Navigation – Plan du site

AccueilDossiersÉpidémies, crimes et justice2022Épidémies, crimes et justice

2022

Épidémies, crimes et justice

Présentation du dossier
Marie Houllemare, Hélène Ménard, Jean-Lucien Sanchez et Samuel Tracol

Texte intégral

  • 1 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historiq (...)

1À l’instar de la crise sanitaire mondiale provoquée par le Covid-19, les grandes épidémies et pandémies qui ont jalonné l’histoire de l’humanité l’ont confrontée à des situations exceptionnelles qui l’ont poussée à s’adapter radicalement pour pouvoir les surmonter. Qu’il s’agisse de la peste, de la variole, du choléra, de la tuberculose, de la lèpre, de la grippe, etc., leur survenue a fréquemment entraîné l’aménagement de régimes juridiques d’exception au service desquels les forces de police et de justice ont vu leur pouvoir s’accroître pour appliquer des prérogatives exorbitantes du droit commun : placement en quarantaine, limitation drastique de l’exercice de certaines libertés, surveillance policière étroite, imposition d’un cordon sanitaire, sanctions aggravées, tests obligatoires, atteintes au droit du travail, passe vaccinal, etc. Les « bas-fonds » – désignant les populations comme leurs lieux de vie – sont particulièrement visés par ces politiques, dans leur dimension préventive et curative1. L’épidémie est bien souvent l’occasion d’accentuer les ségrégations sociales, en renforçant des imaginaires et représentations aux racines anciennes. De la ville pestiférée du Moyen Âge aux villes du XXIe siècle, confinées car confrontées au coronavirus, les États s’organisent pour renforcer leur appareil répressif dans le but de protéger leurs populations contre un ennemi sans visage.

  • 2 Françoise Briegel, Michel Porret, « Récidive, récidivistes et droit de punir », in Françoise Briege (...)

2Ce dossier s’intéresse à l’histoire de la justice analysée à travers le prisme des épidémies. Ses contributions abordent principalement deux grands axes : la notion de « contagion du crime » et la lutte contre les épidémies dans le champ judiciaire. Le terme épidémie appliqué à l’histoire de la justice renvoie à un double sens : l’un médical et l’autre qui, par analogie, le relie à la notion de contagion du criminel. L’image d’un crime contagieux, qu’il faut donc contenir, puise sa source dans le répertoire littéraire et juridique de la Rome antique. Cette notion demeure dominante dans les sciences du crime au XIXe siècle qui, en naturalisant leur objet, ont conduit à adosser les criminels et les délinquants à une véritable diathèse où leur comportement déviant est interprété comme un phénomène. C’est le cas notamment des vagabonds au XIXe siècle accusés de diffuser à travers la France toutes sortes de maladies contagieuses. Derrière cette médicalisation et cette criminalisation de l’errance, Antony Kitts s’emploie à déconstruire l’imaginaire dépréciatif qui a assimilé la marginalité des errants au crime. La jeunesse est également l’objet d’une crainte sociale car elle est considérée comme susceptible d’être facilement corrompue par les exemples délétères et de basculer dans la délinquance. C’est la fonction de l’École de préservation Théophile Roussel de Montesson, analysée par Dominique de Messineo, que de soumettre les enfants qui lui étaient confiés à un traitement médico-psychologique qui visait à les réformer dans une visée prophylactique. Les prisons et les bagnes ont aussi constitué des lieux de retranchement du corps social destinés à isoler et neutraliser les criminels dans le but de préserver la société de leurs atteintes aux biens et aux personnes mais, également, pour contenir leur « contagiosité »2. Dans le même esprit, les Contagious Diseases Acts britanniques, étudiés par Audrey Rousseau, visent à contenir à la fin du XIXe siècle l’épidémie de maladies vénériennes par une économie carcérale du corps des prostituées.

3Toutefois, cette agglomération d’individus en surnombre dans des établissements aux conditions d’hygiène très insuffisantes a entraîné la survenue d’épidémies. C’est le cas lors de l’épidémie de choléra en 1832, dont Céline Delétang analyse la gestion aux niveaux local et national par les différentes autorités en charge des prisons. Pour se prémunir du risque épidémique, l’appareil carcéral français se dote d’une politique de dépistage et d’isolement des malades, qui ne parvient cependant pas à contenir l’épidémie de VIH dans les années 1980, comme le montre Jean-Lucien Sanchez.

