Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2022Présentation du procès pour magie...

2022

Présentation du procès pour magie ou sorcellerie fait à Nicolas Noël dit le Bragard à Nancy en 1593, brûlé avec ses livres

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7309
Antoine Follain

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de la transcription annotée du procès disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Une page de la procédure contre Nicolas Noël dit le Bragard en 1593 où figure le « nigr » qu’il faut développer en « nigromancie » employé sans doute pour nécromancieAfficher l’image
Crédits : AD de Meurthe-et-Moselle

« Et ce luy advient qu’ayant [vu] un jour [...] un libvre contenant plusieurs receptes tant pour trouver les choses perdues, pour se faire aymer et jouyr des femmes et aultres desquelles il n’est bien souvenant, il luy print envie d’en aprendre la science [...] desquelz ayant tiré le moien et science de faire ce que dessus l’envie luy creust d’en sçavoir davantage [...] depuis, rencontrant (peult avoir quelques dix à douze ans) une femme qui vendoit plusieurs vieulx libvres et papiers [...] et s’ayant apperceu que c’estoit ce qu’il cherchoit, achepta le tout » (pc.7 f°1v.)

  • 1 Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), La sorcellerie et la ville. Witchcraft and the City, Strasb (...)
  • 2 Lignes tirées de la dédicace au cardinal Charles de Lorraine dans La Démonolâtrie, texte établi et (...)
  • 3 La Démonolâtrie…, ibid., p. 4.
  • 4 Le titre de l’article vient bien sûr de la fable. Parmi les différences entre la ville et les villa (...)

1Carlo Ginzburg a discuté avec nous le cas de Nicolas Noël dit le Bragard, à l’occasion de la journée d’étude « La sorcellerie et la ville » (2013) et du livre collectif que nous en avons tiré (2018)1. L’orientation générale était de réfléchir au rapport du crime de sortilège avec la ville, alors que, par exemple, le procureur général et démonologue lorrain Nicolas Remy a écrit vers 1590 : « les sorciers appartiennent la plupart du temps au monde des bourgs et des campagnes2 ». Remy ne dit pas pour autant que la ville soit exempte de la « stupidité » et de la « lourdeur d’esprit » constituant la « sottise » qui fait croire aux superstitions qui conduisent à la sorcellerie3. Dans notre article « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs » nous avons procédé en observant les villages, les petites villes, moyennes et la ville capitale Nancy où il y a des procès mais moins nombreux, avec plusieurs explications4. L’un des cas présentés était le procès fait à Nicolas Noël en 1593.

  • 5 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs... », op. cit., section « Brûler (...)

2Notre intention n’est pas de reprendre ici toute la question de La sorcellerie et la ville mais de revenir sur ce seul cas qui n’avait pas été présenté ni étudié complètement pour la publication de 20185. Le travail de transcription que nous avons commencé il y a trop longtemps a été repris en entier et terminé avec nos étudiants en séminaire de paléographie moderne – soit au final, une quarantaine de collaborateurs. C’est donc la procédure complète que nous offrons à nos lecteurs en édition de source annotée. D’où ce texte de présentation qui n’épuise pas les intérêts d’une telle source.

La sorcellerie et la ville

  • 6 De la démonomanie des sorciers, par Jean Bodin Angevin, à Paris, chez Jacques Du Puys, 1588, à Lyon (...)

3La question du milieu dans lequel se déroule le crime de sorcellerie n’est pas vraiment une préoccupation pour les démonologues : ni le Malleus Maleficarum de la fin du XVe siècle (le plus fameux des traités de démonologie) ni la Démonomanie des sorciers (1588) de Jean Bodin, contemporain de Nicolas Remy, ne traitent de la question spécifiquement6.

  • 7 Erik Midelfort, « The devil and the German people: Reflections on the popularity of demon possessio (...)
  • 8 La formule est p. 265 dans Robin, Briggs, Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context o (...)
  • 9 Rita Voltmer, « Witchcraft in the City. Patterns of Persecution in the Holy Roman Empire », p. 149- (...)
  • 10 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs... », op. cit., p. 88-103.

4Un problème est de savoir s’il y a vraiment une différence radicale de culture entre ville et campagne et si l’ensemble de la population est concerné. En effet il y a les élites – plurielles – et les gens du commun, les gens immobiles et les gens qui bougent. Nicolas Noël est un homme d’entre-deux, dans le sens où il est de la campagne où il a vécu la première moitié de sa vie, et il est de la ville car il a habité à Nancy toute la seconde moitié de cette vie jusqu’à son procès. Faut-il rappeler que les villes aspirent la population des campagnes et que tous les habitants des villes n’y restent pas à jamais et que les uns se rendent sans cesse chez les autres ? La muraille qui symbolise la ville n’arrête aucune circulation, ni des corps ni des esprits. L’opposition absolue entre villes et campagnes serait plutôt postérieure à la chasse aux sorcières et aurait été initiée par les historiens. Le phénomène de la sorcellerie serait effectivement campagnard dans sa majorité mais pas exclusivement rural. Erik Midelfort, par exemple, affirme que le diable était aussi actif à la ville qu’à la campagne (1989)7. Pour notre part, ayant travaillé sur le village, la petite ville, la ville moyenne et la capitale, nous ne voyons aucune différence de mentalités en Lorraine vers 1600. Si l’on définit la sorcellerie comme un système qui met en place la présence du diable, de démons et de sorciers autour du crime de maleficium ou magie malfaisante, la sorcellerie peut exister à la ville comme au village, quitte à prendre des formes un peu différentes. Le principe magique reste le même quel que soit le milieu. La mécanique des procès de sorcellerie est aussi la même. Le maléfice est un crime de voisinage8. Il peut y avoir en ville des emballements qui donnent une chasse aux sorcières avec des victimes nombreuses9. Sinon l’échelle du procès urbain de sorcellerie est la rue ou une section d’un quartier, comme le village est l’échelle du procès rural. D’ailleurs, dans le procès fait à Nicolas Noël, tout part d’une querelle entre voisines dans une boutique (pc.1 et 2) et tous les indices de lieux qui sont dans le procès montrent que ce n’est pas tout Nancy qui est concerné, mais une partie de la partie neuve de la ville. De même, dans la ville de Neufchâteau en 1611, le procès fait à la vieille Jehenne concerne une rue et une seule10.

