Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Alexandre Marchant, L’impossible ...

2022

Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France (1945-2017)

Paris, Perrin, 2018, 592 p.
Erwan Pointeau-Lagadec
Référence(s) :

Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France (1945-2017), Paris, Perrin, 2018, 592 p.

Texte intégral

  • 1 Michel Kokoreff, Anne Coppel et Michel Peraldi (dir.), La Catastrophe invisible. Histoire sociale d (...)

1Paru chez Perrin en 2018, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France (1945-2017) témoigne du vent nouveau qui semble souffler sur l’histoire française des drogues et des addictions. Longtemps resté confidentiel et peu structuré, ce champ de recherche, dont la légitimité est mal assurée, s’est enrichi de la publication de plusieurs ouvrages d’importance ces dernières années. C’est par exemple le cas de La Catastrophe invisible. Histoire sociale de l'héroïne (France, années 1950-2000), dirigé par Michel Kokoreff, Anne Coppel et Michel Peraldi, L’herbe du diable ou la chair des dieux. La prohibition des drogues et l’Inquisition d’Alessandro Stella, ou encore Les Raisins de la domination. Une histoire sociale de l'alcool en Tunisie à l'époque du Protectorat (1881-1956) de Nessim Znaien1.

2Issue de sa thèse de doctorat, cette imposante somme écrite par Alexandre Marchant s’intéresse, comme son titre l’indique, au vain combat mené par les autorités françaises pour endiguer l’inexorable progression du trafic et de la consommation des psychotropes illicites dans l’Hexagone depuis la Seconde Guerre mondiale. Outre le caractère inédit du sujet traité, l’originalité de ce livre tient à la profusion et à la diversité des sources mobilisées pour soutenir la démonstration : au travers des 17 chapitres qui le composent, l’échec de la prohibition à la française s’y dévoile à la lumière d’archives policières et judiciaires aussi bien nationales qu’étrangères (américaines et néerlandaises, notamment), d’archives parlementaires et ministérielles (Santé, Intérieur, Justice, Éducation nationale, etc.), de documents audiovisuels (reportages, interviews, campagnes de prévention, etc.), d’articles de presse (généraliste, underground et spécialisée), de notes, rapports et comptes-rendus émanant d’ONG et d’institutions internationales (ONUDC, IDCP, OEA, etc.), d’extraits de correspondances privées, de brochures militantes, mais aussi d’une série d’entretiens avec des chercheurs et des acteurs de la réduction des risques.

3Passée l’introduction, qui ancre son objet d’étude dans une histoire remontant à l’émergence du phénomène toxicomaniaque au XIXe siècle et déplore la maigreur de l’historiographie française jusqu’alors consacrée à la question des drogues, l’ouvrage peut se diviser en quatre parties, qui correspondent au traitement de quatre périodes d’une durée à peu près égale. Abstraction faite des débuts du chapitre 4, relatifs à « la régulation traditionnelle de l’offre de stupéfiants », et de ceux du chapitre 5, consacrés au rôle de « carrefour du trafic international » joué par la France dans l’immédiat après-guerre, l’essentiel des analyses de la première partie (chap. 1 à 6) concerne la période de bascule que constituent les années 1960. Cette décennie est marquée par la révolution juvénile et l’essor des contre-cultures en provenance de Grande-Bretagne et des États-Unis. En effet une part visible mais restreinte de la jeunesse hexagonale s’entiche des modificateurs de conscience - cannabis et LSD en tête, mais aussi morphine et héroïne, plus marginalement cocaïne et médicaments psychoactifs. Hippies en partance pour Goa ou Katmandou, gauchistes vantant le potentiel révolutionnaire de la défonce, paumés, marginaux et junkies, forment alors un nouveau « bestiaire » de la déviance (chap. 3) qui incite le corps médical, la presse et les autorités, à repenser dans l’urgence le phénomène de la consommation de drogue et à l’ériger en problème public de première importance, malgré l’absence de données épidémiologiques fiables et de consensus scientifique sur le danger réel qu’il fait peser à la population (chap. 2). C’est dans ce contexte de « panique morale » (Stanley Cohen, Folk devils and moral panics, 1972) que survient le drame de Bandol : le décès par overdose de la jeune Martine dans les toilettes d’un casino du Sud de la France, à l’été 1969, enclenche une spirale médiatique qui débouche sur le vote de la loi du 31 décembre 1970, acte de « naissance du régime prohibitionniste actuel » (chap. 1). S’il confère également les moyens à la police de lutter contre les gros bonnets et les petites mains de la French connection, qui alimentent les États-Unis en héroïne depuis la « capitale mondiale des drogues » (p. 143) qu’est devenue Marseille, ce texte trouve son originalité dans le double statut qu’il accorde aux consommateurs de psychotropes illicites : délinquants qu’il s’agit de punir au moyen d’amendes et de peines de prisons, ces derniers sont d’abord considérés comme des malades qu’il convient de « comprendre et soigner » (chap. 6), ou plutôt de contraindre à se soigner en vertu du principe de l’injonction thérapeutique, le contrevenant étant placé « sous la surveillance de l’autorité sanitaire » (Art L. 355-14).

