Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22Les années 1950Une justice rendue sous silence :...

Les années 1950

Une justice rendue sous silence : juger les collaborateurs des nazis en Pologne dans les années 1950 et 1960

Audrey Kichelewski

Résumés

Utilisé pour juger les auteurs de crimes nazis et leurs collaborateurs locaux, mais aussi comme outil politique contre les opposants, le décret d'août 1944 disparaît presque après le dégel de 1956 : il ne peut être appliqué que lorsque la participation directe au meurtre est prouvée. Le nombre de procès et de condamnations a ensuite diminué. Pourtant, les dossiers de la Commission principale chargée de poursuivre les crimes allemands en Pologne contiennent au moins 130 affaires ouvertes jusqu'en 1970. Tous les accusés revendiquent la citoyenneté polonaise, et la plupart ont été enrôlés pendant la guerre dans la police locale sous tutelle allemande ou comme membres de l'administration civile (maires de comté, intendants d'approvisionnement...).

Contrairement aux procès des auteurs de crimes nazis, les procès ultérieurs des collaborateurs ont généralement été très peu médiatisés. Néanmoins, ils révèlent l'évolution du récit judiciaire sur la collaboration locale pendant l'Holocauste dans les années 1960, tout en soulignant l'intense circulation de l'information au sein du bloc de l'Est (de nombreux procès portaient sur des crimes commis dans des territoires aujourd'hui situés en URSS) et parfois aussi avec l'Ouest. Mon article se concentrera sur un procès spécifique, qui a impliqué la participation directe de survivants juifs qui ont pris l'initiative de venir témoigner en personne ou par le biais de lettres provenant des États-Unis ou d'Israël, contre le chef de la police locale de Braslaw, une ville frontalière de la Biélorussie soviétique d'après-guerre. Ce procès inhabituel et non médiatique, qui s'est terminé après la campagne antisémite de 1968, met en lumière l'action des victimes, leurs liens transnationaux, mais aussi les débats politiques internes sur la manière d'intégrer l'histoire de la collaboration locale dans le récit officiel de la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Samuel Tenenblatt: « Fun gerikhtz-zal: tsi bloyz a misfarshtendenish? » [En direct du prétoire : fu (...)

« Après plus de 20 ans, il est impossible de se fier à la mémoire humaine. Mais il est également impossible d’oublier ces jours, remplis de cauchemars ! Qui la cour croira-t-elle ? Toutes les circonstances doivent être examinées1. »

1Cette citation provient du journal yiddish polonais Fołks-Sztyme qui le 20 novembre 1963 consacrait une page entière à un procès qui se déroulait à Olsztyn, au nord-est de la Pologne. L’accusé était l’ancien responsable des forces de police locales (Schutzpolizei), établies à l’été 1941 dans la localité de Brasław, après que cette région des confins orientaux de la Pologne fut passée de l’occupation soviétique à celle des Allemands. Durant son procès, ce dernier fut confronté à des rescapés juifs qui témoignèrent contre lui, en personne ou par lettres interposées, envoyés depuis les lieux où ils avaient émigré après la guerre – les États-Unis et Israël.

  • 2 Une version antérieure de cet article a été présentée lors du colloque international du Fritz Bauer (...)

2L’objectif de cet article est de présenter ce procès, à la couverture médiatique inversement proportionnelle aux circonstances qui auraient dû interpeler les médias. En premier lieu, il fait partie des quelques centaines de procès immédiatement postérieurs à l’amnistie de 1956 qui devait stopper les procédures contre la plupart des criminels de guerre. Deuxièmement, ce procès s’étend sur plusieurs années jusqu’à l’acquittement final de l’accusé en 1970. Enfin, cette affaire implique des circulations transnationales relatives aux preuves, aux savoirs et aux témoins entre Pologne, l’Union Soviétique et l’Ouest, en pleine Guerre froide2.

  • 3 Après l’ouvrage pionnier de Jan T. Gross, Les Voisins : 10 juillet 1941, un massacre de Juifs en Po (...)
  • 4 Sur l’usage des enquêtes de la Commission générale d’enquête sur les crimes hitlériens en Pologne c (...)
  • 5 Pour une discussion critique sur l’antisémitisme en lien avec la Shoah en Europe orientale, voir Ra (...)

3Les historiens de la Shoah ont profondément renouvelé l’historiographie des relations polono-juives durant la Seconde Guerre mondiale, en partie grâce à l’examen critique des procès de l’immédiat après-guerre, intentés contre les criminels de guerre, allemands ou polonais, devant les cours de la Pologne populaire, en vertu du décret du 31 août 19443. Il ne s’agit pas ici d’examiner ces procès comme un moyen d’accéder à l’histoire de la Shoah ou de la collaboration dans la persécution des Juifs dans une bourgade polonaise frontalière, Brasław, située après la guerre en Biélorussie soviétique4. L’intention n’est pas non plus, à partir d’un cas unique, d’évaluer le rôle de l’antisémitisme dans les motivations pour participer au génocide des Juifs5. Je souhaite plutôt montrer les mécanismes à l’œuvre dans ce procès tardif et l’envisager comme un fait social. Pourquoi eut-il lieu à ce moment-là ? Quel fut son retentissement médiatique et quelles hypothèses peut-on émettre sur sa fonction ? Enfin, quelles représentations sont forgées de la guerre, de ses crimes et de leurs auteurs ?

  • 6 Pour une synthèse récente sur les procès contre les criminels de guerre nazis en Pologne, voir Gabr (...)
  • 7 Pour une histoire de la GKBZN/H, voir Łukasz Jasiński, Sprawiedliwość i polityka. Działalność Główn (...)

4L’historiographie existante a déjà largement décrit les procédés par lesquels les criminels de guerre furent jugés en Pologne après 19456. Les procès jugés d’après le décret d’août se trouvent dans les archives de la Główna Komisja Badania Zbrodni Niemieckich w Polsce (GKBZN - Commission générale d’enquête sur les crimes allemands en Pologne), rebaptisée en 1949 Główna Komisja Badania Zbrodni Hitlerowskich w Polsce (GKBZH, Commission générale d’enquête sur les crimes hitlériens en Pologne). Cette institution avait été établie en mars 1945 pour rassembler les preuves des crimes allemands sur le territoire polonais en vue de les poursuivre en justice7. La collection se trouve à l’Institut de la Mémoire nationale – Commission pour la poursuite des crimes commis contre la nation polonaise (IPN - Instytut Pamięci Narodowej –Komisji Ścigania Zbrodni przeciwko Narodowi Polskiemu) à Varsovie, et constitue la source principale de ma recherche. Chaque cas contient généralement le dossier d’enquête et celui du procès, avec retranscription des minutes de celui-ci. Ce sont des milliers de pages de dénonciations, entretiens avec les suspects, les témoins, actes d’accusation, verdicts, appels, pétitions en faveur de l’accusé, demandes de grâce ou de remise de peine. Ces dossiers donnent ainsi un éclairage sur le fonctionnement des cours de justice polonaises chargées d’examiner le cas des criminels de guerre. Pour le procès dont il a été question ici, ils ont été complétés par d’autres sources. Une étude de la presse locale, régionale et nationale a été menée afin d’évaluer l’ampleur de la médiatisation du procès. Plus précisément, ont été consultés pour la période 1958-1970, le principal quotidien national officiel, Trybuna Ludu (La Tribune du peuple), mais aussi un autre quotidien d’envergure nationale mais plus populaire, Ekpress wieczorny (L’express du soir), un quotidien régional de la région de Poméranie où se déroule en partie le procès, Dziennik Bałtycki (Le quotidien de la Baltique) et enfin le quotidien de la cellule local du parti communiste, Głos Olsztyński (La Voix d’Olsztyn).

  • 8 Łukasz Jasiński, « Incoherent narrative-polish press coverage of war crimes trials during 1960’s in (...)

5Il faut savoir que les procès intentés aux collaborateurs des nazis ne faisaient pas l’objet d’une forte médiatisation en règle générale, surtout par comparaison avec la médiatisation des affaires judiciaires se déroulant hors de Pologne, et notamment en RFA. Une étude systématique de Trybuna Ludu à partir duquel on retrouve la plupart du temps les mêmes dépêches de l’agence polonaise de presse (PAP) reproduites dans les journaux régionaux et locaux, menée pour la période 1958-1970, a montré que les collaborateurs locaux avaient au mieux, et pas du tout systématiquement, quelques lignes dans la rubrique « chronique judiciaire », annonçant généralement le verdict de condamnation. En cas de relaxe ou d’acquittement, aucune mention n’était relevée dans la presse nationale. La presse locale n’a pas été intégralement dépouillée pour tous les procès de collaborateurs, mais il semblerait bien que celle-ci n’a guère été plus disserte. Une étude menée par Łukasz Jasiński sur Dziennik Bałtycki pour la même période comprise entre 1958 et 1970 a montré qu’aucun des sept procès de collaborateurs tenus dans la région n’était mentionné et que seules quelques dépêches de la PAP concernant de procès de collaborateurs dans d’autres localités polonaises sont parfois publiées8.

