Navigation – Plan du site

AccueilDossiersÉpidémies, crimes et justice2022Maladies carcérales et salubrité ...

2022

Maladies carcérales et salubrité publique, la crainte des contagions dans les Alpes Maritimes au XIXe siècle

Aline Martinet

Résumés

La prison a pour vocation de laver la faute du prisonnier dont le crime constitue une souillure morale pour l’ensemble du corps social. Cette perception hygiéniste de l’institution carcérale entre en contradiction avec les réalités des locaux de détention. Les prisons enferment une foule hétéroclite de miséreux dont l’état de santé fait craindre le développement des maladies et des épidémies. Cette contribution analyse les maladies carcérales et les différents traitements qui sont prodigués aux prisonniers au XIXe siècle dans les prisons des Alpes-Maritimes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Alpes-Maritimes
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc Renneville, Crime et folie, deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2 (...)

1En période de crise sanitaire, les institutions qui prennent en charge les individus dans la totalité de leurs besoins sont particulièrement vulnérables. Les prisons tout comme les hôpitaux, les garnisons et les écoles sont exposées au risque de la dissémination épidémique. Le phénomène n’est pas nouveau. Dès le début du XIXe siècle, l’univers carcéral doit faire face à de nombreuses maladies dont la dangerosité est aggravée par l’enfermement et la promiscuité. La prison est dès lors confrontée à un paradoxe entre sa mission morale, qui consiste à purifier le corps social de la « souillure criminelle », et la réalité à laquelle elle est confrontée1.

  • 2 Aline Martinet, Dans l’ombre des prisons. Système pénitentiaire et population carcérale dans la rég (...)
  • 3 À partir de 1792, le département des Alpes Maritimes est créé par les autorités françaises. Ce prem (...)

2La sémantique du monde des prisons révèle cette perception purificatrice et rédemptrice de l’institution pénitentiaire. Son but est d’y faire purger les peines des condamnés pour qu’ils fassent pénitence afin de pouvoir ensuite être réintégrés dans la société. Cependant la réalité carcérale est tout autre. L’analyse du système pénitentiaire dans les Alpes Maritimes met en évidence les difficultés que rencontrent les établissements de détention pour faire face à l’accroissement de la population carcérale à partir de la Révolution française2. De plus, ce territoire frontalier connaît des changements de souveraineté qui entraînent des mutations dans la gestion des espaces punitifs3. Ceux-ci s’intègrent dans une plus perspective plus globale des pratiques d’enfermement car l’arsenal carcéral est assez varié. Sur ce territoire se trouvent deux grandes maisons d’arrêt, celles de Nice et de Grasse ainsi que deux bagnes portuaires, ceux de Nice et de Villefranche. Il comprend également une multitude de petits établissements de détention dans les villages de l’arrière-pays niçois. Ces violons ou chambres de sûreté sont plus ou moins vastes et enferment des condamnés et des prévenus pour une durée inférieure à un an. Dans tous ces établissements de détention se trouve une foule hétéroclite d’individus porteurs de potentielles maladies. Les problèmes sanitaires se posent d’emblée et la vocation salutaire initiale se trouve rapidement remise en question. L’entassement des délinquants, vagabonds, mendiants, prostituées et criminels, issus en grande majorité des « bas-fonds » sociaux, suscite la crainte de la prolifération de leurs vices moraux et de leurs pathologies physiques.

3Ces craintes sont justifiées car au XIXe siècle les établissements pénitentiaires des Alpes Maritimes sont situés en plein cœur des villes. L’hygiène devient une donnée cruciale, autant pour la population carcérale que pour les citadins. Le cas particulier des prisons de ce département présente de façon concrète les différentes situations sanitaires auxquelles sont confrontées les autorités.

  • 4 Du fait des changements de souveraineté durant le XIXe siècle, les autorités qui gèrent les établis (...)

4Afin de préserver les populations urbaines des maladies carcérales, les pouvoirs publics envisagent l’éloignement des bâtiments pénitentiaires. Or, durant la première moitié du XIXe siècle, cela est matériellement impossible car trop coûteux. Faute de moyens, les autorités sont obligées de composer avec les locaux existants. L’urgence sanitaire carcérale apparaît clairement lors du dépouillement des archives préfectorales, sénatoriales et pénitentiaires des Alpes Maritimes4. À partir de ces nombreux documents d’archives, il est possible de s’interroger sur la peur de la contagion que représente l’univers pénitentiaire pour le corps social et d’analyser également les différentes stratégies mises en œuvre pour prévenir, circonscrire et empêcher la prolifération des épidémies à l’intérieur et vers l’extérieur des établissements de détention. Le constat de la situation sanitaire carcérale des locaux pénitentiaires, puis les moyens mis en œuvre pour lutter contre les épidémies et enfin les différents remèdes apportés aux maladies touchant les détenus et le personnel seront successivement abordés.

À l’origine du mal sanitaire : l’insalubrité

  • 5 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, Paris, La Grange, 1788, 2 vol. (...)
  • 6 Robert Badinter, La prison républicaine, Paris, Le livre de poche, 1994.
  • 7 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, de 1670 à 1845, Imprimerie administrative de Pa (...)

5L’insalubrité carcérale est d’emblée ressentie comme une évidence, étant donné que les lieux de détention enferment une population souvent trop nombreuse dans des locaux trop petits. Cette corrélation génère une forte promiscuité mais aussi, aux yeux des occupants, le sentiment que la saleté est omniprésente. La propreté paraît être une quête sans cesse renouvelée et vaine. La crasse semble ancrée au plus profond des fondations de ces édifices punitifs5. Ces lieux communs ne relèvent pas seulement de l’imaginaire carcéral car la prison est volontairement pensée comme une construction répulsive. Elle doit être un lieu repoussant et dissuasif pour ceux qui sont dehors6. À l’intérieur de la prison, la propreté est pourtant une préoccupation constante. Tout au long du XIXe siècle, les règlements relatifs à l’hygiène se multiplient dans les lieux de privation de liberté, pas seulement pour le bien-être de ses occupants mais surtout par peur d’y voir naître des foyers de contamination7. Progressivement des liens s’établissent entre la salubrité des locaux, la santé des prisonniers et l’état sanitaire global du quartier où est implanté la prison.

L’entassement des détenus

  • 8 Paul Senequier, Grasse, notes à la suite de l’inventaire des archives communales, nouvelle édition, (...)

6Dans les Alpes Maritimes, les autorités se préoccupent de la situation sanitaire des établissements pénitentiaire à partir de la Révolution Française. Elle a pour effet d’accroître la population carcérale notamment dans les prisons de Grasse. La ville se trouve, par sa situation frontalière, sur le chemin de l’émigration. Ceux qui tentent de fuir les persécutions sont arrêtés et enfermés. Le tribunal révolutionnaire est installé à Grasse en septembre 1793 et, face à l’afflux de prisonniers, cinq locaux sont transformés à la hâte en prison. La « Torre de la Càrce » est la prison la plus ancienne de la ville. Cette tour du XIVe siècle se trouve dans les remparts de la ville et elle enferme une cinquantaine de détenus dans des conditions pitoyables8.

  • 9 Archives municipales de Grasse, 4 l 1/ 1, Cahier concernant les visites faites aux prisons de la vi (...)
  • 10 A.m.G., 4 l 1/ 1, Lettre des gardiens de la maison d’arrêt, mai 1793.

7Les pièces de détention sont de véritables cachots situés à cinq mètres sous le niveau du sol, dans les fondations de la tour. Les prisonniers y accèdent par une trappe ouverte dans le plancher, puis l’échelle par laquelle ils sont descendus est remontée pour éviter toute évasion. Dans ces oubliettes, les hommes s’entassent dans l’obscurité, l’humidité, et le froid. Ils se plaignent de dormir sur une paille pourrie et nauséabonde qui altère leur santé. En 1796, les gardiens constatent que quatre détenus sont couverts d’ulcères. Ils signalent aux autorités préfectorales que le prisonnier Maurice Œillet a complètement perdu la raison et qu’il a été placé aux fers après « avoir battu ses camarades et en avoir mordu un dans la nuit9 ». Les conditions de détention, l’insalubrité des locaux et le manque d’hygiène auxquels les prisonniers sont réduits ont un impact sur leur santé mentale. La prise en charge pour le traitement des maladies psychiatriques est alors inexistante et les détenus atteints de folie sont tout simplement attachés au mur par des fers. D’autres prisonniers se révoltent, comme Sinforin qui tente de liguer les occupants de son cachot contre le concierge. Il est dénoncé par ses codétenus puis transféré dans une autre cellule et attaché aux fers. Dans la Torre de la Càrce, les murs sont équipés de chaînes et de fers pour entraver les plus récalcitrants et dissuader les autres de les imiter. En mai 1793, les prisonniers désespérés écrivent une pétition pour demander un peu d’air. Ils disent être couverts de vermine et souffrir de diverses plaies cutanées. Les gardiens sont impuissants, ils ne peuvent que signaler la dégradation de l’état de santé des hommes dont ils assurent la surveillance : « trois prisonniers enfermés sont malades, dont un moribond, ils demandent à être transportés à l’hôpital pour avoir les soins dont ils ont besoin ; ou qu’au moins on leur procure les remèdes nécessaires pour leur rétablissement10 ».

  • 11 A. m. G, 4 l 1/ 1, Cahier concernant les visites faites aux prisons de la ville par la municipalité (...)

