Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Dossier. Privatisations et ségrég...Introduction. Éducation, privatis...

Dossier. Privatisations et ségrégations de l'éducation. Perspectives internationales

Introduction. Éducation, privatisation, ségrégation : regards croisés Nord/Sud. De l’importance de la dimension spatiale des dynamiques éducatives

David Giband, Kévin Mary et Nora Nafaa
p. 7-20

Texte intégral

1L’intérêt récent des géographes pour l’éducation s’inscrit dans un renouvellement fort d’une partie de la discipline suite notamment aux travaux de la géographie radicale (Harvey, 2005). La géographie, en tant que science sociale du territoire (Di Méo & Buléon, 2005), a été traditionnellement peu encline à traiter des questions relatives à l’éducation (Butler & Hamnett, 2007 ; Jahnke et alii, 2019 ; Bonini & Lange, 2016 ; Holloway & Jönes, 2012), alors même que celle-ci constitue une question hautement spatiale. En effet, qu’elle s’intéresse à la territorialité des acteurs de l’éducation, aux formes de ségrégations socio­spatiales engendrées par les politiques publiques éducatives ou, plus généralement, aux dimensions spatiales de la néolibéralisation de l’éducation, la géographie a connu ces dernières années un renouvellement important lui permettant d’enrichir le champ des recherches en éducation. Depuis le début des années 2000, un tournant critique a ainsi été opéré par nombre de géographes invitant à renouveler approches, cadres théoriques et épistémiques, et objets de recherche. Parmi ceux-ci, l’éducation s’est progressivement affirmée comme une entrée essentielle pour comprendre les changements sociospatiaux observés tant à l’échelle globale que locale (Basu, 2010), au Nord comme au Sud, ou, pour paraphraser certains géographes radicaux, dans le global North autant que dans le global South. On l’aura compris, la question qui constitue le fil directeur de ce numéro spécial, a à voir avec la mondialisation ou, pour reprendre l’expression anglo-saxonne, la « globalisation » de l’éducation. D’un point de vue géographique, cette dernière ne décrit pas des mécanismes homogènes de diffusion spatiale de l’éducation comme un bien public réparti de façon équitable en fonction de critères visant à promouvoir le développement social, économique et culturel des individus. Elle désigne bien davantage les formes spatiales, les processus politiques, sociaux et économiques qui président à la néolibéralisation de l’éducation à l’échelle mondiale. L’éducation — en tout cas les modèles et les référentiels éducatifs d’inspiration néolibérale qui se déploient à l’échelle planétaire — est, sans conteste, un phénomène global dont les modalités de déploiement (et l’on serait tenté de rajouter la rapidité) tiennent à des facteurs autant économiques, politiques que géographiques. Si l’on cherche à définir le néolibéralisme, celui-ci se définit en deux temps (Hackworth, 2007). Il sagit dabord dune idéologie transmise par un ensemble de discours et une rhétorique présente dans lensemble de la vie sociale. Il recouvre ensuite une série de réformes aux échelles locales et nationales qui visent à accentuer la privatisation des services publics, la dérégulation des normes ainsi que la délégation des compétences de lÉtat auprès dun panel dopérateurs privés.

2Ce qui nous intéresse donc ici concerne moins la privatisation stricto sensu de l’éducation, mais bien davantage les formes, les processus et les acteurs de privatisations plus ou moins inédites que la néolibéralisation de l’éducation induit depuis plus d’une décennie. Ce propos n’est pas complètement neuf. La littérature existante est riche en travaux sur la privatisation, mais peu l’envisagent toutefois dans le cadre d’une néolibéralisation fortement globalisée, interrogeant de surcroît les liens entre privatisations et ségrégations dans une perspective croisée Nord/Sud.

  • 1 Et ce, bien qu’une majorité des articles traitent de cas d’étude au Nord. Malgré notre volonté in (...)

3Par cette thématique générale (voire globale) des formes de privatisation, ce numéro reprend en partie les questionnements posés (ceux liés aux nouvelles figures de l’entrepreneuriat en éducation) par Suzie Guth et Éric Lanoue sur les “Espaces publics et privés d’éducation” dans un numéro spécial des Cahiers de la recherche sur l’enseignement et les savoirs, paru en 2004, en les confrontant aux changements récents. Il s’en démarque cependant en posant un cadre d’analyse plus large, dans lequel le dialogue entre des processus observés à la fois au Nord et au Sud figure au cœur de la problématique du numéro1.

