Navigation – Plan du site

AccueilDossiersÉpidémies, crimes et justice2022L’échange sexuel comme crime cont...

2022

L’échange sexuel comme crime contagieux : politiques sanitaires et construction de la déviance féminine au Royaume-Uni1 (XIXe siècle)

Audrey Rousseau

Résumés

Au XIXe siècle, les lois britanniques sur les maladies contagieuses (Contagious Diseases Acts, 1864, 1866, 1869) étaient une réponse à la préoccupation grandissante de la diffusion des maladies vénériennes au Royaume-Uni. Contestées pour leurs applications controversées, incluant des examens médicaux obligatoires et des périodes de réclusion forcée, cet article questionne les inégalités de genre et de classe au cœur du régime de ségrégation sociale et spatiale. L’hypothèse proposée est que le système de surveillance, de contrôle et d’enfermement mis en place par les dispositions des Contagious Diseases Acts a concouru à instaurer une économie de la contagion fondée sur l’hypervisibilité de la sexualité des prostituées et leur invisibilité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour les besoins de cet article, le terme Royaume-Uni (United Kingdom) sera utilisé afin de décrire (...)
  • 2 Catherine Lee, Policing Prostitution, 1856–1886: Deviance, Surveillance and Morality, Londres, Rout (...)

“The streetwalker was deemed to flout society’s codes and conventions on female behaviour and dress; she ‘swarmed’ like an animal yet was at the same time a soiled dove; she was a victim of betrayal yet was at the same time predatory; dirty yet ostentatious, degraded yet assertive. She violated all notions of public respectability and impeded honest mercantile endeavour by obstructing the public thoroughfare, thus her offending behaviour ought to be restrained and her freedom curtailed. The common theme was the call for surveillance, regulation and control. Local discourse therefore echoed wider debates in articulating the so-called ‘social evil’ in terms of a problem requiring action. Proposed remedies ranged from castigation and suppression, to rescue and reform2”.

  • 3 Michael Strand, « The Genesis and Structure of Moral Universalism: Social Justice in Victorian Brit (...)
  • 4 Bien que Michael Strand (op. cit.) ne le mentionne pas, il est intéressant de souligner que les cic (...)
  • 5 Les workhouses étaient des lieux de travail où hommes, femmes et enfants étaient volontairement inc (...)
  • 6 L’organisation internationale du travail (OIT), reconnait dans sa Convention (n° 29) sur le travail (...)
  • 7 Ces institutions, telles que la London Society for the Prevention of Pauperism and Crime, ou encore (...)

1Ces représentations sociales de la déviance féminine et de l’oppression de classe durant l’époque victorienne britannique (1834-1901) étaient liées aux grands chantiers de réforme sociale engagés au sein de l’Empire et de ses colonies. D’ailleurs, les politiques interventionnistes dont témoignaient déjà les Poor Laws durant la période élisabéthaine (1597 et 1601) liaient les intérêts de l’État et de l’Église en soutenant les œuvres des paroisses civiles (civil parishes) œuvrant auprès des orphelins, des chômeurs, des malades, des vagabonds, etc. aussi bien que, vers la fin du XVIIIe siècle, l’assistance aux pauvres dans les régions rurales était devenue indispensable3. À l’aube du XIXe siècle, une nouvelle idéologie morale se met en place associant la dépendance des personnes déshéritées à un défaut, une incompétence, voire à un échec social. Ce stigmate, et la culpabilité qui est associée, est relayé dans le Poor Law Amendment Act de 1834 qui réduit non seulement le soutien aux pauvres4, mais introduit une disposition incitant l’incarcération de ceux qui sont confrontés à la « loi de la nécessité » dans des institutions surnommées les workhouses5. Dans ce nouveau système d’assistance sociale, l’injonction chrétienne à « aider son prochain » était convertie en blâme accusant alors les personnes pauvres d’être responsables de leurs conditions de désœuvrement. La manière de les discipliner passait alors par l’injonction à la piété (prière, dévotion), ou encore, par le travail (qui dans de nombreux cas ressemblait à du travail forcé6); activités censées démontrer leur « volonté » à redresser leur situation. Or, cette vision moralisatrice et individualiste faisait fi des conditions difficiles d’une société en pleine industrialisation capitaliste qui avait besoin de cette main-d’œuvre exploitée et à bas salaire. Vers le milieu du XIXe siècle, plusieurs organisations de charité7 sont mises en place afin d’alléger les souffrances quotidiennes des personnes en situation de vulnérabilité, dont les femmes. C’est dans ce paysage de misère et de chômage que de nouvelles obligations, associées à l’État-providence, élargiront les compétences du gouvernement britannique afin de répondre aux besoins économiques et sociaux de ses citoyens.

  • 8 Cela relève davantage d’un enjeu terminologique, mais bien que j’emploie l’expression « maladies vé (...)

2Au milieu du XIXe siècle, les préoccupations concernant l’ordre public et la sécurité justifieront la création des Contagious Diseases Acts (1864, 1866, 1869), des lois de santé publique qui répondaient à l’inquiétude grandissante vis-à-vis de la diffusion des maladies vénériennes8 (dont la gonorrhée et la syphilis). L’hypothèse ici est que le système de surveillance, de contrôle et d’enfermement mis en place par les dispositions des Contagious Diseases Acts (CDA) a concouru à instaurer une économie de la contagion fondée sur l’hypervisibilité de la sexualité des prostituées et leur invisibilité. En effet, d’une part, les femmes vendant des services sexuels constituent la figure repoussoir de la féminité victorienne, évoquant la corruption et la déchéance, d’autre part, en raison d’un régime de ségrégation sociale et spatiale – rendu possible par l’imposition de ces lois britanniques – ces femmes seront mises au ban de la société, détenues dans des institutions de soins ou de réforme.

3Dans une première section, j’expliquerai le contexte sociohistorique et les justifications entourant l’élaboration des normes prescrites par les CDA (parmi lesquelles l’imposition d’un examen médical destiné aux femmes accusées de prostitution, l’incarcération forcée de ces femmes accusées d’être des vecteurs de maladies contagieuses, etc.). Ce sera l’occasion de décrire certains principes directeurs, phénomènes et contextes d’application de ces lois. Puis, une seconde section développera plus en profondeur l’hypothèse de l’article, à savoir que ces lois ont concouru à instaurer une économie de la contagion. Cette démonstration se fera en deux temps, tout d’abord, en étudiant comment les représentations sociales de l’immoralité « dangereuse » des classes défavorisées, ainsi que le stigmate vénérien associé à la sexualité des prostituées, en sont venues à criminaliser ces femmes. Par la suite, je reviendrai sur certaines dispositions sanitaires des CDA, plus particulièrement celles liées à l’enfermement, qui ont façonné l’établissement d’institutions caritatives, comme les hôpitaux, accueillant les patientes infectées, ou soupçonnées de l’être, refoulées d’autres lieux de soins. La conclusion abordera quant à elle, un paradoxe au cœur de cette analyse sur la déviance.

Le contexte sociohistorique des Contagious Diseases Acts (CDA)

4Avant de débuter cette section, je tiens à mentionner qu’en raison du pouvoir d’application des CDA sur plusieurs districts de l’ensemble du territoire du Royaume-Uni (tant en Angleterre, qu’en Écosse, Irlande et au pays de Galles), sauf en cas d’exception, la littérature mobilisée ne fera pas de distinction géographique entre ces entités, et ce, bien qu’il aurait été pertinent – pour un autre type d’analyse – d’en repérer les divergences et les convergences. Comme je l’ai annoncé précédemment, cette partie vise à situer le contexte sociohistorique entourant la création de ces lois, leurs justifications (morales et sanitaires) et leur mise en œuvre. Pour ce faire, j’évoquerai d’abord un aspect historique et politique particulier qui a justifié l’interventionnisme accru en matière de prévention (répression) des cas de contagion vénérienne, à savoir : la montée de ce type d’infections auprès de soldats et marins basés sur les territoires occupés par le régime britannique. Par la suite, j’esquisserai l’émergence successive des trois CDA (1864, 1866, 1869) qui établissent un système de surveillance (exercé par les juges, les policiers et les médecins) s’appuyant sur un traitement différentiel entre les hommes et les femmes affectés par ces infections transmissibles sexuellement. Je terminerai la section en exposant certains principes et phénomènes découlant de l’application des dispositions prévues aux CDA.

Justifications entourant la création des CDA

  • 9 Traduction libre : Jeremy Waldron, « Mill on Liberty and on the Contagious Diseases Acts », in Nadi (...)
  • 10 Ronald Hyam, Empire and Sexuality: The British Experience, Manchester, Manchester University Press, (...)
  • 11 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 49.
  • 12 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 73.
  • 13 Philippa Levine, Prostitution, Race, and Politics: Policing venereal disease in the British Empire, (...)
  • 14 Catherine Lee, op. cit., p. 3.

5Au milieu du XIXe siècle, sur les bases militaires, dans les villes et les ports de garnison où s’établissaient les membres des forces armées britanniques (au Royaume-Uni, mais aussi dans les colonies outre-mer et sur le terrain de guerres menées entre autres en Crimée et en Inde), « environ un tiers des membres des forces armées contractaient une maladie vénérienne9 ». De manière générale, la littérature scientifique sur les CDA10 attribue l’origine de la peur de ces formes de contagion à l’accroissement des cas auprès de soldats, de marins, mais aussi de citoyens britanniques, particulièrement à la suite du retour des conscrits11. Pour l’administration de la Royal Army et de la Royal Navy, le risque sanitaire lié à ces infections s’articulait à la fois en termes de ressources – les hôpitaux des camps devant soigner ces infections et une bonne partie du personnel militaire et naval devait s’absenter pour raison de maladie – cependant, c’est en termes d’idéologie que les législateurs et les médecins britanniques combattirent des phénomènes comme « la désertion, l’alcoolisme, l’homosexualité et la prévalence de maladies sexuellement transmissibles12 ». Parmi les réformes élaborées, une place importante sera donnée à la régulation du commerce du sexe. Le mot d’ordre guidant ces nouvelles mesures de contrôle légal, médical et policier sera : protéger les soldats et les marins de la dépravation que pourraient leur faire subir les prostituées13. C’est d’ailleurs cette association entre prostitution et maladies vénériennes (devant mener à une décadence physique et morale des individus affectés), validée par les autorités médicales, qui rendit possible le développement d’une législation spécifique après la moitié du XIXe siècle14.

  • 15 Ces quelques paragraphes sont inspirés de Mary Spongberg, Feminizing Venereal Disease: The Body of (...)
  • 16 Philip Howell, « Prostitution and Racialised Sexuality: The Regulation of prostitution in Britain a (...)
  • 17 En Irlande, à la suite de plusieurs commissions mises sur pied entre 1869 et 1882 pour juger de l’e (...)
  • 18 Au XIXe siècle, plusieurs hôpitaux ouvrirent leurs portes et utilisèrent la dénomination « Lock Hos (...)