  • 9 Livre du souvenir accessible en ligne à Dorot Jewish Division, The New York Public Library: Braslaŭ (...)

6Le choix d’étudier ce procès en particulier relève donc non d’une faible médiatisation, qui était plutôt la règle, mais plutôt de la possibilité de croiser les informations relatives au procès avec d’autres sources, ce qui est très rarement le cas. Ainsi, le livre du Souvenir (Yizkor bukh) dédié à la ville de Brasław et publié en Israël en 1986 constitue une source extrêmement précieuse puisqu’il contient les écrits de plusieurs rescapés de la ville, qui prirent part au procès de leur bourreau. Dans ces témoignages tardifs, les survivants partagent non seulement leur expérience de la guerre, mais également leur ressenti sur le procès lui-même 9. Ce procès est donc atypique au sens où il s’agit de l’un des rares où plusieurs rescapés juifs vivant encore en Pologne dans les années 1960 s’expriment. Plus étonnant encore, ce sont deux femmes juives survivantes – qui témoignent aussi dans ce Livre du Souvenir des années 1980 – qui sont à l’origine de la procédure.

7La deuxième raison du choix de ce procès réside dans sa dimension transnationale, avec l’implication de l’URSS, mais aussi de témoins vivant aux États-Unis et en Israël, dont la parole fut prise en compte en dépit de leur provenance. Enfin, ce procès a été choisi comme objet d’étude car il a eu une certaine répercussion médiatique, ce qui était très rare quand il s’agissait de citoyens polonais jugés, à l’inverse des procès de criminels nazis, très médiatisés, y compris jusqu’au dernier d’entre eux, celui d’Eric Koch en 1958.

8Avant de se concentrer sur cette étude de cas, il convient de rappeler les modalités de la justice polonaise à l’égard des criminels de guerre et son évolution entre 1944 et la fin des années 1950 (I). Ceci nous permettra de comprendre dans quel contexte s’inscrivent les procès que j’étudie, qui se prolongent ou s’initient dans les années 1960 (II). Nous verrons ensuite en quoi ce procès est à la fois spécifique et représentatif, au plan de sa médiatisation comme au plan mémoriel (III).

La justice polonaise et les criminels de guerre : législation, instances et temporalités

  • 10 Arieh J. Kochavi, Prelude to Nuremberg. Allied War Crimes Policy and the Question of Punishment, Ch (...)
  • 11 Leszek Gondek, Polska karząca 1939–1945. Polski podziemny wymiar sprawiedliwości y okresie okupacji (...)

9Les discussions sur la nécessité de devoir punir les crimes commis sous l’occupation nazie commencèrent dès avant la fin de la guerre, et la déclaration alliée de Saint James à Londres du 13 janvier 1942, par laquelle les représentants de neuf pays occupés par l’Allemagne nazie s’accordèrent sur les modalités de la justice à l’encontre des criminels de guerre, doit beaucoup à une initiative du gouvernement polonais en exil10. Les collaborateurs avec l’occupant devaient également être châtiés. Du reste, l’État polonais clandestin (Polskie Państwo Podziemne) assigna en justice pendant la guerre environ 5000 personnes pour faits de collaboration avec l’ennemi au sein de ses cours civiles et militaires11.

  • 12 En polonais, dekret PKWN z dnia 31 sierpnia 1944 o wymiarze kary dla faszystowskio-hitlerowskich zb (...)

10Le principal outil permettant la poursuite des crimes de guerre en Pologne était donc le décret du 31 août 1944, intitulé « Des peines encourues par les criminels fascisto-hitlériens coupables de meurtres et mauvais traitements envers des civils et des prisonniers de guerre ainsi que de traîtrise envers la nation12 ». L’article premier du décret énonçait que « quiconque qui, assistant les autorités allemandes d’occupation (a) a pris ou prendra part dans le meurtre de civils ou prisonniers de guerre, dans leur mauvais traitement ou persécution [ou] b) agit ou a agi au détriment d’individus poursuivis ou recherchés par les autorités allemandes d’occupation pour quelque raison que ce soit (à l’exception d’être poursuivi pour crime de droit commun) en dénonçant, capturant ou déportant ceux-ci, est passible de la peine de mort ». L’article 2 punissait de prison à perpétuité les maître-chanteurs. L’article 3 rejetait comme circonstance atténuante le fait d’avoir suivi les ordres d’un supérieur.

  • 13 Gabriel N.Finder, Alexander V. Prusin, op. cit., p. 248-251.
  • 14 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 7-8.

11Le décret était rétroactif à compter du 1er septembre 1939 et était formulé de matière à fournir toute latitude d’action pour poursuivre de larges secteurs de la société. De fait, dans les années suivant sa promulgation, ce décret fut utilisé pour réprimer des milliers d’opposants politiques réels ou supposés. Pour autant, en ce qui concerne les criminels nazis, les procédures initiées en Pologne communiste ont été étudiées récemment par les historiens qui les qualifient de constantes et équitables, y compris dans les cas où les inculpés étaient accusés de crimes commis contre des Juifs13. On ne sait cependant pas grand-chose encore des procès intentés à ceux qui n’étaient pas allemands, or ils représentent tout de même les deux tiers des condamnés entre 1944 et 196014.

  • 15 Paweł Machcewicz, Andrzej Paczkowski, Wina, kara, polityka. Rozliczenia ze zbrodniami II wojny świa (...)
  • 16 Pour les estimations les plus basses (30 et 40% d’acquittements), voir Andrzej Pasek, Przestępstwa (...)
  • 17 Elżbieta Kobierska-Motas, Ekstradycja przestępców wojennych do Polski z czterech stref okupacyjnych (...)
  • 18 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 274-279.

12À ce jour, il n’existe pas de comptage définitif du nombre de cas examinés par le ministère public, ni du nombre d’actes d’accusation édictés. Les estimations s’échelonnent entre 18 000 et 21 000 verdicts de culpabilité pour la période comprise entre 1944 et 1988. Si l’on estime à un tiers le nombre d’inculpés allemands ou Volksdeutsche, on peut considérer qu’entre 13 500 et 16 500 inculpés furent des collaborateurs locaux non-allemands15. Les chercheurs qui ont étudié ces procès insistent tous sur le pourcentage élevé des acquittements, compris entre 30 à 45 % des 32 000 procès engagés16. Toutefois, les procureurs ont mené bien davantage d’enquêtes, qui furent finalement classées sans suite. Au total, on estime qu’entre 80 et 100 000 personnes ont pu être concernées par une enquête en Pologne depuis la fin de la guerre17. Toutefois, d’après Andrew Kornbluth, seules 1 835 peines de mort furent prononcées entre 1944 et 1956, dont seulement la moitié furent effectivement exécutées. Cela peut sembler peu, mais les chiffres sont assez comparables dans les autres pays européens. En Belgique par exemple, seulement 2 % des accusations de collaboration ont conduit à un procès et un sixième des condamnations à morts furent exécutées, tandis qu’au Danemark, le ratio fut de 40 sur les 154 condamnations à mort, alors même que les plaintes ont visé pas moins18.

  • 19 Ibid., p. 227.
  • 20 Ustawa z dnia 22 listopada 1952r. o amnestii [Loi du 22 novembre 1952 sur l’amnistie], consultable (...)
  • 21 Ibid., p. 240 ; Leszek Kubicki, Zbrodnie wojenne w świetle prawa polskiego [Les crimes de guerre d' (...)

13Un examen plus attentif de la chronologie des verdicts indique qu’après une phase où ces derniers étaient relativement sévères, avec près d’un cinquième d’entre eux réclamant la peine capitale, ils devinrent plus cléments dès 194719. Le nombre de procès déclina aussi rapidement après 1949. Un changement intervint dans le système judiciaire, avec le transfert de la gestion des crimes jugés d’après les décrets d’août depuis les cours de district vers les cours régionales (sądy wojewódzkie). Le nombre de cas entendus ne cessa par la suite de décroître. Une plus grande clémence fut du reste encouragée dès 1951 et prônée officiellement l’année suivante, avec la première amnistie relative aux crimes commis d’après les décrets d’août, ceci dans le cadre plus général de l’amnistie promulguée en 1952 lors l’entrée en vigueur de la nouvelle constitution du pays20, s’accompagnant d’un pardon partiel pour des peines ayant été prononcées au sortir de la guerre par une justice encore provisoire et à présent considérée comme expéditive au regard des nouvelles institutions mises en place avec cette constitution. Dans ce contexte, tous les individus qui avaient été condamnés d’après les articles 2 et 3 (la dénonciation) du décret voient leurs peines effacées. En outre, les peines de mort et de prison à perpétuité pouvaient être commuées en peine de quinze et douze ans respectivement, et toutes les peines supérieures à trois ans pouvaient être réduites d’un tiers21. Cette première amnistie ne fit qu’accélérer la décrue du nombre de procès et de verdicts de culpabilité rendus, tandis qu’un nombre significatif de condamnés put sortir de prison.

  • 22 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 260-261.
  • 23 Au sujet des amnisties en Europe, voir Paweł Machcewicz, Andrzej Paczkowski, op. cit., p. 593-596. (...)