4L’objectif de ce numéro consiste à focaliser l’attention sur les processus de privatisation de l’éducation, primaire, secondaire et/ou supérieure, afin d’observer les formes qu’ils prennent, d’analyser la rhétorique et les représentations portées, d’identifier les acteurs et les effets spatiaux produits ou produisant cette privatisation. La perspective se veut ici interdisciplinaire (sociologie de l’éducation, histoire, géographie), en permettant d’embrasser les dynamiques liées aux systèmes scolaires de manière englobante. La volonté d’apporter des regards croisés entre le Nord et le Sud soutient en outre l’idée d’une globalisation de ces tendances et processus, tout en montrant qu’ils peuvent varier en fonction des différents contextes nationaux.

5Trois entrées principales structurent ce numéro. D’abord, la place des « nouveaux entrepreneurs de l’éducation » amène à questionner les acteurs de ces marchés : qui sont les acteurs qui s’investissent dans le secteur privé de l’éducation ? À quels groupes sociaux appartiennent-ils ? De quelles manières tirent-ils profit ou non de ce processus ? La présence de ces acteurs et le cadre dans lequel ils interviennent permettent ainsi de repenser la place et le rôle de l’État, tout comme de questionner les rapports entre systèmes politiques et systèmes scolaires (Diarra & Lange, 1999). Ensuite, les formes de ségrégation engendrées par la privatisation interrogent les spatialités de ces marchés et la reproduction ou le renouvellement des inégalités sociospatiales liées à l’éducation. Les dimensions spatiales de tels processus méritent d’être réinterrogées à l’aune d’une comparaison entre Nord et Sud. Les formes de gentrification, par exemple, observées dans certaines villes du Nord s’appliquent-elles aujourd’hui dans les Suds ? Quels sont les enjeux liés à l’accès à l’éducation, et la place prise par les écoles privées, dans les espaces ruraux peu ou non desservis par lécole publique ? Les dynamiques à lœuvre, si elles existent, savèrent-elles similaires ou comparables ? De la même manière, quelles influences peuvent avoir les écoles ou les établissements denseignement supérieur sur les formes de la ségrégation ? Enfin, lapproche par lenquête de terrain privilégiée sous différentes formes dans les différents articles de ce numéro a permis de questionner les rhétoriques et les discours. La privatisation de léducation passe par une évidente et importante mise en discours visant à légitimer les réformes à lœuvre tout autant quà se diffuser au sein de lappareil et des acteurs de léducation (gestionnaires, enseignants, parents, associations, syndicats, etc.). Comment sopère cette infusion du discours néolibéral ? Comment les acteurs intègrent, résistent et sadaptent-ils à ce contexte ? Autant de questionnements auxquels les articles rassemblés ici tentent de répondre, dans des contextes et des temporalités divers, mais, nous lespérons, complémentaires.

Derrière la(es) privatisation(s), la néolibéralisation de l’éducation

6L’opposition entre école publique et école privée n’est pas nouvelle. Le débat sur la privatisation de la première non plus (Vinokur, 2004). Ce processus a été discuté dans de nombreux contextes nationaux, dans un premier temps dans les pays du « Nord », comme le rapporte l’OCDE (2015), mais apparaît également comme une tendance aujourd’hui globale, développée progressivement dans les pays dits du « Sud » (Mc Pherson et alii, 2014). Néanmoins, la définition de la privatisation de l’éducation ne fait pas l’unanimité, car le processus adopte des formes multiples et connaît des variations selon les contextes nationaux, qui mènent à des formes d’hybridation de l’éducation (Ball, 2009 ; Vinokur, 2004). Mondialisation oblige, la privatisation ne se limite plus à un phénomène socialement marqué par l’élitisme et la recherche d’un entre-soi éducatif. Elle désigne désormais un processus complexe aux dimensions multiples affectant aussi la gestion, l’organisation de la scolarité au sein des espaces nationaux et locaux, ainsi que la fourniture de toute une panoplie de services éducatifs et périéducatifs par une myriade d’acteurs (Walford, 2013). L’analyse des processus protéiformes de privatisation de l’éducation fait ressortir un certain brouillage. Ainsi se mêlent à la fois ce qui relève de formes anciennes et héritées de privatisation (écoles privées anciennement établies qui conquièrent de nouveaux marchés dans de nouveaux espaces), de privatisations inédites d’écoles publiques placées sous gestion d’entreprises privées (le modèle des charter schools aux États-Unis par exemple), ou plus simplement de l’adoption quasi généralisée au sein des systèmes publics d’éducation de normes gestionnaires et entrepreneuriales issues du secteur privé. Cette (voire ces) privatisation(s) passe(nt) tout à la fois par celle de services scolaires publics (restauration, soutien et ramassage scolaires), progressivement externalisés, mais également par la montée d’un secteur privé de l’éducation et l’étonnante diversification de l’offre éducative privée (dans le primaire, le secondaire et le supérieur), dont les pédagogies alternatives peuvent être le fer de lance (Wagnon, 2018). La globalisation des normes éducatives (évaluation quasi permanente des élèves, des enseignants et des établissements), et plus largement la néolibéralisation de la gestion des institutions publiques, encouragent ce processus qui mène à la création de nouvelles formes d’écoles et de nouvelles dynamiques sociales (tendance à la hausse des inégalités entre établissements) et spatiales (élargissement des bassins de recrutement des élèves dans le secondaire, circulation accrue des étudiants et des enseignants dans le supérieur, etc.) liées à la création de marchés scolaires de plus en plus compétitifs (Félouzis et alii, 2013).

