Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Bénédicte Michalon et Djemila Zen...

2022

Bénédicte Michalon et Djemila Zeneidi (dir.), L’expérience de l’enfermement. Camps, commissariats, prisons

Tours, PUFR, Coll. Migrations, 2021, 343 p.
Franck Ollivon
Référence(s) :

Bénédicte Michalon et Djemila Zeneidi (dir.), L’expérience de l’enfermement. Camps, commissariats, prisons, Tours, PUFR, Coll. Migrations, 2021, 343 p.

Texte intégral

  • 1 Denise Jodelet, Représentations sociales et mondes de vie, Paris, Éditions des Archives contemporai (...)

1Cet ouvrage rassemble les contributions de géographes, sociologues et politistes ayant participé au programme de recherche TerrFerme conduit sur près de six années entre 2009 et 2015. À première vue, ces contributions frappent par leur diversité : elles portent sur différentes formes d’enfermement (rétention administrative, camps de travail et détention pénale), dans différents contextes géographiques (Allemagne, Autriche, Roumanie, France, Qatar et Chypre). Toutefois, ces textes convergent vers un objet commun, l’expérience de l’enfermement, auquel l’introduction donne une double définition inspirée des travaux de Denise Jodelet1. L’expérience est ici abordée comme un ensemble de sensations et d’émotions qui permettent à l’individu de « prendre conscience de sa subjectivité et de son identité », ainsi que comme le résultat d’un processus cognitif par lequel l’individu met en forme le réel selon des catégories socialement produites (p. 22). Or l’introduction de l’ouvrage, qui dresse un état de l’art très complet, rappelle opportunément que cette réflexivité du sujet est au cœur des « politiques de réclusion » qui, au cours du second XXe siècle, se sont orientées vers la responsabilisation et l’autonomisation des publics enfermés. En abordant l’enfermement par l’expérience, les auteurs cherchent donc à comprendre comment « les émotions, perceptions et représentations, sens, affects et valeurs morales des acteurs » entrent en jeu dans « le gouvernement des lieux de réclusion » (p. 24). Le propos s’organise en trois parties qui rassemblent chacune deux à trois contributions.

2La première partie de l’ouvrage analyse tout d’abord la place que les institutions d’enfermement accordent à la mise en récit par les personnes enfermées de leur expérience. Dans le premier chapitre, Camille Lancelevée montre comment, à partir des années 1970, les prisons allemandes ont été réformées pour donner une plus grande attention aux déficits de socialisation et aux troubles de la personnalité des détenus. Cette « prison à visée de traitement » marque l’entrée des savoirs psycho-criminologiques dans l’institution carcérale allemande et transforme assez profondément les pratiques professionnelles des agents intervenant en détention. Ainsi, la réflexivité de la personne détenue et son évaluation par le personnel pénitentiaire deviennent les fils directeurs de la prise en charge carcérale. Conçue pour « humaniser » la peine, la « prison à visée de traitement » en vient finalement à opérer « un tri entre ceux qui ont les ressources nécessaires pour adhérer au travail introspectif et ceux qui ne le peuvent pas », ces-derniers étant « sans grande surprise, des hommes de milieu populaire » (p.78). Bien qu’il porte sur un autre dispositif – les centres de rétention pour étrangers – le chapitre suivant prolonge ces réflexions sur la place du discours sur soi dans la trajectoire des personnes enfermées. Mathilde Darley montre ainsi que le « huis clos produit par la situation d’enfermement » renforce « le pouvoir discrétionnaire et l’influence des subjectivités individuelles, et en particulier les émotions, dans le traitement des étrangers retenus » (p.83). Les démarches entreprises par ces étrangers pour faire respecter leurs droits sont notamment évaluées à l’aune de la « sincérité » du récit qu’ils font de leur parcours migratoire. Entre les murs de ces centres, les destinées individuelles sont donc gouvernées à la fois par les « considérations morales ou émotionnelles » des agents de l’institution et par la propension du discours de chaque étranger à entrer en résonance avec ces considérations.

3La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à la manière dont les trajectoires et expériences passées des personnes enfermées influencent les sociabilités internes et participent ainsi à « la production de l’ordre entre les murs ». Bénédicte Michalon étudie, tout d’abord, en Roumanie, l’expérience de la rétention des étrangers ayant été auparavant incarcérés. Pour ces personnes, le passage en rétention marque une « rupture du parcours biographique » à la fois parce que, contrairement à la prison, l’enfermement n’y paraît pas légitime et parce que les conditions matérielles y sont moins bonnes. D’autre part, ce « passé carcéral est érigé en ligne de différenciation sociale parmi les reclus » (p. 129) et constitue autant un élément de stigmatisation qu’un capital qui peut être valorisé, notamment parce que l’incarcération a pu permettre d’acquérir des compétences linguistiques voire juridiques que valorisent aussi bien les surveillants que les autres retenus. La contribution de Caroline Touraut au chapitre suivant met en lumière une autre expérience singulière de l’enfermement, celles des personnes âgées en détention. L’âge est ainsi facteur de différenciation et de vulnérabilité, ce que renforce « un système carcéral construit pour une population jeune et bien portante » (p. 193). Les surveillants pénitentiaires peinent encore d’ailleurs à appréhender les contraintes spécifiques que pose le vieillissement de la population détenue.