8La situation carcérale des femmes n’est guère meilleure. Bien que les prisonnières soient enfermées dans les étages supérieurs, elles sont entassées dans des chambres de détention trop étroites. Certaines affirment ne pouvoir s’assoir et être contraintes de rester debout. Elles sont seize à se partager une chambre exigüe en 1794. Comme les hommes, elles supportent l’humidité et elles se plaignent d’être couvertes de poux et de puces. Dans cette promiscuité carcérale, Anne Régis est enfermée avec ses trois enfants dont un nourrisson et elle réclame un peu plus de nourriture. La gale fait des ravages et une autre détenue, Mauve Martelly, a le « corps couvert de boutons et elle ignore le genre de sa maladie11 ». Les médecins certifient que la maladie dont elle est atteinte est contagieuse et qu’elle ne peut espérer de guérison. La prisonnière est renvoyée chez elle afin de ne pas contaminer les autres.

  • 12 Archives départementales des Alpes Maritimes (A.D.A.M.), L 0285, État des réparations en maçonnerie (...)
  • 13 A.D.A.M., L 0285, Mémoire des balais fournis à la maison d’arrêt de cette ville depuis le 24 thermi (...)
  • 14 Marc Bouloiseau, La délinquance pénale à Nice sous le régime napoléonien, d’après les dossiers du t (...)
  • 15 Les dispositions concernant les mises en liberté provisoires sont stipulées par le Code des Délits (...)

9À Nice, la situation carcérale est un peu moins critique. Comme à Grasse, des établissements pénitentiaires ont été ouverts à la hâte après l’entrée des révolutionnaires français dans le Comté de Nice en septembre 1792. L’ancien couvent des Jésuites est réquisitionné comme maison d’arrêt et plus d’une centaine d’individus y sont enfermés. De nombreux travaux ont lieu durant la période impériale afin d’adapter ces locaux religieux à leur nouvelle destination pénitentiaire12. Les murs sont régulièrement blanchis à la chaux, les parquets sont remplacés par un sol pavé de carreaux, les menuiseries et les portes sont refaites pour éviter les évasions. Le problème récurrent est celui de l’évacuation des eaux usées. L’ancien couvent est équipé de canalisation d’évacuation des immondices, or, loin d’être un signe de modernité, ces canalisations mal entretenues sont rapidement bouchées. Les immondices remontent parfois dans les canalisations jusque dans le lavoir. Les tuyaux doivent alors être purgés, voire cassés et refaits. L’absence d’arrivée et d’évacuation d’eau est un problème d’hygiène majeur dans les établissements pénitentiaires au XIXe siècle. Elle implique de la part des prisonniers une participation active au nettoyage des locaux. En 1796, le gardien de la maison d’arrêt commande une quinzaine de balais chaque mois, sans compter les sceaux et baquets qui doivent être fréquemment remplacés13. Durant la période impériale, la plupart des détenus sont des hommes jeunes, issus des classes sociales modestes, travaillant dans le domaine agricole ou ayant très peu de qualification professionnelle. Ils sont principalement poursuivis pour des coups et blessures et condamnés à des peines de prison allant d’un mois à un an14. Hormis les vagabonds et les « repris de justice », une poignée de prévenus bénéficient d’une libération provisoire en l’an IX et l’an X. Ils sont des civils ou des militaires assez riches pour verser une caution au procureur impérial15.

L’hygiène entre timidement en prison

  • 16 A.D.A.M., C0019, Atto di costruzione del 17 aprile 1727 et atto di visita una costruzione, misura, (...)
  • 17 Alain Corbin, « Purifier l’air des prisons », in Jacques-Guy Petit (dir.), La Prison, le bagne et l (...)

10À partir de 1814, de nombreuses mesures d’hygiène destinées à assainir les espaces de détention sont introduites en prison. La restauration de la souveraineté piémontaise rétablit les anciennes institutions dans le Comté de Nice. La prison se trouve à côté de son palais de justice appelé le Sénat. Une communication interne relie le palais de justice à la prison pour éviter les évasions et les communications depuis l’extérieur. La prison du Sénat est destinée à la fois aux prévenus et aux condamnés dont les peines sont inférieures à deux ans. Construit au début du XVIIIe siècle, l’édifice s’élève sur cinq étages16. Il enferme dans des chambres d’environ 15 mètres carrés un total de 148 détenus en 1830, soit vingt-six personnes au maximum par chambre. Jusqu’à la fermeture de l’établissement en 1887, les murs sont régulièrement blanchis de deux couches de lait de chaux dont les vertus purificatrices sont vantées par les hygiénistes. En plus du blanchiment des murs, les sols des chambres de détention sont recouverts de bitume notamment au rez-de-chaussée où le sol en terre battue s’imbibait de saletés. Les pouvoirs publics se préoccupent aussi de l’aération du bâtiment. Ventiler une prison est un dilemme pour un lieu d’enfermement dont l’objectif est d’éviter les évasions et les communications avec l’extérieur. Depuis le XVIIIe siècle, les médecins et les ingénieurs tentent d’apporter une solution à cette équation paradoxale17. Répondre à la nécessité de la clôture des condamnés tout en leur apportant un air frais et renouvelé est un souci pour les hygiénistes du XIXe siècle.

  • 18 Louis-René Villermé, « Mémoire sur la mortalité dans les prisons », Annales d’hygiène publique e (...)

11Les hygiénistes constituent les premiers enquêteurs sociaux avec notamment Louis-René Villermé, ancien chirurgien militaire qui s’est orienté très tôt vers la médecine sociale. L’utilisation des premières séries statistiques leur permet de dresser un tableau de la santé publique dans tous les domaines sociaux et notamment en ce qui concerne les maladies professionnelles. Villermé fonde en 1829 avec le médecin Alexandre Parent-Duchâtelet et l’industriel chimiste Jean-Pierre Darcet les Annales d’hygiène publique et de médecine légale qui devient le vecteur de la pensée hygiéniste18.

  • 19 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, c (...)
  • 20 A.S.T. Corte, mazzo 13, Le docteur Richelmi est nommé médecin des prisons sénatoriales de Nice en 1 (...)
  • 21 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, c (...)
  • 22 Louis-René Villermé, Des prisons telles qu’elles sont, et telles qu’elles devraient être, Paris, Me (...)
  • 23 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, c (...)

12Dans les prisons de Nice, l’entassement dans les chambres de détention d’un trop grand nombre de prisonniers occasionne « un air méphitique19 ». Ces pièces d’environ 12 mètres carrés sont basses de voûte et l’air y devient rapidement irrespirable. En 1851, des ouvertures grillagées sont percées au-dessus des portes des chambres de détention et elles sont munies de solides ferronneries enchevêtrées et scellées dans la pierre. Malgré ces améliorations, le bâtiment est souvent sur-occupé. Pour éviter la prolifération des maladies, le docteur Pietro Richelmi, médecin des prisons sénatoriales de Nice, préconise de changer les habitudes en matière d’hygiène20. Il constate que les prisonniers ne peuvent se laver qu’une fois par mois et il suggère de leur fournir un sceau d’eau quotidien afin qu’ils puissent se laver au moins le visage, les mains et les pieds. Il recommande également, du fait des fortes chaleurs de l’été́, de leur donner la possibilité́ de se laver complètement tous les quinze jours21. Ces recommandations rejoignent celles du médecin Louis-René́ Villermé́ qui en inspectant de nombreuses prisons en France et en Europe s’est rendu compte de la malpropreté́ des prisonniers. Il écrit en 1820 qu’il « faut obliger tous les prisonniers à se tenir propres autant que possible ; et pour qu’ils le soient, la première condition est qu’ils se lavent le visage chaque matin, et les mains plusieurs fois dans la journée et après le travail22 ». Il en va de même pour le linge, les couvertures, les draps et les paillasses qui sont rapidement sales étant donné qu’ils ne sont lavés seulement qu’une fois par mois. Les médecins des prisons recommandent également de faire un nettoyage plus méticuleux dans l’établissement et notamment dans les angles et les coins où s’accumulent les poussières23. Ils établissent clairement un lien évident entre la malpropreté des lieux et les maladies de leurs occupants. L’hygiène carcérale constitue une préoccupation constante pour les autorités d’autant plus que dans la première moitié du XIXe siècle, de nombreuses maladies et épidémies se propagent dans les établissements pénitentiaires.

Les épidémies en prison

  • 24 A.D.A.M., CE Y 0001, Lettre du 24 pluviôse an IX du préfet au maire de la ville.

13En l’an IX, lorsqu’un détenu de la maison de justice est atteint d’une violente fièvre et se trouve « couché à terre sur un peu de paille sans aucune espèce de couverture », personne ne se préoccupe de son sort24. L’illégitimité de la population carcérale constitue un frein à l’accès aux soins et la situation des prisonniers émeut peu l’opinion publique. Cependant quand les maladies carcérales représentent une menace épidémique pour les populations extérieures, les autorités réagissent promptement car en temps d’épidémie, la médecine carcérale minimaliste ne suffit plus. La santé des détenus et la situation sanitaire de la prison devient alors une question de santé publique.

La menace des épidémies

  • 25 Lorenzo De Planta, Massimo Livi Bacci, « Chronologie, intensité et diffusion des crises de mortalit (...)
  • 26 Alfonso Corradi, Annali delle epidemie occorse in Italia delle prime memorie fino al 1850, Bologna, (...)
  • 27 A.D.A.M., 5 M 212, Administration sanitaire, copie conforme de la commission de santé tenue à Toulo (...)

