Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2022Le problème du retour de l’homme ...

2022

Le problème du retour de l’homme de guerre dans la société d’après un procès instruit à Dijon durant la guerre civile

Rudi Beaulant

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de l’édition Enquête et procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage, finalement jugés pour soupçons de meurtre et de vols en 1428 dans la bibliothèque de Criminocorpus : Enquête et procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage, finalement jugés pour soupçons de meurtre et de vols, Dijon, 25 mars 1428.

Texte intégral

Premier folio de l’enquête et du procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage

Premier folio de l’enquête et du procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage

Archives départementales de la Côte d’Or (cl. Rudi Beauland)

1La richesse des fonds d’archives judiciaires de la mairie de Dijon a déjà été soulignée à plusieurs reprises. Parmi les quelque trois mille cas conservés pour le XVe siècle et la première décennie du XVIe, on relève nombre d’affaires originales dont plusieurs survenues durant des temps de guerre. L’affaire analysée dans les lignes qui suivent en fait partie, survenue au début de l’an 1428, en pleine guerre entre Armagnacs et Bourguignons, et conservée sur un cahier de papier de quatorze feuillets classés dans les nombreuses liasses de la série B II 360 des archives départementales de la Côte-d’Or. Rédigé par le procureur de la mairie, ce document contient le procès intenté à quatre personnes arrêtées à Dijon pour suspicion dans un premier temps d’espionnage, bien que le doute soit rapidement levé à ce sujet ; le principal suspect n’en demeure pas moins poursuivi et jugé pour des accusations multiples de vols et meurtre.

2La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, qui débute après l’assassinat du duc d’Orléans sur ordre du duc de Bourgogne Jean sans Peur en 1407 et s’achève par le traité d’Arras entre Charles VII et Philippe le Bon en 1435, est une période où les comportements des gens peuvent rapidement devenir suspects car l’ennemi, souvent de même langue et de même culture, est considéré comme omniprésent. Les nombreuses rumeurs, véhiculées par des marchands ou d’autres personnes itinérantes, traduisent en outre la difficulté pour les populations de disposer d’informations fiables et entretiennent ce climat de tension. Les tribunaux laïcs, qu’ils soient urbains ou princiers, poursuivent rigoureusement toute personne suspectée d’espionnage ou d’empoisonnement de puits, comme en témoignent les archives judiciaires et comptables de la ville de Dijon et du duché de Bourgogne, tandis que dans chaque camp la seule invective publique d’appartenir au camp opposé suffit à déclencher une enquête : en Bourgogne le terme d’armagnac est rapidement criminalisé et apparente celui qui en fait l’objet à un ennemi du duc, tandis que le même procédé est employé dans le royaume de France à l’égard des Bourguignons. Dans les villes, les élites dirigeantes font notamment surveiller les entrées et sorties de l’enceinte urbaine, et imposent en outre aux hôteliers de tenir des registres répertoriant les étrangers qu’ils hébergent, afin de se prémunir contre d’éventuels ennemis.

3Le 25 mars 1428 (n. st.), l’échevin dijonnais Jehan Vautherin fait arrêter deux hommes et deux femmes dans l’hôtel du tavernier Thiebault Guay alias Tourchon, car il les soupçonne d’être des espions, empoisonneurs ou autres agents envoyés pour collecter des renseignements sur l’état ou « convine » de la capitale des ducs de Bourgogne. Peut-être ont-ils été dénoncés par le tavernier car ils sont étrangers, ou bien par un habitant qui aurait relevé quelque comportement suspect. Incarcérés à la prison échevinale, ils sont rapidement interrogés par le maire en présence de plusieurs échevins, qui sont les juges de la commune en plus d’en former le corps dirigeant chaque année.