6C’est en juin 1864 que la première loi CDA15 visant à contrôler et traiter les maladies vénériennes est adoptée par le Parlement. Cette loi s’inspire d’autres modèles de régulation en matière de santé publique et de gestion épidémiologique, dont celui en vogue en France et dans ses colonies16. Le modèle britannique stipulait l’enregistrement et l’hospitalisation obligatoire de toute femme suspectée d’être prostituée porteuse d’une infection sexuellement transmissible (maladie vénérienne), et ce, sous la preuve soumise par un policier devant l’un des magistrats des districts ciblés. En cas de preuve fondée de la maladie, à la suite d’un interrogatoire ou bien d’un examen médical, cette femme était alors condamnée à une détention d’au maximum trois mois. En juin 1866, une seconde loi sur les maladies vénériennes passe au Parlement, cette dernière ne devait qu’être temporaire (trois ans) et devait durcir les prérogatives de la loi de 1864 qui n’avait semble-t-il eu que des résultats mitigés17. Parmi les nouvelles dispositions, il était désormais permis aux magistrats d’ordonner des examens médicaux obligatoires pour une durée d’un an, de plus, la période d’internement dans un hôpital Lock18 (lieu de diagnostic et de traitement des maladies vénériennes) était alors prolongée de six mois. Enfin, une clause éducationnelle avait alors été ajoutée recommandant que des instructions à caractère moral et religieux soient prodiguées aux femmes détenues dans ces institutions.

  • 19 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 64.
  • 20 Traduction libre : Ibidem.
  • 21 Catherine Lee, op. cit., p. 303.
  • 22 Traduction libre : Ibidem.
  • 23 Pour un compte rendu des débats parlementaires et des organisations (comme la Ladies’ National Asso (...)

7En mai 1868, un comité d’experts a été mis sur pied pour évaluer la possibilité d’élargir l’application des CDA à l’ensemble de la population, le rapport final était sans appel : cela n’était pas souhaitable, bien que les dispositions légales de 1864 et 1866 aient été, à leur avis, un « succès d’un point de vue “moral et sanitaire”19 ». D’autres recommandations y étaient faites et ces dernières ont été introduites dans la troisième CDA votée en 1869. Parmi ces changements, notons que les femmes en état d’arrestation pouvaient être enfermées pour un maximum de cinq jours si elles étaient considérées « inaptes à l’examen20 » (cette catégorie incluait entre autres les femmes qui étaient menstruées, pour celles en état d’ébriété, elles pouvaient être en garde à vue pour 24 heures avant de subir le test21) et que leur détention était désormais d’un maximum de neuf mois dans les hôpitaux Lock. Or, après avoir été relâchées, ces femmes « fichées » devaient se présenter de manière régulière à l’hôpital pour fins d’examen de suivi. Le refus d’obtempérer à ce contrôle de santé, ou encore, quitter l’hôpital avant la fin de la détention prévue était « passible d’une peine de prison d’un mois pour la première infraction et de trois mois au maximum pour la seconde22 ». Il est à noter que le durcissement du traitement destiné à ces populations marginalisées a aussi été le moment de l’émergence d’un mouvement abolitionniste visant les CDA qui furent abolies en 1886. Il n’est pas mon objectif de faire le récit de ces luttes (entre les « Repealers » et les « Extentionists »23), mais plutôt de poursuivre l’analyse en identifiant deux principes directeurs régissant ces lois et en expliquant les phénomènes de réduction géographique et d’intersection des discriminations qui se sont produits lors de l’application des dispositions susmentionnées.

Mise en œuvre des dispositions prévues aux CDA

  • 24 Traduction libre : Elisabeth Malcom, op. cit., p. 2.
  • 25 Catherine Lee, op. cit., p. 307.

8Tout d’abord, mis à part l’approche pathologisante et stigmatisante adoptée par les CDA auprès des femmes soupçonnées de prostitution – thème traité dans la deuxième partie de cet article – l’un des principes directeurs évidents des CDA se retrouve dans le double standard qu’elles adoptent entre les hommes et les femmes infectées par la maladie. Les sympathisants de ces dispositions juridiques, visant explicitement les femmes accusées de prostitution, soutenaient que « les hommes seraient dégradés s’ils étaient soumis à un examen physique, les femmes qui satisfaisaient les pulsions sexuelles des hommes étaient déjà si dégradées que de nouvelles indignités n’avaient guère d’importance. La protection des hommes était censée être assurée par l’inspection des femmes24 ». En plus de cette différenciation fondée sur le genre, la notion de consentement est absente tant des interventions médicales que de l’isolement institutionnel. L’autre principe directeur des CDA est le pouvoir discrétionnaire, exercé par les juges, les policiers et les médecins, qui laisse place à l’arbitraire quant à la désignation des femmes à contrôler, et ce, de l’interpellation, à l’arrestation, en passant par les examens médicaux et le confinement. L’exercice de ce pouvoir accru semait parfois la confusion entre des « troubles généraux de l’ordre public », comme l’errance ou être ivre sur la voie publique, et la sollicitation ou le commerce sexuel25. Ce profilage créait des situations où de nombreuses femmes, surtout celles qui avait déjà eu affaire à la police, au système de justice (criminalisées), ou encore, qui ne répondaient pas aux attentes sociales de l’époque (p. ex. être dans la rue ou dans un quartier à une certaine heure, riposter aux policiers lorsqu’elles se faisaient dire de circuler ou de s’identifier ; ce qui valait parfois à ces femmes d’être qualifiées d’émeutières) se retrouvaient affectées par ces nouveaux pouvoirs de régulation socio-sanitaire.

  • 26 Un exemple de ce contrôle géographique (Ibid., p. 302), menant à la réduction de la mobilité des fe (...)
  • 27 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 42.
  • 28 Voir la note n° 26.

9En outre, l’application des dispositions prévues aux CDA renforça un phénomène que je nomme la réduction géographique26, c’est-à-dire qui implique la diminution de la mobilité spatiale des femmes visées par ces politiques répressives, ou encore, comme la CDA de 1866 le prévoyait, qui restreignait les femmes ayant été arrêtées pour motif de prostitution à un certain périmètre. Ce contrôle par désignation de « zones » accessibles et interdites à certaines populations vulnérables était justifié par le système de surveillance et de contrôle qui y voyait là une manière de limiter la contagion par ces présumées vectrices de transmission. Les autorités ont cru qu’une réponse efficace était de les concentrer dans un espace restreint sous haute surveillance policière, d’ailleurs, certains y ont vu « une alternative au cercle vicieux de la répression et de la dispersion géographique des prostituées27 ». Au fur et à mesure de l’adoption des CDA, le durcissement des contrôles a accentué le contrôle policier lié à l’identification, la vérification et la prescription de comparaître devant un juge28. Plus précisément, le système de régulation qui s’est mis en place durant cette période, malgré l’hétérogénéité de son application en fonction des contextes locaux et nationaux, permettait :

  • 29 Philip Howell, op. cit., p. 323 (souligné dans le texte d’origine).

« (1) the registration of prostitutes, the creation of a special class of public women; (2) their regular inspection for venereal disease, typically using the vaginal speculum; (3) their sanitary detention, if found diseased, in a “lock hospital[sic]”, or equivalent, devoted to patients suffering from venereal disease; (4) the licensing of brothels and accommodation houses, which domesticated sexuality in the same way that hospitals enclosed the infected; (5) the inspection of brothels and accommodation houses, sometimes paid for, like the inspection of individuals, by levying fees on madams’ and prostitutes’ earnings; (6) the zoning of vice districts by segregating special prostitutional spaces; (7) the policing of public space by rooting out and fining unregistered brothels and “sly” prostitutes; and (8) the creation of a dedicated morals police, special officers, agents, and informers devoted to enforcing regulation29. »

  • 30 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 48.

10À la lumière de ces règles coercitives, sur lesquelles se sont construites l’hypervisibilité et l’invisibilité des prostituées dans cette économie de la contagion – comme je l’expliquerai sous peu – je rappellerai que c’est l’impression d’urgence générée par les données statistiques médicales liées à la diffusion de maladies infectieuses au sein du corps armé de l’Empire30, ainsi qu’une vision patriarcale et classiste de l’organisation sociale de la société victorienne, qui a permis les justifications entourant la création des CDA et leur champ d’application. À ce sujet, parce que les dispositions visant la régulation de la prostitution et du contrôle des maladies infectieuses s’appliquèrent différemment de colonie en colonie, il est essentiel de discuter d’un autre phénomène : celui de l’intersection des discriminations (classe, genre, race et sexualité) sous l’impérialisme britannique. À titre d’illustration, les dynamiques de domination dans les colonies, comme les Îles britannique, l’Inde ou Hong Kong, relèvent une conception de la suprématie blanche (impliquant nécessairement la dimension raciale) lorsqu’il est question de sexualité.

  • 31 Philippa Levine, op. cit., p. 2.

Since [venereal diseases] rates in colonial settings were often higher, in part because the white community in the empire was predominantly male – and often military and unmarried – the issue came to have significant imperial overtones. The spread of disease was potentially ruinous to Britain's powerful empire as well as to its alleged racial superiority31.

  • 32 Traduction libre : Ibid., p. 323.
  • 33 Traduction libre : Philip Howell, op. cit., p. 328.
  • 34 Ibid., p. 329.

11Ici, la logique impériale à l’œuvre, visant à protéger le corps social et armé de la nation, justifie que les corps des femmes non-blanches (perçues comme « inférieures ») demeurent des sites privilégiés de l’intervention coercitive des autorités britanniques. En ce qui concerne la répression policière, la réduction de la mobilité et les traitements médicaux indignes permis par les CDA, j’ajouterais, comme l’avance Levine (2003), que l’environnement des tropiques « prétendument plus dangereux […] a facilité l’utilisation de mesures bien plus draconiennes et bien plus larges dans leur intention que celles tentées en [métropole]32 ». En somme, bien que les femmes du Sud, comme les femmes du Nord, vivaient les conséquences spécifiques des inégalités de genre et de classe au fondement des CDA, ces lois appliquées dans les colonies exacerbaient des logiques de racialisation et de sexualisation qui précédaient l’entrée en vigueur des CDA. Par exemple, à Hong Kong, les autorités coloniales avaient déjà développé un système d’octroi de licences pour les maisons de prostitution qui impliquait « l’enregistrement, l’inspection et la détention des prostitués hongkongaises33 ». Dans ce cas précis, ce que les CDA permirent de légitimer était l’accentuation de la ségrégation spatiale du « red-light », ainsi que les croyances culturelles homogénéisantes voulant que les Chinois acceptent la profession (prostitution) et justifie ainsi la poursuite de ce commerce34. Cette dualité entre métropole et colonie, femmes de couleurs et femmes blanches, m’amène à aborder le traitement des femmes irlandaises eu égard aux réponses légales et médicales liées au risque de maladies vénériennes.