14En prison, les difficultés pour se laver au quotidien favorisent des maladies et notamment le typhus. Cette redoutable « fièvre des prisons » se répand rapidement dans les établissements pénitentiaires surpeuplés et sales. L’apparition du pou de la peau se transmet aux occupants et provoque de fortes fièvres, des courbatures, de la toux et des éruptions cutanées caractéristiques. Durant les premières années de la Restauration, entre 1816 et 1818, une grave épidémie de typhus frappe la péninsule italienne25. L’année 1817 est le point culminant de cette maladie appelée aussi « fièvre petecchiale » dont la propagation est attribuée aux soldats de l’armée napolitaine en déroute, aux mendiants et aux prisonniers26. Face au danger sanitaire, les populations mouvantes sont stigmatisées comme des vecteurs de maladie dont les populations saines et sédentaires seraient les victimes. Les autorités françaises et piémontaises prennent des mesures strictes pour encadrer les passages à la frontière entre la France et le Piémont Sardaigne. Une quarantaine de sept jours et un cordon sanitaire sont établis à la frontière afin d’empêcher tout passage de « ces mendiants et vagabonds que la misère fait sortir de leur pays et qui ont porté la maladie dans tous les pays où ils se sont répandus27 ».

  • 28 A.D.A.M., 5 M 212, Instruction sur la fièvre petecchiale rédigée par le Docteur Tomasini et publiée (...)

15Les établissements pénitentiaires sont également placés sous étroite surveillance car les autorités associent la maladie à la misère sociale. La fièvre petecchiale est contagieuse, elle a pour effet de donner de violents maux de tête et des insomnies. D’après le docteur Tomasini elle se traduit par une « fièvre continue, un pouls faible avec petites vibrations, une vive inquiétude tant morale que physique, un sentiment de contusion dans les membres ou un extrême abattement des forces musculaires, la peau et la langue sont plus ou moins sèches. La physionomie est altérée soit par une tristesse extraordinaire, soit par le roulement vague des yeux. La maladie poursuit ensuite son cours par diverses circonstances plus ou moins graves et suivant que les progrès du mal s’étendent davantage ou qu’ils s’arrêtent dans le cerveau, dans les nerfs, dans les poumons ou dans les viscères du bas ventre28 ». Les seuls traitements envisagés consistent à donner aux malades des émétiques et des purgatifs forts. Les médecins pratiquent des saignées ou des scarifications. Pour soulager les douleurs, ils posent des ventouses sur les viscères et ils ont recours à des sangsues pour atténuer les maux de tête.

  • 29 En 1822, les autorités s’inquiètent de sa diffusion et les autorités piémontaises placent « une cha (...)
  • 30 A.D.A.M., 5 M 212, Le ministère de l’Intérieur aux préfets des départements, le 26 février 1810.

16En 1822, une autre épidémie menace les prisons : la fièvre jaune. Elle trouve son origine en Catalogne et des mesures sont prises à l’échelle internationale pour s’en prémunir29. Le préfet du Var s’inspire des dispositions sanitaires qui ont été adoptées à Milan en 1810 pour lutter contre la variole30. Celles-ci ont été efficaces dans les prisons milanaises alors elles sont appliquées dans les établissements du Piémont Sardaigne puis dans le sud de la France. Ces mesures consistent à séparer les nouveaux prisonniers entrants des autres pendant au moins deux ou trois jours afin de ne pas infecter les individus sains. À cela s’ajoute de nombreuses règles concernant les vêtements et le linge des prisonniers qui doit être lavé puis bouilli fréquemment. Les détenus sont encouragés à se laver avec du savon plus régulièrement. Au cas où une épidémie surviendrait dans l’enceinte de la prison, il est prévu qu’aucun détenu n’en sorte même si sa peine est terminée. Il en va de même pour les gardiens qui n’ont plus le droit de communiquer avec les personnes de l’extérieur. Dans l’enceinte de l’établissement, des fumigations fréquentes doivent être réalisées à l’aide de vinaigre et les murs doivent être blanchis à la chaux. Les paillasses ayant servies de lit aux prisonniers malades ne doivent pas être réutilisées pour d’autres individus, elles doivent être brûlées et tous les linges utilisés doivent être bouillis. Ces mesures sanitaires sont les mêmes pour toutes les épidémies au début du XIXe siècle. Elles démontrent leur efficacité face à la variole, au typhus et à la fièvre jaune, mais à partir des années 1830, elles se révèlent complètement inutiles face à l’épidémie de choléra qui frappe les établissements pénitentiaires.

Le choléra en prison

  • 31 Daniel Panzac, « Pratiques anciennes et maladies nouvelles : la difficile adaptation de la politiqu (...)
  • 32 Bruno Argémi, « Jomard, Clot Bey et la modernisation de la médecine dans l’Égypte de Méhémet-Ali », (...)
  • 33 René Clovis Prus, Rapport à l’Académie de médecine sur la peste et les quarantaines, J.-B. Baillièr (...)

17Le XIXe siècle est dominé par l’épidémie de choléra qui s’abat sur l’Europe à partir de 1832. L’accélération des moyens de transports et de communication consécutifs à la Révolution industrielle favorise la propagation des épidémies à l’échelle mondiale et bouleverse les moyens de lutte traditionnels contre celles-ci31. Les pratiques sanitaires alors en usage dans les ports méditerranéens pour se prémunir de la peste sont inefficaces dans la lutte contre le choléra. Les médecins militaires exerçant au Levant constatent que certaines conditions géographiques et climatiques sont un facteur aggravant dans la propagation de l’épidémie32. Il s’agit des zones marécageuses, chaudes et humides, des maisons mal aérées, des lieux encombrés de matières fécales humaines ou animales, des endroits où s’accumulent des végétaux en putréfaction. Pour certains médecins, les foyers de contagion peuvent apparaître de façon spontanée si toutes les conditions climatiques se combinent à la misère sociale. Une mauvaise alimentation « malsaine et insuffisante, une grande misère physique et morale » ne peuvent que favoriser le développement du choléra33.

18Les établissements pénitentiaires constituent des lieux à risque étant donné la forte promiscuité qui règne entre les détenus. Deux épidémies de choléra frappent la ville de Nice à trente ans d’intervalles en 1835 puis en 1865. À chaque fois, les prisonniers enfermés dans la prison située sur les quais du port de Nice sont victimes de la maladie.

  • 34 Les bagnards sont employés pour le compte de l’État à l’entretien des bassins du port et aux travau (...)
  • 35 Le bagne se trouve dans la rade de Villefranche. Il a été fondé au XVIIe siècle pour loger la chiou (...)
  • 36 A.D.A.M., 01 FS 0432, Stato delle comunità della provincia di Nizza che ebbero a fare delle provvis (...)

19En juin 1835, le choléra se déclare dans le bagne de Nice. Cet établissement pénitentiaire portuaire a été créé en 1750 pour enfermer les condamnés aux travaux forcés34. Rapidement, il se répand dans toute la ville car les détenus sont quotidiennement en contact avec la population étant donné qu’ils travaillent dans le quartier du port. L’épidémie se propage ensuite dans la province de Nice et tue au total 667 habitants, soit 215 hommes et 152 femmes. Au bagne, seulement un tiers des prisonniers contaminés parvient à être soigné après avoir été transféré à l’hôpital du bagne de Villefranche35. Au total 90 forçats meurent du choléra. Pour tenter de circonscrire l’épidémie, les autorités établissent un cordon sanitaire le long de la frontière du Var avec dix-sept points de contrôle. Le but est d’empêcher la circulation des hommes et des marchandises potentiellement infectées36.

  • 37 Les pâtes changent de forme les lundis et les mercredis et le riz agrémente la soupe les mardis et (...)
  • 38 A.D.A.M., 01 FS 0432, Governo generale Morra di Lavriano, Nizza 6 novembre 1831.
  • 39 Benoit Pouget, « un choc de circulation » la Marine française face au choléra en Méditerranée (1831 (...)

20Deux ans plus tard, en 1837, le choléra est de retour. Aussitôt les autorités prennent des mesures pour limiter la propagation de l’épidémie et la santé des forçats est surveillée de près. Au bagne de Nice, la ration journalière des condamnés est nettement améliorée. Les forçats reçoivent deux repas par jour. Le matin ils ont droit à un pain blanc, un peu de viande et du riz. Au repas du soir, ils reçoivent un œuf et de la semoule. Le tout arrosé de vin pour prévenir la fièvre. La ration ordinaire se compose d’un bol de soupe le matin contenant des légumes secs, de l’huile d’olive, du sel, du bouillon et dans le bol de soupe du soir est ajouté du riz ou des pâtes. À cette soupe nutritive s’ajoute un pain par jour de 24 onces, soit 615 grammes. Les forçats peuvent améliorer leur ration alimentaire grâce à leur pécule qui leur permet d’acheter des aliments à des revendeurs ambulants37. Le choléra est encore mal connu et les traditionnelles quarantaines sont rétablies dans l’espoir de circonscrire l’épidémie. Les affaires des malades sont « éventées » pendant une à deux semaines au cas où les objets seraient porteurs des miasmes mortels. Dès le début des années 1830, les médecins remarquent que « l’action du virus se développe entre le troisième et le cinquième jour, c’est-à-dire qu’il peut rester caché dans le corps humain pendant trois à six jours environ, avant de se développer38 ». Selon Benoit Pouget, les premiers symptômes se traduisent par d’abondantes diarrhées blanchâtres à l’odeur fade et à la texture grumeleuse ainsi que par des vomissements aqueux et laiteux. Le malade est livide, il est pris de douleurs de distension à l’estomac, de sueurs froides, d’agitation et d’inquiétude. Des spasmes secouent son ventre, sa poitrine, ses bras, ses jambes jusqu’à ses doigts de pieds. Les extrémités de ses membres sont glacées, sa langue est plombée, ses yeux sont enfoncés et injectés de sang, son pouls est faible et il éprouve des vertiges, des maux de tête et un tintement dans les oreilles. Les vomissements et diarrhées ont pour effet de déshydrater complètement le malade ce qui peut lui être fatal39. Dans le bagne, les précautions destinées à enrayer l’épidémie sont impossibles à appliquer car les forçats dorment dans une promiscuité totale. Les médecins recommandent d’assainir l’air ambiant en ouvrant les fenêtres et en faisant des fumigations à partir d’un mélange de chlorure de sodium, de manganèse et d’acide sulfurique. Cette mixture placée dans des vases en verre dégage un gaz qui oblige les occupants à rester plus d’une heure à l’extérieur. L’objectif est de faire diminuer l’humidité qui favorise la contagion. L’épidémie de 1837 ne fait pas de victimes parmi les forçats car ceux qui ont été contaminés ont été immédiatement soignés à l’hôpital de Villefranche qui dépend du bagne situé dans la rade.