  • 2 On pense ici particulièrement aux réformes — notamment éducatives — mises en place dès les années (...)

7Les auteurs de ce numéro sont unanimes, le déploiement de formes plus ou moins inédites de privatisation de l’éducation se fait d’abord par l’action de l’État, que cela se fasse via l’État lui-même ou par des négociations entre les États et les institutions internationales2. La restructuration des systèmes éducatifs nationaux et locaux, à l’image d’autres secteurs, au Nord comme au Sud, ne reflète pas mécaniquement un affaiblissement de l’État, mais accompagne souvent au contraire des politiques publiques réformatrices conduisant l’État, non pas à se retirer de l’éducation, mais à accompagner, voire à encourager, les processus de changement en cours (Hibou, 1999a). Les écoles — ou les établissements scolaires pour le dire autrement — en tant qu’institutions publiques constituent désormais une part importante des projets de réorganisation néolibérale des États. De l’école primaire à l’université, l’introduction de normes et de mécanismes issus du new public management — ou nouvelle gestion publique —, associés à des politiques éducatives valorisant la décentralisation (voire l’individualisation) de l’éducation, situe celle-ci dans un champ entrepreneurial. Ce dernier, au gré des contextes locaux, se décline dans toute une série d’outils, de normes et d’injonctions affectant aussi bien la « gouvernance » éducative, l’acte enseignant, les pratiques professionnelles et parentales. Dans ce processus de privatisation protéiforme, les acteurs (individuels ou collectifs) jouent un rôle central. Comme Verger et alii l’ont noté, la privatisation est « défendue par un large éventail d’acteurs, des groupes d’intérêts locaux aux organisations internationales et aux fondations privées, y compris parfois “d’étranges compagnons de lit” (acteurs avec des intérêts divergents comme les minorités ethniques avec des groupes conservateurs) » (2016 : 3).

8À lévidence, léducation est au cœur du projet néolibéral (McCreary et alii, 2013). Ce dernier désigne une vaste famille de réformes et de discours qui ont pour objet l’expansion des marchés, dont celui de l’éducation. Il se différencie du capitalisme classique (en tant que processus d’accumulation par l’exploitation du salariat), au travers d’un processus d’accumulation par dépossession, processus coercitif extra-économique étendant le capitalisme à des espaces et à des groupes sociaux non capitalistes, ici le monde de l’éducation (Mercille, Murphy, 2017). Comme l’a relevé Ranu Basu : « Ces processus sont le plus souvent normalisés via un discours néolibéral et s’enracinent lentement dans le système éducatif général » (Basu, 2004). Si le recours au secteur privé de l’éducation peut parfois s’opérer en l’absence d’offre publique, dans de nombreux cas en revanche, il résulte de la banalisation du libre choix scolaire, la réduction des services scolaires et périscolaires, la marchandisation de l’éducation, la valorisation de l’entrepreneuriat éducatif, la responsabilisation croissante des acteurs (élèves, parents, enseignants, etc.) et l’introduction de normes gestionnaires selon un système d’évaluation/punition dessinant des paysages éducatifs de plus en plus morcelés, disparates et inégalitaires prenant la forme de quasi-marchés. Ainsi, la mise en place de « dispositifs d’évaluation » (Garcia & Montagne, 2011) promeut un modèle entrepreneurial de l’éducation (y compris publique) fondée sur l’adoption de normes d’évaluation, une rhétorique de projets invitant à la construction de partenariat et de « nouveaux modèles éducatifs » et au fondement d’une gestion financière et humaine de plus en plus inégalitaire. Mais ces « nouvelles potentialités » ouvertes par des situations de quasi-marché éducatif peinent à masquer le renouvellement des inégalités et des ségrégations éducatives ainsi que la prégnance de leur inscription spatiale.

