Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2022Présentation du procès fait en 16...

2022

Présentation du procès fait en 1618 à Blâmont dans les Vosges à Jacques Le Roux dit Le Balafré, ancien soldat devenu traîne baston, voleur et meurtreur

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 3554
Antoine Follain

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de la transcription annotée du procès disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Les procès lorrains faits à des voleurs

  • 1 Voir Antoine Follain, « Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de N (...)
  • 2 Exactement on parle des « hauts chemins » en Lorraine ou chemins ducaux.

1Parmi les procès lorrains très bien conservés de la fin du XVIe siècle jusqu’aux années 1630, les plus nombreux sont de deux sortes : les procès faits à des supposées sorcières et sorciers1 et les procès pour vols qui ont été faits surtout à des vagabonds et mendiants, voire à des bandits de grand chemin2. C’est pourquoi nous en avons transcrit et étudié déjà beaucoup, sans les diffuser suffisamment, d’où la présente soumission à Criminocorpus.

  • 3 Voir notamment Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure, XVIe-XVIII(...)
  • 4 Camille Dagot, Le voleur face à la justice lorraine : le cas particulier du val de Lièpvre (1551-16 (...)
  • 5 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges : criminels d’habitude et délinquants d’occasion dans les (...)

2Les sources que nous collectons – dont nous avons extrait le procès fait en 1618 à Blâmont à un certain Jacques Le Roux – relèvent de deux enquêtes collectives que nous avons conduites et conduisons toujours en mobilisant nos étudiants, sur la violence, sa perception par les contemporains et sa mesure par les historiens, et l’autre sur les vagabonds et voleurs3. Nous avons aussi transmis le sujet en 2011 à Camille Dagot qui a travaillé sur le val de Lièpvre4 puis élargi son terrain de chasse. Elle a soutenu en 2019 une thèse sur Le voleur face à ses juges dans les Vosges lorraines et publié des articles, notamment un dans Histoire & Sociétés Rurales sur les bandits vosgiens dits « caressets » dont il est question dans cette présentation et dans la source5.

3Le sujet de l’histoire judiciaire et sociale des voleurs dans les archives lorraines, est loin d’avoir été épuisé pour notre disciple Camille Dagot comme pour nous et pour d’autres chercheurs. Les archives départementales de Nancy et d’Épinal renferment encore beaucoup de procédures à la fois répétitives et toutes différentes les unes des autres. Ces procédures se prêtent donc aussi bien à un traitement sériel qu’à des études de cas. Dans les deux présentes publications – la présentation et la source publiée – l’approche est singulière, mais tout cas particulier doit être mis en perspective et cet article de présentation y pourvoit et fait valoir des aspects remarquables.

  • 6 Jusqu’à Orléans pour Toussaint Collot (pc.2 f°2v.).

4Les deux procès faits à Jacques Le Roux dit Le Balafré à Azerailles (1616) puis à Blâmont (1618) ne sont pas dans le corpus Dagot, d’où Blâmont est exclu. Mais une première singularité est que la plupart de ceux que Le Roux finit par dénoncer ne sont pas connus dans la thèse. Une explication partielle serait que les vagabonds des Vosges du sud ne montent pas jusque dans les Vosges centrales et vice-versa. En effet, Camille Dagot a traité les juridictions recouvertes par le bailliage dit « de Vosges » plus la prévôté de Saint-Dié. Or le bailliage dit « de Nancy », dont on pourrait croire qu’il correspond seulement au plateau lorrain, comprend en plus une partie transversale dans les Vosges qui les coupe jusqu’en Alsace. C’est ainsi que Blâmont et les prévôtés de Lunéville et Azerailles échappent à la base de données de Camille Dagot qui est vosgienne mais qui l’est incomplètement. L’explication technique ne nous satisfait pas. Connaissant les distances que parcourent ces vagabonds dans l’espace lorrain et sachant qu’ils vont en Franche-Comté, en Alsace et en Champagne, voire plus loin6, comment les noms dénoncés par untel dans les Vosges du sud ne se retrouveraient-ils pas un plus au nord et ceux dénoncés à Blâmont par Le Roux, un peu au sud ? Précisément, les officiers de Blâmont soumettent à Le Roux des noms qu’il répond ne pas connaître et lorsqu’il finit par se mettre à dénoncer des compagnons, ce sont pour nous des noms nouveaux. D’où l’hypothèse que peut-être Le Roux relève d’un type social différent de celui que nous avons rencontré jusqu’alors, qui était celui des « caressets ». D’ailleurs, lorsque Le Roux et un nommé La Pierre s’en prennent à un homme qui leur a refusé l’aumône, ils le blessent, s’en vont se mettre à l’abri à quelque 20 kilomètres et entendent dire « huit ou dix jours après que ledit particulier estoit mort et que ç’avoient fait des caresetz » (pc.10 f°3r.) ce qui a dû les réjouir car eux-mêmes n’en étaient pas. Il est donc envisageable que nous avons moins exploré une juridiction de plus, que commencé à découvrir un sous-type de vagabonds, une espèce de réseau, un peu différent de celui de la « carasse ».

5Le procès de 1618 révèle aussi quelque chose de très particulier dans l’état d’esprit de l’ancien soldat Le Roux, que nous dirons à la fin.

6Nous ne rentrerons pas dans un troisième aspect que tout lecteur de la procédure aura envie de développer, mais sur lequel nous avons des réserves. En effet, il y a partout des noms de lieux. Nous les avons quasiment tous identifiés en note de bas de page. On serait tenté de les cartographier mais que pourrait-on obtenir ? En effet, il y a des intérêts divergents qui compliquent les choses. Les gens de justice s’intéressent aux villages de leur ressort et, pour cerner le prévenu, ils s’intéressent aussi aux juridictions voisines où des crimes ont été commis. À toute force, ils essaient de les attribuer aux prévenus qu’ils interrogent. Sous la torture, ils peuvent obtenir des réponses affirmatives mais fausses. Quant aux prévenus, lorsqu’ils se mettent à avouer ils peuvent le faire pour des crimes commis ailleurs et parfois très loin où leurs pérégrinations les ont fait passer. Mais ils peuvent aussi taire leurs actes commis plus loin que là où ils sont jugés, pour ne parler aux enquêteurs que de ce qui les regarde le plus. Ainsi, dans le procès Le Roux, la répétition des noms de villages de l’actuel canton de Blâmont signifie-t-elle qu’il tourne en rond dans un certain territoire ? Ou tout au contraire lui et les autres de son espèce circulent-ils beaucoup plus loin, mais c’est le procès qui focalise les réponses sur une zone restreinte ? Les noms relevés dans une certaine procédure risquent fort de donner un résultat faux et c’est pourquoi nous éviterons pour cette fois le sujet.

7Par cette première édition de source de procès de voleurs lorrains, nous espérons attirer l’attention des chercheurs – collègues et étudiants – sur un corpus qui le mérite et qui peut donner du travail à plusieurs. Il sera bon cependant qu’un historien qui serait tenté, se coordonne avec nous et notre équipe à l’adresse afollain@unistra.fr équipe UR 3400 ArCHE.

Le procès de 1618 à Blâmont contre Le Roux

  • 7 La justice de Blâmont est présentée dans Robin Briggs Witches and Neighbours. The Social and Cultur (...)
  • 8 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 3350. Ce prévôt reste en fonction jusqu’en 1619.
  • 9 Sur les officiers ducaux voir Antoine Fersing, Idoines et suffisants. Les officiers d’État et l’ext (...)
  • 10 La Practique civile et criminelle pour les justices inférieures du duché de Lorraine, conformément (...)

