Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Jacqueline Carroy, Marc Rennevill...

2022

Jacqueline Carroy, Marc Renneville, Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel

Paris, La Découverte, 2022, 316 p.
Hélène Duffuler-Vialle
Référence(s) :

Jacqueline Carroy, Marc Renneville, Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel, Paris, La Découverte, 2022, 316 p.

Texte intégral

1Jacqueline Carroy, spécialiste de l’histoire de la psychologie, et Marc Renneville, que Criminocorpus ne présente plus, se lancent dans une passionnante enquête : celle des méandres psychologiques d’un crime dans l’ouvrage Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel. Le fait divers est spectaculaire : il s’agit selon l’angle de vue soit d’un double suicide partiellement raté, soit d’un cynique et sexiste crime parfait. En effet la femme meurt, l’homme survit. Suicide d’amour ou féminicide ? La question est sous-jacente à chaque page. Cet ouvrage s’inscrit dans un questionnement très actuel sur les violences de genre, sur le féminicide, et ouvre un champ de recherche encore inexploité sur le double suicide.

2L’introduction de l’ouvrage (p.5-18) présente l’approche épistémologique adoptée. Les sources judiciaires et littéraires mobilisées pour dresser cette enquête sont exposées, rappelant ainsi aux lecteurs et lectrices qui lisent l’enquête comme un roman, que la rigueur scientifique et méthodologique est inhérente au propos. La démarche de micro-histoire judiciaire est posée. L’affaire sera passée au crible de l’analyse juridique, historique et littéraire.

  • 1 La reconstitution des faits démarre dans la salle d’enquête car les historiens sont tributaires des (...)

3L’ouvrage est construit en 9 chapitres thématiques et chronologiques. Alternent dans ces chapitres des données factuelles relatives à l’affaire1, des analyses jurisprudentielles et doctrinales, des études des retombées médiatiques, des analyses des romans publiés et le décryptage des études scientifiques. Au milieu de l’ouvrage, quelques pages illustrées avec des photographies du lieu du drame, des protagonistes, des couvertures des romans étudiés, du tableau célèbre de Gervex, d’extraits de presse… sont particulièrement appréciables. À la fin de l’ouvrage une chronologie permet utilement de retracer l’ensemble des éléments évoqués.

4La célébrité du procès s’explique d’abord par le lieu du crime : il a lieu dans l’Algérie coloniale de la fin du XIXe siècle, à Constantine, lieu de l’audience, ou plus exactement à Sidi-Mabrouk, espace qui ajoute à ce scandale un parfum d’exotisme. Ensuite par le contexte littéraire : à la fin du XIXe siècle, les grands procès littéraires (Flaubert, Baudelaire) tentent de censurer des œuvres perçues comme subversives ; or le meurtrier/survivant (selon le point de vue) se pique d’être auteur littéraire, il est soutenu par des amis écrivains parisiens qui le portent aux nues, voire font l’apologie de son geste. Enfin et surtout par le crime lui-même mêlant sexe et sang dans une scène macabre lubrique : la femme nue jusqu’à la ceinture sur le lit avec une balle dans la tête et l’homme ensanglanté (p.19-21).

5Le récit se poursuit dans la salle d’audience du Palais de Justice de Constantine, le 8 novembre 1888 à 8h du matin, avec la lecture de l’acte d’accusation qui détaille les étapes de la journée sanglante du 25 janvier 1888, au cours de laquelle Madeleine, épouse Grille, a trouvé la mort de deux balles dans la tête tirées par Henri Chambige ; s’en suivent les interrogatoires de l’accusé, des experts, des témoins, notamment du veuf éploré, ponctués des manifestations et incidents du public, en particulier des amis écrivains de Chambige venus du quartier latin en Algérie soutenir l’accusé (p. 22-147). Dans la salle d’audience de multiples versions s’affrontent. L’accusé, Henri Chambige, est-il un cynique, un puriste, un romantique, un génie, un décadent, un débauché, un pervers, un lâche, un faible, un violeur, un assassin ? La victime, Madeleine Grille, était-elle une mère de famille et épouse exemplaires ? Une passionnée romanesque ? Une femme vertueuse ? Une débridée ? Une femme outragée ? Une femme désespérée ? Derrière ces versions, et sans que Jacqueline Carroy et Marc Renneville n’aient besoin de le souligner, il s’avère que seules des lectures essentialistes sont proposées de la place des femmes dans la société car peu de nuances sont esquissées dans ces portraits. Les femmes seraient ou des mères vertueuses, ou des femmes lubriques sans scrupules ou des femmes faibles, sacrificielles et compatissantes.