14L'amnistie du 27 avril 1956 est souvent considérée comme marquant la fin de la poursuite des criminels de guerre en Pologne. C’est aussi avec cette amnistie que se terminent pratiquement toutes les études historiques sur les procès contre ces criminels de guerre. Elle est promulguée quelques semaines seulement après le rapport critique de Nikita Khrouchtchev lors du XXe Congrès du PCUS à Moscou et le décès consécutif opportun du dirigeant stalinien de la Pologne, Bolesław Bierut. Elle fait suite à un appel lancé le 12 avril par un groupe d’intellectuels pour la libération de prisonniers politiques injustement incarcéré par le régime, appel auquel répond favorablement le 23 avril le premier ministre Józef Cyrankiewicz en proposant un projet d’amnistie, qui va concerner près de 400 000 individus dont 6 000 détenus politiques. Cette amnistie plus complète relaxait toute personne ayant été condamnée à une peine inférieure ou égale à 5 ans et réduisait les peines plus lourdes. Seule exception, les accusés reconnus coupables de meurtre (article 1 du décret d’août). Par ailleurs, à compter de cette date, les seules investigations pouvant être menées en vertu des décrets d’août devaient concerner une participation directe au crime22. Cette amnistie constitua le versant légal de ce qu’on a appelé le Dégel en URSS et Europe centrale, à savoir la déstalinisation qui s’opéra simultanément dans les pays voisins tels que la Roumanie, la Tchécoslovaquie, la RDA et la Hongrie au milieu des années 1950. Son origine vient certainement de l’Union soviétique qui promulgua une amnistie générale en septembre 1955, se traduisant par la libération de plus de 70 000 détenus, parmi lesquels 12 000 étrangers condamnés pour crimes de guerre et rapatriés dans leurs pays d’origine23.

L’intérêt des procès postérieurs à 1956

  • 24 Leszek Kubicki, op. cit., p. 182.
  • 25 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 261-265.

15L’amnistie de 1956 précipita assurément un processus en cours, conduisant à une nette diminution des procédures contre les criminels de guerre, qui furent nombreux à être libérés. Sur les plus de 20 000 condamnés depuis 1944, seuls 1 532 étaient encore en prison au 1er janvier 195624. Le nombre de procès et de condamnations chuta drastiquement après l’amnistie. Alors qu’en 1955, il y avait eu 247 condamnations, comptant pour 4,5 % des cas jugés au niveau régional, Andrew Kornbluth n’a identifié que 20, 13 et 7 condamnations respectivement pour les années 1958, 1959 and 1960 25.

  • 26 Gabriel N. Finder, Alexander V. Prusin, op. cit., p. 227-243.

16Le maintien de l’article premier du décret d’août, exposant les présumés coupables à la peine capitale, était surtout une mesure symbolique visant à rappeler, essentiellement aux Occidentaux, que la Pologne était toujours résolue à poursuivre les criminels de guerre. Le dernier et plus médiatique procès contre un criminel de guerre nazi qui se tint en Pologne communiste fut celui d’Erich Koch en 1958. L’ancien Gauleiter puis Oberpräsident de la Prusse orientale, Gouverneur du district de Białystok et Reichskommissar d’Ukraine avait été extradé en 1950 mais l’enquête prit des années et il ne fut inculpé qu’en 1955. Son procès fut repoussé à plusieurs reprises à cause de son état de santé. Après sept mois de procès, il fut condamné à mort, en vertu de l’article premier, mais l’exécution de la peine fut prorogée indéfiniment à nouveau du fait de sa santé fragile. Koch finit par mourir paisiblement en prison en 1986, à l’âge de 90 ans26.

17Au-delà de ce procès à forte dimension symbolique par son verdict, condamnant Koch pour crimes contre l’humanité et soulignant le fait que l’extermination des Juifs était une partie décisive d’une volonté nazie plus générale d’annihiler la nation polonaise toute entière, il semble important de lister et d’examiner les autres enquêtes et procédures menées après l’amnistie de 1956. D’une part, celles-ci concernent les crimes les plus graves, qui étaient les seuls à pouvoir être jugés après cette date, d’autre part, même si leur nombre est très réduit, ces procès interrogent les motivations à l’œuvre au sein du système judicaire, mais également celles des plaignants et les lignes de défense adoptées par les accusés.

18Comment comptabiliser les procès tenus en Pologne après 1956 contre les collaborateurs polonais ? Les archives des procès se trouvent dans chacune des 17 cours régionales, organisées dans le catalogue de la collection de la GKBZH pour la période 1950-1969, les bornes correspondant aux réformes judiciaires des attributions de ces cours. Cependant, de nombreuses enquêtes avaient commencé avant 1950 ou s’étaient terminées après 1969. Chaque cour régionale contient les dossiers d’une dizaine à plusieurs centaines d’affaires, pour un total de 3 055. Les archives de Chaque procès sont constituées d’un à plus d’une centaine de dossiers pour ceux qui durèrent plusieurs années. Afin de pouvoir comparer avec les statistiques établies pour les périodes précédentes par d’autres chercheurs, le choix a été fait de ne prendre en considération que les procès impliquant des crimes commis contre des Juifs et tenus après l’amnistie de 1956. Cette sélection est possible grâce à la notice figurant en résumé de chaque cote, décrivant en quelques mots son contenu.

19Cette exploration préliminaire a conduit à un total de 173 procès – pour la période postérieure à 1956 – dans lesquels l’un des chefs d’accusation était la participation directe au meurtre de Juifs, ce qui correspond à environ 13 % de l’ensemble des procès conduits après 1956 d’après les décrets d’août. Notons enfin que le nombre d’inculpés est supérieur à 173 puisqu’un même procès pouvait être conduit à l’encontre d’un groupe d’inculpés – allant jusqu’à une dizaine parfois.

Crimes des confins, procès dans les territoires recouvrés, dimension transnationale

20Un examen attentif de ces procès tardifs révèle au moins deux différences majeures entre ces derniers et ceux de la période précédente. La première spécificité réside dans le fait que ces procès se sont très largement tenus dans les anciens territoires allemands avant 1945, ce qui n’était pas le cas auparavant. Ainsi, les sept régions judiciaires correspondant à ces territoires (Gdańsk, Koszalin, Olsztyn, Opole, Szczecin, Zielona Góra, Wrocław) comptabilisent 168 dossiers sur les 382, soit 44 %, alors que ces régions ne représentent que le tiers de la taille du pays. Inversement, les régions de Pologne centrale, comme Cracovie, Łódź, Rzeszów, Przymyśł, qui abritèrent la plupart des procès de l’immédiat après-guerre, ne comptent plus que quelques procès après 1956 – aucun à Cracovie, un seul à Łódź, et trois pour chacune des autres régions.

  • 27 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, Sądy wojewódzkie, IPN GK 301-321. Dossier IPN Gd (...)
  • 28 Sur cette question, voir notamment Jerzy Kochanowski, « Gathering Poles into Poland. Forced Migrati (...)
  • 29 Hana Shlomi, « The Reception and Settlement of Jewish repatriates from the Soviet Union in Lower Si (...)

21Pourquoi un tel écart ? La géographie des enquêtes d’une part, la localisation du procès d’autre part, dépendait de plusieurs facteurs : le lieu où l’accusé vivait ou avait été arrêté, le lieu où le crime avait été constaté (par dépôt de plainte ou présence d’un autre procès), le lieu où la plupart des témoins habitaient et enfin le lieu où le crime avait été commis. Ainsi, pour le cas étudié, la plainte fut déposée à Wałbrzych, en Basse-Silésie, par deux rescapées juives, auprès de la police locale. Cependant, l’enquête fut menée dans le district de Koszalin, au nord de la Pologne car il s’agissait du lieu où le crime avait été pour la première fois découvert, à l’occasion d’un précédent procès qui s’y était tenu en 1961. Le suspect fut appréhendé chez lui à Gdańsk, mais le procès fut transféré de la cour de Koszalin à celle d’Olsztyn, situé à plus de 300 km à l’est, en Warmie-Mazurie, car « la majorité des témoins y réside et les coûts de transport pour les autres témoins sont moindres27 », expliqua la décision de la Cour suprême (Sąd Najwyższy) de Varsovie le 31 août 1963. La raison pour laquelle témoins et accusés vivaient surtout dans les nouveaux territoires polonais était qu’ils étaient originaires de Brasław, dans les confins orientaux de la Pologne, incorporés à l’URSS après 1945. À la suite de ces changements de frontières, un accord de rapatriement avait été conclu entre les deux pays, permettant l’installation d’environ cinq millions de Polonais des confins perdus sur ces nouveaux territoires entre 1945 et 195028. Dans ces territoires appelés « recouvrés » (odzyskane) par les Polonais, les rapatriés des anciens confins constituaient jusqu’au quart de la population. Enfin, rappelons que les rescapés juifs polonais de la Shoah, qui avaient pour l’essentiel survécu à la guerre sur le territoire de l’URSS, furent majoritairement rapatriés vers ces territoires, surtout en Basse Silésie29.