Les interrogatoires des quatre suspects

4Les suspects se nomment Jehan le Chat, alias Pierre (et souvent désigné par ce prénom dans les premiers interrogatoires), Jacquet Daube, Katherine de Valenciennes et Katherine de Paradis. Katherine de Valenciennes est la première interrogée, elle indique être originaire de Valenciennes mais réside à Reims ; bien que les questions relatives à son âge et son métier ne soient pas complétées dans le cahier, elle déclare plus loin qu’elle est prostituée et affirme qu’elle a suivi Jehan et Jacquet car ce dernier lui avait promis de l’épouser, tandis que Jehan le Chat était avec Katherine de Paradis. Les deux hommes ont été arrêtés à Troyes car Jehan le Chat portait sur lui de fausses lettres indiquant qu’il avait été prisonnier. Jacquet Daube, interrogé une première fois, affirme être le mari de Katherine de Valenciennes mais celle-ci le nie lors de leur confrontation ; il reconnaît alors avoir menti, et affirme qu’ils voulaient se faire passer pour des époux afin de ne pas attirer de soupçon. Jacquet Daube est originaire de Tournai, se déclare « rasseur d’ais », qui pourrait s’apparenter au métier de couvreur, et affirme qu’il a été prisonnier par le passé pour expliquer aux interrogateurs d’où proviennent les cernes noirs qu’il porte aux poignets. Torturé une première fois, il admet que ces marques lui ont été faites par Jehan le Chat à l’aide d’écorce de bois noir, afin de les faire passer pour d’anciens prisonniers des Sarrasins et pouvoir ainsi récolter plus facilement des aumônes. Il dit aussi qu’il a chevauché avec les Armagnacs en Lorraine et détroussé une vingtaine de personnes, dont il a depuis dépensé sa part de butin. Il nie en revanche avoir participé à tout meurtre ou vol, et déclare qu’il n’a jamais vu Jehan le Chat commettre de tels crimes ; il a seulement vu celui-ci « coquiner », c’est-à-dire mendier, et dit qu’il portait déjà une marque au cou pour faire croire qu’il avait été emprisonné.

5Jehan le Chat, alias Pierre, est ensuite interrogé. Âgé de 40 ans, il dit être originaire de Nancray, près de Besançon, et n’avoir aucun métier en dehors du « coquinage », tandis que son père était laboureur de terre. Il évoque ensuite ses péripéties depuis son départ de Nancray qu’il situe environ dix ou douze ans auparavant. Se qualifiant toujours de « coquin », ou mendiant, il s’est d’abord rendu à Montpellier avant de s’engager avec des hommes d’armes bretons au service du roi de Naples, pour une durée de six mois au cours de laquelle il a eu un comportement classique fait de chevauchées et rançonnements. Redevenu mendiant, il admet avoir commis plusieurs vols à Montpellier et Saint-Claude, avant de revenir à Montpellier où il a vécu trois ans durant lesquels il a mendié et de nouveau volé. Il a en outre servi les Anglais comme homme d’arme, période durant laquelle il a notamment volé un cheval du côté de Paris. Il nie en revanche avoir été brigand, et que la main qu’il a perdue lui a été coupée lors de son service dans le royaume d’Aragon. Jehan le Chat confirme par ailleurs qu’il a bien été arrêté à Troyes, condamné à être battu et mis au pilori par le prévôt en raison des fausses lettres qu’il portait indiquant qu’il avait été prisonnier des Sarrasins, et d’un « socle », cercle ou anneau de fer qu’il portait au cou pour faire croire cela et qui lui a été retiré lors de son châtiment. Il déclare qu’il accompagnait Jacquet Daube vers Saint-Claude, où celui-ci devait acheter de la poix pour la vendre ensuite à Romans, tandis que lui envisageait de continuer de mendier chemin faisant.

