Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels closSombre patrimoine, patrimoine som...

Sombre patrimoine, patrimoine sombre. Mémoires et histoires de justice

Date limite de soumission des propositions : 2 mai 2022

Coordination :

Marc Renneville (CNRS, centre A. Koyré et Clamor)

Sophie Victorien (Clamor UAR 3726 CNRS - ministère de la Justice)

Présentation

La revue en ligne Criminocorpus appelle à contributions pour un dossier thématique intitulé Sombre patrimoine, patrimoine sombre. Mémoires et histoires de justice. L’objectif est de susciter une réflexion collective, internationale et ouverte à toutes périodes sur la notion de « patrimoine judiciaire », son articulation aux enjeux de mémoires et sa place dans l’écriture et la transmission de l’histoire de la justice.

  • 1 . Jean-Claude Vimont, « Cent milles briques, aspects du patrimoine pénal de Haute-Normandie », Tram (...)
  • 2 « Prisons : conserver ou détruire ?, » Libération, 18 sept. 2014. https://www.liberation.fr/societe (...)
  • 3 Marc Renneville et Michaël Vottero (dirs), Le patrimoine de la justice, In Situ. Revue des patrimoi (...)

Dès les années 1990, Jean-Claude Vimont proposait quelques jalons en faveur de l’étude du patrimoine pénal de Haute-Normandie en interrogeant ses motivations : « Pour ouvrir une brèche dans un passé profondément refoulé ? Pour sensibiliser à une dimension nouvelle du patrimoine ? Pour inciter à la préservation ? Pour ces trois raisons certainement ; mais aussi parce que l’histoire sociale se doit de ne pas négliger les parts d’ombre de notre civilisation1 ». Le 18 septembre 2014, à l’occasion des journées européennes du patrimoine, des historiens et des architectes signaient dans Libération un appel collectif à la sensibilisation au « patrimoine sombre » : « Faut-il raser les prisons ? Faut-il sauver “le patrimoine sombre” français, celui des maisons d’arrêt, des colonies pénitentiaires d’enfant, de tous les lieux d’enfermement2 ? ». En 2022, In Situ. Revue des patrimoines consacre deux numéros consécutifs au patrimoine de la justice, dans le but d’en saisir les problématiques suivant quatre axes : l’architecture, les archives, les décors et mobilier et la valorisation du patrimoine de la justice3.

En complément à ce double numéro, les propositions d’articles de la revue Criminocorpus pourront s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants :

Le patrimoine judiciaire. Objets et frontières

  • 4 Sarah Gensberger, Sandrine Lefranc, À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les presses (...)

Il s’agira d’interroger la notion de « patrimoine sombre » en privilégiant une approche réflexive. Qu’entend-t-on par « patrimoine sombre » ? Est-ce à dire qu’il est invisible ou qu’il ne reçoit pas toute la lumière nécessaire à sa connaissance et sa reconnaissance ? Tout le patrimoine judiciaire relève-t-il de ce qualificatif ? À quels titres ? Comment se constitue la patrimonialisation du monde judiciaire ? Quelles sont les résistances et les facteurs facilitant le processus de patrimonialisation ? L’analyse des politiques de mémoire et les études de cas seront ici bienvenues4.

Les articles pourront également porter sur les frontières du patrimoine judiciaire, son évolution et son ouverture à de nouveaux objets tels les graffitis, les pratiques professionnelles, les témoignages des acteurs, les représentations, etc.

Détruire ? Conserver ? Reconvertir ? Que faire des lieux de justice ?

  • 5 Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 20 (...)

Faut-il détruire ou conserver les lieux d’exercice de la justice ? Au début des années soixante-dix, des historiens et le philosophe Michel Foucault protestèrent contre la destruction de la prison parisienne de la Petite Roquette5. Certains proposaient de conserver l’espace et de l’utiliser pour y implanter un foyer pour personnes âgées, une maison de jeunes, ou un établissement scolaire. Cette question de la conservation, de la reconversion des lieux de justice dans divers pays (musées, hôtels, etc.) et les recueils de données suscitées par leur fermeture ou réappropriation (webdocumentaires, visites multimédias, etc.) pourront être évoquées dans cet axe en insistant sur leur mise en œuvre et leur réception par le grand public.

Enjeux et conflits de mémoires

Au-delà du nécessaire travail d’histoire et de transmission, les lieux de justice sont parfois l’objet de concurrence voire de conflits de mémoires. La question de la mémoire se pose de manière très vive également dans le cas des lieux liés à des faits divers et des affaires criminelles. Faut-il mettre en avant ces « maisons du crime » et dans quelle mesure est-il intéressant pour les chercheurs et le grand public de conserver la mémoire de celles-ci ? De même, se pose la question de la pertinence dans le cadre d’une démarche patrimoniale des musées parfois interdits aux plus jeunes mettant en scène des objets de torture et des scènes de crimes (London Dungeon, musée de la torture à Amsterdam, etc.).

Transmettre l’histoire de la justice. Lieux, objets et médiations

Un lieu de justice est-il l’espace idoine pour enseigner l’histoire de la justice ? La tentation est grande de conserver les lieux de justice désaffectés en espaces de mémoire et d’enseignement de l’histoire. Camps, prisons et palais de justice sont régulièrement réappropriés à de telles fins suscitant en retour des questionnements sur le développement d’un « dark tourism » qui investit aussi les lieux du crime, tels les « Jack the Ripper Tours » à Londres et, plus récemment, les « balades » thématiques sur les crimes de Paris. Quelles sont les modalités d’aménagement de ces lieux et de ces parcours ? Quels sont les publics visés ? Les usagers ?

À côté de ces lieux investis d’intentions plurielles (touristiques, pédagogiques, commerciales…), la mise en récit de l’histoire s’appuie de plus en plus fréquemment sur des images de justice et de justiciables, des photographies, des cartes postales, dessins de presse, études savantes, émissions radio ou vidéos, films documentaires ou fictions. Ces supports et vecteurs de l’histoire n’ont-ils pas, eux aussi, une valeur patrimoniale ? Nous souhaitons rassembler ici des études portant sur des retours d’expériences et des réflexions sur ces questions de transmission des connaissances.

Date limite de soumission des propositions (3000 signes maximum + présentation de l’auteur) : 2 mai 2022

Date limite d’envoi des articles après acceptation de la proposition : 1er octobre 2022

Date de publication du dossier avril 2023

Contacts : marc.renneville@cnrs.fr et sophie.victorien@cnrs.fr

Notes

1 . Jean-Claude Vimont, « Cent milles briques, aspects du patrimoine pénal de Haute-Normandie », Trames, 1997, n° 2, p. 101-112.

2 « Prisons : conserver ou détruire ?, » Libération, 18 sept. 2014. https://www.liberation.fr/societe/2014/09/18/les-prisons-font-aussi-partie-de-notre-patrimoine_1103194/ Voir également la tribune « Ne détruisons pas la prison de Clairvaux », Libération, 21 septembre 2021. https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/ne-detruisons-pas-la-prison-de-clairvaux-20210920_XYIYBZYWTFCPPFMV6JIAGAS6FM/

3 Marc Renneville et Michaël Vottero (dirs), Le patrimoine de la justice, In Situ. Revue des patrimoines, 2022, n° 46. https://journals.openedition.org/insitu/33244

4 Sarah Gensberger, Sandrine Lefranc, À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les presses de Sciences Po, 2017.

5 Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 302-303.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search