22La deuxième différence entre ces procès tardifs et ceux qui les ont précédés est donc qu’ils concernaient surtout des crimes commis dans ces anciens confins, qui n’étaient plus situés en Pologne après 1945. C’est bien sûr le cas de tous les procès tenus dans les sept cours régionales situées dans les territoires dits recouvrés. Mais c’est aussi vrai pour les procès tenus ailleurs en Pologne. Ainsi dans la cour de Białystok, où se déroula, après 1956, le plus grand nombre de procès selon les décrets d’août (45 cas), le quart des procédures concernaient des crimes commis dans les confins, de l’autre côté de la nouvelle frontière, en Biélorussie ou en Lituanie soviétiques.

  • 30 Sur la deuxième vague de rapatriement, voir Małgorzata Ruchniewicz, Repatriacja ludności polskiej z (...)

23Comment expliquer que ces crimes commis dans les confins furent davantage sous les feux de la rampe judiciaire après l’amnistie de 1956 ? Le Dégel en URSS est sans doute un premier élément d’explication. Celui-ci eut pour conséquence une seconde vague de rapatriement concernant environ 250 000 citoyens polonais depuis l’URSS vers la Pologne entre 1955 et 1959, la plupart d’entre eux originaires des confins et la plupart s’installant dans les territoires « recouvrés »30. Il n’est pas impossible que parmi ces rapatriés, certains aient échappé à la justice soviétique ou bénéficié de l’amnistie de 1955. Notons par ailleurs qu’au sein de ces rapatriés, se trouvaient quelque 18 000 survivants juifs polonais, dont certains étaient par la suite susceptibles de reconnaître en Pologne leurs anciens bourreaux. Ce fut le cas d’Anna Zeligman, une rapatriée juive de Vilnius en 1958, qui reconnut le chef de la police juive de Brasław quelques années plus tard et décida de porter plainte contre lui.

  • 31 Les travaux d’Emilia Koustova sur les procès des criminels de guerre en Lituanie soviétique confirm (...)
  • 32 Sur la deuxième vague de procès en URSS, voir Alexander Prusin, « The ‘Second Wave’ of Soviet Justi (...)

24Un autre élément explicatif est peut-être à chercher dans une résurgence des procès contre les criminels de guerre en URSS, en particulier dans ses républiques occidentales31, dans un geste visant à la fois à souligner le contraste avec la supposée désinvolture ouest-allemande en contexte de culture judiciaire de Guerre froide mais aussi avec des considérations de politique intérieure soviétique de maintien de l’ordre vis-à-vis en particulier des citoyens des républiques baltes et ukrainienne32. En effet, un nombre significatif de ces procès furent initiés sur demande des autorités soviétiques, qui informaient leurs homologues polonais de la présence en Pologne d’un criminel présumé : ils envoyaient des interrogatoires de témoins identifiant le suspect ou expliquaient que ce dernier se cachait sous une fausse identité.

  • 33 En 1963, à Coblence l’ancien officier SS Georg Heuser, responsable pendant la guerre du département (...)
  • 34 Łukasz Jasiński, Sprawiedliwość i polityka…, op. cit., p. 171-232.
  • 35 Ustawa z dnia 22 kwietnia 1964 r. w sprawie wstrzymania biegu przedawnienia w stosunku do sprawców (...)
  • 36 Sur le rôle des États socialistes, Pologne en particulier, dans l’établissement de la Convention de (...)

25Un dernier facteur permettant de comprendre pourquoi le milieu des années soixante vit une légère reprise de l’activité judiciaire relative à la poursuite des criminelles de guerre se situe au niveau du contexte international. Le procès Eichmann de 1961 en Israël, suivi des procès de Coblence et de Francfort-sur-le-Main entre 1962 et 1965 en RFA et des procès Oberländer (1960) et Globke (1963)33, par contumace, en RDA – pour ne citer que les plus médiatisés contre des criminels nazis – relancèrent l’activité de la Commission polonaise d’enquête et sa coopération avec le Service central d'enquêtes sur les crimes nationaux-socialistes crée en 1958 à Ludwigsburg en RFA. En effet, après des débuts difficiles, plus de 31 000 pages de témoignages et 120 000 pages de microfilms furent transférés à la RFA entre 1965 et 197934. Enfin, les années soixante virent se développer des discussions à l’échelle internationale sur la question de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité, dont la prescription, initialement de vingt ans, risquait de compromettre les procédures judiciaires après 1964. Cela pourrait expliquer l’empressement du système judiciaire polonais pour commencer des enquêtes avant la date de prescription. Finalement, en 1964, la Pologne vota l’imprescriptibilité pour l’article premier du décret d’août35 et milita dans l’arène internationale pour faire voter la convention de l’ONU de 1968 adoptant l’imprescriptibilité des crimes de guerre et crimes contre l’humanité36.

  • 37 Pour un aperçu général de la spécificité de ces territoires des confins, voir notamment Omer Bartov (...)

26Ces procès tardifs, même s’ils sont très peu nombreux, méritent donc d’être étudiés car ils concernent les crimes les plus graves – le meurtre ; ils impliquent des collaborateurs locaux, citoyens polonais après la guerre, qui n’avaient pas été encore retrouvés ou étaient parvenus à échapper à la justice et surtout, moins connus du grand public ; ils concernent des crimes souvent commis dans les confins orientaux, où des formes spécifiques de violences se sont exercées37 ; enfin parce qu’ils ont une dimension de coopération internationale souvent importante et parfois même au-delà du Rideau de fer, dans un contexte de réactivation judiciaire tant à l’ouest qu’à l’est de l’Europe.

L’affaire Jasiński : un procès ordinaire dans son exceptionnalité

Les faits

  • 38 Le paragraphe qui suit s’appuie essentiellement sur Monika Tomkiewicz et Martin Dean, « Brasław », (...)

27La petite ville de Brasław, située dans la voïvodie de Wilno, à 200 km au nord-nord-ouest de Minsk, comptait environ 3 000 Juifs sur 5 000 habitants à la veille de la Seconde Guerre mondiale38. Après deux ans d’occupation soviétique à partir de septembre 1939, l’armée allemande entra dans la ville le 26 juin 1941. Quelques jours plus tard, le commandant local allemand (Ortskommandant) forma une brigade de maintien de l’ordre (Schutzmannschaft) avec des volontaires locaux au sein de la population polonaise et biélorusse. La population juive fut immédiatement astreinte au travail forcé, notamment près de la gare, sous surveillance de cette police locale. En septembre 1941, un Conseil juif (Judenrat) fut désigné. Le ghetto ne fut mis en place que plus tard, le 1er avril 1942, dans la rue principale du village, où vivait déjà la majorité des Juifs. Le ghetto n’était pas formellement clos, mais bordé des deux lacs et de la colline du château avoisinant. Le 3 juin 1942 à l’aube, les gendarmes allemands et les forces de police locale encerclèrent le ghetto et raflèrent environ 2 000 Juifs ; un grand nombre d’entre eux furent tués durant l’opération. Les Juifs raflés furent emmenés vers des fosses communes voisines où ils furent tous fusillés. Un ghetto résiduel fut établi en septembre 1942 pour les survivants juifs du village voisin d’Opsa. En mars 1943, ces derniers se soulevèrent pour échapper à une autre rafle. Seuls 70 Juifs étaient vivants au sortir de la guerre, ayant réussi à gagner les détachements de partisans, ayant survécu dans les camps de travaux forcés ou encore cachés dans des familles non-juives, comme Anna Zeligman, le témoin principal du procès Jasiński. Quant à celui-ci, il s’était porté volontaire dans l’unité de police locale, avant d’en devenir le chef. Il était accusé d’avoir tué au moins sept Juifs entre l’automne 1941 et le 3 juin 1942, jour de la liquidation du ghetto. Les autres charges pesant contre lui étaient des crimes commis contre des partisans soviétiques.

Agentivité juive et dimension transnationale

  • 39 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN GK 307/50-52 : Enquête et minutes des procès (...)

28L’enquête commença le 1er octobre 1962 avec les témoignages de deux rescapées juives, Anna Zeligman et Sima Zylberman, auprès de la police locale de Wałbrzych en Basse-Silésie, où elles vivaient toutes les deux depuis leur rapatriement de Vilnius (Lituanie soviétique) en 1958. Dans leur déposition, elles expliquèrent qu’elles étaient présentes le 3 septembre 1961 au procès à Koszalin contre un policier polonais, Czesław Kozłowski. Stanisław Jasiński y était alors appelé comme simple témoin en faveur de son collègue, qui finit par être acquitté des charges de meurtres durant la liquidation du ghetto, mais inculpé pour d’autres crimes, contre des partisans soviétiques et contre des civils. Les deux femmes reconnurent Jasiński comme chef de la police locale de Brasław et décidèrent de porter plainte contre lui39.

