Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2022Arthur Roques, Lettres du bagnard...

2022

Arthur Roques, Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre

Milano, Silvana Editoriale, collection Histoires d’outre-mer, 2021, 349 p.
Jean-Lucien Sanchez
Référence(s) :

Arthur Roques, Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre, Milano, Silvana Editoriale, collection Histoires d’outre-mer, 2021, 349 p.

Texte intégral

1Les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) conservent les fonds des bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie rassemblés au sein de la série Colonie H. Dans les 5 693 articles qu’il compte, cet ensemble exceptionnel contient les dossiers individuels de près de 100 000 forçats qui furent condamnés aux peines de la transportation, la relégation et la déportation expiées en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie. Ces dossiers permettent d’accéder aux trajectoires de ces hommes et de ces femmes avant leur départ pour le bagne (motifs de condamnation, origines sociales et familiales, comportement en détention, etc.) et après leur arrivée dans la colonie (pénitenciers fréquentés, punitions prononcées, évasions, octroi d’une concession agricole, etc.). Renseignés par l’administration pénitentiaire, ils peuvent être très lacunaires du fait de forçats morts peu de temps après leur arrivée au bagne ou qui sont parvenus à s’en évader rapidement. Ou s’avérer au contraire très fournis et délivrer une somme d’informations exceptionnelles pour l’historien ou pour le généalogiste à la recherche d’un lointain aïeul. Surtout, certains contiennent des lettres que l’administration pénitentiaire a interceptées et versées à leur dossier. Cette censure permet paradoxalement aux lecteurs contemporains d’accéder à une histoire sensible incarnée par ces dossiers dans lesquels s’imposent de bout en bout les points de vue des multiples agents chargés de juger et d’évaluer les forçats. Mais ces témoignages demeurent rares et difficiles d’accès dans cette grande masse documentaire. Aussi la publication des lettres du forçat Arthur Roques par les ANOM constitue-t-elle à la fois une expérience de lecture remarquable pour tout lecteur non spécialiste mais aussi une source importante pour les chercheurs travaillant sur le bagne et, au-delà, sur les institutions totales.

  • 1 Voir Jean-Lucien Sanchez, « Dr Léon Collin, Des hommes et des bagnes. Guyane et Nouvelle-Calédonie (...)

2Parmi les fonds disponibles, les ANOM conservent des fonds privés d’archives sur le bagne colonial, c’est-à-dire des documents confiés par des particuliers, parfois hérités d’un ascendant agent du bagne ou forçat. Outre que cette transmission permet une conservation pérenne de ces archives et accroit le volume des documents accessibles aux chercheurs, certaines ont fait l’objet d’une valorisation numérique sur le site des ANOM comme le cahier du médecin colonial Léon Collin légué aux ANOM par son petit-fils, Philippe Collin1. Ainsi les 178 lettres rédigées par Arthur Roques à sa famille de 1902 à 1918 ont été remises en 2014 aux ANOM par Simone et Jacques Pons. Ces sources sont associées à une trentaine de lettres contenues dans le dossier individuel d’Arthur Roques.

  • 2 Claude Barousse, Paroles de forçats : le dossier Arthur Roques, Arles, Actes Sud, 1989.

3L’itinéraire de ce corpus est remarquablement restitué en introduction de l’ouvrage par Gilles Poizat, conservateur en charge des archives du bagne aux ANOM. Ces missives ont été conservées par la fille d’Arthur Roques qui les a remises à Simone et Jacques Pons. Ceux-ci ont ouvert une première fois leurs archives à Claude Barousse, auteur d’une biographie sur Arthur Roques2. Puis ils en ont fait don aux ANOM qui les ont versées au dossier individuel d’Arthur Roques conservé sous le numéro de matricule 32 835. Gilles Poizat a patiemment retranscrit les lettres reproduites dans cet ouvrage et en a également assuré l’appareil critique qui s’avère très utile pour le lecteur.

4Arthur Roques a été condamné le 14 mai 1902 – il a alors 50 ans – aux travaux forcés à perpétuité pour fabrication et émission de fausse monnaie. Sa peine commuée en dix ans de travaux forcés, il embarque pour la Guyane en 1903 où il est incarcéré aux îles du Salut, pénitencier destiné aux forçats dont l’administration pénitentiaire craint l’évasion. Malgré deux tentatives d’évasion infructueuses, Arthur n’est soumis qu’à des travaux légers et la dégradation de son état de santé le fait rapidement classer « aux impotents » en 1906. Libéré en 1917, il est soumis à la résidence obligatoire en Guyane à sa sortie du bagne (surnommée le « doublage ») et meurt à Cayenne en 1920 dans le plus grand dénuement. Ces années passées au bagne permettent à Arthur Roques de disposer d’un observatoire incontournable pour croquer la détresse de ses compagnons de misère et l’absurdité d’une institution qui les y plonge dès leur arrivée dans la colonie et les y maintient invariablement, même après leur sortie du bagne.

