Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2023Marc André, Une prison pour mémoi...

2023

Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours

Lyon, ENS Éditions, 2022, collection « Sociétés, espaces, temps », 572 p.
Jean-Lucien Sanchez
Référence(s) :

Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours, Lyon, ENS Éditions, 2022, collection « Sociétés, espaces, temps », 572 p.

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Vimont, « Graffiti en péril ? », Sociétés & Représentations, 2008/1 (n° 25), p. 193-202 (...)
  • 2 Voir le dossier « Patrimoine et architecture carcéral » du volume n°11 de la revue Histoire péniten (...)
  • 3 Sonya Faure, « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine », Libération, 2014.

1L’historien Jean-Claude Vimont soulevait en 2008 la question de la fragilité du patrimoine pénitentiaire et de l’urgence de sa préservation1. Si elles permettent d’améliorer les conditions de détention des détenus et les conditions de travail des personnels, les désaffections d’établissements pénitentiaires se soldent bien souvent par leur destruction. D’autres sont reconvertis en logements, centres culturels, musées, etc.2 Marquées du stigmate du « patrimoine sombre3 », les prisons n’ont plus leur place dans les centres-villes et sont souvent reléguées aux périphéries. Il existe toutefois une exception notable à cette règle : celle de l’ancienne prison de Montluc, à Lyon. Construite en 1921 et désaffectée en 2009, cet établissement a été intégralement conservé et constitue un site unique en France. L’ancienne prison de Montluc permet au visiteur de pénétrer dans un établissement pénitentiaire et de découvrir l’univers carcéral dans un environnement remarquablement préservé. Géré par l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre, Montluc est aujourd’hui un haut lieu de la mémoire nationale, au même titre que le Mémorial du Mont-Valérien ou l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof. Cette prison a effectivement été gérée par la Gestapo à partir de 1943 qui l’a transformée en un terrible lieu de répression, une antichambre vers les camps de concentration nazis à l’encontre d’otages, de résistants et de Juifs de la région lyonnaise. Et c’est le souvenir de ce sombre épisode qui a permis en 2010 le sauvetage de cette prison, alors menacée de démolition, par l’Association des Rescapés de Montluc qui a œuvré à l’institutionnalisation d’un Mémorial dédié aux victimes de la barbarie nazie.

2C’est à la découverte de ce processus de mémorialisation que nous invite le très bel ouvrage de Marc André, en investiguant d’une manière remarquable les différentes strates qui ont édifié pas à pas « l’histoire sociale de la mémoire solidaire et multidirectionnelle » (p. 17) de Montluc. L’auteur propose à son lecteur de découvrir les méandres empruntés par cette mémoire qui s’est transmise sous forme d’héritage politique après-guerre aux détenus incarcérés pour des faits en relation avec la guerre d’Algérie et sur laquelle ils se sont appuyés pour dénoncer à leur tour leurs propres conditions de détention. « Montluc », nom qui s’est forgé au contact de générations d’hommes et de femmes qui y ont subi des régimes d’exception, constitue un outil répressif employé contre des cibles politiques à différentes époques de l’histoire nationale : Vichy, Occupation, épuration et guerres de décolonisation. Pour l’auteur, deux mémoires officielles issues de cette prison se sont ainsi peu à peu constituées : celle de la période d’Occupation, prise en charge par le Mémorial, et celle des militants indépendantistes algériens, qui demeure à ce jour « interdite de séjour » (p. 13). Pourtant, Marc André démontre que ces deux mémoires, loin de toujours avoir été en compétition, ont au contraire été longtemps solidaires l’une de l’autre, notamment durant la période 1945-1962.

3L’ouvrage repose sur un important dépouillement de fonds d’archives et se découpe en trois parties. La première, intitulée « Mémoire dans les murs, mémoire hors les murs. Résonances franco-françaises (1944-1958) » (p. 27-165), aborde le processus qui dès la Libération transforme la prison en un lieu de recueillement où sont organisées des cérémonies commémoratives à la mémoire des victimes de la répression nazie. En parallèle, l’établissement qui poursuit son fonctionnement après-guerre devient hybride en accueillant des détenus militaires et civils, mais également des condamnés pour des faits de collaboration, des criminels de guerre et des opposants à la guerre d’Algérie. Parmi ceux-ci figure Louis Seyve, militant communiste et ancien résistant, qui manifeste en 1956 contre le départ de trains chargés de matériel militaire et d’appelés à destination de l’Algérie. Traduit devant le tribunal permanent des forces armées de Lyon, il est condamné à un an de prison. Son incarcération à Montluc entraîne des mouvements de protestation et, surtout, la convocation de la mémoire traumatique de cet établissement dans lequel on incarcère à nouveau des résistants et où ils doivent, de surcroît, cohabiter désormais avec des criminels de guerre nazis et d’anciens miliciens. Ainsi, les « strates du passé […] entrent en collision avec celles du présent » (p. 163) et Montluc devient un symbole de la lutte pour une « humanité plus juste » conduite par les associations de rescapés et leurs proches ainsi que par des militants de la décolonisation.

