Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22Les années 1950Quels discours sur les crimes naz...

Les années 1950

Quels discours sur les crimes nazis dans la chronique judiciaire ouest‑allemande des années 1950 ? Le procès du camp du Stutthof à Bochum en 1955 vu par la presse locale et régionale

Nathalie Le Bouëdec

Résumés

Même si la volonté de tirer un trait sur le passé national-socialiste restait dominante dans la RFA dans les années 1950, le sujet des crimes nazis n’en était pas pour autant absent de l’espace public, notamment au niveau local. C’est ce que montre cette étude de cas à l’échelle micro-historique qui analyse la couverture médiatique dans presse locale et régionale du procès du camp du Stutthof fin 1955 à Bochum. L’absence globale de critique et de remise en perspective du procès et des crimes jugés – à l’exception notable de la presse communiste – est certes frappante. Néanmoins, les journaux fournirent de nombreuses informations sur le sort des détenus et l’extermination des Juifs et confrontèrent leurs lecteurs aux témoignages des victimes et aux atrocités commises au Stutthof. Les chroniques judiciaires contenaient des éléments qui auraient pu mener à une réflexion critique sur le passé nazi et sa mémoire, mais les conditions pour que ce pas soit franchi n’étaient pas encore vraiment réunies, ni du côté de la presse, ni du côté de son lectorat.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « 400 Morde im KZ-Lager », Ruhr-Nachrichten – Bochumer Zeitung, 8 novembre 1955. Toutes les traduct (...)
  • 2 Voir le chapitre « Stutthof main camp » dans The United States Holocaust Memorial Museum Encycloped (...)
  • 3 Jusque début 1942, le Stutthof était un camp d’internement pour des prisonniers civils, puis de « r (...)
  • 4 On peut rappeler ici que les accusés étaient jugés selon le Code pénal allemand, qui ne connaissait (...)
  • 5 Voir les articles parus le lendemain du suicide par pendaison de Heidl, par exemple « Hauptangeklag (...)

1« 400 assassinats au camp de concentration1 » : c’est sous ce titre que le quotidien Ruhr-Nachrichten-Bochumer Rundschau publia le 8 novembre 1955 son premier article sur le procès du camp du Stutthof le lendemain de son ouverture devant le tribunal (Landgericht) de Bochum, ville d’environ 340 000 habitants située dans la région industrielle de la Ruhr en Rhénanie du Nord-Westphalie. Au moins 65 000 personnes périrent entre septembre 1939 et avril 1945 dans ce camp situé à environ 40 kilomètres à l’est de Dantzig (Gdańsk) en Pologne2. La figure centrale du procès était l’ancien major (Sturmbannführer) SS Paul Werner Hoppe (1910-1974), commandant du camp à partir de septembre 1942, soit quelques mois après que le Stutthof fut devenu partie intégrante du système concentrationnaire SS, jusqu’à son évacuation début 19453. Les deux autres accusés étaient l’ancien médecin du camp et capitaine (Hauptsturmführer) SS Otto Emanuel Heidl, qui comparaissait comme Hoppe pour des centaines d’assassinats, et un de ses subordonnés, l’infirmier SS Otto Karl Knott, mis en cause pour complicité d’assassinat pour avoir notamment participé au gazage des détenus juifs4. Au bout de presque six semaines d’audience, marquées notamment par le suicide de Heidl après à peine quelques jours de procès5, Hoppe et Knott furent condamnés respectivement à cinq ans et trois mois et trois ans et trois mois de réclusion pour simple complicité d’assassinat – des peines inférieures aux réquisitions du parquet, qui avait notamment réclamé la perpétuité ainsi que la perte des droits civiques à l’encontre de Hoppe.

  • 6 La littérature sur le sujet est très importante. Voir entre autres Norbert Frei, Vergangenheitspoli (...)
  • 7 Pour les statistiques précises, voir Andreas Eichmüller, op. cit., p. 226.
  • 8 Respectivement à l’occasion de l’ouverture, du réquisitoire et du verdict : « Prozess um das Lager (...)
  • 9 Andreas Eichmüller, « Die strafrechtliche Verfolgung von NS-Verbrechen und die Öffentlichkeit in de (...)
  • 10 Annette Wieviorka, « Justice, histoire et mémoire. De Nuremberg à Jérusalem », Droit et société, 19 (...)

2Pourquoi s’intéresser à la couverture de ce procès et le faire à travers la presse locale et régionale ? La réponse ne relève pas de l’évidence. Les années 1950 sont en effet généralement associées à la volonté de tirer un trait sur le passé nazi (« Schlussstrich-Mentalität » en allemand) et à un effondrement du nombre de procédures et de condamnations pour crimes nazis dans le sillage des lois d’amnistie de 1949 et 19546. Si en 1949 plus de 3 000 nouvelles procédures avaient encore été initiées et près de 1 500 personnes condamnées, les chiffres furent pratiquement divisés par deux dès l’année suivante et continuèrent ensuite de diminuer pour atteindre leur plus bas niveau précisément autour de 1955, avec cette année-là seulement 27 mises en accusation et 15 condamnations7. L’historien Andreas Eichmüller cite d’ailleurs précisément l’absence quasi-totale de couverture par la presse suprarégionale du procès du Stutthof – la Frankfurter Allgemeine Zeitung n’y consacra ainsi que trois entrefilets8 – comme une preuve de l’intérêt limité des médias pour le sujet à cette époque9. Si l’on admet par ailleurs avec Annette Wieviorka que c’est seulement à partir du procès Eichmann en 1961 que se sont imposés le double thème de la pédagogie et de la transmission et la conception du procès pour crimes nazis comme « leçon d’histoire »10, on peut légitimement se demander quel intérêt il y a à étudier les liens entre chronique judiciaire et transmission de la mémoire du nazisme à travers le procès du Stutthof.

  • 11 Comme le note Cord Arendes, Zwischen Justiz und Tagespresse. « Durchschnittstäter » in regionalen N (...)
  • 12 Voir le sondage de l’institut Allensbach cité par Karl Christian Führer, « ‘Aufmerksamkeit’ und ‘Ve (...)
  • 13 Voir Émeline Jouve, Lionel Miniato, « Introduction », in Émeline Jouve, Lionel Miniato, Chronique j (...)

3Aussi valables que soient ces constats, cela ne veut pas dire pour autant que le sujet des crimes nazis ait été totalement absent de l’espace public dans la RFA des années 1950. La chronique judiciaire dans la presse locale et régionale constituait précisément un des rares contextes où les citoyens ouest‑allemands se retrouvaient confrontés à ces crimes dans la sphère publique11. Dans le cas du procès du Stutthof, cette presse publia tout au long du procès des articles quotidiens s’étalant souvent sur plusieurs colonnes. Or, c’étaient d’abord les nouvelles locales qui intéressaient alors les citoyens12. En outre, comme le soulignent les travaux sur la chronique judiciaire, il n’existe pas de réalité objective du procès que les médias pourraient simplement reproduire. Dans la mesure où le chroniqueur est toujours amené à sélectionner des éléments du procès et à les agencer selon des critères qui lui sont propres ou imposés par sa rédaction, même l’article en apparence le plus neutre construit un récit qui diffère du récit judiciaire. Le chroniqueur ne rapporte jamais la vérité, mais dit sa vérité13. Dans le cas du procès du Stutthof, il s’agit donc d’analyser à quel(s) récit(s) les lecteurs de la ville et de la région de Bochum furent confrontés au fil des audiences via les articles publiés dans la presse : quels aspects du régime et des crimes nazis furent mis en avant et sous quelle forme ? Quelle place fut accordée aux différents acteurs (accusés, témoins, etc.) ? Dans quelle mesure ces chroniques étaient-elles de nature à favoriser directement ou indirectement une confrontation critique avec le passé national-socialiste ?

  • 14 Pour la présentation de ces journaux, voir infra 1.2.
  • 15 Allemagne, Münster, Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen, LA NRW W Q 222 Nr. 8865 (...)
  • 16 En l’occurrence la Westfälische Rundschau et la Westdeutsche Allgemeine. Pour des raisons pratiques (...)

4L’analyse qui suit s’appuie sur un corpus constitué de 69 articles parus durant le procès dans six quotidiens14 et de quelques autres publiés durant l’instruction. Tous ont été collectés dans les dossiers de coupures de presse des archives du parquet du Landgericht de Bochum15. Outre le fait que leur exhaustivité n’est pas garantie, la limite de ces dossiers est que les articles y sont présentés de manière isolée, sans mention de la rubrique dans laquelle ils ont été publiés (pages locales, informations générales, etc.). Les recherches aux archives ont donc été complétées par la consultation des exemplaires complets de deux des six journaux16 afin de disposer de davantage de données pour évaluer l’importance accordée au procès et l’audience potentielle de ces chroniques judiciaires.

5Avant d’analyser ces chroniques en détail, il est nécessaire de replacer d’abord le procès et sa couverture médiatique dans leur contexte pour pouvoir mieux cerner le champ des discours alors possibles sur les crimes commis au Stutthof et leur traitement judiciaire. Une deuxième partie sera consacrée à une analyse détaillée du récit construit par la chronique judiciaire au cours du procès. On se demandera enfin dans une dernière partie comment interpréter ce récit et plus globalement les discours sur le passé national-socialiste auxquels furent confrontés les lecteurs.

Le procès et sa couverture médiatique en contexte

Un procès susceptible de susciter l’intérêt du public ?

  • 17 D’autres avaient été jugés à l’étranger ou par des tribunaux militaires alliés, à l’instar du prédé (...)
  • 18 Voir Hans-Christian Jasch, Wolf Kaiser, Der Holocaust vor deutschen Gerichten, Stuttgart, Reclam, 2 (...)
  • 19 Voir par exemple « Prozeß um KZ-Stutthof », Westfälische Rundschau, 8 novembre 1955 ; « Polen aus d (...)

6Le procès qui s’ouvrit en décembre 1955 à Bochum n’était pas un procès ordinaire. Hoppe était en effet le premier commandant de camp de concentration à être jugé devant un tribunal de la RFA17, et reste d’ailleurs le seul à y avoir été condamné18. La durée du procès peut paraître courte au regard de procès ultérieurs comme celui dit d’Auschwitz ou de Francfort (1963-1965), qui dura vingt mois. Il faut cependant se méfier du regard rétrospectif. Un procès de plus de cinq semaines précédé de dix-huit mois d’instruction était quelque chose de remarquable en 1955, de même que le nombre de témoins, une centaine, venus de toute la RFA, mais aussi de Scandinavie19. Parmi ces témoins se trouvait même la femme de l’ancien maire résistant de Leipzig Carl Goerdeler, internée au Stutthof à la suite de l’arrestation de son mari après l’attentat manqué contre Hitler du 20 juillet 1944. Ces caractéristiques semblaient a priori de nature à attirer l’attention du public.

