Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Les diplômes d’universités frança...

Les diplômes d’universités françaises : vecteurs d’ascension sociale pour les étudiants chinois ?

French University Degrees: Vectors of Upward Mobility for Chinese Students?
Tana Bao
p. 77-96

Résumés

La mondialisation dans le domaine de l’éducation génère de nouvelles formes de hiérarchisations sociales. Les différents groupes ayant des capacités à se mobiliser à l’échelle internationale pour réaliser des études supérieures à l’étranger mettent en place des stratégies différenciées. Qu’en est-il des Chinois, qui constituent désormais en France la première communauté d’étudiants étrangers issus d’un pays non francophone ? Dans leur très grande majorité, ce séjour d’études n’est qu’une étape passagère pour préparer leur future carrière en Chine. La valorisation de leurs diplômes français en Chine est pourtant moins étudiée que leur motif de départ vers l’enseignement supérieur français. Or, ces diplômes sont mis en concurrence avec les diplômes des universités chinoises et ceux de tous les autres pays. Dans ce contexte, cet article vise à observer la (re)production des inégalités intergénérationnelles chez les diplômés chinois de différents milieux sociaux à l’issue de leurs études en France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Encore marginales jusqu’à la fin des années 1990, les migrations internationales des étudiants chinois se sont fortement amplifiées à la suite de la libéralisation de l’économie chinoise (Liu, 2012). Aujourd’hui, la Chine est le premier pays pourvoyeur d’étudiants internationaux (Unesco, 2020). Près d’un tiers des Chinois mobiles choisissent les États-Unis, ce qui en fait la première destination, suivis par d’autres pays anglophones comme l’Australie et l’Angleterre (12 % et 13 % respectivement)1. La France est également une de leurs destinations préférées, alors même que la langue française est relativement peu enseignée en Chine (Bao, 2020). Selon le ministère français de l’Enseignement supérieur, le nombre d’inscriptions d’étudiants chinois est passé de 22 452 en 2007 à plus de 24 000 en 2022, faisant des Chinois, d’une part, la première communauté d’étudiants étrangers non francophones et, d’autre part, la troisième communauté internationale d’étudiants en France, derrière les communautés marocaines et algériennes (Rosenwald, 2007-2022).

2La mondialisation dans le domaine de l’éducation génère de nouvelles formes de hiérarchisations sociales. Les différents groupes ayant des capacités à se mobiliser à l’échelle internationale pour réaliser des études supérieures à l’étranger mettent en place des stratégies différenciées (Wagner, 2007). Ces flux migratoires s’inscrivent dans une logique pragmatique considérant le rayonnement international et le rapport qualité (de la formation)/coût (des études) des établissements d’accueil. Si les États-Unis restent toujours en tête sur la liste des pays les plus fréquentés, c’est parce que leurs universités possèdent un meilleur classement mondial. La France, quant à elle, est attractive par sa richesse culturelle et aussi par le faible coût des études universitaires (Zheng, 2012). Les universités chinoises ayant considérablement amélioré leurs rangs dans les classements internationaux, de plus en plus d’employeurs semblent attacher de l’importance à un diplôme obtenu dans une université chinoise renommée (Bao, 2020). Plusieurs recherches confirment que les étudiants chinois migrent également vers la France car elle est perçue comme une seconde chance de réussite. Concrètement, les étudiants qui ne peuvent pas entrer dans les universités chinoises prestigieuses ou ceux dont les familles ne sont pas assez riches pour les envoyer dans les pays anglophones ont tendance à choisir l’enseignement supérieur français (Lucciardi, 2005 ; Goldstick, 2014).

3Si les motivations conduisant à la mobilité des étudiants chinois vers la France sont relativement bien documentées (Zheng, 2012 ; Xie, 2008), ce n’est pas encore le cas concernant leur expérience professionnelle à leur retour en Chine. Selon les statistiques, 62 % des Chinois diplômés en Master à l’étranger sont retournés dans le pays au bout de trois ans (Wang & Miao, 2015). L’État chinois lutte contre la fuite de cerveaux en améliorant considérablement la qualité de la formation en Chine et en mettant en place des programmes de bourses destinés aux Chinois ayant un bon résultat scolaire à l’étranger dans le but de renforcer leur retour au pays après les études. Le ministère de l’Éducation chinois a notamment mis en place un plan d’action 2015-2017 pour renforcer la mobilité entrante et sortante des étudiants, augmenter le nombre de boursiers, et pour obtenir un taux de retour à 98 % (Becquart, 2017).

4Entre 1996 et 2013, le nombre d’étudiants chinois partant à l’étranger est passé de 270 000 à 3 058 600. Durant cette même période, le nombre d’étudiants entrants est passé de 89 000 à 1 444 800. Le taux de retour est passé de 32,9 % à 47,2 % (Wang & Miao, 2015). En France, même si nous ne disposons pas de chiffres exacts, la majorité des étudiants chinois n’effectuent qu’un séjour provisoire (Bao, 2020). L’administration française n’encourage pas la prolongation du séjour après les études. La conversion du titre de séjour d’étudiant en titre de salarié est possible mais reste très difficile dans la mesure où ces étudiants d’extra Union européenne sont soumis à la contrainte de trouver, dans un délai très réduit, un emploi en rapport avec la formation acquise (Eckert & Primon, 2021). Malgré l’importance de ces retours, la valeur d’un diplôme français est fort peu connue, alors même que les diplômes des établissements français sont désormais mis à rude concurrence avec les diplômes des établissements chinois et de tous les autres pays.

5Cet article vise à combler le déficit de connaissance sur le retour des Chinois à la suite de leur expérience internationale en France. Il cherche à comprendre le rôle de leur expérience d’études en France dans la reproduction des inégalités sociales, et s’appuie sur des cas d’étudiants chinois de différents profils sociodémographiques. Comment les diplômes français sont-ils valorisés en Chine ? Quels sont leurs (des)avantages par rapport aux diplômes obtenus dans d’autres pays ? Si le moindre coût des études en France permet aux étudiants des classes moyennes ou populaires d’accomplir leur rêve de faire des études dans un pays étranger, cette « ouverture sociale » contribue-t-elle à une promotion sociale au retour ?