  • 11 C’est à la fin du XVe siècle et au XVIe que la magie se distingue de la sorcellerie, grâce à des au (...)
  • 12 Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle(...)

5Certaines mauvaises actions reprochées sont forcément plutôt rurales, comme faire mourir du bétail ou causer des orages de grêle. En revanche les attaques contre les personnes, les mauvais sorts jetés, sont présents dans les deux milieux. Un caractère proprement urbain pourrait être la présence plus grande de la magie mais celle-ci n’est pas absente des procès de village. La magie pose d’ailleurs des questions délicates car elle n’est pas en soi criminelle. Il y a des choses cachées mais qui font partie de l’œuvre de Dieu qu’il n’est pas interdit de découvrir. C’est la combinaison de la magie avec le diable qui est poursuivie11. Sinon il n’est reproché aux prévenus que l’« abuserie » ou escroquerie – accusation qui, au XVIIIe siècle à Paris, sera le dernier reste de l’ancien crime de sorcellerie12. Quant à la possession démoniaque, surtout après 1600, elle introduit une vraie distinction car elle a pour cadre le milieu urbain et touche des lieux plus spécifiquement urbains comme les hôpitaux ou les couvents. Les possédés mettent en cause des sorciers ou des sorcières et les exorcismes attirent des foules de spectateurs.

Le cas Nicolas Noël dit le Bragard

6Nicolas Noël porte un sobriquet qui n’est pas indifférent à ses activités puisque le Bragard signifie le prétentieux, celui qui veut se mettre au-dessus de sa condition. C’est un personnage singulier.

L’homme et l’incrimination

  • 13 Ou « rebouteur », « renoueur » ou encore « rhabilleur » : personne qui guérit ou prétend guérir les (...)

7Nicolas Noël sait écrire et son écriture est assez belle mais il s’exprime mal et son orthographe est spéciale (pc.3). Il connaît peut-être un peu de latin. Il est âgé (65 ans) ; ancien cordonnier dans son village et habitant de Nancy depuis 1568 environ ; ancien soldat qui rend peut-être encore des services militaires ; guérisseur et rebouteux au service seulement du voisinage13 ; magicien autodidacte qui a découvert les « secrets » renfermés dans certains livres « et papiers » (pc.7 f°1v.). Ces lectures et expériences remontent à plus de dix ans. Nicolas Noël a été averti par son commandant militaire quelques années avant 1593, de cesser certaines activités : « ne se plus mesler de telles choses » (pc.6 f°4r. et pc.7 f°8r.).

  • 14 Un « mal donné » est une maladie jetée à quelqu’un par sort ou par quelque autre moyen. Les guériss (...)
  • 15 Voir le cas très bien documenté de Claudette Clauchepied, guérisseuse de mère en fille, dans Jean-C (...)
  • 16 Il n’en vit pas, comme le fait Barbe Grosse Gorge. D’ailleurs, elle a longtemps limité son champ d’ (...)

8Lui et sa femme sont dénoncés par la femme Vosgien comme sorciers ayant « donné des maladies à son marit et puis après l’en ont » guéri14. Elle ajoute que « le bruit tout commun [est] qu’ils sont sorcier et sorcière » (pc.2). Si cet homme est un guérisseur, ce n’est pas par tradition familiale15. Il ne connaît pas les potions et d’ailleurs il lui est reproché de guérir « sans application d’unguentz ou aultres remèdes naturelz » (pc.7 f°5v.). Il est réputé pour guérir « de plusieurs maladies » (c’est répété quatre fois dans la procédure) mais pas de toutes. De plus, guérir n’est pas une activité aussi importante pour lui que pour la plupart des guérisseurs16. Tôt dans la procédure et plusieurs fois ensuite, on voit que Nicolas Noël a un goût prononcé pour le vin et plus encore pour la bonne compagnie, avec qui l’on peut boire. Son activité de guérisseur semble être un moyen de provoquer et de répéter des moments de convivialité avec des gens dont il fait ses obligés. Il se plaint d’ailleurs « que s’ilz n’estoient malades ils ne l’iroient pas veoir » (pc.5 f°4v.). Le Bragard rend service à des gens qui souffrent. Mais il est parfaitement conscient que les guérisseurs qui réussissent peuvent être dénoncés à la justice. D’où peut-être la discrétion de son activité réservée finalement à peu de personnes. Son cas aurait dû rester inaperçu s’il n’avait pas été servi comme sur un plateau à la justice par la plainte de Mengeon, agissant comme une « partie formelle » en désignant des témoins à entendre contre lui (pc.4).

  • 17 Voir sa biographie p. 19-23 dans Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorra (...)
  • 18 Sur les livres de magie voir entre autres références : Yves Castan, Magie et Sorcellerie à l’époque (...)
  • 19 afollain@unistra.fr

9Aux guérisons étranges, le Bragard ajoute des pratiques de magie. Ayant entraperçu des choses dans un premier « livre » (imprimé ou manuscrit) « il luy print envie d’en aprendre la science » (pc.7 f°1v.). Par curiosité et par intérêt – parce que la magie semble permettre de réaliser des choses à son avantage – le Bragard s’est donc intéressé à la magie et aux « secrets » qui tendent vers la sorcellerie, selon qui pratique ces recettes et incantations ; selon comment elles sont mises en œuvre et selon le résultat attendu (faire du mal aux autres ou en retirer un avantage pour soi ?) et plus encore selon qui considère ces pratiques. D’une part le Bragard s’est fait des relations avec qui il réalise des expériences et qui n’y voient pas de mal – en tout cas pas le Mal et pas le diable. Mais d’autre part un homme comme le procureur général Nicolas Remy n’a aucune indulgence envers ces pratiques17. La nature des « secrets » et leur structure, qui combine gestes, paroles, moment et ingrédients pour produire un certain effet, est complexe, chrétienne en partie, mais toute autre en partie aussi18. Il est fort regrettable que le procès ne donne pas la liste des livres ou manuscrits qui ont été brûlés. Les indices ne mènent à rien. Si le secret qui commence par « Déchausse toi ton pied gauche » conduit l’un de nos lecteurs à identifier un livre, nous serons ravi d’en prendre connaissance19.