  • 20 Voir « Auspeitschungen, Bluthunde und Glaswagen », Neue Volkszeitung, 4 juin 1954.
  • 21 Voir « Stutthof Main Camp », op. cit., p. 1423.
  • 22 « KZ-Kommandant spricht von ‚schmutziger Arbeit‘ », Westdeutsche Allgemeine, 9 novembre 1955.
  • 23 Voir « KZ-Prozess rollt reibungslos » et « Ehrenrechte nicht aberkannt », Westdeutsche Allgemeine, (...)
  • 24 Comme le souligne Eichmüller, Die strafrechtliche Verfolgung, op. cit., p. 59.

7Hoppe, cependant, n’était pas une figure connue de la population locale. La Ruhrgebiet était en effet bien loin du lieu où les crimes avaient été commis et si le procès eut lieu à Bochum, c’est parce que Hoppe avait été arrêté dans la région, à Witten. Après s’être évadé en 1948 d’un camp d’internement britannique, il avait d’abord fui en Suisse avant de revenir en Allemagne en 195220. On peut également raisonnablement supposer que les habitants de la région n’avaient pas entendu parler des procès contre des SS, des gardiennes et des kapos du Stutthof organisés en Pologne dès 194621. De fait, l’intérêt pour le procès semble avoir été initialement assez limité : la chroniqueuse de la Westdeutsche Allgemeine évoque ainsi dans son article du 9 novembre la présence d’une trentaine d’hommes âgés dont certains terminent leur déjeuner pendant les dépositions22. En revanche, il alla ensuite croissant, du moins si l’on se fie aux journaux qui mentionnent la présence d’un nombreux public jusqu’au verdict23. Il ne faut toutefois pas en tirer de conclusions hâtives, dans la mesure où les procès pour crimes capitaux en général attiraient un nombreux public24, de même qu’ils étaient abondamment couverts par la presse locale.

La presse locale et régionale à Bochum

  • 25 Sauf indication contraire, toutes ces statistiques sont tirées du rapport de l’IVW (Informationsgem (...)
  • 26 Des articles sur le procès Hoppe furent ainsi régulièrement publiés dans la rubrique « Aus dem West (...)

8Qu’en était-il justement de cette presse à Bochum en 1955 ? Les six quotidiens constituant le corpus correspondent à trois catégories différentes de journaux. La Westdeutsche Allgemeine, deuxième quotidien de RFA avec environ 348 000 exemplaires vendus25, la Westfälische Rundschau (environ 236 000) et les Ruhr-Nachrichten (environ 170 000) étaient des quotidiens régionaux qui avaient leur propre rédaction et publiaient plusieurs éditions locales, dont une à Bochum (respectivement le Bochumer Anzeiger, la Bochumer Zeitung et la Bochumer Rundschau). Le nombre de lecteurs de ces éditions locales n’était pas nécessairement proportionnel à leur importance au niveau régional. Si la plus lue était celle de la Westdeutsche Allgemeine, celle de la Westfälische Rundschau avait en revanche un lectorat moins nombreux que celle des Ruhr-Nachrichten (environ 10 000 contre 16 000 exemplaires). La parution d’un article dans les pages locales ou dans la rubrique d’informations générales ne signifiait donc pas la même chose en termes d’audience, même si des nouvelles locales pouvaient aussi être parfois reprises dans les autres éditions26.

  • 27 Comme l’indique Karl-Martin Obermeier, Medien im Revier: Entwicklungen am Beispiel der « Westdeutsc (...)

9La deuxième catégorie est celle des quotidiens locaux, dont faisaient partie la Heimat am Mittag – Bochumer Tageblatt et la Herner Zeitung, aux tirages nettement plus faibles (respectivement environ 17 600 et 6800 exemplaires vendus). La Herner Zeitung, notamment, constitue un exemple caractéristique de ce qu’on appelait la « Heimat- und Provinzpresse », ces petits quotidiens avec un tirage inférieur à 10 000 exemplaires qui n’avaient pas d’autonomie rédactionnelle et reprenaient les informations générales (ce qu’on appelle en allemand le « Mantel », le « manteau ») d’un autre journal plus important, en l’occurrence le Duisburger Anzeiger27.

  • 28 Walter J. Schütz donne le chiffre de 43 900 (« Bibliographie der Zeitungen kommunistischer Parteien (...)
  • 29 C’était justement le cas de la Neue Volks-Zeitung, comme le souligna le procureur en charge des rel (...)

10Enfin, la Neue Volks-Zeitung était aussi un quotidien régional avec plusieurs éditions locales, mais il s’agissait avant tout d’un journal partisan (Parteizeitung), et en l’occurrence d’un journal communiste – un type de presse qui disparut en 1956 après l’interdiction du parti, le KPD, en RFA. Son tirage, certes moins important que celui des autres quotidiens régionaux, n’était pas pour autant négligeable : entre 40 000 et 60 000 exemplaires au total et 6 400 pour l’édition locale de Bochum28. La presse communiste, qui était surveillée de près par l’institution judiciaire en raison de ces articles souvent très critiques29, s’intéressait traditionnellement à tous les procès pour crimes nazis, qui en pleine guerre froide constituaient un sujet de choix pour dénoncer l’inaction des institutions de la RFA dans ce domaine et l’absence de rupture avec le « fascisme ».

La chronique judiciaire locale au milieu des années 1950 

  • 30 Comme le soulignait à l’époque Dovifat, op. cit., p. 49-50.
  • 31 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches (...)
  • 32 Voir le rapport dans LA NRW W Q 112, Nr. 127 Bd. 1, fol. 60.

11Pour contextualiser la couverture médiatique du procès du Stutthof, il est également utile de présenter quelques caractéristiques de la chronique judiciaire (Gerichtsberichterstattung en allemand) et de sa pratique à l’échelle locale au milieu des années 1950. La rubrique était alors incontestablement importante, voire incontournable, dans les journaux locaux30. Le fait qu’un procès comme celui du Stutthof ait été couvert de façon intensive n’est donc pas en soi particulièrement significatif, mais plutôt peu surprenant. Les chroniqueurs judiciaires (Gerichtsberichterstatter) qui travaillaient pour la presse locale et régionale n’avaient souvent pas de formation spécifique pour ce type de reportage. Leur niveau médiocre était ainsi un sujet récurrent de critique au sein de l’administration judiciaire31. Dans le cas du procès du Stutthof, on notera cependant que les deux seuls chroniqueurs ayant signé leurs articles, H. Frings pour la Herner Zeitung et Gertraude Uhlhorn pour la Westdeutsche Allgemeine, avaient tous les deux le grade de docteur, ce qui était plutôt rare – les femmes n’étaient d’ailleurs pas non plus très représentées dans le métier. Il était par ailleurs fréquent qu’un même chroniqueur travaillât pour plusieurs journaux. Cela pourrait expliquer les fortes similitudes constatées entre des articles parus dans la Westfälische Rundschau, les Ruhr-Nachrichten et la Heimat am Mittag, au-delà des différences au niveau des titres ou de la longueur des articles qui résultaient de décisions prises au niveau des rédactions. Le rapport d’activité pour 1954 du responsable des relations avec la presse (Pressedezernent) au Landgericht de Bochum indique ainsi que deux chroniqueurs judiciaires travaillaient pour les différents journaux locaux (auxquels il ne rattachait très vraisemblablement pas la Neue Volks-Zeitung communiste), dont Gertraude Uhlhorn32. L’absence de signature dans la plupart des articles ne permet cependant pas de déterminer précisément combien de chroniqueurs ont assisté aux audiences un an plus tard et si un quotidien avait choisi un autre journaliste pour couvrir spécifiquement le procès du Stutthof.

  • 33 « Die Berichterstattung ist im allgemeinen sachlich und frei von unberechtigter Kritik ». LA NRW W (...)
  • 34 Voir le rapport de ce dernier dans LA NRW W Q 112 Nr. 127 Bd. 1, fol. 104.
  • 35 Voir supra note 32. La proportion élevée de journalistes ayant exercé entre 1933 et 1945 dans la pr (...)

12Au-delà du niveau des chroniqueurs judiciaires, la principale source de conflits entre la justice et la presse en RFA était la critique de la justice. Si l’on en croit les rapports des services de presse, ce n’était cependant pas vraiment un problème à Bochum. En 1955, le Pressedezernent du parquet souligna ainsi que la collaboration avec les chroniqueurs judiciaires était « bonne », et que les articles en général « objectifs » ne contenaient pas de « critique infondée »33, et ce alors que beaucoup de magistrats tendaient alors justement souvent à considérer toute critique comme « infondée ». Son homologue au tribunal alla dans le même sens34. Le procès du Stutthof fut donc couvert par des chroniqueurs judiciaires qui n’étaient pas connus pour porter un regard critique sur les procès et les magistrats. De plus, et même sans informations précises sur ces personnes, on peut formuler l’hypothèse que certains avaient déjà exercé sous le régime national-socialiste. Le fait que le Pressedezernent décrive les deux chroniqueurs judiciaires locaux comme « d’un certain âge et expérimentés » va en tout cas dans ce sens35. À ce niveau, la situation dans les médias n’était pas si différente de celle qui régnait au sein de l’institution judiciaire. Il est difficile de penser que cela n’ait eu aucun impact sur la manière dont ils pouvaient couvrir des procès pour crimes nazis.

Le récit construit par la chronique judiciaire

  • 36 Nous empruntons cette distinction à Isabelle Huré, « Le procès Fourniret émancipe-t-il la chronique (...)

13Le cadre étant fixé, on peut maintenant analyser de façon détaillée le récit construit par la chronique judiciaire au fil du procès du Stutthof entre le 7 novembre et le 16 décembre 1955. On différenciera ici ce qu’on peut appeler le macro-récit, c’est-à-dire le récit se dégageant de l’ensemble des médias considérés, et des récits journalistiques spécifiques divergeant de façon plus ou moins marquée du récit dominant36.

Les grandes lignes du macro-récit

14Quatre éléments narratifs communs se dégagent de la lecture de l’ensemble des articles : le fait qu’il s’agissait d’un procès de grande ampleur, l’horreur des faits jugés devant la cour, la description des traitements infligés aux détenus et enfin l’absence presque totale de commentaires et de remise en perspective.

  • 37 Voir les articles du 8 novembre 1955 : « 400 Morde im KZ-Lager », Ruhr-Nachrichten ; « Des vierhund (...)
  • 38 Voir par exemple « Neuer Fall grausamer Lagerführung » et « KZ-Kommandant Hoppe belastet Justizsekr (...)
  • 39 « einer der umfangsreichsten und zweifellos grausigten Prozesse der Nachkriegszeit », Westdeutsche (...)

