Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22PrésentationDes criminels nazis peu connus du...

Présentation

Des criminels nazis peu connus du grand public sous le feu des projecteurs

Une mise en perspective des chroniques judiciaires dans les médias des années 1950 et des années 2000 en France, Allemagne fédérale et Pologne
Nathalie Le Bouëdec et Marie-Bénédicte Vincent

Texte intégral

  • 1 Ce projet a été soutenu par la fédération des Maisons des sciences de l’homme de l’Université Bourg (...)

1Les procès de criminels nazis ont été, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, des événements charnières dans l’évolution de la mémoire du nazisme. Ce dossier interdisciplinaire part de l’objet « chronique judiciaire » (sous ses formes variées de comptes rendus dans la presse, d’émissions de radio ou de télévision ou encore de textes et visuels publiés sur internet) dans différents pays (principalement la France et l’Allemagne fédérale) pour mettre en perspective deux moments dans l’évolution de cette mémoire jusqu’ici peu mis en avant : les années 1950 et les années 2000-20101. Pourquoi ces choix ?

Des phases inégales dans la mémoire du nazisme

  • 2 Edith Raim, Justiz zwischen Diktatur und Demokratie. Wiederaufbau und Ahndung von NS-Verbrechen in (...)

2L’évolution de la mémoire du nazisme a connu depuis 1945 plusieurs phases scandées par des procès médiatisés. Le procès de Nuremberg en 1945/46 fut le moment d’une première confrontation de l’opinion avec le passé proche en Allemagne occupée comme à l’étranger. Il est suivi d’autres procès durant la période de l’occupation (Comme l’a montré Edith Raim, 70 % de toutes les condamnations pour crimes nazis en Allemagne ont été prononcées entre 1945 et 19492). Puis les enjeux de guerre froide et la volonté de « tirer un trait sur le passé » (« Schlussstrichmentalität ») se traduisent dans les années 1950 par un recul du nombre de procédures judiciaires liées au passé nazi dans les deux États allemands, ainsi qu’en France.

3Le procès d’Eichmann à Jérusalem en 1961, au grand retentissement international, ouvre une nouvelle phase : il met l’accent sur la persécution et l’extermination des Juifs qui, sans avoir été absentes du procès de Nuremberg, n’étaient avec le « crime contre l’humanité » qu’un des différents chefs d’accusation retenus contre les « principaux criminels de guerre ». En Allemagne fédérale (RFA), c’est surtout le procès de Francfort-sur-le-Main en 1963-1965 (dit « procès d’Auschwitz ») qui fut déterminant pour une prise de conscience des responsabilités de la société dans les crimes nazis et pour le passage vers la centralité de la Shoah dans la mémoire collective. Dans les années 1970-1980, d’autres procès confortent ces tendances. Pour l’opinion en France, l’arrestation en 1983 de Klaus Barbie est un jalon important, car ce criminel nazi fait le lien entre la mémoire de la répression de la Résistance et celle de la Shoah.

  • 3 Jans-Christian Jasch, Wolf Kaiser, Der Holocaust vor deutschen Gerichten, Amnestieren, Verdrängen, (...)

4Une troisième phase s’ouvre en 1988 avec le procès de John Demjanjuk en Israël qui, parce qu’il est d’origine ukrainienne, montre l’étendue des compromissions avec le régime nazi chez des groupes de collaborateurs non-allemands ayant œuvré dans les centres de mise à mort comme Sobibor ou Treblinka. Depuis la réunification allemande, les procès de criminels nazis ont été relancés grâce à l’accès aux archives du bloc Est. Les années 2010-2020 sont celles des procès présentés comme « les derniers procès » contre des criminels nazis3 : Demjanjuk rejugé en 2011 en Allemagne, Oskar Gröning, surnommé le « comptable d’Auschwitz », en 2015, ou Bruno Dey, ex-gardien du camp du Stutthof condamné en 2020. Des procédures sont encore en cours aujourd’hui.