21En 1850, les locaux du bagne sont fermés mais faute de place dans la maison d’arrêt, ils sont rouverts en 1862 après le rattachement de Nice à la France. Désormais, cet ancien bagne est reconverti en une maison de correction où sont incarcérés les condamnés à une peine inférieure à deux ans. Seule l’appellation du lieu change car le bâtiment n’a pas fait l’objet d’aménagements majeurs.

  • 40 A.D.A.M., 01 Y 0007, Rapport relatif à l’insalubrité de la maison de détention de Nice, du médecin (...)

22Presque trente ans plus tard après la première vague épidémique, le choléra frappe une nouvelle fois au port de Nice en 1865. Les condamnés de la maison de correction enfermés dans l’ancien bagne sont les premiers touchés. Les symptômes gastriques de la maladie laissent à penser, dans un premier temps, qu’il s’agit d’un problème de nourriture avariée. Le pain distribué aux prisonniers est analysé et il ne révèle rien d’anormal dans sa composition. Pour découvrir l’origine du mal, les autorités envoient le docteur Wacher, membre du conseil d’hygiène du département, faire la visite du bâtiment carcéral. Son diagnostic est sans appel : il s’agit bien du choléra. Il constate lors de sa visite que l’absence d’hygiène est un facteur aggravant dans la propagation de l’épidémie. Bien que les murs soient régulièrement blanchis à la chaux et que les fumigations soient fréquentes, l’établissement est trop humide. Une source d’eau douce alimente les deux fontaines de la prison et un canal d’évacuation longe le mur des dortoirs. L’abondance de l’eau permet de faire fonctionner une marbrerie dans la cour et, sur le toit du bâtiment, on y lave et sèche du blé avant de le revendre en ville. L’eau s’infiltre autant par le sol que par le toit. L’humidité est tellement prégnante que le linge pourrit dans les magasins de stockage. Selon le médecin, les germes du choléra trouvent dans cette prison les conditions idéales pour se maintenir car les eaux usées ont du mal à s’évacuer à cause de la défaillance des latrines. Des « miasmes nauséabonds » émanent dans une puanteur insoutenable à cause des fosses d’aisance complètement saturées. Celles-ci se trouvent juste à côté de la cuisine et constituent un manquement grave au niveau de l’hygiène40. Les pouvoirs publics prennent conscience de l’urgence sanitaire mais l’établissement carcéral n’est pas fermé faute de lieu de substitution. Les mesures pour enrayer le choléra sont principalement préventives mais aucune nouveauté n’est apportée. Comme trente ans auparavant, on améliore la ration alimentaire quotidienne des détenus. Ils reçoivent davantage de légumes frais et du riz pour limiter les diarrhées ainsi qu’un bouillon à base de rhum censé les fortifier. Les prisonniers doivent aussi porter une ceinture de flanelle afin de maintenir leur ventre au chaud. Toutes ces mesures ne parviennent pas à éradiquer l’épidémie car onze prisonniers succombent ainsi que l’épouse et le fils du gardien chef.

  • 41 La question de l’enfermement solitaire du prisonnier dans une cellule oppose les partisans du systè (...)

23La situation sanitaire de la maison de correction inquiète les populations environnantes et l’établissement est fermé temporairement afin que des travaux puissent être réalisés. Les prisonniers sont transférés dans l’ancien bagne de Villefranche durant quelques semaines. À leur retour, la maison de correction est un peu moins humide. Des canaux ont été creusés pour favoriser l’écoulement des eaux. Les anciens lits de pierre des bagnards sur lesquels dorment les prisonniers ont été remplacés par des structures en bois destinés à les prémunir du froid et de l’humidité. La menace d’une généralisation de l’épidémie de choléra à l’ensemble de la ville a eu pour effet bénéfique d’amener une prise de conscience des conditions de détention indignes infligées aux condamnés de la maison de correction de Nice. Cependant, il faut attendre encore vingt ans pour que soient ouvertes les nouvelles prisons en 1887. Celles-ci sont éloignées du centre-ville et elles sont construites selon le modèle cellulaire41. Cette architecture est censée éviter toute contagion entre les individus.

Être malade en prison

Les maladies de la misère

  • 42 Dr Émile Laurent, Les Maladies des prisonniers : étude d’hygiène pénitentiaire, Paris, Société d’éd (...)

24La prison n’est pas la seule responsable des maladies qui frappent les reclus car très souvent ceux-ci sont déjà fragilisés avant leur incarcération. La misère sociale, l’exclusion, les problèmes de logement, les privations alimentaires, le manque de vêtements chauds et l’absence de soin médicaux sont des facteurs qui affaiblissent les prisonniers avant même leur entrée en détention. Comme pour les populations qui sont en dehors, les maladies carcérales varient selon les saisons. L’hiver apporte avec lui son lot d’angines, de pneumonies, de bronchites et de maladies liées à l’absence de chauffage. Dès que les chaleurs reviennent, elles sont supplantées par les gastro-entérites et des diarrhées42.

  • 43 D’après les statistiques établies à partir des documents du Ministère de l’Intérieur, Statistiques (...)
  • 44 A.D.A.M., 01 Y 0005, Lettre du ministère de l’Intérieur et de l’administration pénitentiaire au pré (...)
  • 45 A.D.A.M., 01 Y 0005, Lettre du ministère de l’Intérieur et de l’administration pénitentiaire au pré (...)
  • 46 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900 – 1940), Lyon, Presses Universi (...)
  • 47 A.D.A.M., 04 N 0039, Rapport sur un projet de chauffage à la Maison Cellulaire de Nice, Rapport du (...)

25Entre 1866 et 1910, 34% des prisonniers des Alpes Maritimes sont atteints de maladies chroniques. Il s’agit principalement d’affections cardiaques, pulmonaires, intestinales, stomacales, oculaires, nerveuses et rénales. Ces pathologies ne concernent qu’une minorité de malades car 66% des prisonniers incarcérés dans les établissements des Alpes Maritimes souffrent de maladies aigües43. La plupart des prisonniers sont atteints de maladies respiratoires comme la pneumonie, la pleurésie et surtout la tuberculose qui frappe de plus en plus de détenus à la fin du XIXe siècle. La tuberculose est la hantise des autorités pénitentiaires car la maladie est hautement contagieuse. Le bacille de Koch se transmet essentiellement par les postillons expectorés lors des toux ou des éternuements. Il pénètre dans les voies respiratoires et s’attaque ensuite aux tissus pulmonaires dans lesquels le bacille prolifère. Il faut attendre 1903 pour que des mesures soient prises contre la tuberculose dans la maison d’arrêt de Nice44. Les autorités insistent sur l’hygiène des locaux, désormais les balais et les plumeaux ne sont plus suffisants pour laver les sols, ils doivent être remplacés par des serpillères humides. Le linge des tuberculeux doit être systématiquement désinfecté et les prisonniers ont interdiction de cracher par terre. Ils doivent utiliser des « crachoirs hygiéniques placés à un mètre du sol, bien en vue, et dans le voisinage des affiches45 ». Cette éducation à l’hygiène est généralisée à l’ensemble des prisons françaises46. Malgré le climat de la région, les prisonniers ne souffrent pas moins de la tuberculose à Nice car la maison d’arrêt, ouverte en 1887, est dépourvue de chauffage. Un calorifère était initialement prévu sur les plans de l’architecte mais celui-ci n’a jamais été installé. Or, l’absence de chauffage favorise l’humidité dans l’établissement ainsi que les maladies respiratoires. En 1901, le docteur Malgat signale à l’administration l’urgence d’installer des poêles-calorifères car les températures ne dépassent pas les 10° dans les cellules et les 8° dans les couloirs de l’établissement47. Après 1903, le nombre des prisonniers atteints de maladies aigües passe d’une cinquantaine par an à moins d’une quinzaine grâce à l’installation d’un dispositif de chauffage dans la maison d’arrêt de Nice.

26Les maladies virales comme la rougeole ou la variole ainsi que les infections bactériennes comme la syphilis ou l’érysipèle sont fréquentes dans les prisons mais concernent peu de détenus. Il en est de même pour le scorbut ou le typhus qui deviennent de plus en plus rares avec l’amélioration de l’alimentation et des soins prodigués aux malades dans l’enceinte même de la prison.

