Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Dossier. Privatisations et ségrég...Les green schools, opportunité co...

Dossier. Privatisations et ségrégations de l'éducation. Perspectives internationales

Les green schools, opportunité contre la ségrégation ou marchandisation du développement durable ? L’exemple du nouvel East Side de Baltimore

Green Schools, an opportunity against segregation or the commodification of sustainable development? The example of the new East Side in Baltimore
Stéphanie Baffico
p. 53-78

Résumés

Dans un contexte de réformes scolaires reposant sur le libre choix et la marchandisation accrue de l’éducation aux États-Unis depuis les années 2000, l’article s’interroge sur les enjeux de la réforme éducative qui prône l’intégration des principes du développement durable dans la réhabilitation par l’école des ghettos afro-américains de Baltimore, Maryland. Dans le ghetto d’East Baltimore, la création de la green school Henderson Hopkins, intégrée au projet de réhabilitation urbaine du Grand Piano, doit participer à l’amélioration de la réussite scolaire et de la qualité de vie au sein du quartier de Middle East. Pour ce faire, une gouvernance particulière est mise en place, qui laisse une grande latitude d’action aux acteurs privés, comme l’institution Johns Hopkins ou la fondation Annie E. Casey. Sous couvert de durabilité, les choix opérés par les acteurs privés aboutissent à une gentrification par l’école et à l’exclusion des populations afro-américaines du ghetto.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Une green school désigne un établissement scolaire qui a choisi de centrer ses programmes d’ensei (...)
  • 2 Ce sont des institutions à but non lucratif, souvent de grandes fondations philanthropiques, des (...)

1Après la désindustrialisation de grande ampleur amorcée dans les années 1970, Baltimore (Maryland) est frappée de plein fouet par la crise des subprimes de 2008 et le marasme économique. Elle figure dès lors parmi les métropoles états­uniennes sinistrées, les shrinking cities, cumulant endettement, grande pauvreté, records de chômage, de violences en tous genres, de détérioration du bâti urbain et de mauvais résultats scolaires. Depuis 2000, la municipalité a pourtant initié de multiples projets relevant de différentes formes de développement durable (verdissement, transports durables, mixité sociale, bâtiments écocertifiés, green jobs, green schools) qui peuvent être regroupés sous l’appellation de green politics. Celles-ci sont intégrées aux politiques d’aménagement urbain déployées par la ville pour réhabiliter les deux vastes ghettos encadrant le Central Business District dans l’Inner City (West Baltimore et East Baltimore). Dans le ghetto d’East Baltimore, le projet d’aménagement urbain du Grand Piano cherche à refaçonner entièrement l’image du ghetto, sous la houlette de l’institution hospitalière et universitaire Johns Hopkins, en renouvelant le parc immobilier, en verdissant le quartier (politiques d’urban greening) et en offrant une nouvelle école de type green school1 aux habitants. Pour cela, une gouvernance fondée sur un partenariat public-privé a été mise en place, reposant essentiellement sur Johns Hopkins, qui sert d’anchor institution2.

  • 3 Une charter school est une école publique dont la gestion et la direction sont confiées à une ent (...)

2Notre étude repose sur une enquête de terrain réalisée à Baltimore entre 2012 et 2014 dans le cadre de nos travaux de recherche de doctorat de géographie. Nous avons rencontré et interrogé tous les acteurs concernés par l’ouverture de la Elmer Henderson School, qui est une charter school3 au cœur du ghetto d’East Baltimore.

3Le travail d’investigation a mobilisé, d’une part, un important travail de terrain et, d’autre part, de nombreuses recherches bibliographiques et la consultation de ressources en ligne (sites officiels des administrations fédérales, fédérées, municipales, des associations et des fondations). Concernant les enquêtes de terrain, nous avons conduit un ensemble d’entretiens fait d’échanges semi-ouverts et ouverts, de participations à des réunions (d’associations et institutionnelles) et d’observations participantes. Les visites de terrain furent non seulement l’occasion de nous imprégner de la réalité sociale, spatiale et ethnoculturelle de Baltimore, mais aussi d’aller à la rencontre des acteurs de façon informelle (entretiens informels et non préparés avec des habitants, des représentants associatifs, etc.) ou de suivre ces derniers dans leur présentation du terrain. Ainsi, plusieurs acteurs municipaux, privés et associatifs nous ont accompagnée dans les ghettos. Nous avons très vite perçu des réticences de la part de l’institution Johns Hopkins et de la fondation Annie E. Casey, qui ont refusé de nous communiquer des documents sur la création et le fonctionnement de l’école Henderson-Hopkins et ont décliné toute proposition de rendez-vous.

  • 4 Le greenwashing (ou écoblanchiment) est une expression désignant un procédé de marketing ou de re (...)
  • 5 Une « smart city » ou une « ville intelligente » est un concept développé par la géographie anglo (...)

4Avec ce projet de création d’une green school, présenté comme une réhabilitation par l’école d’un quartier du ghetto d’East Baltimore, nous montrons que l’institution Johns Hopkins instrumentalise le développement durable dans son propre intérêt : gentrifier le quartier, attirer des classes moyennes en évinçant les populations noires pauvres, pratiquant ainsi du greenwashing4 (Johansen, 2015). Cet exemple illustre les forces en tension qui s’expriment dans les politiques d’aménagement urbain et qui opposent la vision des habitants, dite grassroots, du développement durable et celle, néolibérale, de la smart city5, portée par les acteurs privés et les pouvoirs publics.

5Nos travaux s’inscrivent dans le courant de la géographie sociale qui étudie les rapports entre les espaces et les sociétés et met l’accent sur la dimension sociale des dynamiques spatiales. Nous sommes également sensible aux théories du géographe marxiste David Harvey (1989 ; 2014), dont les écrits, abondamment nourris de l’exemple de Baltimore, sont utiles pour analyser la situation de marginalité urbaine avancée et la fragilité de l’expression politique des populations du ghetto.

6Après une présentation du quartier de Middle East, au cœur du ghetto afro-américain d’East Baltimore, et du projet du Grand Piano pour sa réhabilitation, nous nous intéresserons à la réforme éducative par les green schools que la municipalité appelle de ses vœux et qui est un des outils d’action choisis pour redynamiser le quartier. L’analyse du mode de gouvernance établi par les acteurs porteurs du projet soulignera leur divergence d’intérêt et permettra de comprendre que la création de la nouvelle green school Henderson-Hopkins relève bien de pratiques de greenwashing et reflète une vision orientée du développement durable au profit des acteurs privés de la ville, plaçant ainsi la réforme par l’école du ghetto dans une perspective néolibérale de marchandisation de l’éducation.