9Objets de controverses et d’interprétations diverses (Laval & Dardot, 2009), la néolibéralisation en tant « qu’ensemble de politiques promouvant la primauté du marché, la fluidité du capital et du travail et l’intérêt individuel dans toutes les sphères de la vie économique et politique » (Lipman & Haines, 2007) s’attache, depuis déjà plusieurs décennies, à restructurer en profondeur les systèmes éducatifs au titre de « nouvelles » politiques éducatives. Apparues de façon synchrone dans plusieurs pays (Royaume-Uni, États-Unis, Nouvelle-Zélande) au début des années 2000 dans le cadre des politiques du new public management, ces politiques éducatives déclinées en termes de libre choix scolaire, de responsabilisation, d’efficacité, d’évaluation, de décentralisation entendent élargir le spectre de la privatisation du secteur éducatif public. Comme l’ont souligné Ball et Youdell (2007), les formes de privatisation sont diverses et se partagent entre dynamiques de privatisation endogènes (via l’adoption par le système éducatif public de normes managériales et de logiques entrepreneuriales) et exogènes (via l’ouverture du système éducatif à de nouveaux acteurs).

10L’accélération des processus de privatisation de l’école publique tient pour partie de la globalisation des normes. En Europe, des enquêtes telles que PISA comparent ainsi les systèmes éducatifs et leurs performances. Dans les pays du « Sud global », et malgré des différences entre continents notamment, les bailleurs de fonds internationaux — au premier rang desquels la Banque mondiale — imposent leurs normes dans le champ éducatif avec notamment un centrage sur l’école primaire perçue comme un outil de réduction de la pauvreté (Lewandowski, 2011). Ainsi, ces bailleurs internationaux infiltrent les sphères étatiques qui dépendent de leur financement (Chauveau et alii, 2001) et proposent leurs indicateurs : taux brut de scolarisation, taux d’achèvement du primaire, etc., qui se concentrent finalement et quasi exclusivement sur des critères d’évaluation quantitatifs d’accès à l’éducation (Vinokur, 2005 ; Brilleau, 2003). En retour, l’évaluation et l’établissement de ces normes supranationales, notamment appuyés par la standardisation des tests et des examens dans les écoles, nourrissent ces enquêtes qui, en présentant leurs résultats sous une forme essentiellement comptable, servent d’appui aux réformes du secteur public d’éducation. Celui-ci est appelé à intégrer des normes managériales et comptables issues du monde de l’entreprise. Les systèmes éducatifs publics comme privés sont amenés à produire des formes dites « innovantes » d’éducation afin de répondre à ces attentes et proposer le « meilleur produit scolaire ». La banalisation des politiques du libre choix scolaire témoigne tout autant de la diffusion de nouvelles normes au sein des politiques publiques éducatives que des changements sociaux en cours. S’inscrivant dans un renouvellement du discours sur l’éducation, elles encouragent une pratique consumériste de l’éducation et de ses espaces ainsi que la définition de stratégies parentales et de circuits de scolarisation au principe du renouvellement des inégalités éducatives (Ballet et alii, 1995). Le recours au secteur privé — mais aussi l’adoption de modes de gestion managériale et d’économies d’échelle — participe de l’idée que celui-ci est beaucoup plus efficace, car tenu par des exigences de résultats, mais aussi par le postulat que le marché saura se réguler par lui-même. Un processus de privatisation d’écoles publiques s’accompagne d’une banalisation de formes hybrides de gestion et de régulation de l’offre éducative publique et privée qui varie et s’adapte selon le contexte national et local.

La dimension spatiale, levier du changement ?

