Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2022De fortes femmes au début du XVII...

2022

De fortes femmes au début du XVIIe siècle d’après les procédures contre la veuve Charpentier et ses filles dans la prévôté de Nancy en 1615, chapardeuses, abuseresses et débauchées

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7376
Antoine Follain

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de la transcription annotée du procès disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

  • 1 « Cette ville qui dépassait à peine le millier d’habitants à la fin du XVe siècle, a, vers 1630, av (...)
  • 2 En 1593 Marguerite Lallement dit avoir reçu « une petite place en ladicte Villeneufve en récompanse (...)

1À cette époque Nancy compte plus de dix mille habitants1. La ville est caractérisée depuis 1590 par une extension décidée sous le règne du duc Charles III, qui a chargé l’architecte italien Girolamo Citoni de concevoir une « nouvelle ville » au sud de la vieille, avec des rues larges et droites selon un plan hippodamien en vogue à la Renaissance, sauf pour la rue Saint-Nicolas qui traversait l’ancien faubourg et garde son tracé. Le plan a entraîné la destruction du faubourg Saint-Dizier dont les habitants ont été dotés de parcelles dans la Ville-Neuve où ils se sont installés dans des conditions dégradées2. Des fortifications bastionnées protègent l’ensemble, dont les deux parties communiquent par une esplanade et deux portes fortifiées. Nancy est donc une ville moyenne qui devient plus grande et dont la population se gonfle d’habitants issus des petites villes et des campagnes. De plus, Nancy a les attributs politiques et judiciaires les plus importants de tout le duché.

Un conseil de Ville soucieux de l’ordre moral

2En 1615, le conseil de Ville s’en prend à onze femmes seules, auxquelles est donné l’ordre de quitter la ville et il en menace sept autres, trois mariées et quatre isolées. Curieusement, l’ordonnance n’en donne pas les raisons pour les premières et enjoint aux suivantes « q[u’]elles ayent à se comporter doresnavant en sorte que n’en arrive plus de plainte » (pc.1 f°1r.). Le fond de l’affaire transparaît dans certaines réponses rapportées par les sergents : « laquelle a faict responce qu’elle s’a tousjours comporté vertueusement », une autre « qu’elle n’avoit jamais faict aulcun act déshonneste » ou encore « qu’elle s’avoit tousjours comporté comme femme de bien doit f[air]e » (pc.1 f°2v.). Les rapports parlent encore d’une certaine femme sorcière et maquerelle et de ses filles putains et voleuses (pc.1 f°2r.) et d’une information contre elle, prévenue « de sortilège et macrelage et sesdictes deux filles de larcin, vie impudicque et scandaleuse » (pc.3 f°5r.).

  • 3 Antoine Follain, « La Sorcière de Ville et la Sorcière des Champs, en Lorraine aux XVIe et XVIIe si (...)

3L’orientation de l’enquête fait apparaître que toutes les femmes poursuivies devaient être considérées comme plus ou moins débauchées, irrespectueuses des bonnes mœurs, voire prostituées. La mère et ses deux filles, qui ont droit au procès qui a été conservé en entier, seraient en plus des chapardeuses, des « abuseresses » trompant la confiance des bonnes gens et peut-être des sorcières. Mais cette dernière accusation n’est portée que par quelques témoins et elle n’a pas tenu jusqu’au bout de la procédure. C’est que, les accuser en plus de sortilèges, c’est comme accuser de la rage un chien auquel on veut du mal. Il y a certes une obsession de la sorcellerie partagée par les gens de justice et les habitants de la ville – et des campagnes, bien sûr3. Mais par rapport à l’ordonnance municipale du 15 juillet 1615 et en examinant toute la procédure ducale initiée le 30 juillet suivant, la sorcellerie est un surplus, une accusation plus grave pour les mettre dans l’embarras et leur faire peur, avant de revenir aux véritables préoccupations des bourgeois du corps de Ville – à savoir l’ordre moral et social qui a été mis à mal par des femmes indépendantes et irrespectueuses de cet ordre.