  • 35 Bronwen Walter, Outsiders Inside: Whiteness, Place, and Irish Women (Gender, Racism, Ethnicity), Ne (...)
  • 36 Maria Luddy, « “Abandoned women and bad characters”: Prostitution in nineteenth-century Ireland », (...)

12Entre 1864 et 1886, l’Irlande est encore sous la tutelle coloniale de l’Angleterre. D’ailleurs, cette région du Royaume-Uni continue de vivre les contrecoups de la Grande Famine (1845-1852) au moment où les CDA sont mises en place. Je n’ai pas l’intention d’aller plus avant dans l’élaboration d’un cadre référentiel sur les rapports coloniaux complexes liés à la notion homogénéisante de « blanchitude ou blanchité » (whiteness)35, qui ne prend pas toujours en compte les distinctions religieuses « ethnicisantes » qui persistent à ce jour dans l’espace politique irlandais. Je concentrerai plutôt donc mon attention sur l’intersection entre classe et genre dans cette partie du Royaume-Uni (Irlande). Ainsi, au milieu du XIXe siècle, des transformations sociodémographique et économique importantes en raison de la perte de nombreuses vies et l’exode de millions d’Irlandais à l’étranger et dans les villes, oblige la population féminine à gagner le marché du travail. Les options salariées n’étant pas légion, plusieurs œuvrent comme servantes, domestiques ou dans les manufactures (notamment le textile). De manière étonnante, bien que le conservatisme social et religieux de l’époque désignât la place des femmes de « bonne vie » au sein du foyer (paternel ou marital) – limitant de ce fait l’exercice du travail salarié pour plusieurs femmes – il semblerait que les prostituées aient eu une présence très publique en Irlande au XIXe siècle36. Aussi bien que cette visibilité devenait fréquemment source d’inquiétude pour les autorités publiques, surtout à partir du moment où les CDA ont associé l’utilisation de l’espace public par les femmes pauvres (au premier titre celles exerçant le commerce sexuel) au danger de la contamination morale et vénérienne.

  • 37 Maria Luddy, « Women and the Contagious Diseases Acts 1864-1886 », History Ireland, 1993, vol. 1 no(...)
  • 38 Traduction libre : Maria Luddy, « “Abandoned women and bad characters”… », op. cit., p. 486.
  • 39 Ibidem.
  • 40 Maria Luddy, « Unmarried Mothers in Ireland, 1880-1973 », Women's History Review, 2011, vol. 20, no(...)
  • 41 Comme le souligne Judith R. Walkowitz (op. cit., p. 31), il est important de rappeler que de nombre (...)

13Fait intéressant, dans certains districts irlandais visés par les CDA, comme à Cobh, Curragh et Cork37, il existait une « distinction de classe sociale entre les prostituées38 ». Par exemple, celles qui allaient avec les soldats et les marins étaient perçues comme les plus déshéritées de cette profession, alors qu’il existait des maisons de prostitution qui ne s’adressaient pas aux « hommes ordinaires » et qui constituaient des lieux de la haute société. Cela dit, toutes les femmes échangeant de l’argent contre des services sexuels étaient considérées comme de « mauvais personnages » (bad characters), cette catégorie incluait autant les « vagabondes », les « ivrognes » et les « voleuses » que les « prostituées39 ». Certains lieux de travail, comme les workhouses étaient aussi considérés comme abritant des femmes sexuellement débauchées, comme des prostituées ou des mères célibataires (d’ailleurs, à cet égard, le « crime » de l’illégitimité jugeait qu’une femme ayant eu plus d’un enfant hors des liens du mariage était sur le chemin de la prostitution, si ce n’était déjà, une prostituée40). Or, très souvent ces femmes, rejetées par leur famille et la société, devaient subvenir seules à leurs besoins et n’avaient d’autres choix que chercher des moyens de subsistance quitte à courir le risque de tomber malade ou d’être persécutées par les autorités policières et médicales41.

14D’ailleurs, plusieurs spécialistes du monde médical se sont opposés aux méthodes répressives des CDA et plus généralement à la surveillance que ces lois impliquaient pour les femmes de classes sociales défavorisées. C’est le cas du vénérologue Charles Drysdale (1829–1907), qui soutenait que les CDA se trompaient de cible :

  • 42 Ann Daly, « “Syphilis is given over to sentimentalists: The Dublin Medical Press and Circular and (...)

« […] regularising prostitution was not the answer to the rise in venereal disease and held that the acts were an attack on the civil liberties of working-class women. His insisted that poverty was the primary cause for prostitution and asserted that “if women could make a living as easily as men, they would prefer to sell their labour for food and necessaries and not their persons” 42. »

  • 43 Traduction libre : Ibidem.

15Ainsi, en « identifiaient ces femmes comme les seules coupables des maladies vénériennes43 » et en les soumettant, sous la menace, à des traitements indignes, ces politiques s’avéraient injustes et inefficaces puisqu’elles ne visaient pas la pauvreté sous-jacente au commerce du sexe comme dernier recours. Il est même possible d’avancer que par cette approche de deux poids deux mesures, le commerce sexuel se poursuivait en toute impunité, puisque la gestion du risque social de contagion reposait exclusivement sur les épaules des femmes accusées de prostitution; protéger la santé des militaires et d’autres hommes britanniques équivalait à assurer l’intégrité du corps politique de l’Empire.

Penser l’économie de la contagion

  • 44 Mary Spongberg, op. cit., p. 14.

« The purpose of examining the pathologization of the prostitute in this way is to show how it functioned to control all women’s bodies and sexuality […] medical and legal discourse explicitly served the needs of men by protecting male sexual privileged and allowing the continuance of a sexual system that placed impossible demands on women44. »

  • 45 Frances Finnegan, Poverty and Prostitution: A Study of Victorian Prostitutes in York, New York, Cam (...)
  • 46 Howard Saul Becker, Outsiders : Études de sociologie de la déviance, 1985, Paris, Métailié, p. 43, (...)
  • 47 J’ajouterais que bien que la sexualité de toutes les femmes les mît à risque de contracter la malad (...)

16Au tournant des années 1980, plusieurs ouvrages45 sont parus afin de documenter les réalités vécues par les femmes offrant des services sexuels aux XIXe et XXe siècles. Je n’ai pas la prétention de refaire ces travaux ici, mais bien d’approfondir l’idée voulant que les CDA aient contribué à fonder une économie morale et sanitaire autour de la contagiosité des prostituées. J’utilise cette expression pour insister sur la construction et l’organisation des divers marqueurs sociaux identifiant la « déviance » et les « déviantes » (c’est-à-dire qui reflète la transgression d’une norme sociale particulière, par exemple comment « être femme », norme à partir de laquelle peut découler la perception d’un critère de non-conformité46) ; justifiant un système de surveillance, de contrôle et de détention de certaines franges de la société victorienne47. Cette économie de la contagion, comme j’en ferai la démonstration dans cette section, appelle alors deux mouvements : le premier identifie les « coupables », alors que le second les contrôle. Comme il a été vu dans la première partie de cet article, différentes dispositions des CDA ont permis de reproduire des inégalités sociales (genre, classe, race, sexualité) dans la gestion épidémiologique des maladies vénériennes au XIXe siècle, entre autres en augmentant le pouvoir discrétionnaires des autorités publiques face à la vie des femmes exerçant le travail du sexe. Ce que nous ajouterons ici c’est que, d’une part, l’amalgame entre discours médical et moral jouera un rôle décisif dans la stigmatisation et la pathologisation paramétrant l’émergence de l’identité criminelle (dangereuse et coupable) des femmes accusées de prostitution. D’autre part, les périodes de réclusion prévues par les CDA afin de « traiter » les femmes infectées par une maladie vénérienne, justifieront l’ouverture de nouvelles institutions spécialisées, dont les hôpitaux Lock, visant à répondre de l’exclusion de ces femmes de plusieurs autres milieux de soin.

Déviance féminine et crime « contagieux »

  • 48 Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, Paris, Le Robert, 1992, p (...)
  • 49 Ibidem.

17Je reviens maintenant sur le rapprochement entre pathologie et stigmate social qui a permis aux artisans des CDA d’accoler aux femmes susceptibles d’être accusées de prostitution une représentation sociale qui les dépeignait comme des dangers potentiels, et des coupables. D’ailleurs, la figure repoussoir de la prostituée impliquait alors une corporéité (toucher), permettant le contact infectieux, mais aussi une « souillure par contact » davantage liée à la perception de cette menace symbolique de contamination. Plus particulièrement de la représentation sociale associée à la maladie, désignant de manière générale une « altération de la santé », soit en fonction d’une affection physique précise (p. ex. l’épilepsie), ou encore, au sens figuré (p. ex. maladie de l’âme)48. Le sujet de la maladie, le « malade » signale l’idée d’être en « mauvais état »49 en raison d’une dysfonction, voire une dégénérescence, qui se rapporte nécessairement à un standard référentiel (qui serait exempt de maladie, autrement dit un sujet « en bon état », sans altération de santé). La compréhension de cette norme (malade/sain) est éminemment culturelle et doit être historicisée, c’est pourquoi j’ai choisi de me concentrer sur les exemples de la syphilis et de la gonorrhée afin de marquer cette frontière pathologique, et ce, en rapprochant les descriptions médicales des maladies vénériennes et les règles en matière de conduite sexuelle des femmes à l’époque victorienne.

  • 50 Paul Labarthe, Dictionnaire populaire de médecine usuelle, tome 2, Paris, Marpon et Flammarion, 188 (...)
  • 51 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 50.
  • 52 Voir : Alain Corbin, « L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption. Contribution à l’histoire de l’ (...)
  • 53 Emmanuelle Romanet-Da Fonseca, « Nourrices et maladie : le cas de « la syphilis des innocents » en (...)
  • 54 Ann Daly, op. cit., p. 413.
  • 55 En France des hommes atteints de maladies vénériennes pouvaient être enfermés dans les dépôts de me (...)
  • 56 Mary Spongberg, op. cit., p. 2.