4La seconde partie de l’ouvrage, intitulée « Mémoires sur les murs, mémoires entre les murs. Résonances franco-algériennes (1958-1962) » (p. 171-367) aborde l’expérience de l’incarcération à Montluc de militants algériens durant la guerre d’Algérie et offre une plongée saisissante dans leur quotidien. La prison de Montluc est utilisée durant cette période comme un outil répressif orienté contre des militants anticolonialistes algériens. Les rafles massives conduites par les forces de police contre des Algériens dans des quartiers bouclés de Lyon les amènent directement au fort de Montluc, devenu centre de triage, ou bien les conduisent devant le tribunal permanent des forces armées de Lyon qui expédie ensuite à Montluc de nombreux militants indépendantistes ainsi que leurs soutiens. Marc André propose à son lecteur une analyse très détaillée du fonctionnement de ce tribunal et des procès qui s’y sont déroulés à travers le dépouillement des Archives de la justice militaire. L’auteur adopte également une perspective de micro-histoire par une immersion dans le quotidien de la détention de ces militants, notamment ceux condamnés à mort, le propos est étayé par de nombreuses illustrations (notamment des photographies exceptionnelles réalisées clandestinement par des Algériens condamnés à mort).

5La troisième partie de l’ouvrage (« Empire de la mémoire et mémoires de l’empire. Échos français, échos algériens (1962-2022) », p. 373-501) présente les principales étapes du processus de séparation des mémoires qui débute à Montluc à partir de 1962, puis de leur mise en concurrence. Tandis que la prison est érigée en Algérie en un site dédié à la mémoire nationale sous l’impulsion de l’Association des condamnés à mort algériens, elle est érigée en France en un Mémorial à la suite, notamment, de l’incarcération de Klaus Barbie en février 1983. Le retour du bourreau sur le lieu de son crime permet un « réveil mémoriel » (p. 448) qui aboutit en 2010 à l’inauguration d’un Mémorial centré sur la période d’occupation allemande de l’établissement. Mais Montluc demeure un « nœud de mémoires » (p. 462) que Marc André, avec les outils offerts par l’histoire, s’efforce de dénouer en proposant de dépasser les affrontements mémoriels pour favoriser l’émergence d’un « Historial » susceptible de transformer « cette prison aux multiples résonances devenue une chambre d’échos où chacun a tendance à se replier dans sa clôture identitaire pour n’écouter que sa propre voix » (p. 491-492) en un kaléidoscope qui permettrait de renouer des liens de mémoire et des solidarités entre victimes que l’épreuve du temps a artificiellement rompu.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Vimont, « Graffiti en péril ? », Sociétés & Représentations, 2008/1 (n° 25), p. 193-202. DOI : 10.3917/sr.025.0193. URL : https://www.cairn.info/revue-societes-et-representations-2008-1-page-193.htm

2 Voir le dossier « Patrimoine et architecture carcéral » du volume n°11 de la revue Histoire pénitentiaire. URL : https://criminocorpus.hypotheses.org/category/revue-histoire-penitentiaire (consulté le 10 mars 2023)

3 Sonya Faure, « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine », Libération, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Lucien Sanchez, « Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 24 mars 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12485

Haut de page

Auteur

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est historien, chargé d’études en histoire au laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice). Ses recherches portent sur l’histoire pénitentiaire contemporaine (XIXe-XXIe siècles) et ses dernières publications sont :- « Ceux qui sont restés : les anciens forçats en Guyane après l’abolition du bagne », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, 2022, permalien : http://journals.openedition.org/criminocorpus/10429 - « Bagnes coloniaux (XIXe-XXe siècle) », in Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (dir.), Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Presses universitaires de France, 2022, p. 83-86.- « La politique culturelle conduite par les ministères de la Justice et de la Culture en matière d’accession à la lecture en prison (1981-1996) », Champ pénal/Penal field [En ligne], 24 | 2021, permalien : http://journals.openedition.org/champpenal/13262

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search