4Centrée sur les années 1970, la deuxième partie de l’ouvrage (chap. 7 à 10) s’emploie à démontrer que « cette offensive généralisée [contre la drogue] ne porta pas ses fruits » (p. 16). Sur le plan du trafic, si « la lutte policière franco-américaine » (p. 170) permet l’augmentation des saisies, l’arrestation des principaux chefs de réseau du milieu corso-italien de Marseille et, in fine, « l’éclatement apparent de la filière française de l’héroïne » (p. 184), la recomposition du commerce international qui s’opère au profit des filières asiatiques ne retire que partiellement à l’Hexagone son statut de plaque tournante. Sur le plan de la consommation, l’émergence de « la figure imprévue et problématique de l’usager-revendeur » (chap. 8), la laborieuse constitution d’une administration centrale permettant la mise en œuvre du dessein prohibitionniste, ainsi que la collaboration difficile entre médecins, policiers et magistrats, rendent « délicate [l’] application de la loi » (chap. 9) : à l’encontre de son esprit, « les toxicomanes commen[cent] à intégrer l’univers carcéral » (p. 239), et la « politique de la drogue [se retrouve] “sans tête” au tournant des années 1970-1980 » (p. 248). À la même époque, la massification des usages de stupéfiants et la banalisation culturelle du cannabis semblent confirmer l’échec de cette première phase d’action publique. Dans un contexte de crise économique et de chômage de masse, « le dealer d’origine immigrée et le junky héroïnomane » (p. 265) deviennent les principales figures d’une « nouvelle panique morale » (p. 251) – l’insécurité –, abondamment nourrie par les médias et exploitée par le personnel politique à des fins électorales.

5La troisième partie de l’ouvrage (chap. 11 à 13) est le récit d’une catastrophe : celle des années 1980, des scènes ouvertes, de la paupérisation des usagers d’héroïne, de la diffusion du sida par le truchement du partage des seringues, mais aussi de la professionnalisation du trafic international. Face à la mutation rapide du monde de la drogue, les autorités françaises font le choix de l’alignement sur la politique américaine : malgré la création de la MILT (Mission interministérielle de lutte contre la toxicomanie) en 1982, qui pallie partiellement le « vide institutionnel » (chap. 13) en vigueur depuis le passage de la loi du 31 décembre 1970, le pays embrasse la logique belliciste de la « war on drugs », théorisée et déclenchée au début de la décennie précédente par le président Richard Nixon. La seconde moitié des années 1980 est ainsi marquée par un « tournant répressif » (p. 332) en matière de drogue et de toxicomanie : après trois années d’existence, la MILT est placée sous la tutelle de Matignon, ce qui lui ôte toute autonomie d’action ; les circulaires successives de la Chancellerie insistent sur la sévérité dont doivent faire preuve les parquets à l’égard des usagers-revendeurs ; et la loi du 17 janvier 1986 créé un délit spécifique de cession de stupéfiant, qui « favoris[e] l’enfermement généralisé des usagers au détriment de la cure et de la réinsertion » (p. 335). La victoire de la droite aux élections législatives de 1986 ne fait qu’accentuer la tendance déjà amorcée par le pouvoir socialiste : sous la houlette d’Albin Chalandon et de Charles Pasqua, ministres de la Justice et de l’Intérieur, l’État fait définitivement le choix d’une politique de fermeté, dont les « mots d’ordre [sont] : répression, dissuasion, responsabilisation du drogué passant par l’impact psychologique de la confrontation au juge et de la sanction, même pour l’usager simple » (p. 339). Celle-ci se révélera rapidement inefficace à enrayer la progression de la toxicomanie et des problèmes socio-sanitaires afférents.

