Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Dossier. Privatisations et ségrég...L’école privée au service de l’at...

Dossier. Privatisations et ségrégations de l'éducation. Perspectives internationales

L’école privée au service de l’attractivité territoriale ? Politiques scolaires et renouvellement urbain à Marseille

Private school at the service of territorial attractiveness? School policies and urban renewal in Marseilles
Gwenaëlle Audren
p. 21-51

Résumés

Dans un contexte de globalisation et de néolibéralisation des politiques publiques, l’adoption d’un « new public management », affecte tous les domaines de la société, de l’aménagement du territoire au domaine de l’éducation. Dans le secteur éducatif, le rôle des collectivités territoriales, des institutions privées et des parents d’élèves a été renforcé, participant à la création de marchés scolaires de plus en plus compétitifs, où les établissements scolaires font désormais partie des aménités urbaines. Cet article met en évidence la façon dont l’école, et plus largement la dimension scolaire, devient un aspect essentiel de l’orientation des projets de renouvellement urbain et favorise le développement de nouveaux partenariats. Mobilisant une double méthodologie, alliant approche qualitative et quantitative, l’article montre plus précisément comment l’école devient un outil au service de la redynamisation urbaine, susceptible d’augmenter les risques de ségrégation et de renforcer les inégalités locales.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte de globalisation et de néolibéralisation des politiques publiques, l’adoption d’un « new public management » affecte tous les domaines de la société, de l’aménagement du territoire au domaine de l’éducation (Jones, 2011).

  • 1 Pouvant être entendu comme caractérisant l’ensemble des orientations politiques qui visent une di (...)

2Ce “tournant néolibéral1” s’observe par la diversification des acteurs engagés dans les politiques urbaines ou scolaires, renforçant les liens entre acteurs publics et privés et rendant de plus en plus perméables les frontières traditionnelles entre ces deux secteurs (Mons, 2007). Dans le secteur éducatif, le rôle des collectivités territoriales, des institutions privées et des parents d’élèves a été renforcé, participant à la création de marchés scolaires de plus en plus compétitifs (Felouzis et alii, 2013). Dans les villes, ces différents rôles s’inscrivent dans des espaces locaux de concurrence, où les établissements scolaires font désormais partie des aménités urbaines (Felouzis et alii, 2013 ; Ben Ayed, 2015), accompagnant ou engendrant différents phénomènes, à l’image des processus de gentrification dans les centres-villes, mais également de ségrégation et de fragmentation urbaine dans des quartiers marqués par d’importantes inégalités. Qu’en est-il dans des quartiers en recomposition, intégrés aux politiques publiques de renouvellement urbain ? Dans quelle mesure la dimension éducative est-elle prise en compte dans les stratégies de redynamisation urbaine ?

3L’objectif de l’article est d’analyser la dimension processuelle de la construction d’un marché scolaire et ses conséquences (sociospatiales et scolaires), au sein d’une opération de renouvellement urbain spécifique, le projet Euroméditerranée à Marseille. Il s’agira, d’une part, de montrer en quoi et comment l’école devient un outil au service de la redynamisation urbaine et, d’autre part, d’interroger les conséquences de ce type de stratégie sur les différenciations au sein de l’offre scolaire, l’évolution des formes de ségrégation(s) et la reproduction des inégalités.

  • 2 Délimité sur les deux cartes, ce périmètre d’étude est appelé « quartier » dans l’article pour fa (...)

4L’enquête se déroule donc à Marseille, ville caractérisée par une forte ségrégation sociospatiale entre les quartiers favorisés du sud, les quartiers populaires au nord, et la persistance de poches d’extrême pauvreté dans le centre-ville (carte 1), et plus particulièrement au sein d’un espace spécifique du centre-ville2. Symbole du renouvellement urbain de la ville, le projet Euroméditerranée répond aux injonctions de l’internationalisation des villes et s’inscrit localement dans une logique de reconquête urbaine, s’intégrant dans des politiques plus larges de requalification du centre-ville populaire de Marseille. Dans l’optique de revaloriser l’image de la ville et d’attirer une nouvelle population, les acteurs institutionnels, publics et privés, de l’urbanisme et de l’éducation établissent de nouveaux partenariats qui interrogent les logiques de marchandisation de la fabrique de la ville. Dans cet article, nous nous intéresserons plus précisément à la dimension scolaire des stratégies mises en place par ces différents acteurs pour répondre aux objectifs de renouvellement urbain et d’attractivité territoriale : il s’agira de comprendre dans quelle mesure les choix politiques locaux en matière éducative participent au renforcement de la ségrégation scolaire et à la reproduction des inégalités.

  • 3 IA : inspecteur d’académie ; IA-DAASEN : inspecteurs d’académie - directeurs académiques adjoints (...)

5L’article se construit à partir d’une double démarche méthodologique. L’approche quantitative mobilise principalement deux types de données : socio-économiques, et de démographie et scolaire, sur plusieurs années. D’une part, les données statistiques de l’INSEE entre 2006 à 2014 nous permettent d’observer les effets du renouvellement urbain sur l’évolution de la population résidente, et d’autre part, les données scolaires (extraits des bases APAE et Scored provenant du rectorat d’Aix-Marseille) nous donnent l’opportunité d’analyser finement les pratiques scolaires des élèves dans le quartier et de qualifier la composition sociale des publics scolaires des établissements enquêtés. L’approche qualitative, quant à elle, repose sur une série d’entretiens semi-directifs menés entre 2011 et 2018 auprès d’acteurs institutionnels variés, issus du monde scolaire (directeurs d’école, chefs d’établissement, direction diocésaine de l’enseignement catholique, représentants de l’Éducation nationale3) et des politiques urbaines.

6Après avoir présenté les enjeux de la requalification urbaine du centre-ville de Marseille, et plus précisément les modalités de mise en œuvre du projet Euroméditerranée ainsi que les recompositions socioterritoriales induites, nous analyserons les caractéristiques de l’offre scolaire locale et de son évolution dans une perspective d’attractivité territoriale. En nous appuyant sur des exemples précis de projets scolaires en cours dans le quartier, et plus précisément en nous intéressant au processus d’implantation d’une école privée, nous analyserons, dans une seconde partie, les modalités de construction d’un marché scolaire localisé qui participe à l’accentuation de la ségrégation scolaire et au renforcement des inégalités.

Enjeux de requalification urbaine du centre-ville et construction de l’offre scolaire

Les modalités d’une “reconquête urbaine”

Le projet Euroméditerranée : co-construction publique/privée d’une opération de renouvellement urbain

  • 4 La mutation de l’appareil portuaire implique une quasi-disparition de l’appareil industriel local (...)

7Grande ville portuaire jusqu’à la moitié du xxe siècle, Marseille a connu une double crise, économique et sociale, à partir des années 1970, liée au déclin de sa fonction maritime et à sa désindustrialisation4, qui ont fait perdre à la ville sa place d’importance dans le concert des métropoles et ont entraîné une paupérisation des quartiers centraux à proximité du port. Face à ces mutations socio-économiques et à l’heure de la compétition internationalisée que se livrent les métropoles, les enjeux de repositionnement pour la ville de Marseille sont forts : il s’agit de faire partie des métropoles attractives à l’échelle mondiale, de retrouver son importance à l’échelle nationale et de se positionner dans l’espace euro-méditerranéen (Bertoncello & Rodrigues-Malta, 2001 ; Bertoncello et alii, 2009).

  • 5 Mode de financement contractualisé entre une autorité publique qui fait appel à des prestataires (...)

8Ces enjeux peuvent être analysés à la lumière du processus d’internationalisation des villes, qui — au-delà du renouvellement des façades urbaines et économiques des métropoles (Berry-Chikhaoui et alii, 2007) — induit une mise en scène de la ville s’opérant au niveau à la fois fonctionnel et symbolique, en s’efforçant d’invisibiliser ou de faire disparaître les zones les plus précaires adjacentes des lieux de prestige (Berry-Chikhaoui et alii, 2007-b). Ce processus s’inscrit plus largement dans un contexte de néolibéralisation des politiques urbaines qui s’observe dans la diffusion de “best practices” en matière d’aménagement et de gestion urbaine (Souami, 2003), dans lesquelles les partenariats public-privé (PPP5) sont largement favorisés et représentent une stratégie urbaine compétitive dans le marché global (Smith, 2003), servant l’attractivité des villes.

  • 6 Pour une analyse détaillée du projet, voir le rapport « Opération Euroméditerranée une affaire d’(...)

9L’ensemble de ces enjeux se retrouve à l’échelle locale dans le cadre du projet Euroméditerranée6, qui répond d’abord à une volonté politique locale et nationale de sortir la ville de la crise économique (Dubois & Olive, 2004) et qui, plus largement, « vise à radicalement changer la perception de la ville par l’affichage d’objets architecturaux de qualité et à renouveler en profondeur tant le tissu urbain que les fonctions à proximité immédiate de l’hypercentre » (Bertoncello & Dubois, 2010 : 18).

10Une pluralité d’acteurs publics et privés (municipalité, État, Europe, promoteurs privés immobiliers et du bâtiment) s’engage dans ce « projet urbain protéiforme » (Bertoncello & Dubois, 2010 : 18) qui doit redynamiser l’économie locale en attirant les entreprises du secteur tertiaire, doter Marseille d’un centre directionnel et d’un quartier d’affaires, et réhabiliter les quartiers anciens en tentant d’y assurer une plus grande mixité sociale et fonctionnelle par l’investissement privé (Dubois & Olive, 2004). L’enjeu de la diversification sociale dans ces quartiers populaires et l’attraction de nouvelles catégories de population, plus favorisées, devient un enjeu structurant du projet.