4Aucune des femmes de la première liste ne se plie à l’ordonnance d’expulsion et les autres répondent bien sûr en promettant de bien ou mieux se comporter. Rien dans le dossier des Archives pour 1615 ne fait penser que les autres femmes ont été poursuivies. Il semble donc que le conseil de Ville et le procureur général de Lorraine qui s’est joint à leur action, se soient focalisés sur Claudon Magistère et ses deux filles, afin de faire un exemple. C’était un bon choix au regard des accusations rapportées par les « quarteniers » responsables de cette partie de la ville. C’était aussi un mauvais choix car ces femmes vont se montrer fort résistantes et dessiner à notre grand plaisir et profit les portraits « De fortes femmes... » comme nous l’avons annoncé en titre.

  • 4 Il y a peu à dire sur ce procureur. Nicolas Remy le père avait écrit la Démonolâtrie en 1592 et l’o (...)
  • 5 Le seul des échevins qui se soit distingué est l’auteur d’un petit traité de procédure, mais il n’e (...)

5Le 30 juillet, le procureur général de Lorraine présente ses réquisitions. Le 31, les échevins de Nancy, qui sont juges au premier chef dans la prévôté du même nom, ordonnent qu’une information soit faite et ils la confient à l’un d’entre eux, pour en faire rapport, à savoir l’échevin de Bernécourt. Sur le plan judiciaire, Nancy a un corps de Ville et des droits de justice mais aucune des femmes les plus menacées par l’ordonnance municipale n’a été vraiment impressionnée. Par ailleurs cette justice municipale n’a pas laissé d’archives de son activité et la justice ducale est trop présente pour lui laisser de l’autorité. D’où la nécessité de recourir aux gens de justice du duc, à savoir le procureur général du bailliage de Nancy et de Lorraine, à cette date Nicolas Remy le fils4, et les échevins de Nancy ou tribunal du Change, qui rendent des « avis » sur les procédures engagées dans tout le duché et qui rendent ici des jugements, exerçant en première instance dans la prévôté de Nancy. On voit ces échevins agir ensemble, sans que l’un ou l’autre ne se distingue et parfois dans les actes ils ne sont même pas nommés mais agissent en tant que « les échevins »5.

Une famille composée de femmes

  • 6 Pourcentages calculés entre 1569 et 1608, sur 291 femmes accusées, le reste (19% seulement) étant d (...)

6La famille composée autour de Claudon est sans homme. Il n’y a plus de père, plus de mari – dont le décès ou la disparition pourrait correspondre à la période de mauvaise vie dont les échevins s’inquiètent, depuis « trois ou quatre ença ». Il n’y a pas de frère, pas de fils, ni même de gendre alors que la fille aînée, Claude, a l’âge d’être mariée. Ces trois femmes sont différentes d’autres femmes des deux listes, pour lesquelles la justice a trouvé un interlocuteur. Ainsi pour la veuve Didon Mairesse et sa fille « parlant à son frère » (pc.1 f°2r.), pour « la femme de Mathieu Dannoy « parlant à son marit » et pour La Vedelette et sa fille « parlant à leur gendre », lequel garantit qu’il les châtiera lui-même si besoin est (f°2v.). Ces trois femmes sans homme ont un mauvais profil : il y a une veuve (comme le sont 18% des femmes criminelles devant le parlement de Paris) et deux célibataires (comme le sont 63% des mêmes femmes)6.

7Âgée de 17 ans, la cadette Louise ressemble à ces insolentes croisées dans les sources judiciaires et plutôt excusées de leurs vilaines actions, du fait de leur jeune âge. On les humilie en public et on les fouette seulement mais en les menaçant de plus grave si on les reprend à « méfaire ».