8Blâmont est l’une des composantes du duché de Lorraine7. La justice criminelle y est rendue sous autorité seigneuriale par un prévôt et des échevins au nombre de quatre au plus, qui travaillent avec un procureur fiscal sans rendre compte au procureur général du bailliage (qui est ducal). Les officiers sont un prévôt (receveur et justicier) et quatre échevins dont l’un est supérieur aux autres. Christophe Cageret est nommé prévôt en 16168. Il est surtout important de savoir que la plupart des officiers de justice lorrains n’ont pas fait d’études de droit9. Ils procèdent selon des habitudes. Ils informent de leurs résultats les échevins du tribunal du Change à Nancy qui rendent au nom du duc de Lorraine des « avis » sur la manière dont les juges des lieux ont fait avancer la procédure et sur ce qu’ils doivent faire ensuite10. L’avis du 5 avril (pc.7) est d’ailleurs assez critique. En effet la manière dont les échevins de Blâmont ont mené l’interrogatoire du 2 avril, déterminant puisque sous la question, l’a rendu non conforme. Selon les bonnes pratiques et recommandations, entre autres de Claude Bourgeois dans sa Practique civile et criminelle... de 1614, il ne faudrait jamais proposer au prévenu des faits et des noms à confirmer, mais le laisser dire, au risque sinon de lui faire confirmer dans ses aveux des choses qu’ils n’auraient pas dites de lui-même, mais qu’il a approuvées par peur ou sous la douleur.

  • 11 Copier des parties d’une autre procédure et les annexer au procès que l’on conduit, est une pratiqu (...)
  • 12 À Orléans où ils se sont retrouvés, Collot, avait pris Le Grand Pierre « pour maître » ou chef. C’e (...)

9Cette procédure pose deux problèmes, dont l’un non résolu, qui est le statut des extraits d’autres procédures rapportées dans ce dossier. Dans le cas de Jacques Le Roux, on comprend bien pourquoi la juridiction de Blâmont s’est procurée une copie de la procédure contre le même Le Roux en 1616, condamné ailleurs en Lorraine, précisément à Azerailles. Mais il y a aussi trois extraits d’une procédure de 1617 contre Toussaint Collot ou Collet à Châtel-sur-Moselle11. Pourquoi en 1618 ont-ils associé cette procédure de 1617 contre Collot, alors que nous n’y avons vu aucun rapport avec Le Roux. Est-ce parce qu’ils imaginent que des blancs du procès Collot pourraient être comblés en y associant Le Roux, presque au hasard ? Lançons l’appât et voyons ce qu’il en sort. Est-ce parce qu’ils envisagent qu’un certain personnage du procès Collot puisse être Le Roux sous un autre nom ? Il est effectivement arrivé que telle juridiction dans tel cas s’aperçoive (à raison) ou se persuade (à tort) qu’untel et untel ne sont qu’un seul et même truand. Il est question de plusieurs personnages avec lesquels Collot a commis des crimes ou simplement qu’il connaît : Le Grand Pierre12 et Le Grand Humbert avec lesquels Collot a cambriolé une maison vers 1612 et avec lesquels, à une date imprécise, ils ont cambriolé une autre maison et tué quelqu’un (ou est-ce la même affaire ?) ; Le Grand Colas avec lequel Collot a cambriolé une maison et tué une fillette vers 1615 ; Le Petit Nicolas, portant barbe noire, et Jean Vousy, âgé de 20 ans, avec lesquels Collot a volé dans un village vers 1615 ; Du Pied avec lequel, et avec Le Petit Nicolas, il a volé vers 1616 ; Pierre natif de Lunéville, âgé de 30 ans, de stature moyenne, portant barbe rousse, avec lequel Collot a tué en 1617 un autre vagabond ; Le Grand Didier, gros, trapu, à barbe noire ; et Le Grand Demenge, jeune, sans barbe ; plus deux garces. Si l’intention était de relier Le Roux à des noms et à des affaires, il y en avait d’autres encore, dans les autres procédures de 1618, 1617, 1616 et encore avant, alors pourquoi ce procès-là et pourquoi seulement rapprocher Le Roux des actes et noms du procès Collot ? Malheureusement, les échevins ne le disent pas. Mais c’est très lié avec une crainte et obsession que nous allons développer plus loin.

10L’autre problème et originalité est la rétractation par Jacques Le Roux le 6 avril de ses aveux du 2 avril (pc.8). C’est tout à fait exceptionnel et cela nous ramène aux réticences des échevins de Nancy dans leur avis du 5 avril sur l’avancement de la procédure, car c’est l’interrogatoire et son procès-verbal qui ont été mal faits et qui ont ouvert une perspective à Le Roux.

  • 13 Il existe dans le duché de Bar qui est l’autre principale composante des États du duc de Lorraine.
  • 14 De même pour Claude Gabriel qui « n’avoit rien du tout » : Arch. dép. M.-et-M., B 3554.

11Sinon la procédure comporte les pièces habituelles et progresse en faisant dialoguer le prévôt et les échevins avec le procureur fiscal, vers des conclusions définitives et un jugement terminal. À la fin, le jugement est aussitôt applicable car l’appel n’existe pas dans le duché de Lorraine13. Nous n’avons pas l’acte d’exécution. Mais dans tous les procès lorrains lorsque le procès est « débattu » et que le prévôt ou l’échevin dévoile la surprise que devrait être la sentence, le bourreau depuis parfois plusieurs jours a déjà préparé le bûcher, le gibet ou l’estrade et la roue nécessaires. De plus, le cahier du « contrerolleur » porte l’article de la saisie de ses biens où ne figure « aulcune chose sur luy qui vaille ny aulcun bien »14. Il y a aussi les lignes des dépenses pour faire construire une roue, édifier l’échafaud et payer le bourreau.

Un sale moment pour les gueux

  • 15 Selon le relevé effectué par notre étudiante Clémence Vial Detambel il y a dans B 3349 en 1615 une (...)

12Le procès fait à Jacques Le Roux s’inscrit dans tout un contexte que nous voyons bien dans les archives. Depuis quelques années, les juges des environs multiplient les poursuites contre les vagabonds et les supposés voleurs15. Il n’y a pas une année sans qu’un vagabond ne soit pendu ou pire.

  • 16 Arch. dép. M.-et-M., B 3552.

13Par exemple, en juin 1617 a été emprisonné Pierre Mengenot Goeury, vagabond natif de Marsal, auquel on reproche d’avoir battu et abandonné sa femme, de s’être fait mendiant, quelquefois « avec rigueur » (mendicité forcée) et d’avoir pris une garce et on le soupçonne de larcins16. Son cas et son comportement rappellent ceux de Le Roux. Après avoir été interrogé sans succès, le procureur requiert qu’il soit soumis à la question et les échevins de Nancy lui accordent. Il est soumis aux grésillons et « s’escrye ; Jesus Maria, je n’ay point fait de mal ny fait aucun tort à personne, faut il que je sois ainsy tourmenté pour une putain ? » – de même que Le Roux pousse des cris religieux et ne se défend d’abord que de ses « paillardises ». Interrogé sur des vols et des complices, il s’écrie et se défend : « Jesus Maria, messieurs n’y a il point de pardon ? Je n’ay commis aucun larcin ny fait tort à personne, je ne m’ay trouvé jamais en telle compagnie ! ». Soumis au supplice de l’échelle, il répète ses cris et prières. Au bout du temps habituel « n’ayant peu tirer de luy aucunes confessions de larcins et autres maléfices, a esté renvoyé ez prisons de ce lieu » – différence notable avec Le Roux qui, lui, a d’abord autant résisté puis il a obtenu une pause et ensuite il a craqué. Le « besogné » est communiqué au procureur, avec un passeport trouvé sur Mengenot Goeury et un certificat d’un curé sur la mort du père du prévenu, avec aussi une lettre du maître de musique du duc de Lorraine et une autre d’un personnage dont nous n’avons pas compris de qui il pouvait s’agir – là aussi, il faut souligner que Le Roux a pu montrer un papier signé d’un officier militaire. N’ayant rien contre le prévenu, le procureur « concède à son eslargissement » et les juges lui accordent. Les officiers de Blâmont ont été mis en échec par un homme dont on ne saura pas s’il était innocent ou spécialement résistant.