15L’ampleur fut procès fut soulignée dès le départ, chiffres à l’appui : nombre des victimes, plusieurs centaines, nombre des témoins (95 très précisément), masse de documents sur lesquels reposait l’accusation – le lendemain de l’ouverture du procès, les journaux mentionnèrent ainsi les 21 volumes de dossiers posés devant les juges, qui contenaient entre autres des documents sur les camps de concentration et l’administration SS37. Le nombre élevé de témoins et le fait qu’ils viennent de toute l’Allemagne, mais aussi de l’étranger, avaient été mis en avant dans la presse dès l’instruction38. Ces impressions initiales se retrouvèrent confirmées au fil des audiences, la Westdeutsche Allgemeine évoquant ainsi le lendemain du verdict « un des procès les plus importants et sans nul doute un des plus effroyables de l’après-guerre39 ».

  • 40 Ces qualificatifs étant parfois renforcés par des superlatifs, comme dans l’article de la Westfälis (...)
  • 41 Voici les titres originaux : « Neuer Fall grausamer Lagerführung. Lagerkommandant ließ Häftlinge vo (...)

16L’adjectif « effroyable » (grausig en allemand) nous amène au deuxième élément constitutif du récit médiatique de ce procès : l’horreur des crimes commis au Stutthof. Le terme « grausam » (atroce, cruel) et ses variantes en allemand (grausig, grauenvoll, grauenhaft), auxquels il faut ajouter d’autres adjectifs à peu près synonymes – scheußlich, entsetzlich, furchtbar, greulich – et également unmenschlich (inhumain)40 constituent ainsi le leitmotiv du corpus. On le retrouve fréquemment dans les titres et les sous-titres des articles, ce qui n’était évidemment pas anodin, et à toutes les étapes de la procédure : pendant l’instruction, à l’ouverture du procès, dans les comptes-rendus des dépositions des témoins de l’accusation, puis du réquisitoire et du verdict. On se contentera de citer ici quelques exemples correspondant à des titres d’articles :
« Nouvelle affaire d’atrocités commises au sein d’un camp. Le commandant laissait des détenus se faire déchiqueter par des chiens de garde » (Westfälische Rundschau, 13 mai 1954)
« Il est question de 400 assassinats. Les interrogatoires dévoilent un tableau effroyable » (Herner Zeitung, 8 novembre 1955)
« Les victimes des SS accusent – Dépositions effroyables au procès du camp de concentration à Bochum » (Ruhr-Nachrichten, 18 novembre 1955)
« Les témoins font surgir d’effroyables images des évènements s’étant déroulés au Stutthof » (Heimat am Mittag, 22 novembre 1955)41

  • 42 C’est nous qui soulignons : « 400 unschuldige Menschen – auf bestialische Weise umgebracht durch Ve (...)
  • 43 « Ein Mosaikbild mit teuflischer Fratze », Westfälische Rundschau, 23 novembre 1955.

17L’horreur des faits relatés durant le procès est en outre, et notamment dans la première partie du procès, associée au motif de l’animalité, comme dans la Neue Volks-Zeitung (« 400 innocents – assassinés de façon bestiale, gazés et incinérés, exécutés, pendus et tués par injection d’essence »42), voire à celui du diable : « Une mosaïque au visage diabolique », titra ainsi la Westfälische Rundschau pour relater une journée de dépositions de survivants43.

  • 44 Article « Schuldig am Tode von 400 Häftlingen », Heimat am Mittag, 8 novembre 1955 ; « Es geht um 4 (...)
  • 45 « In sechs Wochen währender Verhandlung entstand vor der Kulisse des Lagerplanes im Gerichtssaal je (...)
  • 46 « Hauptangeklagter Heidl erhängte sich», Westfälische Rundschau, 12 novembre 1955 ; « Erste Zeugen (...)
  • 47 Voir les articles du 19 novembre dans la Westfälische Rundschau et les Ruhr-Nachrichten.

18Comme l’indiquent les exemples cités, ces motifs apparaissent en lien avec la description du quotidien du camp et des traitements réservés aux détenus, qui se retrouvèrent au cœur du récit médiatique. Les articles parus dans Die Heimat am Mittag ou encore la Herner Zeitung le 8 novembre mentionnèrent la présence au centre du prétoire d’un tableau avec un plan du camp, qui attirait l’attention en raison des indications qui y figuraient : bûcher, four crématoire, chambre à gaz.44 Au lendemain du verdict, Gertraude Uhlhorn souligna dans la Westdeutsche Allgemeine que ces six semaines d’audience avaient vu renaître cette terrible époque « avec en toile de fond le plan du camp »45, comme si celui-ci avait fait office de rappel constant et tangible des crimes commis. Mais que purent apprendre précisément les lecteurs de la région de Bochum sur le camp du Stutthof ? À l’occasion des témoignages d’anciens SS durant les premiers jours d’audiences, certains articles donnèrent des détails sur le fonctionnement du système concentrationnaire : début 1942, était-il expliqué, le camp du Stutthof était passé sous l’autorité directe de l’Office central SS pour l'économie et l'administration (SS-Wirtschaftsverwaltungshauptamt) dans le cadre du bureau (Amtsgruppe) D, ce qui avait fondamentalement transformé le caractère du camp : le but premier était désormais devenu d’exploiter au maximum les détenus au service de l’industrie d’armement46. Il fut aussi question du rôle ambivalent des Kapos, dont plusieurs témoignèrent au procès47.

  • 48 voir notamment « 12 000 Menschen mußten verhungern », Westfälische Rundschau, 18 novembre 1955 ; «  (...)
  • 49 Voir « Zeugen entrollen grauenvolle Bilder über die Vorgänge im KZ-Lager », Heimat am Mittag, 22 no (...)

19Mais c’est surtout sur le sort des détenus que la presse donna le plus de détails : les exécutions sommaires, les détenus déchiquetés par les chiens, les assassinats par injection létale, les détenus affamés, le typhus que les SS laissèrent volontairement se répandre dans le camp pour exterminer plus vite les prisonniers, les femmes enceintes et les enfants envoyés à la chambre à gaz, le bûcher édifié quand le four crématoire n’avait plus été suffisant pour brûler tous les corps, etc.48 – tout cela fut largement décrit dans les articles au fil des audiences. Ces éléments provenaient essentiellement des témoignages des victimes, qui furent parfois relatés de façon assez détaillée. Les articles du 22 novembre, par exemple, donnèrent sur trois ou quatre colonnes des informations précises sur les témoins qui avaient été entendus la veille – nom, âge, motif de leur déportation (certains étaient Juifs, comme Edith Steinmetz, arrivée avec 2 000 autres Juifs du ghetto de Riga, d’autres étaient des prisonniers politiques) ­– et consacrèrent un long paragraphe, voire plusieurs, au témoignage de chacun49.

  • 50 «Ein Mosaikbild mit teuflischer Fratze», Westfälische Rundschau, 23 novembre 1955.
  • 51 « Schilderungen von Zeugen, die sich kaum wiedergeben lassen », article « 12 000 Menschen mußten (...)
  • 52 « Stutthof Main Camp », op. cit., p. 1420.
  • 53 « Il est clair qu’une différente était faite entre les prisonniers allemands, les Polonais et les J (...)
  • 54 « Lebenslänglich für Hoppe », Ruhr-Nachrichten, 13 décembre 1955.

20Deux aspects retiennent particulièrement l’attention dans les articles consacrés aux témoignages des victimes. D’une part, ils évoquent la difficulté que ce moment représentait pour elles, mais également pour le chroniqueur judiciaire qui devait en rendre compte : il est ainsi fait mention d’un survivant, Artur Rufer, qui a rédigé un journal sur les actes inhumains dont il a été témoin, mais est terrifié de se voir rappeler cette époque50. Quant aux articles parus le lendemain des premières auditions de victimes, ils soulignèrent que leurs récits, bien différents de ceux du personnel du camp entendu durant les premiers jours, « étaient pratiquement impossibles à restituer », ou encore que les victimes parlaient « un langage qui laiss[ait] sans voix51 ». Ces formulent suggèrent que ces témoignages marquèrent les journalistes. D’autre part, il ressort de ces comptes-rendus d’audience que les victimes les plus nombreuses avaient d’abord été les détenus juifs, certes initialement très minoritaires au sein du camp, mais plus à partir de l’été 1944, lorsqu’étaient arrivés au Stutthof plus de 40 000 personnes provenant des ghettos des pays baltes d’une part et déportées depuis la Hongrie d’autre part52. On constate à cet égard une évolution intéressante au fil du procès : alors que dans les articles publiés pendant l’instruction, et même encore durant les premiers jours d’audience, les victimes juives ne furent pas mises en avant, voire pas évoquées du tout, cela changea par la suite avec les dépositions des survivants. La distinction faite entre les Juifs et les autres détenus, attestée par les témoins – y compris non juifs – fut ainsi plusieurs fois soulignée dans les journaux53, et il fut largement question de la sélection, des chambres à gaz et de la politique d’« extermination » (Vernichtung) des Juifs. Au moment du réquisitoire du procureur, l’article des Ruhr-Nachrichten rappela d’ailleurs avoir évoqué ce sujet en détail54.

  • 55 « Ihre Aussagen waren eine scharfe Absage an die Schilderungen der Opfer »: « Nächste Woche Plädoye (...)

21Les chroniques judiciaires fournissaient donc aux lecteurs un assez grand nombre d’informations sur les crimes commis au Stutthof. Les commentaires et la remise en perspective en étaient en revanche presque totalement absents. Le travail du chroniqueur judiciaire est certes de rendre en compte de la diversité des perspectives et de la confrontation des points de vue (celui de l’accusation, celui de la défense, etc.), et est également soumis à la temporalité du procès dont il suit les différentes étapes : lecture de l’acte de l’accusation, audition des témoins à charge, à décharge, réquisitoire, plaidoiries de la défense, verdict. Cela n’est cependant pas incompatible avec l’analyse et la remise en perspective. Or, dans le cas du procès du Stutthof, toutes ces étapes furent présentées peu ou prou sur le même plan. On peut certes objecter à raison que l’insistance sur le caractère « effroyable » ou « atroce » de ce qui s’était produit au camp introduisait un point de vue. Néanmoins, le même quotidien qui avait évoqué des témoignages de victimes laissant toute la salle sans voix pouvait quelques jours plus tard, à l’occasion de l’audition de témoins à décharge, indiquer sans autre commentaire que leurs dépositions constituaient « un démenti cinglant aux récits des victimes55 ».

