Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...20Présentation des actesIntroduction générale. La place e...

Présentation des actes

Introduction générale. La place et le sens de l’évaluation dans les sociétés contemporaines

Philippe Artières

Texte intégral

1Dans un court texte devenu célèbre paru d’abord dans le premier numéro de L’Autre journal, en mai 1990, il y a donc presque 30 ans, le philosophe Gilles Deleuze décrit nos sociétés contemporaines en sociétés de contrôle, reprenant le qualificatif à l’écrivain américain William Burroughs. Je voudrais, dans l’intervention qui va suivre, dans cette invitation à ouvrir ces journées, invitation pour laquelle je vous remercie, inscrire la pratique de l’évaluation qui va nous occuper durant ces journées dans ce cadre plus large que suggère Gilles Deleuze, tant il me semble que ses analyses peuvent stimuler les recherches et posent questions à la fois à vous acteurs du présent et à l’historien du contemporain que je suis.

2C’est donc une lecture décalée que je vous propose, visant à historiciser et à caractériser autant que faire se peut l’émergence et la montée en puissance de ce que nous pourrions désigner comme l’âge des évaluations.

3Gilles Deleuze fait donc le diagnostic que nous ne sommes plus depuis le début du XXe siècle dans des sociétés de surveillance, mais que nous sommes entrés dans l’ère du contrôle. Qu’est-ce à dire ? Nous ne reviendrons pas ici sur les sociétés de surveillance dont l’incarnation architecturale fut, on le sait, la figure du panopticon imaginée par Jeremy Bentham, popularisée par Foucault et qui a fait l’objet de nombreux travaux à la fois s’agissant de la prison pénale ou encore de l’histoire urbaine. On connaît l’immense archive qui fut constituée à partir du XVIIIe siècle, sous la forme de dossiers individuels sur ceux qui défiaient ou enfreignaient l’ordre social, celui des discours, des familles, ou de la sexualité par exemple. La littérature comme écriture de ce marmonnement du monde témoigne de cette magistrale capacité à décrire le singulier. On connaît les formes que prend le regard de l’œil disciplinaire sur les individus : lettres de dénonciation, plaintes, rapports. On connaît avec quelle frugalité les mots sont venus écrire les vies, ces pures existences graphiques disait Foucault dans son texte de 1977, dans les Cahiers du Chemin « La vie des hommes infâmes ».

4Mais qu’en est-il de l’œil du contrôle ? Il n’est pas sûr que l’on puisse user d’ailleurs ici du terme au singulier. Si l’œil du disciplinaire pouvait être délégué, il restait unique, celui du contrôle au contraire est multiple ; il est toujours somme de regards, là où avec le disciplinaire il était multiplication.

5Tentons de repérer historiquement certains marqueurs de cette entrée dans l’ère du contrôle ; deux événements me semblent mériter notre attention, ils sont très différents :

6Premier évènement : À la fin de la première décennie du XXe siècle, la production pour la première fois de tests permettant selon les psychologues Alfred Binet et le Dr Simon d’évaluer la valeur intellectuelle d’un enfant ou d’un adulte. Les tests ou épreuves dessinent une échelle qui permet « objectivement » de l’évaluer. Ce qui importe ici c’est que par la suite, l’échelle fut considérée comme mal graduée et rectifiée par les psychologues expérimentaux américains, notamment ceux de Stanford, en la personne du Pr Terman en 1916, puis vingt ans plus tard en 1937 grâce à la collaboration du même Terman mais avec la collaboration de Merrill. Ce qui est essentiel croyons-nous, c’est d’une part que si leur évaluation initiale est destinée aux enfants anormaux, très rapidement, les psychologues s’intéressent à toute la population ; c’est d’autre part l’invention des tests et la précision de plus en plus grande de l’échelle (ici l’échelle des âges).

  • 1 Pierre Piazza, « Logiques et enjeux de la mise en carte policière des nationaux », Journal des anth (...)

7Deuxième événement notoire et presque contemporain : à partir des années 1910, l’instauration de documents d’identité de plus en plus harmonisés, d’abord au sein des territoires nationaux puis au niveau mondial (Vincent Denis) ; Pierre Piazza, spécialiste de la question note dans une contribution au Journal des anthropologues en 2007 : « Le caractère pratique de la carte est systématiquement vanté par les autorités : loin de constituer un dangereux outil de police, elle ne serait qu’un instrument pratique grâce auquel chaque citoyen peut apporter facilement (c’est‑à‑dire sans avoir besoin d’exhiber une multitude de titres) la preuve de son identité et de sa qualité de Français dans un monde caractérisé par une complexification croissante des rapports sociaux où la nationalité est devenue le critère prédominant conditionnant son appartenance à la nation. Alors que la société se transforme sans cesse davantage en une collection d’individus atomisés, les pouvoirs publics insistent également sur l’idée selon laquelle cette carte permet de matérialiser incontestablement l’unicité de chaque citoyen et lui confère le sentiment de la voir constamment reconnue tout en lui évitant les désagréments de l’usurpation d’identité1. »

8Cette histoire se prolonge dans les années qui suivent. Cet encartement a été élargi avec la mise en place de documents permettant de favoriser la circulation mondiale et de faciliter les flux de population qui marquent notre modernité. En France, la figure d’Edmond Locard (1877-1966), lyonnais que certains d’entre vous connaissent pour son rôle dans le développement de la police scientifique, a largement contribué à la production de ces documents et à la lutte contre leur falsification.