6Nous allons tout d’abord éclaircir la méthodologie de recherche, notamment la méthode de classification des catégories socio-professionnelles en Chine. Nous observerons ensuite les enquêtés selon leur milieu social d’origine et ferons une comparaison avec la position sociale acquise à la suite de leur mobilité internationale.

Migration internationale et reproduction des inégalités sociales

7En sciences sociales, la mobilité sociale, qu’elle soit intergénérationnelle (par rapport à celle des parents) ou intragénérationnelle (au cours de sa vie), désigne un mouvement des indicateurs socio-économiques (économique, profession, niveau d’éducation, etc.) d’un individu entre deux périodes (Merllié, 2019). Dans un cas d’ascension sociale, la position socio-économique de l’individu s’améliore. Au contraire, la dégradation de sa position correspond à une trajectoire sociale descendante.

8Dans leur théorie de la reproduction des inégalités sociales, Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron considèrent que les inégalités sociales transformées en inégalités scolaires redeviennent des inégalités sociales lorsque les élèves quittent le système scolaire (Bourdieu & Passeron, 1964). De plus, l’enseignement supérieur est l’un des champs sociaux les plus importants de la production- reproduction des inégalités (Bilecen & Van Mol, 2017). Ainsi, l’école n’assure pas nécessairement une fonction d’ascenseur social, mais est avant tout un appareil de distinction sociale (Bourdieu, 1966). Duru-Bellat (2012) souligne le fait que l’expansion globale de l’accès au supérieur ne s’accompagne pas d’une réduction des écarts entre les groupes sociaux, puisque les inégalités sont produites bien avant l’obtention du Baccalauréat.

9Dans le cadre d’une mobilité internationale, l’influence du milieu socio-économique des étudiants sur leurs conditions de vie et d’études persiste bel et bien (Bourdieu, 1977 ; Lörz et alii, 2016). De plus, les inégalités spatiales ou géographiques ne sont jamais indépendantes des inégalités socio-culturelles (Bourdieu & Passeron, 1964). Lörz Markus et ses collègues démontrent que la mobilité internationale est socialement sélective. Les étudiants issus de milieux moins favorisés sont particulièrement sensibles au coût lié à la mobilité et ont en commun d’être peu pourvus de ressources linguistiques et sociales qui donnent accès à cette mobilité internationale (Lörz et alii, 2016). Ces inégalités se traduisent aussi par une différence dans les motifs de migration. Souto-Otero affirme que, pour les étudiants issus de pays à PIB élevé, la mobilité académique internationale est plus susceptible d’être considérée comme une consommation, alors que les personnes issues d’un pays à faible PIB la considèrent comme un investissement (Souto-Otero et alii, 2013). Duru-Bellat (2002) analyse le fait que les familles entretiennent bien souvent un rapport instrumental à l’école et visent une amélioration de leur insertion professionnelle et sociale. Les avantages de la classe dominante s’accumulent régulièrement et les inégalités s’amplifient lors du passage transitoire (comme la recherche d’emploi, etc.). Ainsi, la conversion des acquis académiques en capital économique n’est pas automatique (Doray et alii, 2012).

10Par ailleurs, Anne-Catherine Wagner remarque que les promotions liées à l’internationalisation ne sont pas sans ambiguïté. Par exemple, la mobilité internationale des classes moyennes intellectuelles s’inscrit également dans une recherche d’exotisme, ou dans une volonté de fuite hors du monde social et des principes de hiérarchisation de leur pays d’origine. Certes, pour les expatriés les mieux dotés, cette aventure permet d’accumuler des ressources internationales qui sont ensuite valorisées à leur retour au pays. Mais ces reconversions sont inégalement réparties et peuvent conduire à des difficultés pour réimporter chez soi les avantages liés au statut d’étranger de luxe. Ainsi, la mobilité internationale permet de faire illusion quant à son rang social, mais représente une véritable incertitude quant aux bénéfices produits par l’expatriation (Wagner, 2007). Souvent, la mobilité internationale s’inscrit dans l’espoir d’éviter une mobilité sociale descendante, cet objectif étant encore plus important que celui de poursuivre une mobilité ascendante (Holm & Jæger, 2008).

11Compte tenu de ces repères théoriques et institutionnels, l’originalité de cette recherche est de montrer, dans le cas spécifique des Chinois en France, la capacité des différentes classes sociales à mobiliser leurs ressources financières, sociales ou culturelles, et à redéfinir leur statut social à l’issue de leur mobilité internationale.

Méthodologie

12Cet article se concentre sur la mobilité sociale intergénérationnelle. Nous comparons les catégories socio-professionnelles de nos enquêtés chinois à celles de leurs parents. Du fait des spécificités du contexte social de la Chine, nous utilisons la catégorisation socio-professionnelle proposée par le sociologue chinois Lu Xueyi, en raison de ses distinctions éclairantes fondées sur de riches données empiriques (voir le tableau 1 ci-dessous).

13Cette méthode de catégorisation s’appuie principalement sur quatre critères suivant leur importance dans la société chinoise : pouvoir politique (hiérarchie politique ; capacité de décision gouvernementale) ; capital économique (niveau de revenu, propriété, etc.) ; capital culturel (notamment le niveau de diplôme) ; secteur d’emploi (public ou privé). Ce dernier critère est un effet particulier de la Chine où les fonctionnaires disposent, en général, d’un prestige social plus important (Li, 2008).

Tableau 1 : stratification sociale en Chine.