14En octobre 1617 est arrêté et interrogé Claudon Blanchief âgé de 30 ans, tisserand et résident à Harbouey, arrêté pour avoir été complice d’un meurtre commis par un certain Jean Mengin, aussi d’Harbouey, sur la personne de Claude Virion « vieillard mendiant ». Blanchief n’avoue rien qui porte à conséquence et le procureur requiert qu’on le soumette à la question. Torturé, il parle et il est finalement convaincu de complicité. Blanchief est condamné à la pendaison le 14 novembre suivant.

15Quelques mois plus tard, en mars-avril 1618, c’est le tour de Jacques Le Roux et de Claude Gabriel. Les deux sont soumis à la question. L’un est exécuté et l’autre banni.

  • 17 Le profit dans le cahier du « contrerolleur » est un peu différent : « Il ne s’est rien trouvé sur (...)

16En décembre 1618, la justice de Blâmont procède contre Mathis La Roche, vagabond trouvé porteur d’un bidet ou petit pistolet et prévenu de vols et larcins. Interrogé, il est condamné à la question. Il lui est demandé « S’il n’a assisté Le Balaffré exécuté par la roue en ce lieu en quelque larcin ou autre malversation, n’estant croyable que l’ayant fréquenté comme il en a convenu, il n’ayt aussy malversé avec luy en quelque chose ? ». Le Roux ne l’avait pas mentionné. La Roche répond ne l’avoir rencontré qu’à Baccarat et n’avoir rien fait avec lui. Il reconnaît seulement avoir séduit une fille. Soumis aux grésillons il pousse comme les autres des cris de chrétien : « Mon Dieu, mon Créateur ! » assurant qu’il n’a commis aucun larcin ni meurtre. Soumis à l’échelle il avoue seulement avoir assisté un voleur de deux draps nommé Louy de Verdun et avoir bu avec lui le profit du vol. Interrogé s’il n’a pas été jugé à Dieuze et banni à perpétuité, il le dénie. Finalement « n’ayant peu tirer de luy autre recognoissance » La Roche est renvoyé en prison et, plus tard, il est finalement condamné à être fouetté et marqué et expulsé17.

17Ces procédures, parmi d’autres, montrent que les officiers de Blâmont arrêtent des gueux, leur font des procès, ont de gros a priori sur eux et ils les testent sur les actes et crimes portés à leur connaissance. Mais ils ne condamnent pas tout le monde à mort. Quant à leurs adversaires, on peut se demander s’ils ne se sont pas préparés à être torturés et peut-être dans les bivouacs discute-t-on de comment s’en sortir en résistant aux questions et à la question. Ce n’est pas l’attitude des sorcières que l’on voit s’effondrer, céder aux bourreaux et aux officiers et confesser les pires horreurs que pourtant elles n’ont pas commises.

Une procédure à charge

18Arrêté et condamné en 1616, Jacques Le Roux s’est insurgé contre le « tort » qu’on lui a fait mais il a dû se soumettre. On n’aurait pas dû le revoir dans le comté de Blâmont ni ailleurs en Lorraine. Mais il est revenu.

19Si l’on en croit Le Roux, il se déplaçait librement en Lorraine avant son arrestation, y compris à Azerailles où il avait été puni en 1616. Les choses ont mal tourné quand un paysan à Frémonville a refusé le gîte à sa compagne et l’a battue, ce qui aurait obligé Le Roux à la défendre puis à se défendre, avec l’aide de son compagnon de voyage Claude Gabriel. Les deux ont poussé leur avantage en poursuivant le paysan et en détruisant exprès ses ruches (pc.3 f°1r.). Ce sont les faits que Le Roux reconnaît lors du premier interrogatoire et c’est un mauvais départ qui pourrait être tiré du côté de la mendicité forcée, lorsque des gueux de passage contraignent les bonnes gens à leur faire la charité. La justice condamne toujours cette attitude. Mais après le premier interrogatoire du 7 mars, il n’y a encore aucun autre fait contre lui.

  • 18 C’est peut-être d’ailleurs ce que réclame Le Roux quand il dit qu’« il vouldroit bien que l’on s’in (...)

20En revanche, les interrogatoires suivants sont nourris de questions qui montrent que les échevins se sont bien informés de ce qui a été commis dans la région et qui pourrait éventuellement avoir été perpétré par Le Roux. C’est aussi à partir du second acte seulement (pc.4 du 21 mars) qu’apparaît en 1618 le surnom « Le Balaffré » (f°1r.). Le procureur fiscal situe d’emblée le cas à un haut niveau, en considérant Le Roux et Gabriel comme des « volleurs et meurtreurs » (pc.4 f°1v.) alors que rien n’a encore été établi contre eux. Il est remarquable aussi que la procédure se déroule sans information, sans enquête publique et auditions de témoins et rien que par interrogatoires successifs18. Ont-ils quand même écouté des témoins ou plaignants ? C’est probable. Le mendiant confronté le 2 avril à Jacques Le Roux (pc.7 f°4r.) sort bien de quelque part. De même, entre autres, que l’accusation « S’il n’est vray [qu’il] poursuivit une femme allant en une cave, l’enferma dedans et en print ses plaisirs ? », a forcément été portée par quelqu’un quelque part (pc.4 f°5v.).

  • 19 Sur cette question embarrassante voir Camille Dagot, « Démasquer le criminel. Les enjeux de l’ident (...)
  • 20 Arch. dép. M.-et-M., B 2532, procès transcrit avec Pierre-Allan Maurice Chloé Deforge.
  • 21 D’après la thèse de Camille Dagot et l’article « Démasquer le criminel... », op. cit. Arch. dép. M. (...)

21Admettons que les faits soient justes, mais s’agissait-il bien de Le Roux ou d’un autre ? C’est une question particulière et générale. Comment identifier les gens19 ? En 1602 lorsqu’est arrêté Didier Lhuillier, les officiers d’Arches apprennent qu’il a été précédemment jugé à Charmes, où ils écrivent20. Leurs collègues répondent que « ce prisonnier q[ue] vous tenez se nommoit Gergone Caillat [natif] de Tilly auprès de Verdun lors qu’il estoit prisonnier ici, mais c’est un méchant qui avoit jà changé son nom, comme il a faict présentement ». Ils ne sont pas parvenus à le faire avouer et ils ne l’ont condamné que sur la dénonciation d’un nommé Jean L’Aleman, pendu pour ses vols, tandis que Lhuillier/Caillat a sauvé sa vie en subissant le fouet, la marque et un bannissement21. Mais est-on bien sûr qu’à Charmes et Arches il s’agit du même ?

  • 22 Antoine Follain, « Violence brute et violence judiciaire... », op. cit., pc.1 f°1v. et f°2r.

22En 1615, après l’attaque de la maison isolée et le meurtre de Curien Masson « homicidé par six vagabonds » le prévôt d’Arches recueille des descriptions22. Ils sont six avec « aages et statures » et même des noms et des provenances, comme par exemple un certain Anthoine, natif de Bademesnil, âgé d’environ 50 ans, plus grand que les autres, barbe noire, habillé de drap, coiffé d’un chapeau noir et armé d’un grand bâton et d’un poignard, ou comme Gérard Vincent, natif de Rennegoutte, âgé d’environ 24 ans, barbe blonde, petit et svelte, habillé de drap gris, portant chapeau noir et armé d’une épée. Il peut paraître curieux que les vêtements soient un tel signe de reconnaissance. Mais à cette époque on n’en change pas si facilement. Décrire une personne, c’est dire le plus remarquable dans son habillement et son physique. Sauf que les vrais truands savent échanger des accessoires. Et que valent ces noms ? Les mendiants déclinent une identité pour demander l’aumône et à force de tourner en rond dans le « pays » en mendiant, on croit finir par les connaître. Sauf qu’ils ont pu mentir. Le procureur général requiert que l’on enquête sur « Gérard Vincent de Rennegoutte » et sur « Anthoine de Bauldemesnil [...] sy esdicts lieux il y a quelqu’ung qui portent lesdicts noms et se trouvent ainsy qu’ilz sont deppeins » mais ce sera sans résultat. Il peut y avoir des usurpations d’identité, des fausses combinaisons de noms, lieux et allure, et des inventions totales d’un profil.