6La discussion autour des preuves matérielles porte exclusivement sur l’amour qu’aurait ou n’aurait pas éprouvé Madeleine Grille pour Henri Chambige. La question de l’amour et de la sexualité de Madeleine Grille est-elle vraiment le nœud de l’affaire ? Il semble que pour toutes les parties au procès ce soit le cas : Chambige pour se dédouaner, les parties civiles pour réhabiliter l’honneur de la morte et de celles et ceux qui lui survivent. En effet la souillure de la femme adultère rejaillit sur son époux et surtout sur ses deux filles. Même l’avocat général qui veut bien admettre la « faute » de Madeleine Grille entend minimiser celle-ci de manière paradoxale : elle aurait accepté d’avoir une relation sexuelle avec Chambige non par amour ou par plaisir mais par générosité, par compassion. De la sexualité amoureuse de Madeleine Grille semble découler la légitimité ou non de sa mise à mort. Jacqueline Carroy et Marc Renneville, dans leur analyse sur le féminicide à la fin de l’ouvrage (p. 269-272) mettent en lumière les schémas univoques de mère modèle et de femme adultère. Dans les représentations sociales sous-jacentes, il semble n’y avoir qu’une vision binaire des choses : soit une victime innocente et idéale a été tuée, soit une femme déviante et criminogène n’a eu au fond que ce qu’elle méritait. Elle est réduite au silence par sa mort. Si elle est coupable d’avoir cédé, son consentement à la mort est subsidiaire. Il semble évident que la femme déchue ne doit pas survivre à son déshonneur, alors que l’homme peut survivre. Son geste héroïque le « place au-dessus des conventions sociales », alors que pour la femme « la seule rédemption est la mort » (p. 271).

7La littérature s’invite dans le prétoire et se retrouve sur le banc des accusés (p. 61-91 et 110-111). Henri Chambige est confondu avec Yvon d’Or, personnage de roman de Martin-Laya, ami et principal soutien de Chambige. La confusion de la réalité et de la fiction est convoquée pour discréditer, au-delà de Chambige lui-même et de son acte, ses aspirations littéraires et celles de ses amis. À la manière des grands procès littéraires du XIXe siècle, les avocats vont interpréter de manière contradictoire le roman pour lui donner un sens soit subversif selon la version de la partie civile, soit moraliste selon celle de la défense. L’idée que la mauvaise littérature conduit au crime apparait en filigrane (p.61-91). Elle s’étend au-delà du prétoire car, dès la première matinée d’audience, Chambige est dépeint par les journaux sous les traits d’un héros de roman-écrivain et la scène macabre assimilée à un tableau romantique (p. 43). Les écrivains, à l’instar d’Anatole France et Maurice Barrès, s’emparent de l’affaire avant le prononcé du verdict pour répondre à l’accusation qui est portée contre leur art (p. 144-147).

8Jacqueline Carroy et Marc Renneville s’intéressent également aux analyses criminologiques de l’affaire Chambige (p. 185-196). Lacassagne commande à Gabriel Tarde une analyse psychologique de celle-ci. Tarde creuse la piste d’une homosexualité platonique refoulée pendant les années d’internat de Chambige, qui l’aurait prédisposé à une passion mortifère. C’est l’occasion pour l’autrice et l’auteur d’explorer la manière dont la littérature et la presse parlent d’homosexualité (terme non utilisé) et comment celle-ci pouvait être évoquée de façon allusive dans le cadre d’un procès. In fine Tarde érotise Madeleine Grille et en fait l’instigatrice du double suicide, voire une meurtrière potentielle. Une incursion autour de la thèse de l’hypnotisme, évoquée lors du procès, permet à Tarde de rejoindre la théorie générale de Charcot contre Bernheim.

