Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2022L'enquête de la justice du duché...

2022

L'enquête de la justice du duché de Bretagne sur le meurtre de Jean Eder Beaumanoir (1486-1501)

Julien Bernard

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de la transcription annotée des pièces judiciaires et procès-verbaux de cette affaire disponible sur Criminocorpus.

Texte intégral

1Ce dossier judiciaire contenant quelques 320 folios constitue la matière de l’un des principaux procès de Bretagne à la fin du XVe siècle. Les auditions autour du meurtre de Jean Eder Beaumanoir donnent à voir l’enchevêtrement des justices médiévales. Près de 53 individus sont successivement auditionnés pour les besoins de l’enquête mobilisant un personnel sur plusieurs mois (lieutenant, greffier, secrétaire). L’ensemble du fonds a été recopié par la cour de justice de Rennes le 16 novembre 1501 et est parvenu jusqu’à nous par le biais du Trésor des Chartes des ducs de Bretagne (Archives Départementales de Loire-Atlantique) classé au registre des enquêtes civiles et criminelles sous la cote E 200-1 et entièrement numérisé. Un homme, Jean Eder Beaumanoir, est donc retrouvé mort le lendemain d’une partie de chasse dans la forêt de La Hunaudaye à Plédéliac (Côtes-d’Armor) le 27 novembre 1486. Ce meurtre touche un proche du duc de Bretagne et entache l’une des familles les plus puissantes du duché de Bretagne, les Tournemine. Par leur ampleur, les différentes pièces judiciaires et les procès-verbaux permettent de reconstituer une vaste intrigue à une époque où les destins du duché de Bretagne et du royaume de France s’entrechoquent avant de bientôt se synchroniser (rattachement de 1532).

  • 1 Cf. Jean Kerhervé, L’État breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., (...)
  • 2 Yves Coativy, La Bretagne ducale, Paris, Gisserot, 1999.

2Le duché de Bretagne, tenu alors par la maison de Montfort sortie victorieuse d’un conflit dynastique au XIVe siècle (la guerre de Succession de Bretagne, 1341-1364), devient un modèle d’État princier à la fin du Moyen Âge. Des institutions forment le socle de ce qu’il faut bien appeler un « État breton » : Chancellerie, Chambre des comptes, États de Bretagne se développent1. Ainsi, à partir de 1385, les ducs bretons se proclament « ducs par la grâce de Dieu », ce qui aux yeux du roi de France devient un crime de lèse-majesté. Progressivement, une « crise s’installe »2 (Yves Coativy) entre le royaume des Valois et le duché des Montfort dans la décennie 1480. Louis XI, roi de France, profite de la déstabilisation du pouvoir ducal suite à un problème de succession. En effet, le duc François II de Montfort n’a pas de descendant mâle et sa fille, Anne, a été reconnue héritière du duché par les États de Bretagne, ce que Louis XI conteste naturellement. La mise au pas de l’aristocratie devient de part et d’autre du duché un enjeu capital. Les Montfort tentent de maintenir et renforcer leurs réseaux nobiliaires pour consolider la quête d’une autonomie face à leur puissant voisin. Les Valois, quant à eux, cherchent à déstabiliser les relais de l’autorité ducale et dispensent des pensions aux grandes familles bretonnes pour mieux les soudoyer.

3Cette affaire criminelle (novembre 1486) qui s’insère donc à la veille de la guerre franco-bretonne (qui débute au printemps 1487) offre un regard sur cette tension politique tout en ouvrant le champ large des problématiques criminelles et judiciaires du second ordre à l’aube de la première modernité.

Résumé de l’intrigue

  • 3 Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, composée sur les actes et auteurs originaux, tome 1, Paris-Renn (...)
  • 4 Sur la restitution minutieuse et analysée de ce meurtre nous nous permettons de renvoyer le lecteur (...)

