Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...19CommunicationsSurveillant de prison : un métier...

Texte intégral

1Les personnels de surveillance sont au cœur des préoccupations de la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP). Ils sont, même, le cœur de l’administration pénitentiaire, puisque ce sont eux qui, au quotidien, en détention, permettent aux établissements de fonctionner. Ils représentent aujourd’hui 70 % des effectifs de l’administration pénitentiaire, soit environ 27 000 personnes. Or, ce métier évolue grandement aujourd’hui avec la diversification des lieux où il peut s’exercer, des modes d’organisation mis en œuvre ou encore des caractéristiques sociodémographiques des surveillants. De plus, de nouveaux enjeux et de nouvelles problématiques n’ont cessé d’émerger ces dernières années, de la prise en charge de vulnérabilités à celle de la radicalisation en passant par la féminisation du métier ou l’impact des nouvelles technologies. Par ailleurs, l’administration pénitentiaire connaît un fort besoin de recrutement de cette catégorie de personnel. Il convenait donc d’actualiser les connaissances sur cette profession.

2Bien qu’il s’agisse de la catégorie de personnel la plus importante de l’administration pénitentiaire, le métier de surveillant est largement méconnu, souvent déprécié, et ne suscite guère de vocation alors que les besoins en recrutement sont importants. Après une description sociodémographique des personnels de surveillance, nous évoquerons quelques éléments des recherches conduites sur le métier de surveillant avec un focus sur la question du rythme de travail et de la socialisation professionnelle ; quelques résultats sur l’analyse de la mortalité (provenant de l’enquête réalisée par l’Institut de Veille Sanitaire) et sur l’enquête 2018 sur les connaissances et représentations des Français sur la prison seront aussi rappelés.

Quelques éléments statistiques

3Dans ses 186 établissements pénitentiaires, maisons d’arrêt et établissements pour peine, l’administration dispose d’environ 60 000 places pour 70 000 personnes incarcérées. On déduit de ces chiffres qu’il y a une surpopulation carcérale, notamment dans les maisons d’arrêt où l’on compte aujourd’hui en moyenne 145 détenus pour 100 places. Comme nous l’avons précisé ci-dessus, le métier de surveillant est prépondérant pour l’administration pénitentiaire. De plus le personnel de surveillance, c’est-à-dire les surveillants (élèves compris), les premiers surveillants (et majors) et les officiers, est en augmentation continue depuis 1980. Parallèlement à des ouvertures d’établissement et à la croissance du nombre de détenus, on observe plusieurs phases de recrutements où les promotions de surveillants ont été plus importantes (supérieures à 1000) : entre 1987 et 1992, entre 2003 et 2010 et entre 2014 et 2017. Ainsi, si l’effectif des personnes détenues a été multiplié par 1,7 en 36 ans, celui du personnel de surveillance l’a été par 2,6 sur la même période, accompagnant des changements importants tant dans l’accompagnement et les prise en charge des personnes détenues que dans l’organisation du travail de surveillant.

La prison : un lieu de travail contraignant pour les surveillants

4La loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 définit le cadre de leurs fonctions et ses limites. Les surveillants « constituent, sous l’autorité des personnels de direction, l’une des forces dont dispose l’État pour assurer la sécurité intérieure. Dans le cadre de leur mission de sécurité, ils veillent au respect de l’intégrité physique des personnes privées de liberté et participent à l’individualisation de leur peine ainsi qu’à leur réinsertion. Ils ne doivent utiliser la force, le cas échéant en faisant usage d’une arme à feu, qu’en cas de légitime défense, de tentative d’évasion ou de résistance par la violence ou par inertie physique aux ordres donnés. Lorsqu’ils y recourent, ils ne peuvent le faire qu’en se limitant à ce qui est strictement nécessaire. » Les surveillants de prison sont donc enjoints à deux exigences : une mission de garde et de surveillance et une mission de réinsertion des personnes détenues, aux côtés des services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP).

5Mais pour exercer ce métier, les professionnels sont exposés à des nuisances multiples et spécifiques à la prison. Ils doivent faire face à de nombreuses difficultés : vivre une grande partie du temps dans un monde clos, en étant sur ses gardes, avec la nécessité de se maîtriser, de comprendre les interactions entre détenus, avec les détenus et avec leurs supérieurs. Ainsi, les personnels de surveillance peuvent connaître des situations de stress et/ou de sentiment d’insécurité qui peuvent varier selon le type d’établissement et leur expérience, sans oublier l’inflation endémique de la population carcérale (taux de détention de 75,6 pour 100 000 en 2001 et de 122 pour 100 000 en 2018).