4La troisième partie fait dialoguer les expériences intra et extra muros. Elle montre ainsi que « le sentiment d’être enfermé et les manières de vivre la réclusion […] se forgent au creuset d’agencements spatiaux complexes, dans le dépassement de la clôture matérielle et dans des emboîtements d’échelles » (p. 198). Lucie Bony analyse ainsi comment les détenus franciliens, majoritairement originaires de communes populaires et précaires, construisent un rapport certes ambivalent mais structurant à leur quartier d’origine. La référence partagée à ce qu’ils nomment tour à tour la « rue », le « ghetto », le « monde des cités », les « quartiers » donne aux détenus l’impression de « partager une communauté d’expérience ». En outre, elle nourrit un « capital symbolique », à la fois « guerrier » et « d’autochtonie », qui permet au détenu de faire sa place en détention. Au chapitre suivant, Tristan Bruslé déplace le regard vers des lieux clos d’un autre type, les camps de travailleurs népalais au Qatar. Leur fonction est certes bien différente des prisons et centres de rétention étudiés dans l’ouvrage, néanmoins ces camps immobilisent les travailleurs en même temps qu’ils les mettent à l’écart du reste de la société qatarie ce qui a pour effet de produire, chez ces travailleurs, une « sensation d’enfermement ». Enfin, le chapitre d’Olivier Clochard souligne comment, à Chypre, les commissariats de police en sont venus à constituer des « lieux d’enfermement ordinaires, assurant à leur manière le maillage du territoire chypriote par les institutions closes » (p. 280). Ces deux chapitres défendent donc l’idée que l’expérience de l’enfermement ne s’arrête pas aux portes des établissements classiquement identifiés comme lieux d’enfermement. La conclusion de l’ouvrage poursuit en ce sens et incite la recherche à élargir le prisme d’analyse afin de saisir « l’essaimage des dispositifs de subjectivation ».

5In fine, l’ouvrage est passionnant et riche de la diversité des lieux étudiés et des statuts des personnes enfermées. Dans cette diversité, le lecteur est guidé par un intense jeu de renvois d’un chapitre à l’autre qui facilite la synthèse et suppose un vrai travail collectif entre les différents contributeurs. Soulignons en passant la qualité de l’iconographie qui vient, dans certains chapitres, idéalement soutenir la lecture. Une autre qualité de l’ouvrage tient à la place qu’occupe le discours sur les méthodes mobilisées pour constituer le matériau empirique. Chaque chapitre propose ainsi un encart consacré à la méthodologie. On regrettera peut-être seulement qu’il n’y ait pas en introduction ou en conclusion une réflexion transversale sur les méthodes utilisées pour appréhender ces expériences et la place qu’elles occupent dans le gouvernement des lieux d’enfermement. Les contributions s’appuient très majoritairement sur des méthodes qualitatives et ethnographiques : faut-il en conclure qu’elles seraient le seul moyen de saisir les rapports de pouvoir ? Enfin, si l’introduction de l’ouvrage réalise un travail définitionnel dense autour de la notion d’expérience, celle d’enfermement paraît quelque peu en retrait et reste toujours abordée au singulier malgré la diversité des situations étudiées. On comprend bien qu’il s’agit par là de souligner les proximités et porosités entre différentes situations d’enfermement mais on pourra regretter que l’ouvrage ne les fasse pas entrer en tension de façon plus systématique. La conclusion se penche rapidement sur cette question mais elle aurait sans doute mérité un développement un peu plus conséquent. On verrait peut-être ainsi se dessiner différentes modalités d’un gouvernement par l’expérience des individus.

Haut de page

Notes

1 Denise Jodelet, Représentations sociales et mondes de vie, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2015, p. 293-306.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Ollivon, « Bénédicte Michalon et Djemila Zeneidi (dir.), L’expérience de l’enfermement. Camps, commissariats, prisons »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 03 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11620 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11620

Haut de page

Auteur

Franck Ollivon

Enseignant-chercheur au département Géographie et Territoires de l’École Normale Supérieure, Franck Ollivon travaille sur les politiques pénales contemporaines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search