29Ces deux dépositions conduisirent à l’audition de 19 témoins de toute la Pologne et même au-delà. En effet, des témoignages écrits en provenance d’URSS furent envoyés aux juges, après que les autorités judiciaires de la République socialiste soviétique de Biélorussie eurent mené des entretiens avec des témoins – vivant toujours à Brasław, à présent en URSS. Cela atteste de la coopération judiciaire entre les deux pays, souvent à l’œuvre dans les procédures de cette période. On voit aussi que les dépositions déjà collectées en URSS pour le procès de Kozłowski sont ré-utilisées lorsqu’elles mentionnent le nom de Jasiński. Dans ce contexte, les témoignages de deux rescapés juifs, Chaim Kagan and David Aronowicz, entendus par un procureur de Vitebsk en juillet 1961, sont très intéressants en ce qu’ils révèlent une véritable recherche de preuves, y compris en allant interroger les rares témoins juifs encore en vie.

30Quelques mois plus tard, en juillet 1963, Jasiński fut arrêté puis inculpé. Son procès commença en octobre à Olsztyn, plus proche du lieu où vivent la plupart des témoins, à l’exception notable des trois témoins juifs, qui eux devaient venir de Basse Silésie ou de Łódź – lieu de résidence de Michał Winogrodzki, le frère de Sima Zylberman, également témoin. Cela ne les empêcha pas d’être extrêmement actifs dans ce procès. Ainsi, Anna Zeligman écrit à ses amis vivant hors du pays afin de les inciter à témoigner, ce qu’ils firent. Le 21 avril 1963, déposa ainsi depuis un kibboutz de Ber Sheva en Israël, mais très officiellement devant un fonctionnaire polonais de la Commission d’enquête des crimes hitlériens envoyé à cet effet, Yerachmiel Milutin, qui avait vu de ses propres yeux Jasiński tuer sa femme et sa fille. Milutin expliqua qu’il a été informé de l’affaire par « son amie de Wałbrzych, Sima Zylberman ». Puis, le 4 septembre 1963, le procureur polonais reçut deux lettres postées de New York, rédigées par Luba Gamush/Schmidt née Byk, dont le premier mari et la fille ont aussi été tués ; le second mari de Luba témoigne lui aussi. D’autres témoignages vont suivre, enregistrés auprès de l’ambassade polonaise de Washington. Michał Winogrodzki de son côté se rendit même en URSS dans la région de Brasław en 1964 afin de trouver de lui-même d’autres témoignages et preuves pour inculper son bourreau. Ces initiatives sont très révélatrices de l’agentivité des rescapés juifs et des liens qui se sont maintenus entre eux par-delà la Shoah, la Guerre froide et les difficultés que l’on imagine pour communiquer entre Pologne, Israël et États-Unis.

Une faible résonnance médiatique en Pologne ?

31Le procès s’ouvrit le 21 octobre 1963. Il est public, la presse est là également, notamment le correspondant du journal yiddish Folks-Sztyme, déjà évoqué, Samuel Tenenblatt : « Dans le couloir qui mène à la salle 238, une dizaine de personnes discutent. Ils se rappellent les temps anciens, il y plusieurs dizaines d’années, lorsqu’ils se rencontraient quotidiennement. Toutes ces personnes viennent de la même ville ». Le prétoire sert donc de lieu de rencontre et d’expression d’une mémoire locale et collective, vingt ans après les faits.

  • 40 « Były komandant Schutzpolizei z Brasławia przed sądem w Olsztynie « [Un ancien commandant de la Sc (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 « Na ławie oskarżonych » [Sur le banc des accusés], Głos Olsztyński, 15.10.1963, p. 5.

32La presse nationale a peu parlé du procès. Par exemple, aucun article n’a été trouvé dans le quotidien du parti, Trybuna Ludu. Mais le quotidien Express Wieczorny publia un bref article sur une colonne mentionnant le procès le jour suivant son ouverture. Il écrivait explicitement que l’inculpé était accusé d’avoir « pris part à l’action sanguinaire de juin, qui eut lieu à Brasław en 1942 et au cours de laquelle 4 000 personnes (sic) furent assassinées40 ». S’il n’était fait aucune mention de l’identité juive des victimes, procédé typique en Pologne dans ces années-là, le texte qui suivait était très clair pour le lecteur, du fait de la consonance juive du nom du plaignant à dessein nommé : « Durant l’enquête, Rachmiel Milutin a déposé un témoignage choquant sur la manière dont l’accusé Jasiński avait tué sa femme et sa fille41 ». Des informations identiques, dans une même formulation, se retrouvèrent dans le journal local Głos Olsztyński (La voix d’Olsztyn) quelques jours avant le début du procès42.

  • 43 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, Lettre de W. S. à la police local (...)

33Si ces mentions furent peu nombreuses, y compris dans la presse locale, elles jouèrent néanmoins un rôle non négligeable puisqu’au moins deux lettres furent envoyées aux enquêteurs à la suite des articles parus dans la presse, pour témoigner à charge contre l’accusé. Il s’avéra par la suite que les auteurs de ces lettres confondaient l’accusé avec une autre personne et qu’ils l’accusaient surtout d’avoir tué des familles non juives. Par ailleurs, ces lettres en profitaient pour dénoncer d’autres voisins de Brasław, comme celle-ci : « nous savons comment ils ont tué les gens, tant de Juifs, des Russes, ils ont frappé des innocents – nous voulons parler de notre voisin43… ». Cette même lettre se terminait par ces mots : « Nous ne voulons pas que la Pologne nourrisse des meurtriers », très typique d’une phraséologie de la presse communiste des années soixante à l’encontre de la RFA et des ex-nazis qu’elle était supposée protéger.

34Toutefois, après cette première évocation du procès et les quelques réactions qu’elle suscita auprès des lecteurs, aucune autre mention n’a pu être trouvée dans les médias, ce qui pourrait signaler le peu d’intérêt suscité par l’affaire, sinon une certaine réticence à la publiciser. Le seul journal qui écrivit un article relativement long au sujet de procès et suivit celui-ci fut le journal yiddish déjà mentionné. Cela n’est guère surprenant dans la mesure où l’affaire concernait le meurtre de civils juifs et où l’une des témoins juives avait un mari travaillant pour la communauté juive de Wałbrzych.

Une série de procès, appels et acquittements. L’évolution des récits sur le passé

35Après la première série d’audiences, le procès fut interrompu et l’enquête reprit pendant près d’une année, ceci afin de permettre à toutes les pièces en attente d’être recherchées et examinées. Il s’agissait alors de trouver des témoins pouvant invalider les « témoins juifs », tandis que ces derniers continuaient d’écrire à l’étranger à leurs connaissances pour étoffer leurs preuves.

  • 44 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/65, p. 261.

36Anna Zeligman de son côté, à l’issue de cette première audience, rédigea une longue déclaration destinée à la cour, dans laquelle elle tenta d’expliquer les raisons pour lesquelles tous les témoins non-juifs appelés à la barre couvraient l’accusé. Elle fit un retour à l’histoire, et rappela notamment « la situation tragique des Juifs de Brasław, où au moins 95% de la population locale était sans pitié, au contraire, notre peine était considérée comme méritée et un acte divin44 ». Elle cita également de nombreuses phrases prononcées contre les Juifs qu’elle avait pu entendre quand elle se cachait pendant la guerre. Ce qui est intéressant ici est le fait qu’elle put écrire cette lettre sans fard, comme si elle témoignait d’une réelle confiance en la justice polonaise et sa capacité à punir un coupable pour son antisémitisme meurtrier. On peut se demander si cette naïveté n’est pas à mettre en rapport avec sa méconnaissance d’un système qu’elle idéalise, venant juste d’arriver d’URSS.

  • 45 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, p. 194
  • 46 Id., p. 66.
  • 47 Ariel Machnes, Rina Klinov (dir.), op. cit., p. 133.

37Quoi qu’il en soit, sa lettre n’influença pas la cour, bien au contraire45. À la reprise d’audience en 1964, des témoins l’accablèrent, l’accusant même d’être une « espionne au service des nazis46 ». Dans ses mémoires postérieures publiées dans le livre du souvenir de Brasław, Anna Zeligman rapporta aussi qu’un témoin avait même tenté de la soudoyer en lui offrant « de l’or et des bijoux » afin qu’elle change sa déposition47.

  • 48 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, p. 205.
  • 49 Ibid.

38Après plusieurs reports, le procès reprit en novembre 1964 et l’accusé fut acquitté le 17 décembre. Étonnamment, la Cour suprême cassa le verdict le 22 septembre 1965. Parmi les raisons ayant présidé à cette décision figure le fait que la cour régionale avait rejeté les dépositions en provenance d’Israël sans fournir de raison valable, mais avait aussi rejeté sans justification convaincante les preuves venues d’URSS. En outre, la cour d’Olsztyn avait déclaré dans l’énoncé du verdict que « tous les témoignages à charge émanaient de témoins de nationalité juive48 », ce qui affaiblissait leur crédibilité. Or cette phrase fut jugée illégale par la Cour suprême car elle introduisait « une valeur distinctive du témoin selon des critères non valides et même contraires à la loi judiciaire de la République populaire de Pologne49 ».