Catégories socio-professionnelles
Supérieure Cadres du parti et de l’administration
Directeurs d’entreprise publique
Dirigeants d’entreprise privée
Moyenne Techniciens spécialisés et ingénieurs
Personnels administratifs (y compris les enseignants scolaires)
Entrepreneurs individuels
Inférieure Employés des services et du commerce
Ouvriers
Paysans
Chômeurs et sans-emploi

Source : Dangdai zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao, 2001

14Dans le cadre de cette étude, dix-huit entretiens (voir tableau 3 en annexe) ont été réalisés en 2017 en Chine avec des Chinois (7 hommes et 11 femmes) diplômés d’une université en France. Leur âge varie de 23 à 43 ans et la majorité d’entre eux est titulaire d’un Master. La durée de leur séjour en France a été de deux à quatorze ans. Dans notre échantillon, une seule personne est classée comme appartenant à la classe sociale supérieure. Cette dernière a une mère cadre dans une entreprise internationale et un père chef d’entreprise. En revanche, la grande majorité des enquêtés est issue du milieu intermédiaire : leurs parents sont fonctionnaires ou personnels administratifs. Une petite fraction d’enquêtés est issue d’un milieu modeste, de parents ouvriers ou agriculteurs. Cette répartition est relativement cohérente avec celle des statistiques nationales ; la grande majorité des étudiants chinois en France sont issus des classes moyennes voire populaires (Bao, 2020).

15Les entretiens ont porté sur plusieurs thèmes : le contexte familial et éducatif en Chine, les stratégies de mobilité en France, les expériences dans l’enseignement supérieur français et les trajectoires professionnelles une fois de retour en Chine. Les personnes interrogées ont été sélectionnées de manière aléatoire, mais leurs profils varient en fonction des caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, etc.), de l’année d’arrivée en France, de la durée du séjour en France.

Les diplômes d’universités françaises : des vecteurs d’ascension sociale de plus en plus “défaillants”

16Dans un premier temps, nous avons codé la catégorie socio-professionnelle de nos enquêtés et celle de leurs parents (lorsque le père ou la mère sont issus de classes sociales différentes, nous faisons référence à la classe sociale la plus favorisée). Ainsi, selon l’ordre hiérarchique, un cadre du parti et de l’administration est codé en “1”. Les paysans, les ouvriers ou les inactifs se trouvent en bas de l’échelon ; par exemple, un chômeur est codé en “10”. Nous avons ensuite fait une soustraction entre le code du jeune et celui de ses parents. Lorsque cet écart est positif, il y a mobilité sociale descendante. Plus l’écart est important, plus cette “chute” est importante. À l’inverse, lorsque cet écart est négatif, on constate une ascension sociale. Dans le cas où l’écart est nul, il s’agit d’une mobilité horizontale. Par exemple, l’enquêtée Cheng a obtenu à son retour un poste de maître de conférence dans un conservatoire public renommé de Chine. Sa catégorie socioprofessionnelle est codée en “4” (techniciens spécialisés et ingénieurs), équivalent au niveau de son père (coach de natation de niveau international) : Cheng a connu une mobilité horizontale.

17Parmi tous nos enquêtés, les diplômés issus des classes moyennes et supérieures ont souvent une mobilité sociale horizontale. Parmi les douze personnes du milieu intermédiaire, deux personnes ont connu un déclassement et quatre personnes une ascension sociale. Quant aux enquêtés du milieu défavorisé, ils ont tous connu une ascension sociale grâce à leur expérience d’études en France.

18Pour comprendre comment les inégalités se reproduisent selon les différents profils des étudiants chinois, nous avons regroupé nos enquêtés en plusieurs parties selon les catégories socio-professionnelles de leurs parents : supérieures, moyennes et inférieures. Au sein de chaque groupe, nous avons observé la mobilité sociale vécue à la suite de leur expérience internationale dans un établissement supérieur français : mobilité horizontale, mobilité descendante et mobilité ascendante.

Tableau 2 : mobilité sociale des diplômés chinois selon leur milieu d’origine.

Tableau 2 : mobilité sociale des diplômés chinois selon leur milieu d’origine.

Diplômés de classes moyennes et supérieures

19En Chine, les personnes appartenant à la classe sociale supérieure, le plus souvent issues des élites politiques ou économiques, représentent environ 7 % des personnes actives (Lu, 2002).

20Ainsi dans nos entretiens, seuls les parents de Jian peuvent être catégorisés dans ce groupe. Pour élargir notre champ d’études sur les diplômés issus d’un milieu relativement favorisé, nous pouvons également prendre en compte les catégories « techniciens spécialisés et ingénieurs » se situant au plus haut niveau de la classe moyenne. Ils sont fortement marqués par un capital culturel important. C’est notamment le cas de Qing et Cheng, issues de famille dont les parents disposent d’un haut niveau d’études universitaires.

Mobilité internationale suivie d’une mobilité sociale horizontale

21Au sein des classes supérieures, le rapport avec l’international est privilégié. Les enfants des familles aisées se caractérisent par une inscription ancienne dans le cosmopolitisme. Prenons comme exemple, Cheng, 43 ans, issue d’une famille d’artistes. Elle a développé une passion pour le piano depuis qu’elle est petite et a décidé d’en faire son métier. Comme son père travaillait souvent à l’étranger, il n’a pas pu souvent la voir. Pourtant, selon elle, c’est ce dernier qui lui donne du courage lorsqu’elle prend des décisions importantes dans la vie. À l’âge de 18 ans, Cheng a obtenu une place dans une université renommée de Chine. Puis, après sa Licence, encouragée fortement par son père, elle a décidé de venir en France : un pays d’art. Cheng décrit ainsi sa migration vers la France : « Quand j’étudiais en Chine, j’ai rencontré une musicienne française, une pianiste. Nous avons joué ensemble et elle a trouvé que j’avais un potentiel important. Elle m’a donc conseillé d’aller dans des institutions françaises pour poursuivre mes études ».

22Les travaux de Duru-Bellat (2002) soulignent que les parents dont le niveau socio-économique est élevé éveillent plus souvent l’intérêt de leurs enfants à apprendre. Ils mettent à leur disposition un ensemble de ressources inégalables (réseau social, soutien moral, ressources matérielles, etc.). Grâce au capital culturel et social important de sa famille, Cheng a pu rencontrer, en Chine, des professeurs étrangers renommés qui lui ont permis d’atteindre une dimension internationale dans sa trajectoire étudiante. Après huit ans d’études en France, Cheng est retournée en Chine en 2004, à une époque où les diplômés chinois de l’enseignement supérieur français étaient rares. Plusieurs conservatoires renommés lui ont fait des offres très intéressantes. Elle peut dire : « J’ai été surprise que plusieurs institutions importantes me fassent des offres, certaines d’entre elles prévoyaient même un appartement ».