18Découverte au XIVe siècle, la syphilis est causée par la bactérie treponema pallidum, dont les symptômes repérables sont principalement des lésions cutanées, bien que des lésions neurologiques peuvent être occasionnées chez les patients sévèrement atteints. Dans les dictionnaires médicaux du XIXe siècle, la syphilis est décrite comme une « maladie virulente qui ne se développe pas spontanément, mais se transmet par contact ou hérédité50 ». La crainte de la contagion de cette maladie est non seulement une préoccupation au Royaume-Uni et dans ses colonies, mais aussi à travers l’Europe, car elle est entre autres responsable d’un taux de mortalité important des enfants en bas âge51. À cet égard, des débats médicaux et thérapeutiques naîtront quant à la transmission de cette maladie vénérienne, entre autres en explorant (vainement) la notion d’hérédité52 et bien sûr les traitements curatifs. La notion d’hérédité et de dégénérescence impliquait alors une vision de la contagion fondée sur une prétendue tare ou déséquilibre acquis à la naissance, mais aussi sur la possibilité de développer cette souillure vénérienne en s’associant au monde de débauche et du vice, d’où l’incitation à agir moralement afin que la « bonne société » se tienne loin de la « terreur du mal vénérien53 ». Certains médecins, comme le docteur McClintock de la Rotunda Hospital (Dublin), affirmaient que la syphilis était le « châtiment divin » pour avoir eu des rapports sexuels illicites avec une prostituée54. Cela est intéressant, parce que bien que les hommes et les femmes soient infectés par cette maladie, il semblerait qu’un double standard persiste puisque les hommes atteints d’une maladie vénérienne n’ont pas à subir le régime de surveillance, de contrôle et d’enfermement destiné aux femmes55. L’une des pistes qui permettent d’évoquer cette différence genrée dans le rapport à la sexualité se trouve dans la tradition médicale occidentale du XVIIIe et XIXe siècles, où, l’homme étant la mesure de toute chose, la femme y est toujours comparée (et donc, jugée « inférieure » ou « secondaire »). Ainsi, en suivant ce raisonnement, les lèvres et les organes sexuels féminins internes étaient considérés comme l’inversion de ceux des hommes, ainsi, le vagin – l’équivalent du pénis – était jugé « inférieur ». Cette hiérarchisation biologique, qui opposait les corps dits masculins de ceux dits féminins, se révèle aussi, à mon avis, dans la perception de la gonorrhée chez les femmes; puisque les liquides qui s’écoulent des organes génitaux féminins, un peu à la manière des menstruations perçues comme « morbides et polluantes », sont révélateurs de la maladie et de l’immoralité56.

  • 57 Trésor de la langue française informatisée, CNRTL (centre national de ressources textuelles et ling (...)
  • 58 Voir : Georges VigarelloHistoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2020, 476  (...)
  • 59 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 56.
  • 60 Traduction libre : Philip Howell, op. cit., p. 322.

19La gonorrhée résulte elle aussi d’une infection sexuellement transmissible qui touche à la fois les hommes et les femmes, mais le fait que cette maladie est parfois asymptomatique – bien que la charge de la bactérie neisseria gonorrhoeae est toute aussi virale – rend la détection plus complexe nécessitant parfois des examens médicaux des organes internes. Parmi les symptômes perceptibles les plus fréquents : une sensation de brûlure en urinant, ou encore, une douleur et un écoulement de liquides des parties génitales. Cet aspect visuel de la maladie se rattache volontiers à la théorie des humeurs qui remonte au Moyen-Âge. Cette dernière évoque l’existence de quatre substances liquides sécrétées par le corps, « les humeurs » (sang, flegme, bile, atrabile), qui étaient perçues comme régulant l’organisme vivant57. Un déséquilibre de ces humeurs corporelles témoignait à la fois du tempérament ou du caractère d’une personne, mais surtout, de dispositions particulières menant à la constance ou l’inconstance de son état mental et comportemental (p. ex. être agressif ou mélancolique)58. À cet égard, la gonorrhée « se conformait aux théories médicales et sociales qui considéraient la maladie comme le résultat du “péché” ainsi que du déséquilibre et de l’excès corporel59 ». Bien avant l’existence des CDA, la sexualité vénale comme objet d’échange commercial était motif d’interventions politiques afin de limiter « les méfaits dangereux et inquiétants de la prostitution60 ».

  • 61 Catherine Lee, op. cit., p. 3.

« […] discussions of prostitution were additionally infused with themes of disease, contagion and contamination, which also informed wider sanitary reform debates. As prostitution became increasingly perceived as a significant social problem in need of a remedy, the image of the prostitute as a conduit of infection and agent of physical corruption was juxtaposed with that of the deserving recipient of compassionate charity61. »

  • 62 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 7.

20Cette citation permet de bien saisir la relation entre la prostitution (perçue comme un problème social appelant des formes d’intervention) et l’identité coupable de la prostituée blâmée d’être un agent infectieux. C’est d’ailleurs en s’appuyant sur l’image et le corps dégradés de la prostituée, jugée le lieu « par excellence » de transmission des maladies vénériennes auprès des hommes62, que les CDA ont permis l’émergence d’une nouvelle forme de délit, celui du « crime contagieux ».

  • 63 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France, 1893 [8e(...)
  • 64 Mary Spongberg, op. cit., p. 9.

21De manière générale, le « crime » est entendu comme une infraction à la loi, mais ce qui constitue la condition du crime ce sont les « sentiments collectifs », comme le dit Durkheim63, qui « froissent la conscience commune » et induisent des formes de répression. Ainsi, la nature d’un acte est réprouvée parce que l’objet est jugé immoral, socialement mauvais, ou encore nuisible à des « intérêts vitaux de la société ». Dans ce cas-ci, la sexualité vénale féminine est sujette à un système de surveillance médicale et policière (notamment par le biais les CDA), puisque leurs actes transgressifs (immoraux) représentent une anomalie par rapport au désir féminin de l’époque. Repéré, ce dernier est considéré « contre-nature », alors qu’inversement le désir masculin est perçu comme « naturel » et essentiel à la procréation64. Ainsi, les femmes qui aimaient le sexe, ou du moins faisaient son commerce, étaient perçues comme une aberration et représentaient un danger pour les femmes de « bonne famille ». D’où l’angoisse sociale entourant la régulation des mœurs au sein de la société puritaine britannique.

  • 65 L’expression « colonies » implique une spatialité coloniale, référant explicitement aux territoires (...)
  • 66 Mary Spongberg, op. cit., p. 1.

« Public health officials, eugenicists, some feminists, social purity workers and certain members of the clergy used this information to lobby the government to create homes and “colonies65” for these unfortunate women so they would no longer be a threat to society66. »

  • 67 Judith R. Walkowitz, « The Politics of Prostitution and Sexual Labour »History Workshop Journal, (...)
  • 68 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 2.

22Associées à la figure repoussoir de la féminité victorienne et devenues la cible de nombreux discours socio-sanitaires, ces femmes (placées pour la plupart dans des situations de vulnérabilité, de violence et d’exploitation67) étaient déclarées « anormales, difformes ou malades68 ». Or, bien que la précarité sociale et économique liée à la prostitution précède 1864 (l’entrée en vigueur de la première CDA), la mise en place d’une loi (une série de lois) visant à identifier les coupables d’un « crime » représente la condition nécessaire pour la mise en place de l’économie de la contagion. De fait, bien que le stigmate vénérien soit recherché lors les examens prévus par les CDA (la « preuve » de la dépravation que les médecins souhaitent observer sur le corps des prostituées), même en l’absence de signe visible de la maladie (ce qui est le cas chez les patients asymptomatiques), les autorités publiques conservent le pouvoir de réprimer les femmes soupçonnées de prostitution pour seul motif qu’elles représentent un potentiel danger de contamination (morale et sanitaire). Leurs comportements sexuels déviants, liés à la construction de leur identité criminelle, appellent une condamnation, voire un châtiment, qui d’après la volonté des législateurs – sous prétexte de prévention, de traitement et de réforme – prit la forme de mesures coercitives, punitives et humiliantes. Cette détermination à « nettoyer » la société de la présence très visible de ces femmes, explique d’ailleurs le deuxième mouvement engagé par l’économie de la contagion, à savoir, la nécessité d’isoler ces « criminelles » hors de portée des regards et des « mauvaises influences ». Comme il en sera question dans la prochaine section, l’accomplissement effectif des ordres de séclusion commandés par les CDA impliquent de nouvelles réponses institutionnelles.

De nouvelles institutions comme réponse à la gestion du risque de contagion

  • 69 Frances Finnegan, Do penance or Perish: Magdalen Asylums in Ireland, Oxford, Oxford University Pres (...)

« The two major responses to prostitution in nineteenth-century Britain were the so called Rescue or Penitentiary Movement, which involved the detention and rehabilitation of all classes of "fallen" women; and the Contagious Diseases legislation […] in an attempt to reduce, through the cleansing of prostitutes, the armed forces’ vulnerability to venereal diseases69. »

  • 70 Il apparait que les institutions « de la Madeleine » (Magdalen Institutions), inspirées de la figur (...)
  • 71 Avant le XXe siècle, les asiles ou hôpitaux de la Madeleine étaient destinés à réformer les âmes de (...)
  • 72 Comme le dit le nom, les hôpitaux Lock sont des lieux fermés destinés à contenir les personnes jugé (...)
  • 73 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 131 ; Judith R. Walkowitz, Pro (...)

23Ce qu’il est important de saisir afin de conceptualiser ce deuxième mouvement de l’économie de la contagion, à savoir le contrôle des femmes jugées déviantes, c’est que le durcissement des pratiques d’isolement en vue de traiter les sujets porteurs de maladies vénériennes, prévues aux CDA, s’inscrit dans une tendance déjà prégnante à la fin du XVIIIe siècle encourageant la détention – souvent contre leur gré – des femmes qualifiées de « pénitentes ». Même avant que les CDA criminalisent les femmes pauvres, jugées fautives d’un « crime contagieux », des institutions comme celles « de la Madeleine »70, visaient déjà à préserver la société britannique des méfaits de la prostitution71. Or, dans cette section je m’intéresserai plus particulièrement à la création et à la fonction des hôpitaux Lock72 dans la gestion du risque de transmission des maladies vénériennes. Ces institutions destinées à prendre soin des patientes refoulées par d’autres établissements de santé ou de réforme en raison du stigmate puissant associé aux personnes affectées par les maladies vénériennes73 ont contribué à l’essor des pratiques de réclusion féminine au Royaume-Uni, et ce, bien au-delà de 1886.

  • 74 Maria Luddy, « Unmarried Mothers in Ireland, 1880-1973 », op. cit., p. 109.
  • 75 L’origine des modèles d’asiles pour femmes remonterait au Moyen Âge (Sherrill Cohen, The Evolution (...)
  • 76 Traduction libre : Deborah Logan, op. cit., p. 369.
  • 77 En dépit du fait qu’aucune définition officielle n’existe des institutions de la Madeleine, il est (...)