Le quartier de Middle East au cœur du ghetto d’East Baltimore

Figure 1. L’école Henderson-Hopkins et le Grand Piano au cœur d’East Baltimore

Figure 1. L’école Henderson-Hopkins et le Grand Piano au cœur d’East Baltimore

(S. Baffico, 2019)

7East Baltimore est un des neuf secteurs qui composent la ville de Baltimore. Les quartiers situés à l’est de Baltimore sont d’anciennes zones industrielles. La crise économique des années 1970 et le déclin des activités manufacturières locales y ont entraîné un fort taux de chômage, l’abandon des sites industriels, transformés en friches, et le départ des populations ouvrières blanches vers d’autres banlieues. Le quartier est aujourd’hui peuplé essentiellement par des populations afro-américaines (à 98 %). Il connaît un fort taux de criminalité et le trafic de drogue s’y est pleinement développé (un habitant sur quatre est dépendant de la drogue ou de l’alcool). Contrairement au ghetto de West Baltimore, celui d’East Baltimore a vu sa population fortement diminuer, à tel point que la plupart des rowhouses (maisons traditionnelles en pierre) sont laissées à l’abandon (56 %) et les valeurs immobilières sont parmi les plus basses de la ville. Au cœur de ce ghetto, le quartier de Middle East se situe au nord du campus de l’université de médecine de Johns Hopkins (fig. 1). En 2016, les deux tiers de la population du quartier n’ont pas de diplômes supérieurs, le revenu moyen par famille est inférieur à celui enregistré pour la ville. Le quartier compte 32 % de familles très pauvres, alors que la ville en compte 18 %. Une famille sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté fédéral et le taux de chômage est de 15,5 %, contre 10 % à Baltimore. Un habitant sur deux n’a pas de voiture. Les enfants connaissent le plus fort taux d’empoisonnement au plomb du Maryland. Pour chacune de ces données socio-économiques, Baltimore se situe bien en dessous des moyennes de l’État fédéral, ce qui explique son rattachement au groupe des « shrinking cities » et le fait que la ville ait une très mauvaise réputation aux États-Unis. La série à succès The Wire (Sur écoute), diffusée sur HBO de 2002 à 2008, a placé Baltimore sous le feu des projecteurs en filmant le quotidien des habitants des ghettos (lutte entre les gangs, trafic de drogue, absentéisme et échec scolaire), renforçant ainsi son image de ville dangereuse, sinistrée économiquement et aux antipodes du développement durable.

  • 6 En avril 2012, nous avons rencontré Barbara Rice et James Blackburn du Maryland State Department (...)
  • 7 Institut rattaché à l’université Fordham qui est une université catholique privée située à New Yo (...)

8L’école publique élémentaire de Middle East (Public School no 109) cumule les mauvais résultats en matière de réussite scolaire : fort taux d’absentéisme, très faibles résultats aux tests de lecture et de mathématiques de l’État du Maryland. Elle reflète en cela la situation problématique du Baltimore School District6. L’Institut Fordham7, spécialisé dans les questions d’éducation, a publié en 2010 un classement des villes américaines qui ont mené les meilleures (et les pires) réformes scolaires. La note « C » est attribuée à Baltimore, qui est classée dix-septième sur vingt-six villes étudiées. Le système scolaire public de Baltimore est en effet l’un de ceux qui enregistrent de longue date les plus mauvais résultats aux États-Unis. Le district scolaire correspond à l’aire urbaine de la ville, ce qui fait de lui un des quarante plus vastes districts scolaires des États-Unis et le quatrième plus grand du Maryland. Sa situation est assez particulière puisque la grande majorité des élèves scolarisés dans le public est afro-américaine (83,8 %) contre 8 % de Blancs et 6,2 % de Latinos. De plus, 84,5 % des élèves appartiennent à des familles pauvres et bénéficient de l’aide aux repas dans les cantines (Free or Reduced Price Meal Eligibility). La particularité du district scolaire de Baltimore tient aussi à sa double gouvernance : la ville de Baltimore et le gouverneur de l’État du Maryland le gèrent conjointement. Cette situation accentue la pression sur ce district scolaire, qui doit aligner ses résultats sur ceux des autres districts de l’État du Maryland pour obtenir des subventions. C’est une mise en concurrence entre districts scolaires dans un contexte néolibéral de marchandisation de l’éducation.

  • 8 À deux reprises, nous avons interrogé Chris Shea, le directeur d’EBDI (East Baltimore Development (...)

9Dans ce contexte, le maire démocrate de Baltimore, Martin O’Malley, annonce en 2001 son projet d’un immense plan de régénération urbaine d’East Baltimore (East Baltimore Redevelopment Plan), pour renouveler l’image du quartier et lui redonner un dynamisme économique susceptible d’attirer à nouveau les investisseurs et les populations. C’est un tournant majeur dans la politique de la ville menée jusqu’alors pour réhabiliter les ghettos, qui marque l’avènement d’une stratégie d’envergure, pour hisser Baltimore au rang des grandes métropoles américaines (Cromwell, Giloth & Schachtel, 2005). Le plan de régénération urbaine d’une partie d’East Baltimore, appelé projet du Grand Piano, se démarque de nombreux autres projets d’aménagement urbain des ghettos américains de par sa taille et son ampleur. Sa conception fait référence aux grands principes du développement durable. EBDI8 (East Baltimore Development Inc.) est l’organisme créé par la ville pour mener à bien ce projet. C’est un partenariat public-privé où prévaut la volonté des élus, de Johns Hopkins et de grandes fondations. Le projet s’inscrit dans une démarche de développement durable en ne délaissant aucun des trois piliers qui lui sont essentiels : la dimension économique passe par la création de nouveaux emplois et d’un dynamisme économique ; la dimension sociale est prise en compte avec le souhait d’une renaissance de la sociabilité de quartier et d’une qualité de vie améliorée dans un cadre urbain plus sûr, sans oublier la volonté de mixité sociale ; la dimension environnementale est mise en œuvre par une politique de verdissement d’East Baltimore ou d’un retour de la nature en ville. La construction d’une nouvelle école labélisée green school doit participer à l’amélioration de la qualité de vie dans le quartier (Kats, 2006). Nous nous intéressons particulièrement, dans cet article, à la création de cette école et à la mise en œuvre d’une politique de développement durable dans le ghetto, en lien avec la politique éducative du district scolaire de Baltimore.

L’éducation au développement durable comme nouvelle dynamique de réussite pour les écoles des ghettos ?

  • 9 Abby Cocke (Office of Sustainability/Baltimore Department of Planning), rencontrée en 2012, nous (...)
  • 10 Office of Sustainability, 2010, “Greening” : http://www.baltimoresustainability.org/greening/inde (...)
  • 11 La livability se caractérise par l’ensemble des facteurs qui contribuent à la qualité de vie d’un (...)

10Dans les années 2000, la ville de Baltimore affiche donc clairement sa volonté de mettre en oeuvre une politique de développement durable et de l’intégrer aux opérations d’aménagement urbain. Parmi les grandes métropoles américaines, c’est une des rares à s’être dotée d’un office of sustainability dès 20079. Celui-ci privilégie dans un premier temps une approche environnementale du développement durable (sustainability) afin de rendre la nature au ghetto. Une part importante de son action est consacrée à la promotion de l’urban greening10. Celui-ci revêt différentes formes, telles que la promotion des produits agricoles frais et biologiques issus des fermes et des jardins communautaires du Maryland, le développement de la surface boisée pour diminuer la pollution atmosphérique et offrir des espaces récréatifs aux habitants, et enfin, la protection des écosystèmes naturels. Cette démarche est, dans un second temps, associée aux politiques éducatives du district scolaire, ajoutant ainsi la dimension de la livability11, c’est-à-dire le pilier social du développement durable.

  • 12 Baltimore Sustainability Plan, p. 97.

11Le Baltimore Sustainability Plan définit, dans le chapitre 912 intitulé « Education and Awareness », les quatre principales orientations à suivre : faire de chaque école de la ville une green school ; s’assurer que chaque enfant de Baltimore ait accès à des programmes éducatifs environnementaux ; susciter la conscience écologique de la communauté de Baltimore ; favoriser la diffusion de l’information sur le développement durable.

  • 13 Ibid., p 98. « A broad-based action is needed because local government alone cannot accomplish lo (...)

12Le plan précise que cette impulsion ne peut venir du seul gouvernement local de la ville, mais qu’elle doit avant tout émaner de la volonté des habitants, des milieux d’affaires et des institutions13.

