Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Antoine Renglet, Polices, villes ...

2022

Antoine Renglet, Polices, villes et sécurité sous la Révolution et l’Empire. L’ordre public urbain dans l’espace belge, 1780-1814

Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2021, 320 p.
Cédric Audibert
Référence(s) :

Antoine Renglet, Polices, villes et sécurité sous la Révolution et l’Empire. L’ordre public urbain dans l’espace belge, 1780-1814, Rennes, PUR, coll. « Histoire », 2021, 320 p.

Texte intégral

Dans un bel ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Antoine Renglet s’intéresse à la police dans les villes frontières belges entre 1770 et 1814. Ce travail vise à comprendre le processus par lequel l’ordre social se met en place et les conditions de son maintien à Anvers, Liège et Namur. Il complète judicieusement l’étude fondatrice sur Bruxelles réalisée par Catherine Denys1. Le choix de la chronologie est parfaitement justifié par l’auteur, d’une part, en raison des configurations politiques d’un territoire confronté à de multiples occupations et à la révolution brabançonne, d’autre part en raison du caractère spécifique d’une période réputée fondatrice de la police contemporaine. Loin des clichés véhiculés sur cette institution abusivement considérée comme une émanation de la volonté de Napoléon, Antoine Renglet analyse au sein de chaque localité l’activité policière et ses rapports avec les pouvoirs civils, judiciaires ou militaires. L’historien interroge également la police en tant qu’outil de connaissance et source d’un savoir spécifique. Il ne néglige pas non plus le métier de policier. Autant de questionnements qui prolongent des travaux fondateurs2 lesquels, depuis plus de deux décennies, participent au renouvellement de l’histoire de la police au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

L’ouvrage est composé de six chapitres. Le premier s’intéresse aux polices urbaines à la fin de l’Ancien Régime. L’auteur oppose la police en chambre3 et la police de rue. On y découvre des institutions multiples et une organisation qui tend à se faire au bénéfice des pouvoirs publics. La question du lien entre police et justice est également posée. La judiciarisation s’opère autant par les normes que par la pratique faisant des policiers des acteurs à part entière de la procédure pénale. Dotés de capacités d’investigation, ils gèrent localement la sécurité tout en exerçant un contrôle politique plus accru (p. 52). Jusqu’à la révolution brabançonne, le pouvoir central tente d’étendre son emprise sur les polices locales. À l’heure des Révolutions, et pendant que le caractère sécuritaire de la police se renforce, les infractions sont davantage politisées. À Namur, par exemple, l’institution fonctionne indépendamment des tribunaux sollicités. La rupture avec les structures d’Ancien Régime n’est donc pas radicale mais progressive, nominative bien plus que structurelle.

Dans un second chapitre, Antoine Renglet questionne les polices urbaines à travers la mise en place de nouveaux cadres dans un contexte bien précis : l’occupation française. Il distingue un premier temps dit « d’exception » (1794-1796) durant lequel sont instaurés des comités de surveillance. Malgré les efforts pour accentuer la centralisation, les situations demeurent très contrastées jusqu’à l’arrivée du représentant en mission. Les techniques policières s’améliorent. La suppression des comités de surveillance augure une nouvelle organisation de la police ordinaire dans les villes. Dans un second temps, dit « de la normalisation » (1795-1797), les assemblées repensent le système policier belge. Le commissaire de police fait alors son apparition. La police judiciaire confiée à des officiers tend à se dissocier de la police administrative entre les mains de la municipalité. Avec la création du ministère de la Police générale, en 1796, les municipalités réorganisent leur police. Cette année-là, sans pour autant faire totalement disparaître les découpages mis en place durant l’Ancien Régime, une nouvelle circonscription voit le jour : le canton. Si ce nouveau cadre participe à une sorte d’homogénéisation du territoire, il ne permet pas de répondre à l’ensemble des problématiques qui se posent à la police. En effet, parmi les commissaires, certains ne savent ni lire ni écrire. Le poste est très convoité. À Namur, le recrutement repose sur des critères sélectifs stricts destinés à garantir la compétence du personnel. Au cours du troisième temps dit « de la militarisation », la force armée apparaît comme un acteur incontournable, en raison notamment des sièges subis par les villes d’Anvers et de Namur. Si les modes de fonctionnement ne sont pas les mêmes, la situation oblige alors les autorités civiles à collaborer avec les militaires.