23Or c’est le genre de dépositions et d’informations qui passe d’une juridiction et d’une procédure à l’autre pour accabler un prévenu, comme on le fait à Blâmont contre Jacques Le Roux. Les échevins de Blâmont procèdent à la fois avec des « indices » qu’ils pensent certains et avec des présomptions générales, soumettant au prévenu un crime et voyant comment il réagit. C’est un procès complètement à charge, où le prévenu n’est jamais cru. On les voit revenir plusieurs fois de suite avec les mêmes questions, d’ailleurs pas très habilement, et la posture de Le Roux est de tout dénier en bloc lors du deuxième et du troisième interrogatoire, y compris sous la torture – du moins jusqu’au moment où il obtient une pause et, à la reprise, il se met à faire des aveux.

Le procès fait en parallèle à Claude Gabriel

  • 23 Le tout est dans Arch. dép. M.-et-M. B 3554. A noter que dans la procédure Le Roux quand on arrive (...)

24Parallèlement à la procédure contre Jacques Le Roux se déroule celle contre son compagnon de route Claude Gabriel. Il est interrogé le 7 mars comme Le Roux, puis le 23 mars (le 22 pour Le Roux) et Gabriel est soumis à la torture le 3 avril (le 2 pour Le Roux). Nous avons trouvé d’autres pièces23. Nous savons par un certificat du chirurgien qui a assisté à la question donnée à Jacques Le Roux, qu’il a aussi assisté à celle donnée à Claude Gabriel « condamné du depuis [...] à bannissement perpétuel » après avoir été marqué d’une croix de Lorraine, ce qui est confirmé dans les comptes, parmi les vacations du bourreau.

25Bien que son affaire paraisse vide assez tôt, il est soumis aux mêmes questions que Le Roux. Lors de son interrogatoire sous la torture, la toute première question semble dire que les échevins s’intéressent d’abord à lui comme complice de Le Roux : « Sy estant avec le Ballaffré son compagnon quelque jour avant son emprisonnement... ».

26On lui demande plus tard s’il connaît Claude Bigard exécuté à la roue à Lunéville, puis on lui propose d’autres noms et on lui demande s’il a commis des vols ou meurtres, en reprenant tout ce qui a été soumis la veille à Le Roux. Mais Gabriel dénie tout et affirme n’avoir jamais voyagé qu’avec Le Balafré, et depuis peu, « et que sans luy il ne seroit maintenant où il est ». Dans les tourments, il dénie tout « invocquant parfois le bon seigneur Dieu » et « disant que c’est à grand tort qu’il est en noz mains, que l’on le face mourir dès aujourd’huy qu’il nous pardonne sa mort, démonstrant cependant estre fort repentant d’avoir fréquenté ledit Balaffré ». Soumis à l’échelle, il persiste dans ses dénégations et il est renvoyé en prison.

27Nous avons aussi la sentence définitive du 7 avril 1618 où on lui reproche d’être vagabond, d’avoir « couru le pays contre le prescript des ordonnances de Sa Majesté, aussy d’avoir assisté Jacques Le Roux dict Le Balaffré à malicieusement mettre en pièces des corbeilles et ruches de paille » et d’avoir pratiqué la mendicité forcée « par forme d’exaction » mais il n’est associé à aucun acte plus grave. Claude Gabriel est banni et en cas de réapparition au pays il est menacé « d’estre pendu et estranglé » comme cela avait été le cas pour Le Roux en 1616.

Les bandes, une obsession depuis les années 1590

  • 24 Il s’agit de Demenge Henry dit Le Houssard jugé et exécuté dans la prévôté de Saint-Dié en 1618 : A (...)

28Les échevins essaient à toute force d’associer Jacques Le Roux puis Claude Gabriel à des truands qu’ils ne semblent pas leur nommer tous. En effet ils parlent de Claude Bigard exécuté à Lunéville, puis de « trois » qui ont été exécutés à Badonviller, de « quatre » à Gerbeviller, « deux » à Châtel, « trois » à Lunéville et ils nomment aussi Le Houssard exécuté à Saint-Dié (pc.4 f°1v.)24. À Le Roux ils disent qu’il a été accusé « par d’autres » (pc.5 f°1r.). Le procureur est plus précis le 29 mars dans ses réquisitions quand il dit avoir « receu advertissement » que Le Roux a « esté déclairé complice de plu[sieu]rs meurtres » par des exécutés à Saint-Dié, Bruyères et Epinal et notamment par « l’un appellé Housard » qui est peut-être spécialement cité parce qu’il a été jugé en février 1618 et Le Roux en mars.

  • 25 Arch. dép. M.-et-M., B 3732, procès de Jean Romary dans la prévôté de Bruyères commenté dans sa thè (...)
  • 26 Arch. dép. M.-et-M., B 3749.
  • 27 À noter ici que le duc ou ses officiers supérieurs n’ont pas voulu joindre directement le juge seig (...)

29Cette recherche particulière reflète une obsession et crainte des gens de justice depuis la fin du XVIe siècle, celle des bandes organisées. Le premier coup de filet a été repéré vers 1590 par Camille Dagot dans un procès de 1593. Jean Romary, arrêté à Bruyères en 1593, reconnaît une précédente arrestation à Arches « pour ce que lors l’on avoit commandé de prendre prisonniers tous les vacabondz que l’on trouveroit » et il s’est retrouvé en prison avec six autres25. En 1599 une liste de gens à rechercher est communiquée sur ordre du duc de Lorraine aux prévôts de Bruyères et Arches, afin qu’ils se démènent davantage dans les Vosges du sud. Il s’agit d’un « mémoire et ample déclaration des noms et surnoms desdits voleurs, leurs habits, aages et marques d’iceulx au moyen dequoy vous [le prévôt] pourez congnoistre quelz ils sont »26. Le prévôt qui l’a reçu est informé que « [aus]sy nous envoyons semblable roolle au prévost d’Arches pour y subveiller et faire le semblable de sa part » et il lui est recommandé de faire une copie du « roolle » et l’envoyer au prévôt de Saint-Dié « pour, de sa part aussy, y subveiller et appréhender ceulx qu’il pourra, affin d’en purger le pays »27. Le prévôt d’Arches réalise un (modeste) coup de filet en arrêtant « quatre caressets » Jean Colas Demengeon dit Hennichon, Abraham Payotte dit Soudaire, Jean Tibay dit Le Mauvais Boibé et Aubert Demengeon dit Demenge de Verdun. Avec leur procès, il couche sur le papier un « extrait » de la liste ou « rôle » des coupeurs de bources qu’on lui avait dénoncés :

  • 28 Arch. dép. B 2525, procès « de quatre caressets » dans la prévôté d’Arches, transcription faite ave (...)

« Extrait du roolle des noms et surnoms des carressetz, couppeurs de bourses et vouleurs qui règnent dedans les païs de Son Altesse, accusez par Martin Baudouin, natif de Lery, exécuté à mort pour ses démérites : Monsieur de La Grive de Gerbépal, Demenge des Femmes, Demenge de Verdun, Gérard de Rozemont, Claudon d’Igney, Jean Noël dit Le Roy des Sorciers ; tous accusez par George de Lunéville, roué à Sainct Diey pour estre complices du filz du Marchal d’Ainemont et le sien28... »

  • 29 Arch. dép. M.-et-M., B 3749. Voir Claude Marchal, La Prévôté de Bruyère aux XVIe-XVIIe siècles : po (...)
  • 30 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges... chapitre VI, et « La hantise des bandes de voleurs...  (...)