8Claude, l’aînée, âgée de 25 ans, a déjà un parcours inquiétant, puisqu’après une mauvaise affaire à Nancy et rejetant à un moment l’autorité de sa mère et ne voulant pas non plus se marier, elle est partie à Paris, soit avec un homme (pc.3 f°6r.) soit avec une autre jeune femme (pc.6 f°22r.) où elle se serait placée chez un épicier. Puis elle aurait appris les rudiments d’un métier. De retour à Nancy, elle se serait fait embaucher aux fortifications mais mécontente des conditions elle aurait repris de l’indépendance comme couturière, y intéressant sa mère et sa sœur – sans oublier des doutes possibles sur son comportement à Paris bien qu’elle dise « s’y (être) comporté en fille de bien » alors que tous les témoins disent qu’elle est d’une nature « impudicque ».

  • 7 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, 415 p. ici p. 6 (...)
  • 8 C’est au contraire le profil de Barbe Grosse Gorge : Antoine Follain, « La Sorcière de Ville... », (...)

9Quant à la mère, Claudon, c’est une veuve, donc une femme libre de toute autorité masculine, âgée de 48 ans et donc trop vieille pour être « frivole »7 – quoi qu’il s’agisse d’une question de tempérament. Claudon n’est pas sage, puisque l’ordonnance du conseil de Ville puis l’information des échevins en font la maquerelle de ses propres filles. C’est une femme mise à part des solidarités de ses rue et quartier, à cause de son rythme de vie et des incidents qui lui sont reprochés. Claudon est une femme isolée, porteuse de troubles, d’où aussi le soupçon de sorcellerie qui la vise, alors qu’elle n’exerce aucune activité spécifique. Ce n’est ni une guérisseuse, ni une devineresse8. Au surplus, un témoin en fait une mauvaise femme qui « battoit et oultrageoit » son vieux père à la fin de sa vie (pc.3 f°8r.).

10Le tout nous conduit à penser que le procureur général du duc de Lorraine et les échevins de Nancy ont voulu poursuivre, autant des personnes, des actes, qu’un état féminin incarné par les trois femmes, qui est discordant avec les normes sociales. De plus, en visant ces trois-là, dans l’esprit de la procédure déclenchée par le corps de Ville, la justice ducale a bien choisi sa cible pour faire un exemple. Étant sans homme pour s’interposer, elles étaient les moins protégées parmi toutes les femmes de la liste. D’où les trois procédures combinées, menées contre elles par la justice ducale.

L’angle de la sorcellerie

  • 9 Antoine Follain, « La Sorcière de Ville... », op. cit. p. 108-114, section « Aggraver un cas par un (...)

11Nous avons déjà publié des extraits de ces procès, sous le seul angle de la sorcellerie9. Ces archives sont tellement riches, qu’il est courant qu’une même procédure puisse être étudiée successivement sous des angles différents. De plus, c’est ici le procès complet que nous offrons aux lecteurs.

  • 10 « a dict qu’il y a deux ans que ladicte Claudon ayant trouvé elle qui dépose au devant de l’hostel (...)

12Commentons rapidement l’aspect sorcellerie pour en débarrasser notre source. L’information est commencée le 1er août. Dès le lendemain, le procureur prend de nouvelles réquisitions et le 5 les échevins prononcent un jugement interlocutoire. Le procureur établit alors contre Claudon une accusation « de sortilège, larcin et macrelage » et contre les deux filles « de larcin, vie impudicque et scandaleuse », requérant qu’elles soient appréhendées. L’information reprend le 8 août, puis les 11, 18, 20, 21 et 25 août, et sont auditionnés jusqu’à 29 témoins, tous habitants de Nancy. Les plus nombreux (23 sur 29) reprochent aux trois femmes leur vie de débauche, les larcins (de la fille aînée surtout), les troubles à l’ordre public et leur attitude générale qui est dénoncée dans des termes comme « affronteuse et trompeuse », « tousjours rioteuse et queréleuse », « laronnesse et affronteuse », voire « usant de menaces » envers des voisins comme « de le[ur] f[ai]re coupper les jarretz et d’au[ltr]es inconvénians », ce qui doit correspondre à une époque où ces femmes avaient des appuis parmi les soldats, « suisses et archers », qui devaient fréquenter leur maison. Sur les 29, seulement cinq fondent l’accusation de « sortilège » mise en avant par les juges instructeurs, accusation qui est portée contre la mère, sans jamais impliquer les deux filles. C’est pourtant cette accusation secondaire qui occupe le plus les juges. Le témoin auditionné en premier – ce qui n’est jamais indifférent – est une femme nommée Claudon du Prey et c’est aussi l’un des cinq témoignages qui dénoncent les « sortilèges » ; le quatrième témoin, Claude Thiébault, confirme que Claudon « est en réputa[ti]on d’estre sorcière » et qu’elle lui a jeté des sorts ; le septième témoin confirme « que ladicte Claudon est en réputa[ti]on d’estre sorcière et macrelle » ; les 27e et 28e témoins sont deux femmes, Jeannon Richier qui accuse Claudon d’un « mal donné » à son enfant10, et Magdelaine qui dénonce aussi un sort jeté à feu son mari, par esprit de vengeance.