11L’espace apparaît comme étant au cœur de ces changements. Support autant que cible des réformes néolibérales, l’espace, et ce à ses différentes échelles, est la clef d’entrée de ces réformes. Aux échelles nationale et locale, il s’agit de promouvoir une décentralisation des systèmes éducatifs nationaux de façon à valoriser une gestion régionale et locale présentée comme davantage flexible et adaptée aux besoins locaux. Quant à l’échelle locale (celle de la ville, de la circonscription scolaire voire du bassin de recrutement de l’école), elle est tout autant stratégique. Les réformes, conduites au Nord comme au Sud, en font le pivot des transformations en cours. Ces dernières passent par la dérégulation du système éducatif public local (refonte de la carte scolaire quand ce n’est pas simplement la suppression de la sectorisation scolaire), la transformation des bassins de recrutement scolaire en quasi-marchés compétitifs, ou les incitations à faire des espaces éducatifs locaux des espaces valorisant la mobilité (des élèves, des enseignants) par l’établissement de nouveaux outils de planification et de contractualisation des établissements et des acteurs de l’éducation. Ces nouveaux modes de régulation spatiale de l’éducation sont censés mieux aligner les objectifs et le fonctionnement des établissements scolaires (publics et privés) au regard d’objectifs fixés contractuellement. Ceux-ci déterminent toute une série d’indicateurs de performance, de réussite éducative qui concernent la lutte contre le décrochage et pour le raccrochage scolaire, ou encore les résultats aux tests/examens nationaux. Ce qui conduit bien souvent à une compétition généralisée à l’échelle locale et à la transformation des pratiques éducatives. Ainsi, le « teach to test » envahit la classe et prend valeur de norme éducative dans certains pays (aux États-Unis par exemple). C’est ce que montrent par exemple très bien dans ce numéro les articles d’Esther Cyna, puis de Marjorie Vidal et Marianne Saint-Onge.

12Au travers d’une approche historique, Esther Cyna démontre la place des enjeux éducatifs dans les jeux d’acteurs politiques à l’échelle locale, celle du district scolaire de Durham et de son agglomération, mais aussi régionale de par les conflits au niveau de l’État fédéré de Caroline du Nord. En étudiant les archives, notamment celles du gouverneur, témoignant des demandes de ses électeurs, mais aussi contribuables, on lit l’évolution progressive des politiques éducatives aux États-Unis passant d’un paradigme déségrégatif, qui favorise l’intégration des établissements scolaires — plutôt réussie à Durham —, à celui de la compétitivité et de la mesurabilité des performances scolaires, et ce de tous les groupes socioraciaux. Engageant toute une industrie de production de tests standardisés, l’obsession des performances donne des indicateurs des faibles résultats des écoles, souvent situées en zone urbaine, accueillant majoritairement des élèves d’origine afro-américaine. Ces indicateurs servent parfois d’arguments aux plaintes de certains électeurs des banlieues et des espaces ruraux plutôt blancs visant à retirer les fonds alloués aux écoles de ces quartiers noirs. 

13Pour Marjorie Vidal et Marianne Saint-Onge, l’approche sociologique, appuyée sur une enquête de terrain de trois ans et demi, permet de mettre en lumière la prégnance de la pression des tests standardisés sur les pratiques pédagogiques. Sur le modèle des États-Unis, le Canada, et ici le Québec ont adopté une « gestion individualisée et externalisée de la difficulté scolaire », ce qui se traduit par le traitement des élèves en difficulté en dehors du groupe principal. Ils sont évalués par des spécialistes extérieurs à l’institution scolaire et relégués à des programmes particuliers, ce qui permet d’observer qu’il s’agit des élèves les plus vulnérables à qui sont proposés des pédagogues différentes.

14Par ailleurs, dans ce contexte néolibéral, l’éducation est mise au service des transformations de l’espace local. L’éducation dans les villes — et plus particulièrement dans les grandes métropoles — se trouve aujourd’hui englobée dans des politiques urbaines qui font des transformations de l’école un levier de transformation des espaces urbains (Harvey, 2005). Comme le souligne l’article de Gwenaëlle Audren pour Marseille, l’action éducative de la ville est clairement mise au service d’un partenariat public-privé, lui-même partie prenante d’un vaste projet d’internationalisation de Marseille : Euroméditerranée. L’exemple des États-Unis, pionnier dans la promotion du choix scolaire, dès les années 1980, met en lumière ce processus par la création d’une panoplie d’offres scolaires ayant des degrés variés de privatisation (Lipman, 2015). Dans un cadre décentralisé où le rôle des acteurs locaux non institutionnels est important (communautés locales, association de parents d’élèves) se produit une hybridation complexe des formes de privatisation dont le mouvement des charter schools est une illustration qui donne à lire des processus divers selon le contexte local. Le texte de Stéphanie Baffico nous invite à en découvrir une version encore peu traitée dans la littérature consacrée à la néolibéralisation de l’éducation : celle des green schools (écoles à projet environnemental) des quartiers pauvres de Baltimore. Derrière des projets éducatifs apparemment vertueux, misant sur la valorisation de lenvironnement dans les projets éducatifs des écoles des quartiers pauvres de la ville, on retrouve une série dacteurs institutionnels et financiers ayant à cœur la transformation foncière et la reconquête sociospatiale de ces quartiers dont léducation est un levier puissant.

