Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Henri Calet, Les murs de Fresnes

2022

Henri Calet, Les murs de Fresnes

Genève, Héros-Limite, 2021, 126 p.
Cédric Audibert
Référence(s) :

Henri Calet, Les murs de Fresnes, Genève, Héros-Limite, 2021, 126 p.

Texte intégral

1Revêtu d’une couverture cartonnée de couleur rose, l’ouvrage intitulé Les murs de Fresnes d’Henri Calet fait peau neuve. Publié pour la première fois en 1945, réédité en 1993, ce livre susceptible d’intéresser un large public est avant tout un plaidoyer pour l’histoire. Il se lit comme une enquête journalistique réalisée après-guerre à partir de graffitis collectés dans les cellules des prisonniers. Journaliste à Combat, Henri Calet entend faire raisonner leurs voix en luttant contre l’oubli. Il se livre alors à un véritable plaidoyer pour la vie. C’est donc en quelque sorte pour empêcher cette seconde mort qu’il veut agir vite. Avec le temps, il le sait, les graffitis risquent de se détériorer, peut-être même disparaître. En effet, à la Libération, les collaborateurs ont désormais pris la place des résistants et des opposants au nazisme. En écrivant à leur tour sur les murs des cellules, ces nouveaux occupants pourraient effacer les traces laissées par leurs prédécesseurs.

  • 1 Jean-François Chiataretto, « Trouver en soi la force d’exister : un enjeu d’écriture », Vie sociale(...)

2L’étude rend compte d’expériences plurielles de l’enfermement dans une prison parisienne sous l’Occupation à partir de témoignages laissés en son sein par les pensionnaires. Mais de son travail, Henri Calet ne dit rien ou peu de choses. Seuls quelques maigres indices laissés çà et là dans le texte permettent de l’imaginer. S’il a effectivement pu pénétrer dans l’enceinte de Fresnes pour enregistrer les mots de prisonniers, il a aussi eu accès à des photographies compilées dans un fichier mis à sa disposition par le ministère des Prisonniers de Guerre, Déportés et Réfugiés. Parmi les nombreuses inscriptions relevées sur les murs de Fresnes, le lecteur découvre des femmes et des hommes face à l’adversité, parfois en proie à la souffrance. Au fil des pages, les messages s’enchaînent à un rythme effréné. On y découvre qu’« Émile de Saint Denis a passé des jours sombres dans cet enfer » (p. 29) ou que « Robert de Montparnasse attend d’être fusillé adieu ma femme chérie aux amis courage 21-10-42 » (p. 61). Il existe chez certains pensionnaires un besoin vital d’écriture comme pour mieux se sentir exister1 - et tant pis si le prisonnier ne donne qu’une adresse comme c’est le cas de « Sir John Granwett 24b Downing Street London » (p. 79). De ces individus, Henri Calet ne dit rien d’autres car il n’a pas effectué d’autres recherches. Sa démarche méthodologique n’est ni celle d’un historien, ni celle d’un archéologue mais bien celle d’un journaliste. En effet, il n’a pas relevé la totalité des graffitis carcéraux ; il n’a pas non plus élaboré de corpus en réfléchissant en amont à d’éventuels sondages. Parfois, il délivre des bribes d’informations ignorant jusqu’aux noms même des pensionnaires de la cellule 86. Le cachot, qui prend forme par un effet d’accumulation, contient « des noms, des adresses. L’annuaire de la Résistance. Des dates, des initiales à la pointe d’un clou dans la chaux, au crayon, à l’épingle… » (p. 16). Le lecteur n’en saura pas plus. Il devra se contenter d’informations partielles.

3Tout au long de son ouvrage, l’auteur recompose l’espace carcéral en entraînant le lecteur dans ses pas. Il passe ainsi d’une cellule à l’autre conformément à l’ordre des divisions qui organise la vie dans le bâtiment. Il entre aussi dans la salle de fouilles et dans le quartier des femmes. Difficile de dire si la déambulation du journaliste est bien réelle ou si elle est le fruit de son imagination tant la construction du récit ressemble à la trajectoire du détenu condamné à mort. La visite, en effet, s’achève par une découverte du cimetière de la prison. Conscient que la vie des pensionnaires n’est pas la même, Henri Calet parcourt tous les lieux comme pour mieux restituer la pluralité des expériences carcérales. Parmi elles, celles d’individus compromis dans l’affaire de la « chapelle rouge » (p. 93-95) – plus couramment appelée « orchestre rouge » du nom de l’opération menée par la Gestapo contre un groupe d’espions en lien avec l’Union soviétique. S’il n’évoque rien de leur histoire particulière, le journaliste éclaire leur sort en prison notamment à l’aide d’une circulaire datée du 16 janvier 1943. Avec des méthodes différentes mais à l’instar des historiens, il restitue un passé complexe en embrassant toutes sortes de situations tout en relevant le caractère exceptionnel de certaines inscriptions. Il s’arrête notamment sur celles particulièrement nombreuses attribuées à la dénommée Huguette Prunier (p. 109 et suivantes) dite Juliette, arrêtée par les policiers de la Gestapo pour avoir tenu un poste émetteur et récepteur de la T.S.F. en relation avec Moscou. En prison, cette femme compose sur le mur de sa cellule un véritable journal intime – témoignage hors du commun.