  • 56 « Lebenslänglich für Hoppe », Westdeutsche Allgemeine, 13 décembre 1955 ; « Staatsanwalt beantragt (...)
  • 57 Le terme renvoie à une situation d’urgence, de nécessité (Notstand) où un individu se voit contrain (...)
  • 58 Voir pour cet argument « Urteil wird am Freitag gefällt », Westdeutsche Allgemeine, 14 décembre 195 (...)
  • 59 « Verteidiger hatten das Wort », Ruhr-Nachrichten, 14 décembre 1955 ; « Leistete Hoppe nur Beihilfe (...)
  • 60 À noter que le jugement fut néanmoins cassé par la Cour fédérale (Bundesgerichtshof) en novembre 19 (...)
  • 61 « keine Verbrechernaturen » : l’expression figure (parfois sous la variante « keine verbrecherische (...)
  • 62 On retrouve ces adjectifs dans ce qui est présenté comme une citation des propos des juges dans l’a (...)

22L’absence de remise en perspective est particulièrement notable au cours de la séquence finale du procès (l’enchaînement réquisitoire – plaidoiries – verdict). Les lecteurs purent ainsi d’abord lire le 13 décembre des comptes rendus du réquisitoire insistant sur la culpabilité de Hoppe, qui avait selon le procureur volontairement et résolument exécuté l’ordre d’exterminer les Juifs56. Le lendemain, les journaux publièrent des articles relatant les plaidoiries de la défense, qui avait opté pour une stratégie alors typique dans les procès pour criminels nazis : Hoppe était un simple rouage pris dans la machinerie nazie, avait été contraint d’exécuter un ordre (la construction juridique du « Befehlsnotstand »57), un citoyen ne pouvait pas être rendu pénalement responsable des actes criminels commis par son gouvernement58, etc. Seuls les Ruhr-Nachrichten et la Westfälische Rundschau citèrent la réplique du procureur à la défense : il n’était pas possible de laisser le meurtre de masse impuni59. Enfin, les différents quotidiens rendirent évidemment compte du verdict dans leurs éditions datées du 17 décembre. Or, ce jugement remettait en cause la fiabilité des témoignages en raison de leur manque d’impartialité et parce que les faits remontaient à plus de dix ans. En outre, il ne retenait dans le cas de Hoppe pas l’incrimination d’assassinat (Mord), mais seulement celle de complicité (Beihilfe zum Mord), au nom d’une conception de la culpabilité là encore récurrente dans ce type de procès : n’était coupable que celui qui se considérait comme l’instigateur de l’acte et faisait preuve d’une volonté criminelle – ce qui, selon le tribunal, n’était pas le cas de Hoppe60. Enfin, la cour avait accordé des circonstances atténuantes aux accusés car ils n’étaient pas des « criminels par nature61 ». La peine était donc de son point de vue à la fois « suffisante » (ausreichend) et « juste » (gerecht)62. C’est donc sur l’idée d’un ordre social rétabli, un discours qui épousait de fait complètement la logique pénale consistant à réconcilier un coupable et la société, que se terminait la chronique du procès du Stutthof. En l’absence d’analyse, cette chronologie du récit était de nature à relativiser l’impact de ce qui en constituait pourtant le cœur, à savoir la description des actes commis au Stutthof, et n’incitait pas à poursuivre le débat sur le sujet des crimes nazis et leurs responsables.

Des récits spécifiques : les cas de la Neue Volks-Zeitung et de la Westfälische Rundschau

  • 63 Eichmüller (Die strafrechtliche Verfolgung, op. cit., p. 68) mentionne aussi des critiques dans Die (...)
  • 64 Voir par exemple l’article du 4 juin 1954 « Auspeitschungen, Bluthunde und Gaswagen ».
  • 65 « ein Hohn […] auf die grauenvollen Leiden, denen Zehntausende von Häftlingen im KZ Stutthof ausges (...)
  • 66 « 400 Ermordete klagen an », Neue Volks-Zeitung, 9 novembre 1955.
  • 67 Le film Les assassins sont parmi nous (Die Mörder sind uns unter uns), premier long métrage produit (...)

23Au-delà de ce récit dominant sur le plan quantitatif, la couverture du procès du Stutthof ne fut toutefois pas univoque. Le quotidien communiste Neue Volks-Zeitung se démarqua ainsi durant tout le procès par son ton critique et accusateur et une mise en récit spécifique du procès et des faits relatés durant les audiences. Cela n’a en soi rien d’étonnant au vu du contexte politique et du positionnement politique du KPD évoqués plus haut63. Dès le départ, Hoppe fut présenté comme un « criminel » (Verbrecher)64 et le journal ne cacha pas ce qu’il pensait des accusés, mais aussi des anciens SS qui venaient déposer en faveur de Hoppe. Ces témoignages, pouvait-on ainsi lire dans le quotidien le 2 décembre, étaient « une insulte aux souffrances atroces subies par des dizaines de milliers de détenus au camp du Stutthof65 ». L’usage de qualificatifs comme « KZ-Henker » (« le bourreau du camp ») et « SS-Bandit » dans ce même compte-rendu d’audience était aussi caractéristique du langage de ce journal et de la presse communiste en général. Les articles de la Neue Volks-Zeitung prenaient souvent la forme d’un réquisitoire – l’article du 9 novembre était ainsi intitulé « 400 victimes assassinées accusent »66 – et ne lésinaient pas sur le pathos, notamment quand il s’agissait de relater les dépositions des survivants. Cela allait beaucoup plus loin que la simple mention de « scènes effroyables » dans les autres journaux. Critique et pathos atteignirent ainsi leur point culminant dans deux articles parus le 8 et le 9 décembre et intitulés « Les assassins sont toujours parmi nous (« Die Mörder sind noch immer unter uns »), une formule inspirée du titre du célèbre film de Wolfgang Staudte de 194667. Ces articles dressaient tout d’abord un bilan des preuves jugées accablantes accumulées contre Hoppe au fil du procès, avec des extraits de témoignages restitués avec force effets dramatiques, comme dans le passage suivant :

  • 68 « Ein Karren mit Gummirädern auf den trostlosen Lagerstraßen des KZ’s Stutthof. Zehn Häftlinge, aus (...)

« Une charrette à roues en caoutchouc roule sur les routes désolées du camp de concentration de Stutthof. Dix détenus, émaciés, titubants, tirent et poussent. Sur la charrette : des cadavres. Des détenus morts, couchés les uns sur les autres, bras et jambes maigres et flasques. Les dix détenus vivants qui rassemblent leurs compagnons d'infortune décédés forment le ‘commando des cadavres’ du camp. [...] Le typhus sévit dans le camp. Affaiblis par la faim, les détenus – hommes – femmes – enfants – meurent par milliers. La charrette avance lentement de baraque en baraque. Les morts sont transportés dehors et chargés. Le vent glacial de l'hiver pousse des rafales de neige sur la route du camp […]68. »

  • 69 « Die Opfer der Konzentrationslager mahnen: Verhindert ein neues 1933! Seid wachsam! Die Mörder sin (...)
  • 70 Sur cette affaire voir Eichmüller, Keine Generalamnestie, op. cit., p. 170. Le procès d’Ansbach est (...)
  • 71 Ibid.
  • 72 Voir les articles déjà cités du 8 et 9 décembre 1955.

24Le journal dénonçait par ailleurs l’absence de poursuites contre de nombreux criminels nazis, dont certains témoins de la défense entendus lors du procès. L’article du 9 décembre se terminait sur une mise en garde solennelle et un appel, au nom des victimes, à rester vigilants et à empêcher un nouveau 1933 : « Les assassins sont toujours parmi nous69 ! ». La Neue Volks‑Zeitung se distingue également par ses références à d’autres procès pour crimes nazis organisés en Allemagne, notamment le procès de Nuremberg et le procès d’Ansbach contre l’ancien officier SS Max Simon, qui s’était achevé quelques semaines plus tôt par un acquittement70 : en avril 1945, Simon et ses coaccusés avaient condamné à mort et exécuté trois citoyens de Brettheim en Bade-Wurtemberg pour avoir empêché des membres des Jeunesses Hitlériennes de défendre le village devant l’avancée des troupes américaines. Sans surprise, la Neue Volks-Zeitung critiqua enfin avec virulence le verdict. Selon le journal, les peines bien trop clémentes étaient symptomatiques d’une justice ouest-allemande qui laissait de nombreux crimes nazis impunis71. Bien évidemment, ces critiques et cette remise en perspective du procès dans le cadre plus large du traitement du passé nazi en RFA s’intégraient dans le traditionnel discours antifasciste du KPD : le procès du Stutthof était ainsi présenté comme celui du fascisme, le « cancer » (« Krebsgeschwür ») du capitalisme, et le journal dénonçait la présence de « fascistes et militaristes » (« Faschisten und Militaristen ») à des postes clés de l’État ouest-allemand72.

  • 73 Voir Hans-Jürgen Friske. Justiz und Medien. Vergleichende Analyse der Justizberichterstattung einer (...)
  • 74 Voir respectivement « Neuer Fall grausamer Lagerführung », 13 mai 1954 ; « Sie glauben wohl, wir si (...)
  • 75 « Unverdient milde Sühne im KZ-Prozess », Westfälische Rundschau, 17 décembre 1955.
  • 76 « Beihilfe zum Mord: 63 Monate Zuchthaus », Die Heimat am Mittag, 17 décembre 1955.
  • 77 Il parut en page 2 du journal, tandis qu’un autre article figurait en deuxième page de l’édition lo (...)

25La Westfälische Rundschau, un journal de tendance plutôt sociale-démocrate73, constitue un autre cas intéressant. On est certes très loin du réquisitoire de la Neue Volks-Zeitung et on ne peut pas dire que le ton et la forme des articles soient fondamentalement différents de ceux des autres quotidiens. C’est néanmoins le seul autre journal du corpus où l’on trouve quelques commentaires critiques, même s’ils sont très isolés. Pendant l’instruction, le journal affirma ainsi que les faits reprochés à Hoppe auraient dû être jugés depuis longtemps. Le 13 novembre, le sous-titre d’un article attira l’attention du lecteur sur le « comportement étrange » (« seltsames Verhalten ») des anciens gradés du camp, qui ne se souvenaient plus de grand‑chose74. Enfin, le titre d’un des deux articles parus le 17 décembre, le lendemain du verdict, « Peines injustement clémentes dans le procès du camp de concentration »75, était ouvertement critique, comparés à ceux beaucoup plus neutres d’autres quotidiens (la Neue Volks-Zeitung exceptée) tels que « complicité d’assassinat : 63 mois de réclusion »76, même si ce verdict était moins imputé aux juges qu’au suicide de Heidl et aux témoins qui ne s’étaient pas présentés ou étaient partiellement revenus sur leurs déclarations. Ce même article attirait par ailleurs l’attention sur un enjeu politique du procès : montrer aux pays étrangers que la justice ouest-allemande prenait les poursuites contre les crimes nazis au sérieux, ce qui pouvait sous-entendre – même si cela n’était pas dit – que cela n’avait pas toujours été le cas. Étant donné que les comptes rendus dans la Westfälische Rundschau présentaient de nombreuses similitudes avec ceux des Ruhr-Nachrichten et de la Heimat am Mittag, ce qui suggère qu’ils étaient écrits par le même chroniqueur judiciaire, on peut émettre l’hypothèse que ces spécificités relevaient de choix éditoriaux de la rédaction en lien avec l’orientation politique du journal. Le fait que contrairement à la Westdeutsche Allgemeine, la Westfälische Rundschau ait aussi publié quelques articles sur le procès dans les informations générales, et pas uniquement dans les pages locales de son édition de Bochum, va également dans ce sens. L’article du 17 décembre critiquant le verdict faisait justement partie de cette catégorie77.