30Dans la prévôté de Bruyères, le prévôt arrête onze personnes à savoir Étienne Poirat et Marguerite de France ; Loys Tainturier dit Le Petit Loys et Barbe de Thuillière ; Jean Mullet dit Jean Dorychamps et Barbon Henry ; Claude Colnat et Barbe Regnauld ; Jean Jacquot et Mengeotte Mengel ; et Jean Doron, soit six hommes et des « garces »29. Un effectif assez extraordinaire apparaît au détour de l’interrogatoire d’Étienne Poirat, lorsqu’en évoquant des identités et des activités, il dit « lesquelz caressetz se trouvent au pays d’Allemaigne [en Alsace] lors de la vendenge quelque quattre centz » ! Comme l’écrit Camille Dagot « Toute l’ambiguïté de la carasse réside dans cette confession » et dans l’identité sociale des gens que cite Poirat, en groupe ou un par un. La « carasse » est un ensemble d’occupations et un genre de vie mais ce ne sont ni une grande bande organisée ni des complices. Camille a traité ce thème dans sa thèse et l’on pourra se reporter à ses propres analyses30.

  • 31 C’est le cas aussi pour les bohémiens, qui sont un groupe encore différent et dont on nous dit dans (...)

31Pour notre part, un Étienne Poirat croise des gens sur les chemins et il les reconnaît comme ses semblables – ils semblent avoir une allure propre31 – mais sans vraiment les connaître tous. Il bivouaque avec certains. Il ignore les autres. Ils se retrouvent à quelques-uns dans des occupations licites et illicites. Mais ils ne sont pas tous et toujours ensemble. En même temps qu’il évoque les 400, Poirat mentionne un « prévôt de la carasse » qui les organiserait dans leur grande concentration en Alsace. À lire le procès, on pourrait se demander pourquoi les officiers d’Arches n’en ont pas fait toute une affaire, notant le propos mais ne réagissant pas à l’information. Il nous semble que la raison est qu’avoir un « prévôt » n’a rien d’étonnant. Les inoffensifs baigneurs alsaciens en cure thermale à Plombières, ne sont-ils pas organisés, du fait même qu’ils sont nombreux et Alsaciens, avec un Bischoff (évêque) et d’autres officiers ? C’est l’époque et l’organisation sociale qui veulent que partout les individus forment des groupes et se « policent » en se donnant des syndics. Les vagabonds au travail en Alsace sont donc syndiqués comme tout groupe et cela ne veut pas dire qu’il y avait un grand chef des bandits, comme on en rencontre dans une certaine littérature. Les officiers de justice devaient moins s’inquiéter de 400 travailleurs saisonniers que d’une demi-douzaine de vagabonds avec un « capitaine ». Or c’est ce que leur livre le très bavard Étienne Poirat :

« S’il ne hantoit avec pl[usieu]rs caressets, de leurs noms et surnoms, et s’il n’a hanté et congnus la Grive de Gerbépault ?

Dist qu’il a bien veu pl[usieu]rs fois Le Petit Louys, ne sçait bonnement s’il a espousé la femme qu’il menne avec luy ; congnoist aussy Jean Dorychamps, ung nommé Blaise [...] Dist qu’il veist dernièrement Le Grand Mareschal de Domfaing, sa femme et son filz à L’Hoste du Bois ; a veu aussy aultrefois ung nommé Jean de Champdray qui faict estat d’estre caresset ; a bien veu aussy aultrefois Claudon Genay de Gerbépault ; congnoist bien ung nommé Blaise du Veltin qu’estoit à la toille ; a veu Jean de Leusse, ho[mm]e de moyenne stature, hante le plus souvent en l’office de ce lieu et de S[ainc]t Diey ; de mesme congnoist ung nommé Gegouls, ho[mm]e de médiocre stature n’ayant barbe, luy a veu porter ung habillement noir ; a veu aussy Le Verquant dist Le Mauvais Boibé ; congnoist ung nommé François de La Traye courant la carasse, est homme grand et gros, barbe bien meslée ; dist congnoitre aussy ung nommé Abraham de Rehaulpaulx, grand rousseau, et le veist le dymenche après Casimodo au lieu de Coursieux où estoit aussy led[ict] La Grive et a esté led[ict] Abraham foetté à S[ainc]t Diey ; dist qu’il peult avoir demy an q[u’i]l louga avec Nicolas Du Four le Vieux au lieu de Mariemont, ayant une femme avec luy, assez vieulx, grand et gros ; congnoist aussy Nicolas Du Four Le Jeune, vagabond se meslans de porter veres, ayant une femme, est ho[mm]e gros et grand, barbe rousse, l’a bien veu au lieu de Lestai, aussy courant la carasse, se mesle quelquefois de porter du scel ès villages [...] ; congnoist aussy ung nommé Bastien le Xoureux ho[mm]e assez gros, portant barbe rousse, menant une femme et deux enfans [...] ; a bien veu aultrefois un nommé Nicolas de Conchimont, porte une espée, ayant peu de barbe ; a bien veu aussy un nommé Pierre de Dompaire à p[rése]nt décédez ; congnoist ung au[tre] Grand Jean de Mirecourt, ho[mm]e vagabond, ayant femme et enfans, et ne l’a poinct hanté aultrement ; a veu aultrefois ung nommé Aubert des Barrattes, portant barbe rousse, mène une femme et deux enfans. »

32La liste est longue ! Étienne Poirat ne fait pas de tous ces gens des criminels, mais les officiers comprennent autre chose. Ils lui disent d’ailleurs « que ayant hanté et congnust tant de caressetz et vagabons qui ont commis infinis larcins, ne se peult qu’il n’ait aussy robé, pillé et vollé » avec eux, mais il répond « qu’il ne commeist oncques maléfices ny larcins, tant avec les susdicts qu’avec autres, sinon quelquefois prenoit des choulx » dans les jardinds pour se faire « ung peu de poutaige ». L’enquête s’est arrêtée là pour Poirat car il s’est ensuite évadé, laissant ses juges avec une liste de noms à partir de laquelle se faire peur.

33En 1609 dans la prévôté d’Arches est fait un procès à six « caressets » dont quatre hommes et deux femmes : Nicolas Lallemand et sa femme Claudine, Nicolas Drobbin, Jacques Girnelle et Nicolas Didier et sa femme Mougeotte. Le dernier des témoins décrit un groupe plus nombreux et des relations pas toujours mauvaises avec les habitants :

« Claudin de La Magdelleine lès Remiremont, âgé de soixante ans, dit que dimenche dernier, feste de Penthecoste, arrivèrent en sa maison dix huict ou vingt carressetz, lesquelz se desbandèrent le lendemain ; et sur le soir ceulx qui furent prins hier à Sapois retournèrent coucher à ladite Magdelleine ; et le mardy suyvant furent au marché de Remiremont ; et retournèrent encor en ladite Magdelleine et qu’il les veit jouer aux cartes et aux quilles durant les festes.

Interrogé dequoy ils vivoient ? Respond qu’il y avoit trois ou quatre femmes lesquelles faisoient du potage et alloient achepter du pain au faubourg de Remiremont.

S’ilz ont point porté quelque larcin en sa maison ? Dit que non.

  • 32 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges..., op. cit., p. 544.

Pourquoy il les y soustient si longtemps ? Dit ne les oser refuser le logement de peur du feu et que sadite maison estant sur le hault chemin est subject à ce moien recevoir les passans ; et plus rien dit32. »

34Le « caresset » est une figure familière. Les paysans les voient passer, s’installer, mendier et acheter des vivres. Le témoin Claudin dit bien que c’est la « peur du feu », la crainte qu’en représailles un incendie ne prenne dans ses édifices, qui le rend aimable avec la grosse bande qui s’est présentée près de chez lui. Disons que les gens sont habitués à la « carasse » et s’en accommodent. Certains sont dangereux. Ils le sont d’ailleurs aussi entre eux.

Le Roux et ses vraies connaissances et complices

35Jacques Le Roux n’avait pas forcément à être rapproché par les officiers de Blâmont, du type social des « caressets » et des noms qu’ils lui soumettent en supposant qu’il a pu leur être complice. Ils ne voient pas les voleurs comme des isolés. Ils imaginent des bandes et ils doivent se nourrir des affaires traitées par leurs collègues, puisque dès le mois de mars 1618 ils peuvent interroger Le Roux sur Le Houssard qui vient d’être jugé et exécuté à Saint-Dié.