  • 7 Marseille est une ville pauvre : en 2011, la ville se place au 20e rang des 100 plus grandes comm (...)
  • 8 Opération d’urbanisme à laquelle s’applique un régime juridique particulier en raison de son int (...)
  • 9 Dans ce premier périmètre une troisième ZAC est créée, la ZAC St Charles, située en bordure Est e (...)

11Pour ce faire, et face à la faiblesse des ressources municipales7, en 1995 est créé l’établissement public d’aménagement Euroméditerranée, qui bénéficie des financements des quatre collectivités territoriales (Municipalité, département, région et, plus tard, la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole), de l’État et de l’Europe. Ce projet est reconnu comme une opération d’intérêt national (OIN8) la même année. S’étendant sur un périmètre de 311 ha (il sera étendu en 2007 vers le nord sur près de 170 ha), le cœur du projet s’articule autour de deux ZAC créées à la demande de la municipalité : la ZAC de la Joliette, et celle de la Cité de la Méditerranée, qui constituent le terrain de notre enquête9. Ce type d’opération permet à la ville et aux aménageurs de renforcer leurs liens avec de grands promoteurs privés (comme les groupes Eiffage, George V, Constructa, Bouygues et Sogeprom), qui sont associés aux réflexions sur les évolutions du site avant même la mise en place de tout projet concret. Ces relations se concrétisent dans le cadre de partenariats public-privé (PPP), mode opératoire privilégié dans le projet Euroméditerranée (Bertoncello et alii, 2009). Ainsi, quatre de ces promoteurs sont devenus, chacun, responsables d’un îlot dans la ZAC de La Joliette, îlot dans lequel ils ont mené à bien leur projet de construction de logements, illustrant une réelle co-définition publique-privée d’une opération d’urbanisme (Dubois & Olive, 2004).

12Le projet a une particularité majeure, il prend place dans des territoires hétérogènes et dégradés qui, pour la plupart, sont encore habités. Une partie du périmètre fait partie de la zone urbaine sensible (ZUS) du centre nord (carte 1), qui abrite une part importante de population précaire. Dans les documents officiels, l’affirmation d’une préservation sur la zone de « tous » les habitants va de pair avec l’évocation d’un territoire « abandonné », comme si les citadins présents n’existaient pas (Bertoncello & Rodrigues-Malta, 2001). Ces particularités dessinent alors des enjeux importants pour les habitants initialement présents dans le quartier (sur le plan de l’emploi, de l’accès aux équipements et au logement, etc.) et vont affecter les choix politiques, en matière du déploiement de la mixité (fonctionnelle et sociale).

Carte 1. Contexte d’étude, inégalités de revenus et précarité du centre-ville de Marseille, 2014

Carte 1. Contexte d’étude, inégalités de revenus et précarité du centre-ville de Marseille, 2014

Source : INSEE, 2014.
G. Audren, 2019, AMU-TELEMME.

D’importantes recompositions socioterritoriales : la fragmentation sociospatiale comme indice de l’évolution du quartier ?

13Si la municipalité pose aujourd’hui la « reconquête du centre-ville » comme un outil au service de la mixité sociale, elle doit passer par l’installation de personnes des catégories moyennes et favorisées dans ces quartiers, ce qui s’observe par de nombreuses recompositions d’équipement ou d’habitat. L’imposition d’une « mixité par le haut » interroge alors les modalités de la co-présence, dans ce quartier où les contrastes se creusent, entre la population attendue dans le cadre de ce projet et les habitants initialement présents.

  • 10 Cela passe par le recours à des architectes de renom : Rudy Riccioti pour le Mucem, Zaha Hadid po (...)
  • 11 Même si certains magasins présents proposent des marques accessibles au plus grand nombre, l’ense (...)

14Les principales mutations urbaines s’enregistrent dans la création de grands équipements et de nouveaux bâtiments qui participent à la construction du quartier comme une vitrine internationale de la ville10. L’architecture novatrice du Mucem (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée), les réhabilitations du Silo en salle de concert ou encore l’ouverture d’un centre commercial haut de gamme (Les terrasses du port) participent à façonner une nouvelle image de la ville et du quartier. Ainsi, la plupart des services développés sont destinés à une population plutôt favorisée, à l’image de l’offre commerciale présente dans le nouveau centre commercial11.

  • 12 Les promoteurs sont incités à venir construire du logement privé, notamment en accession à la pro (...)

15Dans le quartier, les opérations de diversification de l’habitat passent principalement par la construction de logements privés12 et par l’implantation de nouvelles résidences “de standing”, souvent fermées et sécurisées (Dorier et alii, 2010). Les différentes formes de clôtures observées (grilles, portails, fermeture d’une ancienne voie publique communale) induisent des frontières spatiales entre les habitants, rappelant alors les clivages sociaux entre les nouveaux et les anciens résidents. Si la mixité sociale existe dans les chiffres, elle n’est pas vécue localement par les habitants qui développent leurs pratiques quotidiennes dans des espaces cloisonnés.

16Depuis le lancement du projet, la composition de la population a aussi évolué. L’analyse des données des recensements généraux de population de 2006 à 2014 ainsi que celle des revenus de 2001 à 2014 confirment l’augmentation de la population dans le périmètre d’étude et soulignent des évolutions significatives dans sa composition, qui correspondent aux objectifs municipaux d’attractivité.

17En effet, l’évolution du peuplement montre l’installation de nouveaux ménages dans ces quartiers (une augmentation de la population de plus de 34 % dans l’IRIS de l’Évêché) et les indicateurs socio-économiques analysés (tableau 1) confirment cette tendance : réduction importante du taux de chômage dans l’ensemble des IRIS, baisse d’effectif des populations ne possédant aucun diplôme, multiplication par près de 2 du taux des diplômés du supérieur dans le quartier (passant de 8 % à près de 40 % pour l’IRIS de l’Évêché) ou encore large augmentation de la proportion des cadres et des professions intellectuelles (gagnant près de 10 points dans l’IRIS de l’Évêché), dans un contexte de croissance des revenus médians (Graphique 1).

18Cependant, l’observation plus fine des indicateurs du tableau 1 souligne que des inégalités persistent, voire se creusent entre les habitants du quartier, notamment ceux qui résident dans les IRIS de l’Évêché et d’Albrand (plus de 3 000 € d’écart au niveau du premier décile, et plus de 13 000 € pour le neuvième décile des revenus en 2014). Ainsi, l’IRIS d’Albrand ne s’inscrit pas encore totalement dans le renouvellement socio-économique observé dans le quartier, comme le montrent l’augmentation de la part des personnes sans diplôme (qui atteint en 2014 près de 44 % de la population de l’IRIS) et un taux de chômage encore élevé (21 %).

19Face aux caractéristiques familiales des nouveaux habitants, le plus souvent un couple avec des enfants en bas âge, la population en âge d’être scolarisée a augmenté. En effet, pour l’ensemble du quartier étudié (trois IRIS) on observe une augmentation globale de plus de 5 % des enfants âgés de 3 à 10 ans, et de près de 12 %, pour les enfants âgés de 6 à 10 ans. Les besoins scolaires se sont alors accrus, et plus particulièrement au niveau du primaire. Plus largement se pose la question de l’offre scolaire présente et de ses caractéristiques, dans ce contexte de quartier en recomposition.

Graphique 1. Évolution du revenu médian par unité de consommation dans le périmètre d’étude, 2001-2014

Graphique 1. Évolution du revenu médian par unité de consommation dans le périmètre d’étude, 2001-2014

Tableau 1. Évolution des indicateurs socio-économiques dans le périmètre étudié entre 2006 et 2014

Tableau 1. Évolution des indicateurs socio-économiques dans le périmètre étudié entre 2006 et 2014

Pop_totale : population totale ; Pop_3_10ans : population âgée de 3 à 10ans ; Tx_chôm : taux de chômeur ; Tx_cadres_prof_intell : taux de cadres et de professions intellectuelles supérieures ; Tx_prof_intermed : taux de professions intermédiaires ; Tx_ss_diplo : taux de personnes ne possédant aucun diplôme ; Tx_diplo_sup : taux de personnes possédant un diplôme de niveau supérieur à Bac +2.
Source : INSEE RGP données locales, 2006, 2012, 2014.

Offre scolaire et contexte local : l’école au service de la redynamisation urbaine ?

Une offre publique majoritairement classée en éducation prioritaire

  • 13 D’abord dénoncée par une enseignante dans une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale (...)
  • 14 Pour plus d’informations, consulter le point d’étape sur la situation des écoles de Marseille : h (...)

20À Marseille, la mauvaise qualité des écoles (vétusté, insalubrité des bâtiments) est largement reconnue et médiatisée13. Cette situation est même devenue une » affaire d’État » suite à la visite, en avril 2016, de la ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et de la secrétaire d’État chargée de la Ville, qui constatent, comme une pluralité d’acteurs locaux (parents d’élèves, enseignants, associations, syndicat, etc.), le délabrement des écoles marseillaises et qui s’engagent à co-financer une partie des travaux dans les écoles jugées les plus dangereuses14.

  • 15 En 2013, alors qu’en moyenne 165 enfants sont accueillis par école à Marseille, ce ratio est la (...)