39La Cour suprême fit dans cette affaire preuve d’une relative impartialité et ordonna un second procès. Celui-ci se tint entre novembre 1965 et juin 1966 car l’accusé avait des soucis de santé retardant sa comparution. À nouveau, le témoignage d’Anna Zeligman fut mis en cause, cette fois par l’irruption d’un nouveau témoin, entendue à huis clos. Cette femme accusait Zeligman d’avoir tenté de la tuer avec un couteau.

  • 50 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/68, Sentencja wyroku w imieniu Polski (...)

40Logiquement donc, ce deuxième procès donna lieu à nouveau à un acquittement le 8 juin 1966. Cette fois-ci pourtant, la cour d’Olsztyn avait bien pris soin de trouver des témoins non-juifs à charge contre l’accusé. Elle produisit notamment un écrit en provenance d’URSS, témoignage datant de 1945 et émanant de deux policiers biélorusses chargeant Jasiński, sans doute afin de se disculper eux-mêmes. Un vain effort puisque ces derniers avaient fini en prison. La cour régionale avança trois types d’arguments pour justifier l’acquittement. En premier lieu, elle donnait une d’une leçon de psychologie pour discréditer les témoins juifs en expliquant que sous l’effet de la peur, ces derniers auraient pu mal identifier l’accusé. Ensuite, la cour s’appuya sur de nouveaux témoignages trouvés entretemps, selon lesquels l’accusé aurait au contraire caché deux femmes juives pendant la guerre, ce qui de facto, selon la cour, ne pouvait faire de lui un meurtrier. Enfin, la cour mit en avant un nouvel élément apparu durant le procès, à savoir que l’accusé était en réalité un infiltré de la résistance polonaise de l’AK (Armia Krajowa – Armée de l’Intérieur). À ce titre, étant donné que les objectifs de cette formation étaient « opposés au fait de prendre part à des fusillades de civils quelle que soient leurs appartenances nationales50 », il était donc, pour la cour, impossible que Jasiński ait fait du mal aux Juifs. Du reste, terminait la cour, si tel avait été le cas, il aurait été immédiatement reconnu et condamné pour cela.

  • 51 Sur l’évolution des représentations autour de la résistance non-communiste en Pologne, voir notamme (...)
  • 52 Sur l’émergence du récit national concernant le sauvetage des Juifs pendant la guerre, voir Anat Pl (...)

41L’argumentaire de la cour régionale est donc très intéressant car il est révélateur de l’évolution des représentations de la résistance non-communiste à une période où les vétérans de l’AK avaient été progressivement réhabilités depuis 195651. On voit aussi surgir le motif de l’aide aux Juifs, qui émerge précisément dans les années 1960 – sans voir la complexité réelle de la situation, selon laquelle un sauveteur pouvait être aussi être en même temps un meurtrier52. Pourtant, le verdict ne semble pas avoir laissé de trace dans la presse écrite, même au niveau local. Cette réhabilitation de l’AK et ce motif de l’aide aux Juifs est donc, pour l’heure, cantonné dans des débats internes aux instances judiciaires et politiques du pays.

  • 53 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/68, Wyrok w imieniu Polskiej Rzeczypo (...)

42Malgré cet argumentaire implacable, la Cour suprême cassa à nouveau le verdict le 19 avril 1967, en rejetant un à un tous les arguments avancés par l’instance de niveau inférieur. En premier lieu, elle affirmait que la leçon de psychologie de la cour d’Olsztyn ne pouvait s’appliquer à des témoins nombreux qui connaissaient bien l’accusé et étaient bien capables de l’identifier. Deuxièmement, selon la Cour suprême, les témoignages venus d’URSS et à charge contre l’accusé avaient été trop rapidement évacués. Enfin, l’appartenance supposée de l’accusé à l’AK n’était pas un motif automatique pour disculper ce dernier53. Dans cet arrêté contradictoire, on voit bien la divergence d’interprétation des faits entre la cour locale et la Cour suprême. Il conviendrait cependant d’examiner d’autres procès pour savoir si le cas était courant ou non. On peut néanmoins rappeler que les magistrats de la juridiction de dernière instance étaient plus instruits et expérimentés que ceux de la cour inférieure, où depuis la réforme judiciaire de 1950, s’était opéré un profond renouvellement et un recrutement hâtif, où l’idéologie primait sur l’expérience juridique. On peut donc supposer que la Cour suprême donnait une leçon de droit et un avertissement à ses subordonnés et se présentait en garante des valeurs universelles et de l’état de droit, selon ses normes.

  • 54 IPN Gd 609/68, Postanowienie [Décision], 21.10.1967, p. 176-177.
  • 55 Sur la campagne antisémite de mars 1968, voir Anat Plocker, op.cit.
  • 56 Il s’agit de Roman Korab-Żebryk, un combattant de l’Union de la Lutte armée (Związek Walki Zbrojnej(...)

43Finalement, un troisième procès eut lieu. Il fallut transférer celui-ci à une autre cour car celle d’Olsztyn n’avait plus de magistrat qui n’avait pas déjà jugé l’affaire. Ce fut donc Gdańsk54. Cette nouvelle instruction s’efforça d’entendre à nouveau les témoins juifs vivant aux États-Unis, ce qui fut fait, mais avec un délai d’un an et demi pour la traduction et l’envoi des documents. La cour tenta également de localiser les deux ex-policiers biélorusses qui avaient témoigné contre Jasiński en 1945, mais il s’avéra que l’un d’entre eux était depuis décédé et il ne fut pas possible de retrouver la trace du second. Le procès s’ouvrit le 22 avril 1970. Mais entre-temps, les trois témoins juifs avaient quitté la Pologne, du fait de la campagne antisémite de 1968, qui conduisit au départ forcé de plus de 13 000 Juifs55. Pour la cour, cela signifiait que seules leurs dépositions précédentes pouvaient être lues, mais sans possibilité de débat contradictoire. En revanche, on convoqua un expert de l’institut historique de l’Académie polonaise des Sciences56. L’objectif de celui-ci était de démontrer que l’accusé pouvait avoir fait partie de la résistance locale et donc être un agent double dès 1941. Il est intéressant de constater la présence à la cour d’un historien de l’AK, une organisation naguère considérée comme fasciste par le régime. Plus généralement, l’arrivée dans le prétoire d’un historien comme expert du passé est un phénomène que l’on retrouve également au même moment dans les procès à l’Ouest de criminels nazis, comme lors du procès de Francfort en RFA.

  • 57 IPN Gd 609/70, Uzasadnienie [Justification], p. 300-326.
  • 58 Ibid., p. 328.

44Sans surprise, l’accusé fut définitivement innocenté le 20 juin 1970, au terme d’une procédure qui avait duré huit ans. Le très long exposé des motifs mettait clairement en cause tous les témoignages à charge contre l’accusé tandis que la parole de l’expert historien était prise pour argent comptant57. La cour glorifiait l’accusé en tant que résistant et sauveteur de Juifs, alors qu’elle accusait les témoins juifs de « ne pas avoir mentionné les personnes qui avaient sauvé leurs vies et étaient de nationalité polonaise58 », une phraséologie en accord complet avec l’agenda idéologique de la campagne antisémite de 1968 et de ses suites.

  • 59 Ariel Machnes, Rina Klinov (dir.), op. cit., p. 129 ; p. 267 ; p. 255.
  • 60 Ibid., p. 573.

45Bien évidemment, cette supposée ingratitude juive était totalement infondée. Le livre du Souvenir de 1986 contient de nombreux passages décrivant l’aide reçue par la population locale. Anna Zeligman y nommait le paysan qui l’avait cachée son « son sauveur » tandis que Luba Schmidt se rappelait que lorsque l’épouse du fermier lui avait apporté à manger, « il lui sembla que le Jardin d’Eden s’était ouvert ». Yerachmiel Milutin écrivit de son côté que lorsqu’il était « avec les partisans, il y eut des personnes pour aider » et il mentionnait le nom de son ami Igor Tominski59. La section en anglais du livre liste même le nom de tous les sauveurs et leur rend un vibrant hommage60.

  • 61 Ibid., p. 312.

46Le livre du Souvenir de Brasław contient notamment une photographie d’un rassemblement de survivants autour du monument commémoratif de la ville, en 197661. Cette photographie illustre la force des liens tissés entre les rescapés éparpillés dans le monde entier après la Shoah. Ces derniers non seulement entretenaient la mémoire de leurs familles disparus, mais tentèrent de réclamer justice, comme le montrent les efforts entrepris durant presque une décennie pour châtier le seul bourreau qu’ils étaient parvenus à retrouver et à inculper. Cette étude micro-historique révèle l’importance d’une analyse fine des mécanismes de la justice polonaise contre les collaborateurs locaux dans les années dites de basses eaux judiciaires. Plusieurs conclusions peuvent en être tirées.

47En premier lieu, on constate que la procédure fut prise très au sérieux par les témoins juifs qui, encore dans les années soixante, croyaient sincèrement qu’ils pouvaient faire confiance au système judiciaire polonais et que leurs voix seraient entendues. Leur détermination appelle à réévaluer l’agentivité des rescapés dans les procédures judiciaires, même si leurs efforts furent le plus souvent vains et furent davantage l’exception que la norme.