5Les lettres rédigées par Arthur Roques sont essentiellement adressées à ses proches demeurés en France métropolitaine ainsi qu’à l’administration pénitentiaire. Ce corpus est présenté dans l’ouvrage sous la forme de douze chapitres qui suivent une chronologie allant de son incarcération depuis le dépôt des forçats de Saint-Martin-de-Ré jusqu’à son décès. L’ensemble alterne entre des lettres teintées d’une grande tendresse adressées à son épouse Marie, ainsi qu’à la fille de cette dernière, Julia, avec laquelle il a eu deux enfants qu’il surnomme affectueusement ses « ratounelles » (et à qui l’on cache la destination finale de ce père parti officiellement en voyage) et d’autres au ton beaucoup plus incisif adressées aux autorités.

6Les lettres rédigées par ce père à ses deux filles qu’il ne connaît pas demeurent certainement les plus bouleversantes. Arthur Roques s’applique à leur prodiguer des conseils, les encourageant dans la poursuite de leur scolarité, soutenant par-delà la séparation une sorte d’éducation à distance comme en témoigne l’extrait de cette lettre qu’il adresse à sa fille alors âgée de 12 ans :

« C’est maintenant qu’il te faut, mon amour, travailler plus que jamais pour devenir quelqu’un, c’est-à-dire Toi. Étudie, réfléchis et, si tu ne réussis pas du premier coup ce que tu fais, ne te décourage pas : tu feras mieux la seconde fois et en persévérant dans tes entreprises tu deviendras forcément habile en tout. Veuille seulement apprendre, et douée comme tu l’es, tu n’auras pas de peine pour réussir dans tout ce que tu voudras faire. Quel malheur si, te basant sur l’indécision que fait naître en toi l’idée qu’à douze ans il est permis de devenir bête, tu perdais le goût de l’étude et du travail ! Non, non, ma chérie, travaille, car te voilà à l’âge où la mémoire se charge facilement de tout ce qu’on lui confie, de même que tes doigts arrivent à faire tout ce qu’on leur apprend à faire. Ton âge n’est appelé ingrat que parce que le cœur n’étant pas encore fixé sur ses préférences, il reste insensible, ou du moins paraît rester insensible à tout, c’est-à-dire qu’il n’aime positivement rien ni personne, et paraît ne devoir jamais rien aimer. C’est une erreur. Le cœur sommeille de 12 à 15 ans, mais il bat à l’unisson de l’intelligence qui se développe à pas de géant, et qui en très peu de temps fait d’une fillette une superbe jeune femme. À l’ouvrage, à l’ouvrage mon trésor aimé, et ne doute jamais de tes forces. La confiance en soi est la meilleure garantie du succès. » (p. 187)

  • 3 Alfred Dreyfus, Cinq années de ma vie : 1894-1899, Paris, La Découverte, 2006.

7Au fil de la lecture de ces courriers se détache l’impression que l’écriture permet à leur auteur, comme Alfred Dreyfus avant lui lors de sa déportation sur l’île du Diable3, de survivre à son incarcération et de ne pas sombrer dans la folie ou la mélancolie. L’arrivée et la fréquence des lettres qu’Arthur Roques ne cesse d’encourager soulagent le forçat qui les célèbre dans chacune de ses réponses et remercie chaleureusement ses expéditrices, même si petit à petit cette relation épistolaire s’amenuise inexorablement à mesure que les années défilent. L’expérience ressentie est d’autant plus intense pour le lecteur qu’il éprouve le sentiment de tenir en main ces missives grâce au grand format de l’ouvrage où beaucoup d’originaux sont reproduits (et dont certains sont ornés de magnifiques en-têtes dessinés avec beaucoup d’application par l’auteur). On ne peut ici que saluer le beau travail d’édition des lettres du forçat Arthur Roques réalisé par les ANOM et les éditions Silvana Editoriale qui constitue par leur richesse et leur qualité un témoignage de tout premier plan sur l’histoire du bagne colonial de Guyane mais également un précieux apport à la littérature de l’enfermement.

Haut de page

Notes

1 Voir Jean-Lucien Sanchez, « Dr Léon Collin, Des hommes et des bagnes. Guyane et Nouvelle-Calédonie un médecin au bagne 1906-1913 », Criminocorpus, Comptes rendus, mis en ligne le 11 mai 2016. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.3260. Voir également la collection Léon Collin dans la bibliothèque de Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/ref/118/17/

2 Claude Barousse, Paroles de forçats : le dossier Arthur Roques, Arles, Actes Sud, 1989.

3 Alfred Dreyfus, Cinq années de ma vie : 1894-1899, Paris, La Découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Lucien Sanchez, « Arthur Roques, Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 25 octobre 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12173 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12173

Haut de page

Auteur

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est docteur en histoire, chargé d’étude et de recherche en histoire au ministère de la Justice (DAP/Me5), membre du Centre pour les humanités numériques et pour l’histoire de la justice (CLAMOR, UMS CNRS 3726) et chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP UMR CNRS 8183).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search