21Au-delà de cet état des lieux, les écoles du centre-ville doivent faire face à une forte pression scolaire15, et certaines sont saturées. Cette situation a été pointée du doigt par certains directeurs de ces écoles et confirmée par l’Agam (Agence d’urbanisme de l’agglomération marseillaise), qui met en évidence des taux d’occupation (ratio effectifs élèves/capacités d’accueil) de ces écoles très élevés, supérieurs à 94 %.

22Plus largement, dans le centre-ville, l’offre scolaire est massivement publique et relève des réseaux de l’éducation prioritaire (REP), définis à partir d’un indice social, recalculé en 2015, qui identifie les collèges où sont concentrées les familles qui rencontrent le plus de difficultés sociales et, par ricochet, les écoles élémentaires qui constituent leurs secteurs scolaires de recrutement. Les écoles élémentaires classées REP+ représentent 87 % et 89 % de l’offre scolaire dans les deuxième et troisième arrondissements, dans lesquels se situe le périmètre Euroméditerranée (Rectorat Aix-Marseille, Agam, 2015).

Carte 2 : Contexte scolaire dans le quartier de la Joliette

Carte 2 : Contexte scolaire dans le quartier de la Joliette

Sources : INSEE 2014. Rectorat d’Aix-Marseille, 2017.
G. Audren, AMU-TELEMME, 2019.

23Dans notre périmètre d’étude (carte 2), l’offre scolaire est principalement composée d’établissements publics qui appartiennent aux réseaux d’éducation prioritaire classés REP+, le plus haut niveau de classement de cette politique, à l’exception de l’école privée B, ouverte dans le périmètre Euroméditerranée en 2007, et du collège privé D.

24Ces établissements se caractérisent par l’importance du nombre d’élèves boursiers, défavorisés et résidant en ZUS. Le public scolaire est donc à l’image du profil majoritaire de la population de ces quartiers, et contribue à construire la réputation des établissements auprès des familles (Brocholicchi & Van Zanten, 1997 ; Felouzis & Perroton, 2009). Ainsi, des décalages s’observent entre la réalité de l’offre scolaire locale, les représentations des écoles et les attentes éducatives des familles (plus favorisées) nouvellement installées.

25De nombreux travaux soulignent l’importance des effets des représentations du quartier et des établissements scolaires sur la construction des choix scolaires de la part des familles et l’activation de différentes stratégies (protection scolaire, évitement, recours au privé, etc.) (François & Poupeau, 2008 ; Oberti, 2007 ; Van Zanten, 2009). Ainsi la “qualité” des établissements scolaires est souvent perçue au travers des caractéristiques sociales et culturelles de leur public, davantage qu’en fonction du service éducatif qu’il propose (Brocholicchi & Van Zanten, 1997), dans une perspective générale de voir ses enfants grandir entre pairs (Felouzis & Perroton, 2009). Au-delà du renouvellement urbain, il apparaît donc essentiel, pour la municipalité et le conseil départemental, de construire une nouvelle offre scolaire répondant au projet d’évolution du quartier et anticipant les attentes éducatives de la nouvelle population, au niveau du collège aussi bien que du primaire.

La création d’un collège public pour attirer la population ?

26La nécessité de construire dans le quartier un nouveau collège, différent de l’offre scolaire locale, s’inscrit dès le début des opérations. En octobre 1997, la construction d’un nouvel établissement par le conseil général dans le pôle Euroméditerranée est confirmée et l’objectif est alors de réaliser un collège d’excellence, à l’architecture et aux équipements de pointe, qui proposera des sections scolaires sélectives, connues des parents d’élèves. La diversification de l’offre d’enseignement au sein de l’établissement est clairement pensée comme une stratégie d’attractivité, pour capter les familles des classes moyennes et supérieures souhaitant s’installer dans le quartier.

  • 16 Outil de communication et de valorisation du conseil général, ce collège doit répondre aussi à un (...)

27Devenu une “vitrine” du conseil général16, le collège A ouvre ses portes en 2006. Mais, en raison du retard des programmes immobiliers et de l’arrivée des “nouveaux” habitants, il accueille d’abord, à son ouverture, 86 % d’élèves défavorisés et reflète donc la composition sociale d’un quartier populaire, à l’image de l’ensemble de l’offre scolaire de proximité. Pour ne pas effrayer les nouveaux parents d’élèves, ce collège n’est pas directement classé en éducation prioritaire. Mais, face à la réalité sociale du public scolaire et à la mobilisation de l’équipe éducative, il est classé ECLAIR (aujourd’hui REP+), dès l’année suivante.

28L’ouverture du collège A s’inscrit dans un marché scolaire local, où les enjeux de distinction entre établissements sont forts, s’illustrant par différentes stratégies de communication et d’attraction (Felouzis et alii, 2013) qui vont orienter la politique du chef d’établissement de l’époque. Pour impulser des dynamiques propices à l’attractivité des nouveaux parents d’élèves, le chef d’établissement développe une stratégie de communication tournée autour des conditions éducatives spécifiques proposées dans le collège : un encadrement solide, une offre d’enseignement particulière, dont l’objectif est de rassurer les parents (Audren, 2015 ; Audren et alii, 2016). Si certaines familles nouvellement installées ont d’abord joué le jeu de la scolarisation dans cet établissement, elles y ont éprouvé des difficultés telles (sentiment d’isolement social, d’insécurité), qu’elles ont par la suite développé des stratégies d’évitement en dehors du quartier (Favier, 2009).

  • 17 Bien que la part des familles populaires reste importante à l’échelle du quartier, le collège A a (...)

29Cette politique pédagogique volontariste de la part du chef d’établissement a permis de réduire l’intensité de la ségrégation scolaire au cours des premières années, avec la baisse du taux de familles défavorisées fréquentant le collège de 86 % en 2006 à 75 % en 2012, et une croissance des catégories moyennes, de 12 à 20 %, comme on peut le voir sur le graphique 2. Mais ce phénomène reste fragile et, aujourd’hui, la tendance semble s’inverser, avec une réaugmentation de près de 2 % des élèves défavorisés17, la baisse de ceux des catégories moyennes (− 3 %) et une capacité d’accueil totale qui n’est pas atteinte : seulement 450 élèves, en 2017.

Graphique 2. Évolution de la composition du public scolaire du collège A. 2006-2017

Graphique 2. Évolution de la composition du public scolaire du collège A. 2006-2017

Sources : Rectorat d’Aix-Marseille, 2006-2017.

30Dans le premier degré, la construction d’une nouvelle école publique était prévue dès le début des opérations, mais elle ouvre plus tardivement, en 2012. À son ouverture, cette école accueille 120 élèves et va être directement intégrée au réseau de l’éducation prioritaire REP+, dépendant du collège voisin, le collège A. Que ce soit en primaire ou au collège, la nouvelle offre scolaire est directement confrontée au contexte local, qui fait que, malgré les ambitions politiques de diversification sociale des publics scolaires dans les établissements du quartier, ils demeurent des établissements de proximité, à l’image du profil social majoritairement défavorisé de la population du quartier.

  • 18 L’appui au secteur privé de l’éducation dans la ville n’est pas nouveau et pour mener à terme ce (...)

31Face à ce constat, comment dépasser les caractéristiques locales et répondre aux attentes éducatives des familles nouvellement installées ? La Ville, soucieuse des attentes supposées différentes des nouveaux arrivants, a fait le choix d’un partenariat public-privé en négociant avec la DDEC (Direction diocésaine de l’enseignement catholique) la création d’une nouvelle école privée catholique, maternelle et primaire (l’école B), conçue spécialement pour accompagner l’évolution souhaitée du quartier18.

La construction locale d’un marché scolaire : l’école, entre attractivité territoriale et reproduction des inégalités

32Si l’implantation d’une école privée dans le quartier participe au renouvellement des inégalités locales, les différents projets scolaires qui y étaient engagés illustrent les différentes étapes de construction d’un marché scolaire toujours plus compétitif, dans lequel les enjeux de recrutement éclairent des formes renouvelées de ségrégation.

La co-construction publique/privée de l’offre scolaire locale : vers la reproduction des inégalités ?

Processus d’installation

33Que ce soit de la part de la DDEC ou de la Ville, l’enthousiasme entoure ce projet et augure de nouveaux partenariats, comme le souligne la directrice de cette école dans un entretien donné en 2011 :

  • 19 En révélant l’octroi d’un terrain sans versement de loyer, cet extrait d’entretien souligne le po (...)

« Nous créons une nouvelle école et un nouveau projet, c’est très rare ! (…) C’est la Ville qui nous a octroyé ce terrain, on a une convention d’occupation avec la mairie, on ne verse pas de loyer dans ce cas-là, mais chacun a son intérêt, car c’est nous qui allons leur envoyer des clients19 ! »

  • 20 Entretien avec la directrice de l’école en 2018.

34Pour que l’école voie le jour le plus rapidement possible, différents soutiens lui ont été apportés. À son ouverture en 2007, l’école bénéficie d’une « convention d’occupation du sol » qu’elle a signée avec la mairie pour qu’elle puisse occuper un terrain, sur lequel elle installe des préfabriqués pour accueillir les premiers élèves. Ce prêt permet à l’école B de s’implanter dans le secteur avant même d’avoir des locaux définitifs et ainsi de scolariser rapidement les enfants des personnes travaillant sur le site d’Euroméditerranée. Cette situation dure 4 ans et, en 2011, l’école est délocalisée un peu plus loin sur un terrain mis à disposition, toujours gratuitement, cette fois-ci par l’aménageur, Euroméditerranée. Parallèlement, le comité catholique des écoles achète une partie de la première parcelle « à un prix abordable20 », et engage les travaux de construction de l’école (l’autre partie de la parcelle est réservée pour la construction de nouveaux logements et bureaux : Projet M-IM, de Nexity Immobilier.)

