous knowledge systems) mis en place à l’aube du XIXe siècle a pour objectifs la reconnaissance, connaissance et valorisation des savoirs locaux et autochtones. https://fr.unesco.org/links

3 On peut également ici citer l’ouvrage coordonné par Caroline Dyer et Saverio Krätli, qui analyse les différentes manifestations et conséquences de la scolarisation des enfants de pasteurs nomades.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search