Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...20L’histoire de l’évaluation dans l...Évaluer, prédire et prévenir : un...

L’histoire de l’évaluation dans la justice

Évaluer, prédire et prévenir : une incursion dans l’imaginaire des biocriminologues

Julien Larregue

Texte intégral

  • 1 Frédéric Lebaron, La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Seuil (...)
  • 2 Esther Duflo, Le Développement humain. Lutter contre la pauvreté (I), Paris, Seuil, 2010, p. 17‑18.

1Le 14 octobre 2019, Abhijit Banerjee, Esther Duflo, et Michael Kremer ont reçu le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel – improprement appelé le « prix Nobel d’économie »1 – pour leurs travaux sur la pauvreté. En particulier, les trois lauréats ont été récompensés pour avoir participé au développement des recherches expérimentales en économie du développement. Recourant à l’assignation aléatoire, cette approche propose d’évaluer l’effet des politiques de lutte contre la pauvreté en imitant le modèle utilisé pour tester les médicaments. « Dans certains cas, explique Duflo, un programme est appliqué dans un sous-échantillon aléatoire (de villages, d’écoles ou de bénéficiaires) et les résultats obtenus dans les villages “traités” sont comparés à ceux des villages témoins. Dans d’autres cas, deux interventions sont comparées entre elles : par exemple, dans la moitié des écoles, les élèves sont répartis au hasard entre deux classes et, dans l’autre, on crée des groupes de niveau2 ».

  • 3 Pour une analyse critique de cette approche en criminologie, voir Shadd Maruna et Charles Barber, « (...)
  • 4 Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Seuil, 202 (...)

2A priori, ceci a très peu à voir avec la question criminelle. À y regarder de plus près cependant, le programme de recherche développé par Banerjee, Duflo et Kremer (parmi d’autres) ne manque pas de rappeler l’approche préventive défendue par certains criminologues qui suggèrent, eux aussi, de recourir à l’assignation aléatoire pour évaluer l’impact des politiques de lutte contre la délinquance3. Ceci est tout particulièrement vrai des chercheurs qui proposent une approche « biosociale » du crime : mêlant des variables sociologiques, psychologiques et biologiques, ces criminologues cherchent à identifier des facteurs de risque qui rendent possible de détecter suffisamment tôt le potentiel déviant d’un individu, avant qu’il ne soit trop tard. Ce courant, qui s’est principalement développé aux États-Unis au gré de l’autonomisation progressive de la criminologie vis-à-vis de la sociologie4, a également fait des émules dans les pays francophones.

3Au Québec par exemple, c’est par la voie quelque peu différente de la « psychoéducation » que l’approche biosociale du crime a pris de l’ampleur, tout particulièrement sous l’impulsion de Richard E. Tremblay, professeur émérite de pédiatrie, psychiatrie et psychologie à l’Université de Montréal. Comme Banerjee, Duflo et Kremer en économie, Tremblay a également reçu en 2017 un simili prix Nobel, le prix Stockholm en criminologie. Le jury a notamment souligné l’importance des recherches menées par le chercheur québécois sur « les facteurs biologiques, familiaux et sociaux du développement humain », d’autant que celles-ci étaient combinées à « des tests rigoureux des politiques susceptibles de modifier ces facteurs afin de réduire la criminalité et la violence ».

  • 5 Expertise collective, Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent, Paris, Institut National (...)
  • 6 Richard E. Tremblay, Prévenir la violence dès la petite enfance, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 234.

4En France, Tremblay est ainsi connu pour avoir pesé sur les conclusions du rapport controversé de l’Inserm sur les troubles de la conduite chez les enfants et les adolescents5. Ce rapport avait été suivi d’un projet de loi dans lequel Nicolas Sarkozy, à l’époque ministre de l’Intérieur, proposait la mise en place d’un dépistage systématique des enfants présentant les symptômes décrits par ce groupe d’experts (dont le chercheur québécois faisait partie). Cette proposition, finalement retirée du texte de loi, traduit assez clairement les attentes politiques qui sont parfois placées dans l’étude biosociale de la déviance. Dans un ouvrage écrit en réaction à la controverse qui a suivi la publication du rapport, Tremblay réitère ses propositions et va même plus loin. Selon lui, « il est probablement plus judicieux de mettre en place des programmes de prévention débutant dès la grossesse plutôt que d’attendre que l’enfant ait 3 ans, car on peut ainsi prévenir les problèmes neurologiques de développement du fœtus qui sous-tendent les problèmes de contrôle de soi au cours de la petite enfance6 ».

