Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Guillaume Mouralis, Le moment Nur...

2022

Guillaume Mouralis, Le moment Nuremberg. Le procès international, les lawyers et la question raciale

Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 255 p.
Fabien Lostec
Référence(s) :

Guillaume Mouralis, Le moment Nuremberg. Le procès international, les lawyers et la question raciale, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2019, 255 p.

Texte intégral

1 « Que peut-on dire de nouveau sur Nuremberg et, au-delà, sur les procès d’après-guerre ? » C’est la question que pose d’emblée Guillaume Mouralis, aujourd’hui directeur de recherche au Cnrs, dans l’ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches. Comme le suggère le titre, l’objectif n’est pas d’inscrire la réflexion dans la lignée des nombreux travaux ayant traité de la dimension politique du procès qui, rappelons-le, juge 21 responsables nazis et 7 organisations criminelles du IIIe Reich entre novembre 1945 et octobre 1946. Il s’agit plutôt de considérer Nuremberg comme un « événement judiciaire qui déborde sur le procès proprement dit », en discutant « sa position dans une histoire sociale des idées et des pratiques juridiques internationales » (p. 6). L’objectif est donc d’étudier les « coulisses » du tribunal et la trajectoire de son personnel en amont et en aval du jugement, grâce notamment à une enquête prosopographique – présentée à la fin de l’ouvrage – qui concerne plus de 500 légistes : les membres de la Commission des nations unies pour les crimes de guerre (Cnucg) siégeant à Londres et, surtout, des délégations française et américaine auprès du tribunal. L’auteur a examiné environ 70 fonds d’archives publiques et privées, répartis dans une vingtaine de dépôts, pour la plupart situés en France et aux États-Unis. Inscrit à la croisée de l’histoire sociale et de la sociologie des professions juridiques, l’essai est divisé en deux parties : la première rassemble les quatre premiers chapitres et s’intéresse à la genèse du dispositif judiciaire mis en place à Nuremberg ; la seconde réunit les deux derniers chapitres et examine la manière dont le procès est mobilisé aux États-Unis durant le second xxe siècle, dans le cadre des luttes contre le racisme domestique et la guerre au Vietnam.

2Dans un premier temps, Guillaume Mouralis restitue les différents « mondes de Nuremberg », où les praticiens du droit prennent le pas sur les universitaires. Outre les membres de l’administration et les diplomates, la délégation américaine est ainsi composée d’avocats d’élite et de juristes européens exilés aux États-Unis, très utiles à la préparation du procès en raison de leurs compétences linguistiques. Du fait notamment de son caractère temporaire et malgré l’existence d’autres cours internationales, le procès ne favorise qu’exceptionnellement l’internationalisation des carrières. C’est l’occasion pour l’auteur de souligner que Nuremberg n’est pas, comme on l’entend souvent, l’événement matriciel du triomphe définitif de la justice pénale internationale (chap. 1). Surtout, il démontre que les principales innovations sont dues à des avocats d’élite américains et non à des spécialistes du droit pénal international. Outsiders du domaine, ils apportent une solution pratique à un problème juridique inédit en s’appuyant sur leur expérience d’insiders du barreau. L’avocat d’affaires new-yorkais Murray C. Bernays introduit par exemple les notions de « complot » et d’ « organisation criminelle », qui viennent de la législation anti-trust, afin de qualifier les crimes nazis (chap. 2 et 3). Tous ces mondes sont sous contrainte. Il apparaît en effet que la construction de nouvelles catégories pénales pour qualifier les crimes nazis est principalement soumise à la volonté des administrations des pays vainqueurs de ne pas créer une catégorie universelle susceptible de remettre en cause la souveraineté des États. Le principal objectif de l’administration américaine est ainsi d’éviter que la justice internationale s’applique à l’ordre racial basé sur la ségrégation qui prévaut alors aux États-Unis. Trois mois avant l’ouverture du procès, le procureur général chargé par le président Truman de préparer le procès, Robert H. Jackson, déclare : « La manière dont l’Allemagne traite ses habitants ou dont tout autre pays traite ses habitants n’est pas plus notre affaire que ce n’est celle d’un autre gouvernement de s’interposer dans nos problèmes ». Dès lors, la notion de crime contre l’humanité se retrouve neutralisée en étant subordonnée au contexte de guerre. À l’exclusion des persécutions et des crimes à l’encontre des Juifs allemands datant d’avant 1939, elle peut uniquement être mobilisée pour des faits participant d’une « guerre d’agression » (chap. 4). Plus largement, l’auteur examine la construction d’un arsenal pénal mêlant traditions et innovations juridiques, un trait qui semble commun à bon nombre de tribunaux épuratoires. À l’origine d’importantes tensions, principalement entre logiques judiciaires et diplomatiques, le procès est aussi un moment où se réunissent des univers professionnels habituellement séparés.