9Pour permettre à cette nouvelle forme de capitalisme de se développer, car c’est bien de cela dont il est question, d’un capitalisme dont la richesse ne réside plus dans l’accumulation, dans des lieux et des produits manufacturés mais qui provient de la circulation de ces derniers (dans ce qu’on pourrait désigner comme une mondialisation « réussie »), il faut bien sûr des routes terrestres et maritimes. Mais sur ces routes, pour éviter le clandestin, le vagabond ou encore la contrebande, biens et personnes doivent faire l’objet de contrôles. Ceux-ci doivent altérer le moins possible la fluidité, ou ralentir le flux, tout doit se faire au fil de l’eau. La grande route, si on reprend à présent la figure de la route comme métonymie des sociétés contemporaines occidentales, se doit de comporter le moins de barrières possibles, le moins de ralentisseurs, tout arrêt étant synonyme de frais supplémentaires. Il y a bien sûr les échangeurs, les ronds-points, les boulevards périphériques… Il y a aussi tout un ensemble d’inscriptions minuscules, un coup de tampon, une signature, des initiales, un illisible signe qui valident, ouvrent, permettent. Mais ce qui frappe évidemment, notamment au regard des deux objets précédemment exposés, l’évaluation du QI et l’encartement généralisé, c’est le nécessaire accord du sujet ; la société de contrôle nécessite l’assentiment, voire la collaboration de tous les acteurs. Deleuze associe ainsi à ce nouveau régime d’existence une figure animale particulièrement évocatrice : nous serions passés de la taupe disciplinaire au serpent libéral.

10Autrement dit, contrairement à ce que l’on lit souvent et notamment dans le discours de ceux qui cherchent à en contester le pouvoir, le mode de gouvernement qui préside à la destinée de nos sociétés n’est plus le disciplinaire et ses institutions totales avec sa surveillance ciblée sur les individus dangereux ou supposés dangereux, mais le contrôle de la totalité de la population et des biens par un ensemble d’instruments d’enregistrement. On ne surveille plus les individus par filature, on évalue les déplacements, on relève les irrégularités, on vérifie leur point de départ et leur point d’arrivée : les étapes, les détours et les incidents. Il en est des existences comme des déplacements, la question n’est plus celle du point aveugle ou de l’angle mort, mais de la séquence manquante. Autrement dit, on est passé du paradigme de la visibilité à celui de la traçabilité.

11Ainsi, si l’on examine les instruments de gouvernement que l’on retrouve tout à la fois à partir de la fin du XIXe siècle dans l’éducation, la santé ou le travail, nous pouvons constater que l’on a remplacé le récit par la notation, les mots par les chiffres, le dossier par la fiche, la description par le tableau, l’inventaire par le sondage, l’enquête par le test, l’interrogatoire par le QCM et l’inspection par l’évaluation.

12Ce qui est commun à tous ces instruments, c’est le nouveau rapport qu’ils instaurent et se mettent à entretenir au temps et à l’espace. Ils n’allongent jamais le temps, ne produisent pas de délais supplémentaires, bien au contraire, ponctuels, ils favorisent l’accélération et leur but est de permettre la vitesse. Aussi, ces instruments ne sont pas attachés à des lieux spécifiques, ils ne dessinent pas une nouvelle carte comme les institutions disciplinaires, mais ils sont autant que faire se peut mobiles, portables, compacts ; ils doivent constituer des dispositifs efficaces, souples, légers et rapides.

13L’objet de ces instruments de contrôle n’est pas de traquer l’anormalité comme précédemment, de constituer la grande encyclopédie des infâmes (aurait dit Foucault), pas non plus de réaliser des cartes sur lesquelles on pourrait repérer des concentrations de populations spécifiques, mais d’enregistrer des séquences donnant la position occupée par un individu donné dans un parcours dont le trajet a été fixé au préalable. Ils consistent ainsi à mettre avec la plus grande précision possible un point sur une échelle.

14C’est à partir de ces points collectés que l’on pourra produire des données qui auront la forme d’une courbe (c’est à dire d’une ligne non droite mais ne formant jamais d’angle) ; ces données sont ainsi produites non par accumulation mais par succession. Ce qui importe dans ces sociétés de contrôle, c’est l’évolution de la courbe, son inflexion ou sa stagnation.