6Le lendemain, 26 mars, Katherine de Valenciennes est de nouveau interrogée et réaffirme qu’elle ne connaît Jehan et Jacquet que depuis environ 15 jours, qu’elle ne les a suivis que parce que le second lui avait promis de l’épouser, et surtout qu’elle ignore qu’ils ont commis des crimes par le passé et accompagné des hommes d’armes ; la question posée par le maire qualifie notamment les deux hommes de routiers, pilleurs et « robeurs » pour souligner la gravité des crimes qu’ils auraient commis et qui sont assimilables à du brigandage. La suspecte confirme par ailleurs les propos de Jacquet Daube, à savoir que les marques qu’il porte aux poignets lui ont bien été faites par Jehan le Chat à l’aide d’écorces de bois noir afin de le faire passer pour un ancien prisonnier et obtenir facilement des aumônes. Elle déclare par ailleurs qu’elle a déjà été mariée à un hôtelier à Paris. Elle dit encore ignorer que Jehan et Jacquet ont été arrêtés et condamnés à Troyes car elle et Katherine de Paradis n’y ont pas logé avec eux, mais elles les ont attendus hors de la ville. Celle-ci est à son tour interrogée pour la première fois, et déclare qu’elle est célibataire et originaire de l’évêché de Liège où son père vend du vin. Sa déposition permet d’en apprendre davantage sur la rencontre entre les différents suspects de cette affaire. Katherine de Paradis a quitté Liège pour Lille, où Jehan le Chat est venu la trouver quinze jours avant leur arrivée à Dijon. Ils sont ensuite partis à Reims, accompagnés de Jacquet Daube, que Jehan avait rencontré auparavant, puis ils ont connu Katherine de Valenciennes lors de leur passage à Reims avant de se rendre dans le duché de Bourgogne. Sa rencontre avec Jehan s’est faite par l’intermédiaire d’une autre femme, puis celui-ci lui a dit qu’il connaissait des gens vers Besançon et qu’il l’épouserait si elle l’accompagnait. Elle affirme qu’il n’avait sur lui qu’un écu quand elle l’a rencontré, et qu’il avait déjà la main coupée et un anneau autour du cou qui lui a été enlevé à Troyes. Comme sa comparse, elle dit ignorer que Jehan et Jacquet ont été arrêtés à Troyes et ne les a vus commettre aucun crime depuis qu’elle est avec eux, elle les a seulement vus mendier durant le trajet.

7Jehan le Chat est à son tour réinterrogé, et déclare qu’il a participé à un voyage outre-mer avec deux nobles qui ont été détroussés. Il s’est par la suite rendu à Mons, en Hainaut, où il s’est fait fabriquer et poser l’anneau qu’il portait autour du cou, car il pensait qu’il récolterait ainsi plus facilement des aumônes. La lettre qu’il portait, du moins jusqu’à ce qu’elle lui soit retirée et détruite à Troyes, lui avait été fournie par un autre mendiant rencontré dans une taverne à Metz, à laquelle celui-ci avait ajouté le sceau de l’évêque de Langres qu’il avait ôté d’un autre document. Cette lettre indiquait qu’il avait été prisonnier des Sarrasins. Cette partie de sa déclaration sous-entend que le procédé dont il a usé pour susciter la pitié des gens n’est pas totalement isolé à cette époque. Il revient ensuite sur son passé d’homme de guerre, en évoquant à nouveau son service auprès du roi de Naples et de Sicile et évoque pour la première fois une activité de pirate. Il nie pourtant avoir commis un meurtre ou un vol, raison pour laquelle il est de nouveau torturé car les juges le considèrent sans doute trop changeant dans ses déclarations. Il admet cette fois avoir aidé à tuer un homme en Catalogne, dont il a récupéré une partie de l’argent qu’il portait, puis un autre dans le royaume de Sicile en temps de guerre. Retiré de la question, il confirme les propos de Katherine de Paradis qu’il dit avoir rencontrée à Lille, de même que Jacquet Daube. Ils sont ensuite allés à Arras, où il a mendié en montrant l’anneau qu’il portait autour du cou, affirmant à qui voulait l’entendre qu’il avait été prisonnier des Sarrasins et qu’il se rendait en pèlerinage vers Saint-Claude. Il détaille ensuite l’itinéraire qui les a menés d’Arras jusqu’à Reims, en passant par Saint-Quentin et Liesse-Notre-Dame. Jacquet a ensuite rencontré Katherine de Valenciennes à Reims, puis les quatre suspects sont partis en direction de Châlons-en-Champagne avant de se rendre à Troyes, mendiant toujours durant leur trajet. C’est toutefois à Troyes que les ennuis ont commencé pour les deux hommes, car le prévôt de la ville les a suspectés et fait emprisonner. En vérifiant la lettre que portait Jehan le Chat, l’officier royal a prouvé qu’il s’agissait d’un faux, ce qu’a admis le suspect, qui a ensuite été condamné à être battu puis banni de la ville. En revanche Jehan précise que Jacquet n’a pas été battu, sans indiquer pour autant s’il a été condamné ou non à payer une amende. Avant d’arriver à Troyes, Jehan affirme aussi être passé par Plancy-l’Abbaye où un chevalier lui aurait donné 12 blancs après avoir entendu son histoire. Il continue de nier avoir commis un crime avec la complicité de Jacquet, toutefois il admet avoir volé seul des harengs à Saint-Quentin en prétendant à ses complices qu’ils lui avaient été donnés, et les quatre sont partis de l’hôtel où ils logeaient à Liesse-Notre-Dame sans payer. Il admet encore avoir fait les marques noires que porte Jacquet, à l’aide d’écorce de noyer, lorsqu’ils étaient en chemin vers Dijon, entre Chanceaux et La Perrière. Il sait que les deux femmes l’ont vu faire mais il affirme qu’elles ignorent pourquoi.

