Navigation – Plan du site

AccueilActualité bibliographiqueActes de colloques et de journées...2021Surveillant, un métier en mouvementCommunicationsConclusion générale. Le métier de...

2021
Surveillant, un métier en mouvement
Communications

Conclusion générale. Le métier de surveillant : Invariants, évolutions et perspectives d’avenir

Dan Kaminski

Texte intégral

1Cette conclusion sera consacrée à tirer quelques fils qui, parcourant les points de vue divers et les objets multiples rencontrés au long des contributions riches que contient cet ouvrage, permettent de les nouer. Ces nœuds peuvent évidemment avoir une facette critique (un nœud est parfois un obstacle, qu’il faut « dénouer »), mais peuvent aussi constituer des outils (un nœud permet de consolider la solidarité d’éléments qui méritent d’être réunis).

2Si le métier de surveillant est en mouvement, il me semble que les évolutions discutées aujourd’hui appartiennent à trois registres : la diversification des tâches, l’usage de nouveaux modèles d’organisation du travail et les changements démographiques affectant le métier de surveillant. Avant de les aborder synthétiquement, je voudrais insister sur quelques invariants structurels, qui n’ont que peu été abordés de face, mais qui sont apparus dans de multiples détours des riches communications de cette journée. Nous avons parlé des surveillants et bien peu de la prison…

Les trois contradictions du métier

  • 1 Selon Dominique Lhuillier et Nadia Aymard, la formation à l’ENAP transmettait, il y a vingt ans, un (...)

3Trois contradictions structurelles, aperçues en filigrane des propos tenus au cours de la journée, limitent les mouvements évoqués ou contraignent le métier. Afin de les aborder, je dois distinguer le métier de la profession. Celle-ci est une occupation rémunérée obéissant à des normes formelles qui peuvent être acquises au terme d’une formation (dont l’existence et la qualité sont à saluer, comme l’a fait Philippe Lemaire). Un métier par contre contient, au-delà de la profession, un ensemble d’habiletés acquises par l’expérience et obéissant à des normes diverses, rencontrées par la socialisation progressive du débutant, normes bien souvent non conformes à celles acquises pendant la formation1 et au fil de l’institutionnalisation de la profession, dont Laurence Soula a décrit les lignes historiques.

Centre National d’Évaluation (CNE) de Fresnes (Val de Marne) le 11 mai 2010

Centre National d’Évaluation (CNE) de Fresnes (Val de Marne) le 11 mai 2010

MJ/DICOM

4Le métier de surveillant se trouve au cœur d’une triple contradiction transhistorique – téléologique, normative et professionnelle – qu’il faut décrire, tant elle peut peser sur les représentations que l’on a du métier et sur le sentiment que, malgré des évolutions auxquelles la journée nous a rendu sensibles, « rien ne change ».

Une involution des missions

  • 2 J’entends par là l’amélioration relative des conditions de détention, la pénétration des droits rec (...)

5La surveillance des prisons est un métier difficile en raison d’une contradiction devenue de plus en plus évidente au cours des quarante dernières années. Cette contradiction est connue : elle tient à la conjonction grinçante de l’assouplissement des régimes2 et de l’impératif d’ordre et de sécurité qui constitue la matrice fondamentale de la prison (sans laquelle la prison n’est plus). Cette contradiction a changé d’aspect au fil du XXe siècle sous l’effet de trois compromis successifs. Les conditions drastiques et un régime de faveurs s’agençaient dans la première moitié du siècle grâce à une économie de la moralisation à laquelle les surveillants participaient de près. L’amélioration des conditions après la seconde guerre mondiale et des faveurs réglementées se sont agencées ensuite sous le couvert d’une économie de la resocialisation (à l’intérieur des murs). La performance des droits, jusqu’à leur reconnaissance légale très récente, a rencontré paradoxalement et frontalement une croissance de la sécurité tant dans les politiques pénales que dans les politiques pénitentiaires, dont l’harmonisation boiteuse s’opère sous le concept de responsabilisation du détenu. Elle rencontre aussi l’obstacle de la surpopulation, tributaire de la réduction du turn-over des détenus opérée par des politiques sécuritaires durcies.

  • 3 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Les cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° (...)