6La plupart des recherches sur le métier de surveillant relève la pénibilité du travail en milieu carcéral et présente de nombreux risques psychosociaux (Moulin et Sevin, 2012 ; Pavageau, 2005 ; Neveu, 2001 ; Aymard et Lhuilier, 1997 ; Goldberg et al., 1992) non seulement du fait des raisons invoquées plus haut mais aussi du fait des conditions de travail (horaires décalés, escaliers, station debout prolongée, solitude, etc.).

7Les modalités relationnelles sont aussi source de difficultés. Corinne Rostaing (2011) définit la prison comme un ensemble structuré de relations entre des acteurs ayant des statuts variables avec un noyau principal constitué par les relations entre surveillants et détenus. Georges Benguigui soutient dans son article sur la paranoïa pénitentiaire (2011), « qu’en prison, tout un chacun a l’habitude de dire que tout le monde se méfie de tout le monde ». Les surveillants se méfient des détenus et réciproquement. Signes d’une grande méfiance mutuelle, mécanisme de défense du groupe des surveillants qui pense avoir tout à craindre des détenus observe encore Georges Benguigui. Selon lui, la méfiance entre les surveillants et leur hiérarchie prend parfois des proportions inattendues. Il indique par exemple, que les surveillants sont contraints de passer sous les portiques électroniques à l’entrée des établissements ; les fouilles de cellule doivent s’exercer sous le contrôle direct d’un gradé. La nuit, seul le gradé dispose de la clé des cellules.

8Par ailleurs dans l’intention d’éviter toute corruption, on peut lire dans le code pénal (art D. 220), que les personnels ne peuvent fréquenter une personne qui est ou a été placée sous l’autorité de l’établissement (y compris parents et amis de ces personnes).

9Le décloisonnement carcéral qui s’accentue depuis les années 1990 implique également des rapports avec l’extérieur qui pénètre quotidiennement la prison aujourd’hui avec l’entrée des partenaires associatifs, des professionnels du soin, de l’éducation, etc.

10Compte tenu sans doute de tous ces éléments, les surveillants, appuyés par leurs syndicats, ont des aspirations élevées : ils représentent la troisième force de sécurité du pays aux côtés de la police et de la gendarmerie. La police nationale est considérée comme un modèle : le récent statut des surveillants donne les mêmes appellations, brigadier, lieutenant, capitaine, et on note l’importance de l’uniforme et le défilé du 14 juillet pour la deuxième fois en 2018.

Les contraintes liées aux structures

11Corinne Rostaing évoque d’une part les contraintes liées à l’espace (espace de travail fermé, compartimentation des zones, fermeture des détenus en cellule en maison d’arrêt, absence de lieux d’échange et de conflictualisation) et, d’autre part, les contraintes temporelles, c’est-à-dire le travail dans l’urgence du fait du manque récurrent de personnel, la multiplicité des taches qui renforcent l’isolement du surveillant.

12Les détenus n’ont d’autre ressource que le surveillant pour répondre à leurs multiples demandes et ont des difficultés à être dans une position d’attente. Ils connaissent en outre l’enfermement et la promiscuité. C’est une des sources classiques des agressions dont sont victimes les personnels (Guillonneau, Kensey, 1998). Ce métier épuise à la fois par son contenu et par ses conditions d’exercice. Dans leur enquête sur le métier de surveillant, Benguigui et al. (1994) montrent que l’usure au travail est l’aspect le plus difficile du métier pour plus d’un répondant sur deux, suivi par l’insécurité au travail (39%). La relation s’est complexifiée et le métier s’est transformé suite à la reconnaissance progressive des droits aux détenus. Mais le métier tend à se structurer avec la mise en place de protocole pour le suivi de détenus à tendance suicidaire ou pour des interventions. Les surveillants restent soudés par les relations syndicales intenses et par la confiance entre pairs mais ils en arrivent à un discours généralement défensif.

