Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2021Corinne Rostaing, Une institution...

2021

Corinne Rostaing, Une institution dégradante, la prison

Paris, Gallimard (coll. « Essais »), 2021, 320 p.
Manon Veaudor
Référence(s) :

Corinne Rostaing, Une institution dégradante, la prison, Paris, Gallimard (coll. « Essais »), 2021, 320 p.

Texte intégral

  • 1 Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic, La violence carcérale en question, Paris, (...)
  • 2 Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, De la religion en prison, Rennes, Presses U (...)

1Avec cet ouvrage, Corinne Rostaing propose une synthèse inédite des travaux portant sur l’institutionnalisation de la prison. La sociologue rassemble un vaste ensemble de contributions historiques et empiriques portant sur la consolidation de cette institution progressivement devenue objet politique. Elle entend ainsi comprendre comment la prison – entendue à la fois comme peine et institution – s’est édifiée en marge des idéaux démocratiques. Mais ce livre est d’abord l’aboutissement de trente ans de recherche sur les prisons françaises. Corinne Rostaing soutient en effet au début des années 1990 la première thèse de sociologie sur les femmes détenues, qu’elle prolongera au long de sa carrière par le biais de plusieurs enquêtes ethnographiques en milieu fermé. Deux recherches collectives, qui ont fait date en sociologie carcérale, lui permettent notamment d’interroger le rapport de la société à la prison : la première aux côtés de Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic sur les violences carcérales (2008)1, la seconde avec Céline Béraud et Claire de Galembert sur l’étude du fait religieux en prison (2016)2. Elle se prête ainsi à un travail de ré-analyse d’un matériau dense, recueilli dans une diversité d’établissements pénitentiaires, tant auprès de personnels pénitentiaires que d’hommes et de femmes détenu.e.s.

2L’ambition de cet ouvrage est double. Il s’agit à la fois d’un « essai » (p. 14) et d’une nouvelle perspective de recherche qui interroge « la dimension morale de l’institution carcérale » (p. 34) proposant ainsi « une sociologie morale de la prison » (p. 37). Elle entend aborder sous un angle nouveau les inerties et les décalages persistants de cette institution face aux exigences démocratiques. Ce faisant, il est moins question d’interroger les vertus associées à la peine, que les représentations, « les missions et les valeurs associées à la prison » ou encore les « tensions croissantes » qui conduisent à ces blocages (p. 37). Ce projet articule pour cela des sources diverses. La mobilisation d’un vaste corpus documentaire, composé de sources institutionnelles et juridiques, et la connaissance fine des travaux historiques sur la prison constituent un apport précieux de l’ouvrage. Elles permettent de dresser une description fine des controverses passées et présentes autour de la prison. Le livre passe également en revue un large panel de travaux en sociologie des institutions et de la prison, en particulier sur la période récente (1990-2000).

3L’ouvrage se compose de quatre chapitres. Le premier nous rappelle que l’enfermement est d’abord une « épreuve totale », marquée par l’expérience graduelle de violences et de privations. L’auteure revient avec minutie sur les « disqualification » plurielles de l’identité, qu’elle replace dans le contexte actuel des prisons françaises : surpeuplement chronique des maisons d’arrêt, allongement de la durée des peines consécutives aux injonctions de sévérité adressées au Parquet, attente et inoccupation exprimées d’autant plus fortement que les personnes sont en attente de jugement ou condamnées à de courtes peines. Corinne Rostaing interroge ensuite le rapport des détenu.e.s à la peine et aux faits commis, suggérant un autre point de vue sur cette expérience « totale » comme épreuve « morale » (p. 70).

4Le deuxième chapitre, intitulé « changements et blocages », analyse le rapport de la prison aux réformes et aux critiques dont elle fait l’objet. Il recense ainsi deux mouvements de transformation des prisons amorcés à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale : une amélioration des conditions matérielles de vie en cellule d’un côté, et l’atténuation progressive de la coupure vis-à-vis de l’extérieur de l’autre, dont témoigne par exemple l’intervention croissante de professionnel.le.s indépendant.e.s de l’administration pénitentiaire. L’originalité de ce chapitre se situe peut-être moins sur le constat d’une inertie institutionnelle, déjà bien jalonné, comme le rappelle l’auteure, par les débats académiques, que sur les contradictions internes auxquelles les politiques pénitentiaires aboutissent. En témoigne les moyens accordés à la création de quartiers spécifiques pour les personnes incarcérées pour des faits dits de terrorisme islamiste, accentuant le hiatus entre « d’un côté des services bien dotés en espaces, moyens et personnes et de l’autre une surpopulation encore accrue avec des moyens toujours limités » (p. 136).

  • 3 Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, 1971 (...)
  • 4 Everett C. Hugues, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 344 p.