10Guérisseur discret et magicien amateur dans un petit cercle, Nicolas Noël n’aurait pas dû attirer l’attention. Contre cet homme et ses pratiques, l’accusation est d’abord sociale. Nicolas Noël et les siens ont un « mauvais bruit » depuis longtemps – une mauvaise réputation – en tout cas auprès de quelques-uns. La querelle de voisines dans une boutique en 1593 pousse la femme Vosgien à rameuter des gens qui font converger des dénonciations contre le Bragard et sa femme (pc.3). Mais au commencement de la procédure il n’y a que « l’accusation de sortillège faicte par Mengeot femme de Jacques Vosges » (pc.5 f°1r.). Rien encore n’est prouvé. Les témoins à charge sont d’autres soldats, tous en garnison à Nancy et certains avec d’autres occupations que leur temps de garde, plus un maréchal-ferrant attaché à l’écurie du comte de Vaudémont, plus un tailleur d’habits et ancien soldat, et encore un tonnelier, plus les femmes de plusieurs d’entre eux, plus un témoin rajouté qui est la veuve d’un hôtelier (pc.5 f°9r.). C’est le retournement d’anciens compagnons d’armes et de voisins qui avaient bénéficié des soins du Bragard, qui met les juges face à une mauvaise réputation et des faits dénoncés, qu’il leur revient ensuite d’interpréter.

11Après l’information des témoins et l’audition du prévenu, l’incrimination est « pour cas de sortilège » dans les réquisitions du procureur général Nicolas Remy (pc.6 f°8r.) et plus tard « pour cas de venéfice et incantations magiques [...] imprécations, incantations et aultres moyens damnables et réprouvés » dans les conclusions définitives, ces « moyens » ayant donné « aux ungs la mort, aux aultres de grièves et estranges maladies qu’il guérissoit pour après » (pc.8 f°3r.) – c’est la définition même du « mal donné ». Voyons comment les choses ont basculé.

Un rebouteux guérisseur accusé de faire les gens malades

  • 20 Le poison est « constitué du mélange de quelques minéraux mais aussi et surtout d’un amalgame hétér (...)
  • 21 Ainsi, lors de son troisième interrogatoire lorsque Barbe Grosse Gorge se met à avouer de plus en p (...)
  • 22 Même interrogation à propos de Barbe Grosse Gorge.

12Les remèdes des guérisseurs ne sont pas loin du crime d’empoisonnement qui est très rattaché à la sorcellerie et nommé « venéfice » dans les procédures. Lorsque des potions sont incriminées, le poison est composite et les ingrédients ne sont pas actifs seulement par eux-mêmes20. Des rituels activent la toxicité des matières et la sorcellerie sert d’auxiliaire à l’empoisonneur. De plus, comme le poison ne s’administre pas sans un support qui est une boisson, un aliment ou une médication, l’empoisonneur est un proche qui trahit. Il s’agit donc d’un crime terrible et souvent présent parmi les accusations de sorcellerie21. Or le Bragard ne soigne pas avec des remèdes mais par des attouchements et manipulations et principalement « avec sa main [il tire] le long des costes jusques en dedans de l’estomach » (pc.6 f°1r.) comme il le dit au début de son premier interrogatoire. On peut penser que c’est un « abuseur » qui promet de guérir mais qui n’est pour rien dans l’évolution d’un mal22.

  • 23 Le Bragard répond d’ailleurs « qu’il n’avoit la teste si torte comme il est contenu en l’interrogat (...)

13Le fait de guérir n’est pas en soi criminel ni diabolique, même si les recettes employées nous paraissent au moins superstitieuses, sinon magiques. Tout dépend des moyens utilisés et des intentions du guérisseur et dans tous les cas ce ne sont pas les soins qui font accuser le prévenu, mais le fait d’avoir « donné le mal » qui dans un second temps a été soigné. Certains aspects de la pratique du Bragard sont certes déplaisants pour des gens de justice acharnés contre la magie ou la sorcellerie. Mais on peut aussi lui reconnaître une habileté réelle, car il est capable de soulager des malades souffrant de « perclusions » qui sont toutes les affections qui touchent l’appareil locomoteur et qui entravent les mouvements. On lui reproche cependant d’avoir soigné Jacques Vosgien « qui avoit la teste toute torte [tordue, de côté] étant le devant au lieu du derrier et le derrier devant » (pc.7 f°5v.). Mais une tête complètement retournée est physiologiquement impossible et cette description est donc exagérée par les témoins pour obtenir un certain effet23. Les juges retiennent « que telle guérison ne peult advenir naturellement [mais] par invocation d’esprit ou bien par sorcellerie et qu’il est à présumer que c’est luy mesme qui avoit ainsy rendu tort » le nommé Vosgien et plusieurs autres. Guérir sans « unguentz ou aultres remèdes naturelz » s’explique par la sorcellerie.

Un prévenu pris dans la controverse sur la magie et la sorcellerie

  • 24 Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions...Morphologie du sacré, fonction des mythes, structu (...)

14Le sixième témoin, Marguerite femme de Jean Guillemart, rapporte « que ledit Bragard lioit avec une corde ung arbre qui estoit auprès » (pc.3 f°6r.) et la procédure revient deux autres fois sur cet acte : « s’il lya pas l’arbre qui est dedans avec une corde » (pc.6 f°2v.) et « il avoit lyé une corde à un arbre et tiroit icelluy comme s’il eust voulu faire quelque diablerie ou enchantement » (pc.6 f°6r.). Bien qu’il s’agisse d’une séquence de soins, le malade n’est pas relié à la corde. Par destination une corde sert, soit à associer deux choses ou des personnes, soit à ne pas toucher quelque chose tout en exerçant une action. L’arbre a ses racines sous la surface, dans le sous-sol. Au niveau du symbolisme magique et des mentalités, on peut s’appuyer sur des travaux comme ceux de Mircea Eliade24. Ils donnent le vertige. Que savent les gens de la symbolique des gestes qu’ils ont vu faire, ou qu’ils ont lu ou qu’on leur a transmis de bouche à oreille ? Nous ne saurons jamais exactement ce que le Bragard d’une part et les enquêteurs d’autre, avaient en tête à Nancy en 1593 ; « quelque diablerie » est tout ce qu’ils en disent.