15Au Sud, les processus de privatisation dans l’éducation ont pu être observés selon une temporalité similaire (Mc Phearson et alii, 2014), mais impulsés cette fois par les injonctions des bailleurs de fonds internationaux dans le cadre de formes de « décharge » de l’État (Hibou, 1999b ; Mbembe, 1999). Les plans d’ajustement structurel mis en place à partir des années 1980, combinés aux politiques relatives à l’Éducation pour tous (EPT) et aux OMD, ont contribué au développement du secteur privé, et ce dans une pluralité de formes, qu’il s’agisse d’écoles privées laïques ou confessionnelles, à but lucratif ou encore non lucratif. Le recours au secteur privé et aux formes d’hybridation auxquelles conduisent les réformes en cours s’exprime donc aussi au Sud. L’article de Lama Kabbanji et Kévin Mary est à ce sujet éclairant. Les auteurs mettent en perspective le développement d’un marché universitaire très stratifié au Liban, composé d’une seule université publique, de quelques universités d’élite et d’une panoplie d’offres privées se développant, depuis les années 1990 (fin de la guerre civile), dans les quartiers centraux des grandes villes, mais également à leurs périphéries, voire dans les régions rurales du pays. Ces nouvelles universités privées tentent de gagner de nouveaux étudiants au sein de groupes sociaux jusque-là en marge et mettent à jour des appareils discursifs reposant sur des distinctions fortes afin d’attirer le plus d’étudiants possible (doubles diplômes, ouverture à l’international, etc.).

16La dimension spatiale de ce processus de privatisation de l’éducation a par ailleurs fait l’objet de différents travaux de recherche se focalisant essentiellement sur les espaces urbains. Dans cette perspective, les écoles et universités sont d’abord envisagées comme des aménités urbaines (Meusburger et alii, 2018). Elles sont ensuite considérées comme porteuses de potentielles disparités territoriales (Ben Ayed, 2015). La privatisation de l’éducation engendre ou accompagne différents phénomènes aux dimensions spatiales, à l’image des processus de gentrification dans les centres-villes, mais également de ségrégation liés à la marchandisation et la hiérarchisation de l’offre scolaire publique en cours de privatisation (Cucchiara, 2013 ; Saltman, 2015). Non seulement la privatisation peut être synonyme de dérégulation du monopole public d’enseignement, mais elle peut également concerner l’adaptation des établissements publics « aux normes du privé », y compris ceux situés dans les espaces socialement les plus fragiles (écoles des quartiers pauvres par exemple). Ainsi, aux États-Unis, la privatisation des écoles publiques en grande difficulté, la généralisation des critères de bonne gestion éducative selon une culture de la performance et de la rentabilité dessinent au sein de la carte scolaire urbaine et métropolitaine de nouvelles hiérarchies scolaires (Giband & Nafaa, 2016). Les espaces ruraux ne sont pas en reste et font face à d’autres problématiques telles que la dématérialisation des formations, mais également des décisions d’ordre pratique liées aux coûts du service public, confrontés aux injonctions d’égalité territoriale et de desserte scolaire (concernant la gestion des transports scolaires, les regroupements d’établissements ou encore la gestion des personnels enseignants). Cette privatisation protéiforme de l’école publique ne se cantonne pas aux pays du Nord et se lit dans divers contextes nationaux au Sud, participant de tendances là aussi globales (Gulson, Kalervo & Gataar, 2011). En Afrique par exemple, l’État fait de plus en plus appel à des emplois contractuels de droit privé dans le secteur de l’éducation (Solaux & Suchaut, 2002). En définitive, la question de la ségrégation renvoie aux conditions d’accès à une éducation publique de qualité, et donc à la problématique des inégalités (Henaff & Lange, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Ball Stephen, 2009, « Privatising education, privatising education policy, privatising educational research: network governance and the ‘competition state’ », Journal of Education policy, no 24-1, pp. 83-99.