Dans son chapitre 3, l’historien questionne la stabilisation des polices urbaines sous le Consulat et l’Empire. La rupture si souvent annoncée par le coup d’État n’a pas lieu puisque l’arrivée au pouvoir du Premier consul n’est pas le signe évident d’une refonte totale et radicale des systèmes policiers. Si le commissaire de police continue d’exercer ses prérogatives, sa fonction le place au cœur d’un système complexe de subordination. Sa nomination est une question cruciale et délicate. Elle devient finalement l’une des nombreuses prérogatives du chef de l’État. Jusqu’en 1801, le personnel policier est partiellement renouvelé. Le plus souvent, les commissaires restent en place quelques années en poste (p. 120). Plusieurs d’entre eux possèdent une solide expérience et sont dits « indigènes ». Rares sont pourtant ceux qui font toute leur carrière au sein de l’institution. La mobilité du personnel est pourtant à nuancer. Pour mener à bien sa mission, le commissaire peut s’appuyer sur des agents et des auxiliaires, sur les militaires ou encore les gendarmes. Bien sûr, les organisations ne sont pas les mêmes d’une localité à l’autre. L’activité aussi fluctue selon les individus ; elle varie aussi selon les quartiers. Au sein des bureaux, tandis que l’écrit se généralise, l’inflation paperassière est notamment dénoncée par le commissaire à Namur Mathieu de Nantes (p. 141) dont le registre contenant les actes de police a été publié4. En effet, parmi les activités quotidiennes figure la rédaction de main courante ou la tenue de registre dont l’usage est en réalité antérieur au Directoire. Les commissaires n’hésitent d’ailleurs pas à recourir aux anciennes ordonnances qui leur servent de « réservoir normatif ».

Dans le chapitre 4, intitulé « rupture et continuité dans la Polis », Antoine Renglet revient sur les rapports entre police et urbanisation. Il questionne tout à la fois l’apprivoisement des marchés, la circulation, la salubrité ou encore la place des animaux et celle des établissements dangereux à l’intérieur même de la ville. Dans l’espace urbain où la police exerce une action de plus en plus coercitive, les patrouilles encadrent la vie nocturne en surveillant les théâtres ou en s’assurant de l’efficacité de l’éclairage des rues.

Le chapitre 5 porte sur le contrôle des individus. La police belge intervient pour remettre de l’ordre dans les familles ou pour gérer toutes sortes de gens jugés « indésirables » tels que les prostituées, les pauvres ou les étrangers. Les indigents « victimes de la misère » semblent alors devenir rapidement « des criminels en puissance » (p. 216) comme les « vagabonds » peu enclins à se soumettre aux dispositifs de contrôle (p. 226). L’effet produit par les sources policières tend toutefois à biaiser l’analyse qui occulte notamment la souffrance sociale5 pourtant bel et bien prise en considération par les élites dirigeantes6.

Le chapitre 6 a pour titre « une police pour un Empire ? ». Sans jamais parvenir à mettre en œuvre une centralisation totale, l’État renforce sa tutelle judiciaire, administrative et politique sur les localités belges après 1807. La haute police se révèle une police moins oppressive qu’il n’y paraît puisque les personnes placées sont peu nombreuses. Les conclusions d’Antoine Renglet corroborent celles de Jeanne-Laure le Quang7. À l’initiative du ministère, des dispositions sont prises pour contrôler les polices locales qui souffrent d’une sorte d’illégitimité. En effet, les métiers discrédités ne permettent pas au personnel d’accéder à la notabilité. La compromission de plusieurs individus jette un discrédit sur l’ensemble de la profession en particulier lors de l’évacuation de la Belgique.

La lecture est exigeante car l’étude est rigoureuse. Les conclusions nuancées sont toujours situées dans un double contexte, spatial et temporel. Antoine Renglet établit des comparaisons judicieuses qu’il préfère à une généralisation abusive. C’est là l’un des principaux apports d’une histoire « par le bas » dans laquelle les acteurs, parfaitement incarnés, recouvrent leur pleine et entière capacité d’agir pour influer sur le cours de l’histoire.

1La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814). Police urbaine et modernité2Polices d’Empires (XVIIIe-XXe siècles)Métiers de police. Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècleLes mémoires policiers, 1750-1850. Écritures et pratiques policières du Siècle des Lumières au Second Empire34Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807)5Histoire de la souffrance sociale (XVIIe-XIXe siècles)6Les Français vus par ceux qui les gouvernent (1800-1820)7Haute police, surveillance politique et contrôle social sous le Consulat et le Premier Empire (1799-1814)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Audibert, « Antoine Renglet, Polices, villes et sécurité sous la Révolution et l’Empire. L’ordre public urbain dans l’espace belge, 1780-1814 »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 06 avril 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11334

Haut de page

Auteur

Cédric Audibert

Enseignant et docteur en histoire contemporaine (université d’Avignon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search