4Les fils Tournemine sont les témoins de stratégies matrimoniales de la part de Jean Eder Beaumanoir qui parvient à s’unir avec Marie de Villiers, veuve du seigneur de La Hunaudaye, Gilles Tournemine (1474). François Tournemine devenu seigneur de La Hunaudaye à la mort de son père et ses frères cadets s’opposent dès 1477 au mariage de leur mère avec ce personnage allant même jusqu’à capturer leur mère en Anjou (manoir de La Béraudière). Ils la tiennent alors recluse dans leur forteresse du Penthièvre (château de La Hunaudaye, Plédéliac) pour empêcher à tout prix le mariage. Il faut attendre la mort de Louis XI (30 août 1483) qui jusqu’alors et par l’intermédiaire des fils Tournemine bloquait l’union pour que la situation trouve une issue. En septembre de la même année, le duc de Bretagne, François II de Montfort, fait dépêcher ses sergents pour récupérer Marie de Villiers, la place sous « son liberal arbitre » à Nantes et fait consacrer le mariage avec Jean Eder Beaumanoir en octobre 1483. Trois années s’écoulent avant que ce qui est présenté dans les sources anciennes comme une machination se mettent en place3 : les fils Tournemine se réconcilient avec leur beau-père et l’invitent accompagné de leur mère et de leurs domesticités réciproques à une semaine de festivité au château de La Hunaudaye (novembre 1486). Les journées sont rythmées par des banquets et des chasses qui trouvent une tragique issue ce 26 novembre 1486. Une fois retrouvé, le corps est enterré dans l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois proche du château. La culpabilité de deux hommes, Petit Jean et Jean du Breil, domestique pour l’un, attaché à la maison de La Hunaudaye pour l’autre, ne fait alors guère de doute pour l’ensemble des témoins. La recherche des deux fugitifs est ensuite décrite dans les auditions : ces derniers trouvant l’asile du minihy de Tréguier avant d’en être banni. Bientôt, l’accusation se concentre sur les Tournemine eux-mêmes4

Une vaste procédure judiciaire témoignant d’un bras de fer politique

5Plusieurs temps se dégagent du dossier. Les 112 premières pages concernent les différentes pièces émanant de la justice ducale fournies à l’occasion de l’accusation qui se resserre autour d’un homme, Georges Tournemine, puîné du seigneur de La Hunaudaye. Le reste et l’essentiel de la transcription traite des 53 procès-verbaux tenus en différents lieux du duché de Bretagne (Pléssé, Rozet, Quintin, Lamballe, La Hunaudaye) du 14 décembre 1486 au 5 mars 1487 qui ont permis d’instruire l’enquête. Les places recueillant les auditions témoignent de l’itinérance de la procédure qui de Nantes gagne progressivement le Penthièvre. Les auditionnés ont des profils variés puisqu’on y entend à la fois des nobles mais aussi des domestiques et peuvent se répartir à travers trois clans : ceux qui sont liés aux Tournemine, ceux qui servent leur mère, Marie de Villiers et ceux qui sont proches des Beaumanoir (Cf. annexe n°1 : Principaux personnages des procès-verbaux ci-dessous).

6Revenons sur le déploiement précis de cette enquête à partir des plaintes du fils de Jean Eder Beaumanoir et du frère de ce dernier, Joachim, à l’adresse du lieutenant de la cour de justice de Nantes le 18 décembre 1486. Ce lieutenant, un certain Jean de Rompierre, va donc instruire les premières auditions assisté par son secrétaire, Daniel Miffeut. La mise en accusation de Georges Tournemine est rapide (dès janvier 1487) puisque dès cette date le duc demande la saisie et l’emprisonnement de ce dernier. S’ensuivent les nombreux appels à comparaître émanant de la justice ducale par sa cour de Rennes (dès février 1487 et jusqu’au 15 avril 1493). À ce titre et dès février 1487, le lieutenant de la cour de Rennes, Jean du Bois et l’un de ses greffiers d’office, sont dépêchés pour mener d’autres auditions destinées à appuyer l’accusation.

  • 5 Archives Départementales de Loire-Atlantique E 1260 : Acte de divorce de François Tournemine et Mar (...)