6La contradiction téléologique met aujourd’hui en scène, des formes d’humanisation de la détention en même temps qu’une exigence d’ordre et de sécurité, confirmant le « dispositif guerrier défensif »3 de la prison, dans lequel la coexistence est plus ou moins pacifique. Les compromis historiques de la moralisation des détenus et de leur resocialisation sont aujourd’hui dépassés par celui de la responsabilisation des détenus, comme des surveillants d’ailleurs, par des politiques managériales souvent ambiguës, prometteuses et inquiétantes.

7Les objectifs nobles de la prison sont toujours abstraits et toujours additionnés aux missions de base. Aussi illusoires fussent-ils, ils ont fait l’objet d’une involution, elle-même aidée par la délégation à des tiers et la diversification des missions que les agents ont le devoir de mener de front. Au vu du succès de sa tétralogie, Rod Morgan a certainement le mieux formulé l’équilibre nécessaire, à réinventer en permanence, auquel le surveillant de prison est confronté en première ligne, entre ordre, sécurité, justice et soin, avant même que la noble mission de réinsertion fasse son entrée.

8Des relations coercitives et négociées

9Dans un tel contexte, une deuxième contradiction se superpose à la première : elle est normative. L’illusion bureaucratique repose sur un ordre carcéral assuré par une réglementation formelle épuisante, alors que l’injonction du métier est bien d’inventer et de négocier des activités et des relations informelles, bien plus efficaces à faire régner l’ordre requis. Il s’agit ici de la contradiction structurelle entre un surveillant (qui suivrait parfaitement les protocoles) et un « bon » surveillant (qui, par exemple, ne réveille pas le premier surveillant, bien qu’il doive le faire, dans un des récits d’Hadrien Le Mer). On sait depuis longtemps qu’un gardien doit respecter les règles et les procédures des incidents disciplinaires et qu’un bon gardien, doit, au mépris de ces règles, gérer au mieux par lui-même ces incidents en telle manière qu’ils ne remontent pas à la direction. Entre la vision juridique de la profession et la vision interactionnelle du métier, le gouffre est parfois vertigineux.

  • 4 Corinne Rostaing (La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons pour femmes (...)

10Un enseignement connu de la sociologie des professions concernant le métier de surveillant est la double contrainte dans laquelle il se trouve. La profession de surveillant ne s’éprouve comme telle que dans la gestion des « incidents ». L’ordre maintenu, c’est la routine ; on n’y exerce pas la dimension sensible d’un métier. Seuls les incidents, de quelle que nature qu’ils soient, transforme la routine en espace vivant dans lesquels la mission qui est confiée par l’autorité et la mission4 que le surveillant se donne trouvent à s’exercer de façon parfois contradictoire également.

11L’autorité pénitentiaire délivre en effet un message contradictoire en exigeant à la fois le respect de règles strictes qui s’imposent aux surveillants comme aux détenus et à la fois (compte tenu de la surpopulation et des impossibilités matérielles de faire régner cet ordre abstrait) l’invention de modalités originales, non codifiables et négociées de gestion des incidents. Cette contradiction normative entre la norme institutionnelle et l’art du métier est celle-là même qui impose au surveillant l’invention continue et risquée d’une profession, autant dans l’exercice de la violence brutale que dans celui d’une négociation plus ou moins apaisante des relations tendues entre détenus et entre détenus et surveillants.

12Cette contradiction normative fait du métier de surveillant une profession à part entière, exigeant de lui des dispositions qui réduisent la dimension purement exécutrice du travail et accroissent donc le péril et la nature sisyphéenne de son activité : la « neutralisation » des détenus suppose une négociation incessante. Cette contradiction est aussi ce qui fait de lui le maitre de la situation : cela l’investit d’un pouvoir singulier qu’on appelle l’inversion hiérarchique (le surveillant est celui qui dispose de l’information et de la décision de la faire remonter ou non) et d’un pouvoir collectif que le syndicalisme pénitentiaire exerce de façon puissante.

Une profession solitaire et solidaire

  • 5 Antoinette Chauvenet, « Du face-à-face à la relation en miroir. Le risque professionnel en prison » (...)
  • 6 Ce néologisme est issu de la traduction du concept de prisonization, introduit par Donald Clemmer, (...)