36Dans le détail, les officiers de Blâmont veulent associer Jacques Le Roux (pc.7 f°1v.) au franc-comtois Claude Bigard, au Grand Martin et à Le Prince, que Le Roux dénie comme complices, à un moment où il ne reconnaît encore aucun crime ; ainsi qu’à Simon dit La Violette que Le Roux reconnaît seulement avoir connu comme soldat sous ses ordres dans le Piémont ; et surtout à Le Houssard sur lequel ils reviennent trois fois (f°2v. f°3r. et f°4v.).

  • 33 Lors de son deuxième interrogatoire (pc.4) le 22 mars Le Roux ne reconnaît aucune action mauvaise n (...)
  • 34 Il y a des conflits à l’extérieur, où le duc envoie des troupes ou les laisse partir, à la fois pou (...)

37Si Jacques Le Roux les ignore tous, c’est peut-être qu’il est ou se sent différent, se voyant comme un « homme de bien » et réclamant « réparation d’honneur » lors de sa première arrestation (pc.1 f°r.). Il fait valoir de bonnes relations sociales33. Il est un militaire qui refuse d’être confondu avec les « traine baston » qui n’ont pas d’épée (pc.5 f°2v.) et il se reconnaît comme « scabreux » (pc.3 f°2v.) c’est-à-dire ombrageux comme un militaire se doit d’être. Il ne reconnaît d’abord que ses « paillardises » qui en un sens, ne sont qu’un comportement de soldat. En effet Le Roux est un Français de Provence qui s’est fait soldat pour le roi puis pour le duc de Lorraine. Sa carrière militaire est assez confuse. Les interrogatoires ont été mal conduits ou peut-être les officiers de Blâmont n’avaient-ils pas d’intérêt pour cette chronologie. Le Roux a été en Savoie. Puis dans le nord-est à cause de l’affaire du duché de Julliers au début des années 1610, évoquée dès le premier interrogatoire (pc.1 f°1v.). Il semble s’être installé en Lorraine, où malheureusement pour lui, la période manque de guerres et donc d’embauche ; « La guerre ne valoit plus rien » en Lorraine dit-il (pc.3 f°r.)34. Le Roux s’est fait engager à Phalsbourg et peut-être est-ce le grade de sergent qui l’a retenu en Lorraine. Blessé, il se retrouve un temps invalide et sans emploi militaire. Mais le projet qu’il expose à Claude Gabriel en 1618 est de se faire « médicamenter [soigner] pour se rendre en meilleur disposition pour vers Pasques s’en aller en Savoye ou ailleurs » (pc.5 f°3r.) et à un autre moment il dit avoir été entretenu six semaines « par le sieur des Coustures de Baudonville » qui formait « une compagne d’harquebusier à cheval » (pc.5 f°2r.) mais il n’y a pas eu de suite.

  • 35 Dans les livres d’époque sont dits « Tartares » les Turcs ou des auxiliaires des Turcs, que les arm (...)
  • 36 Camille Dagot a dans sa liste un Perrin Bastien jugé en 1617 qui serait aussi surnommé Le Grand Col (...)
  • 37 Celui-ci est bien connu dans la thèse de Camille Dagot, p. 250-251, par son procès Arch. dép. M.-et (...)
  • 38 En 1614 une femme dénonce un jeune homme qui serait originaire d’Orléans et qui serait appelé Jean (...)

38Quant à ses relations, les officiers de Blâmont se sont trompés sur elles, car les noms que leur ont donnés d’autres juges et qu’ils ont lancés à Jacques Le Roux ne sont pas du tout parmi ses connaissances. Mais il en a fréquenté ou croisé d’autres. Lorsqu’il cède aux échevins et se met à dénoncer des personnes jusqu’au « nombre de trente deux » (pc.7 f°6v.), il y a de quoi les satisfaire ou les effrayer. Ils ne se sont donc pas trompés sur le personnage, mais on voit se dessiner un autre cercle de relations. Peut-être avec un caractère militaire ? Sont nommés le 2 avril (pc.7) Le Her, qui est un nom spécifiquement breton, et Le Picquard qui est un sobriquet national ; Denys Le Tartare (exécuté en Alsace) dont le nom évoque peut-être quelque campagne militaire en Europe centrale35 ; Nicolas de Bain dit aussi Le Grand Colas36 ; Louys Brisécuelle (exécuté) ; La Pierre ou La Pière (exécuté) ; Le Jeune de Loup ; Demenge Ferrey ou Ferry37 ; Le Marchal ; Le Bouchier prénommé peut-être Claude ; et Nicolas de Lunéville et Didier de Moyenvic (tous les deux décédés de mort naturelle, et non exécutés, ce qui pour Le Roux semble faire preuve de quelque chose). Il cite aussi un certain Pied Bruslé (f°8v.) qu’il a seulement croisés dans une taverne38. Il a aussi croisé un certain Nicolas de Tremousey (pc.5 f°2r.) qui a été exécuté à Châtel mais pas comme voleur et sur lequel il ne revient pas par la suite.

Militaire jusqu’au bout de son procès et de son existence

39Il nous faudrait les procès faits à ces gens pour approfondir l’hypothèse d’une espèce de fraternité militaire pour au moins certains des dénoncés. En tout cas, le Roux lui-même a été essentiellement militaire et avant d’être arrêté il avait toujours pour projet de se faire réembaucher. On le voit aussi, dans un village, sympathiser avec un maire, tenant « quelques discours du frère de sa femme qui avoit esté à la guerre » (pc.5 f°5v.). L’armée, la guerre, sont son véritable univers.

40Lorsque le procès commence à mal tourner, Jacques Le Roux résiste à la torture (comme un fort soldat qu’il était ?) avant de craquer et d’avouer des crimes (2 avril). Puis il sort du jeu judiciaire en se rétractant (6 avril) ce qui met dans l’embarras les gens de justice. Mais il est tout à fait remarquable que sa dénégation n’a pas été entière. En effet, Le Roux a conservé deux crimes à son actif et cela n’a pas échappé au procureur fiscal qui les a retenus à charge contre lui (8 avril) ni aux échevins qui ont approuvé les conclusions du procureur. Mais pourquoi renier tous les autres crimes et conserver deux actes qui sont déjà suffisants en eux-mêmes, pour le faire condamner à mort ?

  • 39 Comme Collot lorsqu’il dit « car aussy bien il sçait qu’il fault mourir » (pc.2 f°3r.) Le Roux décl (...)

41Peut-être Le Roux a-t-il accepté sa fin et veut-il qu’on le punisse pour certains actes et qu’on lui épargne d’âtre accusé et puni pour les autres39 ? En effet, nous voyons Jacques Le Roux, l’ancien soldat, et même le sergent, se rétracter sur tous les actes crapuleux et pas sur deux qui, à bien y réfléchir ont un caractère particulier.

42Le Roux reconnaît et donc il revendique son combat à l’épée à trois contre un, qui plus est « trois jeunes hommes », dont l’un au moins soldat, ou presque soldat, avec une victoire où il en blesse deux et met le troisième en fuite.

43Le Roux reconnaît aussi le viol en passant d’une jeune fille, qu’il a abordée comme pour la séduire, puis forcée malgré ses cris et à laquelle il a laissé pour finir un peu d’argent, comme s’il payait une putain.
Il nous semble y voir des faits d’armes, en tout cas des faits de soldat !

  • 40 Il « vivoit par le pays, prenant tantost une poulle, tantost un chappon, un chappeau, un couvrechef (...)