Soigner

  • 48 A.D.A.M., CE Y 0001, Rapport préfectoral sur les prisons de l’an IX.
  • 49 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.
  • 50 Italie, Turin, Archivio di Stato di Torino session Corte (AST Corte), mazzo 13, lettre du Sénat de (...)
  • 51 A.D.A.M., 01 Y 0001, Rapport mensuel sur la maison d’arrêt de Grasse, mois de mars 1844.
  • 52 A.D.A.M., 01 Y 0001, Lettre du médecin Guérin de la maison d’arrêt de Grasse, 22 décembre 1854.
  • 53 A.D.A.M., CE Y 0002, Lettre du préfet pour la nomination de Louis Peyan, 13 février 1811.

27Durant le Premier Empire, les autorités dénoncent le manque de régularité des médecins qui doivent visiter les détenus malades au moins une fois par semaine. En 1801, le préfet des Alpes Maritimes s’insurge suite au décès d’un prisonnier car « on paye 400 francs par an pour un médecin et autant pour un chirurgien, pour soigner les malades en prison et ils n’y vont jamais. Il y a environ trois mois, qu’un prisonnier est mort sans qu’aucun d’entre eux s’y soit porté pour lui faire donner des secours, malgré les invitations qui leur furent faites48 ». Les deux praticiens fautifs sont aussitôt démis de leurs fonctions. Le médecin des prisons devient dès l’époque de la Restauration un membre incontournable de l’univers carcéral. Ses visites sont généralement hebdomadaires et à partir des années 1840 la plupart des établissements pénitentiaires sont aménagés afin d’accueillir une petite infirmerie. Le docteur Richelmi y ausculte les détenus malades et visite aussi ceux qui sont sains. Cette mise à nu des corps constitue une incarnation puissante du pouvoir « totalisant » de l’institution carcérale49. Il est aussi chargé de surveiller l’hygiène des locaux pénitentiaires afin de prévenir les épidémies. Il fait des recommandations en matière de nettoyage, d’aération, de fumigations et il demande fréquemment des travaux de désinfection pour réduire la prolifération des insectes. À Nice, le docteur Richelmi est médecin dans les prisons de la ville durant 27 ans, il est considéré comme étant à la fois expérimenté et de bons conseils. De plus, les autorités ont confiance en cet homme qui a toujours eu « des sentiments et un attachement au gouvernement royal50 ». À Grasse, le chirurgien Guérin officie à la maison d’arrêt de la ville et il « se rend à la prison toutes les fois qu’on le demande, suivant la gravité des cas le malade est envoyé à l’hôpital civil51 ». Il prodigue ses soins presque gratuitement aux prisonniers pendant près de vingt ans. Pour lui, sa mission est un véritable sacerdoce de charité humaine et au moment de prendre sa retraite il écrit : « je n’étais mu que par le désir d’être utile et j’aurai continué mon service des prisons alors même qu’aucune rémunération n’y aurait été attachée. Aujourd’hui que je touche presque au terme de ma carrière médicale et que le repos va me devenir indispensable52 ». Tous les professionnels de santé ne sont pas animés par la même philanthropie. En 1811 un rapport du préfet des Alpes Maritimes s’insurge contre le corps médical défaillant dans les maisons d’arrêt et de justice de Nice : « on paye 400 francs par ans pour un médecin et autant pour un chirurgien, pour soigner les malades et ils n’y vont jamais. Il y a environ trois mois, qu’un prisonnier est mort sans qu’aucun d’eux ne s’y soit porté pour lui faire donner des secours, malgré les invitations qui leur en furent faites ». Désormais, un seul suffira, lequel sera choisi parmi un médecin plus charitable et « porté de bonne volonté à remplir son devoir452 ». Son salaire est fixé annuellement à cinq cent francs par an et il est tenu de faire son travail dans les maisons d’arrêt et de justice53.

28En prison, les traitements prodigués aux malades sont principalement des remèdes traditionnels tels que les tisanes et les potions. Un régime diététique peut aussi être prescrit par le médecin. Il consiste à améliorer les quantités de nourriture, à distribuer des bouillons d’os à moelle ou de soupe, à ajouter un morceau de viande ou une portion de fruits.

  • 54 A.D.A.M., 01 Y 0004, Circulaire du ministère de l’Intérieur, direction de l’administration pénitent (...)
  • 55 Ministère de l’Intérieur, Code pénitentiaire, recueil des actes et documents officiels, publiés par (...)

29Quand la médecine carcérale est impuissante, les malades sont transférés à l’hôpital. Avant l’ouverture de la prison cellulaire de Nice en 1887, 74% des prisonniers malades sont envoyés à l’hôpital pour y recevoir des soins qui ne peuvent être donnés en prison. Les autorités se montrent réticentes à ces transferts et elles rappellent constamment l’impérieuse nécessité de soigner les malades dans l’enceinte carcérale. En 1807 le ministère de l’Intérieur signalait déjà aux préfets « les abus qui se produisaient dans les prisons où les médecins délivraient trop facilement des certificats aux détenus atteints de maladies légères ou feintes, lesquels étaient transférés dans les hôpitaux et y passaient une grande partie du temps que devait durer leur peine54 ». Dans la seconde moitié du siècle, la problématique n’a pas changé car la peine effectuée en dehors de la prison paraît moins sévère et plus facile à supporter. En 1878, une circulaire explique que « le séjour dans les hôpitaux permet aux détenus des adoucissements de régime incompatibles avec leur situation et leur offre trop souvent des facilités d’évasion ou de communications avec le dehors55 ». La surveillance des prisonniers à l’hôpital n’est pas aussi sévère qu’en prison et les détenus peuvent recevoir plus facilement des visites, voire organiser leur fuite. En 1887, l’ouverture de la maison d’arrêt de Nice change la donne au niveau des soins médicaux. Une aile spécifiquement consacrée à l’infirmerie est ouverte et désormais ils ne sont plus que 7% des malades à prendre la direction de l’hôpital pour être soignés. L’infirmerie de la maison d’arrêt de Nice est la seule aile chauffée jusqu’en 1903. Il s’y trouve au total treize cellules pour l’accueil des malades, un cabinet médical pour les consultations, une pharmacie et une tisanerie pour la préparation des remèdes. Étant donné que c’est la seule aile de la prison à être convenablement chauffée, c’est à cet endroit que se trouvent les bains. Seulement huit cellules sont équipées de baignoires et servent à l’ensemble des détenus, soit plus de deux cent prisonniers. La rareté des bains pour les individus bien portants est déplorée par les médecins des prisons qui alertent les autorités sur les risques de contagion des maladies de peau.

  • 56 A.D.A.M., 01 Y 0018, Lettre d’un prisonnier au préfet des Alpes Maritimes, 1891.

30Les transferts vers l’hôpital demeurent exceptionnels et faire venir un praticien en prison pour y être soigné s’avère compliqué. En 1891, un détenu souffrant de maux de dents veut faire venir à la prison un dentiste à ses frais pour se faire soigner, mais il est confronté à des problèmes de formalités administratives. Il exprime toute sa détresse dans un courrier adressé au préfet et il explique que « le gardien-chef n’a pu que me donner l’adresse du dentiste le plus rapproché, en me disant : « écrivez-lui de venir en se prémunissant d’un permis à prendre à la préfecture ». Et si ce dentiste juge que cela ne vaut pas la peine de se déranger et de courir à droite et à gauche pour arracher une ou deux dents, ne répond même pas à ma lettre, que se passe-t-il ? Après une attente inutile de deux ou trois jours dans des souffrances atroces, on me dira adressez-vous à un autre, dont voici l’adresse. Et cela peut ainsi durer à l’infini. Mais c’est épouvantable de penser qu’un homme emprisonné et malade a tant de difficultés à surmonter pour arriver à pouvoir recevoir les soins réclamés par son état56. ». Cette lettre exprime la situation critique des prisonniers malades en prison, ceux-ci sont complètement dépendants de l’institution pénitentiaire pour se soigner et la prise en charge n’est pas la même qu’à l’extérieur. Le prisonnier perd la liberté de se soigner et de choisir son praticien. L’uniformisation du traitement pénitentiaire nie la singularité des besoins de chacun. S’ajoute aussi les a priori liés à la condition du détenu car les souffrances éprouvées par le criminel suscitent peu la compassion.

  • 57 L’orchite traumatique est une grave inflammation de toute ou partie des testicules, elle est conséc (...)
  • 58 A.D.A.M., 01 Y 0005, Directeur de la 30e circonscription pénitentiaire des Alpes Maritimes au préfe (...)
  • 59 D’après les statistiques établies à partir des documents du Ministère de l’Intérieur, Statistiques (...)
  • 60 https://www.enap.justice.fr/histoire/emprisonnement-individuel-debats-1840-1945 (consulté le 27 aoû (...)
  • 61 A.D.A.M., 01 Y 0011, Compte rendu du gardien chef, 1900.
  • 62 A.D.A.M., 01 Y 0011, Compte rendu du gardien chef, 1900.
  • 63 A.S.T. Corte, carceri in genere, mazzo 7, Compte rendu de l’inspecteur du génie civil au ministèr (...)