13Enfin, une contradiction professionnelle atteint aussi le métier de surveillant : il s’agit en effet d’une profession dévalorisée. Éloignée de la vocation, elle relève de la fonction publique et offre une sécurité d’emploi qui contribue probablement partiellement au succès des concours (comme l’a relevé Fabrice Guilbaud). Cette profession est cependant fatigante (notamment en raison du cycle matin/nuit, dont la généalogie étrange a été présentée par Jean-Lucien Sanchez et dont la pertinence est contestée par les enseignements de la chronobiologie, soulignés par Régis Mollard), elle est sujette à des réaffectations géographiques pénibles et entraine des effets délétères sur la vie privée (évoqués aussi par Jimmy Delliste). Elle est encore disqualifiée socialement – au mépris de sa réalité complexe – comme relevant des basses œuvres du pouvoir d’État et elle exige enfin un effort constant de distanciation sociale, en raison de l’homologie des deux populations pénitentiaires5 et de leur « prisonniérisation »6 comparable à certains égards. L’absentéisme, d’une part, et le radicalisme syndical, d’autre part, sont des éléments non méprisables de ce métier : ils indiquent tous deux un malaise persistant au travail. La définition subjective et collective d’un sens du travail est éprouvante et sujette à déception, à maladie et à revendication. À la fois solitaire et solidaire, le surveillant est confronté, plus facilement que d’autres professionnels, à la rétractation du sens de son travail sur l’ambiance, la collégialité, les relations avec les pairs (au détriment, parfois, des relations avec la hiérarchie et avec les détenus) et sur la défense collective d’intérêts corporatistes.

Des nouveautés programmées ou rencontrées

14Ces trois contradictions et leurs synthèses précaires appartiennent au métier de surveillant. Leur persistance est aujourd’hui traitée le plus souvent par des innovations prometteuses qui affectent soit l’exercice du métier, soit son organisation, soit encore les traits des travailleurs. La diversification des tâches, le recours à de nouveaux modèles de gestion du travail et les changements démographiques affectant le métier de surveillant ont été mis à l’honneur au cours de cette journée. Ces innovations sont promues expérimentalement ou objectivement rencontrées. Les modules de respect (étudiés par Christophe Faget), les binômes de Val-de-Reuil (proposés et décrits par Muriel Guégan), l’organisation en pôles centralisateurs (illustrée par la contribution de Sylvaine Tuncer et Christian Licoppe sur la surveillance électronique des condamnés), la résurgence d’une fonction oubliée d’observation du détenu (décrite par Nathalie Hédon, Jerôme Limbourg et Sylvie Gomez, membres du Centre national d’Évaluation), la promotion de nouvelles tâches (moniteur de sport et agent de santé, tâches défendues par Craig Mailer et Keith Mason) sont des innovations promues qui peuvent améliorer tant l’organisation de la prison que la sécurité du personnel ou le sens trouvé au métier, mais qui peuvent aussi complexifier son exercice, accroître les exigences de la formation ou contribuer à sa spécialisation excessive. La féminisation et le vieillissement du personnel de surveillance (tous deux mis en évidence par Florence de Bruyn), la survenance « accidentelle » de tâches spécifiques, leur transformation (notable chez les agents de greffe) et leur disparition (chauffeur, cuisinier, par exemple), ainsi que le succès des candidatures au concours de surveillant (souligné par Sophie Bleuet) sont des données avec lesquelles, même lorsqu’elles sont heureusement accueillies, il faut composer pour réinventer le métier.

15Une nouvelle tension apparaît, indexée à ces innovations, qu’elles soient voulues ou non : contribuent-elles à la valorisation des composantes significatives du métier (qui lui donnent sens) ou imposent-elles des exigences de management qui pourraient bien recycler, sans plus, les difficultés de son exercice ? À cette question, on espère une réponse qui aille dans le sens de l’établissement des conditions pour que le sens et l’envie de travailler l’emportent sur la pénibilité et l’insécurité vécues par les surveillants. La journée d’études, selon le vœu exprimé en ouverture par Annie Kensey, ne peut que contribuer à apporter une connaissance meilleure du métier et des possibilités de son amélioration, de même que l’appel à projets de recherche en la matière annoncé en clôture par Anne Bérard.

Des pistes utopiques

Maison d'arrêt de la Santé à Paris 14e, le 10 juin 2014

Maison d'arrêt de la Santé à Paris 14e, le 10 juin 2014

MJ/DICOM

  • 7 On peut trouver des traces, hélas très réduites, de la signification de ce concept dans les actes d (...)