7Entre-temps, Georges Tournemine refuse de se présenter à la cour de justice et organise sa défense par le biais de son procureur Roland de Bréhant. Différents arguments sont mobilisés pour tenter de le dédouaner de cette affaire. Il déclare d’abord « n’estre originaire de ce pays et duché de Bretaigne » et relever de la juridiction de Craon (f° 39). Il dit aussi que certaines des requêtes de l’accusation ne sont pas arrivées à son domicile à La Hessardaye (f° 34). D’autre part et en dépit de la bonne volonté dont il se réclame, il avance que la ville de Rennes est « traversée par gens de guerre » (nous sommes alors en plein cœur de la guerre franco-bretonne, 1487-1491) et qu’il a peur de se faire détrousser sa « roberie » (f° 88-89). Ses arguments ne convainquent évidemment pas la cour de Rennes et il est finalement condamné par contumace à la saisie de ses biens et au bannissement (« forban », f° 66). Pourtant, Charles VIII suspend l’enquête le 31 mai 1493 alors qu’il a fait son entrée en grande pompe à Nantes le 4 avril dernier. Georges Tournemine l’accompagne et nul doute qu’il plaide alors sa cause. À cet égard, le roi de France vante les qualités de « l’illustre famille » des Tournemine tout comme le comportement exemplaire de Georges Tournemine (« tout le temps de sa vie il sestoit bien et honnestement gouverné », f°64). Surtout, entre en ligne de compte les problèmes engendrés dans le cadre de la succession familiale en cas de condamnation (f° 66). En effet, son frère aîné, François Tournemine, nouvellement baron de La Hunaudaye (depuis le 6 septembre 1487) est de notoriété publique un être diminué, fragilisé qu’il est dans son mariage (il doit faire face à un acte de répudiation de son premier mariage avec Marguerite du Pont l’accusant de « frigidité » et « d’impuissance charnelle ») et à la santé chancelante (il décède d’un « mal de gorge » en 1500)5. Georges Tournemine doit lui succéder et comment le pourrait-il alors qu’il est condamné au bannissement du duché ? Charles VIII s’assure ici un soutien de poids dans la progressive mainmise sur la principauté bretonne.

  • 6 Archives Départementales de Loire-Atlantique B 16 f° 11 r° (registre de l’année 1506).

8L’affaire matrimoniale était politique (l’ingérence du roi Louis XI dans l’union entre Jean Eder Beaumanoir et Marie de Villiers est manifeste alors qu’il menace cette dernière de « prendre ce quelle avoit posseder es pays du Roy » f° 294 si elle s’avisait de se marier à ce personnage perçu comme une créature ducale), l’affaire judiciaire l’est donc tout autant. Un nouvel appel à comparaître pour Georges Tournemine à la cour de Rennes est émis en août 1493. Ce sont là les derniers feux du bras de fer juridique qui a commencé quelques années plus tôt. Le 17 octobre 1494, le Parlement de Bretagne siégeant à Vannes clôt finalement le dossier. Enfin, les registres de Chancellerie de Bretagne conservent pour l’année 1506 une lettre de grâce que souhaite exposer Georges Tournemine à la justice ducale6. Il fallait donc réintégrer ce personnage dans les réseaux nobiliaires sans lesquels maîtriser le duché aurait été une gageure. Et sinon comment comprendre autrement le passage d’Anne de Bretagne rendant visite au nouveau baron de La Hunaudaye lors de son Tro Breizh en juillet 1505, elle qui l’avait en son nom accusé et dépêché ses sergents en mars 1487 ?

Des perspectives sur l’exercice de la justice à la fin du XVe siècle

9Surtout, cette affaire offre quelques lumières sur l’enchevêtrement judiciaire à la fin du XVe siècle. Ainsi le voyons-nous par l’intervention des « gens de justice de Lamballe » au sein de l’une des 8 sénéchaussées du duché de Bretagne. Mais davantage, les cours de justice de Nantes puis de Rennes sont ensuite engagées dans l’enquête et portent l’affaire à l’oreille du duc. Les clans nobiliaires ne sont pas en reste : les Tournemine, Marie de Villiers et les Beaumanoir dépêchent réciproquement leurs fidèles pour retrouver les deux mains du meurtre et éventuellement s’en faire eux-mêmes justice. Cherchent-ils par ailleurs à rétablir une « cohésion sociale momentanément menacée » (Dominique Barthélémy) ? Les deux fugitifs se sont alors réfugiés au sein du minihy de Tréguier (asile ecclésiastique) cherchant quant à eux et pour un temps échapper à la justice ducale.