3Dans un second temps, Guillaume Mouralis s’intéresse à la manière dont Nuremberg devient une ressource mobilisable dans les luttes contre le racisme aux États-Unis. Conscients du champ d’application limité du droit du tribunal militaire international, « taillé en quelque sorte sur mesure pour les criminels nazis » (p. 176), les avocats luttant contre la ségrégation ne l’utilisent guère dans les prétoires sinon pour soumettre à la Cour suprême des affaires-tests, comme celle de cette jeune femme, Irene Morgan, arrêtée pour avoir refusé de céder son siège à un passager blanc dans un autobus. Relativement modeste d’un point de vue juridique, l’héritage de Nuremberg est en revanche plus important sur le plan militant. Très vite après la prise du pouvoir par les nazis, un certain nombre de publications afro-américaines documentaient déjà les persécutions anti-juives en Allemagne et insistaient sur le contraste entre la politique intérieure des États-Unis, marquée par un régime juridique discriminatoire, et leur politique étrangère, dénonçant les crimes nazis. Après la guerre, des organisations militantes n’hésitent pas à subvertir des catégories du droit inventées à Nuremberg pour construire des pétitions adressées aux Nations unies afin d’internationaliser le combat pour les droits civiques, comme en témoigne la pétition « We charge Genocide » (1951). À cet instant, Raphael Lemkin s’oppose à ce que le concept de génocide, dont il est l’inventeur, soit mobilisé pour obtenir réparation « d’un crime du gouvernement des États-Unis contre le peuple noir ». Ce que Guillaume Mouralis explique de plusieurs façons. Tout d’abord, par la position de « marginal sécant » de Lemkin au sein de la société américaine : s’il bénéficie d’un capital social international particulièrement développé, il demeure dans une position précaire aux États-Unis, en tant que Juif récemment immigré ; ensuite, parce que Lemkin est uniquement au service d’une cause personnelle et « quasi obsessionnelle » : celle de la ratification de la Convention des Nations Unies sur le génocide des Juifs ; enfin parce qu’il partage « les principes de vision et de division du monde social propre aux élites de la côte Est » (p. 172) (chap. 5). Le legs du tribunal international est finalement ambigu puisque sa neutralisation politique par les grandes puissances n’empêche aucunement ses reprises militantes. Dans les années 1960, Nuremberg est également mobilisé par le « tribunal Sartre-Russel », qui prolonge d’une certaine façon les pétitions afro-américaines en enquêtant sur les crimes de guerre américains au Vietnam. Plus largement, les tribunaux citoyens, le cinéma, à travers des films comme Judgement at Nuremberg de Stanley Kramer (1961) ou The Memory of Justice de Marcel Ophüls (1976), et les analyses critiques du procès forment autant d’éléments hétérogènes contribuant « à l’émergence d’un véritable dispositif judiciaire international » (p. 196) (chap. 6).

4Sur la forme, le travail de Guillaume Mouralis est servi par un souci constant de clarté, ce qui rend la lecture agréable alors même que certains développements traitent de questions juridiques relativement pointues. En outre, chaque chapitre est l’objet d’une conclusion résumant la démonstration et guidant le lecteur vers le chapitre suivant. L’ouvrage est enfin complété par des annexes, un état des sources et une riche bibliographie, offrant la possibilité d’approfondir tel ou tel point. On regrettera simplement l’absence d’un index pour retrouver les nombreux lawyers cités et ce que l’on imagine être des « coupes » dans le manuscrit original afin de répondre aux exigences éditoriales, empêchant parfois le lecteur de bénéficier de l’ensemble de la démonstration. Sur le fond, il faut préciser que la délégation soviétique n’est pas étudiée, alors que les prémices de la Guerre froide se font sentir, mais l’auteur justifie cette absence. Dans tous les cas, ces quelques réserves ne sauraient remettre en question la puissance d’un ouvrage qui éclaire sous un nouveau jour le « procès-événement » qui clôt le nazisme en même temps qu’il lance l’épuration et la construction d’une nouvelle Allemagne. En partant de la trajectoire individuelle des lawyers et de leurs idées, l’auteur explique comment ils en sont venus à Nuremberg, la manière dont ils traversent cette période, en s’intéressant notamment à leurs marges de manœuvre, et ce qu’ils font ensuite. Cette approche sociale du procès permet non seulement de voir les choses concrètement mais aussi de mettre l’accent sur des éléments bien moins connus et, en cela, de renouveler l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Lostec, « Guillaume Mouralis, Le moment Nuremberg. Le procès international, les lawyers et la question raciale »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12055

Haut de page

Auteur

Fabien Lostec

Docteur en histoire contemporaine, chargé d’enseignement à l’université Rennes 2 et professeur d’histoire-géographie, Fabien Lostec a soutenu une thèse sur « Les femmes condamnées à mort en France à la Libération pour faits de collaboration » en septembre 2020 sous la direction de Marc Bergère. Ses recherches s’inscrivent au croisement de l’histoire des femmes et du genre, de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale (épuration et collaboration) et de l’histoire de la justice et du crime.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search