15Accuser le Bragard d’être un magicien démoniaque, c’est l’opposer à des magiciens respectables, dont bien sûr le procès ne fait nulle mention. Il y en a dans toutes les cours et la magie est défendue par de bons auteurs. En Lorraine, on peut penser à Pierre Grégoire (Petrus Gregorius Tholosanus, 1540-1597) professeur à Toulouse invité en 1582 par le duc de Lorraine pour fonder une Faculté de droit à Pont-à-Mousson, qui est l’auteur de Syntaxes artis mirabilis (1578) ou Art merveilleux ; une encyclopédie des sciences où il donne une place légitime à la magie et à l’astrologie. La magie n’est pas une activité forcément démoniaque mais il y a des situations limites et il y a plusieurs procès dans les Vosges, où les sorciers sont expressément accusés de pratiquer la magie, comme Paul Pierrel et Grevillon – dont nous publierons plus tard les procédures. Vers 1590 les gens de justice ne s’appuient pas sur des directives générales claires. Des auteurs anciens et modernes retiennent la magie comme un aspect de la sorcellerie, mais d’autres non, car il y manque la volonté de nuire et l’inspiration diabolique. En retenant comme déterminant le fait de pratiquer la magie pour faire du mal à autrui, on retrouve l’accusation ancienne de maleficium ou littéralement mauvaise action quelle qu’elle soit, imputée à un faiseur de torts et donc un criminel. L’accusation de maléfice s’applique à un sorcier comme à un magicien et l’on comprend que dans les deux cas, l’interprétation par la justice est déterminante.

  • 25 Disquisitionum magicarum libri sex in tres tomos partiti, quibus continetur accurata curiosarum art (...)
  • 26 « La théurgie est une forme de magie, celle qui permet de se mettre en rapport avec les puissances (...)
  • 27 Le prévôt a en plus une revanche à prendre, après avoir été frustré en 1624 d’une grande chasse aux (...)
  • 28 Arch. dép. M.-et-M. B 2584, procès transcrit et analysé avec nos étudiants. Édition à paraître. Voi (...)

16Peu après la procédure contre le Bragard, en 1599, Martin del Rio ou Delrío publiera une forte attaque contre les magiciens25. Plus tard au XVIIe siècle, le lien entre sorcellerie et maléfice sera plus clairement établi et donc un maléfice est un sortilège et le maléficié est malade d’un mal donné ou il est victime d’un malheur provoqué. La magie ou une certaine magie devient plus clairement une composante de la sorcellerie et les deux notions se confondent souvent dans les procédures. Mais ces procédures et les jugements, sont des aboutissements, après que les juges ont dit si la magie qu’on leur a dénoncée est ou non diabolique. La justification finale est que la justice peut admettre des pratiques théurgiques où l’homme invoque des puissances surnaturelles qui ne sont pas opposées à Dieu26. Cette théurgie permise est à l’opposé de la goétie ou sorcellerie qui est réprimée. Mais de la théorie philosophique, religieuse et démonologique, au travail des praticiens qui conduisent les procédures, il y a un écart et des difficultés. En 1625 dans la prévôté d’Arches l’accusation contre Anthoine Grevillon sera poussée dans un certain sens par le prévôt27. Puis le procureur général du bailliage de Vosges abondera dans ce sens et prendra la peine de citer Delrío pour requérir contre Grevillon. Or nous avons vu seulement deux fois le procureur en chef de ce bailliage appuyer ses réquisitions sur une source, dont cette fois contre Grevillon. Il est suivi par les échevins de Nancy qui recommandent de soumettre le prévenu à la question et il est finalement condamné au bûcher après lui avoir fait avouer ce qu’il fallait, à savoir ses intentions mauvaises et l’implication du diable28.

  • 29 Arch. dép. M.-et-M. B 77 f°43v. Pour éclairer nos lecteurs et leur donner envie de lire un jour not (...)
  • 30 Selon le Dictionnaire infernal (1863) qui a éclairci les concepts « Nigromancie [est l’art] de conn (...)

17En 1593 pour le Bragard, la situation était plus tôt et plus incertaine. Mais pour Grevillon comme pour Nicolas Noël, c’est la volonté des gens de justice qui a orienté le procès et l’a fait aboutir là où ils voulaient arriver. Le Bragard est expressément accusé de « nigromancie » deux fois dans son deuxième interrogatoire, au tout début où il est qualifié de « prévenu de nigromancie, magie et sorcellerie » et parmi les questions « Sy lors qu’il estoit à l’escolle l’on luy a aprins que c’est de nigromance, incantations, charmeries » et s’il sait « comment il fault invoquer et convier les espritz malins ? » (pc. 7 f°1r.). À quoi il répond qu’il ne savait rien de la magie dans sa jeunesse. Plus loin est écrit un « nigr » qu’il faut développer en « nigr[omancie] » (f°5v.). C’est un mot qu’à ce jour nous avons rencontré une seule autre fois et pas dans un procès mais dans le corpus des lettres de rémission en 1608. Une femme convaincue d’adultère se plaint que son propre mari a accueilli un jeune homme dans leur maison, lequel « estoit en réputation d’user de nigromance, charmes, sorts et très damnables actz tant par ses parolles, vanteries, que pour fréquenter » un prêtre « tenu et renommé pour insigne magicien » et selon la prévenue le jeune homme « par charmes et déceptions [tromperie] auroit séduict et trompé ladicte pauvre suppliante jusques à abuser de son corps »29. Nigromancie a un sens étroit et exact qui ne correspond pas à l’usage qui en est fait dans le procès de 1593, ni dans d’autres occurrences, dans des procès ailleurs ou dans des commentaires30. Une confusion est souvent faite avec la « nécromancie » qui est l’art d’évoquer les morts et les démons et c’est sans doute ce qu’il faut comprendre dans la procédure contre le Bragard.

18Enfin, les propos rapportés, selon lesquels Nicolas Noël savait qu’il serait un jour poursuivi, confirment l’accusation : « S’il ne dict aud[ict] Guillemard : Diable, diable quand j’auray guéry ton enfant tu diras que je suis un sorcier et me feras brusler ! » et « Voilà un diable qui me fera brusler mais je ne m’en soucy pas. Aussy bien, viendra le temps qu’un jour je le seray ! » (pc.7 f°5r.). Le prévenu dénie avoir tenu ces propos.

Un amateur pas si savant qu’on pourrait le comprendre

19Le paragraphe « A veu aussy un libvre intitulé D’oculta philosophia que le filz aisné du feu sieur Barust luy a eu monstré et est comme il croit le quatrième libvre d’Agripa » a été discuté entre historiens et l’enjeu était de savoir qui était vraiment Nicolas Noël.