  • 7 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Pari (...)
  • 8 Thierry Hamon, « Le Minihy de Saint-Tugdual, ou les vicissitudes juridiques du concept de terre d’a (...)
  • 9 Claude Gauvard, « La criminalisation des tueurs à gages aux derniers siècles du Moyen Âge », Annale (...)

10Ainsi, ce dossier est révélateur plus largement d’un temps judiciaire en transition au moment où s’impose dans le sillage des travaux de Claude Gauvard une association entre le crime, l’État et la société7. Les deux mains du meurtre ne tiennent d’ailleurs pas longtemps dans le minihy et le prévôt qui les a accueillis les bannit finalement rapidement cédant au désir de justice. La criminalisation des peines est à l’œuvre et devient consubstantielle de l’affirmation de la souveraineté pleine et entière du duché. Ce droit d’asile, pourtant garanti et reconnu dans la Très ancienne coutume de Bretagne de 1320, s’effrite de plus en plus même si le duc de Bretagne prend la précaution de préciser lorsqu’est expédié l’ordre de capturer les cadets Tournemine, de le faire « hors lieux saincts » (f° 24). Les limites canoniques apportées depuis le XIIe siècle aux asiles ecclésiastiques s’érodent et particulièrement en ce qui concerne le cas des assassinats avec mutilation ce qui en l’espèce concerne directement notre affaire8. Les yeux ont été crevés, les bras lacérés, treize plaies mortelles ont été identifiées par le barbier chargé d’examiner le corps ce qui d’ailleurs en dit long sur les véritables intentions de ce meurtre. Longtemps cantonné à l’expression d’une culture nobiliaire attachée au respect du rang (la question de la mésalliance pour les Tournemine), ce crime peut aussi être éclairé par le soubassement social qu’il met en jeu et en l’occurrence les mobiles du meurtre pour les domestiques qui porteront l’épieu et la dague contre Beaumanoir9.

11Par ailleurs, cette affirmation judiciaire des pouvoirs princiers prend forme parallèlement à la persistance de pratique ordalique telle que la cruentation qui apparaît dans l’une des auditions. Pour Yvonnet, bâtard de La Haye Eder, serviteur de Jean Eder Beaumanoir, cela ne fait guère de doute : les Tournemine sont les coupables. Preuve en est : les plaies du défunt se sont mises à saigner en présence de ses meurtriers alors que le procureur de Lamballe demande aux frères Tournemine de toucher le cadavre de Beaumanoir (voir ce passage au f° 281-282 : « le procureur de Lamballe apres le meurtre avenu dudit de Beaumenoir avoit fait toucher ledit sieur de La Hunaudaye et le sieur du Homet son frere aux plaies que ledit sieur de Beaumenoir avoit au corps et que aussi tost lesdites playes avoit saigné »).

  • 10 Pascal Texier, Bruno Lamige. « La victime et sa vengeance Quelques remarques sur les pratiques vind (...)

12Au fond, l’affaire met en exergue un véritable « système vindicatoire » (Pascal Texier, Bruno Lamige)10 où la vengeance apparaît aussi bien comme une « vengeance devoir » (pour les Tournemine protéger l’intégrité des domaines familiaux menacée par une mésalliance au f° 168), mais aussi comme une « vengeance pouvoir » (la question du « commandement » de la maison de La Hunaudaye est au cœur de l’intrigue alors que François Tournemine en cède volontairement ou non la gestion à son beau-père au f° 257) et enfin une « vengeance excuse » (le meurtre de Beaumanoir comme une réponse à une offense passée pour Jean du Breil à savoir le viol d’une chambrière de son père au f° 226 ou s’agissant de la promesse non tenue de lui octroyer une place d’archer dans la compagnie du maréchal de Rieux, f° 319).