Ball Stephen & Youdell Deborah, 2007, La Privatisation déguisée dans le secteur éducatif public, Londres, Institute of Education.

Ball Stephen, Bowe Richard & Gewirtz Sharon, 1995, « Circuits of schooling: a sociological exploration of parental choice of school in social class contexts », The Sociological Review, no 43-1, pp. 52-78.

Basu Ranu, 2010, « Geographies of Education », in B. Wharf (ed.), Encyclopedia of Geography, Thousand Oaks, Sage Publications.

Basu Ranu, 2004, « A Flyvbjergian perspective of Public Elementary School Closures in Toronto: A Question of ‘Rationality’ or ‘Power’? », Environment and Planning: C, Government and Policy, no 22, pp. 423-251.

Ben Ayed Choukri, 2015, Le Nouvel ordre éducatif local : mixité, disparités, luttes locales, Paris, Presses universitaires de France.

Bonini Nathalie & Lange Marie-France, 2016, « L’école en Afrique : principales thématiques de recherche depuis 40 ans » in M. Lafay, F. Le Guennec-Coppens, et É. Coulibaly, Regards scientifiques sur l’Afrique depuis les Indépendances, Paris,Karthala, pp. 397-418.

Brilleau Alain, 2003, Les indicateurs liés à la mise en œuvre des cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté (CSLP), Lille, MAE, DGCID, 82 p.

Butler Tim & Hamnett Chris, 2007, « The Geography of Education: Introduction », Urban Studies, vol. 44, no 7, pp. 1161-1174.

Chauveau Jean-Pierre, Le Pape Marc, Olivier de Sardan Jean-Pierre, 2001, « La pluralité des normes et leurs dynamiques en Afrique. Implications pour les politiques publiques », in G. Winter (coord.), Inégalités et politiques publiques en Afrique, pluralité de normes et jeux d’acteurs, Paris, Karthala, pp. 145-163.

Cucchiara Maia Bloomfield, 2013, Marketing Schools, Marketing Cities: Who Wins and Who Loses When Schools Become Urban Amenities, Chicago, Londres, University of Chicago Press.

Garcia Sandrine & Montagne Sabine, 2011, « Pour une sociologie critique des dispositifs d’évaluation », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 189, no 4, pp. 4-15.

Guth Suzie & Lanoue Éric (dir.), 2004, Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, no 3 : « Écoles publiques, écoles privées au “Sud” : Usages pluriels, frontières incertaines ».

Félouzis Georges, Maroy Christian & Van Zanten Agnès, 2013, Les Marchés scolaires, Paris, Presses universitaires de France.

Giband David & Nafaa Nora, 2016, « Obama et l’école : néolibéralisation et marchandisation des districts scolaires urbains », Urbanités : http://www.revue-urbanites.fr/les-villes-americaines-obama-et-lecole-neoliberalisation-et-marchandisation-des-districts-scolaires-urbains/

Gulson Kalervo N. & Fataar Aslam, 2011, « Neoliberal governmentality, schooling and the city: conceptual and empirical notes on and from the Global South », Discourse: Studies in the Cultural Politics of Education, no 32-2, pp. 269-283.

Hackworth Jason, 2007, The Neoliberal City: Governance, Ideology, and Development in American Urbanism, Ithaca, Londres, Cornell University Press.

Harvey David, 2005, A Brief History of Neoliberalism, Cary, Oxford University Press.

Henaff Nolwen & Lange Marie-France, 2011, « Inégalités scolaires au Sud : transformation et reproduction », Autrepart, no 59, p. 3-18.


Hibou Béatrice (dir.), 1999 a, La Privatisation des États, Paris, Karthala.

Hibou Béatrice, 1999b, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, no 73-1, pp. 6-15.

Holloway Sarah L. & Jöns Heike, 2012, « Geographies of education and learning », Transactions of the Institute of British Geographers, no 37-4, pp. 482-488.

Jahnke Holger, Kramer Caroline & Meusburger Peter (Eds.), 2019 , Geographies of Schooling, Cham, Springer.

Lange Marie-France & Diarra Sékou Omar, 1999, « École et démocratie : l’“explosion” scolaire sous la IIIe République au Mali », Politique africaine, no 76, pp. 164-172.

Laval Christian & Dardot Pierre, 2009, La Nouvelle raison du monde. Essai sur la nouvelle société néolibérale, Paris, La Découverte.