23La trajectoire de Cheng est un exemple typique de reproduction sociale. Ses avantages se cumulent tout au long de sa trajectoire. Sa mobilité internationale a fortement contribué à son capital culturel et lui permet de conserver le même statut social que ses parents. L’héritage du capital culturel de sa famille semble prédominant dans sa trajectoire.

24Pour des raisons personnelles, Cheng est repartie en France pendant six ans. À son retour en Chine, le même conservatoire lui a proposé un niveau de salaire moins important que celui proposé six ans auparavant. L’effet de génération influe fortement sur les conditions d’emploi de ces diplômés. Si Cheng était la seule pianiste diplômée de France en 2004 dans son conservatoire, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

  • 2 Le baccalauréat chinois est basé sur un principe de concours. En 2021, le taux d’admission à l’univ (...)

25Il en est de même pour Jian, 38 ans, qui a développé une passion pour la calligraphie chinoise depuis son enfance. À l’âge de 17 ans, il a remporté un concours international et a exposé ses œuvres à Paris. Mais, à la différence de Cheng, qui a obtenu un très bon résultat au Baccalauréat chinois2, Jian a eu un résultat non satisfaisant. À la suite de cet échec, sa famille décide d’envoyer son seul héritier vers des universités renommées hors de Chine. Encouragé par son père, Jian a postulé à une université américaine très bien classée. Malheureusement, il n’a pu obtenir de visa. Finalement, sur les conseils de sa mère, confiante dans le potentiel de la langue française sur le marché international, il a décidé de partir en France.

26L’avenir professionnel des jeunes Chinois étant conditionné par le classement obtenu au baccalauréat (Wang, 2014), ils sont habitués à employer le proverbe : « Des milliers de soldats défilent sur un pont étroit » (千军万马过独木桥) pour décrire les difficultés pour réussir. Jian a échoué au Baccalauréat en Chine, mais l’important capital financier de sa famille a constitué une protection contre le risque de déclassement. À son retour en Chine, Jian s’est construit grâce à sa mobilité internationale une carrière brillante dans le domaine de l’éducation. Héritier d’un important capital financier, culturel et social, Jian a su valoriser au maximum ses compétences acquises en tant que maître de calligraphie traditionnelle en Chine et diplômé d’un Master en sciences de l’éducation dans l’enseignement supérieur français. Au moment de l’entretien, Jian occupe le poste lucratif de directeur d’une école privée, tout en poursuivant à distance une thèse en psychologie de l’éducation à Paris.

Mobilité internationale suivie d’une mobilité sociale descendante

27Certes, la conversion des acquis du capital académique en capital économique et professionnel n’est pas automatique. Comme nous l’avons évoqué, l’effet de génération conditionne fortement la recherche d’emploi des plus jeunes diplômés.

28Nous le constatons dans l’exemple de Qing, 28 ans, chargée d’affaires culturelles dans une école privée française. Au moment de notre entretien, elle est retournée en Chine depuis un an. Selon elle, la recherche d’emploi n’était pas très difficile en raison de son très bon niveau en langue française. Son niveau de revenu est presque équivalent à celui d’un petit fonctionnaire de l’État chinois. Néanmoins, elle s’est rendu compte que cet emploi ne lui offre aucune perspective de promotion professionnelle, alors que ses parents, ingénieurs, ont un niveau hiérarchique important dans le monde scientifique. Pour égaler le niveau de ses parents, un diplôme de doctorat devient indispensable ; elle n’a qu’un niveau de Master.

29Les parents de Qing ont soutenu moralement et financièrement leur fille pour qu’elle apprenne une langue étrangère en Chine. Ils l’ont aussi soutenue et conseillée lorsqu’elle a décidé, après l’obtention d’une Licence et d’un Master dans une université renommée de Chine, de partir pour la France pour y effectuer un autre Master en « Gestion culturelle ». Qing a eu la chance de pouvoir faire ces expériences culturelles et universitaires plutôt que de se lancer immédiatement dans la recherche d’un emploi.

  • 3 La politique de l’enfant unique a été pratiquée en Chine de 1979 à 2015.

30En réalité, les “générations de l’enfant unique3” bénéficient, d’un côté, de meilleures conditions de vie par rapport aux générations précédentes et, d’un autre côté, affrontent des conditions de réussite de plus en plus contraignantes. Ces jeunes Chinois accèdent désormais massivement à l’enseignement supérieur, que ce soit en Chine ou à l’étranger (Fontanini & Wu, 2009). Or les travaux de Peugny et Duru-Bellat démontrent que toute expansion de l’accès aux études supérieures durcit la compétition sur le marché de l’emploi et affecte l’ascension sociale par le biais de diplômes. Une des conséquences de ce phénomène est la dégradation des chances d’ascension sociale (Peugny, 2008 ; Duru-Bellat, 2006). Le diplôme procure un avantage qui n’est que relatif par rapport aux diplômes des autres concurrents (Duru-Bellat, 2012). L’exigence du diplôme est de plus en plus importante sur le marché de l’emploi chinois et explique en partie la mobilité sociale descendante de Qing.

Mobilité internationale suivie d’une mobilité sociale ascendante

31La classe moyenne chinoise est en grande partie composée de fonctionnaires d’État de niveau intermédiaire ou inférieur (ayant peu de pouvoir décisionnel), d’enseignants, de comptables, de secrétaires et aussi de petits commerçants ou entrepreneurs dans le secteur privé. La majorité de nos enquêtés est issue de cette catégorie. Un exemple : Ma, 29 ans, originaire d’une région pauvre, est rentrée en Chine depuis plusieurs mois au moment de l’entretien. Ses parents, non diplômés de l’enseignement supérieur, sont des agents du gouvernement dans l’administration. Ma a obtenu un résultat au baccalauréat en Chine lui permettant d’accéder à une université moyennement renommée. Pour renforcer sa compétitivité, elle est venue en France pour poursuivre ses études en Master, puis en Doctorat de sciences sociales. Ma est consciente d’être obligée de prolonger ses années d’études pour améliorer son destin :

  • 4 Expression qui décrit le confort et la sécurité des emplois dans la fonction publique en Chine.