24Vers le milieu et la fin du XIXe siècle, un ensemble d’organisations philanthropiques, religieuses et gouvernementales, voient le jour à la suite des nouvelles politiques sociales en matière de gestion du paupérisme, de la santé des populations, ainsi que des enjeux de prostitution et d’illégitimité74. Plusieurs de ces nouvelles institutions ont été fondées sous les auspices de la tolérance et du mouvement de « dernier secours » (rescue movement ou rescue work), comme les asiles ou hôpitaux de la Madeleine75 qui visaient à offrir « refuge » à des femmes et des filles accusées d’immoralité (« femmes déchues », fallen women), surtout celles accusées de prostitution ou qui avaient eu des enfants hors des liens « sacrés » du mariage. Bien que ces institutions gérées par des congrégations religieuses féminines (catholiques et protestantes) aient axé leurs interventions de réforme vers la piété, le travail domestique et l’artisanat textile (p. ex. crochet, couture) dans l’espoir de réhabiliter ces femmes vers un travail « plus respectable76 », plusieurs de ces institutions étaient aussi des lieux de travail forcé généralement dans des blanchisseries commerciales annexées aux sites77.

  • 78 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 140.
  • 79 Ibidem.
  • 80 Traduction libre : Deborah Logan, « “Outstretched Hand to the Fallen”: The Magdalen's Friend and th (...)

25Quant aux hôpitaux Lock, sur lesquels je me concentrerai maintenant, l’entrée en vigueur des CDA a réaffirmé l’importance de ces institutions de soins qui étaient appelées à répondre au besoin de traitement et d’isolement forcé des femmes jugées coupables d’un « crime contagieux ». Par exemple, l’imposition des CDA en Irlande a forcé l’établissement d’un hôpital Lock à Curragh et à Cork78, les lits pour les personnes atteintes de maladies vénériennes étant limités certaines se déplaçaient ou étaient transférées vers Dublin où d’autres villes offrant ces lieux de soins spécialisés. Je rappellerais que les durées de détention sont prescrites pas les CDA. Par exemple, la première CDA en 1864 impose une sanction de détention carcérale allant jusqu’à un mois à toute femme refusant d’être examinée par un médecin. Toutefois, si durant cette période, il est découvert que la femme en question est atteinte d’une maladie vénérienne, la détention se poursuit jusqu’à trois mois ou le moment où elle est déclarée « saines » ou « guérie ». En 1866, cette même période de détention est étendue à six mois, puis neuf mois avec la législation de 186979, bien sûr, la décision du lieu d’isolement (hôpitaux, pénitenciers, asiles ou refuges) est dépendante du juge. Bref, plusieurs types d’institutions caritatives, privées ou publiques coexistaient dans un continuum idéologique (sexuel, religieux, économique et social) amalgamant les savoirs médicaux sur les infections sexuellement transmissibles (défendant des visées curatives) et la réforme chrétienne visant à « sauver les femmes déchues et empêcher la “ruine” de celles que l’on croit à risque80 ».

  • 81 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 6.
  • 82 Traduction libre : Catherine Lee, op. cit., p. 2.
  • 83 Comme l’explique Ann Daly (op. cit, p. 406), le prêtre catholique irlandais, J. P. Maguire, se voya (...)
  • 84 Deborah Logan, op. cit., p. 369.
  • 85 Traduction libre : Susannah Riordan, « In Search of a Broadminded Saint: The Westmorland Lock Hospi (...)

26Subséquemment, la multiplication des hôpitaux Lock au XIXe siècle visait à répondre au « fléau social » des maladies vénériennes, d’une part, en raison de l’accroissement global des patients diagnostiqués (et donc en attente de traitement), d’autre part, parce que certains hôpitaux publics et privés cessaient de recevoir ces malades, mais surtout parce que les CDA visaient principalement les femmes et que moins de lits de soins spécialisés leur étaient historiquement réservés. Je signalerais que les hôpitaux Lock sont propices à l’étude des comportements et du caractère des personnes déviantes, notamment en analysant leurs « anormalités » physiologiques ou leurs « défaillances » métaboliques, ce qui devaient en définitive permettre au corps médical de « distinguer les prostituées des autres femmes81 ». À ce titre, une femme vendant des services sexuels est vue comme engagée dans « une descente inévitable dans la misère, la maladie et la mort précoce82 ». Ainsi, une femme arrêtée par la police plus d’une fois pour délit de prostitution – qui a peut-être séjourné en prison, ou encore, dans un hôpital Lock pour plusieurs mois – peut alors être jugée « récidiviste » pour crime contagieux ou crime de mœurs et se retrouver enfermée, sans délai de prescription, dans un asile ou hôpital de la Madeleine. L’isolement et la détention forcée des femmes atteintes de maladies vénériennes, dictée par les CDA et encouragée par certains membres du clergé83, s’avère parfois plus proche d’un traitement carcéral que thérapeutique. À cet égard, certains hôpitaux Lock imposaient le port d’uniformes, la coupe de cheveux à l’arrivée, avaient des fenêtres et des portes cadenassées et la vie était faite d’une routine ascétique visant à dissuader les femmes à demander de l’aide84. Pour ainsi dire, dans cette économie de la contagion, le contrôle des corps et des âmes de ces « femmes moralement corrompues et physiquement dangereuses85 », opérait dans un cycle répressif de confinement inter-institutionnel lié à l’activité prostitutionnelle.

  • 86 Comme il l’a été dit, Dublin n’était pas l’un des distincts où les CDA se sont officiellement appli (...)
  • 87 Susannah Riordan, op. cit., p. 74.
  • 88 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 130.
  • 89 Louise Ní Chríodáin, « The institution that Dubliners hoped they would never enter », The Irish Tim (...)
  • 90 Traduction libre : Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 132.
  • 91 Ibidem.

27J’approfondirai maintenant le cas du Westmoreland Lock Hospital (Dublin86), qui permettra d’expliciter certains modes de gestion de la contagion dans ce type d’institution destinée exclusivement aux patientes atteintes de maladies vénériennes. Dans les faits, il est important de préciser qu’à ses débuts en 1755 cet hôpital soignait des patients des deux sexes, mais dès 1820 l’institution se spécialise exclusivement dans le traitement des femmes87. La justification était alors liée à quelques scandales,88 dont la présence d’hommes et de femmes dans un même lieu et l’absence d’instruction morale ou religieuse qui rendait le maintien de l’ordre difficile. Je rappellerais que les traitements étaient longs, car la pénicilline n’existait pas encore et les cures se faisaient à partir de mercure et d’arsenic89. De plus, certaines femmes enceintes, que les autres institutions de soins maternels ne voulaient pas recevoir, donnaient aussi naissance dans les hôpitaux Lock. Bref, très tôt (1829) un système de classification est mis en place au Westmoreland Lock Hospital afin de départager les femmes jugées « novices dans le crime90 » de celles dites « délinquantes endurcies91 ». Cela équivaut à dire qu’en plus du régime des CDA, se mettent en place de nouvelles normes d’identification et de contrôle des femmes « déviantes » (en fonction de critères de classe, de genre et de sexualité) au sein même de cette institution hospitalière.

  • 92 Ibidem.
  • 93 Ibid., p. 133.
  • 94 Ibidem.

28Il est important de mentionner que ce système de classification interne au Westmoreland Lock Hospital n’était pas constant au fil des décennies92. Par exemple, dans les décennies 1840-1870, les femmes pouvaient être classées en fonction de leur âge (moins de vingt ans et plus de vingt ans), ou encore, de leur statut civique (les femmes mariées ayant contracté la maladie par leur mari). Dans les années 1880, un système séparé en quatre salles a été mis sur pied93 : une pour les « jeunes prostituées » malades pour la première fois, une autre pour les protestantes et les deux dernières pour les catholiques, celles qui étaient mariées et devaient fournir un certificat de mariage et celles qualifiées de « prostituées ordinaires ». À l’exception des femmes mariées, la correspondance des patientes accusées du crime contagieux était lue, soi-disant pour s’assurer que les propriétaires de maisons de prostitution ne leur offraient pas un emploi dès la sortie de l’hôpital94. Enfin, les patientes internées étaient parfois qualifiées, par le personnel soignant, comme agressives ou non-collaboratives, ce qui pouvaient les mener à l’expulsion avant le terme de leur détention (3, 6, ou 9 mois). Alors, où allaient ces femmes expulsées de l’hôpital Lock avant d’être « guéries » ? À n’en pas douter, les services policiers et les juges ne devaient pas les laisser aller et venir dans l’espace public, mais plutôt les détenir en d’autres lieux dont les pénitenciers.

  • 95 À ce sujet, « les médecins travaillant dans le cadre de ces lois [CDA] rencontrèrent des difficulté (...)

29En définitive, il soit difficile de documenter le nombre exact de personnes infectées par les maladies vénériennes au XIXe siècle, mais, comme je viens de l’évoquer, les femmes internées dans les établissements destinés à les soigner ou les réformer se voyaient révoquées non seulement leur liberté de mouvement, mais étaient confrontées à des traitements difficiles, voire injustes, à l’intérieur de ces murs. De manière surprenante, l’un des aspects peu traités dans la littérature sur les CDA est la qualité des soins que ces femmes recevaient et les méthodes diagnostiques qui étaient à la disposition du personnel médical, dont les résultats servaient, je le rappelle, de preuves devant les juges95. Bien que cet article ne puisse pas aller plus loin dans le traitement de cet aspect problématique, l’important à retenir est que les CDA ont contribué, par l’identification des « coupables » et les réponses institutionnelles qu’elles ont générées dans cette lutte à la contagion vénérienne, à faire émerger une économie où l’objet d’échange est le « crime contagieux ». Ce dernier incarne à la fois le danger vénérien marqué dans les corps féminins (« contaminateurs ») en associant la transgression sexuelle à un péril social, cependant l’identité « criminelle » ainsi produite en vient à justifier les actions concertées de réseaux policiers, médicaux et juridiques afin de solutionner une crise sanitaire rencontrée dans plusieurs villes et ports britanniques, au prix de réprimer et d’isoler (spatialement et socialement) les agents de contagion.