13Les accusations sont renforcées par la manière dont les échevins et surtout le procureur général traitent l’ensemble des dépositions. En effet, les soulignements de certains passages attestent qu’ils se sont arrêtés sur chaque accusation de sorcellerie et non sur les larcins et les crimes de mœurs. Lors de l’interrogatoire de Claudon le 18 septembre, l’échevin l’interroge d’abord sur les larcins et les mœurs avant de passer aux dénonciations de sorcellerie et il va plus loin que les suggestions des témoins et il la menace de la torture. Claudon répond avec aplomb « que sy l’on procède contre elle à la rigueure [en la soumettant à la question] se sera po[ur] bien petit suject ». Il y a manifestement un décalage entre la gravité des accusations et l’attitude de la prévenue qui ne comprend pas ou feint de ne pas comprendre ce qu’on lui reproche. Quant aux officiers, ils sont relativement peu intéressés par les crimes de mœurs des trois femmes à l’origine de la procédure, alors qu’on les voit très acharnés à établir le crime de sorcellerie par préférence aux autres.

  • 11 Equivalent à Césère, donc saint Césaire, évêque d’Arles au VIe siècle, originaire de Bourgogne.

14Le 2 octobre, elle est prévenue de « maquerélage, larcins, sortillège et venéfice » où il n’y a que la sorcellerie qui justifie sa condamnation à la torture. Le 5 octobre, en présence du bourreau, la première question porte sur le maquerellage mais dès la deuxième arrive la sorcellerie. Claudon « dénie le présent interrogatoire » et elle est remise à l’exécuteur de haute justice. Durant la séance, l’échevin mélange plusieurs fois les questions de mœurs et de sorcellerie, sans parvenir à la faire se couper dans ses réponses. Par exemple : « interrogée de sesdictz maléfices et larcins ? » la prévenue donne deux réponses distinctes : « A dict n’estre sorcière » et « n’avoir co[mm]is au[ltr]es larcins ». Claudon appelle des saints à son secours : « disant : sainct César11 me veuille assister ! », disant « en estre innocente et s’escrié : Madame saincte Anne ! » et « s’escriant tousjours : Madame saincte Anne, Nostre Dame de Liesse et benoit sainct César ! ». Elle répond plusieurs fois « qu’elle n’est sorcière », et même « ne sçavoir que c’est d’estre sorcière et n’avoir comme maistre que Dieu ». La séance est arrêtée sans que les échevins aient obtenu des aveux.