  • 7 On aurait également pu se demander si les récompenses attribuées à des chercheurs accordant beaucou (...)
  • 8 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, p. 20.

5Quelles leçons peut-on tirer de ce parallèle entre l’économie et la criminologie ? Économistes comme criminologues, Duflo comme Tremblay, sont porteurs d’un imaginaire, à savoir qu’il est possible et surtout souhaitable d’évaluer, de prédire et de prévenir les maux qui pèsent sur les sociétés contemporaines7. Par imaginaire, on entend « un système cohérent, dynamique, de représentations du monde social, une sorte de répertoire des figures et des identités collectives dont se dote chaque société à des moments donnés de son histoire »8. Comme nous allons le voir, les biocriminologues, tout en produisant des recherches à prétention scientifique, prennent ainsi activement part à la construction des politiques publiques, assortissant leurs travaux de propositions normatives destinées à conseiller élus et administrations diverses (judiciaire, pénitentiaire, etc.). Cette contribution n’entend pas se prononcer sur la pertinence de ces propositions, pas plus que sur le caractère « vrai » ou « faux » des études longitudinales qui font remonter l’origine des comportements délinquants à la petite enfance. Il s’agira plutôt de souligner en quoi les visions futuristes des chercheurs sont susceptibles d’influer sur le traitement social de la déviance et, en particulier, sur la délimitation des territoires d’intervention de deux grands corps professionnels : le droit et la médecine.

Catégories scientifiques et territoires professionnels

  • 9 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Dé (...)
  • 10 Andrew Abbott, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, Univer (...)

6Avant d’aller plus en avant dans l’analyse des propositions de politique publique des biocriminologues, il convient de rappeler l’intérêt qu’il peut y avoir à prendre au sérieux des écrits qui semblent parfois davantage faire appel au registre de la science-fiction qu’à celui de la science en action. Des travaux importants de sociologie ont établi que les catégories savantes, telles qu’elles sont notamment créées par les scientifiques, jouent un rôle important dans la structuration de la vie sociale. En particulier, les scientifiques participent à la construction de la frontière entre le normal et le pathologique par le biais de taxinomies descriptives et explicatives diverses9. Les effets de ces taxinomies ne sont pas purement symboliques : de façon très concrète, les catégories savantes jouent un rôle important dans la définition des territoires professionnels10. Ce comportement constitue-t-il d’une pathologie curable ? La médecine pourra revendiquer le monopole de son diagnostic et de son traitement. Souligne-t-il également l’immoralité de son auteur, son incapacité à respecter le carcan des normes légales ? Les juristes pourront alors s’en saisir et décider, ou non, de procéder au redressement du coupable.

  • 11 Martine Kaluszynski, « Identités professionnelles, identités politiques : médecins et juristes face (...)
  • 12 Sacha Raoult et Bernard E Harcourt, « The mirror image of asylums and prisons: A study of instituti (...)

7La catégorie de la « violence » a souvent fait l’objet de luttes de définition. Dans leur courte histoire, les spécialistes de la santé mentale (aliénistes, psychologues, psychiatres, etc.) ont ainsi maintes fois tenté de définir le crime comme une maladie11. En cas de succès, une telle redéfinition du problème aurait eu pour effet de ravir cette clientèle au corps judiciaire. Les juristes ont cependant tenu bon, parvenant tant bien que mal à conserver leur monopole sur le traitement de la criminalité en général, et de la violence en particulier. Les institutions psychiatriques ont ainsi pris la charge d’un autre type de clientèle. Au cours du XXe siècle par exemple, asiles et prisons ont défini des territoires d’interventions relativement autonomes : aux médecins, les femmes et les personnes âgées ; aux juristes, les hommes jeunes12.