  • 4 Guillaume Mouralis, Le Moment Nuremberg, Le procès international, les lawyers et la question racial (...)
  • 5 Sylvie Lindeperg, Annette Wieviorka, Le moment Eichmann, Paris, Albin Michel, 2016.
  • 6 Andreas Eichmüller, Keine Generalamnestie. Die Strafverfolgung von NS-Verbrechen in der frühen Bund (...)
  • 7 Jorg Osterloh, Clemens Vollnhalls, NS-Prozesse und deutsche Öffentlichkeit: Besatzungszeit, frühe B (...)

5Si cette évolution de la mémoire collective sur le passé nazi au rythme des procès de criminels depuis 1945 est désormais bien connue pour l’Allemagne, reste que l’historiographie a inégalement avancé sur ces différentes phases. Alors que le « moment Nuremberg » a été intensivement analysé4, ainsi que celui du procès d’Eichmann5, les années 1950 restent moins investies par la recherche (malgré les travaux importants d’Andreas Eichmüller6). Le livre collectif dirigé par Osterloh et Vollnhals sur la réception médiatique des procès nazis montre bien ce déséquilibre7. Il en va de même pour les années 2000-2010 en raison de leur proximité avec notre présent. Un point commun entre ces deux périodes est qu’il s’agit de procès de criminels moins connus du grand public, parce qu’ils font intervenir des acteurs pour ainsi dire de « second rang » et parce qu’ils ont lieu dans des époques où les débats sur le passé nazi n’ont pas la même intensité. D’où l’idée de mettre en perspective les années 1950 et les années 2000 d’une part, d’ouvrir à une comparaison entre plusieurs pays d’autre part.

La chronique judiciaire comme observatoire

6Les médias étant de fait devenus les principaux garants et acteurs de la publicité de la justice – en informant les citoyens, au-delà du public nécessairement restreint présent dans le prétoire, sur le déroulement des procès et le contenu des débats – il paraît intéressant d’analyser le rôle qu’a pu jouer la chronique judiciaire sous ses différentes formes (comptes rendus et commentaires dans la presse écrite, à la radio et à la télévision, et pour la période récente sous divers formats numériques) dans la transmission de la mémoire du nazisme. Le postulat de départ est que la chronique judiciaire dit quelque chose sur la représentation des crimes nazis dans une société donnée.

7Le dossier propose des études de cas portant sur l’Allemagne fédérale et la France, mais le choix a également été fait d’intégrer l’exemple de la Pologne. Il paraissait en effet intéressant d’inclure un pays situé de l’autre côté du rideau de fer pour voir si des phénomènes similaires peuvent être constatés malgré les différences de contexte. Le dossier mène par ailleurs volontairement l’analyse à différentes échelles : une ville, une région, un espace transnational. Dans l’historiographie, ces différences sont souvent écrasées et les échelles réduites soit à l’espace international, soit à un espace strictement national dans l’analyse de l’écho médiatique des grands procès (comme le procès de Nuremberg, le procès Eichmann ou le procès de Francfort). De plus, la coupure entre les deux blocs de la guerre froide n’a pas favorisé des études englobant les deux côtés du rideau de fer. La prise en compte de diverses échelles et espaces entend ainsi favoriser une approche plus fine de l’articulation entre procès, couverture médiatique et transmission de la mémoire du nazisme. L’enjeu est de comprendre comment se forment et évoluent les opinions publiques au plus près des populations. Une fois ce cadre posé, pourquoi rapprocher les années 1950 et les années 2000 ?

La redécouverte des années 1950

8Les années 1950 n’ont pas été un moment « d’amnistie générale » des criminels nazis, comme l’a montré récemment Andreas Eichmüller pour la RFA. Des procès ont eu lieu dans les deux Allemagne, en France, ou en Pologne, mais ils ont été quantitativement moins médiatisés. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils n’ont pas eu de retentissement. En regardant notamment ce qui se passe à un niveau régional voire local (une ville), le dossier interroge à nouveaux frais cette idée d’une faible transmission de la mémoire des crimes du nazisme à cette époque. Quelle image du national-socialisme et de ces criminels fut transmise par les chroniqueurs judiciaires des années 1950 ? Trouve-t-on la trace d’une réflexion sur la fonction de ces procès et si oui, comment les journalistes envisageaient-ils cette fonction ? Quel rôle a pu jouer la chronique judiciaire pour les populations vivant à proximité des lieux des crimes ?