20On peut comprendre le segment de phrase « et est comme il croit le quatrième libvre d’Agripa » comme une reconnaissance et analyse de cet ouvrage par Nicolas Noël et l’on peut aller jusqu’à en tirer que « ce soldat était familiarisé non seulement avec les trois livres de Cornelius Agrippa, De occulta philosophia, mais aussi avec l’existence d’un quatrième livre dont la nature apocryphe avait été dénoncée par Johannes Wier dans son De praestigiis daemonum (1563) ». Seul un savant pouvait le savoir. Ce qui pouvait amener à « une réfutation flagrante de la conclusion [la nôtre dans La sorcellerie et la ville] que « en Lorraine – et ailleurs ? – il n’y avait aucune différence dans les mentalités, dans l’imaginaire des populations, entre les Gens de ville et les Gens des champs et en tout cas dans leurs propos » (p. 134) ». Le Bragard était un « soldat qui savait assez de latin pour lire le De occulta philosophia d’Agrippa et en saisir la signification » était une « anomalie » qui réduisait à néant nos analyses et conclusions (de 2018).

  • 31 Voir le « Débat sur l’anomalie Le Bragard », p. 142-145 dans le livre collectif La sorcellerie et l (...)

21Cette lecture est pour nous un contresens. Sans reprendre toute notre démonstration linguistique, la conclusion est que c’est le fils aîné du sieur Barust, détenteur du livre, qui a montré et expliqué sa valeur au Bragard, lequel répète une chose qu’on lui a dite et qu’il ne comprend pas31. Nicolas Noël n’a pas de connaissance des Antiques ni des auteurs savants de son temps. C’est comme soldat que le Bragard a pu approcher, dans le contexte militaire, des officiers qui sont des gens au-dessus de sa condition. Ils se sont reconnus comme partageant un intérêt pour la magie. Mais sa supplique (pc.3) dit son vrai niveau d’écriture en français. Le Bragard se dit capable de recopier des livres, mais est-ce les comprendre et de quels livres s’agit-il ? Il « n’entend pas le latin » ou « ung peu » seulement (pc.6 f°4r.) et plus loin « il a en sa jeunesse esté à l’escolle et y apprins à lire et escrire et quelque peu apris de latin, encor qu’il ne le puisse parler » (pc.7 f°1r.). Le Bragard a un niveau de lecture et d’écriture au-dessus du commun mais il lui est impossible d’accéder à des auteurs occultes comme Agrippa.

Supplique de Nicolas Noël au lieutenant militaire de la place de Nancy, avant que la procédure ne soit lancée

Supplique de Nicolas Noël au lieutenant militaire de la place de Nancy, avant que la procédure ne soit lancée

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7309, pc.3.

  • 32 En vérité, Nicolas Noël nous impressionne beaucoup plus par son habileté qui soulage un malade « Pa (...)
  • 33 Pour rentrer dans cet imaginaire nous renvoyons à Jean-Claude Diedler, Le Testament de Maître Persi (...)

22Le Bragard ne dispose lui-même que de « petits libvres » de « secrets » et il se contente de mettre en œuvre certaines « recettes » comme celle qui lui aurait permis de découvrir des voleurs, qui consiste à dessiner sur un mur deux visages avec des yeux au-dessus et prononcer la formule : « Que tu puisses perdre la veue jusques à ce que tu m’auras rendu ! » (pc.7 f°2v.). Ce ne sont que des Secrets des champs et absolument pas des formules supérieures qui distingueraient les Gens de ville de ceux de la campagne. Le Bragard est certes un personnage singulier mais ce constat ne suffit pas à lui reconnaître des qualités culturellement anomales32. En tant que lecteur de « secrets » en français, il se meut dans un univers culturel qui était bien partagé parmi les gens, qu’ils soient de la campagne ou de la ville33.

Résolution du procès

23Le mot « sorcellerie » ou « sortilège » n’est plus dans les conclusions du procureur général Nicolas Remy qui cependant accuse Nicolas Noël d’avoir fait mourir des gens. Le jugement des échevins reprend ensuite les « venéfice et incantations magiques » et les maladies données par sorts mais il ne retient pas les morts. En effet le Bragard n’a tué personne. La justice aurait pu le condamner au bannissement qui est la deuxième peine la plus pratiquée dans les procès criminels, mais elle le condamne à mort.

  • 34 La peine est toujours un point de droit éclairant. Dans sa Practique criminelle… Damhoudère traite (...)

24L’information avait pourtant eu un résultat médiocre quant aux maléfices, à la volonté de nuire, au pacte avec le diable et tout ce qui mènerait à une incrimination de sorcellerie. Mais les gens de justice avaient encore l’interrogatoire et comme moyen ultime la torture, pour parachever l’enquête en obtenant les aveux attendus. C’est donc « veue laquelle pertinacité » que le procureur requiert qu’on applique la question au prévenu. Comme dans la plupart des procès, l’interrogatoire sous la torture est le tournant du procès, où par exemple les sorcières qui n’en ont pas dit mot avant, se mettent à confesser avoir participé au sabbat et en livrent la description que les enquêteurs attendent. Grâce aux aveux, le soupçon d’avoir donné des maladies est confirmé. Mais le fond du procès est plutôt dans les « nigromance, incantations et charmeries » et l’invocation des « espritz malins » au moyen de livres de « secrets » contenant des « meschantes et abhominables et détestables leçons » (pc.7 f°1v.). Dès les troisième et quatrième questions de l’interrogatoire (pc.7 f°1r.) on voit quelle orientation est donnée à la procédure pour charger cet homme du commun qui a des pratiques mauvaises avec d’autres qu’il conduit ou accompagne vers le Mal. Le bragard est en effet considéré comme un fauteur de troubles et il est le plus petit de ceux qui se sont essayés avec lui à la magie. Il faut donc le réduire au silence, voire le détruire, et ses livres avec lui. Soumis à la torture, le Bragard supplie aussitôt qu’on l’exempte des tourments et il promet de dire la vérité. Le procès-verbal montre qu’en plusieurs fois il donne entière satisfaction, en avouant tout ce que l’on attendait de lui. Condamné à mort, il ne sera pas brûlé comme un sorcier mais pendu comme un hérétique ayant confessé ses erreurs et son corps mort sera ensuite réduit en cendres – ce qui est conforme au droit34. Le plus remarquable est que les « livres, papiers et caractères dont il a usé en faisant sesdictes incantations » doivent être détruits « en ung feu qui se fera à part [afin] d’en exterminer la mémoire » (pc.8 f°3r.).