31Les médicaments sont fournis par un entrepreneur privé qui passe un contrat avec l’administration pénitentiaire pour approvisionner l’infirmerie de la prison au meilleur prix. Or, la direction des établissements se plaint régulièrement des défaillances au niveau de l’approvisionnement. En 1897, le directeur de la circonscription pénitentiaire des Alpes Maritimes assiste à une opération chirurgicale sur un prisonnier à la maison d’arrêt de Grasse. Il relate son expérience : « j’avais eu l’occasion […] d’assister sur la demande même du patient de Monsieur le docteur Malgat, à une opération consistant en la réduction d’une orchite traumatique57. Or, au moment du pansement il ne s’était pas trouvé une simple bande ni un linge à pansement. J’ai dû y faire pourvoir au moyen d’un drap usagé celui-ci propriété de l’État, que j’ai fait disposer séance tenante, en bande et linges. Quand il s’est agi de consolider le pansement, il n’a pas été trouvé une seule épingle pour fixer les bouts et sur l’observation qu’il y avait certainement un quartier des femmes, pour les nourrices, des épingles. J’en ai fait demander immédiatement et là encore, il n’y avait même pas une épingle dite de nourrice. Tel est le service constaté de l’Entrepreneur58 ». Les manquements réguliers des fournitures médicales révèlent les difficultés d’accéder aux soins en prison. Ainsi, entre 1866 et 1910, la mortalité concerne 7% des prisonniers par an59. Pour limiter les maladies contagieuses, l’isolement des prisonniers dans des cellules individuelles apparaît comme une alternative à l’enfermement en commun. Les débats concernant les bienfaits de la séparation des prisonniers aboutissent à l’adoption de la loi du 5 juin 187560. À Nice, la nouvelle maison d’arrêt ouverte en 1887 respecte le principe de la séparation des prisonniers. L’établissement enferme les prévenus et les condamnés à des peines inférieures à deux ans. L’isolement de jour comme de nuit des prévenus est destiné à circonscrire les contacts entre les malfaiteurs et vise à empêcher toute forme de collusion entre eux. Or, les pathologies mentales qui jusque-là étaient assez limitées deviennent plus visibles. Dès l’année suivante, on dénombre sept cas de prisonniers ayant présentés des signes d’aliénation mentale au bout de 15 jours de détention. En plus de la surveillance ordinaire des corps, les gardiens de prison assurent une surveillance morale des prisonniers. En 1900, lors de sa ronde le gardien chef surprend un détenu qui tente de s’étrangler avec sa chaise. Il entre aussitôt dans la cellule et arrête le geste du condamné. Dans son rapport il explique qu’il a discuté avec le détenu et lui a dit « des paroles pour lui relever le moral et changer ses idées61. ». Les jours suivants, le reclus est plus étroitement surveillé, les gardiens l’interrogent sur les raisons de sa tentative de suicide « le désespéré́ qui est récidiviste a déclaré́ qu’il avait voulu en finir avec la vie, parce qu’il prévoyait un avenir tellement sombre qu’il préférait la mort62. » Les gardiens sont démunis face aux prisonniers qui présentent des signes de dépression. À la fin du XIXe siècle il n’y a pas de prise en charge des maladies psychiatriques et celles-ci ne sont pas finement recensées par les autorités. Les statistiques pénitentiaires enregistrent uniquement les cas d’aliénation mentale c’est-à-dire les cas de prisonniers qui sont pris d’excès de folie et de fureur. Pour les empêcher de se mutiler ou d’être un danger pour eux-mêmes et les autres, ces détenus sont attachés avec une camisole de force. Cette chemise qui entrave les mouvements des individus en leur attachant les bras au corps est présentée en 1847 par l’inspecteur du génie civil au ministère des Affaires ecclésiastiques de justice et de grâce du royaume du Piémont Sardaigne comme une véritable modernité car elle évite d’avoir recours aux fers qui attachent les prisonniers aux murs de la cellule 63. Entre 1866 et 1910, les cas d’aliénation mentale ont concerné au total 111 individus des deux sexes. Le suicide demeure un acte rare et inquiétant pour les autorités qui voient en lui le signe d’un échec et aussi l’impossibilité de guérir certains prisonniers de leurs maux.

Conclusion

  • 64 Olivier Milhaud, Séparer et punir, les prisons françaises : mise à distance et punition par l’es (...)

32Tout au long du XIXe siècle, les préoccupations sanitaires pénètrent lentement l’univers carcéral. L’apparition et la propagation d’épidémies dans les prisons amènent les autorités à faire davantage appel au corps médical pour soigner et préserver les populations recluses. Les médecins qui visitaient les établissements pénitentiaires seulement une fois par semaine au début du XIXe siècle deviennent progressivement des membres à part entière du personnel. Ils sont systématiquement mentionnés parmi les employés de la prison et ils sont chargés d’intervenir pour les visites hebdomadaires mais également pour les urgences médicales. Malgré l’illégalité qui frappe les prisonniers et l’indifférence des populations extérieures concernant leur souffrance, les soins prodigués aux détenus sont primordiaux. En effet, les épidémies comme le typhus, le choléra ou encore la tuberculose font prendre conscience de l’importance de chacun. En prison, où la promiscuité est forte, la santé d’un individu n’est pas seulement une question personnelle, mais elle demeure une préoccupation d’ordre public. Les changements de souveraineté qui jalonnent l’histoire du Comté de Nice tout au long du XIXe siècle constituent des ruptures administratives importantes dans la gestion du territoire et plus particulièrement des établissements de détention. Cependant, l’organisation de la prévention des maladies et de la gestion des soins restent semblables entre les administrations piémontaises et françaises. Dans tous les cas le recours à l’isolement des prisonniers est l’ultime moyen pour éviter et prévenir les maladies contagieuses. Les détenus sont censés être doublement isolés car ils sont, d’une part, éloignés de la population légale en étant enfermés dans des bâtiments construits à l’écart des centres urbains64. Et d’autre part, ils sont théoriquement séparés entre eux par la loi de 1875 qui prévoit l’encellulement individuel des prévenus. À partir de 1887, l’ouverture de la maison d’arrêt cellulaire de Nice a pour objectif d’assurer cette double séparation. L’établissement est construit dans un quartier peu urbanisé et à l’écart de la ville. Il comprend 238 cellules pour les hommes et 36 pour les femmes ce qui est théoriquement suffisant à l’époque. Or, il s’avère rapidement que les contacts entre l’extérieur et les reclus sont quotidiens, ils sont parfois même illégaux. Puis dans l’enceinte de la prison, les détenus vivent dans une grande promiscuité et ils sont parfois deux par cellule dans la première moitié du XXe siècle. L’isolement dans la ville et dans la prison est une mesure à la fois punitive et hygiéniste qui vise à limiter les contagions sanitaires et morales. De plus, l’idée selon laquelle l’institution pénitentiaire doit veiller à préserver la santé des prisonniers émerge lentement. La détention n’est pas censée altérer la santé des reclus or, avec la généralisation de l’incarcération individuelle, les pathologies n’affectent plus seulement les corps. Elles sont aussi d’ordre psychiques et dans quelques cas, les maladies mentales conduisent au suicide. Il faut attendre le XXe siècle pour que les soins puis les unités psychiatriques s’installent dans les prisons.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Argémi Bruno, « Jomard, Clot Bey et la modernisation de la médecine dans l’Égypte de Méhémet-Ali », Bulletin de la Sabix [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 13 novembre 2014. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1097 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.1097

Badinter Robert, La prison républicaine, Paris, Le livre de poche, 1994.

Bouloiseau Marc, La délinquance pénale à Nice sous le régime napoléonien, d’après les dossiers du tribunal correctionnel de Nice (1800-1814), Paris, 1979.

Codes de l’Empire Français, Nouvelle édition de l’imprimerie de Crapelet, Chez Lefèvre librairie, Fournier frères libraires, à Paris, 1813.

Corbin Alain, « Purifier l’air des prisons », in Petit, Jacques-Guy (dir.), La Prison, le bagne et l’histoire, Librairie des Méridiens, Éditions M+H, Genève, 1984, p. 151-156.

Corradi Alfonso, Annali delle epidemie occorse in Italia delle prime memorie fino al 1850, Bologna, Gamberini e Parmeggiani, 1865.

De Planta Livia, Livi Bacci Massimo, « Chronologie, intensité et diffusion des crises de mortalité en Italie 1600-1850 », Population, n°32, n°1, 1977, p. 401-446.

Dessertine Dominique, Faure Olivier, Combattre la tuberculose (1900-1940), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988.

Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Howard John, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, Paris, La Grange, 1788, 2 vol.

Kalifa Dominique, Les Bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Seuil, coll. Univers historique, Paris, 2013.

Laurent Émile, Les Maladies des prisonniers : étude d’hygiène pénitentiaire, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1892.

Martinet Aline, Dans l’ombre des prisons. Système pénitentiaire et population carcérale dans la région des Alpes Maritimes. XIXe siècle-début XXe siècle, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, université Côte d’Azur, 2020.

Milhaud Olivier, Séparer et punir, les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, thèse de doctorat de géographie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2009.

Ministère de l’Intérieur, Code pénitentiaire, recueil des actes et documents officiels, publiés par Louis Herbette, tome VII (1er janvier 1876 au 31 décembre 1878), Melun, Imprimerie administrative, 1879.

Moreau-Christophe Louis-Mathurin, Code des prisons, de 1670 à 1845, Imprimerie administrative de Paul Dupont, Paris, 1845, tome I.

Murard Lion, Zylberman Patrick, L’hygiène dans la République, la santé publique en France, ou l’utopie contrariée, 1870-1918, Fayard, Paris, 1996.

Panzac Daniel, « Pratiques anciennes et maladies nouvelles : la difficile adaptation de la politique sanitaire au XIXe siècle », Bulletin et Mémoire de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 10, fascicule 1-1, 1998, p. 53-68.