Conclusion

30Le théâtre politique du XIXe siècle au Royaume-Uni a vu naître un nombre important de révolutions sociales, comme l’abolition de l’esclavage (1834), ou encore, de politiques sanitaires comme la vaccination obligatoire pour la variole (1853), mais c’est aussi une période qui a été fertile en matière de conservatisme social, politique et religieux, comme le démontre la montée des théories à saveur eugéniste s’inspirant de la « loi naturelle » (L’origine des espèces, 1859) appliquée aux sociétés humaines. Nul doute que le double standard observé tout au long de cet article, à savoir que les femmes économiquement défavorisées se voyaient à la fois diminuées par leur sexe biologique (qui les rendait inférieures « par nature ») et par le caractère prétendument corrompu associé aux classes populaires. Comme j’en ai fait mention en début d’article, le discours entourant le risque de contagion morale lié au paupérisme (new Poor Law) et les institutions qui leur étaient dédiées (p. ex. workhouses) ont fini par reproduire cette figure du « bon » et du « mauvais » pauvre (« immoral et corrompu », coupable de son désœuvrement). Il est d’ailleurs pertinent de s’inspirer de cette ligne de fracture afin de penser le régime gouvernant la sexualité des femmes à l’ère victorienne, à savoir les femmes de « bonne vie » et celles de « mauvaise vie ».

31Cet article s’est intéressé au système de surveillance fondé sur le contrôle de la sexualité des prostituées et leur mise au ban de la société, exacerbé, voire rendu possible, par les CDA. Dans une première section, j’ai expliqué le contexte sociohistorique particulier dans lequel s’est élaborée la réponse aux problèmes de contagion vénérienne au sein du personnel militaire des troupes de l’Empire britannique. Il a été établi que les justifications entourant l’élaboration des normes prescrites par les CDA (1864, 1866, 1869) ont combiné à la fois les arguments sanitaires et moraux qui ont autorisé le profilage social et économique des femmes accusées de prostitution, imposé des examens physiques invasifs, ainsi que l’incarcération forcée, pour ne nommer que ces éléments. J’ai terminé cette section en revenant sur deux principes directeurs régissant ces lois (le double standard entre hommes et femmes dans la lutte aux maladies vénériennes et le pouvoir discrétionnaire des autorités policières, médicales et juridiques). Cela a aussi été l’occasion d’aborder deux phénomènes liés à l’application des dispositions prévues aux CDA, soit la réduction géographique subie par les femmes accusées de « mœurs légères » et l’intersection des discriminations vécue par les femmes du Sud et du Nord en fonction du contexte colonial.

32Dans une deuxième partie de l’article, j’ai poursuivi l’analyse de l’approche pathologisante et stigmatisante adoptée par les CDA auprès des femmes soupçonnées de prostitution en développant plus en profondeur le raisonnement voulant qu’à l’époque victorienne ces lois aient concouru à instaurer une économie de la contagion. Cette démonstration a été réalisée en deux temps, tout d’abord, en étudiant comment les représentations sociales des femmes jugées déviantes, principalement l’association entre le stigmate vénérien et la sexualité des prostituées, en sont venues à engendrer l’identité criminelle de ces femmes (coupables du « crime contagieux »). Par la suite, je suis revenue sur certaines dispositions sanitaires des CDA, plus particulièrement celles liées à l’enfermement, qui ont façonné l’établissement d’institutions caritatives, religieuses et publiques. En élaborant plus longuement sur les hôpitaux Lock, destinés à accueillir et traiter les patientes infectées, ou soupçonnées de l’être, j’ai expliqué comment le durcissement des pratiques d’isolation, prévues aux CDA, s’inscrivait dans une longue histoire de détention des femmes jugées « pénitentes » (remontant au moins au XVIIIe siècle au Royaume-Uni).

33Ce faisant, j’espère avoir été en mesure de démontrer qu’il n’est pas anodin que la sexualité transgressive de certaines femmes soit devenue l’objet de dédain, de surveillance et de répression de la part des autorités britanniques. En effet, en retraçant la création, la mise en œuvre et l’application des CDA, j’ai fait ressortir les contours d’une économie de la contagion qui a contribué à identifier et contrôler ces femmes jugées déviantes. Or, à la suite de cet exercice réflexif sur la gestion du risque de contamination vénérienne, je souhaite faire ressortir un paradoxe. Malgré le fait que l’éradication des maladies vénériennes auprès des soldats et marins (et des hommes britanniques dans leur ensemble) soit l’un des projets mis à l’agenda des politiciens, magistrats, policiers et médecins soutenant les CDA, le bilan en matière de santé publique durant la période d’application de ces lois ne paraît pas s’être amélioré (comme en témoigne la multiplication des hôpitaux Lock et autres lieux de détention). De plus, il semblerait que la prostitution – qui était l’autre enjeu moral visé par ces lois – n’ait pas diminué significativement au cours des décennies où les CDA étaient en vigueur. De fait, l’hypervisibilité d’un prétendu « crime contagieux » associé à la prostitution, a forcé certaines « fautives » à encore plus de clandestinité dans la poursuite de leurs activités commerciales, alors que d’autres ont disparu temporairement ou durablement de la circulation au sein d’institutions dont les activités persistèrent bien au-delà de 1886.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Becker Howard Saul, Outsiders : Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985. DOI : 10.3917/meta.becke.1985.01, URL : https://www.cairn.info/outsiders--9782864249184.htm

Bronwen Walter, Outsiders Inside: Whiteness, Place, and Irish Women (Gender, Racism, Ethnicity), New York, Routledge, 2001.

Cohen Sherill, The Evolution of Women’s Asylums Since 1500, Oxford, Oxford University Press, 1992.

Compston Herbert Fuller Bright, The Magdalen Hospital: The story of a great charity, Society for Promoting Christian Knowledge, Londres, 1917.

Corbin Alain, « L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption. Contribution à l’histoire de l’hérédité morbide », Romantisme, 1981, n° 31, p. 131-150.

Daly Ann, « “Syphilis is given over to sentimentalists”: The Dublin Medical Press and Circular and the drive to extend the Contagious Diseases Acts », Irish Historical Studies, 2015, vol. 39, no 155, p. 399-416.

Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France, 1893 [8e éd. 1967].

Finnegan Frances, Do penance or Perish: Magdalen Asylums in Ireland, Oxford, Oxford University Press, 2004.

Frances Finnegan, Frances, Poverty and Prostitution: A Study of Victorian Prostitutes in York, New York, Cambridge University Press, 1979.

Hamilton Margaret, « Opposition to the Contagious Diseases Acts, 1864-1886 », Albion: A Quarterly Journal Concerned with British Studies, 1978, no 10, p. 14-27.

Howell Philip, « Prostitution and Racialised Sexuality: The Regulation of prostitution in Britain and the British Empire before the Contagious Diseases Acts », Environment and Planning D: Society and Space, 2000, vol. 18, n3, p. 321-339.

Hyam Ronald, Empire and Sexuality: The British Experience, Manchester, Manchester University Press, 1990.

Labarthe Paul, Dictionnaire populaire de médecine usuelle, tome 2, Paris, Marpon et Flammarion, 1887.

Lee Catherine, Policing Prostitution, 1856–1886: Deviance, Surveillance and Morality, Londres, Routledge, 2015.

Levine Philippa, Prostitution, Race, and Politics: Policing venereal disease in the British Empire, New York, Routledge, 2003.

Logan Deborah, « “Outstretched Hand to the Fallen”: The Magdalen's Friend and the Victorian Reclamation Movement: Part I. “Much More Sinned against than Sinning” », Victorian Periodicals Review, 1997, vol. 30, n4, p. 125-141.

Luddy Maria, « “Abandoned women and bad characters”: Prostitution in nineteenth-century Ireland », Women's History Review, 1997, vol. 6, no 4, p. 485-504, DOI : 10.1080/09612029700200157

Luddy Maria, « Unmarried Mothers in Ireland, 1880-1973 », Women's History Review, 2011, vol. 20, no 1, p. 109-126, DOI : 10.1080/09612025.2011.536393

Luddy Maria, « Women and the Contagious Diseases Acts 1864-1886 », History Ireland, 1993, vol. 1 no 1, URL : https://www.historyireland.com/18th-19th-century-history/women-and-the-contagious-diseases-acts-1864-1886-11/

Luddy Maria, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, New York, Cambridge University Press, 2007.

Mahood Linda, The Magdalenes: Prostitution in the Nineteenth Century, Londres, New York, Routledge, 1990.

Malcolm Elisabeth, « “Troops of largely diseased women”: VD, the contagious diseases acts and moral policing in late nineteenth-century Ireland », Irish Economic and Social History: Journal of the Economic and Social History Society of Ireland, 1999, no 26, p. 1-14.

McHugh Paul, Prostitution and Victorian Social Reform, Londres, Croom Helm, 1980.

Ní Chríodáin Louise, « The institution that Dubliners hoped they would never enter », The Irish Times, 9 novembre 2018, URL : https://www.irishtimes.com/life-and-style/health-family/the-institution-that-dubliners-hoped-they-would-never-enter-1.3674282

Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, Paris, Le Robert, 1992.

Riordan Susannah, « In Search of a Broadminded Saint: The Westmorland Lock Hospital in the twentieth century », Irish Economic and Social History, 2012, vol. 39, n1, p. 73-93, DOI : 10.7227/IESH.39.1.5

Romanet-Da Fonseca Emmanuelle, « Nourrices et maladie : le cas de « la syphilis des innocents » en France dans la seconde moitié du XIXe siècle », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, URL : http://journals.openedition.org/transtexts/655, DOI : https://doi.org/10.4000/transtexts.655

Vigarello Georges, Histoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2020. Vigarello Georges, Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité, Paris, Seuil, 2010.

Rousseau Audrey, Expériences de remémoration face à l’horizon de promesses : parcours de reconnaissance des buanderies Madeleine en Irlande (1993-2014), thèse de doctorat en sociologie, Université d’Ottawa, Canada, 2017.

Spongberg Mary, Feminizing Venereal Disease: The Body of the Prostitute in Nineteenth-Century Medical Discourse, New York, New York University Press, 1997.

Strand Michael, « The Genesis and Structure of Moral Universalism: Social Justice in Victorian Britain, 1834-1901 », Theory and Society: Renewal and Critique in Social Theory, 2015, vol. 44, n6, p. 544-545.

Waldron Jeremy, « Mill on Liberty and on the Contagious Diseases Acts », in Nadia Urbinati, Alex Zakaras (dir.), J.S. Mill's Political Thought: A bicentennial reassessment, New York: Cambridge University Press, 2007, p. 11-42.

Walkowitz Judith R. « The Politics of Prostitution and Sexual Labour »History Workshop Journal, 2016, vol. 82, no 1, p. 188-198.

Walkowitz Judith R., Prostitution and Victorian Society: Women, class, and the state, New York, Cambridge University Press, 1980.

Haut de page

Notes

1 Pour les besoins de cet article, le terme Royaume-Uni (United Kingdom) sera utilisé afin de décrire les territoires associés au United Kingdowm of Great Britain incluant : l’Écosse, le pays de Galles, l’Angleterre et l’Irlande (à partir de l’Acte d’Union de 1801).