25Cependant Nicolas Noël résiste à propos de sa famille et dénie trois fois que sa femme et sa fille soient des sorcières, ni même « consentantes des meschancetés qu’il a faict » (pc.8 f°2v.). L’interrogatoire sous la question, lequel ne peut pas durer trop longtemps, abandonne le questionnement de ce côté, en se satisfaisant des aveux concernant son propre cas. Focaliser sur la mauvaise magie et les mauvais livres a eu l’heureux effet de détourner l’attention de la femme et de la fille, malgré les accusations de sorcellerie qui les ont visées. C’est pourquoi le procureur général qui les a nommées dans ses réquisitions ne les poursuit plus dans ses conclusions (pc.8 f°3r.).

26Elles auraient pu être de nouveau attaquées dans un second temps. L’acte du prévôt nous apprend incidemment quel a été le sort des femmes (pc.8 f°3v.). Elles ont échappé à leur propre procès grâce au comte de Salm, ancien commandant de Nicolas Noël, qui a « retenu » dans sa main les biens meubles du prévenu et qui les a fait rendre aux deux femmes, puis qui les a fait conduire hors de portée de la justice lorraine. Aucune raison n’est donnée. Il pourrait s’agir d’un désaveu de l’orientation donnée à la procédure contre le Bragard ou plus simplement d’une faveur entre militaires.

Haut de page

Notes

1 Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), La sorcellerie et la ville. Witchcraft and the City, Strasbourg, PUS, 2018, 248 p. La journée d’étude « La sorcellerie et la ville » a été organisée le 26 mars 2013 à l’occasion de la réception du professeur Carlo Ginzburg comme docteur Honoris Causa de l’université de Strasbourg le 25 mars 2013. Le procès est conservé dans la liasse cotée Arch. dép. Meurthe-et-Moselle B 7309. La série B est organisée par composantes (ex : prévôté de Blâmont) et comprend des registres de comptes et des liasses de quittances et acquis où les procès se trouvent comme preuve des dépenses et des recettes.

2 Lignes tirées de la dédicace au cardinal Charles de Lorraine dans La Démonolâtrie, texte établi et annoté par Jean Boës à partir de l’édition de 1595, Nancy, PU, 1998, 338 p. et 2e édition Nancy, A.D.R.A, 2018. Le traité a été imprimé en latin et traduit et publié en français seulement quatre siècles plus tard. Voir la biographie de Remy p. 19-23 dans Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014, 282 p. (Nicolas Remy étant le meilleur officier, acharné à perdre le héros du livre) et voir « Des officiers nancéiens acharnés à trouver des sorcières » p. 103-105 dans Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles », p. 63-148 dans La sorcellerie et la ville, op. cit.

3 La Démonolâtrie…, ibid., p. 4.

4 Le titre de l’article vient bien sûr de la fable. Parmi les différences entre la ville et les villages il y a la proximité de la haute justice qui peut donc s’abattre plus vite et plus fort sur les personnes soupçonnées. Dans la fable d’ailleurs, les attraits de la ville sont gâchés par les alarmes qui obligent le Rat de ville à fuir et le Rat des champs rejette les avantages « Que la crainte peut corrompre » pour retourner au village. Nous avons dit aussi que les officiers en ville doivent se sentir plus responsables, du fait de l’imaginaire lié à la ville en tant qu’espace sécurisé, pour interdire. D’où la réaction immédiate du procureur de Bruyères quand il apprend qu’une Sorcière des champs, Claudette Clauchepied, est venue exercer dans la cité qu’il protège. Celle-ci ne repassera la muraille que pour être conduite au supplice. Voir Jean-Claude Diedler, « Un procès de sorcellerie en Lorraine du Sud au début du XVIIe siècle », Histoire & Sociétés Rurales n°7, 1997, p. 133-172.

5 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs... », op. cit., section « Brûler les racines du Mal : le procès fait en 1593 à Noël dit Le Bragard », p. 115-122.

6 De la démonomanie des sorciers, par Jean Bodin Angevin, à Paris, chez Jacques Du Puys, 1588, à Lyon, chez Antoine de Harsy, 1598, 4e édition, etc.

7 Erik Midelfort, « The devil and the German people: Reflections on the popularity of demon possession in Sixteenth-Century Germany », dans Steven Edgar Ozment, Religion and Culture in the Renaissance and Reformation, Kirksville, Sixteenth Century Journal Publishers, 1989, p. 99-119 ; Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs... », op. cit.

8 La formule est p. 265 dans Robin, Briggs, Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context of European Witchcraft, London, Harper Collins, 1996, XVIII-456 p.

9 Rita Voltmer, « Witchcraft in the City. Patterns of Persecution in the Holy Roman Empire », p. 149-174 dans La sorcellerie et la ville, op. cit. Le constat est que des villes ont été épargnées et d’autres très atteintes. D’où les explications proposées dans l’article.

10 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs... », op. cit., p. 88-103.

11 C’est à la fin du XVe siècle et au XVIe que la magie se distingue de la sorcellerie, grâce à des auteurs comme Marsile Ficin, Pic de la Mirandole, Agrippa de Nettesheim, Paracelse et autres cf. Robert-Léon Wagner, Sorcier et Magicien : Contribution à l’histoire du vocabulaire de la magie, Paris, Droz, 1939, 292 p. Mais cette dissociation n’est pas reconnue par tous.

12 Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, 301 p. De même que c’est la chasse aux sorcières qui « révélait » ou inventait au XVIe siècle la sorcellerie, pour Ulrike Krampl « c’est l’intervention [de la police] qui fait apparaître – et non pas exister – la croyance » en la magie. C’est la police qui définit les actes délictueux et qui désormais reproche la « séduction » non plus au diable mais à ceux qu’elle qualifie de « faux sorciers ». Cette figure nouvelle ne dure que la première moitié du XVIIIe siècle car dans la deuxième moitié la fausseté du sorcier est considérée comme établie et il ne reste donc plus que l’escroc.

13 Ou « rebouteur », « renoueur » ou encore « rhabilleur » : personne qui guérit ou prétend guérir les fractures, luxations et douleurs par des moyens empiriques.

