Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...20Les outils de l’évaluationL’évaluation au quartier arrivant

Texte intégral

Objectif et philosophie

1L’objectif principal du quartier arrivant (QA) est de préparer chaque personne détenue à passer sa détention dans les meilleures conditions. Lors du passage au QA, les problématiques doivent être repérées pour les traiter de manière pluridisciplinaire : repérage des risques auto/hétéro-agressifs et identification des éventuelles pathologies médicales et/ou psychiques.

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

C. Montagné/DICOM/MJ

Les règles pénitentiaires européennes

2Dans le cadre de l’évaluation, les règles pénitentiaires européennes (RPE) fixent la trame permettant le respect des droits de chaque personne détenue. Les RPE définissent le cadre du circuit arrivant. Celui-ci consiste en une succession d’entretiens individuels afin de connaître chaque personne détenue. Lors du circuit arrivant, chaque personne détenue rencontre une personne de l’unité de consultation et de soins ambulatoires (UCSA), du service médico-psychologique régional (SMPR), du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), de l’encadrement pôle surveillance et passera une radio (obligatoire pour la détection de la tuberculose).

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

C. Montagné/DICOM/MJ

Nouvelles problématiques

3Au sein du QA, de nouvelles problématiques apparaissent régulièrement. Elles sont dues, entre autres, à l’arrivée de nouvelles populations et à l’augmentation significative du nombre de certaines catégories de populations pénales :
- Individus issus de différentes origines (ce qui entraîne des problèmes de compréhension et de communication) ;
- Personnes incarcérées pour fait de terrorisme ;
- Augmentation du nombre de personnes détenues ayant des problématiques psychiatriques ;
- Augmentation de la population des « jeunes majeurs ».

4Ces évolutions s’avèrent être de nouveaux défis qui demandent aux personnels d’évoluer, de se former et d’acquérir de nouvelles compétences.

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

C. Montagné/DICOM/MJ

Techniques d’évaluation

5Afin de connaître au mieux chaque personne détenue, nous avons mis en place des outils et des techniques pour affiner notre connaissance de chacune d’entre elle. Il est à noter que le passage au QA s’effectue sur un temps court (consécutif à un problème de surpopulation pénale). La combinaison du cahier des charges RPE et des initiatives des établissements optimisent :
- La connaissance de chaque personne détenue ;
- La diminution des divers risques (hétéro-agressifs et auto-agressifs) ;
- L’orientation dans les meilleures conditions de chaque individu.

6Le travail pluridisciplinaire est incontournable. L’échange d’informations permet de cerner chaque individu et de le suivre de la manière la plus efficiente possible durant sa détention.

7L’alternance des entretiens individuels et collectifs permet d’appréhender certaines personnes détenues de manière différentes.

8Les CDS (codétenus de soutien) peuvent nous transmettre des éléments sur une personne détenue ou créer un lien avec elle. En effet, le constat est le suivant : quelques personnes détenues sont fermées au dialogue, soit pour des raisons de méfiance face au système, soit à cause de la barrière de la langue. L’intervention du CDS peut avoir comme effet de rassurer la personne détenue et de faciliter la communication avec les différents partenaires.

9La communication non verbale est un moyen de constater s’il n’y a pas de contradictions entre les paroles d’une personne détenue et l’image qu’elle désire renvoyer d’elle-même. Cette communication non verbale s’appuie sur l’observation de la posture, de la gestuelle, des regards, des autres personnes détenues fréquentées, etc...

10L’observation systématique est essentielle afin de recouper les diverses informations qui permettront d’évaluer avec le plus d’objectivité possible la personne détenue (observer les postures dans la cellule, en cour de promenade, en salle d’attente...).

11Les techniques d’évaluation peuvent permettre, par exemple, de comprendre les raisons d’une agressivité (verbale ou physique) exercée par une personne détenue. Est-ce une agressivité latente ou une agressivité qui résulte d’une peur ayant entraîné un système de défense se manifestant par de l’agressivité ? Le fait de pouvoir identifier la ou les raisons permet d’adopter la posture adéquate et/ou de trouver les solutions pour résoudre le problème (comme par exemple rassurer la personne, effectuer un changement de cellule...).

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010

C. Montagné/DICOM/MJ

Actions à envisager

12Il est essentiel, lorsque l’on officie au sein du QA, de suivre des formations pour connaître les nouvelles populations pénales, faire face aux nouvelles problématiques qui surgissent, avoir des qualités de dialogue et d’écoute, se tenir informé des évolutions géopolitiques pour comprendre le mode de fonctionnement de certaines populations et aller chercher l’information (via des revues, des documentaires, etc.). Cela implique de la part des personnels une aptitude à développer une curiosité. Ainsi, exercer au sein d’un QA est une remise en question régulière, notamment du fait des différentes évolutions évoquées précédemment.

13Officier au sein d’un QA demande de la part des personnels certaines dispositions et qualités. Je vais en évoquer deux qui me paraissent essentielles :
- Être un bon communiquant. En effet, la communication est essentielle pour la connaissance de chaque individu. C’est essentiellement une bonne communication entre les divers partenaires qui permettra de prendre les décisions les plus pertinentes.
- L’humilité. Elle permet de se remettre en question, de garder une ouverture d’esprit, de se former et de s’adapter aux nouvelles contraintes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010
Crédits C. Montagné/DICOM/MJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10637/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010
Crédits C. Montagné/DICOM/MJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10637/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010
Crédits C. Montagné/DICOM/MJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10637/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Centre national d’évaluation de Fresnes, 2010
Crédits C. Montagné/DICOM/MJ
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/10637/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Piron, « L’évaluation au quartier arrivant »Criminocorpus [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 02 mars 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10637 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.10637

Haut de page

Auteur

Christophe Piron

Surveillant au Centre pénitentiaire de Fresnes.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search