9Les études de cas à l’échelle micro-historique permettent de répondre à ces questions. Ainsi, en France, le procès de Bordeaux des « Malgré-nous » étudié par Clarisse Blanc montre qu’il n’existe pas en 1953 de mémoire consensuelle en France au sujet des criminels impliqués dans le massacre d’Oradour-Sur-Glane du 10 juin 1944 : selon les régions, le Limousin (région du théâtre du massacre commis par la division SS Das Reich) et l’Alsace (d’où étaient originaires des membres de cette division incorporés de force), la perception des « bourreaux » n’est pas la même. De même, en Allemagne fédérale, des procès peu connus des années 1950 à l’instar du procès à Bochum d’un commandant du camp du Stutthof étudié par Nathalie Le Bouëdec ne sont pour autant pas sans écho régionalement : sans avoir de retentissement national, et sans être mis en parallèle avec d’autres procès se tenant cette même année sur le sol ouest-allemand, ce procès confronte la population locale aux crimes commis par l’Allemagne nazie en Pologne. Cette confrontation s’effectue en lien avec les enjeux des années 1950, notamment le scandale des secondes carrières de nazis impunis, ainsi que le montre Marie-Bénédicte Vincent dans son analyse des chroniques judiciaires en 1958 en Allemagne fédérale du Sud. Cette année est charnière dans l’évolution de la mémoire du nazisme en RFA avec la création du bureau central de Ludwigsbourg (la Zentrale Stelle der Landesjustizverwaltungen zur Aufklärung nationalsozialistischer Verbrechen) chargé de poursuivre pénalement les criminels nazis. Enfin, la coupure du rideau de fer doit aussi être relativisée : des informations circulent sur les procès organisés en Pologne, comme celui en 1958 à Varsovie d’Erich Koch, le commandant de Dachau. La Pologne s’est du reste lancée au cours de cette décennie dans une série de procédures judicaires, comme le montre Audrey Kichelewski.

10Ces articles montrent que, contrairement à une représentation forgée a priori, la guerre froide ne dessine pas un cadre interprétatif unique des procès des criminels nazis dans les années 1950. En France, lors du procès de Bordeaux des « Malgré-Nous », des voix discordantes se font entendre selon les régions, de même qu’à Bochum ou au sud de la RFA. Par ailleurs, loin de l’image d’une décennie en creux pour l’évolution de la mémoire du nazisme, le dossier montre combien les années 1950 ont préparé le réveil de la mémoire dans la décennie suivante au sein des deux blocs.

Les « derniers procès » des années 2000-2010

11Point commun avec les années 1950, les années 2000-2010 sont caractérisées par un nombre de procès inférieur par rapport aux décennies antérieures. Cependant, les criminels nazis sont désormais très âgés : au XXIe siècle, les derniers procès mettent sous le feu des projecteurs des individus qui étaient peu gradés dans le système concentrationnaire ou très jeunes au moment des faits. Inconnus du grand public, ces criminels illustrent l’implication de larges groupes dans les rouages du régime et conduisent à une réflexion sur ce qu’était la « normalité » sous le nazisme. Ces procès ont dès lors une fonction moins punitive (compte tenu de la modicité des peines prononcées à l’encontre de ces nonagénaires) que pédagogique et mémorielle pour les générations actuelles. Par ailleurs on en sait désormais beaucoup plus sur les crimes commis : le procès n’est plus là pour dire l’histoire. Ainsi Oskar Gröning est-il surnommé, le comptable d’Auschwitz », appellation que les historiens récusent. Quels objectifs sert alors la chronique judiciaire ? En quoi ce contexte très différent des années 1950, mais aussi l’évolution des formes de chronique judiciaire à l’ère d’internet et du numérique ont-ils un impact sur la couverture des procès et la façon dont est abordée la question de la mémoire du nazisme ?