14 Un « mal donné » est une maladie jetée à quelqu’un par sort ou par quelque autre moyen. Les guérisseurs, parce qu’ils ont su guérir, sont parfois soupçonnés d’avoir eux-mêmes donné le mal qu’ils ont ensuite retiré. Voir Pascal Diedler (Dr.), « Le mal donné face à la médecine : les pathologies dites maléfiques en Lorraine du Sud (XVIe-XVIIe siècles) », dans Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), Sorcellerie savante et mentalités populaires, Strasbourg, PUS, 2013, p. 119-186 et Antoine Follain et alii, « Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse », Criminocorpus Revue hypermédia. Histoire de la justice, des crimes et des peines, 2021 https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9644

15 Voir le cas très bien documenté de Claudette Clauchepied, guérisseuse de mère en fille, dans Jean-Claude Diedler, « Un procès de sorcellerie en Lorraine du Sud au début du XVIIe siècle », Histoire & Sociétés Rurales n°7, 1997, p. 133-172, et La sorcière de la Vologne. Le destin d’une guérisseuse du XVIe siècle, Paris, Les éditions de Paris, 2011, 302 p.

16 Il n’en vit pas, comme le fait Barbe Grosse Gorge. D’ailleurs, elle a longtemps limité son champ d’activité et c’est pour satisfaire sa clientèle qu’elle s’est mise par exemple à la devination, se rapprochant de plus en plus des activités qui déplaisent à la justice et d’où s’ensuivent des procédures.

17 Voir sa biographie p. 19-23 dans Antoine Follain, Blaison Barisel. Le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014, 282 p. (Nicolas Remy étant le meilleur officier, acharné à perdre le héros du livre) et voir « Des officiers nancéiens acharnés à trouver des sorcières », p. 103-105 dans Antoine Follain, « La Sorcière de ville... », op. cit. et voir La Démonolâtrie, texte établi par Jean Boes..., Nancy, PU, 1998, 308 p. et 2e édition Nancy, A.D.R.A, 2018.

18 Sur les livres de magie voir entre autres références : Yves Castan, Magie et Sorcellerie à l’époque moderne, Paris, Albin Michel, 1979, 297 p., et surtout Jean-Claude Diedler, Soigner ou exorciser - Secrets et remèdes des anciens guérisseurs, Paris, éd. Trajectoire, 2019, 272 p. et précédemment Fleurette Maurice, la coupeuse du secret. Rites magiques et secrets de guérison d’antan, Metz, édit. Serpenoise, 1997, 192 p. et Le Testament de Maître Persin. L’imaginaire et les croyances des anciennes populations rurales (XVe-XVIIe siècles), Metz, éd. Serpenoise, 2000, 328 p. Jean-Claude Diedler détient deux manuscrits conformes aux « livres » de Bragard, l’un angevin et l’autre vosgien : le Manuscrit de Brion qui est un recueil de secrets de guérison et de remèdes du XVIIe siècle ; et le Manuscrit Ragué : « livre de contenance de toute recette de médecine, à Jean Claude Marcel Ragué à St Etienne [lès-Remiremont] », daté de 1856, contenant des « secrets » anciens et augmenté par la fin, recette après recette, jusqu’à sa date. Le mot « livre » dans le procès ne signifie pas forcément qu’il s’agit d’imprimés.

19 afollain@unistra.fr

20 Le poison est « constitué du mélange de quelques minéraux mais aussi et surtout d’un amalgame hétéroclite mêlant le pur et l’impur dont la rencontre sacrilège est censée décupler la toxicité d’une préparation […] De plus, un élément immatériel […] les sortilèges […] s’agrège aux mélanges vénéneux »,p. 103 dans Franck Collard, « Recherches sur le crime de poison au Moyen Âge », Journal des savants, 1992, n°1, p. 99-114. Voir aussi « Une arme venue d’ailleurs. Portrait de l’étranger en empoisonneur », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Göttingen, 1999, p. 95-106.

21 Ainsi, lors de son troisième interrogatoire lorsque Barbe Grosse Gorge se met à avouer de plus en plus de choses pour satisfaire ses juges, elle dit « avoir fait mourir ung homme de Ville sur Illon appelé Claudon Barthelémy, luy donnant de la pouldre noire » et aussi « une nom[m]ée La Belle Alix [avec] du vif argent [mercure] dans du potaige » : Antoine Follain, « Présentation du procès fait à Barbe Morel... », op. cit. https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9644 avec l’édition intégrale du procès.

22 Même interrogation à propos de Barbe Grosse Gorge.

23 Le Bragard répond d’ailleurs « qu’il n’avoit la teste si torte comme il est contenu en l’interrogatoir cy dessus ».

24 Mircea Eliade, Traité d’histoire des religions...Morphologie du sacré, fonction des mythes, structure des symboles, Paris, Payot, 1949, 395 p. : p. 95 sur la corde et p. 320-321 sur l’arbre. 2e édition 1964. La corde relève d’une symbolique de l’ascension, comme d’ailleurs l’arbre ; « Elle représente le moyen, aussi bien que le désir de l’ascension ». Nouée, elle symbolise toute forme de lien et possède des vertus secrètes ou magiques. L’arbre est l’un des thèmes symboliques les plus riches et les plus répandus. Les interprétations s’articulent autour de la notion de Cosmos vivant en perpétuelle régénérescence. L’arbre met en relation les trois niveaux du Cosmos. Le monde chthonien (les racines explorent les profondeurs de la Terre), sa surface occupée par le tronc et les premières branches (le monde des humains ou pire celui des serpents) et le ciel ou Cieux (le monde des oiseaux, des divinités ou des bons démons).Ainsi l’arbre met-il les mondes en relation.

25 Disquisitionum magicarum libri sex in tres tomos partiti, quibus continetur accurata curiosarum artium et vanarum superstitionum confutatio, par Martino Del Rio, à Louvain, chez G. Rivius, 1599, en six volumes, et abrégé en français publié en 1611 sous le titre Les controverses et recherches magiques de Martin Delrio P. et Doct. de la Compagnie de Iesus. Divisées en six livres, auxquels sont exactement & doctement confutees les sciences curieuses, les vanitez, & superstitions de toute la magie, avecques la manière de procéder en justice contre les magiciens & sorciers, accommodee à l’instruction des confesseurs. Delrío veut que l’on soit sans pitié envers ceux qui sont accusés de sorcellerie et de magie. C’est un point d’appui pour les ennemis des magiciens mais c’est aussi un point de vue qui n’est pas définitif et pas partagé par tous.