8Retiré de la question, Jehan le Chat est de nouveau confronté à Jacquet Daube qui nie désormais avoir chevauché avec des Armagnacs lorrains et affirme ne l’avoir dit que sur le conseil de Jehan. Jacquet est alors de nouveau torturé, et déclare cette fois qu’il a bien rencontré Jehan le Chat à Lille où celui-ci disait vouloir aller à Besançon, tandis que lui-même se rendait en Avignon ; ils ont alors convenu de faire le chemin ensemble, mais Jacquet nie toujours avoir commis le moindre crime avec Jehan et demande à n’être jugé qu’en fonction de ce dont son complice l’accusera. Réinterrogé le 28 mars, Jehan le Chat n’ajoute rien de plus que ce qu’il a déjà déclaré. Ses aveux lui sont ensuite lus, il les confirme tous à l’exception de la complicité de meurtre en Catalogne car il affirme que la victime avait déjà été tuée par les deux autres hommes, qui l’ont payé pour qu’il ne les dénonce pas.

Le parcours de l’ancien homme de guerre

9Les différentes dépositions des suspects finissent par se recouper. Parti de Mons où il a commencé à se faire passer pour un mendiant, s’inspirant en cela d’un homme qu’il avait rencontré à Metz, Jehan le Chat a entraîné dans ses aventures Jacquet Daube et Katherine de Paradis, puis Katherine de Valenciennes lorsqu’ils l’ont rencontrée à Reims. Ses principales actions et l’absence apparente de toute attache familiale ou territoriale dépeignent un homme marginalisé, qui vit de mendicité en escroquant les gens sur son parcours de vie. Les termes de « coquin » et « cayment » soulignent bien la situation de vagabond de l’individu. Après avoir été démasqué puis condamné à Troyes, il décide que c’est Jacquet Daube qui reprendra son rôle et tente pour cela de lui faire de fausses marques laissant croire qu’il aurait été prisonnier par le passé.

10Au-delà du procédé, c’est le parcours chaotique de Jehan le Chat qui constitue l’élément le plus saisissant. Il témoigne surtout de la difficulté qu’éprouve cet ancien homme de guerre à réintégrer la société après avoir participé à différentes campagnes et perpétré tant de violence. Dès son séjour à Montpellier, après sa première campagne au service du roi de Sicile, il peine à trouver sa place et commet déjà plusieurs vols pour subsister, puis il recommence dans d’autres villes avant de reprendre un service armé. Pour autant, il est remarquable que sa difficulté de réinsertion ne passe pas par des excès de violence mais se traduit davantage par un processus d’escroquerie ayant pour finalité de susciter et de vivre de la pitié des gens. Enfin, il importe de souligner que les soupçons d’espionnage à l’encontre des suspects s’avèrent rapidement infondés et sont par conséquent abandonnés.

Une sentence et trois acquittements ?

  • 1 Cette sentence est notamment citée par Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen Âge, xiie-xv (...)
  • 2 France, Dijon, Archives Départementales de la Côte-d’Or (ADCO), B II 362/01, fol. 49v ; B II 336/40 (...)
  • 3 ADCO, B 4478, fol. 73.