5Immuable, la prison l’est aussi au travers des missions « les plus viles » qui lui sont attachées (p. 157). Elle n’a jamais servi de « fonction noble » (p. 159). Cette réflexion est au cœur du troisième chapitre, dans lequel la sociologue propose un nouvel idéal-type, celui d’« institution dégradante », en opposition aux institutions « honorables ». Dans le prolongement des travaux de l’anthropologue Mary Douglas sur la peur de la contamination morale3 et de Everett Hugues sur les institutions « de moindre prestige »4, Corinne Rostaing explore de manière originale trois dimensions du processus de dégradation : celle de la « souillure » matérielle, physique et morale en premier lieu, qui nourrit l’idée d’être tombé « au plus bas » de la société, comme l’explique un prisonnier (p. 163) ; celle ensuite de la délégation « du sale boulot », la mission de garde, et celle, troisièmement, de la « stigmatisation » qui touche les prisonnier.e.s, leurs proches et les personnels de surveillance. La crainte d’un « espace qui corrompt les esprits » reste latente dans les orientations politiques actuelles. L’auteure montre comment ce processus de dégradation est aujourd’hui entretenu par les mesures de regroupement visant certaines catégories de détenu.e.s, comme ceux, souvent cités dans l’ouvrage, dits « TIS » (pour « terrorisme islamiste ») (p. 175). Mêlant témoignages et sources historiques, elle revient également sur les luttes symboliques dont se sont très tôt emparés les personnels pénitentiaires. En témoigne la mobilisation des gardiens de prison (exclusivement des hommes à cette époque) en 1919, qui réclamèrent la disparition de ce terme, employé avec défaveur, au profit de celui de surveillants (p. 185).

6Loin de se limiter aux personnels et aux détenu.e.s, cette stigmatisation s’étend aux proches et aux familles, et perdure au dehors de la prison. C’est l’objet du dernier chapitre (chapitre 4), qui interroge les effets de l’institution dégradante au-delà du temps de l’incarcération (p. 200). Au croisement de la sociologie de l’ordre carcéral et de la sociologie des expériences carcérales, l’auteure revient sur l’« impensé » de la sortie dans cette institution qui ne vise rien, sinon de contenir. Ces quatre chapitres l’amènent ainsi à explorer plusieurs aspects de la question morale, au risque peut-être d’un éparpillement qui peut surprendre. Ainsi passe-t-on des perceptions et des valeurs associées à la prison (p. 37), à l’épreuve morale et subjective du procès, jusqu’aux dimensions symboliques de la contagion (p. 172).

7Ce livre offre une synthèse claire et accessible des recherches portant sur les grandes étapes d’institutionnalisation de la prison. Il pourra à ce titre intéresser toute personne désireuse de comprendre les évolutions récentes de cette institution. Il propose également une réflexion importante sur la place qu’une société démocratique fait à l’institution carcérale et sur le sens de la peine qui n’a d’autres effets que de désocialiser les personnes. Le double pari sur lequel repose Une institution dégradante – celui de relier essai et chantier de recherche – suggère néanmoins plusieurs niveaux de lecture qui peuvent entretenir une confusion quant au projet défendu. C’est le cas notamment lorsque l’auteure s’interroge sur les conditions propices au développement d’une institution « capacitante » (p. 263) qui repose sur la responsabilisation et l’autonomisation des détenu.e.s (p. 265). La question est ici celle des programmes publics susceptibles de restaurer la dignité des personnes et les rendre actives dans la perspective de leur sortie. Si cette approche libérale de la peine peut étayer les travaux portant sur la justice restaurative, dont il est fait mention, il nous semble qu’elle entretient toutefois une ambiguïté quant à la façon de penser la dimension morale de la prison. Il s’agit peut-être moins en effet de comprendre ce qui maintient la prison en marge de la démocratie, que de suggérer un idéal de normes et de valeurs qui réhabilite une institution dégradante.

Haut de page

Notes

1 Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic, La violence carcérale en question, Paris, Presses Universitaires de France, 2008, 347 p.

2 Céline Béraud, Claire de Galembert et Corinne Rostaing, De la religion en prison, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016, 358 p.

3 Mary Douglas, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, Maspero, 1971, 194 p.

4 Everett C. Hugues, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, 344 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Veaudor, « Corinne Rostaing, Une institution dégradante, la prison »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 21 décembre 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10342 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10342

Haut de page

Auteur

Manon Veaudor

Manon Veaudor est docteure en science politique à l’université de Paris-Saclay et chercheuse associée au CESDIP (UMR 8183). Sa thèse porte sur la gestion de l’ordre carcéral et les pratiques d’affectation à l’intérieur des maisons d’arrêt. Elle est actuellement en post-doctorat à l’université de Lyon 2 (laboratoire Triangle, UMR 5206) et travaille sur les effets du placement judiciaire des jeunes sur les familles.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search