« Les diplômés de Master choisissent souvent de travailler en tant que fonctionnaire pour l’État car tu peux bénéficier d’un très bon système de retraite. C’est un bol de riz en fer4. Mais si tu continues en Doctorat, tu peux trouver un autre type de poste, notamment prof de fac. Je préfère ça, car t’as plus de liberté dans la gestion de ton temps et tu fais des choses qui te plaisent ».

32Aux yeux des employeurs, partir à l’étranger pour être encore plus brillant est une chose, partir à cause d’un échec en Chine, en est une autre. Au moment de l’entretien, Ma travaille comme maîtresse de conférence dans une université d’une région relativement rurale. Elle décrit ses difficultés en recherche d’emploi sur un marché très concurrentiel :

« Je suis revenue en Chine après avoir obtenu mon diplôme de Doctorat. J’étais certaine de trouver un poste dans une université renommée et j’ai postulé auprès de plusieurs universités de Pékin. J’ai été auditionnée par toutes ces universités, mais aucune ne m’a fait de proposition. Elles considéraient que je n’avais pas assez de publications. Plus tard, lorsque j’ai regardé le profil des jeunes professeurs recrutés, j’ai constaté qu’ils étaient tous diplômés d’universités chinoises ou mondiales renommées dès la Licence. Une diplômée comme moi, diplômée d’une université chinoise peu cotée en Licence, n’a aucune chance d’accéder à une université de prestige en Chine malgré un Doctorat en France ».

33Même si elle fait désormais partie d’une classe relativement favorisée, elle n’a pu trouver un poste dans les grandes villes métropoles de Chine où toutes les élites se concurrencent. Sa mobilité sociale ascendante ne se produit que dans une région sous-développée. La classification sociale en Chine, telle que définie par le sociologue Lu Xueyi, pourrait ainsi prendre en compte ces disparités géographiques.

34Au contraire, la situation est beaucoup moins tendue pour Guo, 34 ans, de retour en Chine depuis dix ans. Il travaille dans une banque et est diplômé d’une Licence et d’un Master en Finance. Ses parents sont employés d’entreprise. Il décrit ainsi ses expériences :

« Quand je suis revenu en Chine, j’ai postulé dans une banque. Ils m’ont fait une offre assez rapidement. Maintenant, j’ai une bonne position. Certes, mon diplôme m’a beaucoup aidé à trouver cet emploi. Néanmoins, c’était il y a dix ans, quand les rapatriés n’étaient pas aussi nombreux qu’aujourd’hui. Plusieurs de mes amis ont un diplôme international, mais ils ne peuvent pas trouver un bon poste et ils doivent commencer au plus bas niveau. Parce que la concurrence est vraiment rude ».

  • 5 Les parents de Hu sont employés d’entreprise d’État (codé en chiffre 5), Hu est directrice d’une éc (...)

35La trajectoire de Hu, 41 ans (en Chine elle aussi depuis dix ans), confirme cet effet de génération. Hu a grimpé de deux échelons sociaux5 contre un seul pour Guo. Elle possède, avec son mari français rencontré durant ses études en France, une école privée de langue française dans une grande ville. Grâce au réseau social de ce dernier, elle dirige également un commerce d’importation-exportation de vin. Leur réussite professionnelle est fondée sur la création d’un réseau social entre la Chine et la France à l’époque où savoir parler français était rare.

Diplômés des classes inférieures

36Les deux modèles théoriques distincts de l’ascension sociale sont l’héritage et la réussite (Bian, 2002). Ce dernier modèle se vérifie en particulier pour les étudiants issus de familles défavorisées. Comme le dit un vieux proverbe chinois, « La réussite ne vient pas sans effort » (知识改变命运). Tous nos interviewés de cette catégorie ont une mobilité sociale ascendante grâce à leur expérience internationale dans l’enseignement supérieur français.

  • 6 Avant la validation par le Conseil constitutionnel (2019) de la hausse des frais universitaires pou (...)

37Min, 34 ans, retournée en Chine depuis huit ans, originaire d’une région rurale de Chine, est fille d’ouvriers non qualifiés. Min ayant échoué au Baccalauréat chinois, elle s’est inscrite dans un programme éducatif court. Considérant qu’il lui serait très difficile de trouver un bon emploi par la suite, elle a décidé de se donner une seconde chance et de partir à l’étranger. Elle a choisi l’université publique française pour son relatif faible coût comparé aux autres pays, et y a réalisé un master de Français langue étrangère (FLE)6. Min a dû exercer de nombreux emplois à temps partiel pendant son séjour. Comme elle le décrit :

« Pendant cinq ans, je ne suis jamais retournée en Chine, car je devais trouver un emploi pendant les vacances d’été pour payer mes études de l’année suivante. Je ne me souviens pas du nombre de jobs que j’ai fait, c’était épuisant. En plus des études, je travaillais tout le temps. Cela m’a rendue très déprimée et après avoir obtenu mon diplôme, je suis rentrée immédiatement pour terminer cette expérience le plus vite possible ».

38Sa mobilité internationale est marquée par de nombreuses difficultés, tant sur le plan financier qu’émotionnel. Issue d’une famille défavorisée, ses parents ne pouvaient pas payer les frais de scolarité, ni lui donner de soutien académique. Min a passé toute sa vie extrascolaire à travailler : « Je n’ai dormi que quelques heures pendant la période des examens… J’ai travaillé comme une folle… Après les études, je devais continuer à travailler à temps partiel ».