  • 13 Nikolas S. Rose et Joelle M. Abi-Rached, Neuro: The New Brain Sciences and the Management of the Mi (...)
  • 14 Peter Conrad, The Medicalization of Society: On the Transformation of Human Conditions into Treatab (...)

8Cet arrangement est remis en question depuis les années 1980, ce qui va de pair avec le retour de plus en plus visible des théories biologiques du crime13. La recherche des facteurs génétiques et cérébraux de la criminalité s’accompagne en effet d’un phénomène de médicalisation, « processus par lequel des problèmes non-médicaux deviennent définis et traités comme des problèmes médicaux, généralement en termes de maladie et de troubles »14. Les écrits des criminologues biosociaux sont parsemés de références médicales : « troubles du comportement », « psychopathie », « maladie » ou encore « traitement ». On pourrait penser qu’il ne s’agit là que de métaphores. Les prises de position du neurocriminologue Adrian Raine démontrent cependant qu’on a affaire à bien plus que cela.

La science-fiction d’Adrian Raine

  • 15 Adrian Raine, The Anatomy of Violence: The Biological Roots of Crime, New York, Pantheon Books, 201 (...)

9Adrian Raine, professeur de criminologie, psychiatrie et psychologie à la prestigieuse Université de Pennsylvanie, aujourd’hui considéré comme le représentant principal de la « neurocriminologie », a publié un ouvrage à destination du grand public dans lequel un chapitre complet est consacré à imaginer des politiques de lutte contre le crime15. Que faut-il faire une fois que l’on a dit que la délinquance était liée à des processus sociaux, psychologiques et biologiques ? Comment agir pour réduire le fardeau que représente la violence ? La criminalité n’est-elle pas un problème médical plutôt que pénal ? Voici certaines des questions auxquelles Raine tente de répondre. Rappelons à nouveau que cette contribution n’entend pas se prononcer en faveur ou en défaveur de l’imaginaire du criminologue états-unien. Si nous choisissons de nous concentrer sur Raine, c’est que son ouvrage constitue un document unique pour saisir et analyser l’imaginaire déployé par les chercheurs qui se proposent d’évaluer et de guider les politiques publiques, qu’ils soient criminologues ou économistes.

  • 16 Nicolas Carrier, « Les criminels des universitaires. Les formations discursives de la déviance crim (...)
  • 17 Adrian Raine, Psychopathology of crime, New York, Academic Press, 1993.
  • 18 Nita A. Farahany, « Neuroscience and behavioral genetics in US criminal law: an empirical analysis  (...)

10Dans The Anatomy of Violence, Raine prolonge l’approche biopathologique et psychopathologique de la déviance – pour reprendre la catégorisation proposée par Nicolas Carrier16 – qu’il avait déjà exposée dans un premier ouvrage publié au début des années 199017. Raine va cependant plus loin dans son dernier livre puisqu’il assortit son analyse de la littérature scientifique de propositions politiques concrètes. Pour comprendre la portée de ses propositions, il faut dire quelques mots du sort que la justice pénale états-unienne réserve actuellement à la biocriminologie contemporaine. Typiquement, des expertises génétiques et neuroscientifiques sont prononcées dans le cadre de poursuites criminelles, généralement à la demande des avocats de la défense18. Ces derniers espèrent en effet que les experts, en faisant apparaître des facteurs de risque biosociaux, permettent d’éviter le prononcé de la peine de mort. Puisque la justice états-unienne mobilise déjà les résultats issus des théories biologiques du crime, et ce malgré les intenses controverses qui les entourent, les propositions de Raine vont plus loin.

  • 19 Cesare Lombroso, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine et la varieta delle razze u (...)