  • 8 Elisabeth Talhoer, Neue Bremm. Terrorstätte der Gestapo. Eine erweitertes Polizeigefängnis und sein (...)

12Là encore, les études menées à différentes échelles (locale, régionale, transnationale, etc.) fournissent des réponses à ces questions. Présenté par Vojtech Kyncl, le procès de Julius Viel, un des gardiens de la forteresse de Terezin, arrêté en 1999 et condamné en 2001 à 12 ans de prison pour crimes de guerre, montre combien la perspective transnationale permet aujourd’hui de remettre en perspective les crimes commis : la forteresse de Terezin était un camp géré par la Gestapo, dont on sait aujourd’hui, depuis les travaux d’Elizabeth Talhofer8, qu’ils ont été régis avec une violence sans limite. Pour autant, la perspective transnationale ne dit rien sur l’audience d’un procès. Dans son article consacré au procès mené à Hambourg en 2002 contre Friedrich Engel, surnommé le « boucher de Gênes », accusé d’avoir le 19 mai 1944 dirigé un commando ayant tué 59 prisonniers italiens résistants, Martin Göllnitz montre qu’en Italie comme en RFA, l’accusé est resté un inconnu. Malgré l’hyper-connexion des journalistes et la globalisation des informations, on ne relève pas de lien entre le procès de Hambourg et la mémoire collective italienne. Si on peut penser que la dimension pédagogique et mémorielle serait prédominante dans la couverture des procès des années 2000 à 2020, les choses sont cependant plus complexes. Comme le montre Bérénice Zunino, la fonction symbolique du procès de Bruno Dey se lit bien entre autres dans la superposition des couches mémorielles, tant la mémoire du procès d’Eichmann de 1961 imprègne les perceptions et représentations de l’accusé. Rainer Volk, qui a couvert comme journaliste l’ultime procès de Demjanjuk à Munich en 2009, montre cependant de son côté que les médias ont eu tendance à privilégier le spectaculaire sur l'analyse et la transmission. Finalement, la disjonction entre la logique judiciaire et la logique mémorielle semble accrue dans les années 2000. Dans le dernier exemple traité par Jean-Paul Barrière de la mémoire à Ascq (à l’est de Lille) du massacre commis le 2 avril 1944 par des Waffen SS, la polémique soulevée en 2005 par des propos de Jean-Marie Le Pen publiés dans la presse d’extrême droite retombe après cette date, alors que la procédure judiciaire, elle, dure jusqu’en 2013. Par ailleurs, à l’heure d’internet la mémoire de ce massacre reste pourtant surtout locale.

L’apport de la mise en perspective

13Finalement, qu’apporte cette mise en perspective inédite des années 1950 et des années 2000-2020 ? À première vue, les différences sont importantes. On peut citer pour les années 2000 premièrement le consensus sur la nécessité de punir les nazis (depuis en RFA le vote du Parlement sur l’imprescriptibilité des crimes commis durant le nazisme en 1979), deuxièmement la fin de la guerre froide qui a facilité l’accès à de nouveaux documents à l’Est et a permis de relancer des enquêtes, et enfin troisièmement l’inflation de la couverture médiatique. Ainsi le cloisonnement des expériences des années 1950 est-il a priori révolu au début du XXIe siècle. Autre différence de taille, ceux qui jugent et commentent les procès dans les années 2000-2020 n’ont pas connu eux-mêmes la guerre.