44Le Roux, dans la dénégation de ses premiers aveux, a rejeté une partie de sa vie et conservé le semblant d’une autre. Il sait ce qu’il a été et ce qu’il est devenu. À un moment aussi (1616) il avait eu comme un sursaut, lorsqu’un prévôt lui avait confisqué son épée de soldat, ne voulant pas devenir un « traîne baston » comme les autres chemineaux. En 1618, Le Roux est encore un militaire, débauché mais dans l’attente d’un engagement et d’une restauration de sa dignité. Mais de fait, il s’est enfoncé dans la gueuserie, volant de tout en passant40, faisant quelques bons coups mais avec certaines réserves – jamais, semble-t-il, il n’a fracturé une église, faisant le guet dehors – et buvant et mangeant aussitôt avec ses « compagnons » le produit des vols.

45Au final, il nous semble donc que le Jacques Le Roux, jugé et roué en 1618, est essentiellement un militaire du début du XVIIe siècle qui a mal tourné, changeant de vie et de pratiques. Il est devenu un vagabond, un misérable, un voleur de petits chemins et de coins de bois, mais dans sa tête, il est resté le soldat Le Roux et il aurait voulu mourir comme tel.

Haut de page

Notes

1 Voir Antoine Follain, « Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse » mis en ligne le 21 juin 2021 sur Criminocorpus https://journals.openedition.org/criminocorpus/9644

2 Exactement on parle des « hauts chemins » en Lorraine ou chemins ducaux.

3 Voir notamment Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure, XVIe-XVIIIe siècle, Strasbourg, PUS, 2015 ; Antoine Follain, « Violence brute et violence judiciaire à l’époque moderne : un paysan massacré et deux pendaisons pour l’exemple dans les Vosges en 1615 », Histoire & Sociétés Rurales n°45, 2016, p. 115-170 ; et sont à paraître les actes du séminaire Gibiers de potence.

4 Camille Dagot, Le voleur face à la justice lorraine : le cas particulier du val de Lièpvre (1551-1629), mémoire de master de l’université de Strasbourg sous la direction d’Antoine Follain, 2013, consultable sur demande.

5 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges : criminels d’habitude et délinquants d’occasion dans les Vosges lorraines des XVIe et XVIIe siècles, thèse de l’université de Strasbourg sous la direction d’Antoine Follain, 2019. Thèse disponible à la BU de Strasbourg et texte intégral accessible librement en ligne à partir du 1er janvier 2023 ; et « La hantise des bandes de voleurs et les enjeux de leur répression. L’exemple des caressets dans les Vosges aux XVIe et XVIIe siècles », Histoire & Sociétés Rurales n°55, 2021, p. 7-41.

6 Jusqu’à Orléans pour Toussaint Collot (pc.2 f°2v.).

7 La justice de Blâmont est présentée dans Robin Briggs Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context of European Witchcraft, Oxford, Blackwell publishing, 2002 (1ère édition 1996) et The Witches of Lorraine, Oxford, New York, et Auckland, Oxford University Press, 2007. Voir aussi https://witchcraft.history.ox.ac.uk/index.html où sont mis à disposition les relevés de l’auteur sur les procédures pour sorcellerie complète. Blâmont est maintenant étudié par notre étudiante Clémence Vial-Detambel (2020-2022) qui travaille sur les femmes criminelles, victimes et déposantes.

8 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 3350. Ce prévôt reste en fonction jusqu’en 1619.

9 Sur les officiers ducaux voir Antoine Fersing, Idoines et suffisants. Les officiers d’État et l’extension des droits du Prince en Lorraine ducale (début du XVIe siècle – 1633), thèse de l’université de Strasbourg sous la direction d’Antoine Follain, 2017. L’université de Pont-à-Mousson créée en 1572, entre autres raisons pour fournir l’administration lorraine en diplômés, n’a pas eu l’effet escompté. Les officiers seigneuriaux et municipaux sont encore moins des universitaires.

10 La Practique civile et criminelle pour les justices inférieures du duché de Lorraine, conformément à celle des sièges ordinaires de Nancy... par Claude Bourgeois, à Nancy, chez J. Garnish, 1614, a été expressément écrite pour réformer les juges subalternes. Comme on le voit dans les « avis » de la procédure Le Roux, Claude Bourgois est l’un des échevins de Nancy. Voir aussi un tableau des juridictions et des procédures dans Antoine Follain, « Des amendes communes et arbitraires aux lettres de grâce : la violence dans le corpus lorrain aux XVIe et XVIIe siècles », dans Brutes ou braves gens ?, op. cit., p. 35-132.

11 Copier des parties d’une autre procédure et les annexer au procès que l’on conduit, est une pratique tout à fait compréhensible que nous avons observée dans nombre de procès lorrains.

12 À Orléans où ils se sont retrouvés, Collot, avait pris Le Grand Pierre « pour maître » ou chef. C’est un genre de détail intéressant pour les officiers du XVIIe siècle comme pour les historiens du XXIe. Quant à l’évocation d’Orléans, elle illustre les distances parcourues.

13 Il existe dans le duché de Bar qui est l’autre principale composante des États du duc de Lorraine.

14 De même pour Claude Gabriel qui « n’avoit rien du tout » : Arch. dép. M.-et-M., B 3554.

15 Selon le relevé effectué par notre étudiante Clémence Vial Detambel il y a dans B 3349 en 1615 une longue procédure contre Jean Maçon ; dans B 3350 pour 1616 les procédures contre Jean La Touche et Pierson dit d’Avricourt ; dans B 3352 pour 1617 celles contre Claudon Blanchief, Jean Mengin et Pierre Mengin, les trois ramassés ensemble, et contre Pierre Mengenot Goeury, etc. L’inventaire sommaire de la fin du XIXe siècle n’en cite aucun. Il faut ouvrir les liasses pour les découvrir.

16 Arch. dép. M.-et-M., B 3552.

17 Le profit dans le cahier du « contrerolleur » est un peu différent : « Il ne s’est rien trouvé sur luy ny au comté de Blamont, fors ung pistollet vieux » qui a été vendu aux enchères et acquis par un habitant pour 1 franc 2 gros. Le Roux n’avait rien rapporté du tout.

18 C’est peut-être d’ailleurs ce que réclame Le Roux quand il dit qu’« il vouldroit bien que l’on s’informe » (pc.4 f°1v.). En effet, sans auditionner personne, il n’y a rien de contradictoire et que des interrogatoires à charge, où les échevins procèdent comme ils veulent.

19 Sur cette question embarrassante voir Camille Dagot, « Démasquer le criminel. Les enjeux de l’identification des voleurs : l’exemple d’une prévôté dans les Vosges aux XVIe et XVIIe siècles », Histoire & Sociétés Rurales n°43, 2015, p. 45-72 : « lorsque les villageois décrivent les voleurs qui s’enfuient ils ne retiennent que quelques caractères, comme la longueur des cheveux, la présence de barbe, la couleur des vêtements ou encore le port d’un chapeau. Lorsqu’ils sont observés de loin, les détails vestimentaires l’emportent sur les détails physiques. En témoigne la déposition de Nicolas François [...] en 1613: ʺSa femme […] soubçonnoit un allant qu’elle avoit veu passer par leur village ayant un chapeau grisʺ », Arch. dép. M.-et-M., B 2558, procès de Nicolas Grosse Teste.

20 Arch. dép. M.-et-M., B 2532, procès transcrit avec Pierre-Allan Maurice Chloé Deforge.

21 D’après la thèse de Camille Dagot et l’article « Démasquer le criminel... », op. cit. Arch. dép. M.-et-M., B 2532 et B 4084, procès de Gergonne Caillat et Jean Lallemand dans la prévôté de Charmes en 1601. En 1602 les officiers d’Arches lui demandent « S’il fut pas marqué et banny des pays de Son Altesse ? A dict que non. Sur quoy l’avons faict despouiller et monstrer ses espaulles et sur sa droicte avons veu les vestiges de la marque... » ce qui semble dire qu’il a essayé de la cacher avec une autre cicatrice. Mais une telle marque ne prouve qu’un mauvais profil de condamné et non l’identité exacte du prévenu.