13Les élus municipaux souhaitent que le terme de “durabilité” perde sa connotation abstraite pour devenir un nouveau mode de vie, où les citoyens agissent en pleine connaissance de cause et adoptent des attitudes responsables envers l’environnement. L’école doit permettre un tel apprentissage (Taylor & Kuo, 2006). Le développement durable doit pour cela être intégré aux disciplines d’enseignement, comme l’illustre le document ci-dessous (fig. 2) :

  • 14 The Maryland Department of Natural Resources, “The Maryland Green School Program” : http://www.ai (...)

14Les écoles publiques et privées doivent engager des programmes d’action pour diminuer leur empreinte écologique. L’État du Maryland encourage la création de green schools depuis 199914, mais seulement 5 % des écoles de Baltimore sont reconnues comme telles, contre 20 % pour l’État fédéré. Selon l’US Green Building Council, première institution aux États-Unis à en avoir proposé une définition, une green school désigne un établissement scolaire qui a choisi de centrer ses programmes d’enseignement sur l’éducation à l’environnement. L’école, dans son fonctionnement, se veut respectueuse de l’environnement (bâtiments aux normes LEED-ND — Leadership in Energy and Environmental Design for Neighborhood Development —, jardins potagers, opérations de recyclage, alimentation proposée à la cantine). Les travaux pédagogiques doivent favoriser chez les élèves l’émergence du sentiment de responsabilité environnementale, inhérent au statut de citoyen. Cet apprentissage mise beaucoup sur le peer teaching (enseignement par les pairs) propre à l’enseignement anglo-saxon qui désigne des tuteurs auprès des élèves pour en former d’autres (fig. 3) :

Figure 2. Intégrer la notion de durabilité dans les programmes et les activités scolaires

Figure 2. Intégrer la notion de durabilité dans les programmes et les activités scolaires

(Baltimore Sustainability Plan, 2009, p 100.)

Figure 3. Former une équipe de jeunes ambassadeurs pour sensibiliser les autres élèves au développement durable

Figure 3. Former une équipe de jeunes ambassadeurs pour sensibiliser les autres élèves au développement durable

(Baltimore Sustainability Plan, 2009, p 100.)

  • 15 Les politiques grassroots font référence à un mouvement ou une organisation politique de la bas (...)

15L’émulation doit provenir d’initiatives locales et communautaires, et non être imposée du sommet (hiérarchie professorale, administrative ou municipale). Cette impulsion est à replacer dans la perspective des politiques dites grassroots15 qui se sont largement développées aux États-Unis depuis les années 1970. Les pouvoirs publics encouragent les associations et les habitants des quartiers pauvres à “prendre en main leur destin” pour mettre en oeuvre une dynamique urbaine d’ancrage local, ce qui accentue également les inégalités entre quartiers selon les moyens dont ils disposent (Donzelot, 2003). C’est l’empowerment ou le développement du pouvoir d’agir des individus et des groupes sur leurs conditions sociales, économiques, politiques ou d’éducation. Pour l’exemple de projet éducatif que nous présentons ici, nous pourrions employer le terme de “tutorat civique environnemental”, la communauté étant représentée par les élèves du groupe scolaire ou par les habitants d’un quartier (Baffico, 2017 : 414).

  • 16 À partir des années 2000, le foisonnement d’initiatives éducatives promouvant le développement du (...)

16En partenariat avec des associations environnementales comme Parks and People, ces programmes éducatifs sont encouragés dans les écoles des quartiers défavorisés comme à East Baltimore. À travers ces activités, on espère améliorer les résultats scolaires des enfants des ghettos, leur comportement en société et les inciter à agir en citoyens de plein droit (Huckle, 2008). L’éducation au développement durable est ainsi perçue comme un terreau favorable à la capacity-building et à l’implication communautaire. Pour se donner les moyens d’une pleine mise en œuvre de ces objectifs, la municipalité de Baltimore, conjointement à l’État du Maryland, encourage la création de green schools16.

Les acteurs porteurs du projet : gouvernance urbaine et ghetto d’East Baltimore, des amours contrariées ?

17Les acteurs qui participent à la création de l’école Henderson-Hopkins à Middle East et à sa labélisation en tant que green school sont nombreux. Ils ont cependant des intérêts divergents, et les modes de gouvernance mis en place révèlent les jeux de pouvoir complexes qui se sont établis et qui influencent le fonctionnement de l’école ainsi que son impact sur le devenir du nouveau quartier réhabilité de l’East Side.

Une gouvernance urbaine entrepreneuriale et d’exclusion

18Dès les années 1970, Baltimore se pose comme un exemple emblématique du changement de mode de gouvernance urbaine lié au contexte socio-économique (Harvey, 1989). Selon David Harvey, l’évolution vers un libéralisme de type néolibéral ainsi que la fragmentation de l’espace social urbain ont entraîné une redéfinition du rôle de l’État et des instances politiques locales. On assiste à l’émergence de l’influence grandissante des milieux d’affaires et du secteur privé. Ce partenariat public/privé est davantage motivé par la construction spéculative des lieux plutôt que par l’amélioration des conditions sociales d’un territoire donné. Cette tendance se confirme durablement dans les années 2000, avec l’élection du maire Martin O’Malley (1999-2007), puis avec son successeur Stephanie Rawlings-Blake (2010-2016). Pour le projet du Piano, la municipalité fait appel aux grandes fondations philanthropiques Annie E. Casey, Goldseker et aux anchor institutions comme Johns Hopkins, premier employeur de la ville. Mais contrairement à la décennie précédente où les subventions aux quartiers étaient attribuées selon les besoins des communautés, la municipalité, en partenariat avec les fondations, choisit de privilégier l’aide aux communautés qui disposent d’atouts (Pill, 2013), en s’appuyant sur l’étude des valeurs du marché foncier et immobilier. Ainsi, le projet du Piano mené par EBDI au cœur du ghetto d’East Baltimore ne concerne que la réhabilitation du quartier qui jouxte l’hôpital Johns Hopkins. Les populations afro-américaines très pauvres sont progressivement déplacées hors du quartier depuis la première phase de démolition des maisons (2001-2006) afin de créer un immense cluster dédié aux biotechnologies.

19Ce type de gouvernance urbaine associant les autorités municipales aux institutions privées, appelées eds and meds, est qualifiée de collaborative governance ou encore de network governance (Stoker, 1987) et reflète une politique urbaine néolibérale, génératrice d’inégalités. Dans ce duo secteur privé/secteur public, la crise des subprimes de 2008 et la compression budgétaire drastique de la municipalité entraînent l’effacement progressif des pouvoirs publics qui s’en remettent à Johns Hopkins et à EBDI pour mener à bien le projet du Piano (Orr, 2004). Ces derniers ont alors le champ libre pour imposer leur vision néolibérale de compétitivité dans la refonte de Middle East. Quant à la composition du comité de direction d’EBDI, la majorité des représentants est issue de Johns Hopkins et des fondations Annie E. Casey, Weinberg, Rouse, Goldseker, Abell et Atlantic Philanthropies, et les associations de quartier sont peu représentées. La collusion des acteurs institutionnels s’est ainsi faite au détriment des communautés de quartier. Après 2009, il n’y a plus de représentants de SMEAC (Save Middle East Action Committee), principale association opposée au projet du Piano, et les résidents qui participent au processus de décision ont été choisis par la fondation Casey.

Figure 4. Le jeu des acteurs dans la création d’une green school dans le quartier de Middle East, Baltimore

Figure 4. Le jeu des acteurs dans la création d’une green school dans le quartier de Middle East, Baltimore

(S. Baffico, 2019)

20Ce sont également ces acteurs privés, Johns Hopkins et les grandes fondations, qui intègrent au projet du Piano la création d’une nouvelle école à Middle East (fig. 4). Ils la subventionnent, sont à l’origine de sa conception et de son fonctionnement et influencent grandement les modes de recrutement et l’enseignement qui y est dispensé en faisant de l’éducation à l’environnement une priorité (Moscovitch, Sadovnik, Barr & Davidson, 2010).