2 Catherine Lee, Policing Prostitution, 1856–1886: Deviance, Surveillance and Morality, Londres, Routledge, 2015, p. 2.

3 Michael Strand, « The Genesis and Structure of Moral Universalism: Social Justice in Victorian Britain, 1834-1901 », Theory and Society: Renewal and Critique in Social Theory, 2015, vol. 44, no 6, p. 544-545.

4 Bien que Michael Strand (op. cit.) ne le mentionne pas, il est intéressant de souligner que les cicatrices laissées sur les finances de l’Empire britannique à la suite des guerres napoléoniennes (qui se sont terminées au début du XIXe siècle) ont probablement accentué le besoin d’alléger des dispositions comme le soutien aux pauvres.

5 Les workhouses étaient des lieux de travail où hommes, femmes et enfants étaient volontairement incarcérés (par le biais d’une demande, par exemple en raison d’une perte de logement ou d’emploi – attention, seuls ceux jugés « méritants » pouvaient y être admis) ou involontairement incarcérés (par exemple, comme alternative à la prison, entre autres lors de la Grande Famine en Irlande entre 1845-1852). Leur subsistance variait, les détenus pouvaient recevoir un petit salaire par semaine pour le travail effectué (notamment concasser de la pierre, couper du bois, tisser des poches de jute, etc.), ou encore, y étaient simplement nourris.

6 L’organisation internationale du travail (OIT), reconnait dans sa Convention (n° 29) sur le travail forcé, 1930, que le travail forcé ou obligatoire désigne : « tout travail ou service exigé d’un individu sous la menace d’une peine quelconque et pour lequel ledit individu ne s’est pas offert de plein gré ». (OIT, « Qu’est-ce que le travail forcé, l’esclavage moderne et la traite des êtres humains », URL : https://www.ilo.org/global/topics/forced-labour/definition/lang--fr/index.htm, consulté le 17 mai 2021). Il est pertinent d’ajouter que la Convention (no. 105) sur l’abolition du travail forcé (1957) interdit spécifiquement le recours au travail forcé par les autorités étatiques, entre autres pour des fins de développement économique ou des mesures de discipline du travail. Bien que ces deux conventions internationales n’aient pas été en vigueur durant la période d’activité des workhouses anglais, il est intéressant de s’y référer comme marqueur légal afin d’évaluer cette nouvelle idéologie morale du XIXe siècle (visant la réforme des corps et des âmes) qui a posteriori aurait pu être décrit comme du travail forcé.

7 Ces institutions, telles que la London Society for the Prevention of Pauperism and Crime, ou encore, la London Charity Organization Society, qui octroyaient leur soutien aux pauvres « méritants » afin qu’ils évitent d’aller dans les workhouses, se sont maintenues au moins jusqu’à la Grande Dépression de 1873-1896 (Michael Stand, op. cit., p. 547 et 550).

8 Cela relève davantage d’un enjeu terminologique, mais bien que j’emploie l’expression « maladies vénériennes », soit celle en vigueur au XIXe siècle, je reconnais que la dénomination la plus actuelle serait « infections transmissibles sexuellement et par le sang » (ITSS). L’étymologie de « vénérien ou vénérienne » provient du latin « venus, veneris » qui signifie « beauté, amour, plaisir de l’amour ». (Pierre Martel Cajolet-Laganière et Chantal-Édith Masson (dir.), Usito, dictionnaire en ligne produit par l’Université de Sherbrooke, 2021, URL : https://usito.usherbrooke.ca/d%C3%A9finitions/v%C3%A9n%C3%A9rien, consulté le 18 mai 2021).

9 Traduction libre : Jeremy Waldron, « Mill on Liberty and on the Contagious Diseases Acts », in Nadia Urbinati, Alex Zakaras (dir.), J.S. Mill's Political Thought: A bicentennial reassessment, New York: Cambridge University Press, 2007, p. 11.

10 Ronald Hyam, Empire and Sexuality: The British Experience, Manchester, Manchester University Press, 1990, 234 p. ; Elisabeth Malcolm, « “Troops of largely diseased women”: VD, the contagious diseases acts and moral policing in late nineteenth-century Ireland », Irish Economic and Social History: Journal of the Economic and Social History Society of Ireland, 1999, no 26, p. 1-14 ; Judith R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society: Women, class, and the state, New York, Cambridge University Press, 1980, 368 p.

11 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 49.

12 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 73.

13 Philippa Levine, Prostitution, Race, and Politics: Policing venereal disease in the British Empire, New York, Routledge, 2003, p. 1.

14 Catherine Lee, op. cit., p. 3.

15 Ces quelques paragraphes sont inspirés de Mary Spongberg, Feminizing Venereal Disease: The Body of the Prostitute in Nineteenth-Century Medical Discourse, New York, New York University Press, 1997, p. 63.

16 Philip Howell, « Prostitution and Racialised Sexuality: The Regulation of prostitution in Britain and the British Empire before the Contagious Diseases Acts », Environment and Planning D: Society and Space, 2000, vol. 18, n3, p. 336.

17 En Irlande, à la suite de plusieurs commissions mises sur pied entre 1869 et 1882 pour juger de l’efficacité des CDA, il est possible de dire que les résultats sont mitigés. En effet, bien qu’une certaine réduction de la prostitution ait été relevée dans certains districts, il semblerait que les CDA ont eu pour effet de disséminer le commerce sexuel sur d’autres territoires, mais surtout de rendre la prostitution moins visible (underground) plutôt que de réduire les personnes infectées par les maladies vénériennes (Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, New York, Cambridge University Press, 2007, p. 145).

18 Au XIXe siècle, plusieurs hôpitaux ouvrirent leurs portes et utilisèrent la dénomination « Lock Hospital », leur mission : soigner les patients atteints de maladies vénériennes. Le terme « Lock » (verrouillé en français), que j’ai francisé par « hôpital Lock » à défaut d’une meilleure expression, remonterait aux établissements médiévaux (Leper houses ou hospitals), comme le Kingsland Lock Hospital à Londres fondé en 1280, qui traitaient les lépreux ; une maladie qui faisait des ravages en Europe entre les IXe et XIVe siècles (National Archives United Kingdom, « Hackney’s First Hospital », URL : https://www.nationalarchives.gov.uk/education/tudorhackney/localhistory/lochhf.asp, consulté le 17 mai 2021). J’ajouterais que se manifestant généralement par des lésions cutanées, la lèpre était très visible, ce qui en a justifié des lectures religieuses associant les personnes marquées par cette maladie, comme faisant l’expérience d’un « purgatoire sur terre », mais aussi justifiant des soins physiques et spirituels particuliers au sein d’institutions religieuses isolées dédiées à traiter leur condition (Historical England (Historic Buildings and Monuments Commission for England), « The Time of Leprosy: 11th Century to 14th Century », URL : https://historicengland.org.uk/research/inclusive-heritage/disability-history/1050-1485/time-of-leprosy/, consulté le 17 mai 2021).

19 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 64.

20 Traduction libre : Ibidem.

21 Catherine Lee, op. cit., p. 303.

22 Traduction libre : Ibidem.

23 Pour un compte rendu des débats parlementaires et des organisations (comme la Ladies’ National Association) s’opposant aux législations sur les maladies contagieuses, voir Margaret Hamilton, « Opposition to the Contagious Diseases Acts, 1864-1886 », Albion: A Quarterly Journal Concerned with British Studies, 1978, no 10, p. 14 ; Paul McHugh, Prostitution and Victorian Social Reform, Londres, Croom Helm, 1980, 306 p. ; Mary Spongberg, op. cit., p. 64-65 ; Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 90.

24 Traduction libre : Elisabeth Malcom, op. cit., p. 2.

25 Catherine Lee, op. cit., p. 307.

26 Un exemple de ce contrôle géographique (Ibid., p. 302), menant à la réduction de la mobilité des femmes accusées de prostitution, est qu’à partir de 1869, les CDA permettaient de contrôler n’importe quelle femme vivant sur une circonférence de 10 miles d’installations militaires. Ainsi, les policiers pouvaient ordonner à toute personne à comparaître devant un juge de paix s’ils avaient « “de bonnes raisons de croire” (a) qu’il s’agissait d’une prostituée ordinaire et (b) qu’elle se trouvait dans un lieu public (défini comme une rue, une voie de circulation, une maison ou une pièce ouverte à l’inspection de la police) où une infraction avait été commise » (traduction libre, Ibidem).

27 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 42.

28 Voir la note n° 26.

29 Philip Howell, op. cit., p. 323 (souligné dans le texte d’origine).

30 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 48.

31 Philippa Levine, op. cit., p. 2.

32 Traduction libre : Ibid., p. 323.

33 Traduction libre : Philip Howell, op. cit., p. 328.

34 Ibid., p. 329.

35 Bronwen Walter, Outsiders Inside: Whiteness, Place, and Irish Women (Gender, Racism, Ethnicity), New York, Routledge, 2001, p. 1.

36 Maria Luddy, « “Abandoned women and bad characters”: Prostitution in nineteenth-century Ireland », Women's History Review, 1997, vol. 6, no 4, p. 485, DOI : 10.1080/09612029700200157

37 Maria Luddy, « Women and the Contagious Diseases Acts 1864-1886 », History Ireland, 1993, vol. 1 no 1, URL : https://www.historyireland.com/18th-19th-century-history/women-and-the-contagious-diseases-acts-1864-1886-11/, consulté le 24 mai 2021.

38 Traduction libre : Maria Luddy, « “Abandoned women and bad characters”… », op. cit., p. 486.

39 Ibidem.

40 Maria Luddy, « Unmarried Mothers in Ireland, 1880-1973 », Women's History Review, 2011, vol. 20, no 1, p. 111, DOI : 10.1080/09612025.2011.536393

41 Comme le souligne Judith R. Walkowitz (op. cit., p. 31), il est important de rappeler que de nombreuses femmes se tournent vers la prostitution de manière temporaire, qui pour certaines s’avèrent aussi une manière de gagner de l’indépendance. De plus, ce ne sont pas toutes les femmes qui offrent des services sexuels qui sont des « victimes passives de la domination masculine » (traduction libre, Ibidem), plusieurs « négocient leurs prix » (traduction libre, Ibidem). Ce qui les contraignaient par des mesures extérieures à la prostitution étaient toutefois, le fait d’être stigmatisée comme femmes immorales, ou encore, femmes de « mauvaise vie », ce qui les rendaient susceptibles d’être harcelées par les autorités sanitaires à partir du moment où elles avaient été fichées selon les dispositions des CDA qui finissaient par structurer le marché de la prostitution (Ibid., p. 30.). Rappelons que ce sont souvent les clients de la classe moyenne et élevée qui pouvaient se payer les services des prostituées et que les mères célibataires et les veuves n’étaient pas éligibles au soutien des Poor Laws et que ces antagonismes de classe structuraient l’émergence de ces voix s’indignant contre la prostitution alors que peu d’alternatives étaient offertes à certaines femmes (Ibid., p. 34).