  • 62 Parmi les publications récentes tirant des conclusions similaires, voir notamment Nadège Ragaru, «  (...)
  • 63 Pour un aperçu des relations entre la Pologne communiste et Israël, voir Bożena Szaynok, Poland-Is (...)

48Deuxièmement, ce procès attire notre attention sur l’importance de la dimension transnationale de la justice polonaise à l’encontre des criminels de guerre. Cela n’est guère surprenant à vrai dire car des phénomènes de circulations internationales ont été bien identifiés dans d’autres procès de criminels de guerre à l’est de l’Europe, complexifiant d’autant la vision traditionnelle de la division liée à la Guerre froide62. Non seulement la coopération polono-soviétique fut une dimension majeure de cette deuxième vague de procès, mais on peut être surpris par le crédit accordé, du moins initialement, aux témoignages des survivants juifs venus des États-Unis ou même d’Israël, il est vrai à une période où les relations entre la Pologne et l’État hébreu s’étaient améliorées63. Un examen attentif de ces procès tardifs ne saurait évacuer cette dimension internationale, qui vient en résonance avec celle observée alors au niveau mondial.

  • 64 Sur le système judiciaire polonais et son évolution, voir Arkadiusz Bereza, Sąd Najwyższy w latach (...)
  • 65 Sur le camp de Skarżysko-Kamienna, ce commandant des gardes ukrainiens et son procès, voir Felicja (...)

49Troisièmement, cette étude de cas éclaire le fonctionnement de la justice polonaise durant les années poststaliniennes. On le voit, cette justice à l’égard des criminels de guerre ne fut pas qu’instrumentalisée et politique. Ce qui est frappant dans le cas étudié est la dichotomie, et même les conflits, entre le niveau local et national. Quand les cours régionales refusent de prendre en considération la documentation soviétique, elles agissent clairement selon leur libre arbitre et raisonnement. Des recherches plus approfondies doivent encore être menées pour déterminer les trajectoires des juges, qui ont pu influencer leurs décisions64. On le voit, différentes visions existaient sur la manière de juger les attitudes des Polonais engagés dans différentes formes de collaboration durant la guerre. De même, ces récits de guerre au cœur du prétoire font revivre le caractère multi-ethnique de ces confins, disparu dans la Pologne mono-ethnique des années soixante. Pour autant, les justifications avancées pour les acquittements successifs de l'accusé sont révélatrices d’une politisation croissante – ou incessante – de la justice et d’un tournant pris vers une justice à base ethnique, dans le cadre d’une narration dominante sur l’héroïsme polonais, culminante après la campagne antisémite de 1968. Pourtant, ces arguments dans l’air du temps politique n’ont pas été médiatisés pour le grand public, ce qui interroge sur la signification à leur donner. Contrairement au cas des criminels de guerre allemands, jugés en Pologne ou hors du pays, les procès des collaborateurs polonais, avant comme après 1956, n'ont guère été médiatisés, à quelques exceptions près. Pour les années 1960, on peut citer le cas du procès de Jerzy Andryanowicz, ancien commandant de la Werkschutz (service de sécurité) dans le camp de travail forcé de Skarżysko-Kamienna, accusé en 1967 d’avoir maltraité et tué des détenus polonais, juifs et non-juifs. L’affaire, et surtout son pourvoi en cassation qui conduit à un second procès où il finalement est acquitté en 1973, est perçu comme une grande injustice dans la presse, car cet homme avait déjà été condamné à mort par la résistance polonaise durant la guerre. Surtout, il est d’origine ukrainienne, ce qui explique certainement l’empressement plus grand à le condamner que s’il avait été polonais65.

  • 66 Sur le récit officiel sur la Shoah et son évolution en Pologne communiste, voir Michael C. Steinlau (...)

50Pour autant, au moins au niveau local et dans les débats politiques internes, ces procès participèrent pleinement des constructions et transformations des récits sur la Seconde Guerre mondiale et sur l’attitude de la société polonaise envers leurs concitoyens juifs66.

  • 67 Le concept d’« observateur participant » pour remplacer celui de bystander (témoin) popularisé par (...)

51De façon générale, la poursuite, à bas bruit, des procès contre les collaborateurs locaux après l’amnistie de 1956 n’offrit pas l’occasion à la société polonaise de regarder en face les complicités dans l’assassinat de millions de leurs concitoyens, phénomène qui continua de susciter un inconfort moral qu’il était préférable de masquer. Toutefois, le prétoire a pu être un lieu dans lequel, au cœur des années soixante, on débattait vivement de l’attitude de la société polonaise, au moment même où les récits officiels organisaient l’oubli délibéré de la Shoah et du rôle joué par les Polonais, non comme simples témoins, mais comme observateurs participants67.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bartov Omer, Weitz Eric (dir.), Shatterzone of Empires: Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian and Ottoman Borderlands, Bloomington, Indiana University Press, 2013.

Bereza Arkadiusz, Sąd Najwyższy w latach 1945-1962. Organizacja i działaność [La Cour suprême dans les années 1945-1962. Organisation et évolution], Varsovie, C. H. Beck, 2012.

Le Bourhis Eric, Tcherneva Irina et Voisin Vanessa (dir.), Seeking Accountability for Nazi and War Crimes in East and Central Europe: A People’s Justice?, Rochester, Boydell & Brewer, 2022.

Brechtken Magnus, Bułhak Władysław, Zarusky Jürgen (dir.), Political and Transitional Justice in Germany, Poland and the Soviet Union from the 1930s to the 1950s, Göttingen, Wallstein Verlag, 2019.

Déak Istvan, Gross Jan T., Judt Tony (dir.), The Politics of Retribution in Europe, World War II and Its Aftermath, Princeton, Princeton University Press, 2000.

Dean Martin, « Poles in the German Local Police in Eastern Poland and their Role in the Holocaust », Polin. Studies in Polish Jewry, 2005, n° 18, p. 353-366.

Finder Gabriel N., Prusin Alexander V., Justice Behind the Iron Curtain: Nazis on Trial in Communist Poland, Toronto, University of Toronto Press, 2018.

Forecki Piotr, Reconstructing memory. The Holocaust in Polish public debates, Francfort, Peter Lang, 2013.

Frommer Benjamin, National Cleansing. Retribution against Nazi Collaborators in Postwar Czechoslovakia, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Frydel Tomasz, « Ordinary Men? The Polish Police and the Holocaust in the Subcarpathian Region » in Peter Black, Bela Rasky, Marianne Windsperger (dir.), Collaboration in the Holocaust and World War II in Eastern Europe, Vienne/Hambourg, New Academic Press, 2019, p. 69-125.

Gondek Leszek, Polska karząca 1939–1945. Polski podziemny wymiar sprawiedliwości y okresie okupacji niemieckiej [La Pologne punit, 1939-1945. Le système judiciaire clandestin polonais pendant l'occupation allemande], Varsovie, Instytut Wydawniczy PAX, 1988.

Gousseff Catherine, Échanger les peuples : le déplacement des minorités aux confins polono-soviétiques, Paris, Fayard, 2015.

Grabowski Jan, Engelking Barbara (dir.), Night without End: The Fate of Jews in German-Occupied Poland, Bloomington, Indiana University Press, 2022.

Grosescu Raluca, « State Socialist Endeavours for the Non-Applicability of Statutory Limitations to International Crimes. Historical Roots and Current Implications », Journal of the History of International Law / Revue d’histoire du droit international, 2019, vol. 21, n° 2, p. 239-269.

Huener Jonathan, Auschwitz, Poland, and the Politics of Commemoration, 19451979, Athens, Ohio University Press, 2003.

Janicka Elżbieta, « Les observateurs participants de la Shoah », in Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, Paris, CNRS, 2019, p. 145-162.

Jasiński Łukasz, Sprawiedliwość i polityka. Działalność Głównej Komisji Badania Zbrodni Niemieckich/Hitlerowskich w Polsce 1945-1989 [Justice et politique. L’activité de la Commission générale d’enquête sur les crimes allemands/hitlériens en Pologne], Varsovie, ISP-PAN, 2018.

Karay Felicja, Death comes in Yellow: Skarżysko-Kamienna Slave Labor Camp, Amsterdam, Harwood Academic Publishers, 1996.

Kichelewski Audrey, « Le sauvetage des Juifs en Pologne : une historiographie aux prises de tensions mémorielles et nationalistes », in Corinne Bonafoux, Olivier Vallade (dir.), Survie des juifs en Europe : Persécutés, sauveteurs, Justes, Lyon, Libel, 2019, p. 162-169.

Kobierska-Motas Elżbieta, Ekstradycja przestępców wojennych do Polski z czterech stref okupacyjnych Niemiec, 1946-1950 [L’extradition de criminels de guerre vers la Pologne depuis les quatre zones d'occupation de l'Allemagne], vol. 2, Varsovie, GKBZPNP/IPN, 1992.