Conséquences sur la santé des surveillants

13Dans une étude de cohorte, l’Institut de veille sanitaire (Marchand et al., 2015) a analysé les causes de décès des personnes ayant été en activité à l’AP entre 1990 et 2008. La mortalité – toutes causes et par cause – de plus de 40 000 agents et ex-agents a été comparée à celle de la population générale française sur la même période à l'aide de ratios standardisés de mortalité (SMR). Les 1 754 décès observés représentent une sous-mortalité toutes causes classiquement observées dans les cohortes de travailleurs. Mais un excès de suicide statistiquement significatif est observé chez les hommes (+21%). Cette observation est faite entre 1990 et 2008, sans aggravation ou atténuation récente. L’excès concerne spécifiquement les métiers de surveillant pénitentiaire et d’adjoint technique. Aucune association positive n’a été observée entre les indicateurs professionnels étudiés (type d’établissement, taux d’occupation carcérale) et le risque de suicide. Cet excès de suicide est cohérent avec les données de la littérature et la nature du travail de surveillant pénitentiaire. Toutefois, les données disponibles ne permettent pas d’évaluer si l’origine de l’excès observé est principalement liée à des facteurs professionnels ou personnels.

Un métier qu’une majorité des français n’aurait pas aimé faire

14Enfin pour conclure, évoquons l’enquête sur les connaissances et représentations des Français : la perception du métier de surveillant, enquête réalisée en 2018 avec l’INSEE (à paraître). Interrogés sur leurs représentations du métier de surveillant, les Français affichent une vision très homogène. Les questions relatives à la profession de surveillant sont en effet les moins clivantes. Parmi les personnes interrogées, 92% considèrent qu'il s'agit d’un métier de relations humaines et 96% y voient un métier d’ordre et de sécurité. Et si la surveillance des détenus est la seule mission que plus de la moitié des Français ne voudraient pas voir confiée au secteur privé, on peut y voir un certain attachement à cette profession comme relevant du service public. Malgré cette forte considération, 91% des Français déclarent qu’ils n’auraient pas aimé être surveillant. C’est que les Français dépeignent un métier difficile. En plus d’être vu comme dangereux (à 95%), ce dernier souffre selon 93% des personnes interrogées d’un manque de reconnaissance et de trop faibles effectifs. Fabrice Guilbaud, dans son enquête en cours sur la socialisation professionnelle des surveillants de prison, montre que la plupart des surveillants (80% à l’école) déclarent qu’ils n’ont pas choisi ce métier par vocation. Mais au fil du temps, l’entraide professionnelle leur permet de donner du sens à leur métier.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Benguigui G., « La paranoïa pénitentiaire », in Prisons sous tensions, Paris, Éditions Champ Social, 2011.

Chauvenet A., Orlic F., Benguigui G., Le monde des surveillants de prison, Paris, Presses universitaires de France, (Sociologies), 1994.

Goldberg M., Goldberg P., David S., Dassa S., Marne M.-J., Landre M.-F., Étude sur la santé et les conditions de travail des personnels de l’Administration pénitentiaire, aspects épidémiologiques, Note de synthèse, INSERM Unité 88, 1992.

Guilbaud F., La socialisation professionnelle des surveillants de prison 1993-2017 - Une perspective longitudinale, quantitative et qualitative, CURAPP (Université d'Amiens - CNRS), à paraître.

Guillonneau M., Kensey A., Les à-coups, Étude sur les agressions contre les personnels, Travaux et Documents, DAP, 1998.

La représentation des Français sur la prison, enquête SDSE/DAP/ME5, à paraître.

Marchand J.L., Dourlat T., Moisan F., Description de la mortalité des agents et ex-agents de l’administration pénitentiaire. Analyse de la mortalité par cause entre 1990 et 2008, Saint-Maurice, Institut de veille sanitaire, 2015.

Moulin V., Sévin A.-S., « Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire », Paris, PUF, 2012/2, vol. 75, p. 147-178, 2010.

Neveu J.-P., « Conditions de travail, santé et gestion des ressources humaines du personnel de surveillance en maison d’arrêt », Rapport de recherche, Université Montesquieu-Bordeaux-IV, lirhe, 2001.

Pavageau P., Au-delà des horaires, le poids du travail sur la santé des travailleurs postés. Étude ergonomique auprès des personnels de surveillance des établissements pénitentiaires, Thèse d’ergonomie, Paris, CNAM, 2005.

Rostaing C., « Les relations carcérales croisées et la violence », in Prisons sous tensions, Paris, Éditions Champ Social, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Kensey, « Surveillant de prison : un métier sous tension »Criminocorpus [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 08 décembre 2021, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10122 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10122

Haut de page

Auteur

Annie Kensey

Démographe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search