Mise à distance des crimes nazis ou prémices d’une évolution du discours sur le passé national-socialiste dans l’espace public ?

26Après cette présentation détaillée de la couverture médiatique à l’échelle locale, il s’agit maintenant de se demander quelle lecture on peut faire des récits proposés aux lecteurs sur les crimes commis au Stutthof et leurs auteurs, et plus globalement des discours sur le passé national-socialiste auxquels ils furent confrontés.

  • 78 Les principaux organes de la presse suprarégionale – Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Ze (...)
  • 79 Voir l’article de Gertraude Uhlhorn « Ehrenrechte nicht aberkannt », Westdeutsche Allgemeine, 17 dé (...)

27Une première lecture consiste à y voir un discours typique d’une période placée à la fois sous le signe de la Verdrängung, le refoulement du passé nazi ou en tout cas de ces aspects les plus dérangeants, et de la domination d’une presse locale et régionale qui n’était guère encline à l’analyse critique. On retrouve ainsi dans les comptes rendus du procès quatre éléments qui allaient à l’encontre d’une confrontation critique avec la réalité du régime national-socialiste et son traitement par la justice en RFA. Le premier aspect est l’absence de remise en perspective du procès dans un cadre plus large. Il est ainsi frappant que le procès contre le Max Simon à Ansbach, dont le verdict d’acquittement avait déclenché de vives critiques dans la presse suprarégionale à peine quelques semaines avant le procès du Stutthof78, ne soit évoqué que dans la Neue Volks-Zeitung communiste. De même, le corpus ne contient qu’une seule allusion aux procès de l’après-guerre en Pologne, avec de surcroît une erreur de date79.

  • 80 « 300 Leichen aufgeschichtet », Ruhr-Nachrichten, 23 novembre 1955.
  • 81 « Gruselkabinett ». Claudia Fröhlich, « Der ‚Ulmer Einsatzgruppen – Prozess‘ 1958. Wahrnehmung und (...)
  • 82 Voir toujours Fröhlich, ibid., p. 241 sq. Elle cite dans ce passage Martin Walser, « Unser Auschwit (...)
  • 83 « Distanzgewinnung durch Exterritorialisierung ». Arendes, op. cit., p. 95.

28Un second élément est, même si cela peut paraître paradoxal au premier abord, l’accent mis sur l’horreur des actes commis au Stutthof. Cela n’avait en effet en soi rien de particulièrement original ni dans la couverture médiatique des procès pour crimes nazis, ni dans la chronique judiciaire en général, les crimes et les figures de criminels hors norme exerçant toujours une certaine fascination tant sur la presse que sur ses lecteurs. Ce n’est sûrement pas un hasard si les termes relevant de ce champ sémantique ou les formules les plus choquantes apparaissent très fréquemment dans les titres : opter pour un titre tel que « 300 cadavres empilés »80 était sans nul doute un moyen de s’assurer l’attention des lecteurs. Quand on analyse les articles parus pendant l’instruction, on a d’ailleurs l’impression que c’étaient les détails macabres – les détenus déchiquetés par des chiens, notamment – qui avaient éveillé l’intérêt de la presse pour l’affaire. Cela va dans le sens de ce que Claudia Fröhlich qualifie, dans son étude sur la couverture du procès dit des Einsatzgruppen à Ulm en 1958, de représentation du nazisme comme « cabinet des horreurs »81. Or, on peut considérer qu’une telle représentation faisait obstacle à une véritable analyse de la structure du régime national-socialiste et du système concentrationnaire. Elle contribuait également à mettre à distance les faits, certes jugés atroces, mais des atrocités commises par d’autres, extérieurs à la société ouest-allemande de l’après-guerre82. On peut ainsi parler d’une « mise à distance par l’ex-territorialisation » ou « l’externalisation »83 des crimes – des crimes qui dans le cas de Stutthof, avaient eu de surcroît lieu bien loin de Bochum, à l’étranger (en tout cas selon les frontières de l’après-guerre).

  • 84 Voir notamment l’article de la Westdeutsche Allgemeine du 17 décembre 1955.
  • 85 Par exemple « Staatsanwalt beantragt ‘lebenslänglich’ für Hoppe », Westfälische Rundschau, 13 décem (...)

29Par ailleurs, le récit proposé par la presse locale et régionale contribuait à entretenir l’interprétation alors dominante du national-socialisme, largement disculpatoire pour le peuple allemand. Les attendus du jugement reproduits dans les colonnes des journaux corroboraient l’idée que seul un petit cercle de responsables nazis était réellement coupable, que l’extermination des Juifs était tenue secrète et que même la population locale n’était pas au courant de ce qui se passait au Stutthof84. Dans son réquisitoire, lui aussi largement relayé par la presse, le procureur présenta une interprétation que l’on qualifierait rétrospectivement d’« intentionnaliste » de la « Solution finale », celle d’un plan élaboré et mis en œuvre de façon systématique par Hitler et Himmler, et souligna que la population aurait refusé ces mesures si elle en avait eu connaissance85. Mais pouvait-on finalement s’attendre à autre chose au vu du contexte des années 1950 et du niveau de connaissances encore très limité sur la « Solution finale » ? Quant à la Neue-Volkszeitung, elle contribuait aussi à sa manière à une vision simplificatrice du régime avec sa diabolisation des « criminels fascistes » (dont le cercle était certes plus large que la « clique de criminels » autour de Hitler et Himmler) clairement distingués des bons « antifascistes » (communistes).

30Enfin, le fait que les articles aient été pour la plupart cantonnés aux pages locales, au milieu des autres faits divers, est révélateur de l’importance toute relative accordée à ce procès, qui n’était pas considéré comme un sujet majeur par les rédactions au-delà de l’échelon local.

  • 86 Aspect cité par Andreas Eichmüller (Die strafrechtliche Verfolgung, op.  cit., p. 71) comme caracté (...)
  • 87 Voir l’article de la Herner Zeitung du 8 novembre 1955.
  • 88 « Des vierhundertfachen Mordes angeklagt », Westfälische Rundschau, 8 novembre 1955.
  • 89 Annette Wieviorka, « Justice, histoire et mémoire », op. cit., p. 65-66.
  • 90 « Eine besondere Art eindringlichen Geschichtsunterrichts »: « KZ-Prozess rollt reibungslos. Die Ze (...)

31Ce tableau assez négatif mérite néanmoins d’être nuancé. En effet, on peut aussi déceler dans ces chroniques ce qu’on pourrait appeler des signaux faibles d’un renversement de tendance qui se produisit vers la fin des années 1950, où la couverture médiatique des procès pour crimes nazis devint à la fois beaucoup plus massive et critique. Un de ces signaux est la couverture par la presse de l’instruction de l’affaire86. La présence des crimes perpétrés au Stutthof dans les médias ne se limita donc pas au seul évènement ponctuel du procès, mais s’étira sur une période plus longue, ce qui était susceptible de marquer plus durablement les esprits. Autre élément intéressant : contrairement à d’autres, le procès ne fut jamais présenté comme « le procès Hoppe », comme celui d’un homme, mais comme le « procès du camp de concentration » (« KZ-Prozess » ou « KZ-Lager-Prozess »). Et si l’atrocité des crimes fut abondamment soulignée, les accusés ne furent pas pour autant décrits comme des monstres présentant des traits pathologiques. On pourrait même dire qu’au contraire, les informations données sur le parcours et le profil des accusés étaient plutôt de nature à mettre en évidence leur « normalité ». La biographie de Hoppe fut présentée comme typique de celle d’un officier SS – adhésion précoce au NSDAP dès 1932, entrée dans la SS en 1933 – mais on signala en revanche que les parcours de ses coaccusés, Knott et Heidl, ne présentaient pas d’éléments sortant du cadre d’une existence bourgeoise classique87. La Westfälische Rundschau mentionna ainsi que Knott était entré dans la SS parce qu’il en espérait des avantages et que son travail de compagnon boulanger ne lui plaisait pas88. Les chroniqueurs n’allaient cependant pas au-delà du constat et ne s’interrogeaient sur qui avait fait que ces personnes avaient pu devenir des criminels. Un troisième signal notable est la place faite aux victimes et à l’extermination des Juifs. On peut rappeler ici que la visualisation des horreurs subies par les victimes via les témoignages fit partie intégrante de la stratégie du procureur Hausner lors du procès Eichmann89. Les chroniqueurs du procès du Stutthof n’étaient de toute évidence pas consciemment engagés dans une telle démarche, ni dans celle de la transmission d’une mémoire des crimes nazis. Néanmoins, la place accordée aux victimes peut laisser penser que l’insistance sur « l’horreur » du Stutthof va peut-être au-delà de ce que suggère l’analyse de Claudia Fröhlich mentionnée plus haut. La remarque – certes isolée – de Gertraude Uhlhorn, la chroniqueuse de la Westdeutsche Allgemeine, mentionnant la présence d’une classe de lycéens venus bénéficier « d’une forme de leçon d’histoire particulièrement percutante »90, va également dans ce sens.

  • 91 Voir respectivement «Verhaftung beim Amtsgericht », Ruhr-Nachrichten, 10 septembre 1954 ; « Des vie (...)
  • 92 Articles du 12 et 13 novembre 1955 : « Hauptangeklagter Heidl erhängte sich » et « Sie glauben wohl (...)

32Enfin, un certain nombre d’informations données dans la presse pointaient les limites de la dénazification, ou pouvaient tout au moins être lues de cette manière : les lecteurs apprirent ainsi qu’un fonctionnaire du tribunal de Bochum dénoncé par Hoppe avait, « comme tant d’autres », menti après 1945 sur son parcours pour pouvoir intégrer l’institution judiciaire, ou que Heidl avait d’abord été placé dans la catégorie des « compromis » (belastet) avant d’être ensuite reclassé, « comme il était d’usage à l’époque » (« wie gewöhnlich ») parmi les « suiveurs » (Mitläufer), ce qui lui avait permis de reprendre son activité de médecin91. La Westfälische Rundschau détailla également la profession et le statut des anciens SS qui vinrent témoigner au procès : un policier, un agriculteur, un commercial, etc. – montrant que toutes ces personnes avaient pu reprendre une vie tout à fait normale après la guerre92. Ainsi, les comptes-rendus du procès contenaient finalement beaucoup d’éléments qui pouvaient potentiellement ouvrir la porte à une réflexion critique sur le passé nazi de la société ouest‑allemande et les déficits de la dénazification, mais, si l’on excepte le cas très spécifique du quotidien communiste, le seuil qui menait à cette réflexion ne fut pas franchi.