Des portraits de fortes femmes

15Le 7 octobre 1615, le procureur général puis les échevins répètent l’accusation initiale, à savoir « sortilège, venéfice, maquerelage et larrecin ». En revanche, quand ils arrivent à la condamnation, ils retiennent seulement que Claudon est « suffisam[m]ent attaincte et convaincue de furtz [vols] et larcins et putangie [prostitution] » et donc le sortilège n’est plus mentionné. Mais on est proche de la résolution du conflit ouvert par le corps de Ville. L’intérêt majeur de cette publication de source est de livrer les trois portraits de fortes femmes du début du XVIIe siècle, à une époque fort mal documentée sur elles. Fortes moralement. Et forte physiquement pour Claudon qui a résisté à la séance de torture, ce que font peu de suppliciés, alors que retenir ses aveux est le meilleur moyen pour gripper la machine judiciaire. Des femmes indépendantes qui ont été poursuivies autant, sinon davantage, pour leur genre de vie que pour des actes. La prostitution déplaît aux autorités mais jamais elle n’est poursuivie seule. C’est une accusation qui vient en renfort d’autres accusations pour dénoncer l’immoralité des prévenues. À la fin, la mère et la sœur aînée sont condamnées au carcan, au fouet et au bannissement et la plus jeune fille est renvoyée hors de cause mais que pourrait-elle faire, sinon suivre les deux autres dans leur exil ? Claudon n’est donc pas punie comme le serait une sorcière, par la mort et la destruction de son corps.

16La peine de bannissement perpétuel a suffi à résoudre le problème du corps de Ville et des habitants dérangés par le voisinage des trois femmes. Mais où sont-elles parties ? Pas très loin, peut-être, puisque la Lorraine royale est toute proche de la Lorraine ducale. Ou à Paris, peut-être, la très grande ville déjà connue par la fille aînée. Quelles vies ont-elles reconstruites ailleurs ? Les historiens de la première modernité sont habitués à s’accommoder des limites des sources. Au moins ces procès du début du XVIIe siècle ont-ils donné un coup de flash qui a illuminé ces vies de femmes.

Haut de page

Notes

1 « Cette ville qui dépassait à peine le millier d’habitants à la fin du XVe siècle, a, vers 1630, avec plus de 15.000 habitants, définitivement supplanté Toul et s’est portée à hauteur de Metz. » qui comptait déjà jusqu’à 20.000 habitants vers 1585 cf. Marie-José Laperche-Fournel, La Population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, Presses Universitaires, 1991, 236 p. ici p. 71-72.

2 En 1593 Marguerite Lallement dit avoir reçu « une petite place en ladicte Villeneufve en récompanse d’un petit logis qu’elle avoit audict Sainct Disier » qu’elle a revendue après le décès de son mari « pour la somme de vingtz frans qu’elle auroit despensé à sa nourriture et de sesdictz enfans » au nombre de quatre. Marguerite est enceinte d’un cinquième. Elle habite désormais une petite maison qui « n’est bastie que de planches et couverte de thuille et en paye vingtz franc par an » avec une nommée Barbe,femme d’un soldat absent à la guerre, une nommée Halby veuve, et à côté d’elles habite Anthoinette Messonere, femme de soldat également absent. Depuis peu, les trois femmes ont accueilli avec elle Lucie de Montey, servante renvoyée, ayant besoin d’un toit et d’une occupation. Dans l’interrogatoire de Lucie, le juge enquêteur dit des trois femmes « qu’elles sont par bruict commun femmes impudicques et bordellières » et Lucie dit de Margueritte qu’elle est « femme abandonnée hantante le bois de Solrup [où elle se prostitue] et ayante une petite fille avec elle eagée d’environ trèze ou quatorze ans laquelle elle a déjà prostituée, la menante elle mesme au bordeau audict bois et ailleurs, luy faisant commettre du mal » : Arch. dép. Meurthe-et-Moselle B7309, transcription par Arianna Jeanroy-Cadario. Voir Alexandra Jung, Prostitution et religion aux XVIIe et XVIIIe siècles : l’exemple de l’ordre de Notre-Dame de Refuge à Nancy (1624-1789), mémoire de master de l’université de Strasbourg, 2015, et Arianna Jeanroy-Cadario, Les femmes dans les archives judiciaires de la prévôté de Nancy XVIe XVIIe siècles, mémoire de master, 2020, les deux sous la direction d’Antoine Follain.