14Mais à y regarder de plus près, on note aussi certaines similitudes. Ainsi, le scandale des secondes carrières de nazis à l’Ouest est un thème commun aux deux périodes étudiées : les médias insistent sur l’impunité des criminels nazis et les échecs de l’épuration, à l’instar de Friedrich Engel, le boucher de Gênes, qui a échappé aux Américains à la fin de la guerre et a entamé une seconde carrière en changeant d’identité, ou de Julius Viel, qui a travaillé comme journaliste à la Stuttgarter Zeitung et a même été décoré par la Bundeswehr. Deuxième résultat de la comparaison : il n’y a pas eu uniformisation de la couverture médiatique des procès de criminels nazis dans les années 2000-2020 malgré les évolutions technologiques et médiatiques récentes. On ne peut pas dire que la mémoire est locale et régionale dans les années 1950 et nationale ou transnationale dans les années 2000 : ce serait réducteur, comme le montre l’exemple de la mémoire du massacre d’Ascq. Les procès contre les criminels nazis ne sont donc pas forcément des jalons dans une mémoire collective nationale. Ce résultat non prévisible montre l’intérêt, d’une part de mener des études de cas au plus près des acteurs, et d’autre part de réfléchir de manière comparative pour mettre en perspective chaque époque.

Haut de page

Notes

1 Ce projet a été soutenu par la fédération des Maisons des sciences de l’homme de l’Université Bourgogne-Franche-Comté. Il a donné lieu à deux journées d’études en 2021 (le 3 juin à Besançon et le 24 septembre à Dijon) dont les programmes et l’enregistrement peuvent être consultés aux adresses suivantes :

http://centre-lucien-febvre.univ-fcomte.fr/download/labo-sciences-historiques/document/programme-3juin2021.pdf

https://www.youtube.com/watch?v=CbRurBBxI_Q, https://www.youtube.com/watch?v=vkVzrzpE980

2 Edith Raim, Justiz zwischen Diktatur und Demokratie. Wiederaufbau und Ahndung von NS-Verbrechen in Westdeutschland 1945-1949, Berlin, de Gruyter, 2013.

3 Jans-Christian Jasch, Wolf Kaiser, Der Holocaust vor deutschen Gerichten, Amnestieren, Verdrängen, Bestrafen, Leipzig, Reclam, 2017.

4 Guillaume Mouralis, Le Moment Nuremberg, Le procès international, les lawyers et la question raciale, Paris, Presses de Sciences Po, 2019.

5 Sylvie Lindeperg, Annette Wieviorka, Le moment Eichmann, Paris, Albin Michel, 2016.

6 Andreas Eichmüller, Keine Generalamnestie. Die Strafverfolgung von NS-Verbrechen in der frühen Bundesrepublik, Berlin, De Gruyter, 2012.

7 Jorg Osterloh, Clemens Vollnhalls, NS-Prozesse und deutsche Öffentlichkeit: Besatzungszeit, frühe Bundesrepublik und DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011.

8 Elisabeth Talhoer, Neue Bremm. Terrorstätte der Gestapo. Eine erweitertes Polizeigefängnis und seine Täter, 1941-1943, St Ingbert, Röhrig Universitätsverlag, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Le Bouëdec et Marie-Bénédicte Vincent, « Des criminels nazis peu connus du grand public sous le feu des projecteurs »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12554

Haut de page

Auteurs

Nathalie Le Bouëdec

Nathalie Le Bouëdec est professeure en civilisation allemande à l’université de Bourgogne (Centre Interlangues – Texte, Image, Langage EA 4182). Ses thèmes de recherche portent sur l’histoire contemporaine de l’Allemagne, l’histoire contemporaine du droit et de la justice, les cultures politiques en Allemagne (XXe-XXIe siècles) et les médias, pouvoirs et démocratie.

Articles du même auteur

Marie-Bénédicte Vincent

Marie-Bénédicte Vincent est professeure d'histoire contemporaine à l'université de Franche-Comté et membre du Centre Lucien Febvre (EA 2273). Spécialiste de l'Allemagne au XXe siècle, elle a travaillé récemment sur l'histoire de la dénazification de l'Allemagne après 1945. Ses derniers ouvrages parus sont Une nouvelle histoire de l'Allemagne XIX-XXIe siècle, Paris, Perrin, 2020 ; La dénazification des fonctionnaires en Allemagne de l'Ouest 1945-1974, Paris, CNRS-Éditions, 2022 ; Kaltenbrunner, le successeur de Heydrich, Paris, Perrin, 2022.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search