  • 2 Carole Trévisan, « Ce qu’on dit les murs de Fresnes », Le Temps des médias, 2005/1 (n°4), p. 90-100 (...)

4Les murs de Fresnes est bien à la fois une œuvre littéraire, un recueil de sources et un objet d’histoire à part entière2. Ce livre inclassable vise avant tout à témoigner de l’expérience carcérale des prisonniers-résistants de manière inédite via le graffiti, espace d’écriture libre. Si des pensionnaires ne laissent bien souvent aucune autre indication que leur identité, d’autres livrent des détails précis sur leurs sentiments, leurs idées politiques ou leur état d’esprit. En effet, lorsqu’ils s’apprêtent à être déportés ou exécutés, des prisonniers ressentent le besoin d’écrire, pour informer parfois un de leurs proches. Certains, en revanche, n’expliquent pas leur geste. Faute d’encre et de papier, les prisonniers utilisent bien souvent les moyens du bord. Et si Henri Calet s’est focalisé sur les murs, il n’a pas négligé pour autant d’autres supports tels les livres, comme l’ouvrage de Birmingham Wild Justice, largement commenté par les prisonniers (p. 41-49), ou les objets du quotidien (p. 82-83) dont l’usage a pu être détourné.

  • 3 Nicolas Werth, La route de la Kolyma. Voyage sur les traces du goulag, Paris, Belin, 2016 (1ère édi (...)
  • 4 Wendy Lower, Le ravin. Une famille, une photographie, un massacre au cœur de la Shoah, Paris, Talla (...)

5Les graffitis carcéraux, espace de liberté dans un univers fermé, permettent de dénoncer toutes sortes d’oppressions. Ainsi, la conservatrice du camp de Kanion, Svetlana Alexandrovna, déplorait - il y a peu - la perte d’inscriptions qui auraient pu permettre de mieux faire connaître le quotidien au goulag3. Depuis plusieurs années, chercheuses et chercheurs manifestent un regain d’intérêt pour toutes les traces qui permettent de reconsidérer l’existence des victimes, celles du stalinisme et du nazisme en particulier. À cet égard, il suffit de lire le Ravin de Wendy Lower, une enquête historique menée à partir d’une seule photographie, pour reconsidérer le passé à l’aide d’indices4. Si plusieurs décennies la séparent d’Henri Calet, ils partagent l’un et l’autre le même intérêt pour les victimes de l’oppression nazie.

6La postface réalisée par Adrien Aragon permet de mieux comprendre l’œuvre et son auteur ainsi que les enjeux mémoriels au moment de la publication du livre ; elle amorce également des réflexions sur l’écriture des vaincus, invitant le lecteur à sortir du contexte de la Seconde Guerre mondiale. En définitive, il y a lieu de se réjouir de l’initiative de la maison d’édition Héros-Limite grâce à qui le livre les Murs de Fresnes est à nouveau disponible, un livre ancien mais utile, comme un trait d’union pour mieux comprendre et analyser le passé et qui pousse le lecteur à réfléchir sur le présent.

7

Haut de page

Notes

1 Jean-François Chiataretto, « Trouver en soi la force d’exister : un enjeu d’écriture », Vie sociale, 2015/1, n°9, p. 45.

2 Carole Trévisan, « Ce qu’on dit les murs de Fresnes », Le Temps des médias, 2005/1 (n°4), p. 90-100.

3 Nicolas Werth, La route de la Kolyma. Voyage sur les traces du goulag, Paris, Belin, 2016 (1ère édition 2012), p. 177.

4 Wendy Lower, Le ravin. Une famille, une photographie, un massacre au cœur de la Shoah, Paris, Tallandier, 2022, 320 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Audibert, « Henri Calet, Les murs de Fresnes »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 22 septembre 2022, consulté le 28 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12089 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12089

Haut de page

Auteur

Cédric Audibert

Enseignant et docteur en histoire contemporaine (université d’Avignon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search