Lewandowski Sophie, 2011, « Politiques de lutte contre la pauvreté et inégalités scolaires à Dakar : vers un éclatement des normes éducatives ? », Autrepart, vol. 3, no 59, pp. 37-56.

Lipman Pauline & Haines Nathan, 2007, « From accountability to privatization and African American exclusion: Chicago’s “renaissance 2010” », Educational Policy, vol. 21, no 3, pp. 471-502.

Lipman Pauline, 2015, « Urban education policy under Obama », Journal of Urban Affairs, no 37, pp. 57-61.

Mercille Julien & Murphy Enda, 2017, « What is privatization? A political economy framework », Environment and Planning A, vol. 49, no 5, pp. 1040-1059.

Mercille Julien & Murphy Enda, 2019, « Market, non-market and anti-market processes in neoliberalism », Critical Sociology, vol. 45, no 7-8, pp. 1093-1109.

Mbembe Achille, 1999, « Du gouvernement privé indirect », Politique africaine, no 73-1, pp. 103-121.

McCreary Tyler, Basu Ranu & Godlewska Anne, 2013, « Introduction: Critical geographies of education », Special Issue of the Canadian Geographer, no 57-3: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/cag.12031/pdf.

McPherson Ian, Robertson Susan & Walford Geoffrey, 2014, Education, privatisation and social justice: Case studies from Africa, South Asia and Southeastern Asia, Oxford, Symposium Books.

Meusburger Peter, Heffernan Michael & Suarsana Laura (Eds.), 2018, Geographies of the University, Cham, Springer.

OCDE, 2015, Perspectives des politiques de l’éducation 2015. Les réformes en marche, Paris, Éditions OCDE.

Saltman Kenneth J., 2015, Capitalizing on disaster: Taking and breaking public schools, Boulder, Londres, Routledge.

Solaux Georges & Suchaut Bruno, 2002 « La privatisationrampantedes systèmes éducatifs dAfrique subsaharienne », Colloque ARES, Les voies de scolarisation alternative en Afrique subsaharienne, Strasbourg, 22 mai 2002.

Verger Antoni, Fontdevila Clara & Zancajo Adriàn, 2016, The privatization of education: A political economy of global education reform, New York, Londres, Teachers College Press.

Vinokur Annie, 2005, « Pouvoirs et mesure en éducation. Avant-propos », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, Hors-série no 1, pp. 7-14.

Vinokur Annie, 2004, « Public, privé,… ou hybride ? », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, no 3, pp. 13-33.

Wagnon Sylvain, 2018, « Les pédagogies alternatives en France aujourd’hui : essai de cartographie et de définition », Tréma, no 50 : http://journals.openedition.org/trema/4174.

Walford Geoffrey, 2013, « Privatisation, education and social justice: Introduction », Oxford Review of Education, no 39-4, pp. 421-425.

Haut de page

Notes

1 Et ce, bien qu’une majorité des articles traitent de cas d’étude au Nord. Malgré notre volonté initiale de donner une place égale aux cas d’études au « Nord » et au « Sud », nous ne sommes toutefois pas parvenus à recueillir autant d’articles traitant des « Suds » que nous l’aurions souhaité.

2 On pense ici particulièrement aux réformes — notamment éducatives — mises en place dès les années 1980 dans les pays du « Sud » par le biais des programmes d’ajustement structurel (PAS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Giband, Kévin Mary et Nora Nafaa, « Introduction. Éducation, privatisation, ségrégation : regards croisés Nord/Sud. De l’importance de la dimension spatiale des dynamiques éducatives »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 19 | 2020, 7-20.

Référence électronique

David Giband, Kévin Mary et Nora Nafaa, « Introduction. Éducation, privatisation, ségrégation : regards croisés Nord/Sud. De l’importance de la dimension spatiale des dynamiques éducatives »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 19 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cres/4803

Haut de page

Auteurs

David Giband

Professeur des universités en urbanisme et aménagement du territoire à l’université de Perpignan Via Domitia, chercheur au laboratoire ART-DEV.

Kévin Mary

Maître de conférence en géographie à l’université de Perpignan Via Domitia, chercheur au laboratoire ART-DEV, chercheur associé au CEPED.

Articles du même auteur

Nora Nafaa

PRAG en géographie à l’université de Perpignan Via Domitia, doctorante au laboratoire ART-DEV.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search