39Le travail intensif a un effet négatif sur la réussite des étudiants (Singh et alii., 2007). Les étudiants comme Min sont ainsi plus souvent exposés à l’échec scolaire ; cette dernière a redoublé sa troisième année de Licence. En dehors de l’université, elle « n’avait pas le temps de prendre un verre ». Lorsqu’elle se sentait trop seule, elle parlait avec des personnes âgées dans le parc public de son quartier. Elle vivait chaque jour une véritable lutte. Au-delà des difficultés financières, le sentiment de solitude est d’autant plus pesant dans le vécu de ces jeunes migrants qu’ils doivent réussir dans un univers académique dont ils ne maîtrisent pas suffisamment la langue et les codes.

40Au prix d’efforts considérables, Min a finalement obtenu un diplôme de Master. Elle enseigne actuellement dans une école française dans une ville capitale de région en Chine. Grâce à ses revenus, elle a installé ses parents en ville et leur fait profiter de meilleures conditions de vie.

  • 7 « Le système actuel d’enregistrement du hukou a été mis en place en 1958 et délimite une frontière (...)

41En Chine, la grande majorité des citoyens se trouve au bas de la hiérarchie sociale. Les ouvriers, les paysans et les chômeurs constituent près de 70 % de l’ensemble des personnes en âge de travailler (Lu, 2002). Le sociologue Li Chunling a ainsi résumé trois processus de segmentation duale : la dualisation de la structure sociale qui opère des ruptures entre les zones rurales et les zones urbaines par le système de Hukou7 ; la dualisation de la structure économique qui distingue les secteurs publics et les secteurs privés ; la dualisation des marchés du travail qui distingue un contrat de travail stable ou temporaire. Les individus qui manquent de capital économique, de capital politique, de capital culturel ou même de capital physique se trouvent tout en bas de la hiérarchie. Désespérés, ils pensent que leur statut social ne peut changer. La mobilité sociale à l’intérieur de la Chine est très souvent horizontale. La mobilité verticale exige un dépassement de très fortes barrières structurelles (Li, 2008). C’est ainsi que la mobilité internationale permet en partie, à ces diplômés issus de zones rurales, de s’en extraire. Travailler dans une grande ville métropole et toucher un salaire stable est en soi une réussite.

Conclusion

42La mobilité internationale constituait un outil de distinction efficace lorsque le nombre d’expatriés était relativement peu important. Aujourd’hui, elle apparaît à la fois comme une opportunité et comme une contrainte. A priori, avec la diversité de l’offre de formation et la liberté du choix du pays d’accueil, chaque étudiant pourrait établir une stratégie adaptée à ses moyens et à ses aspirations. Les universités publiques françaises, en particulier, jouent encore un rôle positif dans la mesure où l’entrée est peu sélective et les frais d’études sont relativement peu élevés. Ainsi, certains étudiants chinois peuvent effectuer leurs études à l’étranger et se construire un meilleur avenir grâce à ces études.

  • 8 Classement de Shanghai, Classement QS, Classement mondial Times Higher Education.

43Néanmoins, l’obtention d’un diplôme français tend également à maintenir les frontières entre les classes sociales et à être vecteur d’une relative “viscosité” sociale sur le marché du travail chinois. De plus, la massification des départs à l’étranger s’accompagne d’une différenciation accrue des situations étudiantes et d’une dévalorisation des diplômes issus de certains pays. Un nouveau mécanisme de sélection est en train de repréciser les frontières entre les différents groupes selon la renommée de leur établissement, leur niveau d’études, l’année d’obtention du diplôme, leur âge, ainsi que leur motif de départ. Dans cette course aux diplômes, ce ne sont pas seulement les étudiants qui sont mis en concurrence, mais tous les instituts et toutes les universités du monde. Les employeurs chinois ne regardent pas autre chose que les classements mondiaux8 (Bao, 2020), dans lesquels la plupart des établissements français ne figurent pas.

44La classe sociale conditionne le choix des études supérieures en France et le discours que l’on tient sur ce choix. Les personnes issues des classes favorisées mettent davantage en avant leur “inspiration” par la beauté de la France et de sa culture. Au contraire, pour les personnes issues de classes défavorisées, c’est un moyen de fuir la précarité et d’améliorer leur destin. Ainsi, la mobilité internationale et le retour des étudiants chinois d’universités du monde entier introduisent de nouvelles formes de domination entre les groupes sociaux. L’élargissement de l’accès à l’enseignement supérieur crée de nouvelles ségrégations quand les héritiers de classes favorisées bénéficient de meilleurs soutiens parentaux tout au long de leur cheminement scolaire. Il fragilise les plus vulnérables et augmente également le risque de déclassement pour les classes moyennes.

45Duru-Bellat explique que l’expansion de l’éducation ou de l’accès aux formations bénéficie inégalement aux différents groupes sociaux car ce sont les groupes déjà les mieux placés qui en profitent davantage. Cette expansion peut réduire les inégalités lorsque « les groupes privilégiés atteignent un seuil de saturation et si l’expansion ne peut se reporter sur des niveaux plus élevés ou certaines filières » (Duru-Bellat, 2012 : 25). En réalité, les groupes dominants restent en tête avec les meilleures ressources éducatives du niveau national au niveau international et ils continuent à se distinguer. Ce phénomène remet en cause une nouvelle fois le rôle de l’école dans la correction des inégalités sociales. Les étudiants ne sont pas considérés comme des sujets en devenir, mais comme des agents de compétition dans une course socialement très inégalitaire.

46Certes, l’obtention d’un diplôme d’université française permet encore à certains étudiants chinois, de classes populaires en particulier, de changer leur destin, mais au prix d’efforts et de peines considérables. Notons par ailleurs que le retour des “cerveaux” issus des établissements français semble plus particulièrement valorisé dans le domaine francophone. Une fois que l’on sort de ce champ “protégé”, la fonction d’ascension sociale des formations et diplômes acquis devient discutable.

Haut de page

Bibliographie

Bao Tana, 2020, « Les conditions de réussite et d’adaptation des étudiants chinois en France », thèse de doctorat en démographie soutenue à l’Université de Strasbourg.

Becquart Emmanuel, 2017, « Les chiffres clés », L’essentiel des chiffres clés, Campus France.

Bian Yanjie, 2002, « Chinese Social Stratification and Social Mobility », Annual Review of Sociology, vol. 28, pp. 91-116.