11Raine imagine en effet – en même temps qu’il milite pour – la mise en place aux États-Unis d’un programme « LOMBROSO » (Legal Offensive on Murder: Brain Research Operation for the Screening of Offenders), du nom du criminologue italien dont la théorie du criminel-né transposait l’idée d’une hiérarchie raciale évolutionnaire, entre les blancs et les « hommes de couleur »19, à la population des criminels. Ce programme entièrement imaginé par Raine viserait à ce que les hommes âgés de 18 ans et plus effectuent un scanner cérébral et un test ADN dans l’hôpital le plus proche de leur domicile. Ces données viendraient alimenter un fichier informatique biosocial généralisé. Surtout, sur la base de ces tests biologiques, les hommes feraient l’objet d’une répartition dans quatre groupes, en fonction de la dangerosité qu’ils présentent et du type d’infractions qu’ils seraient appelés à commettre. Ce danger serait exprimé en termes probabilistes : tel individu v, porteur de la variante w du gène x, aurait y fois plus de chances de commettre l’infraction z qu’une personne qui ne serait pas porteuse du même patrimoine génétique. On pourrait ainsi identifier les futurs violents, les futurs agresseurs sexuels, avant qu’ils ne passent à l’acte. Que faire avec les individus jugés dangereux ? Raine propose une chose simple. Tellement simple, en fait, que Lombroso l’avait déjà suggérée en son temps : la détention indéfinie, avant la commission de toute infraction, pour les personnes les plus dangereuses.

12Ces hommes seraient placés dans des centres fermés semblables à des hôpitaux, dans lesquels ils recevraient un soutien psychologique et des soins médicaux variés : traitements médicamenteux, thérapies cognitives, castrations chimiques, stimulations cérébrales, améliorations du cortex préfrontal, etc. Pour anticiper les critiques qui pourraient être adressées à ses propositions, qui ont tous les airs de la formule dystopique, Raine imagine également que :

  • 20 Adrian Raine, The Anatomy of Violence, op. cit., p. 345‑346.

« La nourriture est assez bonne et nutritive. Ceux qui ont des compagnes ont des rapports sexuels pendant le week-end mais sans les obligations sociales et les tracas qui vont avec. Leurs enfants ne sont pas autour pour se disputer en criant. Il n’y a pas de travail pour produire de la pression professionnelle. Ils ont la télévision, des films, des livres, la salle de sport, la nage, le basket-ball, et d’autres activités récréatives […] Ce n’est pas si mal – un peu comme être dans une colonie de vacances mais sans avoir à payer. Ou se reposer à l’hôpital mais sans se sentir malade20 ».

Les traductions sociales de l’imaginaire médical

  • 21 Camille Lancelevée et al., « Introduction : « Un renouveau des recherches francophones sur les rela (...)
  • 22 Bernard E. Harcourt, Against Prediction. Profiling, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Ch (...)
  • 23 Christian Mouhanna et Benoit Bastard, « Deux justices au banc d’essai », Déviance et Société, 2011, (...)

13Si Raine n’est pas le premier à définir le crime en pathologie, il a le mérite d’être particulièrement explicite quant aux politiques publiques qu’il estime à même de répondre au problème criminel. Faut-il pour autant prendre au sérieux ces discours qui se situent à la frontière de la science et de la science-fiction ? Un faisceau d’indices laisse à penser que le programme LOMBROSO n’est pas (seulement) le résultat de l’imagination débordante d’un chercheur un brin provocateur. En fait, les propositions de Raine s’insèrent à plusieurs égards dans le droit fil des évolutions qui ont traversé le champ pénal au cours des dernières décennies, qu’il s’agisse des rapprochements observés entre la prison et la psychiatrie21, de l’usage croissant de méthodes quantitatives destinées à prédire les risques de récidive22, ou de l’influence des impératifs gestionnaires et d’efficacité sur la marche de l’institution judiciaire23.