Johns Hopkins, une « anchor institution » au cœur du projet du Piano

  • 17 En 2010, l’institution (hôpital et université) a assuré quatre milliards de dollars de retombées (...)

21Johns Hopkins est le plus gros employeur de la ville de Baltimore17. L’institution Johns Hopkins procure également à la ville un rayonnement national et international. L’institution soigne particulièrement son image, car si celle-ci est positive à l’échelle régionale et métropolitaine, elle est de longue date très mauvaise auprès des habitants des quartiers d’East Baltimore. Ceux-ci l’accusent d’avoir toujours cherché à exproprier les résidents et à détruire l’esprit même du quartier afin d’étendre son emprise au sol. Or, leur mécontentement et l’opposition de certaines associations comme SMEAC peuvent constituer un frein à l’aménagement urbain du Piano souhaité par Johns Hopkins afin de continuer son extension. L’institution essaie de neutraliser la contestation des habitants en œuvrant dans le domaine éducatif, de l’emploi et du développement des quartiers, et en ayant largement recours à la rhétorique du développement durable. Au travers de toutes ses actions, elle joue véritablement le rôle d’anchor institution pour Baltimore. Johns Hopkins travaille étroitement avec EBDI et le président de son université siège à son comité directeur. Depuis 2003, l’institution a ainsi directement investi 50 millions de dollars dans le projet, dont 21 millions en acquisition de propriétés et de terrains et 21 millions en constructions, notamment pour l’école Henderson-Hopkins et le centre Weinberg pour la petite enfance. C’est la clé de voûte économique du projet du Grand piano. Cependant, l’institution Johns Hopkins (tout comme la fondation Annie E. Casey) a refusé toutes nos demandes de rendez-vous ou d’échanges par courriel afin de nous présenter ses objectifs et ses ambitions éducatives.

Annie E. Casey, une fondation dans la mouvance de Johns Hopkins

  • 18 Jim Casey fonde l’entreprise United Parcel Service de services postaux et de livraison en 1948 à (...)

22Établie à Baltimore depuis 1994 par son fondateur Jim Casey18, cette institution philanthropique œuvre pour l’enfance et les familles défavorisées. Madeleine Pill considère que la fondation Annie E. Casey a développé une approche néolibérale, tout comme ses autres partenaires institutionnels depuis les années 2000. Elle va même plus loin dans son analyse, en estimant que la structure de gouvernance en réseau mise en place par la Ville et ses partenaires privés, les institutions à caractère philanthropique, ne laisse pas de place à l’expression des citoyens (Pill, 2013). Ainsi, dans East Baltimore, la participation citoyenne est encore plus réduite. La place des habitants au sein du comité directeur d’EBDI a toujours été modeste et leur expression est soumise à condition ou au consentement de Annie E. Casey ou des autres partenaires afin de ne pas entraver la stratégie de croissance du groupe des dominants. Annie E. Casey sert donc plus de filtre que de porte-voix aux communautés de quartier.

SMEAC, l’“outsider” du projet 

  • 19 Nous avons longuement échangé avec Marisela Gomez, militante de SMEAC farouchement opposée au pro (...)

23Les membres de l’association SMEAC, créée en 2001, sont des habitants du quartier, principalement des Afro-Américains à très faibles revenus. SMEAC joue le rôle d’interlocuteur d’EBDI au nom des habitants, en attendant de réussir à initier au sein de la communauté une participation citoyenne active et la volonté de développer leur propre capacité à s’organiser. Au total, l’association compte 200 membres issus des 800 foyers concernés par les travaux, ce qui représente moins de 10 % des foyers concernés par le projet du Piano. La rhétorique utilisée par SMEAC19 inscrit son action dans le domaine de la justice sociale contre la discrimination raciale envers les Afro-Américains. Cependant, la question des logements et des expropriations demeure sa principale préoccupation et l’association n’a pas eu le temps de définir une ligne directrice claire par rapport aux enjeux du développement durable. Elle s’est dissoute en 2009 pour cause de dissensions internes, ce qui laisse le champ libre à EBDI et Johns Hopkins pour créer l’école du nouvel East Side selon leurs conceptions.

Le développement durable : nouvel enjeu éducatif au cœur des réformes scolaires 

24Le néolibéralisme et la marchandisation de l’éducation induite s’expriment très clairement dans la réforme du système scolaire public de Baltimore et dans la création de la Henderson-Hopkins School.

  • 20 Le school choice est un système qui permet aux élèves américains de bénéficier d’une grande varié (...)
  • 21 MAEOE, 2012 : http://www.maeoe.org/about/
  • 22 En juin 2011, l’État du Maryland est le premier aux États-Unis à imposer l’éducation à l’environn (...)
  • 23 En avril 2012, nous avons passé une journée à la Chesapeake Bay Foundation à Annapolis. Lors de l (...)

25En nommant Andrés Alonso au poste de surintendant en 2007 afin de remédier à la situation désastreuse du système éducatif public, le district scolaire de la ville (Baltimore City Public Schools) s’engage ouvertement dans une politique néolibérale de public choice20 et met en concurrence les établissements scolaires (Cohen & Smerdon, 2007). C’est la tendance qui s’opère de manière générale aux États-Unis depuis une vingtaine d’années et qui s’est accélérée sous l’administration Obama. La réforme scolaire entamée présente dans ses différentes dimensions un même fil directeur, celui de l’éducation à l’environnement, que l’on retrouve présent dans les programmes scolaires, dans la formation des enseignants et comme moteur de l’action des communautés de quartier. La municipalité de Baltimore encourage fortement ces projets éducatifs. C’est le Bureau du développement durable (Baltimore Office of Sustainability) qui a la mission d’encourager ce processus (« Greening our schools »). Il travaille en partenariat avec le district scolaire de la ville, la Chesapeake Bay Foundation et la MAEOE (Maryland Association for Environmental and Outdoor Education) (fig. 4). Fondée en 1985, la MAEOE est une association à but non lucratif dont les membres viennent d’horizons très divers21. Son objectif principal est de promouvoir l’éducation à l’environnement afin de construire une citoyenneté sur de solides fondations intégrant une pleine conscience de la nécessité d’un développement durable. L’objectif est extrêmement ambitieux. C’est pourquoi la MAEOE bénéficie du soutien des pouvoirs publics. Cela permet aussi à l’État du Maryland22 de se distinguer dans un contexte national devenu plus favorable aux questions environnementales avec la présidence de Barack Obama. La MAEOE octroie23 chaque année la certification green school aux établissements scolaires (the Maryland Green School Awards Program). Toutes les écoles privées et publiques du primaire au secondaire peuvent y prétendre. La certification est obtenue pour quatre ans. Dans un contexte de concurrence accrue entre les écoles, c’est un coup de projecteur non négligeable. Les parents développent de plus en plus des stratégies éducatives élaborées et recherchent justement des établissements qui se démarquent par leur offre et leurs méthodes éducatives (Giband, 2011 : 50). Les établissements ont tout à y gagner en matière de recrutement et peuvent ainsi consolider leur budget. Les écoles des quartiers défavorisés trouvent ici un moyen de lutter contre les stratégies d’évitement des familles et le fléau de la désaffection des publics scolaires (Manning, 2001). C’est cette idée qui a été retenue pour la création de l’école Henderson-Hopkins au cœur du projet du Piano dans le ghetto de Middle East.