Bilecen Başak & Van Mol Christof, 2017, « Introduction: International Academic Mobility and Inequalities », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 43, no 8, pp. 1241-1255.

Bourdieu Pierre & Passeron Jean-Claude,1964, Les Héritiers, les étudiants et la culture, Paris, Collection le Sens Commun.

Bourdieu Pierre, 1966, « L’école conservatrice. Les inégalités devant l’école et devant la culture », Revue française de sociologie, vol. 7, no 3, Les changements en France, pp. 325-347.

Bourdieu Pierre, 1977, Outline of a Theory of Practice, Cambridge/Londres/New York/Melbourne, Cambridge University Press.

Doray Pierre, Kamanzi Pierre Canisius & Comoé Élise, 2012, « Les inégalités dans l’enseignement post-secondaire et leur mesure : l’exemple canadien », in M. Benninghoff (dir.), Inégalités sociales et enseignement supérieur, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, pp. 47-68.

Duru-Bellat Marie, 2002, Les inégalités sociales à l’école, genèse et mythes, Paris, Presses universitaires de France.

Duru-Bellat Marie, 2006, « Peut-on diminuer les inégalités sociales à l’école ? », in G. Chapelle (dir.), Améliorer l’école. Paris, Presses universitaires de France, pp. 25-36.

Duru-Bellat Marie, 2012, « Appréhender les inégalités dans et par l’enseignement supérieur : spécificités des processus, spécificités des mesures ? », in M. Benninghoff (dir.), Inégalités sociales et enseignement supérieur. Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, pp. 17-29.

Eckert Henri & Primon Jean-Luc, 2021, « Introduction. Étudiants en mobilité internationale en France : rentrer au pays, rester en France ou s’en aller ailleurs à la fin des études ? », Agora débats/jeunesses, no 88, p. 46-52.

Fontanini Christine & Wu Qingyu, 2009, « La place des filles dans l’enseignement supérieur scientifique en Chine : un pas en avant, deux pas en arrière », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle, vol. 42, no 4, pp. 81-101.

Goldstick William, 2014, « L’exode des étudiants chinois vers l’étranger », mémoire de master en langues et civilisation, études chinoises, université Bordeaux Montaigne.

Holm Anders & Jæger Mads Meier, 2008, « Does Relative Risk Aversion Explain Educational Inequality? A Dynamic Choice Approach », Research in Social Stratification and Mobility, vol. 26, no 3, pp. 199-219.

Li Chunling, 2008, « Mobilité sociale et classes sociales en Chine : étude comparative des modèles de mobilité intragénérationnelle avant et après les réformes économiques », in L. Roulleau-Berger, G. Yuhua, L. Peilin et aliii (dir.), La nouvelle sociologie chinoise, Paris, CNRS Éditions.

Liu Hongliang, 2012, « L’ouverture de la Chine et ses impacts sur l’économie chinoise », thèse de doctorat en sciences économiques, université de Bourgogne.

Lörz Markus, Netz Nicolai & Quast Heiko, 2016, « Why Do Students from Underprivileged Families Less Often Intend to Study Abroad? », Higher Education, vol. 72, no 2, pp. 153-174.

Lu Xueyi, 2002, « Dangdai zhongguo shehui jieceng yanjiu baogao (rapport d’étude sur la stratification sociale de la Chine contemporaine) », Pékin, Shehui kexue wenxian chubanshe.

Lucciardi Jacques, 2005, Les étudiants étrangers à l’Université de Nice-Sophia Antipolis. Parcours et adaptations à la vie sociale et universitaire. Volet qualitatif, Études et documents no 21, Observatoire de la vie étudiante, Université Nice Sophia-Antipolis/Conseil Général des Alpes-Maritimes.

Merllié Dominique, 2019, « La mobilité sociale », in L. Chauvel (dir.), Les mutations de la société française. Les grandes questions économiques et sociales II, Paris, La Découverte, pp. 5-39.

Peugny Camille, 2008, « Éducation et mobilité sociale : la situation paradoxale des générations nées dans les années 1960 », Économie et statistique, no 410, pp. 23-45.

Rosenwald Fabienne, 2007-2020, « Repères et références statistiques », Paris, Ministère de l’Enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation.

Singh Kusum, Chang Mido & Dika Sandra, 2007, « Effects of Part-Time Work on School Achievement During High School », The Journal of Educational Research, vol. 101, no 1, pp. 12-22.

Souto-Otero Manuel, Huismn Jeroen, Beerkens Maarja & Hans de Wit, 2013, « Barriers to International Student Mobility Evidence From the Erasmus Program », Educational Researcher, vol. 42, no 2, pp.70-77.

Unesco, 2020, La mobilité des étudiants internationaux, UNESCO UIS, https://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow.

Wagner Anne Catherine, 2007, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, Repères.

Wang Xiao Hui, 2014, « L’éducation en Chine, entre tradition et modernisation », Revue internationale d’éducation de Sèvres, Colloque L’éducation en Asie en 2014 : quels enjeux mondiaux ?, en ligne, non paginé, https://journals.openedition.org/ries/3712.

Wang Yaohui & Miao Lv, 2015, Blue Book of Global Talent, Annual Report of the Development of Chinese Students Studying Abroad, Center for China and Globalization (CCG)/The Institute of Development Studies/South West University of Finance and Economics (SWUFE)/Social Science Academic Press (China).

Xie Yong, 2008, Trajectoires de Chinois et représentations de la France, Paris, L’Harmattan.

Zhang Jijiao, 2013, « Le système du Hukou. La migration des campagnes vers les villes et la modification de la frontière d’appartenance en Chine », Migration société, vol. 5, no 149, pp. 29-50.

Zheng Liu, 2012, « Les Lectures de l’étudiant chinois en France dans l’acquisition de la langue française », thèse de doctorat en sociologie, université Paris VIII Vincennes Saint-Denis.