11Le dénouement de l’affaire n’est pas totalement connu. Jehan le Chat est finalement condamné à mort le 29 mars 1428, par pendaison, compte tenu des aveux de ses divers crimes1. Précisons tout de même que la sentence, inscrite au Papier Rouge (registre contenant des condamnations criminelles infligées aux xive-xve siècles) et dans un registre aux causes de la mairie2, prend en compte uniquement les vols multiples commis à Montpellier et ailleurs, a priori jamais punis et qui suffisent de toute façon à justifier la peine capitale. Le fait qu’il ne soit pas condamné pour s’être fait passer pour un ancien prisonnier, muni surtout de fausses lettres, s’explique simplement par le fait qu’il a déjà été châtié pour cela lors de son passage à Troyes. La complicité de meurtre lors de son séjour en Catalogne n’est pas plus retenue contre lui, sans doute faute de preuve. Remis au prévôt Pierre Girarde, officier ducal en charge de recevoir les criminels condamnés à mort par la mairie pour les transférer au bourreau, Jehan le Chat est exécuté le 31 mars tandis que le prévôt est remboursé des 3 francs et 3 gros que coûtent l’application de sa peine d’après le compte du bailliage de Dijon3. Il est en outre précisé dans le compte du bailliage que le condamné n’avait aucun bien qui puisse être confisqué au profit du duc, comme c’est l’usage en cas de peine capitale. Quant à Jacquet Daube, Katherine de Valenciennes et Katherine de Paradis, leur sort demeure inconnu. On ne relève aucune amende les concernant dans les comptabilités de la mairie de Dijon ni du bailliage, aucune trace d’un éventuel bannissement ne figure non plus dans ces sources, pas plus que dans les registres de délibérations ou encore dans celui du Papier Rouge. Les deux femmes, qui n’ont d’après le procès commis aucun crime, ont probablement été relâchées. C’est peut-être aussi le cas de Jacquet Daube, dont les aveux après deux séances de torture n’ont permis d’établir la culpabilité d’aucun des crimes dont il était suspecté.

12Cette affaire, au-delà de sa dimension purement judiciaire, est à la fois révélatrice des tensions palpables dans une ville au cœur d’une période de guerre civile à la fin du Moyen Âge et de la difficulté d’un ancien homme d’armes à se réinsérer dans la société après ses temps de service. Du point de vue documentaire, ce cas souligne également la nécessité de croiser les sources judiciaires, qu’elles soient urbaines ou princières, afin de collecter le plus de données possible sur une seule affaire. Ce croisement souligne en particulier l’implication des différentes juridictions dans le cadre d’un même procès, le rôle de chacune d’elles et renseigne en outre sur le financement de la justice au xve siècle.

Principes d’édition

13L’édition proposée suit les règles indiquées par le CTHS dans ses ouvrages de conseils pour l’édition des textes médiévaux. Les abréviations ont été développées, l’orthographe et le système de numérotation n’ont pas été modifiés, mais des signes diacritiques ont été ajoutés pour simplifier la lecture (accent aigu sur le e final, cédille etc.). Les documents ne sont pas foliotés, aussi il a été choisi d’indiquer le numéro des pages de chaque cahier entre crochets. Les appels de notes signalés par des lettres entre parenthèses signalent des éléments rayés ou répétés dans le texte, et ceux signalés par des nombres contiennent des précisions notamment sur les noms actuels des lieux.

Haut de page

Bibliographie

Beaulant Rudi, « Deux espions armagnacs jugés à Dijon en 1430 », Criminocorpus. Revue d’histoire de la justice, des crimes et des peines, Les sources de la recherche, 2021 [en ligne] : https://journals.openedition.org/criminocorpus/9853

Beaulant Rudi, « Entre administration et mémoire du crime : constitution et usages du registre du Papier Rouge de la mairie de Dijon à la fin du Moyen Âge », Revue Historique, n° 699, 2021, p. 593-627.

Bell Adrian Robert, Curry Anne, King Andy, Simpkin David, The Soldier in Later Medieval England, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Chevrier Georges, « Les villes du duché de Bourgogne du XIIIe à la fin du XVe siècle. Organisations administratives et judiciaires », in Recueils de la société Jean Bodin, tome VI. La ville, Institutions administratives et judiciaires, Bruxelles, 1954, p. 407-442.

Chiffoleau Jacques, Les justices du pape. Délinquance et criminalité dans la région d’Avignon au XIVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984.

Chiffoleau Jacques, Gauvard Claude, Zorzi Andrea (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007.

Croisades et idée de croisade à la fin du Moyen Âge. Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, 1, 1996.

Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge. Actes du XLe Congrès de la SHMESP, Nice, 4-7 juin 2009, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Gauvard Claude, « Résistants et collaborateurs pendant la guerre de Cent ans : le témoignage des lettres de rémission », in La « France anglaise » au Moyen Âge. Actes du 111e Congrès national des Sociétés savantes (Poitiers 1986), section d’Histoire médiévale et de Philologie, Paris, Éditions du CTHS, 1988, 123-138.

Gauvard Claude, « Le concept de marginalité au Moyen Âge : criminels et marginaux en France (XIVe-XVe siècles) », in Benoît Garnot (dir.), Histoire et criminalité de l’Antiquité au XXe siècle. Nouvelles approches, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1992, p. 363-368.

Gauvard Claude, « Droit et pratiques judiciaires dans les villes du nord du royaume de France à la fin du Moyen Âge. L’enseignement des sources », in Jacques Chiffoleau, Claude Gauvard, Andrea Zorzi (dir.), Pratiques sociales et politiques judiciaires dans les villes de l’Occident à la fin du Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, p. 33-79.

Gauvard Claude, Condamner à mort au Moyen Âge. Pratiques de la peine capitale en France, XIIIe-XVe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2018.

Geremek Bronislaw, Les marginaux parisiens aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, 1976.

Gonthier Nicole, « La population dijonnaise inscrite au “Papier Rouge” 1383-1479 », Annales de Bourgogne, n° 61, 1989, p. 101-114.

Gonthier Nicole, Délinquance, justice et société dans le Lyonnais médiéval (fin XIIIe-début XVIe siècle), Paris, Arguments, 1993.

Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen Âge, XIIe-XVIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

L'Aveu. Antiquité et Moyen Âge. Actes de la table ronde, Rome, 28-30 mars 1984, Rome, École française de Rome, 1986.

L’Étranger au Moyen Âge. XXXe Congrès de la SHMESP, Göttingen, juin 1999, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2000.

Nadrigny Xavier, Information et opinion publique à Toulouse à la fin du Moyen Âge, Paris, École des Chartes, 2013.

Pretou Pierre, Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge (1360-1526), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

Schnerb Bertrand, Armagnacs et Bourguignons : la maudite guerre, 1407-1435, Paris, Perrin, 2009.

Todeschini Giacomo, Au pays des sans-nom. Gens de mauvaise vie, personnes suspectes ou ordinaires du Moyen Âge à l’époque moderne, Lagrasse, Verdier, 2015.

Toureille Valérie, Vol et brigandage au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France, 2006.

Toureille Valérie, « Tant hait la loy le larron » Le traitement du vol au Moyen Âge », in Benoît Garnot (dir.), Normes juridiques et pratiques judiciaires du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2007, p. 41-49.

Toureille Valérie, Crime et châtiment au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2013.

Vallerani Massimo, « La pauvreté et la citoyenneté dans les suppliques du XIVe siècle », L’Atelier du Centre de recherches historiques, n° 13, 2015.

Zaremska Hanna, Les bannis au Moyen Âge, Paris, Aubier, 1996.

Haut de page

Notes

1 Cette sentence est notamment citée par Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen Âge, xiie-xvie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, chapitre 3.

2 France, Dijon, Archives Départementales de la Côte-d’Or (ADCO), B II 362/01, fol. 49v ; B II 336/40, fol. 329v-330.

3 ADCO, B 4478, fol. 73.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Premier folio de l’enquête et du procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage
Crédits Archives départementales de la Côte d’Or (cl. Rudi Beauland)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/12103/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rudi Beaulant, « Le problème du retour de l’homme de guerre dans la société d’après un procès instruit à Dijon durant la guerre civile »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 17 octobre 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12103

Haut de page

Auteur

Rudi Beaulant

Rudi Beaulant est docteur en Histoire médiévale, post-doctorant au LabEx Hastec (UMR 8589 LaMOP) et chercheur associé à l’UMR 6298 ARTEHIS. Sa thèse de doctorat porte sur les pratiques de la grâce des ducs et duchesses de Bourgogne et leurs normativités sociales, politiques et juridiques. Ses travaux se focalisent actuellement sur les justices princières et urbaines dans l’espace bourguignon à la fin du Moyen Âge, en particulier sur la justice échevinale de Dijon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search