Une nouvelle école pour un nouvel East Side

  • 24 Michael Kimmelman, « Reading, writing and renewal», The New York Times, 18 mars 2014.
  • 25 Vidéo promotionnelle de l’école Elmer Henderson-Hopkins : http://k8.hendersonhopkins.org/apps/vid (...)

26En parallèle de la politique de réhabilitation du bâti dans le ghetto de l’East Side, EBDI souhaite offrir toutes les aménités qui convaincront les familles des classes moyennes de venir s’installer dans le nouveau quartier du Piano. L’élément clé est la construction d’une nouvelle école et du centre Weinberg pour la petite enfance qui doivent servir d’« aimants » dans la zone24. Il faut dire que l’ancienne école publique élémentaire du quartier de Middle East, la Public School no 109, datant de 1876 et classée bâtiment historique depuis 1979, a été rasée en 2004 afin d’accueillir une extension de l’institut Kennedy Krieger, ce qui a suscité un grand mécontentement au sein de la communauté d’habitants. La nouvelle école porte le nom de Henderson-Hopkins School25. Elle est gérée par l’université Johns Hopkins (en partenariat avec la Morgan State University) et accueille des élèves depuis janvier 2014. Les brochures publicitaires de Johns Hopkins affirment que les enfants des familles du quartier de Middle East sont prioritaires afin d’intégrer l’école.

Figure 5. Henderson-Hopkins School dans le projet du « Grand Piano ».

Figure 5. Henderson-Hopkins School dans le projet du « Grand Piano ».

(S. Baffico, 2016)

  • 26 Erica Green, « East Baltimore students start new year in new school », The Baltimore Sun, 2 janvi (...)

27La première East Baltimore community school, sise au 1101 North Wolfe Street, ouvre temporairement ses portes en 2009 (fig. 5). EBDI est de toute évidence pressé de concrétiser ce projet pour calmer les premières critiques qui se font entendre au sein de la communauté. Plusieurs résidents prétendent que la rénovation du quartier s’adresse davantage aux populations que Johns Hopkins souhaite attirer qu’à ses habitants26.

28Lors d’un entretien avec le directeur d’EBDI, Christopher Shea, le 12 avril 2012, celui-ci ne nous a pas caché sa volonté de « faire vite » alors même que le site et les plans définitifs de la nouvelle école étaient en préparation. Lors d’un nouvel entretien avec lui le 28 octobre 2014, nous avons pu constater l’avancée des travaux et visiter la nouvelle école située à deux pas du siège d’EBDI. Faite pour accueillir 720 élèves, elle se compose de plusieurs pavillons reliés entre eux par de petites cours et de petites rues intérieures, ainsi que d’espaces ouverts à la communauté du quartier. Le cabinet d’architectes Rogers Partners a souhaité que les plans de l’école imitent la structure d’un quartier ou d’un petit village, en s’inspirant des principes du nouvel urbanisme. Habillée de briques rouges et de parements en pierre qui rappellent l’esthétique des rowhouses traditionnelles, l’école doit s’intégrer dans le paysage urbain environnant. Elle abrite un centre pour la petite enfance, une école primaire et un collège (de kindergarten à K8, c’est-à-dire du primaire à la classe de quatrième), mais aussi une salle de sport, une bibliothèque publique, un auditorium et un centre communautaire. Le bâtiment (fig. 6) est conçu sur le mode d’un accès double : un côté uniquement accessible aux enfants scolarisés et à leurs parents pour assurer leur sécurité, et l’autre en libre accès pour tous les habitants du quartier. Le nom donné à l’école est très symbolique vis-à-vis de la communauté d’habitants puisque Elmer A. Henderson (1887-1951) est le premier afro-américain à avoir occupé le poste d’assistant superintendent des écoles publiques de Baltimore.

29S’étendant sur presque trois hectares de terrain, dont environ 12 000 mètres carrés de bâtiments, et ayant nécessité la démolition de maisons sur deux blocs, l’Henderson-Hopkins School est un projet d’envergure. C’est la première école construite depuis vingt-cinq ans dans East Baltimore (photographie 1). Les négociations entre la municipalité et les habitants qui appelaient de leurs vœux cette école datent, quant à elles, des années 1970. Au total, les 53 millions de dollars nécessaires ont été apportés par Johns Hopkins et les fondations Harry & Jeanette Weinberg et Annie E. Casey, sans aucune contribution du département de l’Éducation publique de la ville de Baltimore.

Figure 6. Henderson-Hopkins School. Vue d’architecte

Figure 6. Henderson-Hopkins School. Vue d’architecte

(Source : http://www.rogersmarvel.com/​projects/​Henderson-Hopkins/​)

Photographie 1. Henderson-Hopkins School à l’angle de North Chester Street et East Eager Street

Photographie 1. Henderson-Hopkins School à l’angle de North Chester Street et East Eager Street

(S. Baffico, 2014)

Repenser l’école pour réhabiliter le ghetto

30Un an après son ouverture sur le nouveau site, l’école obtient en 2015 la certification green school auprès de la MAEOE. Tout le personnel enseignant et administratif ainsi que les élèves ont été mobilisés afin de préparer la candidature. Les professeurs ont fait un stage sur le site de North Bay dans le comté de Cecil, Maryland. Ce site accueille les locaux d’une association environnementale qui permet aux publics d’adultes et d’élèves de valider des stages d’éducation à l’environnement (Warner & Elser, 2014). Ce stage a permis aux professeurs de l’école de concevoir leur projet de candidature pour devenir une green school.

31Les locaux de l’établissement scolaire ont été conçus selon les normes environnementales LEED-ND et ont reçu la médaille d’argent de ce label, qui est le premier niveau d’exigence pour les normes de constructions environnementales et par conséquent le plus facile à obtenir. L’architecture du bâtiment est conçue de telle sorte que les salles soient inondées par la lumière naturelle du jour. Les élèves sont sensibilisés à cette caractéristique architecturale et une green team a pour mission de veiller à l’usage modéré des éclairages électriques au sein de l’école tout au long de la semaine de cours. Les élèves peuvent également intégrer un recycling club chargé de la collecte des déchets alimentaires pour en faire du compost, et des déchets papier et stylos des salles de classe afin de les envoyer à une usine de retraitement. Dans la cour de l’école, les professeurs encadrent les élèves qui entretiennent un jardin potager dont la production est proposée à leurs familles. Enfin, chaque mercredi, la green team, aidée des parents d’élèves, organise une opération de nettoyage des rues du quartier. C’est l’occasion pour les élèves de partager leurs connaissances avec leurs aînés et de sensibiliser la population du quartier à une conscience environnementale qui doit participer à l’amélioration de la qualité de vie des résidents. L’on retrouve ici l’idée de tutorat environnemental préconisé par le Bureau du développement durable de la ville.

32Toutes ces actions éducatives en faveur du développement durable peuvent certes avoir des effets très bénéfiques en termes de sustainability et de livability pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie et de l’image du quartier de Middle East. Elles participent également à une meilleure réussite scolaire des enfants en suscitant leur plein investissement aux projets éducatifs.

33Cependant, on s’aperçoit que le projet de nouvelle école, tout comme la politique de relogement des habitants déplacés lors des travaux, s’inscrit dans la stratégie de communication d’EBDI, fondée sur le greenwashing, à l’attention des habitants du quartier afin de calmer leur hostilité et d’éviter les obstacles à la conduite du projet du Piano. La référence au développement durable perd très vite de sa lisibilité dans l’argumentaire d’EBDI et est traitée de façon superficielle (Baffico, 2017). Les caractéristiques architecturales et le design de l’école participent davantage de la volonté de marketing et de promotion du quartier et par conséquent de la ville (Cucchiara, 2013). Il s’agit de construire une école qui bénéficie de la proximité et du renom de l’institution Johns Hopkins afin qu’elle puisse jouer un rôle dynamisant au service du quartier au sein de la ville de Baltimore et même au-delà, et ainsi attirer des ingénieurs et des scientifiques qui verront comme une opportunité la possibilité d’y inscrire leurs enfants. Johns Hopkins pérennisera ainsi la population du quartier sur le long terme. Les étudiants de l’université seront les ingénieurs de demain, et leurs enfants seront scolarisés dans l’école qui leur donnera une chance d’avoir la même trajectoire professionnelle que leurs parents. C’est une forme de gentrification par l’école.