Pouget Benoît, « un choc de circulation » la Marine française face au choléra en Méditerranée (1831-1856) médecine navale, géostratégie et impérialisme sanitaire, thèse de doctorat d’histoire moderne et contemporaine, Université d’Aix-Marseille, 2017. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01722659

Prus René Clovis, Rapport à l’Académie de médecine sur la peste et les quarantaines, J.-B. Baillière, Paris, 1846.

Renneville Marc, Crime et folie, deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

Senequier Paul, Grasse, notes à la suite de l’inventaire des archives communales, nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée, Grasse, imprimerie E. Imbert, 1892.

Villermé Louis-René, « Mémoire sur la mortalité dans les prisons », Annales d’hygiène publique et de médecine, janvier-avril 1829, p. 1-99.

Villermé Louis-René, Des prisons telles qu’elles sont, et telles qu’elles devraient être, Méquignon-Marvis, Paris, 1820.

Haut de page

Notes

1 Marc Renneville, Crime et folie, deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, le crime est perçu comme une faute et un péché qui marque la déchéance de l’homme. La conception de la peine est expiatrice pour le criminel ainsi que pour la société. Certains philosophes et juristes du XVIIIe siècle tels que Montesquieu, Voltaire, Beccaria ou encore Lepeltier de Saint-Fargeau, contribuent à faire évoluer la perception du crime qui n’est pas uniquement lié à la corruption morale de son auteur mais aussi aux lois terrestres imparfaites.

2 Aline Martinet, Dans l’ombre des prisons. Système pénitentiaire et population carcérale dans la région des Alpes Maritimes. XIXe siècle – début XXe siècle, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, sous la direction de Jean-Paul Pellegrinetti, université Côte d’Azur, 2020.

3 À partir de 1792, le département des Alpes Maritimes est créé par les autorités françaises. Ce premier département comprend les arrondissements de Nice et de Puget Théniers, il s’étend jusqu’à la Brigue, Menton et Monaco. Il comprend à partir de 1805 l’arrondissement de San Remo. Avec la restauration de la monarchie piémontaise en 1814, la province de Nice est réintégrée au royaume du Piémont Sardaigne et retrouve ses limites antérieures à la Révolution Française. Enfin, en 1860 le comté de Nice est rattaché à la France et le département des Alpes Maritimes est recréé avec l’adjonction de l’arrondissement de Grasse. Le fleuve Var constitue entre 1814 et 1860 une frontière entre la France à l’Ouest et le royaume du Piémont-Sardaigne à l’Est.

4 Du fait des changements de souveraineté durant le XIXe siècle, les autorités qui gèrent les établissements de détention sont multiples. Durant les périodes françaises (1792-1814 et 1860 à 1940) le ministère de l’Intérieur et les préfets ont la gestion des maisons d’arrêt. Puis à partir de 1911, cette gestion passe au ministère de la Justice. En Piémont-Sardaigne, la gestion des prisons est moins centralisée. Le Sénat (palais de justice) gère directement ses propres prisons sénatoriales qui dépendent de lui cependant au niveau financier. C’est l’Intendant de la Province qui débloque les fonds et s’occupe du financement des travaux. Les bagnes portuaires sont sous l’autorité du ministère de la Marine en France et en Piémont-Sardaigne.

5 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force, Paris, La Grange, 1788, 2 vol. Dès le XVIIIe siècle, John Howard décrit les effets de la prison sur des détenus qui y sont entrés en bonne santé : « peu de temps suffit pour les rendre des squelettes, sans force et sans activité. Quelques-uns languissants sous le poids de leurs maux, renfermés dans de petites chambres sales et dégoûtantes, expirent étendus sur les planches ; ils expirent d’une fièvre pestilentielle ».

6 Robert Badinter, La prison républicaine, Paris, Le livre de poche, 1994.

7 Louis-Mathurin Moreau-Christophe, Code des prisons, de 1670 à 1845, Imprimerie administrative de Paul Dupont, Paris, 1845, tome I, Extrait du cahier des charges pour l’entreprise générale du service des maisons centrales de force et de correction, août 1830 ; Instruction sur le règlement général pour les prisons départementales, 30 octobre 1841 ; Instruction sur les rapports annuels des médecins et chirurgiens des maisons centrales, 28 mai 1842 ; Circulaire relative à la construction et à l’appropriation des prisons départementales, 17 août 1853 ; Cahier des charges pour l’entreprise générale des fournitures à faire aux maisons d’arrêt, 14 décembre 1855 ; Circulaire relative à l’hygiène en prison et soins de propreté, 20 octobre 1872 ; Arrêté instituant un comité consultatif d’hygiène pénitentiaire, 18 février 1905 ; Circulaire du 12 février 1905 sur l’application de la loi du 12 juin 1893 concernant l’hygiène et la sécurité des travailleurs. Voir également Archives Municipales de Grasse (A.m.G.), 4I 1/9, Les règlements concernant l’hygiène en prison.

8 Paul Senequier, Grasse, notes à la suite de l’inventaire des archives communales, nouvelle édition, revue, corrigée et considérablement augmentée, Grasse, imprimerie E. Imbert, 1892.

9 Archives municipales de Grasse, 4 l 1/ 1, Cahier concernant les visites faites aux prisons de la ville par la municipalité en 1792 et 1793.

10 A.m.G., 4 l 1/ 1, Lettre des gardiens de la maison d’arrêt, mai 1793.

11 A. m. G, 4 l 1/ 1, Cahier concernant les visites faites aux prisons de la ville par la municipalité en 1792 et 1793.

12 Archives départementales des Alpes Maritimes (A.D.A.M.), L 0285, État des réparations en maçonnerie faites à la maison d’arrêt dite des Jésuites par ordre de l’administration municipale, 19 fructidor an IV (8-18 juin 1796).

13 A.D.A.M., L 0285, Mémoire des balais fournis à la maison d’arrêt de cette ville depuis le 24 thermidor an III au 1er pluviôse an IV (11 août 1795-21 janvier 1796).

14 Marc Bouloiseau, La délinquance pénale à Nice sous le régime napoléonien, d’après les dossiers du tribunal correctionnel de Nice (1800-1814), Paris, 1979.

15 Les dispositions concernant les mises en liberté provisoires sont stipulées par le Code des Délits et des peines, l’article 222 fixait le cautionnement à une somme de 3000 livres quelle que soit la sanction encourue à condition que « le délit qui a donné lieu au mandat d’arrêt n’emporte pas une peine afflictive, mais seulement une peine infamante ou moindre ». À partir de 1809, le Code d’Instruction Criminelle précise les conditions supplémentaires que devait remplir le prévenu pour bénéficier de cette mise en liberté provisoire. En plus du cautionnement, le prévenu devait se soumettre aux réquisitions du tribunal consistant à ne pas s’éloigner de son siège administratif (chapitre VIII de la liberté provisoire et du cautionnement, articles 113 à 126 in Codes de l’Empire Français, Nouvelle édition de l’imprimerie de Crapelet, Chez Lefèvre librairie, Fournier frères libraires, à Paris, 1813, p. 507-508.

16 A.D.A.M., C0019, Atto di costruzione del 17 aprile 1727 et atto di visita una costruzione, misura, genesi e calcolo delle nuove carceri del 21 aprile 1733. Archivio di Stato di Torino session Corte (A.S.T. Corte), Mazzo 13, materie economiche, carceri L in O., pianta del pian terreno delle carceri senatorie di Nizza, 20 juin 1837, dressé par l’ingénieur en chef de la circonscription, P. Gardon.

17 Alain Corbin, « Purifier l’air des prisons », in Jacques-Guy Petit (dir.), La Prison, le bagne et l’histoire, Librairie des Méridiens, Éditions M+H, Genève, 1984, p. 151-156.

18 Louis-René Villermé, « Mémoire sur la mortalité dans les prisons », Annales d’hygiène publique et de médecine, janvier-avril 1829, p. 1-99 ; Id., Des prisons telles qu’elles sont, et telles qu’elles devraient être, Méquignon-Marvis, Paris, 1820 ; Lion Murard et Patrick Zylberman, L’hygiène dans la République, la santé publique en France, ou l’utopie contrariée, 1870-1918, Fayard, Paris, 1996.

19 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, cui procedette l’Intendente generale della divisione il giorno 24 maggio 1830.

20 A.S.T. Corte, mazzo 13, Le docteur Richelmi est nommé médecin des prisons sénatoriales de Nice en 1824. Il est considéré par les autorités comme un des médecins les plus expérimenté. Il est vanté comme étant sage, prudent et instruit et surtout comme ayant toujours « manifesté son attachement au gouvernement royal » d’après le premier secrétaire d’État aux affaires intérieures, le président Peyretti di Condove.

21 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, cui procedette l’Intendente generale della divisione il giorno 24 maggio 1830.

22 Louis-René Villermé, Des prisons telles qu’elles sont, et telles qu’elles devraient être, Paris, Méquignon-Marvis, 1820, p. 54.

23 A.D.A.M., 01 FS 0368, Verbale di visite straordinaria economica delle carceri senatorie di Nizza, cui procedette l’Intendente generale della divisione il giorno 24 maggio 1830.

24 A.D.A.M., CE Y 0001, Lettre du 24 pluviôse an IX du préfet au maire de la ville.

25 Lorenzo De Planta, Massimo Livi Bacci, « Chronologie, intensité et diffusion des crises de mortalité en Italie 1600-1850 », Population, n°32, n°1, 1977, p. 401-446.

26 Alfonso Corradi, Annali delle epidemie occorse in Italia delle prime memorie fino al 1850, Bologna, Gamberini e Parmeggiani, 1865, p. 194.