6C’est dans cette situation d’impasse que la France aborde les années 1990, objet de la dernière partie du livre (chap. 14 à 17). Alors que le « marché clandestin des drogues » (chap. 14) ne cesse de se complexifier, sous l’effet conjugué de l’arrivée du crack et des nouveaux produits de synthèse (MDMA, amphétamines, kétamine, etc.), de la montée en puissance des « filières africaines » (p. 364) et de la « recomposition du petit trafic dans les rues et en banlieue » (p. 382), la puissance publique ne dévie pas de sa ligne, luttant sans merci contre des dealers et des consommateurs dont les effectifs ne cessent pourtant d’augmenter. Sur fond de conflit entre administrations – police judiciaire versus douanes – et entre ministères – Intérieur versus Finances -, cet état de guerre permanent débouche sur une crise du régime prohibitionniste à la française, à laquelle ni la création d’une Délégation générale à la lutte contre la drogue et la toxicomanie (DGLDT), ni « les grandes campagnes antidrogue de Georgina Dufoix » (p. 401), ni le « nouveau tournant répressif » (p. 406) engagé par le ministre de l’Intérieur socialiste, Paul Quilès, ne permettent de mettre fin. Plutôt que des hautes sphères administratives et politiques, c’est du terrain que vient alors la rupture : dans le sillage du décret Barzach (1987), qui avait autorisé la vente libre des seringues en pharmacie afin de lutter contre la diffusion de l’hépatite et du VIH au sein des populations toxicomanes, une poignée de « généralistes [conscients du désastre passe] à l’offensive » (p. 423), en commençant à prescrire des médicaments de substitution aux opiacés à leurs patients dépendants. Dans le même temps, les premières initiatives de dénombrement, de prévention et de mise à l’abri des consommateurs habitant la rue voient le jour, sous la houlette conjointe de cliniciens, de chercheurs, de militants, d’acteurs du secteur médico-social, mais aussi d’usagers de drogues, actifs ou repentis. S’inspirant de « conception[s] venue[s] des mondes anglo-américains et néerlandais » (« empowerment des toxicomanes[,] démarche d’outreach[,] auto-support ») (p. 435), cette philosophie visant à « limiter la casse » (p. 443) se mue peu à peu en paradigme d’action publique, malgré les réticences de l’opinion et la surdité initiale des pouvoirs publics. À la faveur du « déverrouillage institutionnel de 1994-1995 sur la substitution » (p. 447), de l’autorisation de mise sur le marché de la méthadone et du Subutex l’année suivante, mais également de la mandature de la magistrate Nicole Maestracci à la tête de la MILDT (1998-2002), la réduction des risques devient ainsi la nouvelle doctrine officieuse de l’État français en matière de drogue. Jamais pleinement assumée – la prohibition reste l’objectif inchangé et affiché de tous les gouvernements – ni épargnée par les « ambiguïtés » (chap. 17), cette dernière reste à la merci des « croisade[s] morale[s] » et du « consensus médico-répressif » (p. 457) qui continuent de structurer l’imaginaire et le débat public en matière de drogue depuis plus de vingt ans.

7Au terme de cette brillante démonstration, une conclusion s’impose : à l’impossible prohibition a succédé l’impossible changement du statut légal des stupéfiants. Espérons qu’un demi-siècle supplémentaire ne sera pas nécessaire pour que les choses changent.

Haut de page

Notes

1 Michel Kokoreff, Anne Coppel et Michel Peraldi (dir.), La Catastrophe invisible. Histoire sociale de l'héroïne (France, années 1950-2000), Paris, Éditions Amsterdam, 2018, 656 p. ; Alessandro Stella, L’herbe du diable ou la chair des dieux. La prohibition des drogues et l’Inquisition, Paris, Divergences, 2019, 188 p. et Nessim Znaien, Les Raisins de la domination. Une histoire sociale de l'alcool en Tunisie à l'époque du Protectorat (1881-1956), Paris, Karthala, 2021, 420 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Pointeau-Lagadec, « Alexandre Marchant, L’impossible prohibition. Drogues et toxicomanie en France (1945-2017) »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 10 mai 2022, consulté le 28 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11710

Haut de page

Auteur

Erwan Pointeau-Lagadec

Docteur et agrégé d'histoire, Erwan Pointeau-Lagadec est chercheur-associé au Centre d'histoire du XIXe siècle de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses travaux portent sur l'histoire des drogues en France, tant dans ses dimensions culturelles que sociales ou juridiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search