  • 93 « KZ-Prozess rollt reibungslos », Westdeutsche Allgemeine, 25 novembre 1955.

33Cette étude de cas à l’échelle micro-historique ne vient clairement pas contredire le constat global d’un déficit de confrontation critique avec le passé dans la RFA des années 1950, et ce y compris dans le cadre des procès pour crimes nazis. Il est clair que les chroniqueurs judiciaires qui couvrirent le procès Hoppe n’étaient pas consciemment engagés dans une démarche de transmission d’une mémoire (critique) du nazisme. Les crimes et criminels nazis n'étaient en revanche pas pour autant passés sous silence. L’exemple du procès du Stutthof montre au contraire qu’ils pouvaient être très présents dans la presse locale, et donc dans le quotidien de nombreux lecteurs. L’intérêt croissant du public pour le procès mérite également d’être noté : la chroniqueuse de la Westdeutsche Allgemeine nota ainsi que la salle s’était remplie à partir du moment où les témoins à charge avaient commencé à décrire la réalité du camp93. Or, on peut émettre l’hypothèse que c’est via les journaux que le public avait entendu parler des témoignages et avait eu envie d’en savoir plus. Les médias jouèrent donc, même involontairement, un rôle de caisse de résonance donnant plus d’écho aux faits jugés et au procès lui-même.

  • 94 De fait, deux ans plus tard, c’est le Spiegel qui utilisa sa formule, ainsi que le magazine illustr (...)
  • 95 L’impact du procès Eichmann s’explique ainsi entre autres par la conjonction de cette double évolut (...)

34En conclusion de cette étude, on peut s’interroger sur les facteurs pouvant expliquer que le potentiel en matière de connaissances et de réflexions sur le système concentrationnaire, les crimes nazis et la « unbewältigte Vergangenheit », qui était en germe dans ce procès, n’ait pas été davantage exploité par les médias. Autrement dit, que manquait-il pour que le discours « Les assassins sont encore parmi nous » quittât la marge du discours communiste qui, dans le contexte de la Guerre froide, ne pouvait être entendu au-delà de ce milieu, pour devenir central94 ? On peut considérer que dans le cas du procès du Stutthof, les conditions n’étaient réunies ni du côté des producteurs de ce discours – les chroniqueurs judiciaires et leurs rédactions – ni de ces récepteurs, les lecteurs de la presse de Bochum. Une mise en perspective critique des procès pour crimes nazis nécessitait que les médias s’émancipent davantage à la fois du récit judiciaire d’une part, et du récit dominant sur le national-socialisme d’autre part. Ce processus s’enclencha dans la deuxième moitié des années 1950 et s’accéléra autour de 1960, mais d’abord dans les grands médias suprarégionaux (le Spiegel, la Süddeutsche Zeitung, etc.), dont l’horizon était moins limité que celui d’une presse locale encore très cloisonnée. Il fallait aussi que l’opinion fût prête à entendre un récit différent. La recherche a mis en évidence l’importance dans ces deux processus du facteur générationnel95. À cet égard, le corpus contient deux remarques intéressantes sur le public des audiences : Gertraude Uhlhorn mentionna ainsi dans son article du 25 novembre la présence d’une classe, mais également de jeunes vendeuses venant assister aux audiences durant leur pause déjeuner et de jeunes hommes discutant du procès à l’extérieur du tribunal. De même, la Neue Volks-Zeitung nota le 9 décembre la présence de nombreux jeunes qui devaient être à peine en âge d’aller à l’école au moment des faits, donc âgés de moins de vingt ans en 1955. Le procès du Stutthof a donc pu avoir plus ou moins directement un impact, à l’échelle locale, sur une génération qui joua un rôle important dans les débats des années ultérieures sur le passé nazi.

35Pour compléter les résultats de cette étude, il serait notamment utile d’en savoir plus sur les chroniqueurs judiciaires et les choix opérés par les rédactions, comme dans le cas de la Westfälische Rundschau. Une comparaison avec les chroniques du procès d’Ansbach contre Max Simon, déjà évoqué, serait également intéressante : l’attention plus importante accordée à ce dernier procès à l’échelon national et les réactions très critiques étaient-elle dues à une proximité plus grande à la fois sur le plan géographique (assassinats commis en Allemagne) et émotionnelle (les victimes étaient allemandes) avec les faits, alors que l’extermination des Juifs n’était pas encore du tout un thème central à l’époque? Il y a ainsi encore matière à d’autres recherches à l’échelle micro-historique pour mieux comprendre la construction et la circulation des discours sur le nazisme dans la RFA des années 1950, et notamment dans le contexte des procès.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Sources

Allemagne, Münster, Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen, LA NRW W Q 222 Nr. 8865 et Nr. 9236 (Verfahren Hoppe); Q 211 Nr. 6015; Q 112, Nr. 127.

Ruhr-Nachrichten – Bochumer Zeitung, novembre-décembre 1955.

Westdeutsche Allgemeine Zeitung (Ausgabe Dortmund), novembre-décembre 1955.

Westfälische Rundschau (Ausgabe Bochum), novembre-décembre 1955.

Littérature secondaire

The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933-1945, Volume I, ed. par Geoffrey P. Megargee, Indiana University Press [en ligne]. URL : https://www.jstor.org/stable/j.ctt16gzb17

Arendes Cord, Zwischen Justiz und Tagespresse. « Durchschnittstäter » in regionalen NS-Verfahren, Paderborn, Schöningh, 2012, 414 p.

Dovifat Emil, Zeitungslehre, vol. II, Berlin, de Gruyter, 1955, 158 p.

Eichmüller Andreas, Keine Generalamnestie: Die Strafverfolgung von NS-Verbrechen in der frühen Bundesrepublik, Quellen und Darstellungen zur Zeitgeschichte 93, Berlin, Oldenburg, 2012, 476 p.

Jasch Hans-Christian, Kaiser Wolf, Der Holocaust vor deutschen Gerichten, Stuttgart, Reclam, 2017, 263 p.

Hodenberg Christina von, Konsens und Krise. Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit 1945-1973, Göttingen, Wallstein, 2006, 512 p.

Jouve Émeline, Miniato Lionel (dir.), Chronique judiciaire et fictionnalisation du procès : discours, récits et représentations, Paris, Mare & Martin, 2017.

Le Bouëdec Nathalie, L’impossible relation de confiance ? La justice ouest-allemande face aux médias (1945-63), travail inédit d’habilitation à diriger des recherches, Sorbonne Université, 2020, 476 p.

Osterloh Jörg, Vollnhals Clemens (dir.), NS-Prozesse. Besatzungszeit, frühe Bundesrepublik und DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, 456 p.

Reichel Peter, « Zwischen Dämonisierung und Verharmlosung: Das NS-Bild und seine politische Funktion in den 50er Jahren. Eine Skizze », in Axel Schildt, Arnold Sywottek (dir.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, Dietz, aktualisierte Studienausgabe 1998, p. 679-692.

Wieviorka Annette, « Justice, histoire et mémoire. De Nuremberg à Jérusalem », Droit et société, 1998, n°38. Vérité historique, vérité judiciaire, p. 59-67 [en ligne]. URL : https://www.persee.fr/doc/dreso_0769-3362_1998_num_38_1_1426

Haut de page

Notes

1 « 400 Morde im KZ-Lager », Ruhr-Nachrichten – Bochumer Zeitung, 8 novembre 1955. Toutes les traductions sont de notre fait. Presque tous les articles cités datant de novembre et décembre 1955, l’année ne sera indiquée que pour les coupures de presse de 1954 ou pour lever une possible ambiguïté.

2 Voir le chapitre « Stutthof main camp » dans The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933-1945, Volume I, Indiana University Press, p. 1420-1423 [en ligne]. URL : https://www.jstor.org/stable/j.ctt16gzb17.45?seq=1 (consulté le 19/06/2022).

3 Jusque début 1942, le Stutthof était un camp d’internement pour des prisonniers civils, puis de « rééducation par le travail » (« Arbeitserziehungslager ») placé sous la tutelle de la police de Dantzig. Il passa ensuite sous l’autorité directe de l’Office central SS pour l’économie et l’administration (SS-Wirtschafts-Verwaltungshauptamt, WVHA).

4 On peut rappeler ici que les accusés étaient jugés selon le Code pénal allemand, qui ne connaissait pas le chef d’accusation de crimes contre l’humanité.

5 Voir les articles parus le lendemain du suicide par pendaison de Heidl, par exemple « Hauptangeklagter Heidl erhängte sich », Westfälische Rundschau, 12 novembre 1955.

6 La littérature sur le sujet est très importante. Voir entre autres Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, Beck, 1996 ; Andreas Eichmüller, Keine Generalamnestie: Die Strafverfolgung von NS-Verbrechen in der frühen Bundesrepublik, Berlin, Oldenburg, 2012, chap. A-1; Peter Reichel, « Zwischen Dämonisierung und Verharmlosung: Das NS-Bild und seine politische Funktion in den 50er Jahren. Eine Skizze », in Axel Schildt, Arnold Sywottek (dir.), Modernisierung im Wiederaufbau. Die westdeutsche Gesellschaft der 50er Jahre, Bonn, Dietz, 1998, p. 679-692.

7 Pour les statistiques précises, voir Andreas Eichmüller, op. cit., p. 226.

8 Respectivement à l’occasion de l’ouverture, du réquisitoire et du verdict : « Prozess um das Lager Stutthof », 9 novembre, « Strafanträge im Stutthof Prozess », 14 décembre, « Zuchthaus im Stutthof-Prozess », 19 décembre.

9 Andreas Eichmüller, « Die strafrechtliche Verfolgung von NS-Verbrechen und die Öffentlichkeit in den frühen Bundesrepublik Deutschland 1949-1958 », in Jörg Osterloh, Clemens Vollnhals (dir.), NS-Prozesse. Besatzungszeit, frühe Bundesrepublik und DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, p. 67.

10 Annette Wieviorka, « Justice, histoire et mémoire. De Nuremberg à Jérusalem », Droit et société, 1998, n°38. Vérité historique, p. 64 [en ligne]. URL : https://www.persee.fr/doc/dreso_0769-3362_1998_num_38_1_1426 (consulté le 19 juin 2022).

11 Comme le note Cord Arendes, Zwischen Justiz und Tagespresse. « Durchschnittstäter » in regionalen NS-Verfahren, Paderborn, Schöningh, 2012, p. 46.