  • 21 Cette participation financière est soulignée sur le blog de la députée UMP de Marseille, Valérie  (...)

35Au-delà des soutiens fonciers apportés par la Ville et l’aménageur, l’école a aussi bénéficié d’une aide financière directe de la municipalité pour contribuer à ses dépenses de fonctionnement, à hauteur de 58 000 € en 2012/201321. La pose de la première pierre, en novembre 2013, est médiatisée et se fait en présence de personnalités de renom, comme le maire de la ville, M. Gaudin, le président de la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole, M. Teissier, ou l’archevêque du diocèse de Marseille, Mgr. Pontier. Les nouveaux locaux ouvrent finalement en novembre 2014.

  • 22 Classes de CP, CE1, CE2, CM1, CM2, sans la classe de 6e.
  • 23 Très petite section de maternelle, elle accueille les enfants dès l’âge de 2 ans.

36Le processus d’installation de cette école s’analyse en parallèle d’une évolution positive des effectifs scolaires, mais aussi des classes présentes et des enseignants recrutés (tableau 2). Pendant les premières années d’installation (2007-2011), l’école propose une seule classe de maternelle et une classe regroupant tous les niveaux du cycle 322, et les effectifs augmentent mais restent inférieurs à cent élèves. Le déménagement en 2011 s’opère en même temps qu’une augmentation continue des effectifs et l’ouverture de deux nouvelles classes. À son installation dans les nouveaux locaux, l’école compte désormais une classe par niveau, de la TPS23 au CM2, et scolarise plus de 200 élèves. Ce récent élargissement a été possible car la fermeture d’une école privée catholique dans le centre-ville a permis à l’école B de récupérer 4 postes d’enseignants, passant de 3 à son ouverture à 8 aujourd’hui.

  • 24 Un des groupes leaders mondiaux du transport maritime qui a installé son siège social dans le qua (...)

37Dès son ouverture, la question du recrutement des élèves se pose et il s’agit de faire connaître l’école et d’attirer de nouveaux parents d’élèves, mais pas n’importe lesquels. Pour cela, la directrice n’hésite pas à développer plusieurs stratégies : « On a arrosé Euromed de pub ! Des flyers, des prospectus… Je suis allée à la rencontre des parents dans les bureaux, on est allé démarcher dans la tour CMA CGM24. » Une stratégie marketing a aussi été élaborée sur Internet et l’école B est présentée comme la première école du quartier sur le site de l’aménageur. Les stratégies de communication développées sont clairement destinées aux familles nouvellement installées ou qui souhaitent s’installer dans le quartier ou encore qui travaillent dans les nouvelles entreprises du quartier. Cette volonté se retrouve en filigrane dans le premier paragraphe du projet éducatif : « L’enseignement catholique développe une école dans le site Euroméditerranée pour favoriser l’adaptation des enfants et de leurs familles nouvellement arrivées à Marseille. […] Le projet éducatif prend en compte les difficultés dues au déracinement, déménagement et à l’arrivée dans cette ville inconnue. » Elle se lit également dans les services particuliers proposés dans l’école, censés répondre aux attentes de ces parents : elle intègre un service de garderie allant de 7 h 30 à 18 h, le service de restauration scolaire est intégré, et l’on peut découvrir l’anglais dès la maternelle. D’après Felouzis et alii, (2013 : 57), « la création d’un établissement privé dans un environnement donné implique nécessairement des transformations importantes dans les relations entre établissements locaux et dans la nature du public scolaire de chacun d’eux. » Mais qu’en est-il dans le quartier ?

Tableau 2. Processus d’installation et évolution des effectifs scolaires et enseignants de l’école B (2007-2018)

Années

Effectifs

Nb classes

Nb enseignants

Localisation_Terrain école

2007-2008

12

1 mat + 1 cycle 3

3

Préfas, convention municipale

2008-2009

48

1 mat + 1 cycle 3

3

Préfas, convention municipale

2009-2010

69

1 mat + 1 cycle 3

3

Préfas, convention municipale

2010-2011

91

2 mat + 2 cycle 3

3 +1 CDD

Préfas, convention municipale

2011-2012

105

2 mat + 2 cycle 3

3 +1 CDD

Préfas, prêt aménageur

2012-2013

109

2 mat + 2 cycle 3

4

Préfas, prêt aménageur

2013-2014

161

1 par niveau

8

Préfas, prêt aménageur

2014-2015

185

1 par niveau

8

Préfas, prêt aménageur

2015-2016

209

1 par niveau

8

Nouvelle école

2016-2017

225

1 par niveau

8

Nouvelle école

2017-2018

241

1 par niveau

8

Nouvelle école

Sources: école privée B, 2007-2018.

Du recrutement sélectif de l’école à la mise en place de « circuits de scolarisation » préservés ? 

38Si plusieurs recherches ont montré que, dans le cas d’espaces locaux de concurrence entre établissements (Brocholicchi & Van Zanten, 1997), ces derniers pouvaient développer « des stratégies ouvertes ou clandestines de filtrage des élèves par diverses tactiques au moment de l’inscription » (Felouzis et alii, 2013 : 118), pour l’école B, les modalités de recrutement sont clairement affirmées par la directrice et relayées dans le projet éducatif.

39L’ouverture de l’école devant se faire sans délester les écoles publiques du secteur, la politique de recrutement est très sélective. Seuls les enfants des nouveaux résidents ou des personnes travaillant à Euroméditerranée peuvent y entrer. La position de la directrice est claire : « On ne va pas inscrire les gens du quartier ! On inscrit seulement les nouvelles personnes arrivées à Marseille, qui habitent dans les logements neufs du quartier ou qui travaillent à Euromed. » Cela se retrouve aussi très explicitement dans le projet d’établissement (p. 1) : « L’enjeu est de favoriser l’adaptation des enfants et de leurs familles nouvellement arrivées à Marseille, proche du lieu de travail et d’habitation. » Cette politique de recrutement met clairement à l’écart la population initialement présente dans le quartier. Même s’ils en font la demande, les anciens résidents sont refusés : « On a beaucoup de demandes de leur part [les anciens résidents] car les écoles du quartier sont surchargées, mais comme on refuse toutes ces demandes… ils n’ont pas réitéré leurs demandes les années suivantes. » Ainsi, les demandes d’inscription des résidents plus anciens, et ayant un enfant scolarisé dans d’autres structures du quartier, ont été refusées, sauf en cas de place vacante.

40Cette politique sélective est à la base de la constitution d’une « niche éducative » (Felouzis et alii, 2013 : 138) qui participe à la segmentation du marché scolaire local, dans lequel la ségrégation scolaire augmente et où les enjeux de recrutement des élèves se posent dès le niveau primaire, mais aussi en collège et dès l’entrée en 6e. Pour ce qui est de la poursuite des études, il semble alors peu probable que les élèves de l’école B se dirigent ensuite vers le collège public de secteur. À son ouverture, l’école a mis en place une convention avec une cité scolaire privée catholique des « beaux quartiers », qui facilite l’intégration des élèves dans ce collège d’élite. Situé dans un quartier aisé du 8e, facilement accessible en métro, il permet de garantir aux élèves un parcours complet d’entre-soi scolaire (Van Zanten, 2009).

41Ce partenariat est assez évocateur ; d’une part, il illustre la constitution de réseaux de coopération et d’entraide au cœur de la construction des circuits de scolarisation (Ball et alii, 1995 ; Broccolichi & Van Zanten, 1997) ; d’autre part, il favorise l’élaboration de trajectoires scolaires socialement différenciées, révélant alors des mises à distance plurielles (au niveau des écoles mais aussi des lieux/des quartiers fréquentés) entre les familles initialement présentes et celles nouvellement installées, entre les enfants des écoles du secteur et ceux de l’école B.

Une ségrégation scolaire qui révèle des mises à distance plurielles

Entre élargissement spatial du recrutement et accentuation de la ségrégation scolaire

42Bien que la géographie du recrutement des élèves de l’école ait évolué (tableau 3), elle ne s’accompagne pas d’une diversification sociale du public scolaire et confirme l’accentuation de la ségrégation scolaire entre les écoles du quartier.

  • 25 La plus forte augmentation des effectifs sont des familles venant du centre-ville, et les parents (...)
  • 26 En 2011, peu de familles venaient des quartiers Nord et Sud, et, aujourd’hui, il y a une augmenta (...)