4Outre sa dimension sécuritaire, la prison a également pour ambition théorique au XIXe siècle de soigner les « âmes » des détenus. Mais Aline Martinet démontre, à travers l’exemple des établissements pénitentiaires du département des Alpes Maritimes, que, dans les faits, les détenus et les forçats représentent un danger sanitaire à circonscrire. Loin d’assainir la société en y prélevant des membres corrompus censés être régénérés grâce à une action pénitentiaire salvatrice, les prisons sont regardées comme des foyers de contagion susceptibles de s’étendre au reste de la société. L’histoire de la lutte contre les épidémies survenues en France et dans son empire colonial se lit également à travers l’action conduite par la Cour de cassation. Christophe Bouvier présente un certain nombre d’arrêts prononcés par des juges qui permettent d’apprécier les multiples interventions de l’État et de ses agents en contexte épidémique.

Haut de page

Notes

1 Dominique Kalifa, Les bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2013.

2 Françoise Briegel, Michel Porret, « Récidive, récidivistes et droit de punir », in Françoise Briegel, Michel Porret (dir.), Le criminel endurci : récidive et récidivistes du Moyen Age au XXe siècle, Genève, Droz, coll. « Recherches et rencontres ; 23 », 2006, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, Hélène Ménard, Jean-Lucien Sanchez et Samuel Tracol, « Épidémies, crimes et justice »Criminocorpus [En ligne], Épidémies, crimes et justice, mis en ligne le 20 mai 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11763

Haut de page

Auteurs

Marie Houllemare

Marie Houllemare est professeure ordinaire d’histoire moderne à l’Université de Genève et responsable de l’Unité d’histoire moderne. Spécialiste de l’histoire de l’État impérial, des savoirs de gouvernement, de la communication politique et des archives à l’époque moderne, elle s’intéresse à l’histoire comparée et connectée des empires européens et à l'histoire globale de la violence. Elle a publié récemment Erica Charters, Marie Houllemare, Peter Wilson, A Global History of Early Modern Violence and its Restrain (Manchester, 2020). Elle prépare une monographie intitulée Justices d'empire : ordre colonial et construction impériale française aux XVIIe-XVIIIe siècles, Presses Universitaires de France et co-dirige le Oxford handbook on the Seven Years War, avec Trevor Burnard et Emma Hart.

Articles du même auteur

Hélène Ménard

Hélène Ménard est maître de conférences en histoire romaine à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Ses travaux portent sur l’histoire de la justice, des régulations sociales et de la criminalité. Ses dernières publications sont :- « ‘Stillantibus mammis’ (Passion de Perpétue, 20, 2). Le supplice au féminin dans l’Antiquité tardive », dans Francesca Cenerini, Ida Gilda Mastrorosa (dir.), Donne, istituzioni e società tra Tardo Antico e alto Medioevo, Lecce, Pensa, 2016, p. 149-176.- « Perdre au jeu dans la Rome antique : du déshonneur à la mort », dans Heur et malheur du joueur. Études sur la violence et le jeu, Charles Illouz et Pierre Pretou (dir.), Rennes, PUR, 2018, p. 77-98.- « Susciter la peur : justice impériale et violence judiciaire », L'Émoi de l’Histoire, n°38, juillet 2021, p. 13-33.

Articles du même auteur

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est chargé d’études en histoire au laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice). Ses recherches portent sur l’histoire pénitentiaire contemporaine (XIXe-XXIe siècles) et ses dernières publications sont :- « Ceux qui sont restés : les anciens forçats en Guyane après l’abolition du bagne », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, 2022, permalien : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10429 - « Bagnes coloniaux (XIXe-XXe siècle) », in Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (dir.), Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Presses universitaires de France, 2022, p. 83-86.- « La politique culturelle conduite par les ministères de la Justice et de la Culture en matière d’accession à la lecture en prison (1981-1996) », Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, permalien : http://journals.openedition.org/champpenal/13262

Articles du même auteur

Samuel Tracol

Samuel Tracol est attaché temporaire d’enseignement et de recherche en histoire contemporaine à Sciences Po Aix. Ses travaux portent sur l’histoire coloniale et pénale de la Guyane aux XIXe et XXe siècles. Ses dernières publications sont : - Houte Arnaud-Dominique, Tracol Samuel, “Aqui começa o Brasil”: penal colonization, territorialization and border construction of the Oyapock river. 1853-1927, Diálogos, Maringá-PR, Brasil, v. 24, n. 2, p.52-80, mai/ago 2020.- « As fronteiras abissais: nas origens do Estado de exceção na Guiana Francesa », dans Sidney Lobato (dir.), Fronteirização: deslocamentos e territórios na Amazônia setentrional (séculos XVIII e XIX), Belém, Paka-Tatu, 2021, p. 53-89.- « Coloniser et punir : figures du travail forcé en Guyane Française (années 1840-1953) », dans Mylène Danglades, Babou Diène, Denis Assane Diouf (dir.), L'esclavage, en mots/maux et en images, Paris, L’Harmattan, 2021, p. 339-359.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search