Une gentrification par l’école programmée

  • 27 EBDI : http://www.ebdi.org/about

34Après plus de dix ans de travaux, la “politique du bulldozer” a eu pour effet de vider le quartier de la majorité des derniers résidents, et cela malgré l’existence de programmes comme Home repair ou House for a house. En 2018, plus de 700 familles ont déjà été déplacées et seule une douzaine de familles demeure encore dans le quartier. Très peu d’anciens résidents sont retournés vivre à Middle East malgré le principe du right to return promu par EBDI. Park View at Ashland terrace et Ashland Commons étaient les premiers immeubles de logements avec appartements pour revenus modérés de la première phase du projet. Ils servaient alors de modèles pour la politique d’intégration des résidents par EBDI. Le nombre de personnes originaires de Middle East qui ont bénéficié du right to return est aujourd’hui largement minoritaire dans ces immeubles. Il en est de même pour les ensembles d’habitations de Chapel Green et d’A & R Condominiums27.

  • 28 « East Baltimore redevelopment project past its halfway mark », The Daily Record, 28 novembre 201 (...)
  • 29 L’un des principes d’une charter school est en effet que son gestionnaire décide seul des règles (...)
  • 30 « The great East Baltimore raze and rebuild », Next City, 29 juillet 2013 : https://nextcity.org/ (...)

35En parallèle, il s’avère que la réforme scolaire portée par le projet de green school ne bénéficie pas aux enfants défavorisés du quartier de Middle East. La nouvelle école Henderson-Hopkins en accueille en effet très peu. Lors de son ouverture en 2014, EBDI souhaite qu’elle soit le nouveau pôle d’attraction de familles de classe moyenne. Le recrutement des élèves se fait ainsi de façon élargie et couvre la zone géographique du New East Side, plus vaste que le Piano, ouvrant prioritairement l’école aux employés de l’hôpital Hopkins28. C’est d’ailleurs Johns Hopkins qui se charge de la gestion de l’école29 et peut dès lors décider des règles d’inscription qui consistent en un système complexe de loterie. L’école est qualifiée de gentrifying magnet (« aimant de la gentrification »)30, puisque c’est par elle que le processus de gentrification prend son assise.

  • 31 Henderson-Hopkins School : https://k8.hendersonhopkins.org/apps/pages/index.jsp?uREC_ID=323356 (...)
  • 32 « Gentrify or die. Inside a university’s controversial plan for Baltimore », The Guardian, 18 a (...)
  • 33 Henderson-Hopkins School, « Our school » : https://www.ecc.hendersonhopkins.org/apps/pages/index. (...)
  • 34 95 % des élèves de l’école sont afro-américains, 3 % sont d’origine hispanique, 2% sont Blancs.

36Le système de recrutement scolaire décidé par Johns Hopkins et EBDI donne certes la priorité aux enfants des habitants de la zone du Piano (Priority one zone). Mais la majorité des habitants afro-américains d’origine a été déplacée hors de la zone pendant les travaux de réhabilitation et n’est pas revenue dans le quartier. Ensuite sont concernés les enfants des employés de Johns Hopkins (Priority Two zone). Ce sont principalement des Afro-Américains de familles de classe moyenne qui sont venus s’installer dans les quartiers avoisinant Middle East. Enfin, place peut être faite aux enfants venant d’autres quartiers de Baltimore si les effectifs ne sont pas atteints (Priority Three zone)31. Ainsi, en organisant un système de recrutement par loterie, le choix des élèves semble impartial puisque l’on s’en remet au hasard, et tous les enfants du quartier peuvent candidater à chance égale. Mais il s’avère que Johns Hopkins contrôle tout de même l’origine socio-économique des élèves puisqu’une sélection géographique a déjà été opérée en amont en fonction des trois zones de recrutement de référence. De plus, pour s’assurer que ses propres employés deviennent propriétaires des maisons nouvellement construites, Johns Hopkins leur accorde une subvention de 36 000 dollars par foyer32. En outre, les frais d’inscription d’un enfant au centre Weinberg pour la petite enfance, qui fonctionne en binôme avec l’école, varient de 16 000 à 19 000 dollars33 par an selon l’âge. Les familles afro-américaines défavorisées qui vivent encore dans le quartier n’ont pas les moyens de payer une telle somme. Le site Internet de l’école présente des photographies d’élèves souriants, qui apparaissent comme majoritairement afro-américains. Alors qu’EDBI a été accusée de pratiques raciales injustes pendant des décennies par les associations de quartier, sa stratégie de communication et celle de Johns Hopkins visent à donner une bonne image de l’institution, supposée scolariser en majorité des enfants noirs34. Mais il s’avère que ce sont des enfants d’employés et d’ingénieurs de Johns Hopkins et non plus les enfants des familles défavorisées qui vivaient dans le quartier à l’origine.

37Enfin, le choix du statut de l’école n’est pas anodin. Les charter schools et les partner schools, auxquelles l’étiquette de green school se surimpose, sont synonymes de réussite éducative pour les parents et c’est un argument attractif pour les classes moyennes qui développent de véritables stratégies scolaires. Ces écoles « constituent l’emblème tout autant que l’outil privilégié de la privatisation de l’éducation » (Nafaa & Giband, 2016).

  • 35 The Guardian, op. cit.

38La presse locale, de grands journaux, comme le New York Times et le Guardian35, et les militants dénoncent régulièrement des pratiques discriminatoires à l’inscription et accusent Johns Hopkins de se servir de l’école pour réaliser son objectif de gentrification du quartier.

39En forgeant ainsi un nouvel esprit de quartier et en s’intégrant dans l’identité de la nouvelle communauté, Johns Hopkins peut finalement gagner son pari et donner à l’ancien ghetto l’image qui lui convient. Mais dans ce cas, la mise en œuvre du développement durable dans sa dimension éducative et sociale permettant la mixité sociale et intégrant toutes les catégories socio-économiques et des populations diverses au cœur d’un nouveau quartier a bel et bien échoué.

Conclusion

40Au cœur du ghetto afro-américain d’East Baltimore, la création de la green school Henderson-Hopkins qui ambitionnait de donner un souffle nouveau aux politiques d’empowerment des communautés locales a trouvé ses limites (Harvey, 2014). Au lieu de favoriser les enfants pauvres du quartier, concernés par le projet de réhabilitation urbaine du Piano, cet exemple permet de comprendre les mécanismes à l’œuvre en matière de politique éducative où prime la volonté de public choice et où les services scolaires publics délèguent de plus en plus de pouvoir à des acteurs privés. Pour le Piano, c’est en l’occurrence Johns Hopkins qui joue le rôle d’« anchor institution », recevant carte blanche pour créer une école sous mandat et décider des méthodes éducatives et des contenus d’enseignement. Par une rhétorique bien rodée, les discours officiels présentent l’éducation au développement durable comme un moyen de lutte contre la ségrégation scolaire et le problème de l’achievement gap (écart de réussite) dont souffre la communauté afro-américaine du ghetto d’East Baltimore. Mais il s’avère que ce projet de green school n’aborde le développement durable que de façon superficielle, en privilégiant la dimension environnementale (sustainability). En évinçant les enfants des familles pauvres du quartier, les principes de justice sociale et de livability sont oubliés.