43L’augmentation des capacités d’accueil de l’école, allant de pair avec l’augmentation des effectifs (tableau 2), a permis d’élargir le recrutement spatial de l’école et deux logiques structurent alors son aire de recrutement : une plus forte concentration des parents qui vivent dans les arrondissements centraux (1er, 2e et 3e25) à proximité de l’école, mais aussi une plus grande diversification des lieux de résidence dans l’ensemble des arrondissements de la ville, même les plus éloignés26 (tableau 3). Cette géographie quelque peu particulière pour une école primaire (aire de recrutement très étendue) s’explique par la politique de l’école, qui favorise les inscriptions des nouvelles familles du quartier, mais aussi celles des enfants dont les parents travaillent dans le périmètre sans forcément y habiter. Cependant, la plus grande concentration de parents d’élèves habitant le quartier peut aussi s’expliquer par la récente souplesse accordée aux inscriptions sollicitées pour les enfants des familles anciennement présentes dans le quartier. Dans un récent entretien, la directrice de l’école souligne : « Depuis que les capacités d’accueil ont augmenté, on peut répondre à toutes les sollicitations, dans la mesure des places disponibles bien sûr, car notre projet premier n’a pas changé. » Cependant, elle observe que les familles les moins favorisées et qui sollicitent une inscription ne donnent souvent pas suite aux premiers rendez-vous avec l’école. Cette légère évolution dans la politique de recrutement de l’école n’a pas vraiment contribué à la diversification sociale de son public.

Tableau 3. Classement (par arrondissements) des effectifs d’élèves de l’école B en fonction de leur domicile

2011

2018

Évolution

13001

2

11

9

13002

27

74

47

13003

30

66

36

13004

3

4

1

13005

2

6

4

13006

5

10

5

13007

0

1

1

13008

2

15

13

13009

0

4

4

13010

0

4

4

13011

1

3

2

13012

3

5

2

13013

4

5

1

13014

5

18

13

13015

0

3

3

13016

4

8

4

Sources : école B, 2011-2018.

44Les données dont nous disposons en 2018 confirment l’importance de la ségrégation scolaire entre les écoles du quartier et cette école privée, qui se constitue alors comme une « niche éducative », fruit d’une spécialisation du public selon un niveau socio-économique moyen, dans un marché scolaire segmenté (tableau 4) (Felouzis et alii, 2013 : 138). Bien que nous ne connaissions pas précisément la composition sociale des écoles publiques du quartier, leur appartenance au réseau REP+ nous donne une image assez précise du profil de leur public. En effet, dans les établissements des réseaux REP+, 67 % des élèves appartiennent à des catégories socioprofessionnelles défavorisées (Cour des comptes, 2018), alors que cette proportion atteint à peine 2 % dans la nouvelle école privée. Cette école est donc un établissement très largement favorisé (la proportion des catégories très favorisées dépasse 35 % et celle des favorisées, 40 %), au sein d’une offre scolaire générale largement défavorisée.

Tableau 4. Composition sociale du public scolaire de l’école B en 2018

CSP_parents

Effectif_élèves

Taux

Très favorisés

86

36,2

Favorisés

96

40,3

Moyens

50

21

Défavorisés

5

2

Source: école B, 2018.

45On observe alors une ségrégation scolaire particulièrement marquée d’avec les collèges publics du quartier, qui sont classés REP+. Si une étude de la DEPP de 2018 montre qu’à l’échelle nationale, 50 % des collèges REP+ scolarisent plus de 75 % d’élèves défavorisés et que la proportion d’élèves très favorisés est faible (dans les collèges REP+, autour de 8 %) (DEPP, 2018), dans le quartier, les inégalités sont encore plus fortes et les écarts, d’autant plus marqués. En effet, les deux collèges publics les plus proches de l’école, C et A, scolarisent près de 80 % d’élèves défavorisés (ce taux dépasse les 84 % pour le collège C) et une part d’élèves issus des franges inférieures des catégories très favorisées se limite à 4 % (en 2017). L’ampleur de la ségrégation scolaire au niveau du collège interroge alors les modalités des trajectoires scolaires des élèves de CM2 des écoles du quartier et notamment celles de l’école privée.

Des circuits de scolarisation spécifiques ?

  • 27 Extraits anonymisés du Scored, pour les années 2011, 2013, 2015, obtenues dans le cadre d’une co (...)

46Le traitement d’extraits de la base élève du second degré27 permet d’analyser les trajectoires scolaires des élèves de CM2 des écoles du quartier.

47Les choix d’orientation en 6e des élèves de l’école privée et ceux d’une école voisine montrent des trajectoires différentes. Pour l’école privée, la majorité des élèves de CM2 évitent les collèges publics du quartier et se dirigent majoritairement vers des collèges privés (convention avec la cité scolaire privée des beaux quartiers jusqu’en 2014) et, dans une moindre mesure, vers des établissements publics situés en dehors du quartier, dans des environnements socialement plus favorisés (environ 50 % des élèves en 2014). À l’inverse, les élèves de l’école publique respectent majoritairement la carte scolaire et sont scolarisés dans les collèges publics défavorisés du quartier. Moins d’un tiers se dirige vers le secteur privé et, finalement, très peu d’élèves sont scolarisés en dehors du quartier dans des établissements plus favorisés (moins de 10 % en 2014).

48Sans renouveler l’opération pour l’ensemble des écoles publiques du quartier, les tendances observées seront similaires, vu que toutes les écoles sont classées REP+ et concentrent une part importante de familles défavorisées, dont on sait qu’elles ont moins tendance à développer des stratégies scolaires, inscrivant dès lors leurs enfants dans les établissements publics de proximité (Van Zanten, 2001, 2009 ; Lehman-Frisch, 2009 ; Oberti et alii, 2012).

49L’analyse comparée de ces trajectoires confirme alors l’existence de circuits de scolarisation spécifiques selon les écoles et les profils sociaux des parents d’élèves, remplissant une fonction de tri social lié au placement scolaire dans les différents établissements (Couratier et alii, 2006), dont on sait qu’ils sont le principe du renouvellement des inégalités éducatives (Ball et alii, 1995). Ainsi, les élèves de l’école privée s’inscrivent dans des circuits de scolarisation préservés, en dehors du quartier, alors que les élèves des écoles publiques du quartier poursuivent une scolarisation sur place. Ces trajectoires illustrent un système scolaire à deux vitesses, où les différences sociales s’aiguisent (Audren, 2012), mais, plus largement, ces pratiques révèlent une pluralité de mises à distance.

Vers une mixité ségrégative ?

  • 28 Doctorante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales au centre Maurice Halbw (...)
  • 29 Une résidente de l’îlot M5 déplore les difficultés qu’elle éprouve à nouer des liens, à établir d (...)

50Les pratiques des nouvelles familles installées dans le quartier et qui scolarisent leurs enfants dans l’école privée B révèlent d’abord une “mise à distance scolaire” entre leurs enfants et ceux des autres écoles, et plus globalement une “mise à distance sociospatiale” du quartier par la poursuite d’études en dehors du quartier, dans des environnements socialement plus favorisés. S’effectuant en circuit fermé (dans le cadre préservé/spécifique de l’école privée dans le quartier ou à l’extérieur du quartier), les pratiques quotidiennes des enfants et de leurs familles ne favorisent pas les possibilités de rencontre et d’échanges avec les autres enfants ou familles du quartier, et ne participent pas à la construction d’une mixité sociale vécue. La rétraction des pratiques de ces familles dans le quartier se poursuit aussi dans l’espace résidentiel, car elles s’installent souvent dans les nouvelles résidences fermées, étanches face au reste du quartier. Les entretiens réalisés en 2009 par Elsa Favier28 avec des habitants de la résidence fermée l’îlot M5 confirment ainsi un fort entre-soi social et une sociabilité locale restreinte (Favier, 2009)29.

  • 30 D’après Marcel Roncayolo, les questions de ségrégation et de mixité se posent en quelque sorte «  (...)

51L’entre-soi scolaire, social et résidentiel de ces familles révèle un rapport distancié au quartier. Même si la mixité existe dans les chiffres, certains parlent de » mixité arithmétique » (Felouzis et alii, 2013 : 193), certes visible dans les récentes évolutions de la structure de la population (tableau 1) mais qui n’est pas vécue. En effet, elle n’est pas pratiquée quotidiennement ni par les parents ni par leurs enfants, et l’ensemble de leurs pratiques (sociales, résidentielles, scolaires) révèlent finalement des mises à distance plurielles, participant moins à la mixité sociale affichée dans les plaquettes publicitaires de l’aménageur qu’à la mise en place d’une mixité ségrégative (Roncayolo, 2001)30, et au renouvellement des inégalités locales.

Renforcer l’attractivité territoriale en diversifiant l’offre scolaire : enjeux de recrutement et reproduction des inégalités ?

52Poursuivant leurs objectifs d’attractivité territoriale, les acteurs locaux se mobilisent à nouveau autour de plusieurs projets scolaires devant participer à une plus grande diversification de l’offre dans le quartier (notamment au niveau du secondaire) et devant ainsi favoriser l’installation de nouvelles familles en répondant à leurs attentes éducatives. La Ville de Marseille et l’aménageur sollicitent une nouvelle fois l’enseignement catholique pour ouvrir un collège privé dans le quartier. Du côté du secteur public, les autres collectivités locales (région, département, Ville) se sont alliées pour créer une cité scolaire internationale publique et la Ville, en partenariat avec l’aménageur, va ouvrir une nouvelle école « high tech » dans le périmètre d’Euroméditerranée.

  • 31 Entretiens réalisés auprès de plusieurs acteurs de l’éducation catholique de Marseille, de 2009 à (...)
  • 32 Entretien réalisé en juillet 2018.