3 Antoine Follain, « La Sorcière de Ville et la Sorcière des Champs, en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles », p.  63-148, dans Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), La Sorcellerie et la ville – Witchcraft and the City, Strasbourg, PUS, 2018, 246 p.

4 Il y a peu à dire sur ce procureur. Nicolas Remy le père avait écrit la Démonolâtrie en 1592 et l’on sait à quel point il s’est consacré à la chasse aux sorciers et sorcières, cf. M. Leclerc, « Notice sur Nicolas Remy », Mémoires de l’Académie de Stanislas 1868, éd. 1869, p. 49-158 ; Christian Pfister, « Nicolas Remy et la sorcellerie en Lorraine à la fin du XVIe siècle », Revue Historique, janvier 1907, p. 225-238, et avril 1907, p. 28-44 ; et aussi Antoine Follain, Blaison Barisel, le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014, 288 p. pour nos pages sur Nicolas Remy, p. 19-23, et « La Sorcière de Ville… », ibid. p. 103-105. L’installation du fils, Nicolas Claude Remy, dans l’office du père, Nicolas Remy, a été préparée de loin. Une habile manœuvre a fait du fils le procureur général en titre en 1599, le père exerçant réellement la charge jusqu’à la fin des études du fils à Paris et jusqu’à la retraite du père – ce qui est advenu en 1612 seulement. Après quoi, on ne voit pas de différences de l’un à l’autre, dans la manière d’exercer cette charge.

5 Le seul des échevins qui se soit distingué est l’auteur d’un petit traité de procédure, mais il n’est pas parmi les échevins qui ont traité le présent cas. Il s’agit de : Practicque civile et criminelle pour les justices inférieures du duché de Lorraine conformément à celle des sièges ordinaires de Nancy… par Claude Bourgeois, conseiller d’Estat de Son Altesse et maistre eschevin de Nancy, à Nancy, chez Jacob Garniche, 1614.

6 Pourcentages calculés entre 1569 et 1608, sur 291 femmes accusées, le reste (19% seulement) étant des femmes mariées : Alfred Soman, « Anatomy of an Infanticide Trial : The case of Marie-Jeann Bartonnet (1742) », p. 248-272 dans Michael Wolfe (dir.), Changing Identities in Early Modern France, Londres, Duke University Press, 1997, ici p. 249.

7 Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001, 415 p. ici p. 6.

8 C’est au contraire le profil de Barbe Grosse Gorge : Antoine Follain, « La Sorcière de Ville... », op. cit., p. 123-137, et pour le procès complet « Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse » https://journals.openedition.org/criminocorpus/9644 et « Procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse » (source de 42 pages) sur https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/doc/4966/ Aussi Jean-Claude Diedler, La sorcière de la Vologne, le destin d’une guérisseuse du XVIe siècle, Paris, Les éditions de Paris, 2001, 302 p.

9 Antoine Follain, « La Sorcière de Ville... », op. cit. p. 108-114, section « Aggraver un cas par une accusation de sorcellerie... ».

10 « a dict qu’il y a deux ans que ladicte Claudon ayant trouvé elle qui dépose au devant de l’hostel de Ville tenant son enfant par la main luy auroit demandé et s’enquis d’elle sy c’estoit là son enfant et luy ayant faict responce que ouy ladicte Claudon la touchant de la main l’auroit festoyé et caressé, disant : A la belle petite, elle marche desjà ! et le lendemain, levant sondict enfant, auroit apperceu qu’elle estoit perclue de la jambe [...] et en est encor demeurée estropiée... »

11 Equivalent à Césère, donc saint Césaire, évêque d’Arles au VIe siècle, originaire de Bourgogne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Follain, « De fortes femmes au début du XVIIe siècle d’après les procédures contre la veuve Charpentier et ses filles dans la prévôté de Nancy en 1615, chapardeuses, abuseresses et débauchées »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 27 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12039 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12039

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg (ARCHE UR 3400). Il est spécialiste de l’histoire rurale et de l’histoire de la justice et de la criminalité aux XVIe et XVIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search