41Ces pratiques relèvent du greening qui est à l’œuvre dans toutes les grandes métropoles américaines. Le greening seul peut difficilement changer les conditions socio-économiques des populations des ghettos, mais il est par contre un élément essentiel pour attirer des familles de classes moyennes dans certains quartiers réhabilités. Il s’agit d’une lecture intéressée et instrumentalisante du développement durable qui concerne l’environnement général d’un quartier plutôt que les problèmes humains de fond. De plus, cette rhétorique d’acteurs institutionnels sert une politique urbaine à l’échelle métropolitaine, avec des enjeux qui dépassent le cadre d’un quartier de ville, et relève ainsi du greenwashing. C’est un développement durable instrumentalisé au service d’une ambition néolibérale de « ville intelligente » (smart city) par opposition à une vision locale du développement durable, de type grassroots, ancrée à l’échelle d’un quartier avec une entrée plus humaine et une grille de lecture adaptée aux besoins d’une population particulière : des Afro-Américains pauvres (Baffico, 2017).

42L’environnement et le développement durable risquent alors de devenir à leur tour de simples produits commerciaux au service de l’éducation. Avec la privatisation des écoles publiques en difficulté dans les quartiers « ethniques » de centre-ville et l’application des méthodes de gestion néomanagériales, on assiste à l’émergence d’une conception de l’éducation par processus d’exclusion au détriment des populations défavorisées, ce qui contribue à renforcer les inégalités sociospatiales et raciales en matière d’éducation dans les métropoles américaines. La situation de la ville-centre de Baltimore s’inscrit ainsi dans une tendance générale aux États-Unis depuis ces quinze dernières années, et interroge plus que jamais l’efficacité des politiques urbaines de réhabilitation des ghettos.

Haut de page

Bibliographie

Baffico Stéphanie, 2017, Green Politics et aménagement urbain durable à Baltimore. La racialisation du développement durable au cœur du traitement des ghettos, Thèse de géographie, Université de Perpignan Via Domitia.

Cohen Jonathan & Smerdon Becky (dir.), 2007, Baltimore city’s high school reform initiative, rapport pour l’Urban Institute, Washington DC.

Cromwell Patrice, Giloth Robert & Schachtel Marsha, 2005, « East Baltimore revitalization project: Opportunities and challenges in transforming an urban neighborhood », Journal of Higher Education Outreach and Engagement, vol. 10, no 2, pp. 113-126.

Cucchiara Maia Bloomfield, 2013, Marketing schools, marketing cities: Who wins and who loses when schools become urban amenities, Chicago, University of Chicago Press.

Donzelot Jacques, 2003, Faire société, Paris, Seuil.

Giband David, 2011, Les villes de la diversité, Paris, Economica/Anthropos.

Harvey David, 1989, « From managerialism to entrepreneurialism: The transformation in urban governance in late capitalism », Geografiska Annaler, Series B, Human Geography, vol. 71, no 1, pp. 3-17.

Harvey David, 2014, Villes rebelles. Du droit à la ville à la révolution urbaine, Paris, Buchet Chastel.

Huckle John, 2008, « Citizenship education for sustainable development », in J. Arthur, I. Davies, C. Hahn (dir.), The Sage handbook of education for citizenship and democracy, London, Sage Publications.

Johansen Bruce, 2015, Eco-hustle! Global Warming, Greenwashing and Sustainability, Santa Barbara, Praeger.

Kats Gregory (dir.), 2006, Greening America’s schools: costs and benefits, Rapport pour Capital E.

Manning Jeff, 2001, « Emerging models of governing school districts », The National Center on Education in the inner cities review, vol. 10, no 2, pp. 1-3.

Moscovitch Ruth, Sadovnik Alan, Barr Jason, Davidson Tara, 2010, Governance and Urban School Improvement: Lessons for New Jersey from Nine Cities, Newark, The Institute on Education Law and Policy Rutgers.

Nafaa Nora, Giband David, 2016, « Obama et l’école : Néolibéralisation et marchandisation des districts scolaires urbains », Urbanités. www.revue-urbanites.fr/wp-content/uploads/2016/11/Urbaniteés-Villes-USA-Nafaa-et-Giband.pdf

Orr Marion, 2004, « The limits of mayoral control of urban schools: Baltimore », in J.R. Henig, W.C. Rich (dir.), Mayors in the Middle: Politics, Race and Mayoral Control of Urban Schools, Princeton, Princeton University Press, pp. 27-58.

Pill Madeleine, 2013, « Urban governance when austerity is the norm: the role of philanthropic foundations in Baltimore », Interrogating Urban Crisis: Governance Contestation and Critique, September 9-10th, De Monfort University.

Stocker Robert, 1987, « Baltimore: the self-evaluating city ? », in C. Stone & H. Sanders, The politics of Urban Development, Lawrence, University Press of Kansas.

Taylor Andrea & Kuo Frances, 2006, « Is contact with nature important for healthy child development? State of the evidence », in C. Spencer, M. Blades (dir.), Children and their environments: Learning, Using and Designing Spaces, Cambridge, Cambridge University Press.

Warner Benjamin & Elser Monica, 2014, « How do sustainable schools integrate sustainability education? An assessment of certified sustainable K-12 schools in the United States », The Journal of Environmental Education, vol. 46, no 1, pp. 1-22.

Haut de page

Notes

1 Une green school désigne un établissement scolaire qui a choisi de centrer ses programmes d’enseignement sur l’éducation à l’environnement. L’école, dans son fonctionnement, se veut respectueuse de l’environnement (bâtiments aux normes LEED-ND, jardins potagers, opérations de recyclage, alimentation proposée à la cantine).

2 Ce sont des institutions à but non lucratif, souvent de grandes fondations philanthropiques, des universités ou des hôpitaux (appelées « eds and meds »), qui sont des acteurs dominants dans une économie locale.

3 Une charter school est une école publique dont la gestion et la direction sont confiées à une entreprise privée qui a mandat (charter) pour rétablir des conditions optimales d’éducation et une grande liberté en matière de recrutement et de projet éducatif. Les premières sont apparues dans les années 1980. Pour l’école Elmer Henderson, c’est l’institution Johns Hopkins qui a cette mission.

4 Le greenwashing (ou écoblanchiment) est une expression désignant un procédé de marketing ou de relations publiques utilisé par une organisation (entreprise, administration, groupement d’acteurs) dans le but de se donner une image écologique responsable. La plupart du temps, l’argent est davantage investi en publicité que pour de réelles actions en faveur de l’environnement.

5 Une « smart city » ou une « ville intelligente » est un concept développé par la géographie anglo-américaine pour définir une ville compétitive qui conjugue des politiques de développement durable avec des modes de gouvernance durable et un rayonnement assuré par des équipements culturels et numériques importants.

6 En avril 2012, nous avons rencontré Barbara Rice et James Blackburn du Maryland State Department of Education qui nous ont renseignée sur la situation difficile des établissements scolaires de Baltimore et sur la mise en place de la politique des green schools à Baltimore comme dans l’État du Maryland.

7 Institut rattaché à l’université Fordham qui est une université catholique privée située à New York. Elle est considérée comme un établissement indépendant, mais elle conserve de forts liens avec son héritage jésuite. Elle est l’un des trois principaux établissements d’enseignement supérieur de New York avec Columbia et l’université de New York.