53Afin de pouvoir proposer une continuité éducative à l’école primaire privée, l’ouverture d’un collège privé dans le quartier est déjà évoquée dans plusieurs entretiens dès les années 200931. Plusieurs propositions ont vu le jour, mais des logiques ambivalentes, de la part des différents acteurs engagés, structurent les discussions et ralentissent la mise en œuvre de ce projet. L’actuel directeur diocésain identifie alors des objectifs contradictoires entre les acteurs engagés, notamment entre la Ville et l’aménageur qui souhaitent « ouvrir un collège d’élite dans les quartiers nord32 », et le diocèse qui ambitionne de valoriser la diversité sociale des habitants du quartier, dans le projet éducatif de ce futur collège. Renforçant les liens déjà tissés entre l’aménageur et la DDEC (dans le cadre de l’ouverture de l’école privée), une réserve foncière pour l’implantation du futur collège a déjà été trouvée, mais les tensions se cristallisent autour de l’image du futur établissement et de son recrutement. À ce jour, le projet en lui-même n’est pas totalement abouti et les discussions, toujours en cours.

  • 33 Normalement, la construction des écoles publiques relève d’une compétence municipale, mais ici, u (...)
  • 34 Lire le communiqué de presse publié sur le site de l’aménageur lors de la pose de la première pie (...)

54Dessinant une nouvelle forme de partenariat dans le domaine de la planification et de la construction scolaire, les liens se renforcent aussi entre la Ville de Marseille et l’aménageur, qui s’est vu confier la maîtrise d’ouvrage directe du projet de la nouvelle école publique dans le périmètre33. Cette école devra d’une part, « renforcer l’offre éducative de proximité pour les habitants actuels du quartier » et, d’autre part, « faciliter l’arrivée de nouveaux riverains », qu’il s’agit alors d’attirer. La mairie et l’aménageur misent sur une stratégie de communication mettant en scène ces nouvelles logiques partenariales et présentant l’école comme un « modèle de conception durable, à l’architecture méditerranéenne innovante, répondant aux spécificités climatiques locales34 ». Cette école étant soumise à la politique de la carte scolaire et scolarisant encore en majorité les enfants aux profils défavorisés du quartier, ces stratégies seront-elles suffisantes pour attirer et retenir les familles plus favorisées nouvellement installées ?

55Enfin, le plus ambitieux projet est celui de l’implantation d’une cité scolaire internationale dans le périmètre, projet co-porté par la Ville de Marseille, le département des Bouches-du-Rhône et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, en étroite collaboration avec l’aménageur Euroméditerranée et le rectorat. Comme le souligne un responsable académique en charge de ce projet, il est intéressant d’observer une réelle convergence des centres d’intérêts des différents acteurs, mais qui poursuivent des objectifs différents :

« Tous les acteurs se rencontrent, mais ils ont différents modes de lecture du projet, le conseil régional et la Ville tentent d’attirer un certain type de familles, avec une ambition derrière d’une attractivité économique et territoriale, et le recteur souhaite élargir l’offre scolaire internationale qui est insuffisante sur Marseille et garantir la diversité du public. »

56Ce projet est directement pensé et conçu par ces partenaires comme un élément d’attractivité territoriale qui doit renforcer non seulement le positionnement du quartier, mais, plus largement, le rayonnement de la métropole :

« L’émergence de la Métropole Aix-Marseille-Provence, la question de son attractivité, la nécessité de prendre en compte son caractère cosmopolite et l’internationalisation de son économie posent la question de l’opportunité de créer une cité scolaire internationale à Marseille pour nourrir une offre éducative adaptée » (Agam, 2018).

57Afin d’estimer le potentiel de familles et d’élèves susceptibles d’être intéressés par une école bilingue et pour réfléchir à l’offre pédagogique à ouvrir, le rectorat et l’aménageur ont commandé, en 2018, une étude à l’Agam. Cette étude montre que le potentiel des publics “cibles” (des familles qui seraient possiblement intéressées par ce type d’établissement) est suffisamment élevé pour justifier la création de ce type d’école, et que le monde économique voit d’un très bon œil l’installation de cet établissement comme “plus-value” favorisant l’attractivité du territoire.

  • 35 Entretiens réalisés en juillet 2018.

58Mais derrière ces éléments, la question du recrutement, dans cet établissement, va être cruciale. Si l’entrée s’y effectuait selon les mêmes critères que l’entrée en section internationale, à savoir par un recrutement non soumis à la carte scolaire, se faisant sur dossier (bons résultats scolaires et bon niveau de langue étrangère attendus) et après des tests élaborés par l’inspection académique, cette politique sélective ferait courir le risque d’accentuer la ségrégation scolaire et la reproduction des inégalités. Ainsi, pour contrer cet effet et tenter d’élargir le futur recrutement de cet établissement, l’académie s’est engagée dans un programme de développement des écoles d’immersion dans les quartiers alentour et souhaite ouvrir plusieurs sections internationales dans les collèges publics environnants. Cette volonté se retrouve aussi chez un des responsables de l’éducation du conseil départemental qui évoque la possibilité, dans cette cité et au niveau du collège, d’ouvrir la moitié des classes à tous les enfants en passant par la politique de recrutement de la carte scolaire35. À ce jour, le projet n’est pas encore totalement abouti, mais nous soulignons déjà les défis et les importants enjeux qui vont se poser autour du recrutement des élèves de ce futur établissement.

59L’ensemble de ces projets illustrent la dimension processuelle de la construction d’un marché scolaire local et confirme la place de plus en plus importante que prend la dimension éducative dans les projets de renouvellement urbain où l’offre scolaire devient une aménité “urbaine” devant renforcer l’attractivité territoriale de ces quartiers. Plus particulièrement, cela interroge les interdépendances compétitives entre établissements, qui vont se cristalliser autour des enjeux du recrutement des élèves dans le cadre d’un marché scolaire local de plus en plus segmenté (Felouzis et alii, 2013). Derrière ces enjeux de recrutement se pose alors plus largement la question de l’accentuation des formes de ségrégation (sociale, scolaire) et, finalement, celle de la reproduction des inégalités.

Conclusion

60Répondant à des objectifs affirmés d’attractivité territoriale devant permettre l’inscription de Marseille dans le nouveau concert des métropoles, le projet Euroméditerranée est une opération de renouvellement urbain qui impacte largement le territoire. Depuis plus de 20 ans, les mutations urbaines engagées dans le quartier induisent des recompositions socio-territoriales qui éclairent la fragmentation urbaine et révèlent des formes toujours renouvelées des inégalités locales.

61Ainsi l’analyse croisée entre renouvellement urbain et construction de l’offre scolaire souligne les imbrications de plus en plus étroites entre politiques scolaire et urbaine, s’inscrivant dans les tendances actuelles de la néolibéralisation des politiques publiques. Cet article met en évidence la façon dont l’école, plus largement, dont la dimension scolaire devient un aspect essentiel de l’orientation des projets de renouvellement urbain. De nouveaux partenariats (de type PPP) s’établissent entre la Ville, l’aménageur, les secteurs public et privé de l’éducation, et illustrent la co-définition publique/privée de la planification et de la construction scolaires.

62Derrière le renouvellement de l’offre éducative, les choix politiques locaux traduisent une volonté de répondre aux besoins de la population plus favorisée nouvellement installée dans le quartier, positionnant alors la collectivité publique comme au service d’intérêts individuels et ne bénéficiant pas à l’ensemble des habitants du quartier. L’école est ainsi pensée et mobilisée comme “un service comme un autre”, elle devient une aménité “urbaine”, répondant d’abord aux ambitions politiques d’attractivité. L’ensemble des projets analysés dans cet article illustre la dimension processuelle de la construction d’un marché scolaire local ; plus précisément, l’implantation facilitée d’une école privée, dans le périmètre Euroméditerranée, éclaire le renforcement de la ségrégation scolaire dans le quartier.

63Les projets étudiés participent, en même temps qu’ils le construisent, à la mise en place d’un marché scolaire local de plus en plus segmenté, qui dépend alors fortement du contexte local (environnement urbain, degré de ségrégation, etc.) mais aussi d’arrangements locaux, où les dynamiques institutionnelles préalables jouent un rôle essentiel (Felouzis et alii, 2013).

64Les effets des marchés scolaires sont ambivalents et des recherches démontrent qu’ils ne résorbent pas les inégalités (Felouzis et alii, 2013 ; Ben Ayed, 2015). Cet article souligne que la mise en œuvre du marché scolaire dans le quartier a participé à l’accentuation de la ségrégation, conduisant à une hiérarchisation renforcée de l’offre scolaire. Plus particulièrement, ces exemples interrogent les interdépendances compétitives entre les établissements, qui se cristallisent autour des enjeux du recrutement des élèves, et se pose la question des modalités d’accès à l’offre scolaire. Plusieurs travaux (Felouzis et alii, 2007 ; Oberti et alii, 2012) soulignent qu’une régulation publique est essentielle et qu’elle doit porter une attention toute particulière aux politiques d’affectation des élèves.

65Ainsi, dans une réflexion renouvelée sur l’application de la sectorisation en France, il peut être pertinent de construire une politique territoriale d’affectation des élèves harmonisée entre secteur public et privé d’enseignement. Dans la mesure où l’enseignement privé sous contrat d’association bénéficie de certains financements publics (rémunération des enseignants, forfait communal) et où les établissements scolaires privés sont fortement intégrés aux logiques territoriales de scolarisation, ne serait-il pas envisageable d’intégrer ce secteur d’enseignement aux objectifs de mixité sociale dans l’école, comme promue par la politique de la carte scolaire au sein des établissements publics ?

  • 36 Ariane Azéma (inspectrice générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche) et Pier (...)