  • 11 Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs, « Nouveaux regards sur la violence seigneuriale : significa (...)

13La taille et la richesse de ces procès-verbaux conservés permet donc utilement d’ouvrir les recherches sur la question de la justice au Moyen Âge étant entendu que les « discussions autour des phénomènes de vengeance et de violence aristocratiques sont loin d’être closes11 ».

Haut de page

Notes

1 Cf. Jean Kerhervé, L’État breton aux XIVe et XVe siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Maloine, Paris, 1987, 1087 p.

2 Yves Coativy, La Bretagne ducale, Paris, Gisserot, 1999.

3 Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, composée sur les actes et auteurs originaux, tome 1, Paris-Rennes, 1707, livre XX, p. 759-760 ; Joseph Geslin de Bourgogne et Anatole Barthélémy, Anciens Évêchés de Bretagne. Histoire et monuments, t. V Bretagne féodale et militaire, Livre I, chap. X « Lambalum ou Lambala – La Hunaudaie », 1879, p. 297. Dans cette dernière référence : « La chasse au sanglier, où l’on assassinait parfois, était le passe-temps favori de ces hommes de fer. Le sang de Jean Eder et de bien d’autres tâche encore ces ruines. »

4 Sur la restitution minutieuse et analysée de ce meurtre nous nous permettons de renvoyer le lecteur à la publication suivante : Julien Bernard, « Se faire justice, faire justice, fuir la justice : les Tournemine de La Hunaudaye à travers une enquête criminelle dans la Bretagne ducale à la fin du XVe siècle », Bulletin de la Société d’Émulation des Côtes-d’Armor, 2022.

5 Archives Départementales de Loire-Atlantique E 1260 : Acte de divorce de François Tournemine et Marguerite du Pont en 1500. Le document est retranscrit dans la thèse de Nicole Dufournaud, Rôles et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest, 2 t., thèse Histoire et Civilisation, Paris, 2007, t. I, p. 68 : « Une source exceptionnelle, le divorce de François de Tournemine et Marguerite du Pont, montrera l’importance du douaire et la puissance qui lui est conférée ».

6 Archives Départementales de Loire-Atlantique B 16 f° 11 r° (registre de l’année 1506).

7 Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, vol. 2.

8 Thierry Hamon, « Le Minihy de Saint-Tugdual, ou les vicissitudes juridiques du concept de terre d’asile dans la Bretagne médiévale », Mémoires de la Société d’Histoire et d’archéologie de Bretagne, 2011, t. 89, p. 391-416.

9 Claude Gauvard, « La criminalisation des tueurs à gages aux derniers siècles du Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2007 : « Au début du XVe siècle, les rivalités et les vengeances aristocratiques s’alimentent de cette faune armée, chargée de défendre les intérêts du maître. […] Enfin, et ce n’est pas la moindre de ses caractéristiques, le crime commandité dépasse en horreur tout ce qui peut être décrit. Le tueur ne se contente pas de tuer l’adversaire d’un coup franc, comme avec le petit couteau à trancher le pain des rixes d’honneur. La mort s’accompagne d’une violence inouïe qui révèle un réel acharnement dans le crime et un profond désordre. Les yeux peuvent être crevés ; les membres sont déchiquetés ; la cervelle se répand sur le sol ».

10 Pascal Texier, Bruno Lamige. « La victime et sa vengeance Quelques remarques sur les pratiques vindicatoires médiévales », Cahiers de l'Institut d'Anthropologie Juridique de Limoges, 2008, La victime, t. 1, « Définitions et statut », p. 155-179.

11 Vincent Challet et Jean-Philippe Juchs, « Nouveaux regards sur la violence seigneuriale : signification et sens social des « désordres » nobiliaires », Criminocorpus [En ligne], La violence seigneuriale à l'époque médiévale, Présentation, mis en ligne le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9173

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bernard, « L'enquête de la justice du duché de Bretagne sur le meurtre de Jean Eder Beaumanoir (1486-1501) »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12045 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12045

Haut de page

Auteur

Julien Bernard

Professeur agrégé d’histoire-géographie

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search