9Jacqueline Carroy et Marc Renneville analysent la production littéraire relative à l’affaire Chambige. Paul Bourget, référence pour Chambige et ses amis, se tient éloigné du procès mais écrit ensuite Le Disciple, en s’appuyant sur le dossier de Chambige, pour proposer une analyse psychologique qui renvoie in fine à la responsabilité des thèses philosophiques déterministes et matérialistes. Les frontières sont floutées par le fait qu’une revue scientifique se saisisse de la fiction de Bourget et du personnage de Greslou/Chambige pour justifier son profil criminologique par la théorie de Lombroso sur le criminel-né, ce qui suscite une controverse doctrinale. Des savants dénoncent les thèses psychologiques de Bourget, réfutant les compétences scientifiques d’« un romancier qui se prétend psychologue ». Bourget reporte la responsabilité de l’affaire Chambige vers la science et en fait une affaire politique (p. 197-217). D’autres romans sont étudiés : ainsi Jean Bise, de l’auteur Honcey, entend réhabiliter la vertu de Madeleine Grille, en réfutant l’adultère. Bise ne supporte pas que la possession de Suzanne lui échappe. Il se venge sur elle sans remords ni regrets. Le roman est souligné comme étant un plaidoyer pour l’innocence de Madeleine Grille. Certaines critiques estiment que ce portrait d’une honnête mère de famille un peu niaise n’est pas très romanesque. Mais Jacqueline Carroy et Marc Renneville montrent la dimension moderne du roman qui expose une version des faits, en se gardant de moraliser son propos (p. 219-231). Ensuite l’autrice et l’auteur se penchent sur un roman sulfureux écrit par une descendante de Mirabeau, sous le pseudonyme de la comtesse Gyp, femme antiféministe qui propose une version à charge contre Chambige. Le roman s’intitule Un raté. L’autrice met dos à dos le puritanisme de la défense de Madeleine Grille et l’apologie du meurtre des amis de Chambige, ce qui pourrait se révéler intéressant, mais ce rejet de thèses antiféministes (essentialiste pour la première/féminicide pour la seconde) se fait au profit d’une autre thèse antiféministe et homophobe. Chambige serait un homme efféminé aimant les hommes. Gyp affirme la supériorité de l’homme sur la femme et n’admet pas qu’un homme puisse se rabaisser au niveau des femmes. L’effémination prétendument inoffensive dissimulerait la criminalité. Jacqueline Carroy et Marc Renneville relèvent que le roman a été qualifié par la presse de « spirituel et délicat », qualificatifs qu’ils ne partagent pas (p. 231-243). Enfin le roman L’Âme brulante de Brulat, un ami de Chambige, ne cherche pas à héroïser Chambige/Dominique mais à susciter la compassion en raison de sa nervosité féminine, justifiée par le fait qu’il serait un être exceptionnel, sensible, victime d’une tare héréditaire. La responsable est Madeleine Grille/Ellen qui, une fois adultère, serait devenue lubrique, monstrueuse, cherchant « une expiation purificatrice ». Elle aurait mis en place le pacte suicidaire, éveillé les sens de Dominique et l’aurait presque forcé à la tuer (p. 245­-256). D’autres chambigistes vont plus loin, comme le soulignent Jacqueline Carroy et Marc Renneville dans leur analyse du féminicide. Bois écrit « ce crime, nous en avons tous rêvé » (p. 270). L’autrice et l’auteur évoquent un désir féminicide exprimé par les chambigistes. Le meurtre est ainsi légitimé par la demande de la victime. Il s’agit du type idéal du féminicide car la responsabilité du meurtre est reportée entièrement sur la victime.

10Revenons-en à l’affaire Chambige elle-même. Le verdict est en demi-teinte : les jurés ont reconnu Chambige coupable d’assassinat, mais le prononcé de la peine est perçu par la partie civile et les jurés eux-mêmes comme particulièrement clément : 7 ans de travaux forcés. En outre, après une campagne médiatique et politique menée par les proches de Chambige, sa peine est commuée par le Président de la République en réclusion dès 1889 ; Chambige bénéficie alors d’un régime de faveur puis d’une libération conditionnelle en 1893. Certains dénoncent une justice coloniale (en comparaison du traitement judiciaire des indigènes), une justice de classe, une justice laxiste envers le milieu littéraire, mais peu dénoncent une justice genrée (p. 146-149, 167-173).