16Des pistes, utopiques peut-être, peuvent être suggérées, pour que le métier persiste et pour qu’il ne se referme pas sur la profession, sèche et bureaucratique. La première piste, déjà observée dans certaines expérimentations dont il a été question dans certaines contributions, est le développement d’activités pluridisciplinaires auxquelles les surveillants participent ou dont ils sont les premiers récepteurs d’un feed-back. La deuxième piste, plus rare et quelque peu dissonante avec la structuration de la hiérarchie pénitentiaire, nous orienterait vers la collectivisation de questions traitées dans des organes de concertation élargis, des groupes de travail amenés à concevoir des réformes auxquels surveillants et détenus participent, tout simplement parce qu’ils sont des acteurs politiques, bien plus que des exécutants ou des sujets soumis à leur sort. Enfin, la troisième piste, qui n’est pas programmable, consiste en la création de ce que des amis belges ont appelé (pour d’autres secteurs de travail que le secteur pénitentiaire) un « espace a-territorial »7 : il s’agit d’un espace autogéré par des professionnels, dont la fonction est de leur offrir une respiration restauratrice et transformatrice, articulant clinique et politique, et dans lequel s’éprouve une contre-expertise opposable à la pensée unique (qui est le contraire de la pensée). Cette piste suppose évidemment que, au-delà des intérêts syndicaux qui méritent par d’ailleurs d’être défendus, le métier intéresse ceux qui l’exercent plus qu’il ne les irrite ou ne les abime.

17Au-delà de la formation, ces trois pistes sont, à mon sens, les ressources, organisées ou autonomes, les plus susceptibles de faire connaître concrètement et organiquement l’expertise de la surveillance, de séparer la condition de surveillant de son homologie néfaste avec la condition du détenu et de nous éloigner des manières d’emprisonner les plus blessantes et blessées à la fois.

Haut de page

Notes

1 Selon Dominique Lhuillier et Nadia Aymard, la formation à l’ENAP transmettait, il y a vingt ans, une vision juridique de la profession, occultant les paradoxes et « contradictions qui sont le creuset de la vie clandestine de l’institution » (L’univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 210)

2 J’entends par là l’amélioration relative des conditions de détention, la pénétration des droits reconnus aux détenus, la « porosité de la prison », dont les signes sont les interventions accrues de services externes, souvent motivés par l’objectif de réinsertion.

3 Antoinette Chauvenet, « Guerre et paix en prison », Les cahiers de la sécurité intérieure, 1998, n° 31, p. 91-100.

4 Corinne Rostaing (La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons pour femmes, Paris, PUF, 1997) a distingué le surveillant missionnaire et le surveillant statutaire, pour élaborer une typologie des relations carcérales. Malgré l’importance de cette distinction en sociologie des professions, je soutiens ici que la posture statutaire est tout autant « choisie » que la posture missionnaire, et indexée à la définition d’une mission que l’on se donne…

5 Antoinette Chauvenet, « Du face-à-face à la relation en miroir. Le risque professionnel en prison », Cahiers de la Sécurité, n°12, avril-juin 2010, p. 141-152.

6 Ce néologisme est issu de la traduction du concept de prisonization, introduit par Donald Clemmer, The Prison Community, New York, Holt, 1940.

7 On peut trouver des traces, hélas très réduites, de la signification de ce concept dans les actes d’un colloque intitulé Nous voulons votre bien et nous l’aurons. Sur la férocité du social, organisé par l’Espace Territorial, dont le projet était de soutenir une pratique clinique et politique du travail social. Voir le numéro double (27-28) de la revue Travailler le social, Bruxelles, 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Centre National d’Évaluation (CNE) de Fresnes (Val de Marne) le 11 mai 2010
Crédits MJ/DICOM
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Maison d'arrêt de la Santé à Paris 14e, le 10 juin 2014
Crédits MJ/DICOM
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dan Kaminski, « Conclusion générale. Le métier de surveillant : Invariants, évolutions et perspectives d’avenir », Criminocorpus [En ligne], Actes de colloques et de journées d'études, mis en ligne le 08 décembre 2021, consulté le 20 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10159

Haut de page

Auteur

Dan Kaminski

Criminologue, université catholique de Louvain-la-Neuve

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search