Kochanowski Jerzy, « Gathering Poles into Poland. Forced Migration from Poland's Former Eastern Territories », in Philipp Ther, Ana Siljak (dir.), Redrawing Nations: Ethnic Cleansing in East-Central Europe, 1944-1948, Lanham, Rowman & Littlefield, 2001, p. 135-154.

Kochavi Arieh J., Prelude to Nuremberg. Allied War Crimes Policy and the Question of Punishment, Chapell Hill, University of North Carolina Press, 1998.

Koustova Emilia, « Instruire, juger et négocier le passé de guerre dans la Lituanie soviétique (Pabradė, 1944-1957) », Revue d’Histoire de la Shoah, 2021, vol. 214, n° 2, p. 149-183.

Kornbluth Andrew, The August Trials: The Holocaust and Postwar Justice in Poland, Cambridge, Harvard University Press, 2021.

Kubicki Leszek, Zbrodnie wojenne w świetle prawa polskiego [Les crimes de guerre d'après le droit polonais], Varsovie, PWN, 1963.

Lityński Adam, Historia prawa Polski Ludowej [Histoire du droit dans la Pologne populaire], Varsovie, LexisNexis, 2006.

Machcewicz Paweł, Paczkowski Andrzej, Wina, kara, polityka. Rozliczenia ze zbrodniami II wojny światowej [Culpabilité, punition, politique. Le châtiment des crimes de la Seconde Guerre mondiale], Cracovie, ISP-PAN/Znak, 2021.

Machnes Ariel, Klinov Rina (dir.), Emesh Shoah. Yad le-kehilot [La nuit de la Shoah. En mémoire des communautés de] Braslaw, Dubene, Jaisi, Jod, Kislowszczizna, Okmienic, Opsa, Plusy, Rimszan, Slobodka, Zamosz, Zaracz, 1986, p. 63-212. 

Pasek Andrzej, Przestępstwa okupacyjne w polskim prawie karnym z lat 1944-1956 [Les crimes commis sous l’occupation dans le droit pénal polonais de 1944 à 1956], Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, 2002.

Plocker Anat, The Expulsion of Jews from Communist Poland. Memory War and Homeland Anxieties, Bloomington, Indiana University Press, 2022.

Prusin Alexander, « The ‘Second Wave’ of Soviet Justice. The 1960s War Crimes Trials », in Norman J.W. Goda (dir.), Rethinking Holocaust Justice. Essays across Disciplines, New York, Berghahn Books, 2018, p.129-157.

Ragaru Nadège, « Figure de l’accusé en témoin de l’accusation. Les circulations internationales des poursuites judiciaires des crimes de la Shoah en Bulgarie », Revue d’Histoire de la Shoah, 2012, n° 214, p. 121-148.

Ruchniewicz Małgorzata, Repatriacja ludności polskiej z ZSRR w latach 1955–1959 [Le rapatriement de la population polonaise de l'URSS entre 1955 et 1959] Varsovie, Volumen, 2000.

Segal Raz, Genocide in the Carpathians. War, Social Breakdown, and Mass Violence, 1914–1945, Stanford, Stanford University Press, 2016.

Shlomi Hana, « The Reception and Settlement of Jewish repatriates from the Soviet Union in Lower Silesia », Gal-Ed, 2000, n° 17, p. 85104.

Snyder Timothy, Terres de sang. L'Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012, 2e éd. Augmentée, 2022.

Steinlauf Michael C., Bondage to the dead. Poland and the memory of the Holocaust, Syracuse, Syracuse University Press, 1997.

Szaynok Bożena, Poland-Israel 1944-1968. In the Shadow of the Past and of the Soviet Union, Varsovie, IPN, 2012.

Tomkiewicz Monika et Dean Martin, « Brasław », in Martin Dean (dir.), The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933–1945, vol. 2, part. B, p. 1169-1171.

Voisin Vanessa, « Déstaliniser L'épuration ? Enjeux et impact de l'amnistie soviétique de 1955 » in Marc Bergère et alii. (dir.), Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe après 1945, Bruxelles, Peter Lang, 2019, p. 237-253.

Voisin Vanessa, « The 1963 Krasnodar Trial. Extraordinary Media Coverage for an Ordinary Soviet Trial of Second World War Perpetrators », Cahiers du monde russe, 2020, vol. 61, n° 3-4, p. 383-428.

Wawrzyniak Joanna, Veterans, Victims, and Memory. The Politics of the Second World War in Communist Poland, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2015.

Haut de page

Notes

1 Samuel Tenenblatt: « Fun gerikhtz-zal: tsi bloyz a misfarshtendenish? » [En direct du prétoire : fut-ce un malentendu ?], Fołks-Sztyme, n°181, 20.11.1963, p. 4.

2 Une version antérieure de cet article a été présentée lors du colloque international du Fritz Bauer Institut et de l’Imre Kertesz Kolleg Iena « The Holocaust and the Cold War. Culture and Justice » le 28 mai 2021 et lors de l’atelier international de la MSHA de Besançon, « Des criminels nazis peu connus du grand public sous le feu des projecteurs : chronique judiciaire et mémoire du nazisme. Volet 1 : Les années 1950 », le 3 juin 2021. L’auteure souhaite remercier les organisatrices et participants de ces panels pour leurs remarques, ainsi que son assistante de recherche Marta Pawlinska pour son aide précieuse dans les archives polonaises. Cette recherche est menée avec le soutien de l’Institut Universitaire de France (2019-2024).

3 Après l’ouvrage pionnier de Jan T. Gross, Les Voisins : 10 juillet 1941, un massacre de Juifs en Pologne, Paris, Fayard, 2002, de nombreux historiens de la Shoah ont utilisé les procès d’après-guerre comme sources pour décrire l’expérience des Juifs polonais pendant la guerre. Voir par exemple : Jan Grabowski, Hunt for the Jews. Betrayal and Murder in German-Occupied Poland, Bloomington, Indiana University Press, 2013 ; Barbara Engelking, « On ne veut rien vous prendre... seulement la vie ! » : des Juifs cachés dans les campagnes polonaises, 1942-1945, Paris, Calmann-Lévy/Mémorial de la Shoah, 2015 ; Jan Grabowski, Barbara Engelking (dir.), Night without End: The Fate of Jews in German-Occupied Poland, Bloomington, Indiana University Press, 2022.

4 Sur l’usage des enquêtes de la Commission générale d’enquête sur les crimes hitlériens en Pologne comme sources d’information sur l’activité des Polonais ayant servi au sein de la police locale formée par les Nazis et leur participation aux persécutions antijuives, voir par exemple Martin Dean, « Poles in the German Local Police in Eastern Poland and their Role in the Holocaust », Polin. Studies in Polish Jewry, 2005, n°18, p. 353-366.

5 Pour une discussion critique sur l’antisémitisme en lien avec la Shoah en Europe orientale, voir Raz Segal, Genocide in the Carpathians. War, Social Breakdown, and Mass Violence, 1914–1945, Stanford, Stanford University Press, 2016, p. 9-13, 47-50, 124. Pour une étude de cas sur l’antisémitisme au sein de la “police bleue” (police locale) polonaise pendant la guerre, voir Tomasz Frydel, « Ordinary Men ? The Polish Police and the Holocaust in the Subcarpathian Region » in Peter Black, Bela Rasky, Marianne Windsperger (dir.), Collaboration in the Holocaust and World War II in Eastern Europe, Vienne/Hambourg, New Academic Press, 2019, p. 69-125.

6 Pour une synthèse récente sur les procès contre les criminels de guerre nazis en Pologne, voir Gabriel N. Finder, Alexander V. Prusin, Justice Behind the Iron Curtain: Nazis on Trial in Communist Poland, Toronto, University of Toronto Press, 2018. Sur les procès de criminels polonais, d’après le « décret d’août », jusqu’en 1956, voir Andrew Kornbluth, The August Trials: The Holocaust and Postwar Justice in Poland, Cambridge, Harvard University Press, 2021. Pour une discussion plus générale sur la justice après la Seconde guerre mondiale en Europe, voir le livre pionnier de Istvan Déak, Jan T. Gross, Tony Judt (dir.), The Politics of Retribution in Europe, World War II and Its Aftermath, Princeton, Princeton University Press, 2000, et plus récemment, Magnus Brechtken, Władysław Bułhak, Jürgen Zarusky (dir.), Political and Transitional Justice in Germany, Poland and the Soviet Union from the 1930s to the 1950s, Göttingen, Wallstein Verlag, 2019.

7 Pour une histoire de la GKBZN/H, voir Łukasz Jasiński, Sprawiedliwość i polityka. Działalność Głównej Komisji Badania Zbrodni Niemieckich/Hitlerowskich w Polsce 1945-1989 [Justice et politique. L’activité de la Commission générale d’enquête sur les crimes allemands/hitlériens en Pologne], Varsovie, ISP-PAN, 2018.

8 Łukasz Jasiński, « Incoherent narrative-polish press coverage of war crimes trials during 1960’s in local press in Pomerania region », article non publié.

9 Livre du souvenir accessible en ligne à Dorot Jewish Division, The New York Public Library: Braslaