Navigation – Plan du site

AccueilDossiersVaria2022La cible Marx Dormoy (1936-1941)

2022

La cible Marx Dormoy (1936-1941)

Retour sur une mort annoncée
Franck Tison

Résumés

Dans la nuit du 25 au 26 juillet 1941, Marx Dormoy était assassiné dans sa chambre du Relais de l'empereur à Montélimar. À la manœuvre, des Cagoulards qui placèrent une bombe sous son matelas. Ils étaient mus par un ressentiment cultivé par la presse nationaliste à compter du mois de novembre 1936, date à laquelle Marx Dormoy devint le ministre de l'Intérieur du gouvernement du Front populaire et intensifia la lutte contre Jacques Doriot et la Cagoule. À partir de cet instant, il dut faire face à un pilonnage en règle de la part de cette presse d'extrême droite, visant à le criminaliser et à le diaboliser.  Caricaturistes et journalistes de cette mouvance trouvèrent ainsi matière à exprimer leur anticommunisme, leur antisémitisme, leur antirépublicanisme. Ils avaient évidemment en ligne de mire Léon Blum, son gouvernement, et sa capacité à garantir l'ordre public. Ils s'efforcèrent de "fictionnaliser" le maire de Montluçon en l'associant à des figures telles que Fantômas ou le docteur Caligari pour le fragiliser. Durant cinq ans, Marx Dormoy endura les pires calomnies, les menaces des Doriotistes et des Cagoulards. Certains d'entre eux passèrent à l'acte en 1941.

Haut de page

Texte intégral

Marx Dormoy dans les années 1930

Marx Dormoy dans les années 1930

©Montluçon Patrimoine

  • 1 Il songea un instant au député-maire de Roanne Albert Serol mais préféra finalement qu’il restât à (...)
  • 2 Le 15 janvier 1937, si l’on en croit le journal Le Jour, on ne comptait plus que 300 grévistes sur (...)

Le 18 novembre 1936, Roger Salengro choisissait de mettre fin à ses jours, victime d’une campagne de presse ignominieuse et fallacieuse. Le ministre de l’Intérieur du Front populaire n’avait pas supporté que l’on ait pu injustement mettre en doute son comportement patriote lors du premier conflit mondial. La nouvelle connue, une émotion particulièrement vive se fit immédiatement jour. Dans le Nord bien sûr, sa région natale et sa terre d’élection, mais aussi au sein du gouvernement. Léon Blum, président du Conseil, perdait en la circonstance un ami cher, un compagnon de lutte de longue date, un collaborateur-clé. Passée la phase traumatique immédiate, le leader socialiste se trouva confronté à une épineuse question : quel successeur donner à l’ancien maire de Lille ? Le climat enfiévré du mitan des années 1930 rendait particulièrement délicat ce choix. L’homme idoine devait être capable de résister aux philippiques de la presse d’extrême droite qui ne se priverait pas de tenter de le fragiliser. Le nouveau locataire de la place Beauvau aurait aussi à affronter les formations politiques antirépublicaines. Enfin, il lui faudrait pouvoir contribuer au règlement des nombreux conflits sociaux qui perduraient. Bref, il lui fallait trouver un homme qui ne craindrait pas d’être chahuté, vilipendé, sali, un homme de dialogue au cuir épais. En dépit de ce cahier des charges pour le moins exigeant, Léon Blum ne douta guère1. C’est au sein de son propre gouvernement qu’il trouva le profil recherché en la personne de Marx Dormoy. Le maire de Montluçon, était un proche apprécié, côtoyé à de nombreuses reprises, au Parlement, dans les congrès SFIO, lors des rassemblements populaires, admiré pour incarner un socialisme municipal. Qui plus est, en tant que sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, il avait fait ses preuves, dénouant avec à-propos des situations de blocages sociaux2. Des réussites qui importaient peu aux yeux de la presse d’opposition nationaliste tant son exécration du Front populaire demeurait vivace. Marx Dormoy, désormais figure de proue du gouvernement Blum, devenait ainsi une proie à traquer, une cible à abattre, un ministre à décrédibiliser, à railler, à bafouer, à désacraliser. À force d’attiser le mépris et la colère à son encontre, ses dénigreurs se muèrent en prescripteurs d’une vengeance politique que de serviles exécutants se chargèrent d’assouvir sous le régime de Vichy.

Décrédibiliser

  • 3 L’Écho de Paris du 25 novembre 1936.
  • 4 Ibid.
  • 5 Mobilisé dès le début du conflit, affecté au 7e régiment de Génie, Marx Dormoy participa au mois d’ (...)
  • 6 Caricaturiste du journal L’Œuvre, Roger Roy avait été débauché par le journal Gringoire. Le dessina (...)
  • 7 Danielle Tartakowski, Les manifestations de rue (1918-1968), Paris, Publications de la Sorbonne, 19 (...)

Léon Blum avait vu juste. Les milieux d’extrême droite entreprirent d’emblée un travail de sape visant à déstabiliser, à fragiliser le nouveau ministre de l’Intérieur. Dès que la nouvelle de sa nomination fut connue, Henri de Kerillis, l’éditorialiste de L’Écho de Paris, mit en doute ses aptitudes. Selon le polémiste, Marx Dormoy n’avait été choisi que parce que Léon Blum redoutait qu’on lui reproche une « infiltration israélite3 ». Et de rappeler la présence de Cécile Brunschvig, de Jean Zay au gouvernement, de Jules Moch au secrétariat général de la présidence ainsi que de 39 attachés juifs dans les cabinets ministériels. Il s’interrogeait, par ailleurs, dans le même article : « La tâche qui attend Marx Dormoy n’est-elle pas au-dessus de ses forces4 ? ». Ce n’était là que les prémices d’une offensive bien plus vaste. Héroïque pendant la Grande Guerre, Marx Dormoy ne fut pas attaqué sur son passé militaire5. En revanche, on mit très vite en cause son intégrité. Il fut accusé d’avoir instrumentalisé la police à des fins partisanes. Cette accusation transsude dans le dessin de Roger Roy6 paru dans Gringoire le 4 mars 1937. Il y est fait référence à la mort, le 28 février 1937, de Jean Creton, militant PSF, tué lors d’une réunion de la section sedanaise du PSF à Vrigne-aux-Bois (Ardennes). Le dessinateur laisse entendre que le militant aurait été tué par des opposants politiques avec l’assentiment de Léon Blum et de Marx Dormoy alors qu’une enquête démontra que le coup de feu aurait été le fait d’un de ses amis7.

Dessin de Roger Roy paru dans le journal Gringoire le 5 mars 1937

Dessin de Roger Roy paru dans le journal Gringoire le 5 mars 1937

BnF/Gallica

  • 8 Partisans de Marceau Pivert, ils appartenaient à l’aile gauche révolutionnaire de la SFIO.

Le procès en incompétence redoubla d’intensité après les évènements de Clichy, le 16 mars 1937. Marx Dormoy, attaché à la libre expression, n’avait pas voulu interdire la tenue, dans un cinéma de Clichy, d’une réunion du PSF. Au nom du même principe, il ne s’était pas opposé à une contre-manifestation des formations de gauche qui voyaient dans ce meeting, au cœur de la banlieue rouge, une provocation. Marx Dormoy avait donné des consignes pour que l’encadrement du rassemblement soit strict mais cela ne suffit pas à empêcher un délitement de la situation et des heurts sanglants entre manifestants et policiers. Le bilan officiel ne laissait aucun doute quant à la virulence de l’affrontement. On déplorait 5 morts et 62 blessés chez les manifestants. Du côté des forces de l’ordre, 158 agents et 84 mobiles avaient été touchés. Le divorce était consommé avec l’aile gauche de la SFIO, les Pivertistes8. Mais surtout, la presse d’extrême droite s’empara de cette poussée de fièvre pour tenter de déstabiliser le ministre d’État autodidacte.

  • 9 Gringoire du 20 mars 1937.
  • 10 Ibid.
  • 11 Gringoire du 8 octobre 1937.
  • 12 Les Lettres françaises du 30 décembre 1944.

Henri Béraud, dans le journal Gringoire, ne se priva pas de se faire l’un de ses pourfendeurs les plus acerbes. Il voyait en lui le plus pitoyable ministre de l’Intérieur depuis 50 ans, un lâche, « la litière » de Léon Blum9. Revenant sur les heurts de Clichy, il écrivait ceci : « Dormoy a fait ce miracle. Ce ministre blafard, vitreux, cette face creuse et pâle, n’a eu qu’à paraître pour qu’instantanément cessent les cris de « À bas La Rocque ! ». Quand il s’avance devant les hommes fous, devant les hommes échevelés, devant les gamins ivres de mots, de fureur et d’impuissance infantile, un cri monte : « Blum à mort ! Dormoy démission10 ». L’éditorialiste rejetait clairement la responsabilité du bilan meurtrier de cette manifestation sur le ministre et instruisait son procès en incapacité, le qualifiant de « Fouché velu mais sans flair dont la barbe laine et coton sert d’essuie-main à la pègre internationale11 ». Bernard Séverine dira plus tard qu’Henri Béraud a armé comme aurait pu le faire un Maurras les assassins de la Cagoule et de la Cinquième colonne12.

Le deuxième épisode qui catalysa l’hostilité de ses détracteurs d’extrême-droite met en scène Jacques Doriot. Le fondateur du Parti populaire français, en 1936, était un opposant déclaré du Front populaire. Marx Dormoy avait enclenché une enquête administrative à son endroit. Fort des résultats de celle-ci, il fit signer au président de la République Albert Lebrun, le 27 mai 1937, un décret aux termes duquel Jacques Doriot était révoqué de ses fonctions de maire de Saint Denis, sans pouvoir envisagé de réélection avant un an. Il lui était reproché d’avoir entériné une adjudication de fournitures (charbon, électricité), d’en avoir accepté la livraison et payé des marchandises ne correspondant ni en quantité ni en qualité au cahier des charges initial. Évidemment, cette décision fit grand bruit dans le monde politique. D’autant plus que Jacques Doriot, à la suite de cette révocation, démissionna de son siège de député et que sa circonscription fut récupérée par un communiste. Une humiliation pour celui qui avait été exclu, le 27 juillet 1934, par le PCF et qui se faisait fort de conquérir le vote ouvrier. La presse doriotiste, à partir de ce moment, se lâcha contre le locataire de la place Beauvau. La Liberté, l’Émancipation nationale l’accusèrent d’être l’homme de paille de Thorez, d’être à la solde de Moscou. On le soupçonnait d’avoir voulu faire oublier Clichy et pour ce faire, de donner des gages au PCF. Le dessinateur A. R. Charlet le croqua complètement soumis à un Maurice Thorez lui ordonnant de s’occuper du maire de Saint Denis.

  • 13 André René Charlet fut formé par Paul Iribe. En 1937, il adhéra au PPF. On retrouve ensuite sa sign (...)

Dessin d’A.R Charlet13 paru dans L’Émancipation nationale du 5 juin 1937

Dessin d’A.R Charlet13 paru dans L’Émancipation nationale du 5 juin 1937

BnF/Gallica

  • 14 Le policier Pierre Bonny (1895-1944) était intervenu dans les enquêtes Stavisky et Prince avant d’ê (...)
  • 15 Frère d’Eugène Deloncle, le leader cagoulard, il est présenté comme le trésorier de l’organisation.
  • 16 L’Émancipation nationale du 24 décembre 1937.
  • 17 Gringoire du 24 décembre 1937.

Paul Guitard, dans La Liberté du 3 juin 1937, le qualifie « d’Excellence poussiéreuse et barbue que l’on rencontre dans les recoins de la place Beauvau comme un vieux parapluie oublié jadis par feu Jules Guesde ». Un intellectuel comme Ramon Fernandez, pour dénoncer la démission de Doriot, choisit alors d’adhérer au PPF. Lorsque le Conseil d’État cassa l’arrêt du ministre, la fureur au sein du PPF fut à son comble. Pour cette formation et pour sa presse, Marx Dormoy n’était rien d’autre qu’un « félon », qu’un « parjure », qu’un « Basile », qu’un « paltoquet » car il aurait promis en cas d’invalidation par le Conseil d’État de démissionner, ce qu’il ne fit pas. L’évènement qui achèvera d’en faire une cible privilégiée fut l’annonce, le 23 novembre 1937, de la découverte du complot de la Cagoule contre les institutions républicaines, la Sûreté nationale et la Préfecture de Paris, ayant notamment découvert des caches d’armes venant de l’étranger. Pure élucubration selon les organes de presse d’extrême-droite qui s’emparent de l’évènement pour jeter l’opprobre sur les pratiques policières du ministre. On lui reproche de s’être appuyé sur l’inspecteur Bonny14. On lui fait grief de couvrir les abus de la Sûreté nationale. L’Émancipation nationale en dresse la liste : détentions illégales, brutalités sur prévenus (Henri Deloncle15), perquisitions irrégulières, visites domiciliaires chez les proches des détenus au mépris de leurs droits élémentaires, extractions irrégulières des maisons d’arrêt suivis d’interrogatoires hors de la présence des avocats, violation des correspondances privées des avocats16. Gringoire abonde dans ce sens et attribue à Marx Dormoy la résurgence du supplice de l’eau. Celui-ci offrirait à « ses patients » des harengs saurs tout en les privant d’eau17.

Marx Dormoy diabolisé par le dessinateur Sennep dans le journal Candide du 5 décembre 1937

Marx Dormoy diabolisé par le dessinateur Sennep dans le journal Candide du 5 décembre 1937

BnF/Gallica

  • 18 Pour Olivier Forcade, la commission interministérielle du renseignement fut une première expérience (...)

Loin de correspondre à ce portrait méphistophélique, luciférien, Marx Dormoy fut un ministre de l’Intérieur républicain et réformateur. Dans un climat de très grande agitation, il voulut moderniser le fonctionnement des forces de l’ordre. Il créa à Paris, dans chaque arrondissement une structure spécialisée capable d’intervenir en urgence, lança l’idée d’une réserve ultra mobile. Il souhaita que les policiers disposent de transports plus légers et plus rapides et les dota de nouveaux matériels. Il réorganisa le service des affaires algériennes ainsi que la direction générale de la Sûreté nationale. Il développa la diffusion du renseignement policier et militaire en instaurant des réunions interministérielles de sécurité nationale18. Une pratique qui devait permettre de prévenir les tentatives d’infiltration de l’armée.

Caricaturer pour mieux railler

  • 19 Dans sa rhétorique, le sénat devenait notamment le « senatorium ».
  • 20 René Prédal, Histoire du cinéma français des origines à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2 (...)

Chansonniers, éditorialistes et polémistes d’extrême droite n’avaient cure de ces différentes initiatives. Ils se déchaînèrent, lui intentant un procès en incapacité, le tournant en ridicule, mettant en cause son honnêteté. La trouvaille la plus marquante et surtout la plus reprise fut le surnom dont l’affubla le chansonnier Augustin Martini. Ce dernier était clairement estampillé nationaliste, antiparlementaire19, antirépublicain, ce qui ne manquait pas de sel pour de nombreux journalistes, puisque l’homme à la lavallière était, en journée, fonctionnaire à l’octroi de Paris. L’humoriste avait ses entrées au sein de rédaction de l’Action française, de Gringoire et jouissait d’une réelle notoriété dans le monde combattant. À la fois parce qu’il n’avait de cesse de dénoncer les cumulards, les profiteurs de guerre et parce qu’il était lui-même un ancien poilu ayant connu les boues de l’Argonne. Celui, qui aimait clore son récital par un laconique « Zou » et maîtrisait le langage figuré, voyait dans le gouvernement de Front Populaire une « association de bienfaiteurs ». Il lança pour qualifier le ministre de l’Intérieur le sobriquet de Fantomarx lors de ses représentations au théâtre de dix heures. La trouvaille fit florès, renvoyant évidemment au succès du roman de Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas. Une référence, loin d’être fortuite, au prince du crime, sadique, capable d’arracher la peau des mains d’un cadavre afin d’en faire des gants, de falsifier ses empreintes digitales et de sacrifier des victimes innocentes20. Un être sans aucun scrupule. Le rapprochement avec ce qui s’était passé à Clichy était aisé. Si la presse doriotiste reprit volontiers cette antienne, elle privilégia à la fin de l’année 1937 un autre comparatif. Dormoy devint sous la plume de ses rédacteurs, le Docteur Cagoulari. Référence évidente au film expressionniste de Robert Wiene, le cabinet du docteur Caligari, tourné en 1919 et assimilation au psychiatre, hypnotiseur, manipulateur, prêt à tout pour assouvir sa soif de pouvoir. Une nouvelle incarnation du mal.

  • 21 Trois films lui furent consacrés durant cette période : Les enfants de Rocambole de Georges Denola (...)

Dans le même ordre d’idée, Marx Dormoy fut également assimilé à Rocambole. Encore un malfaiteur. Le héros aux identités multiples de Pierre Ponson du Terrail avait connu une nouvelle vie durant la Grande Guerre et dans l’entre-deux guerres grâce aux cinéastes qui portèrent le personnage sur les écrans21.

  • 22 Gringoire du 1er octobre 1937.
  • 23 L’Action française du 6 décembre 1937.

À la même époque, on vit apparaître dans les colonnes de Gringoire un Marx brother Dormoy22. Candide ne s’embarrassa pas de références cinématographiques et opta pour les qualificatifs de pilule, de godiche quand Léon Daudet, dans l’Action française, ne voyait en lui qu’un être bafouilleur, ahuri, « aussi nul que la bourrique de La Rocque au Palais de Justice », « un abruti » qui lui rappelait par certains côtés, Painlevé sans la science mathématique23.

Le recours aux figures littéraires et cinématographiques est intéressant car propice à une identification primaire, rapide. Elles ont un pouvoir rétinien important. L’effet comique de la trouvaille littéraire, de plus, crée une familiarité et rend complexe toute distanciation. Cet appel aux champs littéraire et cinématographique favorise un renversement du sens de la mission de Dormoy. Il ne serait plus celui qui lutte contre le complot mais bien le comploteur lui-même, celui qui manigance, celui qui fait preuve de cruauté. Ce qui revient à « démonétiser » son action et à entamer son capital politique. Le fait de le « fictionnaliser », d’en faire une créature politique, jette une forme de discrédit sur son action ou à tout le moins laisse planer un doute sur la réalité de ce qu’il dénonce.

  • 24 La Liberté, le 26 novembre 1937, en donne une définition sensiblement différente : danse à deux ass (...)
  • 25 Ibid.

Au même moment, Clément Vautel proposait à ses lecteurs de Gringoire des néologismes dont l’objectif était de miner l’action anticagoularde du ministre. C’est ainsi qu’il lança la définition de la cagoulette24, « petite voilette assez opaque, percée de deux trous qui permettront à de beaux yeux de voir ». Pour le même auteur, cagouler consisterait à « détourner l’attention, créer un dérivatif, rompre les « chiens ». Ce verbe d’origine argotique aurait été créé à l’époque où le gouvernement ne pouvant ou ne voulant pas découvrir les auteurs d’attentats probablement anarcho-communistes, s’efforça de détourner l’attention publique en faisant arrêter des pseudo-conspirateurs appelés cagoulards25 ».

  • 26 L’Émancipation nationale du 10 décembre 1937.

De son côté, Augustin Martini revenait à la charge, usant de toutes sortes de surnoms : Marx-Barbe, Barbe-Marx, Dormoy-Cagoule. Comme on le constate, le chansonnier s’attachait plus particulièrement à la barbe du ministre : « ce qu’elle a de curieux, c’est qu’elle est partagée, noire et blanche, dans le sens de la hauteur, ce qui lui donne un air de lettre de faire-part… et alors, qu’il le veuille ou non, on pense à Clichy26… ». D’autres évoquent le gracieux barbu, le huileux barbu, Dormoy le pileux ou opèrent un rapprochement avec Landru.

Ces surnominations étaient exclusivement dépréciatives, destinées à ridiculiser et n’avaient pour seul objectif, qu’une délégitimation politique de l’intéressé.

Dessin paru dans Candide le 14 décembre 1938

Dessin paru dans Candide le 14 décembre 1938

BnF/Gallica

Dans le même temps, certains caricaturistes n’hésitaient pas à l’animaliser pour l’inférioriser. Sennep le zoomorphisa sous la forme de la queue d’un cheval représentant Léon Blum et chassant des mouches figurant Jacques Duclos, Léon Jouhaux, Maurice Thorez. Il était ravalé au rang de chevau-léger, de factotum de Léon Blum. Ce qu’il n’était pas.

  • 27 Jean Sennep (1894-1982), est un dessinateur positionné à droite de l’échiquier politique. Après avo (...)

Dessin de Sennep27 paru dans Candide le 6 mai 1937

Dessin de Sennep27 paru dans Candide le 6 mai 1937

BnF/Gallica

  • 28 L’Émancipation nationale du 17 juillet 1937.
  • 29 L’Émancipation nationale du 8 octobre 1937.

André René Charlet le dépeignit pour sa part tantôt en rat repu28 après s’être goinfré aux frais de la république, tantôt en daim, « un animal, selon ses dires, dangereux puisque bête, imbécile et niais29 ».

  • 30 Javier Cercas, Le point aveugle, Arles, Actes sud, 2016, p.186.

Cette ironie sarcastique à répétition avait une vocation destructrice et était de nature à favoriser « un nihilisme impitoyable30 ». Elle dévalorisait, encore une fois, la fonction ministérielle.

Bafouer

  • 31 Emmanuel Debono, « Les années 1930 en France : le temps d’une radicalisation antisémite », Revue d’ (...)

Les années 1930 se caractérisent par la radicalisation de la droite nationaliste qui fit de l’antisémitisme le pivot de son discours. L’arrivée au pouvoir de Léon Blum coïncida avec une intensification de cette dérive31. Par capillarité, cet antisémitisme rejaillit sur l’entourage du leader socialiste, Marx Dormoy y compris. On alla jusqu’à lui attribuer indûment une judéité. L’Action française le dit juif par le prénom. Le Petit Oranais, Le Matin, La Vie nouvelle le qualifiaient ainsi. Dans ce dernier organe, Louis Lafon laisse libre cours à sa judéophobie et à sa xénophobie :

  • 32 La Vie nouvelle du 3 décembre 1937.

« Le Juif Marx Dormoy fait chaque matin arrêter quelques bons Français, honneur de la France par leur vaillance pendant la guerre, et qui en sont revenus chargés de citations, de Croix de guerre, de rubans rouges ou de médailles militaires, et la plupart de blessures, les fait saisir par des policiers qui ont reçu la consigne de la brutalité, torturer par eux au mépris du Code, jeter en prison après qu’ils ont été injuriés par le magistrat osant les traiter de malfaiteurs, et les livre à des geôliers, qui par ordre, leur font subir le même régime outrageant qu’aux plus vils escarpes dont on leur fait partager l’existence32 ».

  • 33 L’Insurgé du 31 mars 1937.
  • 34 Gayle K. Brunelle et Annette Finley-Croswhite, Assassination in Vichy: struggle for the soul of Fra (...)

L’Insurgé, organe de la Jeune Droite, dans lequel écrivait notamment Thierry Maulnier et qui avait fait l’objet de plusieurs saisies, se plaçait sur le même terrain en affirmant que ce n’était pas « un sémite vieillissant, affolé de responsabilités ou un primaire en proie à une haine maladive, se figurant que son prénom le rend génial, qui empêcherait l’Insurgé de créer et de penser vrai33 ». La Liberté l’appelait Karl Marx Dormoy. Les historiennes Gayle K. Brunelle et Annette Finley-Croswhite ont relevé que des dessinateurs tels que A.R. Charlet ou Chancel usèrent de tous les stéréotypes pour judaïser, dans leurs travaux, les traits du ministre34.

  • 35 Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Re (...)
  • 36 Je suis Partout du 8 avril 1938.
  • 37 Dans un numéro du Défi d’avril 1938, le même Jean-Charles Legrand avait écrit : « Les Bretons s’app (...)
  • 38 L’Action française du 13 avril 1938.

Marx Dormoy ne put qu’être exaspéré par ces mensonges, lui qui avait toujours combattu l’antisémitisme, notamment dans l’hémicycle. Le 5 avril 1938, il dut à nouveau souffrir les pires insinuations de l’extrême droite à l’encontre de son chef de file. Celle du député Bietrix, député du Doubs, antisémite notoire, proche du Rassemblement antijuif de Darquier de Pellepoix, qui, évoquant le député Montigny, assène un « lui au moins porte un nom français » visant clairement le président du Conseil Léon Blum. Son collègue Ihuel, le député agriculteur de Pontivy, renchérit avec un « Les Juifs au ghetto ». Ces attaques démontrent la prégnance de l’antisémitisme à la Chambre, toléré dès lors qu’il ne mettait pas en cause nommément les individus35. Devant tant de mépris, le sang du ministre ne fit alors qu’un tour. Et de lancer : « Bandes de salauds. Un Juif vaut bien un Breton ». La Chambre entra aussitôt en ébullition. À droite, fusèrent des « Démission », « La France aux Français ». Charles Lussy, élu du Vaucluse, s’élança vers Paul Ihuel, Albert Rivière vers Jean Hennessy. Dans les couloirs, on relata une altercation entre le socialiste Lucien Hussel et le député de Loire inférieure Emerand Bardoul. La capitale ne tarda pas à s’enfiévrer. À la Bourse de Paris, des tableaux furent couverts d’inscriptions explicites. Le journal Je suis Partout en releva deux : « le nouveau nom du président du conseil : Léonec Blum » et « visitez les curiosités de la Bretagne, les rochers de Blumanach ». Selon ce même journal, les Aryens auraient entonné « le nouvel hymne hébreu : la Paimpolaise36 ». Les partisans de Doriot manifestèrent au quartier latin, vêtus de costumes celtiques au son des binious (20 arrestations). L’avocat J. Charles Legrand, dans son journal Le Défi, en date du 22 mai 1938 évoqua la rancune des Français qui n’oublient pas « qu’aux tranchées, il y avait 200 Bretons pour un Juif37 ». Organisateur d’un banquet à Paimpol, le dimanche de Pentecôte, il prit la parole afin de battre en brèche la formule de Marx Dormoy. Quant à L’Action française, elle se gargarisait du rebond d’Augustin Martini sur la sortie de Marx Dormoy, au théâtre de dix heures, et publiait ce que l’humoriste appelait la « coquille » du ministre : « Dormoy n’a pas dit qu’un Juif valait un Breton. Mais qu’un Juif volait un Breton et ce peut être le commencement d’une histoire assez banale38 ».

  • 39 Gringoire du 19 septembre 1940.
  • 40 Anna Trespeuch-Berthelot, Victor Basch (1863-1940), in Pascal Ory (dir.), Dictionnaire des étranger (...)

En 1940, Gringoire lui reprochera encore d’être à l’origine de la promotion au grade de commandeur de la Légion d’honneur, le journaliste juif Georges Gombault, rédacteur au journal La Lumière dirigé par Georges Boris39. Cette utilisation de l’attaque ad hominem mâtinée d’antisémitisme était un héritage des pratiques d’Édouard Drumont, pérennisées par Charles Maurras. En 1934, l’éditorialiste de L’Action française ne s’était privé pas de déverser sa bile xénophobe et antisémite à l’encontre du « métèque » Victor Basch « juif hongrois et comme tel professeur en Sorbonne40 ». Deux ans plus tard, le diffamateur royaliste se muait en pousse-au-crime en appelant au meurtre contre Léon Blum tout comme il l’avait fait en 1925 envers le ministre de l’Intérieur Abraham Schrameck. Ces invitations à recourir à la violence étaient devenues virales et décomplexèrent les esprits grégaires.

Illustration de la une de L’Oranie populaire, organe doriotiste du 30 juillet 1938

Illustration de la une de L’Oranie populaire, organe doriotiste du 30 juillet 1938

BnF/Gallica

  • 41 Pierre Vermeren, On a cassé la République : 150 ans d’histoire de la nation, Paris, Tallandier, 202 (...)

La réplique de Dormoy marqua, en tous cas, durablement les esprits. À tel point que le général de Gaulle, à Londres, éprouva le besoin de rappeler qu’à ses débuts, il n’était entouré que de royalistes, de Juifs et de Bretons41.

Coagulation des haines

Dès 1937, Marx Dormoy fut sous le coup de menace de mort ou d’enlèvement. Il figura sur les listes de personnalités à emprisonner établies par la Cagoule. Eugène Deloncle, dans son discours, était même allé plus loin. Cherchant à accréditer l’idée d’un putsch communiste, il affirma que les Moscoutaires chercheraient à éliminer le ministre et à imputer le crime à la Cagoule ou à une formation de même tendance. Les années passaient et les milieux d’extrême droite n’observaient guère de trêve. Et ce, d’autant plus que Marx Dormoy parti de la place Beauvau et Vincent Auriol de la Place Vendôme, les investigations et poursuites contre les Cagoulards furent quasiment abandonnées.

Les menaces se précisèrent encore en 1940.

  • 42 Emmanuel Pierrat, Les francs-maçons sous l’Occupation. Entre résistance et collaboration, Paris, Al (...)

Le 9 juillet 1940, Marx Dormoy, sénateur de l’Allier, proposait de voter une résolution de soutien à la République et votait, en toute cohérence, contre la dévolution des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il n’en fallait pas davantage pour galvaniser la colère de ses opposants les plus acharnés. À commencer par Jacques Doriot. Celui-ci lui lança : « Nous aurons ta peau, tu entends, Dormoy, ça ne tardera pas42 ! ».

Un autre nom revient régulièrement parmi ses détracteurs. C’est celui de Gabriel Jeantet. Ce royaliste, devenu lieutenant d’Eugène Deloncle dans les rangs de la Cagoule avant d’intégrer le cabinet du Maréchal Pétain à Vichy et de conseiller Pierre Laval, détestait Marx Dormoy. Cet épisode intervenu en septembre 1940, aux portes du casino de Vichy, en témoigne. Jeantet aperçoit le sénateur Dormoy devisant avec deux collègues, Valadier et Peyronnet et l’interpelle :

  • 43 Échange rapporté par Jean Dutourd dans L’Aurore du 21 octobre 1945. À noter que Gabriel Jeantet fut (...)

« place Beauvau - Vous êtes Marx Dormoy ?
- Oui
- Moi, Gabriel Jeantet de la Cagoule. Nous nous retrouverons un jour43. »

Ces deux répliques résonnent comme des sentences de mort. La commandite était passée et la bombe à retardement armée. Il ne restait plus qu’à en régler le mécanisme d’horlogerie.

  • 44 André Touret, Montluçon de 1940 à 1944. La mémoire retrouvée, Saint-Just-près-Brioude, Éditions Cré (...)
  • 45 Dans la livraison du 5 avril 1941, le propagandiste du PPF estocadait celui qu’il appelait Monsieur (...)

Dans le même temps, la presse locale comme nationale continuait de régler ses comptes avec l’ancien ministre. Le Courrier du Centre le présentait comme un homme lugubre. « Sombre barbu, livide, sorte de Fouquier-Tinville au petit pied, il avait envoyé sans sourciller la moitié de la France à l’échafaud, sous prétexte de purifier la France. […] Il eut volontiers ressuscité les tortures du Moyen Âge pour débarrasser la démocratie de quiconque répugnait à lever le poing en défilant au chant de l’Internationale44 ». Maurice Yvan Sicard, le lieutenant de Doriot et directeur de L’Émancipation nationale, l’accablait à son tour, en avril 1941, en lançant un feuilleton vengeur intitulé « Rocambole à l’intérieur45 ». Ces organes de presse agissaient comme des incubateurs de haine. Un front anti-Dormoy s’était constitué au fil des mois, dont il ne faut pas mésestimer le pouvoir de nuisance.

Article paru dans L’Émancipation nationale du 5 avril 1941

Article paru dans L’Émancipation nationale du 5 avril 1941

BnF

  • 46 Roger Langeron, Paris-Juin 1940, Paris, Flammarion, p. 23.
  • 47 Il lui arriva de se faire copieusement insulter lors de ses sorties dans la ville.
  • 48 Archives municipales de Montélimar : dossier 13 DC 3/1 : lettre de Pierre de Saint-Prix à Maître Va (...)

Marx Dormoy avait-il conscience des menaces qui pesaient sur lui ? On peut en douter si l’on se réfère au témoignage de Roger Langeron (1882-1966) qui fut préfet de police au moment où Marx Dormoy était ministre de l’Intérieur. S’il a admiré son courage civique, il dut aussi composer avec une certaine dose d’inconscience chez l’intéressé, qui se rendait presque toutes les nuits dans les locaux du Populaire avec un seul compagnon. Il avait fallu le protéger à son insu46. De même, après avoir été interné à Pellevoisin, puis Vals-les-Bains sous étroite surveillance par le gouvernement de Vichy, l’étau s’était notoirement desserré lorsqu’il avait été envoyé en résidence surveillée au Relais de l’Empereur à Montélimar. Certes, à son arrivée en Drôme, il avait été escorté par deux policiers, ne pouvait recevoir aucune visite mais très vite il avait pu circuler librement dans Montélimar47 et ses alentours, moyennant un pointage au commissariat tous les neuf jours, à 9 heures du matin…. C’est ainsi qu’il avait pu rendre visite à la Tour de Veyre, près de Mirmande, à Marguerite et Pierre de Saint-Prix, respectivement fille et petit-fils de l’ancien président de la République Émile Loubet. Au menu de ces rencontres, des grives, des murçons, des truffes, car l’hôtesse des lieux connaissait la réputation de fin gourmet du ministre mais également de longues conversations sur la Résistance. Pierre de Saint-Prix et Marx Dormoy avaient même envisagé l’organisation d’une manifestation silencieuse pour le 14 juillet à Montélimar qui auraient amené le cortège devant le tombeau d’Émile Loubet48.

  • 49 Sur l’assassinat de Marx Dormoy, on lira avec grand profit l’enquête fouillée de Gayle K. Brunelle (...)

Cette volonté de résister n’avait pas échappé au pouvoir en place qui n’eut de cesse que d’effacer Marx Dormoy du paysage politique. En avril 1941, Marx Dormoy était révoqué de sa fonction de maire de Montluçon. En juillet, son mandat de conseiller général lui était retiré. Dans sa livraison du 18 juillet, Le Matin se réjouissait d’annoncer que « le Juif Dormoy » était déchu de son mandat de conseiller général. Ces destitutions successives, largement répercutées dans la presse, étaient de nature à raviver la haine, l’amer ressentiment de ses plus farouches ennemis. Des contempteurs biberonnés aux articles de L’Action française et de la presse doriotiste avant de rejoindre les rangs cagoulards. Certains de ses assassins, tels Ludovic Guichard, Roger Mouraille ou Yves Moynier ayant même appartenu à l’organisation royaliste pour les deux premiers ou au Parti populaire français pour le troisième. Ces mêmes persécuteurs, parfaitement informés de l’élargissement de l’ancien ministre prendront vite conscience de sa vulnérabilité une fois celui-ci installé au relais de l’Empereur, à Montélimar. Dans la nuit du 25 au 26 juillet, ils l’exécuteront en posant une bombe sous son matelas49.

  • 50 Jean-Noël Jeanneney, Les grandes heures de la presse qui ont fait l’histoire, Paris, Flammarion, 20 (...)

Le projet de loi destiné à lutter contre la diffamation à l’égard des hommes publics et à correctionnaliser ce délit, présenté en novembre 1936 par Léon Blum, aurait-il fait taire la calomnie à l’égard d’un Marx Dormoy, s’il n’avait pas été bloqué au Sénat50 ? Rien n’est moins sûr. En tout état de cause, le degré d’exécration au sein de l’extrême-droite à l’égard du ministre était tel qu’il aurait été difficile de faire disparaître toute menace. Pour en prendre définitivement conscience, il faut se rapporter à ces propos tenus par Robert Brasillach dans une correspondance privée, au lendemain de l’assassinat :

  • 51 AN : AB/XIX/5172 : Lettre de Robert Brasillach à Jacques Tournant datée du 27 juillet 1941.

« […] on commence ENFIN à assassiner : Marx Dormoy vient de sauter sur une bombe. Ça fait Allemagne d’après-guerre, et j’applaudis. Puisque la justice d’État ne se décide pas, il faut en arriver à la justice privée. Ce doit être l’œuvre de quelque Cagoule de zone libre. Il faudrait bien, aussi, tuer Mandel, Reynaud etc… Mes appétits sanguinaires sont tout à fait réveillés et cette nouvelle m’a réconforté. Elle prouve une certaine vitalité51 ».

  • 52 Pierre Vermeren, op.cit., p. 150. L’historien Tal Bruttmann évoquant l’assassinat de Marx Dormoy a (...)

Dès sa désignation comme ministre de l’Intérieur, un nœud coulant lui avait été passé autour du cou. La presse nationaliste avait décidé d’instrumentaliser sa figure, de la criminaliser pour ternir l’image de Léon Blum. Mais, semaine après semaine, le maire de Montluçon avait pris de l’épaisseur politique au point de concentrer de nombreuses catilinaires sur sa propre personne. L’intensité des attaques ad hominem dont il fut la victime, les satires réductrices qui le pointèrent du doigt et le désignèrent à la vindicte factieuse eurent aussi pour conséquence d’oblitérer son action ministérielle et plus largement de méconnaître celle du Front populaire en matière policière. Tout ceci s’inscrit dans ce que Pierre Vermeren a qualifié de processus de dé-républicanisation volontariste52. Faucher un homme comme Marx Dormoy qui, jamais, ne renia ses idéaux et resta fidèle aux principes « ancreurs de la IIIe République » était censé servir les desseins de ces formations nationalistes et fascisantes.

  • 53 Alya Aglan, La France à l’envers. La guerre de Vichy, Paris, Gallimard, 2020, p. 437-499.

Il est, en outre, une dimension à ne pas mésestimer dans la disparition de Marx Dormoy, celle de l’assassinat conçue comme une arme de guerre53. Son élimination fit sauter un verrou psychologique. Vengeance politique, elle est annonciatrice d’autres crimes contre des ténors de la République. Entre 1943 et 1944, souvenons-nous que Maurice Sarraut, le patron de la Dépêche de Toulouse, Jean-Baptiste Lebas, Jean Zay, François de Tessan, ministres du Front populaire, Georges Mandel et Victor Basch, payèrent de leurs vies leur attachement à la démocratie et leur hostilité au régime de Vichy.

Haut de page

Notes

1 Il songea un instant au député-maire de Roanne Albert Serol mais préféra finalement qu’il restât à la tête de la commission de législation de la Chambre, eu égard à ses qualités de juriste.

2 Le 15 janvier 1937, si l’on en croit le journal Le Jour, on ne comptait plus que 300 grévistes sur le territoire et toutes les occupations d’usine avaient cessé.

3 L’Écho de Paris du 25 novembre 1936.

4 Ibid.

5 Mobilisé dès le début du conflit, affecté au 7e régiment de Génie, Marx Dormoy participa au mois d’août 1914 à l’offensive de Sarrebourg, puis à la bataille de la Marne en septembre. Par la suite, il prit part aux combats de Verdun, d’Avricourt, à l’offensive Nivelle. Son courage lui vaudra deux citations à l’ordre de l’armée, une citation à l’ordre de la division, une croix de guerre avec deux palmes et une étoile d’argent. Jamais, il ne mit en avant ce passé combattant.

6 Caricaturiste du journal L’Œuvre, Roger Roy avait été débauché par le journal Gringoire. Le dessinateur mena campagne contre Roger Salengro dans l’hebdomadaire. Henri Béraud écrivait, honnissait tandis qu’il illustrait.

7 Danielle Tartakowski, Les manifestations de rue (1918-1968), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, p. 414.

8 Partisans de Marceau Pivert, ils appartenaient à l’aile gauche révolutionnaire de la SFIO.

9 Gringoire du 20 mars 1937.

10 Ibid.

11 Gringoire du 8 octobre 1937.

12 Les Lettres françaises du 30 décembre 1944.

13 André René Charlet fut formé par Paul Iribe. En 1937, il adhéra au PPF. On retrouve ensuite sa signature dans de nombreux organes d’extrême-droite tels que Cyrano, Gringoire, L’Émancipation nationale, Je suis Partout. Son anticommunisme et son antisémitisme s’exprimeront, sous l’Occupation, dans L’Espoir français et La Gerbe.

14 Le policier Pierre Bonny (1895-1944) était intervenu dans les enquêtes Stavisky et Prince avant d’être révoqué en 1935 pour corruption.

15 Frère d’Eugène Deloncle, le leader cagoulard, il est présenté comme le trésorier de l’organisation.

16 L’Émancipation nationale du 24 décembre 1937.

17 Gringoire du 24 décembre 1937.

18 Pour Olivier Forcade, la commission interministérielle du renseignement fut une première expérience exceptionnelle sous la IIIe République de partage interministériel du renseignement intérieur et extérieur.

19 Dans sa rhétorique, le sénat devenait notamment le « senatorium ».

20 René Prédal, Histoire du cinéma français des origines à nos jours, Paris, Nouveau monde éditions, 2013, p. 47.

21 Trois films lui furent consacrés durant cette période : Les enfants de Rocambole de Georges Denola (1914), Rocambole : les premières armes de Rocambole de Charles Maudru (1924) et Rocambole de Gabriel Rosca (1933).

22 Gringoire du 1er octobre 1937.

23 L’Action française du 6 décembre 1937.

24 La Liberté, le 26 novembre 1937, en donne une définition sensiblement différente : danse à deux associant un cavalier à la barbe Marx Dormoy et une cavalière portant une cagoule de couleur. Au signal de l’orchestre, le danseur enlève la cagoule de sa cavalière tandis que la partenaire tire la barbe « dormoytesque ».

25 Ibid.

26 L’Émancipation nationale du 10 décembre 1937.

27 Jean Sennep (1894-1982), est un dessinateur positionné à droite de l’échiquier politique. Après avoir collaboré avec L’Action française, L’Écho de Paris, au Coup de patte d’Augustin Martini, il donna ses dessins à Candide. Ceux-ci traduisaient son hostilité au communisme et au Front populaire.

28 L’Émancipation nationale du 17 juillet 1937.

29 L’Émancipation nationale du 8 octobre 1937.

30 Javier Cercas, Le point aveugle, Arles, Actes sud, 2016, p.186.

31 Emmanuel Debono, « Les années 1930 en France : le temps d’une radicalisation antisémite », Revue d’histoire de la Shoah, 2013/1, p. 99-116.

32 La Vie nouvelle du 3 décembre 1937.

33 L’Insurgé du 31 mars 1937.

34 Gayle K. Brunelle et Annette Finley-Croswhite, Assassination in Vichy: struggle for the soul of France, Toronto, University of Toronto press, 2020, p. 20. Voir en particulier L’Émancipation nationale du 24 septembre 1937 et du 10 décembre 1937.

35 Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2007/3, p. 63-90.

36 Je suis Partout du 8 avril 1938.

37 Dans un numéro du Défi d’avril 1938, le même Jean-Charles Legrand avait écrit : « Les Bretons s’appellent Yves, Jean, Pierre ou François. Ce sont des prénoms de chez nous. Toi, tu t’appelles Marx ».

38 L’Action française du 13 avril 1938.

39 Gringoire du 19 septembre 1940.

40 Anna Trespeuch-Berthelot, Victor Basch (1863-1940), in Pascal Ory (dir.), Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France, Paris, Robert Laffont, 2013.

41 Pierre Vermeren, On a cassé la République : 150 ans d’histoire de la nation, Paris, Tallandier, 2020, p. 150.

42 Emmanuel Pierrat, Les francs-maçons sous l’Occupation. Entre résistance et collaboration, Paris, Albin Michel, 2016, 359 p.

43 Échange rapporté par Jean Dutourd dans L’Aurore du 21 octobre 1945. À noter que Gabriel Jeantet fut remis en liberté provisoire, en octobre 1945, le jour même où l’on inaugurait la rue Marx Dormoy à Paris.

44 André Touret, Montluçon de 1940 à 1944. La mémoire retrouvée, Saint-Just-près-Brioude, Éditions Créer, 2001, p. 85.

45 Dans la livraison du 5 avril 1941, le propagandiste du PPF estocadait celui qu’il appelait Monsieur Ponson-Dormoy-du-Terrail, Fantôbarbe ou encore Son excellence Rocambole : « Bien loin d’arrêter les communistes, il paralysait au mieux de son pouvoir ceux qui démasquaient les criminels. Il interdisait nos réunions, faisait assommer nos amis et soumettre à la question par les juges d’instruction les enquêteurs de l’Eman. ».

46 Roger Langeron, Paris-Juin 1940, Paris, Flammarion, p. 23.

47 Il lui arriva de se faire copieusement insulter lors de ses sorties dans la ville.

48 Archives municipales de Montélimar : dossier 13 DC 3/1 : lettre de Pierre de Saint-Prix à Maître Vallentin datée du 27 mars 1984.

49 Sur l’assassinat de Marx Dormoy, on lira avec grand profit l’enquête fouillée de Gayle K. Brunelle et Annette Finley-Croswhite précédemment citée.

50 Jean-Noël Jeanneney, Les grandes heures de la presse qui ont fait l’histoire, Paris, Flammarion, 2013, p. 94.

51 AN : AB/XIX/5172 : Lettre de Robert Brasillach à Jacques Tournant datée du 27 juillet 1941.

52 Pierre Vermeren, op.cit., p. 150. L’historien Tal Bruttmann évoquant l’assassinat de Marx Dormoy a parlé d’une volonté de liquider la République.

Visioconférence tenue par Tal Bruttmann sous l’égide des archives départementales de la Drôme et du service départemental de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre de la Drôme, le 16 juin 2021 : « Liquider la République : l’assassinat de Marx Dormoy et l’ultra collaboration ».

53 Alya Aglan, La France à l’envers. La guerre de Vichy, Paris, Gallimard, 2020, p. 437-499.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marx Dormoy dans les années 1930
Crédits ©Montluçon Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Dessin de Roger Roy paru dans le journal Gringoire le 5 mars 1937
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Dessin d’A.R Charlet13 paru dans L’Émancipation nationale du 5 juin 1937
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Marx Dormoy diabolisé par le dessinateur Sennep dans le journal Candide du 5 décembre 1937
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Titre Dessin paru dans Candide le 14 décembre 1938
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-5.png
Fichier image/png, 727k
Titre Dessin de Sennep27 paru dans Candide le 6 mai 1937
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Illustration de la une de L’Oranie populaire, organe doriotiste du 30 juillet 1938
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-7.png
Fichier image/png, 185k
Titre Article paru dans L’Émancipation nationale du 5 avril 1941
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10459/img-8.png
Fichier image/png, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Tison, « La cible Marx Dormoy (1936-1941) »Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 24 janvier 2022, consulté le 25 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10459

Haut de page

Auteur

Franck Tison

Franck Tison est directeur du service départemental de l’Office national des Anciens Combattants et Victimes de guerre du Vaucluse. Ses recherches portent sur la Première Guerre mondiale (« Des travailleurs chinois en Ardèche pendant la Grande Guerre », Mémoire de l’Ardèche et temps présent, 2018 ; « L’Ardèche, terre-refuge pour des enfants belges durant la Première Guerre mondiale, Revue du Vivarais, février 2020) ainsi que sur la vie politique en France dans l’entre-deux-guerres (« La conférence du général Mangin en Avignon (1922) : quand une poussée de pacifisme sonne le glas d’une ambition politique », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2017/265).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search