11L’ouvrage propose de recontextualiser la peine de Chambige au regard de la jurisprudence et de la doctrine de l’époque (p. 149-160). Il retrace notamment une affaire passionnante : l’affaire Copillet. Les faits étaient différents de l’affaire Chambige car la volonté de mourir de la victime était avérée. L’ordonnance de non-lieu rendue par le tribunal de la Seine le 30 janvier 1834 exonère le survivant/criminel au motif que le criminel ne serait pas sur le banc des accusés s’il était mort…(nb : quelle spectaculaire lapalissade judiciaire !) Ensuite, un assassinat ne peut être motivé que par des intentions coupables (colère, vengeance, cupidité…). L’amour et le désespoir ne pourraient ainsi être des causes de meurtre, …ce qui ouvre un boulevard pour la défense des criminels. La Cour de cassation saisie par le Garde des sceaux examine l’affaire en 1838 : l’avocat général Dupin invalide les arguments précédents par un raisonnement syllogique selon lequel la loi n’excuse pas le meurtre commis dans le cadre d’un pacte suicidaire. Les célèbres pénalistes Faustin et Hélie discutent du raisonnement de Dupin et affirment la nécessité d’une incrimination sui generis pour les cas de suicide conventionnel. Jacqueline Carroy et Marc Renneville examinent différentes affaires et montrent une pratique judiciaire disparate sur le sujet. Il semble que la jurisprudence reconnaisse la culpabilité du survivant, s’il a tué de sa main la victime, mais lui accorde le bénéfice des circonstances atténuantes si le pacte suicidaire est avéré. Ainsi la peine peut aller de l’acquittement (la victime a survécu quelques jours et dédouane son amant) à 20 ans de travaux forcés, lorsque le pacte suicidaire est douteux. L’autrice et l’auteur formulent un constat magistral, déjà mentionné dans l’introduction : les hommes survivent bien davantage que les femmes. Le suspens reste entier et invite les chercheuses et les chercheurs à se lancer dans la direction de cette passionnante piste de recherche : quelles statistiques ? Combien d’hommes survivent ? Combien de femmes meurent ? Combien de féminicides sont dissimulés derrière le double suicide romanesque ? Jacqueline Carroy et Marc Renneville soulignent avec une grande pertinence le silence de la doctrine, des médias, de la littérature – à de très rares exceptions près – sur le fait que de manière systémique les hommes, et non les femmes, survivent (p. 160-173). Un autre angle mort, non souligné cette fois par l’ouvrage, est celui du double suicide qui impliquerait un meurtre suivi d’un suicide. En effet, la jurisprudence s’intéresse au survivant et dévoile ainsi discrètement un potentiel féminicide, mais combien de féminicides dans les « doubles suicides réussis » : quel meurtrier ne serait pas tenté de dissimuler par anticipation son crime sous des devants romantiques, laissant ainsi la mémoire d’un Roméo et non d’un Othello.

12Dans une conclusion iconoclaste et stimulante, Jacqueline Carroy et Marc Renneville s’exposent et livrent leur version personnelle de l’affaire Chambige (p. 277-282). Jacqueline Carroy développe l’idée que les fictions écrites sur l’affaire Chambige ont été plus proches de la vérité que l’enquête judiciaire. Elle envisage que les différents scénarios esquissés lors de la scène macabre aient pu se superposer. Elle remet en lumière le suicide du père de Chambige, largement passé sous silence. Jacqueline Carroy ne tranche pas entre les différentes versions, le mystère pour elle reste entier. Marc Renneville reprend l’enquête judiciaire en se fondant sur les dires de Chambige qu’il confronte à la réalité des faits. Il interroge également des experts, nous plongeant ainsi dans un épisode de Cold case. Il répond d’abord à une interrogation qui tenaille le lecteur et la lectrice depuis le début de l’ouvrage. La blessure de Chambige était-elle potentiellement mortelle ? A-t-il réellement voulu mourir ? La réponse est éloquente : a priori non. Marc Renneville poursuit son enquête et envisage clairement au-delà des représentations et de l’imaginaire criminel relatif à l’affaire, au-delà du discours essentialiste et genré véhiculé, que sous couvert de suicide se dissimule un féminicide.

Haut de page

Notes

1 La reconstitution des faits démarre dans la salle d’enquête car les historiens sont tributaires des sources. Or, comme l’explique Marc Renneville, le dossier de procédure est absent, ce qui ne permet pas de s’arrêter sur l’enquête. La reconstitution de l’audience du procès est fondée sur le dépouillement des archives de presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Duffuler-Vialle, « Jacqueline Carroy, Marc Renneville, Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 04 juillet 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12074 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12074

Haut de page

Auteur

Hélène Duffuler-Vialle

Hélène Duffuler-Vialle est historienne du droit, maîtresse de conférences à l’Université d’Artois, membre du Centre Droit Éthique et Procédures (CDEP) et membre associée du Centre d’Histoire Judiciaire (CHJ). Ses thèmes de recherche portent sur le genre et les sexualités en histoire du droit.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search