8 À deux reprises, nous avons interrogé Chris Shea, le directeur d’EBDI (East Baltimore Development Incorporation) en 2012 pour une visite guidée à pied de la zone du Grand Piano, puis en 2014, à propos de l’avancée des travaux du projet du Piano, et pour visiter la Elmer Henderson Johns Hopkins School. Il a chaque fois refusé de répondre à celles de nos questions émettant des réserves sur l’intégration des habitants au projet et sur la scolarisation des enfants des familles originaires du quartier.

9 Abby Cocke (Office of Sustainability/Baltimore Department of Planning), rencontrée en 2012, nous a présenté la politique de la ville pour le développement durable.

10 Office of Sustainability, 2010, “Greening” : http://www.baltimoresustainability.org/greening/index.aspx

11 La livability se caractérise par l’ensemble des facteurs qui contribuent à la qualité de vie d’une communauté, que ce soit par le bâti, l’environnement naturel, le dynamisme économique, les revenus, la stabilité et l’équité sociale, l’offre éducative et culturelle. Elle regroupe aussi autant d’éléments concrets que de principes abstraits, tels que la capacité d’une communauté à s’exprimer et se construire, et sa capacité de résilience.

12 Baltimore Sustainability Plan, p. 97.

13 Ibid., p 98. « A broad-based action is needed because local government alone cannot accomplish long-term solutions to community problems. The success of the Baltimore Sustainability Plan is dependent upon the participation of all residents, businesses and institutions within the City. »

14 The Maryland Department of Natural Resources, “The Maryland Green School Program” : http://www.aimsmd.org/upload/SA-7-Armacost-MdGreenSchoolAwardsProgram.pdf

15 Les politiques grassroots font référence à un mouvement ou une organisation politique de la base. Elles se distinguent de la politique de représentation et sont de ce fait synonymes de démocratie de participation.

16 À partir des années 2000, le foisonnement d’initiatives éducatives promouvant le développement durable aboutit à la création de dénominations multiples dans un État fédéral décentralisé. Ainsi, les eco-friendly schools côtoient les sustainable schools et les green schools. Le terme choisi dépend des initiatives politiques locales dans chacun des 50 États états-uniens. Le programme de financement de l’Unesco donne dans un premier temps la prévalence à l’appellation eco-school. Mais dès la fin des années 2000, c’est l’expression green school qui l’emporte majoritairement aux États-Unis, car le Département de l’éducation du gouvernement fédéral développe le programme de subventions green ribbon school. Les États de la côte Est comme le Maryland font figure de pionniers dans le choix de cette appellation officielle.

17 En 2010, l’institution (hôpital et université) a assuré quatre milliards de dollars de retombées économiques directes et indirectes à la ville et employait presque cinquante mille personnes. Johns Hopkins joue donc un rôle économique majeur pour Baltimore, et cela depuis sa création en 1876 (Johns Hopkins, banquier et commerçant de Baltimore, légua à sa mort en 1873 une somme de sept millions de dollars pour créer deux institutions médicales : l’université, fondée en 1876, et l’hôpital, construit en 1889). Ces activités tertiaires sont essentielles pour sortir la ville du marasme économique qu’elle a subi avec la désindustrialisation depuis les années 1970.

18 Jim Casey fonde l’entreprise United Parcel Service de services postaux et de livraison en 1948 à Seattle.

19 Nous avons longuement échangé avec Marisela Gomez, militante de SMEAC farouchement opposée au projet du Piano et à Johns Hopkins. L’entretien s’est déroulé au siège de l’association, situé dans l’église désaffectée de Saint Wenceslaus face à la nouvelle école Henderson-Hopkins en octobre 2014. Nous avons filmé la visite personnalisée du quartier de Middle East qu’elle nous a proposée.

20 Le school choice est un système qui permet aux élèves américains de bénéficier d’une grande variété de programmes scolaires et d’options, indépendamment du système éducatif public où ils sont en général affectés en fonction de leur lieu de résidence.

21 MAEOE, 2012 : http://www.maeoe.org/about/

22 En juin 2011, l’État du Maryland est le premier aux États-Unis à imposer l’éducation à l’environnement comme discipline à part entière pour valider les diplômes de fin d’études.

23 En avril 2012, nous avons passé une journée à la Chesapeake Bay Foundation à Annapolis. Lors de la réunion de la Commission de la MAEOE pour examiner les candidatures des écoles à la certification de green school, la coordinatrice Joanne Schmader nous a proposé de travailler avec les équipes de professeurs qui étudiaient les dossiers de candidatures.

24 Michael Kimmelman, « Reading, writing and renewal», The New York Times, 18 mars 2014.

25 Vidéo promotionnelle de l’école Elmer Henderson-Hopkins : http://k8.hendersonhopkins.org/apps/video/index.jsp

26 Erica Green, « East Baltimore students start new year in new school », The Baltimore Sun, 2 janvier, 2014.

27 EBDI : http://www.ebdi.org/about

28 « East Baltimore redevelopment project past its halfway mark », The Daily Record, 28 novembre 2016.

29 L’un des principes d’une charter school est en effet que son gestionnaire décide seul des règles de recrutement, ce qui peut favoriser une certaine opacité dans les pratiques. Après 2017, l’école devient une « partner school », statut juridique différent des charter schools, mais dans les faits, les modes de gestion, confiée à un acteur privé, sont les mêmes.

30 « The great East Baltimore raze and rebuild », Next City, 29 juillet 2013 : https://nextcity.org/features/view/the-great-east-baltimore-raze-and-rebuild

31 Henderson-Hopkins School : https://k8.hendersonhopkins.org/apps/pages/index.jsp?uREC_ID=323356&type=d

32 « Gentrify or die. Inside a university’s controversial plan for Baltimore », The Guardian, 18 avril 2018 : https://www.theguardian.com/cities/2018/apr/18/gentrify-or-die-inside-a-universitys-controversial-plan-for-baltimore

33 Henderson-Hopkins School, « Our school » : https://www.ecc.hendersonhopkins.org/apps/pages/index.jsp?uREC_ID=323232&type=d

34 95 % des élèves de l’école sont afro-américains, 3 % sont d’origine hispanique, 2% sont Blancs.

35 The Guardian, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’école Henderson-Hopkins et le Grand Piano au cœur d’East Baltimore
Légende (S. Baffico, 2019)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,4M
Titre Figure 2. Intégrer la notion de durabilité dans les programmes et les activités scolaires
Légende (Baltimore Sustainability Plan, 2009, p 100.)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 3. Former une équipe de jeunes ambassadeurs pour sensibiliser les autres élèves au développement durable
Légende (Baltimore Sustainability Plan, 2009, p 100.)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 4. Le jeu des acteurs dans la création d’une green school dans le quartier de Middle East, Baltimore
Légende (S. Baffico, 2019)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 5. Henderson-Hopkins School dans le projet du « Grand Piano ».
Légende (S. Baffico, 2016)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Figure 6. Henderson-Hopkins School. Vue d’architecte
Légende (Source : http://www.rogersmarvel.com/​projects/​Henderson-Hopkins/​)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Photographie 1. Henderson-Hopkins School à l’angle de North Chester Street et East Eager Street
Légende (S. Baffico, 2014)
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/4887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Baffico, « Les green schools, opportunité contre la ségrégation ou marchandisation du développement durable ? L’exemple du nouvel East Side de Baltimore »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 19 | 2020, 53-78.

Référence électronique

Stéphanie Baffico, « Les green schools, opportunité contre la ségrégation ou marchandisation du développement durable ? L’exemple du nouvel East Side de Baltimore »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 19 | 2020, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/cres/4887

Haut de page

Auteur

Stéphanie Baffico

Docteure en géographie (université de Perpignan Via Domitia) et professeure agrégée de géographie au lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search