66Pour reprendre un des aspects de la neuvième mesure préconisée par la récente mission Territoire et réussite36, il s’agirait donc de développer une « politique d’association », en mettant en place des expérimentations (dans certaines configurations territoriales à enjeux) visant à une réflexion tripartite (associant l’enseignement privé sous contrat, les autorités académiques et la [les] collectivité[s] concernée[s]) sur l’affectation des élèves, en définissant des objectifs pluriannuels d’évolution en faveur de la mixité sociale et scolaire (Azéma & Mathiot, 2019 : 40).

67Dans cette perspective, des recherches permettraient de décrypter les processus constitutifs des logiques de scolarisation et d’identifier les enjeux en termes de mixité sociale et scolaire dans les territoires. Ainsi, dans une approche prospective, ces recherches peuvent être perçues comme un cadre de réflexion visant à améliorer les articulations entre politiques scolaire et urbaine, et pourront soutenir la mise en œuvre d’une politique nationale ambitieuse et renouvelée de lutte contre les inégalités scolaires en France.

Haut de page

Bibliographie

Agam, 2018, « Références », rapport d’activité, mai 2018.

Audren Gwenaëlle, 2012, « Dynamiques scolaires et recompositions socio-territoriales : quels impacts sur la ségrégation à Marseille ? », Géographie, Économie, Société, no 14, pp. 147-168.

Audren Gwenaëlle, 2015, « Géographie de la fragmentation urbaine et territoires scolaires à Marseille », Thèse de géographie, Aix-Marseille Université.

Audren Gwenaëlle, Baby-Collin Virginie & Dorier Elisabeth, 2016, « Quelles mixités dans une ville fragmentée ? Une approche par les dynamiques locales de l’espace scolaire à Marseille », Lien social et politique, no 77, pp. 38-61.

Audren Gwenaëlle, Jeanmougin Hélène & Valcin Marguerite, 2017, « L’école un lieu d’ancrage dans la ville », in F. Bouillon (dir.), Ville ordinaire, citadins précaires : transition ou disparition programmée des quartiers tremplin ? , Rapport de recherche pour le PUCA (plan urbanisme construction architecture), pp. 268-302.

Azéma Ariane & Mathiot Pierre, 2019, « Mission Territoires et Réussite », Rapport de recherche rendu au ministre de l’Éducation nationale, 5 novembre 2019.

Ball Stephen, Bowe Richard & Gewirtz Sharon, 1995, « Circuits of schooling: a sociological exploration of parental choice of school in social class contexts », The Sociological Review, vol. 1, no 43, pp. 52-78.

Ben Ayed Choukri, 2015, Le nouvel ordre éducatif local : mixité, disparités, luttes locales, Paris, Presses universitaires de France.

Bertoncello Brigitte & Rodrigues-Malta Rachel, 2001, « Euroméditerranée : les échelles d’un grand projet de régénération urbaine », in A. Donzel (dir.), Métropolisation, gouvernance et citoyenneté dans la région marseillaise, Paris, Maisonneuve et Larose, pp. 405-420.

Bertoncello Brigitte, Dubois Jérôme & Rodrigues-Malta Rachel, 2009, « Opération Euroméditerranée, une affaire d’état », POPSU, EPAU, p. 138.

Bertoncello Brigitte & Dubois Jérôme, 2010, Marseille, Euroméditerranée, accélérateur de métropole, Marseille, Parenthèses, coll. « La ville en train de se faire ».

Berry-Chikhaoui Isabelle, Deboulet Agnès & Roulleau-Berger Laurence (dir.), 2007, Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Berry-Chikhaoui Isabelle, Deboulet Agnès & Roulleau-Berger Laurence, 2007b, « Internationalisation, dynamiques économiques et urbaines et positions des citadins », in Villes internationales. Entre tensions et réactions des habitants, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », pp. 7-28.

Broccolichi Sylvain & Van Zanten Agnès, 1997, « Espaces de concurrence et circuits de scolarisation : L’évitement des collèges publics d’un district de la banlieue parisienne », Les Annales de la recherche urbaine, no 75, pp. 5-17.

Cour des comptes, 2018, « Présentation du rapport de l’éducation prioritaire », Didier Migaud, 17 octobre 2018.

Courratier Élodie, François Jean-Christophe & Poupeau Franck, 2006, « Différenciation sociospatiale des circuits de scolarisation. Enquête sur les pratiques de placements scolaires en contexte de gentrification », Regards sociologiques, no 31, pp. 55-90.

DEPP, 2018, Note d’information, no 18.02, février 2018.

Dorier Elisabeth, Berry-Chikhaoui Isabelle, Bridier Sébastien, Baby-Collin Virginie, Audren Gwenaëlle & Garniaux Jérémy, 2010, « La diffusion des ensembles résidentiels fermés à Marseille. Les urbanités d’une ville fragmentée », Rapport de recherche pour le PUCA (plan urbanisme construction architecture).

Dubois Jérôme & Olive Maurice, 2004, « Euroméditerranée, négociations à tous les étages. État, promoteurs et propriétaires dans une ville en crise », Les Annales de la recherche urbaine, no 97, pp. 103-111.

Favier Elsa, 2009, « Le collège du futur est classé en ZEP ». La création du collège Jean-Claude Izzo à Marseille-La Joliette, Mémoire de master 1, géographie, université Paris 5.

Félouzis Georges, Liot Françoise & Perroton Joëlle, 2005, L’apartheid scolaire. Enquête sur la ségrégation ethnique dans les collèges, Paris, Seuil.

Félouzis Georges & Perroton Joëlle, 2009, « Grandir entre pairs à l’école. Ségrégation ethnique et reproduction sociale dans le système éducatif français », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 180, no 5, pp. 92-100.

Félouzis Georges, Maroy Christian & Van Zanten Agnès, 2013, Les marchés scolaires. Sociologie d’une politique publique d’éducation, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société ».

François Jean-Christophe & Poupeau Franck, 2008, Le sens du placement. Ségrégation résidentielle et ségrégation scolaire, Paris, Raisons d’agir.

Jones Ken, 2011, L’école en Europe. Politiques néolibérales et résistances collectives, Paris, La Dispute, coll. « L’enjeu scolaire ».

Lehman-Frisch Sonia, 2009, « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche », Annales de géographie, no 665-666, pp. 94-115.

Mons Nathalie, 2007, Les nouvelles politiques éducatives : la France fait-elle les bons choix ?, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société ».

Oberti Marco, 2007, L’école dans la ville : ségrégation, mixité carte scolaire, Paris, Presses de Sciences Po.

Oberti Marco, Préteceille Edmond & Rivière Clément, 2012, « Les effets de l’assouplissement de la carte scolaire dans la banlieue parisienne », Rapport intermédiaire HALDE/DEPP, Paris, Sciences Po-OSC.

Roncayolo Marcel, 2001, « Mixité sociale et ségrégation : la dimension historique », Paris, IAURIF, supplément Habitat, no 29.

Souami Taoufik, 2003, « Mondialisation et cultures urbanistiques », in A. Osmont & C. Goldblum (dir.), Villes et citadins dans la mondialisation, Paris, Khartala, pp. 263-282.

Smith Neil, 2003, « La gentrification généralisée : d’une anomalie locale à la régénération urbaine comme stratégie urbaine globale », in C. Bidou Zachariasen (dir.), Retours en ville, Paris, Descartes et Cie, pp. 45-72.

Van Zanten Agnès, 2001, L’école de la périphérie : scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, Presses universitaire de France.

Van Zanten Agnès, 2009, Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales, Paris, Presses universitaire de France, coll. « Le lien social ».

Haut de page

Notes

1 Pouvant être entendu comme caractérisant l’ensemble des orientations politiques qui visent une diminution du rôle de l’État en faveur du développement de “marché” dans tous les domaines. Ainsi les valeurs économiques, de compétitivité, de rentabilité prennent le pas sur les valeurs humaines, et l’intérêt particulier prime sur l’intérêt collectif. Un tournant politique qui entraîne une disparition progressive du secteur public au profit du secteur privé.

2 Délimité sur les deux cartes, ce périmètre d’étude est appelé « quartier » dans l’article pour faciliter la lecture. Si nos réflexions générales s’inscrivent dans le cadre de l’ensemble du projet Euroméditerranée, nos analyses se concentrent sur trois IRIS (Ilots regroupés pour l’information statistique, découpage géographique des communes selon l’INSEE) faisant partie des deux ZAC (Zone d’aménagement concertée) constitutives de l’opération et qui connaissent le plus de transformations dans le cadre de ce projet (les IRIS de l’Évêché, Peysonnel et Albrand).

3 IA : inspecteur d’académie ; IA-DAASEN : inspecteurs d’académie - directeurs académiques adjoints des services de l’éducation nationale ; DAREIC : délégué académique aux relations européennes, internationales et de coopération.

4 La mutation de l’appareil portuaire implique une quasi-disparition de l’appareil industriel local : savonnerie, huilerie, construction et réparation navale, agro-alimentaire, métallurgie, etc. et une paupérisation des quartiers qui dépendaient de ces activités.

5 Mode de financement contractualisé entre une autorité publique qui fait appel à des prestataires privés pour financer et parfois gérer, un équipement ou certaines opérations urbaines.

6 Pour une analyse détaillée du projet, voir le rapport « Opération Euroméditerranée une affaire d’état » de 2009 : http://www.popsu.archi.fr/sites/default/files/nodes/document/764/files/marseille-projet-euromediterranee.pdf

7 Marseille est une ville pauvre : en 2011, la ville se place au 20e rang des 100 plus grandes communes de France les plus pauvres (COMPAS, 2014), ce qui est toujours visible sur la carte des revenus en 2014 (carte 1).