  • 24 Cécile Vigour, « Justice : l’introduction d’une rationalité managériale comme euphémisation des enj (...)
  • 25 Antoine Vauchez et Laurent Willemez, La justice face à ses réformateurs (1980-2006), Paris, PUF, co (...)
  • 26 Paul Lagneau-Ymonet, « Sciences pauvres », Le Monde Diplomatique, févr. 2020, p. 28.
  • 27 Daniel Breslau, In Search of the Unequivocal: The Political Economy of Measurement in U.S. Labor Ma (...)

14Évaluer, prédire et prévenir, c’est aussi économiser des ressources, réduire les risques et euphémiser les enjeux politiques associés à la définition d’une « bonne justice »24. L’objectivité apparente des chiffres constitue aujourd’hui le « dénominateur commun » qui permet « la formation de coalitions réformatrices réunissant des acteurs aux intérêts a priori antagonistes25 ». Pour autant, les enjeux sont bel et bien politiques, comme l’illustrent les utilisations passées des expérimentations aléatoires du type de celles utilisées en économie et en criminologie. Par exemple, « aux États-Unis, le recours aux expérimentations aléatoires, érigées en norme de scientificité en matière d’évaluation des politiques publiques, permit aux conservateurs de contrer, dès la fin des années 1960, les militants et travailleurs sociaux qui soutenaient les stratégies dites d’empowerment26 ». Ceci entraîna notamment le démantèlement des services publics de proximité dans les quartiers défavorisés (plus spécifiquement afro-américains), en particulier dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la justice27.

15Les discours liés à l’évaluation et à l’efficacité ont depuis longtemps pénétré le champ pénal français. La journée d’études organisée par la Direction de l’administration pénitentiaire les 10 et 11 octobre 2019, intitulée « L’évaluation des personnes placées sous main de justice : genèse, usages, enjeux », a ainsi été l’occasion pour certains professionnels (notamment des services pénitentiaires d’insertion et de probation) d’exprimer leurs besoins, réclamant des outils pour objectiver l’impact des programmes d’accompagnement des détenus et anciens détenus. Là encore, ces attentes ne sont pas neutres : elles s’insèrent dans une remise en cause des approches dites « cliniques », dans lesquelles la relation entre le médecin et le patient relève avant tout du subjectif (sur le modèle psychanalytique), à l’opposé donc des méthodes d’évaluation quantitatives fondées sur des modèles statistiques. Suite à ma présentation du programme de Raine, une cadre de l’administration pénitentiaire spécialisée dans la prise en charge des détenus « radicalisés » est d’ailleurs venue me remercier d’avoir présenté ce qu’il se faisait outre-Atlantique : en France, on refuse obstinément les apports de la science, regrettait-elle.

Conclusion

16Cette courte incursion dans l’imaginaire des biocriminologues contemporains a permis de souligner les affinités qu’il existe entre la médicalisation du crime d’une part, et le mantra de l’évaluation d’autre part. C’est d’ailleurs par la revendication de leur capacité à évaluer, prédire et prévenir la criminalité que les promoteurs de la médicalisation s’attaquent au quasi-monopole détenu par la justice pénale sur le traitement des populations délinquantes. Non seulement la prison est barbare, mais en plus elle est inefficace : voici en substance ce que professent les Adrian Raine et Richard E. Tremblay de ce monde. Accompagner les mères en difficulté (typiquement, les adolescentes et jeunes femmes) et dépister les problèmes de comportement des enfants en bas âge deviennent ainsi les solutions au fardeau social et économique que constituerait notamment la violence. La ressemblance frappante qu’il existe entre les discours économiques (en particulier en ce qu’ils ont trait à la pauvreté) et les discours criminologiques semble cependant indiquer que quelque chose de plus général se joue à travers la question de l’évaluation. Il reviendra aux recherches futures d’affiner la comparaison esquissée en introduction, et de documenter la naissance et la trajectoire de ces idées au sein du monde social.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Lebaron, La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Seuil, 2000, p. 246‑257.

2 Esther Duflo, Le Développement humain. Lutter contre la pauvreté (I), Paris, Seuil, 2010, p. 17‑18.

3 Pour une analyse critique de cette approche en criminologie, voir Shadd Maruna et Charles Barber, « Why Can’t Criminology Be More Like Medical Research? Be Careful What You Wish For », in Mary Bosworth et Carolyn Hoyle (dir.), What is Criminology?, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 318-334.