15On voit me semble-t-il comment le modèle épidémiologique s’est développé hors du champ de la santé, et comment il a été modélisé sur des objets ayant trait à toute l’activité humaine : l’éducation, le travail, le chômage par exemple.

16Dans l’évaluation, il me semble que cette relativité de la valeur appréciée de l’objet évalué est essentielle ; le résultat de l’évaluation n’est jamais absolu, il est donné par rapport au précédent. L’évaluation est basée en cela sur une forme d’inscription singulière qui n’est pas celle du récit, pas celle de la liste non plus, mais celle de la notation.

17Si le modèle épidémiologique donne à l’évaluation sa dimension provisoire, il est un autre modèle qui semble avoir pesé lourdement sur le développement de la pratique de l’évaluation, c’est celui de la statistique. Une évaluation aboutit le plus souvent à la production de chiffres qui peuvent et doivent, à regarder le discours de ses promoteurs, être mis en relation avec d’autres chiffres. De là la possibilité d’une science nouvelle, la prospective, forgée sur un imaginaire aquatique que nous qualifierions volontiers d’un art de la glisse. On suit des courants, on est porté par des vagues…

18On comprend que cette société de contrôle dans laquelle l’évaluation peut être considérée comme l’une des pierres angulaires ne relève plus d’un exercice du pouvoir centralisé, détenu par un individu, ni même un petit groupe, mais par un pouvoir qui n’a plus de visage, qui serait quasiment désincarné, un pouvoir qui, s’inquiètent certains, est celui des chiffres et plus encore des instruments permettant de les produire. C’est la grille d’évaluation plus que l’évaluateur. Et sans doute est-ce là l’un des grands dangers de cette société de contrôle, c’est l’autonomie des instruments par rapport à ceux qui les manient.

19Il convient à ce stade de regarder quelles sont les formes existantes de résistances à cette évaluation généralisée ; car, il en est. Dans les sociétés disciplinaires, desquelles il n’existait aucun dehors, le pouvoir étant inscrit dans l’ensemble des relations des individus entre eux, les résistances consistaient en des subjectivations nouvelles, prenant la forme de l’invention de nouveaux modes de vie.

20Dans les sociétés de contrôle, sous l’âge de l’évaluation, la résistance, prend la forme de l’opposition frontale, du refus radical d’inscription : à la fois dans l’espace et dans le temps. Plutôt que de résistances, il faudrait ici parler de contre-conduites. Les hobos pourraient en être les premières figures. Ils sont apparus aux États-Unis au début des années 1920, avec le développement du réseau de chemin de fer sur tout le continent nord-américain. Les hobos, ces individus mobiles, utilisaient clandestinement les trains de marchandises, avaient inventés une écriture hiéroglyphique pour communiquer entre eux et échanger des informations relatives à leurs parcours ; toujours en mouvement, ils vivaient d’embauches ponctuelles dans des emplois saisonniers. Terrence Malick, dans son film Les Moissons du Ciel, en 1978, en a donné une représentation ; on peut lire aussi le beau récit autobiographique de Bertha Boxcar (1937). Les hobos n’ont pas inventé un mode de vie mais vivaient dans les interstices sociaux, dans le creux du nœud.

21Ce qui me semble remarquable dans cette figure du Hobo ou dans celle du personnage du film d’Agnès Varda, Sans toit ni loi (1985), c’est l’adoption du mouvement comme contre-conduite ; il s’agit bien d’un trajet mais celui-ci refuse de s’inscrire dans des cases : il fait cas ; il produit du particulier qui déjoue les catégories, subvertit les grilles, met en échec les prévisions… fragilise la courbe en de nombreux points.

22Il me semble que l’un des moyens intéressant d’interroger la pratique de l’évaluation est de le faire précisément par ses échecs, ses impossibilités et ses difficultés à penser les contre-conduites. C’est en ce sens que ce qui est au centre de votre questionnement durant ces deux jours, l’évaluation des personnes sous main de justice, est absolument essentiel, essentiel pour les individus qui sont dans cette situation mais aussi essentiel pour la société toute entière. Je le dis d’autant plus que les chercheurs en sciences sociales sauf à penser et questionner leur propre évaluation sont, à de rares exceptions près, peu enclins à investir ces questions. Plus qu’ailleurs, de manière plus aigüe que dans d’autres institutions (je pense à l’institution scolaire), les enjeux sont tels que les instruments peuvent être mis en question, et avec eux, la généralisation du contrôle par évaluation.

Haut de page

Notes

1 Pierre Piazza, « Logiques et enjeux de la mise en carte policière des nationaux », Journal des anthropologues, Hors-série, 2007, p. 105-129.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Artières, « Introduction générale. La place et le sens de l’évaluation dans les sociétés contemporaines »Criminocorpus [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10610

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search