12 Voir le sondage de l’institut Allensbach cité par Karl Christian Führer, « ‘Aufmerksamkeit’ und ‘Vertrauen’ als Kategorien der Mediengeschichte », in Bernd Weisbrod, Die Politik der Öffentlichkeit – die Öffentlichkeit der Politik: politische Medialisierung in der Geschichte der Bundesrepublik, Göttingen, Wallstein, 2003, p. 161. L’importance de la presse locale est aussi soulignée par Axel Schildt, « Massenmedien und Öffentlichkeit im 20. Jahrhundert. Ein Periodisierungsvorschlag », in Werner Faulstisch, Knut Hickethier (dir.), Öffentlichkeit im Wandel. Neue Beiträge zur Begriffsklärung, Bardowick, Wissenschaftler-Verlag, 2000, p. 168.

13 Voir Émeline Jouve, Lionel Miniato, « Introduction », in Émeline Jouve, Lionel Miniato, Chronique judiciaire et fictionnalisation du procès : discours, récits et représentations, Paris, Mare & Martin, 2017, p. 13 sq. 

14 Pour la présentation de ces journaux, voir infra 1.2.

15 Allemagne, Münster, Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Westfalen, LA NRW W Q 222 Nr. 8865 (pour la période d’instruction) et 9236 (pour la période du procès). La lecture des journaux incombait au chargé des relations avec la presse (Pressedezernent), mais on ne peut déterminer avec certitude qui a effectivement constitué ces dossiers.

16 En l’occurrence la Westfälische Rundschau et la Westdeutsche Allgemeine. Pour des raisons pratiques, il n’a malheureusement pas été possible de le faire pour tous les quotidiens.

17 D’autres avaient été jugés à l’étranger ou par des tribunaux militaires alliés, à l’instar du prédécesseur de Hoppe, Max Pauly, condamné à mort par un tribunal militaire britannique et exécuté en octobre 1946, mais pour des actes commis au camp de Neuengamme (« Stutthof Main Camp », op. cit.), p. 1423.

18 Voir Hans-Christian Jasch, Wolf Kaiser, Der Holocaust vor deutschen Gerichten, Stuttgart, Reclam, 2017, p. 85 et note p. 227 sq. : l’ancien commandant du camp de Treblinka, Franz Stangl, fut condamné à la perpétuité en 1970, mais il s’agissait d’un camp d’extermination. Quant à Johannes Hassebroek, ancien commandant du camp de Groß Rosen, il fut acquitté en 1967.

19 Voir par exemple « Prozeß um KZ-Stutthof », Westfälische Rundschau, 8 novembre 1955 ; « Polen aus dem KZ sagen aus“, Ruhr-Nachrichten, 29 novembre 1955 (l’article relatait la déposition d’anciens détenus polonais qui vivaient désormais en Suède et au Danemark).

20 Voir « Auspeitschungen, Bluthunde und Glaswagen », Neue Volkszeitung, 4 juin 1954.

21 Voir « Stutthof Main Camp », op. cit., p. 1423.

22 « KZ-Kommandant spricht von ‚schmutziger Arbeit‘ », Westdeutsche Allgemeine, 9 novembre 1955.

23 Voir « KZ-Prozess rollt reibungslos » et « Ehrenrechte nicht aberkannt », Westdeutsche Allgemeine, 25 novembre et 17 décembre 1955 ; « Die Mörder sind noch immer unter uns », Neue Volks-Zeitung, 9 novembre 1955.

24 Comme le souligne Eichmüller, Die strafrechtliche Verfolgung, op. cit., p. 59.

25 Sauf indication contraire, toutes ces statistiques sont tirées du rapport de l’IVW (Informationsgemeinschaft zur Feststellung der Verbreitung von Werbeträgern e.V) pour le second semestre 1955 [en ligne]. URL : https://www.ivw.de/print/archivbestände-zur-ivw-auflagenliste (consulté le 19/06/2022).

26 Des articles sur le procès Hoppe furent ainsi régulièrement publiés dans la rubrique « Aus dem Westen », qui regroupait des informations en provenance de différentes villes de la région, de l’édition de Dortmund de la Westdeutsche Allgemeine, la seule qui a pu être consultée dans le cadre de cette étude.

27 Comme l’indique Karl-Martin Obermeier, Medien im Revier: Entwicklungen am Beispiel der « Westdeutschen Allgemeinen Zeitung » (WAZ), Munich, K.G.Saur, 1991, p. 351.

28 Walter J. Schütz donne le chiffre de 43 900 (« Bibliographie der Zeitungen kommunistischer Parteien und Deutscher Partei, Deutscher Zentrumspartei, National-Demokratischer Partei Deutschlands, Demokratischer

Bauernpartei Deutschlands, Domowina und Südschleswigscher Wählerverband seit 1945 » [en ligne], Jahrbuch für Kommunikationsgeschichte, 2011, p. 104. URL: https://www.jstor.org/stable/23346910 (consulté le 19/06/2022)). Emil Dovifat (Zeitungslehre, II. Band, Berlin, de Gruyter, 1955, p. 30), qui donne le tirage des différentes éditions locales, indique de son côté un tirage global de 61 000.

29 C’était justement le cas de la Neue Volks-Zeitung, comme le souligna le procureur en charge des relations avec la presse au parquet de Bochum dans son rapport d’activité fin 1954 (LA NRW Q 211, Nr. 6015, fol. 50).

30 Comme le soulignait à l’époque Dovifat, op. cit., p. 49-50.

31 Nous nous permettons ici de renvoyer à notre mémoire inédit d’habilitation à diriger des recherches, L’impossible relation de confiance ? La justice ouest-allemande face aux médias (1945-63), Sorbonne Université, 2020, par exemple p. 228.

32 Voir le rapport dans LA NRW W Q 112, Nr. 127 Bd. 1, fol. 60.

33 « Die Berichterstattung ist im allgemeinen sachlich und frei von unberechtigter Kritik ». LA NRW W Q 211, Nr. 6015, fol. 105.

34 Voir le rapport de ce dernier dans LA NRW W Q 112 Nr. 127 Bd. 1, fol. 104.

35 Voir supra note 32. La proportion élevée de journalistes ayant exercé entre 1933 et 1945 dans la presse locale est soulignée par Christina von Hodenberg, Konsens und Krise. Eine Geschichte der westdeutschen Medienöffentlichkeit 1945-1973, Göttingen, Wallstein, 2006, p. 131.

36 Nous empruntons cette distinction à Isabelle Huré, « Le procès Fourniret émancipe-t-il la chronique judiciaire ? », Communications et langages, 2014/4, n° 182, p. 96 [en ligne]. URL : https://www.cairn.info/revue-communication-et-langages1-2014-4-page-95.htm (consulté le 25/06/2022). L’auteure se réfère elle-même à Benoît Grévisse, « Récit et analyse des pratiques journalistiques – La pomme, le poisson et le pêcheur », Recherches en communication, 1997, 7, p. 139.

37 Voir les articles du 8 novembre 1955 : « 400 Morde im KZ-Lager », Ruhr-Nachrichten ; « Des vierhundertfachen Mordes angeklagt, Westfälische Rundschau ; « Schuldig am Tode von 400 Häftlingen durch Genickschuß, Vergasung u. Benzinspritzen », Die Heimat am Mittag.

38 Voir par exemple « Neuer Fall grausamer Lagerführung » et « KZ-Kommandant Hoppe belastet Justizsekretär », Westfälische Rundschau, 13 mai et 10 septembre 1954.

39 « einer der umfangsreichsten und zweifellos grausigten Prozesse der Nachkriegszeit », Westdeutsche Allgemeine, 17 décembre 1955.

40 Ces qualificatifs étant parfois renforcés par des superlatifs, comme dans l’article de la Westfälische Rundschau du 23 novembre : les dépositions dessinent une image « d’où ressort ce qu’il peut y avoir de plus effroyable et de plus terrifiant » (« aus der das Entsetzlichste und das Furchtbarste leuchtet »).

41 Voici les titres originaux : « Neuer Fall grausamer Lagerführung. Lagerkommandant ließ Häftlinge von Bluthunden zerfleischen »; « Es geht um KZ-Morde. Vernehmungen enthüllen ein grausiges Bild »; « SS-Opfer klagen an. Grausame Aussagen im Bochumer KZ-Prozess »; « Zeugen entrollen grauenvolle Bilder über die Vorgänge im KZ-Lager ».

42 C’est nous qui soulignons : « 400 unschuldige Menschen – auf bestialische Weise umgebracht durch Vergasen und Verbrennen, durch Erschießen, Erhängen und das Eingeben von Benzinspritzen », article « 400 Ermordete klagen an », Neue Volks-Zeitung, 9 novembre 1955.

43 « Ein Mosaikbild mit teuflischer Fratze », Westfälische Rundschau, 23 novembre 1955.

44 Article « Schuldig am Tode von 400 Häftlingen », Heimat am Mittag, 8 novembre 1955 ; « Es geht um 400 KZ-Morde», Herner Zeitung, même date.

45 « In sechs Wochen währender Verhandlung entstand vor der Kulisse des Lagerplanes im Gerichtssaal jene erbarmungslose Zeit wieder […] ». « Ehrenrechte nicht aberkannt », Westdeutsche Allgemeine, 17 décembre.

46 « Hauptangeklagter Heidl erhängte sich», Westfälische Rundschau, 12 novembre 1955 ; « Erste Zeugen aus der SS », Ruhr-Nachrichten, 12-13 novembre 1955.

47 Voir les articles du 19 novembre dans la Westfälische Rundschau et les Ruhr-Nachrichten.

48 voir notamment « 12 000 Menschen mußten verhungern », Westfälische Rundschau, 18 novembre 1955 ; « In Trupps zur Vergasung und zum Scheiterhaufen geführt », Heimat am Mittag, même date ; « Vergasung in Waggons », Ruhr-Nachrichten, 22 novembre 1955 ; « Auch Kinder wurden vergast », Neue Volks-Zeitung, 26 novembre 1955 ; « Das ist der Massenmörder », Westfälische Rundschau, 26 novembre 1955 ; « Polen aus dem KZ sagen aus », Ruhr-Nachrichten, 29 novembre 1955.

49 Voir « Zeugen entrollen grauenvolle Bilder über die Vorgänge im KZ-Lager », Heimat am Mittag, 22 novembre 1955 ; « Häftlinge schildern grauenvolle Zustände », Westfälische Rundschau, même date. L’article « Weitere Augenzeugenberichte im Stutthof-Prozess » paru dans ce même journal le 30 novembre est construit sur un principe identique.

50 «Ein Mosaikbild mit teuflischer Fratze», Westfälische Rundschau, 23 novembre 1955.