Haut de page

Annexe

Annexe

Tableau 3 : Récapitulatif des diplômés chinois en 2017

Enquêté Caractéristiques (au moment de l’entretien) CSP des parents CSP d’enquêté à leur retour en Chine
Cheng Femme ; 43 ans ; Diplômée de Master en Musique ; retournée en Chine depuis sept ans Père coach de natation internationale ; mère enseignante du piano Maîtresse de conférence d’un conservatoire dans une grande ville
Jian Homme ; 38 ans ; Diplômé de Master en Éducation ; En cours de thèse à distance ; retourné en Chine depuis huit ans Père commerçant ; Mère employée d’une entreprise de capital étranger Professeur d’une école privée
Qing Femme ; 28 ans ; Diplômée de Master en Gestion de culture ; retournée en Chine depuis un an Parents ingénieurs Employée à Alliance Française
Yi Femme ; 23 ans ; Diplômée de Licence en Communication ; retournée en Chine depuis un an Parents commerçants Employée d’entreprise
Ma Femme ; 29 ans ; Diplômée de doctorat en Sciences Sociales ; retournée en Chine depuis plusieurs mois Père fonctionnaire ; mère infirmière Maîtresse de conférence à l’université dans une ville moyenne
Guo Homme ; 34 ans ; Diplômé de Master en Finance ; retourné en Chine depuis dix ans Mère fonctionnaire ; père employé dans une entreprise d’État Banquier dans une grande ville
She Homme ; 29 ans ; Diplômé du Master en FLE ; retourné en Chine depuis deux ans Père employé dans une entreprise d’État, mère fonctionnaire Enseignant de français d’une école privée de grande ville
Zen Femme ; 28 ans ; Diplômée de Master en Sciences humaines ; retournée en Chine depuis deux ans Parents employés dans une entreprise d’État Employée d’entreprise à Pékin
Mu Homme ; 29 ans ; Diplômé de Master en Biologie ; retourné en Chine depuis trois ans Père architecte ; mère employée d’entreprise d’État Cadre d’entreprise du capital étranger
Min Femme ; 34 ans ; Diplômée de Master en FLE ; retournée en Chine depuis huit ans Parents ouvriers Enseignante de français d’une école privée dans une grande ville
Kai Femme ; 37 ans ; Diplômée de Doctorat en Sciences Sociales ; retournée en Chine depuis deux ans Parents agriculteurs Maîtresse de conférence d’une ville moyenne
Dao Homme ; 43 ans ; Diplômé de Doctorat en Chimie ; retourné en Chine depuis dix ans Anciens fonctionnaires (retraités) Maître de conférence d’une ville moyenne
Lian Femme ; 29 ans ; Diplômée de Master en Économie ; retournée en Chine depuis un an Parents retraités, ex-enseignants de collège Employée d’Alliance française dans une grande ville
Hu Femme ; 41 ans ; Diplômée de Master en Multimédia ; retournée en Chine depuis dix ans Parents employés d’une entreprise d’État Directrice d’une école privée d’apprentissage du français
Xi Femme ; 35 ans ; Diplômée de Master en Administration ; retournée en Chine depuis huit ans Père commerçant et mère fonctionnaire (parents divorcés) Fonctionnaire d’administration à l’université
Qi Homme ; 36 ans ; Diplômé de Master en Protection environnementale ; retourné en Chine depuis neuf ans Parents employés d’une entreprise d’État Recherche d’emploi
He Femme ; 29 ans ; Diplômée de Master en Relation Internationale ; retournée en Chine depuis un an Parents fonctionnaires Enseignante à l’Alliance française dans une grande ville
Zheng Homme ; 30 ans ; Diplômé de Doctorat en Chimie ; retourné en Chine depuis trois ans Parents agriculteurs Maître de conférence dans une ville moyenne

Note : Afin de garantir l’anonymat, les noms, années de naissance, années d’études, ont été modifiés.

Haut de page

Notes

1 http://uis.unesco.org/fr/uis-student-flow.

2 Le baccalauréat chinois est basé sur un principe de concours. En 2021, le taux d’admission à l’université pour une formation de Licence était de 41,6 %. Le taux d’admission à une université renommée variait de 13 % à 46 % selon les régions de provenance des candidats (Agence nationale éducative de Chine, 2022).

3 La politique de l’enfant unique a été pratiquée en Chine de 1979 à 2015.

4 Expression qui décrit le confort et la sécurité des emplois dans la fonction publique en Chine.

5 Les parents de Hu sont employés d’entreprise d’État (codé en chiffre 5), Hu est directrice d’une école privée d’apprentissage du français et dirigeante d’une entreprise d’exportation (codé en numéro 3).

6 Avant la validation par le Conseil constitutionnel (2019) de la hausse des frais universitaires pour les étudiants étrangers, les droits d’inscription en Licence et en Master pour les étudiants d’extra union-européen sont respectivement passés de 170 euros à 243 euros : https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14725.

7 « Le système actuel d’enregistrement du hukou a été mis en place en 1958 et délimite une frontière d’appartenance entre le milieu rural et le milieu urbain. Le système du hukou divise la population entre ménages ruraux et ménages non ruraux, les intérêts et les droits individuels comme l’éducation, la santé, le logement et l’emploi étant liés à l’enregistrement du ménage. Dans ce système, les citoyens ruraux n’ont pas accès aux prestations sociales s’ils s’installent dans les villes, même s’ils y vivent et y travaillent. Le système du hukou a eu pour effet de restreindre sévèrement la migration des campagnes vers les villes. » (Zhang, 2013 : 32.)

8 Classement de Shanghai, Classement QS, Classement mondial Times Higher Education.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 2 : mobilité sociale des diplômés chinois selon leur milieu d’origine.
URL http://journals.openedition.org/cres/docannexe/image/6383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tana Bao, « Les diplômes d’universités françaises : vecteurs d’ascension sociale pour les étudiants chinois ? »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 22 | 2023, 77-96.

Référence électronique

Tana Bao, « Les diplômes d’universités françaises : vecteurs d’ascension sociale pour les étudiants chinois ? »Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 20 octobre 2023, consulté le 29 novembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/cres/6383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cres.6383

Haut de page

Auteur

Tana Bao

Maîtresse de conférences dans l’Université de finance et d’économie de Mongolie intérieure, docteure diplômée de l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search