22 Antoine Follain, « Violence brute et violence judiciaire... », op. cit., pc.1 f°1v. et f°2r.

23 Le tout est dans Arch. dép. M.-et-M. B 3554. A noter que dans la procédure Le Roux quand on arrive à l’acte de la question qui lui est infligée le 2 avril, son compagnon est désormais appelé « La Jeunesse ». Il est possible que les officiers de justice croient davantage dans les noms d’usage que dans les noms de famille, non utilisés et peut-être inventés. La Jeunesse est un sobriquet courant parmi les militaires. Quant aux sobriquets en général, ils sont en usage dans tous les corps : militaires, gens de métiers, vagabonds, etc. À la femme d’Edmont Jean Prey, les officiers demandent « si ledict Edmont n’a pas quelque nom de guère » et elle répond « on l’appelle Le Cadet » Arch. dép. M.-et-M. B 2561, procès d’Edmont Jean Prey, de Mougeotte Richard et de Pierre Noël, 1614, transcription par Chloé Deforge et Antoine Follain. Nicolas Le Clerc dépose explicitement qu’il est « surnommé entre les carassetz Nicolas Lescravisse », B 4052 en 1582, Camille Dagot, Le voleur..., op. cit., p. 448.

24 Il s’agit de Demenge Henry dit Le Houssard jugé et exécuté dans la prévôté de Saint-Dié en 1618 : Arch. dép. M.-et-M., B 8721. Camille Dagot l’a vu cité dans de nombreux procès à Saint-Dié, Bruyères et Arches, où les accusés le dénoncent à partir de 1612 jusqu’à sa propre arrestation en 1618. Dans un autre procès, les juges de Bruyères disent à Colas Renaud « qu’il se parjure pour ce qu’il se trouvera avoir hanté la pluspart des vagabonds plus fameux larrons [comme] Le Houssard et Paul Pierrel » : B 3795. Le Houssard a pu participer au pillage de huit églises. Selon la transcription de son procès par Camille Dagot il aussi participé à l’attaque de la maison du paysan Curien Masson cf. notre article « Violence brute... » op. cit. auquel Camille a apporté dans sa thèse des compléments tirés de B 8721, pc.5 f°3r. De plus, Le Houssard, comme les meilleurs parmi les truands, a fait preuve d’une grande résistance aux différentes techniques de torture auxquelles il a été soumis. Il n’a finalement avoué que peu de crimes par rapport à ce dont l’avait chargé l’année précédente Paul Pierrel, exécuté à Bruyères.

25 Arch. dép. M.-et-M., B 3732, procès de Jean Romary dans la prévôté de Bruyères commenté dans sa thèse par Camille Dagot, p. 443.

26 Arch. dép. M.-et-M., B 3749.

27 À noter ici que le duc ou ses officiers supérieurs n’ont pas voulu joindre directement le juge seigneurial de l’abbaye de Saint-Dié, raison pour laquelle ils ont dit au prévôt ducal d’Arches de le faire. C’est une manière de faire où le politique prime sur le judiciaire.

28 Arch. dép. B 2525, procès « de quatre caressets » dans la prévôté d’Arches, transcription faite avec Pierre-Allan Maurice et Chloé Deforge.

29 Arch. dép. M.-et-M., B 3749. Voir Claude Marchal, La Prévôté de Bruyère aux XVIe-XVIIe siècles : population, économie, société, thèse de l’université de Nancy 2 sous la direction d’Étienne François, 1997, dans une partie où il résumé les procédures.

30 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges... chapitre VI, et « La hantise des bandes de voleurs... », op. cit. Aux origines des craintes relatives aux bandes organisées en une espèce de contre-société, voir aussi et entre autres Valérie Toureille, « Une contribution à la mythologie des monarchies du crime : le procès des Coquillards à Dijon en 1455 », Revue du Nord n°371, mars 2007, p. 495-506.

31 C’est le cas aussi pour les bohémiens, qui sont un groupe encore différent et dont on nous dit dans les procédures de la fin du XVIe début XVIIe siècles, qu’on les reconnaît à leur allure... sans jamais dire précisément en quoi elle est particulière. La thèse de Jules Admand, L’existence régionale de la "nation bohémienne". Les Bohémiens lorrains à la fin de l’Ancien Régime (XVIIe-XVIIIe siècles), thèse de l’université de Bourgogne sous la direction de Benoît Garnot, 2015, rend bien compte des difficultés d’appréhension d’un tel groupe.

32 Camille Dagot, Le voleur face à ses juges..., op. cit., p. 544.

33 Lors de son deuxième interrogatoire (pc.4) le 22 mars Le Roux ne reconnaît aucune action mauvaise ni aucune mauvaise relation er rapporte plusieurs exemples de bonnes relations sociales (f°2v., f°3r., f°4r., f°5v.) et lorsqu’un compagnon a exigé d’un autre un manteau pour une dette, il lui a fait établir une quittance pour la dette remboursée.

34 Il y a des conflits à l’extérieur, où le duc envoie des troupes ou les laisse partir, à la fois pour servir sa diplomatie et pour que des Lorrains s’entretiennent à la guerre. Mais sinon, le duc n’a besoin que de troupes de garnison.

35 Dans les livres d’époque sont dits « Tartares » les Turcs ou des auxiliaires des Turcs, que les armées autrichiennes combattent en Hongrie avec des renforts envoyés par le Pape et diverses puissances catholiques. La guerre y fait rage de 1593 à 1606, puis la paix est une paix armée, qui a toujours besoin de troupes. Dans une procédure de 1615 Mougeot Poirson dénonce une quinzaine de personne dont un « le Tartare » qui aurait déjà été arrêté à Arches et à Pont-à-Mousson (dans le duché de Lorraine) et à Metz (en France) ! Arch. dép. Meurthe-et-Moselle, B 4595, relevé de Camille Dagot. Il aurait donc terminé sa vie en Alsace (dans le saint-Empire).

36 Camille Dagot a dans sa liste un Perrin Bastien jugé en 1617 qui serait aussi surnommé Le Grand Colas, natif de Bain : Arch. dép. M.-et-M., B5547, qui est forcément le même. Le village est aujourd’hui Bain-les-Bains : Vosges, ar. Epinal, c. Le Val d’Ajol.

37 Celui-ci est bien connu dans la thèse de Camille Dagot, p. 250-251, par son procès Arch. dép. M.-et-M., B 2561, dans la prévôté d’Arches. Il est condamné d’abord à Saint-Dié en 1614 au bannissement perpétuel et ensuite la même année à Arches, à être marqué et au bannissement perpétuel. Un certain « dit Marende » arrêté à Saint-Dié en 1615, est reconnu comme étant le même Demenge Ferry : B 8715.

38 En 1614 une femme dénonce un jeune homme qui serait originaire d’Orléans et qui serait appelé Jean dit Le Pied Brûlé : Arch. dép. M.-et-M., B 4588 cf. Camille Dagot.

39 Comme Collot lorsqu’il dit « car aussy bien il sçait qu’il fault mourir » (pc.2 f°3r.) Le Roux déclare en se rétractant « qu’il vouloit bien qu’on le face mourir pour les paillardises qu’il avoit commises, laquelle affection de mourir il a [assez] tesmoigné par ses propos » (pc.8 f°1r.). Dans une toute autre procédure, nous avons vu aussi un certain Goery reconnaître un crime valant peine de mort et réclamer que l’on s’arrête à celui-ci, refusant de reconnaître une accusation de sorcellerie qu’il dénie et qui lui est trop indigne.

40 Il « vivoit par le pays, prenant tantost une poulle, tantost un chappon, un chappeau, un couvrechef, autres petites choses pour vivre... » (pc.6 f°8r.). Toutes petites choses, comme on l’a dit, volées ici et revendues plus loin pour acheter de quoi vivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Follain, « Présentation du procès fait en 1618 à Blâmont dans les Vosges à Jacques Le Roux dit Le Balafré, ancien soldat devenu traîne baston, voleur et meurtreur »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 02 février 2022, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10534 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10534

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg (ARCHE UR 3400). Il est spécialiste de l’histoire rurale et de l’histoire de la justice et de la criminalité aux XVIe et XVIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search