51 « Schilderungen von Zeugen, die sich kaum wiedergeben lassen », article « 12 000 Menschen mußten verhungern », Westfälische Rundschau, 18 novembre 1955 ; « eine Sprache, die einem den Atem verschlägt », Ruhr-Nachrichten, même date. On retrouve le même jour la formule dans l’article « In Trupps zur Vergasung und zum Scheiterhaufen geführt » de la Heimat am Mittag.

52 « Stutthof Main Camp », op. cit., p. 1420.

53 « Il est clair qu’une différente était faite entre les prisonniers allemands, les Polonais et les Juifs » (« Eindeutig ist wohl die Tatsache, daß man einen Unterschied zw den deutschen Häfltingen, den Polen und den Juden machte »). Heimat am Mittag, 22 novembre. Voir aussi Westfälische Rundschau, même date.

54 « Lebenslänglich für Hoppe », Ruhr-Nachrichten, 13 décembre 1955.

55 « Ihre Aussagen waren eine scharfe Absage an die Schilderungen der Opfer »: « Nächste Woche Plädoyers », Ruhr-Nachrichten, 3-4 décembre 1955.

56 « Lebenslänglich für Hoppe », Westdeutsche Allgemeine, 13 décembre 1955 ; « Staatsanwalt beantragt ‚lebenslänglich‘ für Hoppe»; «Freitag ist das Urteil zu erwarten», Westfälische Rundschau, même date.

57 Le terme renvoie à une situation d’urgence, de nécessité (Notstand) où un individu se voit contraint d’obéir à un ordre (Befehl), même illégal et criminel, sous peine de conséquences dramatiques. Les accusés prétendaient ainsi qu’en tant que soldats, ils s’étaient vus contraints d’obéir aux ordres car ils auraient eux-mêmes été exécutés s’ils avaient refusé.

58 Voir pour cet argument « Urteil wird am Freitag gefällt », Westdeutsche Allgemeine, 14 décembre 1955.

59 « Verteidiger hatten das Wort », Ruhr-Nachrichten, 14 décembre 1955 ; « Leistete Hoppe nur Beihilfe zum Totschlag? », Westfälische Rundschau, même date.

60 À noter que le jugement fut néanmoins cassé par la Cour fédérale (Bundesgerichtshof) en novembre 1956. Lors d’un second procès, qui eut lieu en juin 1957, toujours à Bochum, Hoppe fut cette fois condamné pour assassinat et non pour simple complicité au motif qu’il avait été en position de commandement, mais il écopa de seulement neuf ans de réclusion et fut libéré dès 1960.

61 « keine Verbrechernaturen » : l’expression figure (parfois sous la variante « keine verbrecherischen Naturen ») dans l’article de la Westfälische Rundschau « Aus ‚lebenslänglich‘ wurden 5 Jahre 3 Monate », mais aussi dans les comptes-rendus de la Westdeutsche Allg, de la Heimat am Mittag et de la Herner Zeitung.

62 On retrouve ces adjectifs dans ce qui est présenté comme une citation des propos des juges dans l’article de la Westfälische Rundschau et de la Heimat am Mittag (toujours le 17 décembre).

63 Eichmüller (Die strafrechtliche Verfolgung, op. cit., p. 68) mentionne aussi des critiques dans Die Tat, l’organe du VVN (Verein der Verfolgten des Nazi-Regimes), une organisation de victimes du national-socialisme proche du KPD. Ce journal n’a pas pu être consulté dans le cadre de cette étude centrée sur la presse locale et régionale.

64 Voir par exemple l’article du 4 juin 1954 « Auspeitschungen, Bluthunde und Gaswagen ».

65 « ein Hohn […] auf die grauenvollen Leiden, denen Zehntausende von Häftlingen im KZ Stutthof ausgesetzt waren »: « SS-Henker war ‚anständig‘», Neue Volks-Zeitung, 2 décembre 1955.

66 « 400 Ermordete klagen an », Neue Volks-Zeitung, 9 novembre 1955.

67 Le film Les assassins sont parmi nous (Die Mörder sind uns unter uns), premier long métrage produit dans l’Allemagne de l’après-guerre (en zone soviétique), relate l’itinéraire d’une jeune femme tout juste libérée des camps et d’un médecin traumatisé par la guerre qui retrouve un de ses supérieurs au front et criminel de guerre.

68 « Ein Karren mit Gummirädern auf den trostlosen Lagerstraßen des KZ’s Stutthof. Zehn Häftlinge, ausgemergelt, taumelnd, ziehen und schieben. Auf dem Karren: Leichen. Tote Häftlinge, kreuz und quer übereinander liegend, mit schlaffen, mageren, Armen und Beinen. Die zehn lebenden Häftlinge, die ihre toten Leidensgenossen zusammentragen, sind das «Leichenkommando» des KZ-Lagers. […] Im Lager herrscht Flecktyphus. Vom Hunger geschwächt, sterben die Häftlinge zu Tausenden – Männer – Frauen – Kinder. Der Karren kriecht langsam von Baracke zu Baracke. Die Toten werden herausgetragen und aufgeladen. Der eisige Winterwind treibt Schneeböen über die Lagerstraße ». « Die Mörder sind noch immer unter uns », Neue Volks‑Zeitung, 9 décembre 1955.

69 « Die Opfer der Konzentrationslager mahnen: Verhindert ein neues 1933! Seid wachsam! Die Mörder sind noch immer unter uns! ». Ibid.

70 Sur cette affaire voir Eichmüller, Keine Generalamnestie, op. cit., p. 170. Le procès d’Ansbach est évoqué, mais sans citer le nom de Simon, dans l’article du 17 décembre, « Milde Strafen für KZ-Schwerverbrecher ».

71 Ibid.

72 Voir les articles déjà cités du 8 et 9 décembre 1955.

73 Voir Hans-Jürgen Friske. Justiz und Medien. Vergleichende Analyse der Justizberichterstattung einer Regionalzeitung aus den Jahren 1960 und 1980 unter besonderer Berücksichtigung des Richterbildes, Münster, Lit, 1988, p. 39.

74 Voir respectivement « Neuer Fall grausamer Lagerführung », 13 mai 1954 ; « Sie glauben wohl, wir sind alle Idioten hier! », 13 novembre 1955.

75 « Unverdient milde Sühne im KZ-Prozess », Westfälische Rundschau, 17 décembre 1955.

76 « Beihilfe zum Mord: 63 Monate Zuchthaus », Die Heimat am Mittag, 17 décembre 1955.

77 Il parut en page 2 du journal, tandis qu’un autre article figurait en deuxième page de l’édition locale. Un article assez long avait été publié dans les informations générales le 8 novembre (« Prozeß um KZ-Stutthof »), ainsi que deux entrefilets les 11 et 12 novembre 1955.

78 Les principaux organes de la presse suprarégionale – Süddeutsche Zeitung, Frankfurter Allgemeine Zeitung, etc., publièrent des articles très critiques. Les journaux dénoncèrent entre autres le fait que le président de la cour d’assises était un ancien membre du NSDAP. Voir Eichmüller, Keine Generalamnestie, op. cit., p. 170 sq.

79 Voir l’article de Gertraude Uhlhorn « Ehrenrechte nicht aberkannt », Westdeutsche Allgemeine, 17 décembre 1955. Elle donne la date de 1945 alors que les procès eurent lieu en 1946.

80 « 300 Leichen aufgeschichtet », Ruhr-Nachrichten, 23 novembre 1955.

81 « Gruselkabinett ». Claudia Fröhlich, « Der ‚Ulmer Einsatzgruppen – Prozess‘ 1958. Wahrnehmung und Wirkung des ersten großen Holocaust-Prozesses», in Osterloh, Vollnhals, NS-Prozesse, op. cit., p. 241.

82 Voir toujours Fröhlich, ibid., p. 241 sq. Elle cite dans ce passage Martin Walser, « Unser Auschwitz », Kursbuch, 1965, 1, p. 190.

83 « Distanzgewinnung durch Exterritorialisierung ». Arendes, op. cit., p. 95.

84 Voir notamment l’article de la Westdeutsche Allgemeine du 17 décembre 1955.

85 Par exemple « Staatsanwalt beantragt ‘lebenslänglich’ für Hoppe », Westfälische Rundschau, 13 décembre 1955.

86 Aspect cité par Andreas Eichmüller (Die strafrechtliche Verfolgung, op.  cit., p. 71) comme caractéristique de l’évolution qui s’amorça dans la seconde moitié des années 1950.

87 Voir l’article de la Herner Zeitung du 8 novembre 1955.

88 « Des vierhundertfachen Mordes angeklagt », Westfälische Rundschau, 8 novembre 1955.

89 Annette Wieviorka, « Justice, histoire et mémoire », op. cit., p. 65-66.

90 « Eine besondere Art eindringlichen Geschichtsunterrichts »: « KZ-Prozess rollt reibungslos. Die Zeit verwischt die Spuren », Westdeutsche Allgemeine, 25 novembre 1955.

91 Voir respectivement «Verhaftung beim Amtsgericht », Ruhr-Nachrichten, 10 septembre 1954 ; « Des vierhundertfachen Mordes angeklagt », Westfälische Rundschau, 8 novembre 1955.

92 Articles du 12 et 13 novembre 1955 : « Hauptangeklagter Heidl erhängte sich » et « Sie glauben wohl, wir sind alle Idioten hier! ».

93 « KZ-Prozess rollt reibungslos », Westdeutsche Allgemeine, 25 novembre 1955.

94 De fait, deux ans plus tard, c’est le Spiegel qui utilisa sa formule, ainsi que le magazine illustré Revue, à l’occasion d’un autre procès à Arnsberg (procès contre six anciens SS pour l’exécution de 200 travailleurs forcés à Arnsberg. Cinq furent acquittés et le principal accusé condamné à seulement cinq ans de réclusion). Voir Andreas Eichmüller, Keine Generalamnestie, op. cit. p. 175.

95 L’impact du procès Eichmann s’explique ainsi entre autres par la conjonction de cette double évolution : il fut ainsi couvert par un nouveau type de journalistes (notamment ceux de la radiotélévision publique) et l’opinion était déjà bien davantage sensibilisée à la thématique qu’en 1955. Sur l’importance du facteur générationnel dans la transformation de l’espace public médiatique ouest-allemand à partir de la fin des années 1950, voir Christina von Hodenberg, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Le Bouëdec, « Quels discours sur les crimes nazis dans la chronique judiciaire ouest‑allemande des années 1950 ? Le procès du camp du Stutthof à Bochum en 1955 vu par la presse locale et régionale »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12625 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12625

Haut de page

Auteur

Nathalie Le Bouëdec

Nathalie Le Bouëdec est professeure en civilisation allemande à l’université de Bourgogne. Ses thèmes de recherche portent sur l’histoire contemporaine de l’Allemagne, l’histoire contemporaine du droit et de la justice, les cultures politiques en Allemagne (XXe-XXIe siècles) et les médias, pouvoirs et démocratie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search