8 Opération d’urbanisme à laquelle s’applique un régime juridique particulier en raison de son intérêt majeur. Cela passe le plus souvent par un établissement public d’aménagement : http://outil2amenagement.cerema.fr/operation-d-interet-national-oin-r314.html

9 Dans ce premier périmètre une troisième ZAC est créée, la ZAC St Charles, située en bordure Est et excentrée par rapport à notre périmètre d’étude. Elle ne sera pas analysée dans cet article et nous nous concentrons sur les IRIS des ZAC Joliette et Cité de la Méditerranée.

10 Cela passe par le recours à des architectes de renom : Rudy Riccioti pour le Mucem, Zaha Hadid pour la tour CMA CGM, etc.

11 Même si certains magasins présents proposent des marques accessibles au plus grand nombre, l’ensemble des nouveaux magasins est clairement destiné à une population aisée (épiceries fines, joaillerie, etc.).

12 Les promoteurs sont incités à venir construire du logement privé, notamment en accession à la propriété à l’aide d’une TVA à 5,5% dans la ZUS et dans un périmètre élargi à 500 m.

13 D’abord dénoncée par une enseignante dans une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale en 2015 : https://marsactu.fr/agora/je-nous-accuse/ ; puis relayée par différents articles de presse, par exemple en janvier et février 2016 : Stéphanie Harounyan et Marie Piquemal, « Marseille : école primaire, gestion secondaire », Libération, 1er février 2016 : http://www.liberation.fr/france/2016/02/01/marseille-ecole-primaire-gestion-secondaire_1430436 ; Gilles Rof, « Écoles insalubres à Marseille : la mairie dénonce une “manipulation des faits” », Le Monde, 8 février 2016 : https://www.lemonde.fr/education/article/2016/02/08/la-mairie-de-marseille-refute-toute-responsabilite-dans-le-delabrement-de-ses-ecoles_4861364_1473685.html. Localement le journal d’investigation indépendant en ligne, Marsactu, publie régulièrement des articles sur le délabrement des écoles et les problèmes d’inscriptions : https://marsactu.fr/dans-le-centre-de-marseille-on-va-finir-par-ouvrir-une-ecole-clandestine/

14 Pour plus d’informations, consulter le point d’étape sur la situation des écoles de Marseille : http://www.education.gouv.fr/cid101147/point-d-etape-sur-la-situation-des-ecoles-de-marseille.html. Ce document souligne que 114 écoles (sur 444) ont déjà été repérées comme nécessitant des travaux de degrés d’importance différents. 74 d’entre elles (soit 65 %) sont situées dans les quartiers de la nouvelle géographie de la politique de la ville et sont classées en éducation prioritaire (REP+) depuis la rentrée 2015.

15 En 2013, alors qu’en moyenne 165 enfants sont accueillis par école à Marseille, ce ratio est largement supérieur dans les écoles des 3 premiers arrondissements, atteignant 262 élèves.

16 Outil de communication et de valorisation du conseil général, ce collège doit répondre aussi à une politique de proximité. Pour combler les manques d’équipements sportifs et culturels du quartier, le futur collège va accueillir des équipements sportifs, ainsi qu’un amphithéâtre, qui seront ouverts aux habitants du quartier hors temps scolaire. Parallèlement, le choix des normes HQE (Haute qualité environnementale) et d’un architecte de renom pour la construction de l’établissement s’inscrit pleinement dans une stratégie de communication du président du conseil général.

17 Bien que la part des familles populaires reste importante à l’échelle du quartier, le collège A accueille aussi des élèves défavorisés des quartiers voisins.

18 L’appui au secteur privé de l’éducation dans la ville n’est pas nouveau et pour mener à terme ce projet d’école, Jean-Claude Gaudin, maire LR de la ville depuis 1995, ancien professeur d’un lycée privé à Marseille, a trouvé des appuis auprès d’Euroméditerranée mais aussi des autorités académiques (notamment du rectorat qui, même avant la construction de l’établissement, a ouvert des postes d’enseignants).

19 En révélant l’octroi d’un terrain sans versement de loyer, cet extrait d’entretien souligne le positionnement de la collectivité au service d’intérêts privés.

20 Entretien avec la directrice de l’école en 2018.

21 Cette participation financière est soulignée sur le blog de la députée UMP de Marseille, Valérie Boyer, le 11 octobre 2013.

22 Classes de CP, CE1, CE2, CM1, CM2, sans la classe de 6e.

23 Très petite section de maternelle, elle accueille les enfants dès l’âge de 2 ans.

24 Un des groupes leaders mondiaux du transport maritime qui a installé son siège social dans le quartier Euroméditerranée.

25 La plus forte augmentation des effectifs sont des familles venant du centre-ville, et les parents qui habitent les arrondissements les plus proches de l’école représentent plus de la moitié des effectifs de l’école (64 %).

26 En 2011, peu de familles venaient des quartiers Nord et Sud, et, aujourd’hui, il y a une augmentation importante des familles venant du 8e ou 14e.

27 Extraits anonymisés du Scored, pour les années 2011, 2013, 2015, obtenues dans le cadre d’une convention de collaboration de recherche avec le rectorat d’Aix-Marseille.

28 Doctorante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales au centre Maurice Halbwachs, Elsa Favier a réalisé en 2009 un mémoire de master 1 intitulé : « “Le collège du futur est classé en ZEP”. Sociologie de la création d’un collège dans un quartier populaire de Marseille en rénovation », sous la direction d’Olivier Masclet.

29 Une résidente de l’îlot M5 déplore les difficultés qu’elle éprouve à nouer des liens, à établir des relations avec les autres personnes du quartier, même avec les parents d’élèves des amis de ses enfants, scolarisés à l’époque dans le collège public nouvellement ouvert à Euromed.

30 D’après Marcel Roncayolo, les questions de ségrégation et de mixité se posent en quelque sorte « en accordéon » : certaines choses se ramassent et d’autres s’écartent. Cela aboutit à des coalitions ou des coexistences qui ne sont pas de même nature dans le temps et dans l’espace.

31 Entretiens réalisés auprès de plusieurs acteurs de l’éducation catholique de Marseille, de 2009 à 2012, dans le cadre de ma thèse de doctorat (Audren, 2015).

32 Entretien réalisé en juillet 2018.

33 Normalement, la construction des écoles publiques relève d’une compétence municipale, mais ici, une convention bipartite a été signée entre l’aménageur Euroméditerranée et la Ville.

34 Lire le communiqué de presse publié sur le site de l’aménageur lors de la pose de la première pierre, le 17 décembre 2018 : https://www.euromediterranee.fr/sites/default/files/2019-01/CP%20-%201ere%20pierre%20%C3%A9cole%20Antoine%20de%20Ruffi%20-%20lundi%2017%20dec%202018.pdf

35 Entretiens réalisés en juillet 2018.

36 Ariane Azéma (inspectrice générale de l’éducation nationale, du sport et de la recherche) et Pierre Mathiot (professeur des universités, directeur de Sciences Po Lille) ont rendu au ministre de l’Éducation nationale, le 5 novembre 2019, un rapport sur les Territoires et la réussite scolaire en France. Après avoir fait un état des lieux des inégalités multiformes qui traversent l’école en France, et en s’intéressant de plus près à la politique de l’éducation prioritaire, ce rapport propose une liste de vingt-cinq mesures qui pourraient faire évoluer le système éducatif en France, répondre au mieux aux besoins identifiés, et lutter contre les inégalités.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Contexte d’étude, inégalités de revenus et précarité du centre-ville de Marseille, 2014
Légende Source : INSEE, 2014.G. Audren, 2019, AMU-TELEMME.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4822/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique 1. Évolution du revenu médian par unité de consommation dans le périmètre d’étude, 2001-2014
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4822/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau 1. Évolution des indicateurs socio-économiques dans le périmètre étudié entre 2006 et 2014
Légende Pop_totale : population totale ; Pop_3_10ans : population âgée de 3 à 10ans ; Tx_chôm : taux de chômeur ; Tx_cadres_prof_intell : taux de cadres et de professions intellectuelles supérieures ; Tx_prof_intermed : taux de professions intermédiaires ; Tx_ss_diplo : taux de personnes ne possédant aucun diplôme ; Tx_diplo_sup : taux de personnes possédant un diplôme de niveau supérieur à Bac +2.Source : INSEE RGP données locales, 2006, 2012, 2014.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4822/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 2 : Contexte scolaire dans le quartier de la Joliette
Légende Sources : INSEE 2014. Rectorat d’Aix-Marseille, 2017.G. Audren, AMU-TELEMME, 2019.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4822/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Graphique 2. Évolution de la composition du public scolaire du collège A. 2006-2017
Légende Sources : Rectorat d’Aix-Marseille, 2006-2017.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4822/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gwenaëlle Audren, « L’école privée au service de l’attractivité territoriale ? Politiques scolaires et renouvellement urbain à Marseille »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 19 | 2020, 21-51.

Référence électronique

Gwenaëlle Audren, « L’école privée au service de l’attractivité territoriale ? Politiques scolaires et renouvellement urbain à Marseille »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 19 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 24 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/cres/4822

Haut de page

Auteur

Gwenaëlle Audren

Géographe, maître de conférences, Aix-Marseille Université, CNRS, TELEMME.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search