4 Julien Larregue, Héréditaire. L’éternel retour des théories biologiques du crime, Paris, Seuil, 2020.

5 Expertise collective, Trouble des conduites chez l’enfant et l’adolescent, Paris, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, 2005.

6 Richard E. Tremblay, Prévenir la violence dès la petite enfance, Paris, Odile Jacob, 2008, p. 234.

7 On aurait également pu se demander si les récompenses attribuées à des chercheurs accordant beaucoup d’importance à l’évaluation des politiques publiques ne traduisent pas pour partie l’influence des préceptes du new public management. Car cette évaluation porte non seulement sur les effets des programmes mis en place sur les phénomènes que l’on cherche à endiguer (pauvreté, illettrisme, délinquance, etc.), mais aussi sur les coûts budgétaires associés aux différents choix politiques envisageables.

8 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013, p. 20.

9 Alain Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2010, p. 303.

10 Andrew Abbott, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, University of Chicago Press, 1988.

11 Martine Kaluszynski, « Identités professionnelles, identités politiques : médecins et juristes face au crime au tournant du XIXème et du XXème siècle », in Laurent Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie française, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 215‑235.

12 Sacha Raoult et Bernard E Harcourt, « The mirror image of asylums and prisons: A study of institutionalization trends in France (1850–2010) », Punishment & Society, 2017, vol. 19, no 2, p. 170171.

13 Nikolas S. Rose et Joelle M. Abi-Rached, Neuro: The New Brain Sciences and the Management of the Mind, Princeton, Princeton University Press, 2013.

14 Peter Conrad, The Medicalization of Society: On the Transformation of Human Conditions into Treatable Disorders, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2008, p. 4.

15 Adrian Raine, The Anatomy of Violence: The Biological Roots of Crime, New York, Pantheon Books, 2013.

16 Nicolas Carrier, « Les criminels des universitaires. Les formations discursives de la déviance criminalisée », Champ pénal/Penal field, 2006, III.

17 Adrian Raine, Psychopathology of crime, New York, Academic Press, 1993.

18 Nita A. Farahany, « Neuroscience and behavioral genetics in US criminal law: an empirical analysis », Journal of Law and the Biosciences, 2016, vol. 2, no 3, p. 485509.

19 Cesare Lombroso, L’uomo bianco e l’uomo di colore. Letture sull’origine et la varieta delle razze umane, Padova, F. Sacchetto, 1871.

20 Adrian Raine, The Anatomy of Violence, op. cit., p. 345‑346.

21 Camille Lancelevée et al., « Introduction : « Un renouveau des recherches francophones sur les relations entre la justice et la santé mentale » », Champ pénal/Penal field, 2019, no 18.

22 Bernard E. Harcourt, Against Prediction. Profiling, Policing, and Punishing in an Actuarial Age, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

23 Christian Mouhanna et Benoit Bastard, « Deux justices au banc d’essai », Déviance et Société, 2011, vol. 35, no 2, p. 239‑260.

24 Cécile Vigour, « Justice : l’introduction d’une rationalité managériale comme euphémisation des enjeux politiques », Droit et société, 2006, vol. 2‑3, no 63‑64, p. 425‑455.

25 Antoine Vauchez et Laurent Willemez, La justice face à ses réformateurs (1980-2006), Paris, PUF, coll. « Droit et justice », 2007, p. 244.

26 Paul Lagneau-Ymonet, « Sciences pauvres », Le Monde Diplomatique, févr. 2020, p. 28.

27 Daniel Breslau, In Search of the Unequivocal: The Political Economy of Measurement in U.S. Labor Market Policy, Westport, Praeger, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « Évaluer, prédire et prévenir : une incursion dans l’imaginaire des biocriminologues »Criminocorpus [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10614

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Sociologue à l’Institut des sciences sociales du politique, École normale supérieure Paris-Saclay/CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search