27 A.D.A.M., 5 M 212, Administration sanitaire, copie conforme de la commission de santé tenue à Toulon le 25 avril 1817.

28 A.D.A.M., 5 M 212, Instruction sur la fièvre petecchiale rédigée par le Docteur Tomasini et publiée par la commission provinciale de santé de Bologne, le 7 mars 1817.

29 En 1822, les autorités s’inquiètent de sa diffusion et les autorités piémontaises placent « une chaîne en fer au milieu du pont du Var » afin d’empêcher tous les voyageurs de passer la frontière.

30 A.D.A.M., 5 M 212, Le ministère de l’Intérieur aux préfets des départements, le 26 février 1810.

31 Daniel Panzac, « Pratiques anciennes et maladies nouvelles : la difficile adaptation de la politique sanitaire au XIXe siècle », Bulletin et Mémoire de la Société d’anthropologie de Paris, Nouvelle Série, tome 10, fascicule 1-1, 1998, p. 53-68.

32 Bruno Argémi, « Jomard, Clot Bey et la modernisation de la médecine dans l’Égypte de Méhémet-Ali », Bulletin de la Sabix [En ligne], 54 | 2014, mis en ligne le 13 novembre 2014. URL : http://journals.openedition.org/sabix/1097; DOI : https://doi.org/10.4000/sabix.1097 (consulté le 25 août 2021)

33 René Clovis Prus, Rapport à l’Académie de médecine sur la peste et les quarantaines, J.-B. Baillière, Paris, 1846, p. 1054. Dominique Kalifa, Les Bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Seuil, coll. Univers historique, Paris, 2013.

34 Les bagnards sont employés pour le compte de l’État à l’entretien des bassins du port et aux travaux pénibles. Le bagne ferme en 1850. Mais lors du rattachement du Comté de Nice à la France en 1860, le déficit en locaux de détention pousse les autorités à rouvrir l’établissement en tant que maison de correction. Il ferme définitivement ses portes en 1887 avec l’ouverture de la maison d’arrêt de Nice.

35 Le bagne se trouve dans la rade de Villefranche. Il a été fondé au XVIIe siècle pour loger la chiourme condamnée à ramer sur les galères royales du Piémont-Sardaigne. Avec la suppression des galères, les bagnards sont employés à l’entretien des navires. Ce bagne est doté d’un hôpital et les forçats malades du bagne de Nice y sont également transférés. Les états du Piémont Sardaigne comptent au total sept bagnes de terre ferme. Cinq sont maritimes : ceux de Gènes, Nice, Savone, Capraia et Villefranche. Et deux sont dits de « terre » à Alessandria et Fenestrelle. La Sardaigne compte trois bagnes situés à Cagliari, Porto Torres et Alghero.

36 A.D.A.M., 01 FS 0432, Stato delle comunità della provincia di Nizza che ebbero a fare delle provviste di diversa natura nell’occasione dello stabilimento del cordone sanitario militare lungo la linea del Varo nell’anno 1835.

37 Les pâtes changent de forme les lundis et les mercredis et le riz agrémente la soupe les mardis et les jeudis. Les vendredis, ce sont les fèves et les vermicelles (tagliarini) qui épaississent le bouillon. Les fèves sont remplacées le samedi par des haricots. Enfin, le dimanche les forçats reçoivent une soupe grasse enrichie avec un morceau de lard, des oignons et des légumes verts. Seuls ceux qui travaillent reçoivent un peu de vin quotidien, les autres doivent attendre le dimanche.

38 A.D.A.M., 01 FS 0432, Governo generale Morra di Lavriano, Nizza 6 novembre 1831.

39 Benoit Pouget, « un choc de circulation » la Marine française face au choléra en Méditerranée (1831-1856) médecine navale, géostratégie et impérialisme sanitaire, thèse de doctorat d’histoire moderne et contemporaine, Université d’Aix-Marseille, 2017. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-01722659 (consulté le 26 août 2021).

40 A.D.A.M., 01 Y 0007, Rapport relatif à l’insalubrité de la maison de détention de Nice, du médecin des prisons, le 13 septembre 1866.

41 La question de l’enfermement solitaire du prisonnier dans une cellule oppose les partisans du système pennsylvanien, isolant totalement les détenus de jour comme de nuit, à ceux qui prônent le système d’Auburn, séparant les prisonniers la nuit tout en les faisant vivre en commun et en silence le jour. En France, les partisans des deux systèmes s’opposent durant tout le siècle qui connaît deux épisodes de construction de prisons cellulaires. La première dans les années 1830 et la seconde avec l’arrivée au pouvoir des Républicains après 1870. Entre les deux, le Second Empire est peu favorable à ce mode d’enfermement coûteux et privilégie les projets d’enfermement collectif. Le cellulaire fait débat jusqu’à l’adoption de la loi du 5 juin 1875 qui tranche définitivement en sa faveur. Dans les Alpes Maritimes, les maisons d’arrêt de Grasse et de Nice, ouvertes en 1846 et 1887, s’inscrivent dans ces deux vagues cellulaires différentes. Voir https://www.enap.justice.fr/histoire/emprisonnement-individuel-debats-1840-1945 (consulté le 27 août 2021).

42 Dr Émile Laurent, Les Maladies des prisonniers : étude d’hygiène pénitentiaire, Paris, Société d’éditions scientifiques, 1892, p. 33.

43 D’après les statistiques établies à partir des documents du Ministère de l’Intérieur, Statistiques des prisons et des établissements pénitentiaires, à partir de l’année 1852 ; Statistique pénitentiaire pour l’année… après 1880.

44 A.D.A.M., 01 Y 0005, Lettre du ministère de l’Intérieur et de l’administration pénitentiaire au préfet des Alpes Maritimes, le 7 avril 1903.

45 A.D.A.M., 01 Y 0005, Lettre du ministère de l’Intérieur et de l’administration pénitentiaire au préfet des Alpes Maritimes, le 7 avril 1903.

46 Dominique Dessertine, Olivier Faure, Combattre la tuberculose (1900 – 1940), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1988.

47 A.D.A.M., 04 N 0039, Rapport sur un projet de chauffage à la Maison Cellulaire de Nice, Rapport du Docteur Malgat du 24 décembre 1901.

48 A.D.A.M., CE Y 0001, Rapport préfectoral sur les prisons de l’an IX.

49 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

50 Italie, Turin, Archivio di Stato di Torino session Corte (AST Corte), mazzo 13, lettre du Sénat de Nice à l’azienda dell’Interno, 1815.

51 A.D.A.M., 01 Y 0001, Rapport mensuel sur la maison d’arrêt de Grasse, mois de mars 1844.

52 A.D.A.M., 01 Y 0001, Lettre du médecin Guérin de la maison d’arrêt de Grasse, 22 décembre 1854.

53 A.D.A.M., CE Y 0002, Lettre du préfet pour la nomination de Louis Peyan, 13 février 1811.

54 A.D.A.M., 01 Y 0004, Circulaire du ministère de l’Intérieur, direction de l’administration pénitentiaire, « au sujet du transfèrement des détenus malades dans les hôpitaux », le 20 juin 1874.

55 Ministère de l’Intérieur, Code pénitentiaire, recueil des actes et documents officiels, publiés par Louis Herbette, tome VII (1er janvier 1876 au 31 décembre 1878), Melun, Imprimerie administrative, 1879, « Instructions pour la mise en pratique du régime de la séparation individuelle dans les prisons départementales », 3 juin 1878. Art. 12.

56 A.D.A.M., 01 Y 0018, Lettre d’un prisonnier au préfet des Alpes Maritimes, 1891.

57 L’orchite traumatique est une grave inflammation de toute ou partie des testicules, elle est consécutive à des oreillons.

58 A.D.A.M., 01 Y 0005, Directeur de la 30e circonscription pénitentiaire des Alpes Maritimes au préfet des Alpes Maritimes, le 17 mars 1898.

59 D’après les statistiques établies à partir des documents du Ministère de l’Intérieur, Statistiques des prisons et des établissements pénitentiaires, à partir de l’année 1852 ; Statistique pénitentiaire pour l’année… après 1880.

60 https://www.enap.justice.fr/histoire/emprisonnement-individuel-debats-1840-1945 (consulté le 27 août 2021).

61 A.D.A.M., 01 Y 0011, Compte rendu du gardien chef, 1900.

62 A.D.A.M., 01 Y 0011, Compte rendu du gardien chef, 1900.

63 A.S.T. Corte, carceri in genere, mazzo 7, Compte rendu de l’inspecteur du génie civil au ministère pour les Affaires ecclésiastiques de justice et de grâce, Turin, 5 mars 1847.

64 Olivier Milhaud, Séparer et punir, les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, thèse de doctorat de géographie, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Martinet, « Maladies carcérales et salubrité publique, la crainte des contagions dans les Alpes Maritimes au XIXe siècle »Criminocorpus [En ligne], Épidémies, crimes et justice, mis en ligne le 20 mai 2022, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/11800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.11800

Haut de page

Auteur

Aline Martinet

Aline Martinet est docteure en histoire contemporaine, chercheuse au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine. Ses travaux de recherche portent sur les lieux de réclusion, la population carcérale, les phénomènes de criminalité et de délinquance ainsi que sur l’univers de la marginalité. Sa thèse de doctorat intitulée Dans l’ombre des prisons. Système pénitentiaire et population carcérale dans la région des Alpes-Maritimes. XIXe siècle-début XXe siècle, a été réalisée sous la direction du professeur Jean-Paul Pellegrinetti en 2020 et est à paraître aux éditions Garnier Méditerranées prochainement.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search