26 « La théurgie est une forme de magie, celle qui permet de se mettre en rapport avec les puissances célestes bénéfiques pour les voir ou pour connaître ou pour agir sur elles (par exemple en les contraignant à animer une statue, à habiter un être humain, à révéler des mystères). » p. 340 dans Pierre A. Riffard, Dictionnaire de l’ésotérisme, Paris, Payot, 1983, 387 p. Les « bons esprits » sont contraires aux démons et les « fins » sont honorables.

27 Le prévôt a en plus une revanche à prendre, après avoir été frustré en 1624 d’une grande chasse aux sorcières qui s’est arrêtée après deux bûchers seulement. Voir Antoine Follain, « Une chasse aux sorcières dans la prévôté d’Arches en 1624 (Archives départementales de Meurthe-et-Moselle B 2583) » sur la plateforme TJEM https://doi.org/10.34931/5d7v-en20 et Jean-Claude Diedler et Antoine Follain, « Les derniers procès de sorcellerie intentés dans la prévôté d’Arches à L’Etraye dans les Vosges en 1624 », p. 187-234 dans Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), Sorcellerie savante et mentalités populaires, Strasbourg, PUS, 2013, 337 p.

28 Arch. dép. M.-et-M. B 2584, procès transcrit et analysé avec nos étudiants. Édition à paraître. Voir aussi Charles Sadoul, « Antoine Grevillon. Sorcier et devin au Val de Ramonchamp, brûlé à Arches, en 1625 », Le Pays lorrain, 1904, p. 145-199.

29 Arch. dép. M.-et-M. B 77 f°43v. Pour éclairer nos lecteurs et leur donner envie de lire un jour notre édition des quelque 900 lettres de rémission des ducs de Lorraine de 1600 à 1635, Ester Pricqué, dans les derniers mois de son mariage, a vu son mari Didier de Charmes, marchand demeurant à Damblain dans les Vosges, permettre « et donn[er] hantise ordinaire [fréquentation] en sa maison à un nommé Nicolas Rousselz, filz de Nicolas Rousselz boucher » du lieu, lequel jeune Roussel « estoit en réputation d’user de nigromance, charmes, sorts et très damnables actz tant par ses parolles, vanteries, que pour fréquenter souvent avec ung nommé messire Claude Piquard, prebstre vicaire lors demeurant à Serécourt, tenu et renommé pour insigne magicien et qui avoit esté contrainct sortir de Bullegnéville où il demeuroit au paravant pour telles meschantes actions ». Selon la prévenue, Roussel « par charmes » l’a séduite et débauchée. À cela s’est ajouté que des « personnes incongneues » sont entrées par effraction dans la maison du couple et ont lardé le mari de coups de couteaux et blessé la femme. La rumeur a accusé Roussel et Piccard qui ont disparu mais la femme a été soupçonnée d’être complice de l’assaut et elle a été emprisonnée. Le duc la pardonne pour « le faict et crime seullement de l’adultère » et laisse la justice locale en finir avec les soupçons de complicité de meurtre. Les lettres auraient pu « abolir » cette accusation mais le duc a choisi de pardonner celui des crimes qui était avéré et laisser la justice débrouiller l’autre.

30 Selon le Dictionnaire infernal (1863) qui a éclairci les concepts « Nigromancie [est l’art] de connaître les choses cachées dans les endroits noirs, ténébreux, comme les mines, les pétrifications souterraines, etc. Ceux qui faisaient des découvertes de ce genre évoquaient les démons et leur commandaient d’apporter les trésors cachés. La nuit était particulièrement destinée à ces évocations, et c’est aussi durant ce temps que les démons exécutaient les commissions dont ils étaient chargés. » : Collin de Plancy, Dictionnaire infernal. Répertoire universel des êtres, des personnages, des livres, qui tiennent aux esprits, aux demons, Paris, Plon, 1863, p. 493.

31 Voir le « Débat sur l’anomalie Le Bragard », p. 142-145 dans le livre collectif La sorcellerie et la ville, op. cit.

32 En vérité, Nicolas Noël nous impressionne beaucoup plus par son habileté qui soulage un malade « Par luy tenir la teste ferme entre ses deux mains et luy faire bransler le corps et le col tant qu’elle fut remise en sa place » (pc.6 f°3r.) sans lui causer un traumatisme plus grave que son mal ! Nous recommandons à nos lecteurs de regarder les manipulations du Bragard en pensant à la chiropratique et à l’ostéopathie « médecines non conventionnelles » qui reposent sur des postulats physiologiques datés de la fin du XIXe siècle mais qui doivent avoir quelques racines au XVIe siècle et avant.

33 Pour rentrer dans cet imaginaire nous renvoyons à Jean-Claude Diedler, Le Testament de Maître Persin. L’imaginaire et les croyances..., op. cit.

34 La peine est toujours un point de droit éclairant. Dans sa Practique criminelle… Damhoudère traite au chapitre LXI « De crime contre la divine Majesté » et brièvement de « nigromancie que l’on faict par incantations de mauvais espritz et par invocations d’idolatries et sont dictz necomantici si est pareillement l’art ou industrie magicque » mais il est mal à l’aise dans ce chapitre pour dire si la magie est maléfique et à punir et il renvoie à des livres en latin ses lecteurs qui désireraient « mieulx estre instruict ». Quant à la peine, généralement « Sortilèges, divinations, incantations et enchanteries seront pugnies par le feu. » mais il n’y a pas de peine spécifique pour les magiciens, qui en plus sont des cas peu fréquents. Il semble qu’on leur applique la pendaison de préférence au bûcher, mais leur corps doit ensuite être détruit par le feu comme on le fait pour certains autres criminels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Supplique de Nicolas Noël au lieutenant militaire de la place de Nancy, avant que la procédure ne soit lancée
Crédits Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7309, pc.3.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/12183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Follain, « Présentation du procès pour magie ou sorcellerie fait à Nicolas Noël dit le Bragard à Nancy en 1593, brûlé avec ses livres »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 25 novembre 2022, consulté le 02 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12183

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg (ARCHE UR 3400). Il est spécialiste de l’histoire rurale et de l’histoire de la justice et de la criminalité aux XVIe et XVIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search