42 Ann Daly, « “Syphilis is given over to sentimentalists: The Dublin Medical Press and Circular and the drive to extend the Contagious Diseases Acts », Irish Historical Studies, 2015, vol. 39, no 155, p. 411.

43 Traduction libre : Ibidem.

44 Mary Spongberg, op. cit., p. 14.

45 Frances Finnegan, Poverty and Prostitution: A Study of Victorian Prostitutes in York, New York, Cambridge University Press, 1979, 231 p. ; Paul McHugh, op. cit. ; Judith R. Walkowitz, op. cit.

46 Howard Saul Becker, Outsiders : Études de sociologie de la déviance, 1985, Paris, Métailié, p. 43, DOI : 10.3917/meta.becke.1985.01, URL : https://www.cairn.info/outsiders--9782864249184.htm

47 J’ajouterais que bien que la sexualité de toutes les femmes les mît à risque de contracter la maladie, les femmes prostituées étaient « malades » du fait qu’elles se prostituaient. Cette distinction est importante, car elle permet de réifier la frontière entre la sexualité des femmes bourgeoises (bonne vie) et de celles plus déshéritées (mauvaise vie).

48 Alain Rey (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, vol. 2, Paris, Le Robert, 1992, p. 1173.

49 Ibidem.

50 Paul Labarthe, Dictionnaire populaire de médecine usuelle, tome 2, Paris, Marpon et Flammarion, 1887, p. 988.

51 Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 50.

52 Voir : Alain Corbin, « L’hérédosyphilis ou l’impossible rédemption. Contribution à l’histoire de l’hérédité morbide », Romantisme, 1981, n° 31, p. 132.

53 Emmanuelle Romanet-Da Fonseca, « Nourrices et maladie : le cas de « la syphilis des innocents » en France dans la seconde moitié du XIXe siècle », Transtext(e)s Transcultures 跨文本跨文化 [En ligne], 11 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 21 mai 2021, URL : http://journals.openedition.org/transtexts/655, DOI : https://doi.org/10.4000/transtexts.655

54 Ann Daly, op. cit., p. 413.

55 En France des hommes atteints de maladies vénériennes pouvaient être enfermés dans les dépôts de mendicité au même titre que les femmes.

56 Mary Spongberg, op. cit., p. 2.

57 Trésor de la langue française informatisée, CNRTL (centre national de ressources textuelles et linguistiques), Entrée lexicographique : « humeur », URL : https://www.cnrtl.fr/lexicographie/humeur consulté le 21 mai 2021.

58 Voir : Georges VigarelloHistoire de la fatigue du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2020, 476 p. ; Georges Vigarello, Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité, Paris, Seuil, 2010, 362 p.

59 Traduction libre : Judith R. Walkowitz, op. cit., p. 56.

60 Traduction libre : Philip Howell, op. cit., p. 322.

61 Catherine Lee, op. cit., p. 3.

62 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 7.

63 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France, 1893 [8e éd. 1967], p. 82.

64 Mary Spongberg, op. cit., p. 9.

65 L’expression « colonies » implique une spatialité coloniale, référant explicitement aux territoires outre-mer occupés par l’Empire britannique, néanmoins le terme désigne aussi l’espace, le périmètre, en bordure d’une base militaire, comme à Curragh en Irlande (Philip Howell, op. cit., p. 335).

66 Mary Spongberg, op. cit., p. 1.

67 Judith R. Walkowitz, « The Politics of Prostitution and Sexual Labour »History Workshop Journal, 2016, vol. 82, no 1, p. 192.

68 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 2.

69 Frances Finnegan, Do penance or Perish: Magdalen Asylums in Ireland, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 1.

70 Il apparait que les institutions « de la Madeleine » (Magdalen Institutions), inspirées de la figure biblique de Marie Madeleine, ont été désignées sous diverses appellations au fil des siècles telles que « asylum », « home », « hospital », « refuge », « penitenciary » et « laundry ». J’ai d’ailleurs réalisé ma thèse doctorale sur les blanchisseries Madeleine (Magdalen Laundries) en République d’Irlande (Audrey Rousseau, Expériences de remémoration face à l’horizon de promesses : parcours de reconnaissance des buanderies Madeleine en Irlande (1993-2014), thèse de doctorat en sociologie, Université d’Ottawa, Canada, 2017, 483 p.).

71 Avant le XXe siècle, les asiles ou hôpitaux de la Madeleine étaient destinés à réformer les âmes des femmes accusées de prostitution (Linda Mahood, The Magdalenes: Prostitution in the Nineteenth Century, Londres, New York, Routledge, 1990, 205 p.).

72 Comme le dit le nom, les hôpitaux Lock sont des lieux fermés destinés à contenir les personnes jugées indésirables afin de les séparer des autres membres de la société. À cet égard, à l’image des anciennes léproserie (endroits qui accueillaient les lépreux), « les prostituées étaient devenues les lépreuses sociales... la syphilis ayant remplacé la lèpre comme symbole de la contagion sociale » Judith R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society, op. cit., p. 59 (voir la note 18).

73 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 131 ; Judith R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society, op. cit., p. 59.

74 Maria Luddy, « Unmarried Mothers in Ireland, 1880-1973 », op. cit., p. 109.

75 L’origine des modèles d’asiles pour femmes remonterait au Moyen Âge (Sherrill Cohen, The Evolution of Women’s Asylums Since 1500, Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 13). À cette époque, ces refuges, fortement teintés de la routine monastique, avaient pour objectif de « sauver » ou convertir des âmes « pénitentes » (autrement dit d’accueillir des femmes pauvres, seules, vulnérables, souvent victimes de violence). Cette forme d’intervention chrétienne s’est ensuite répandue aux quatre coins du monde sous l’influence de la mondialisation européenne. Voir Herbert Fuller Bright Compston, The Magdalen Hospital: The story of a great charity, Society for Promoting Christian Knowledge, Londres, 1917, 236 p.

76 Traduction libre : Deborah Logan, op. cit., p. 369.

77 En dépit du fait qu’aucune définition officielle n’existe des institutions de la Madeleine, il est de connaissance publique que plusieurs des congrégations qui les administraient abritaient aussi des blanchisseries commerciales privées où les détenues (les femmes et les filles incarcérées) travaillaient sans rémunération (Rousseau, 2017, p. 39). Les tâches harassantes, involontaires, voire humiliantes dans ces blanchisseries commerciales (qui obtenaient parfois des contrats de la part d’hôpitaux publics, de l’armée, ou encore, d’institutions hôtelières ou de restaurants) étaient aussi la norme dans d’autres institutions de soins ou de réforme, comme les hôpitaux Lock, les hôpitaux psychiatriques, les pénitenciers, etc.

78 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 140.

79 Ibidem.

80 Traduction libre : Deborah Logan, « “Outstretched Hand to the Fallen”: The Magdalen's Friend and the Victorian Reclamation Movement: Part I. "Much More Sinned against than Sinning" », Victorian Periodicals Review, 1997, vol. 30, n4, p. 368.

81 Traduction libre : Mary Spongberg, op. cit., p. 6.

82 Traduction libre : Catherine Lee, op. cit., p. 2.

83 Comme l’explique Ann Daly (op. cit, p. 406), le prêtre catholique irlandais, J. P. Maguire, se voyait comme un « gardien de la morale » (moral guardian) et insistait pour que les membres de l’Église, comme les archevêchés, travaillent à la mise en œuvre des CDA. Par exemple, ce prêtre soutenait que si une femme s’adonnant à la prostitution était repérée habitant dans un édifice, il était souhaitable qu’un membre de l’Église approche le propriétaire afin de le convaincre de l’évincer.

84 Deborah Logan, op. cit., p. 369.

85 Traduction libre : Susannah Riordan, « In Search of a Broadminded Saint: The Westmorland Lock Hospital in the twentieth century », Irish Economic and Social History, 2012, vol. 39, no1, p. 74, DOI : 10.7227/IESH.39.1.5

86 Comme il l’a été dit, Dublin n’était pas l’un des distincts où les CDA se sont officiellement appliquées en Irlande. Cela étant dit, ces législations étaient connues des policiers, juges et médecins, ainsi que des différentes organisations religieuses et laïques offrant du soutien de dernier secours aux femmes accusées de prostitution, atteintes ou non de maladies vénériennes. De plus, le durcissement des lois dans d’autres comtés irlandais et la notoriété de Westmoreland Lock Hospital a eu pour effet de favoriser l’afflux de patients atteints de maladies vénériennes en recherche de traitement à Dublin (Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 130).

87 Susannah Riordan, op. cit., p. 74.

88 Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 130.

89 Louise Ní Chríodáin, « The institution that Dubliners hoped they would never enter », The Irish Times, 9 novembre 2018, URL : https://www.irishtimes.com/life-and-style/health-family/the-institution-that-dubliners-hoped-they-would-never-enter-1.3674282, consulté le 24 mai 2021.

90 Traduction libre : Maria Luddy, Prostitution and Irish Society, 1800–1940, op. cit., p. 132.

91 Ibidem.

92 Ibidem.

93 Ibid., p. 133.

94 Ibidem.

95 À ce sujet, « les médecins travaillant dans le cadre de ces lois [CDA] rencontrèrent des difficultés lorsqu’ils tentèrent de s’appuyer sur les diagnostics vagues de syphilis et de gonorrhée qui leur étaient utiles dans leur pratique privée ou dans les services des hôpitaux » (traduction libre, Judith R. Walkowitz, Prostitution and Victorian Society, op. cit., p. 65). Cela laisse croire en la fragilité des outils diagnostiques disponibles, ainsi que le développement continu (et donc potentiellement contesté par les membres de la communauté médicale) des traitements curatifs, et ce, en fonction du type de maladie vénérienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Rousseau, « L’échange sexuel comme crime contagieux : politiques sanitaires et construction de la déviance féminine au Royaume-Uni (XIXe siècle) »Criminocorpus [En ligne], Épidémies, crimes et justice, mis en ligne le 20 mai 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11775 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11775

Haut de page

Auteur

Audrey Rousseau

Audrey Rousseau est professeure adjointe en sociologie au Département des sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), Gatineau, Canada. Elle est spécialisée dans l’étude des processus mémoriels contemporains, parmi lesquels les politiques de reconnaissance et de réparation liées à l’enfermement et au travail forcé de milliers de femmes et de filles dans des institutions religieuses en Irlande (XVIIIe-XXe siècles). Elle a publié récemment dans les revues Études Irlandaises, Nouvelles Pratiques Sociales et les Ateliers de l’éthique.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search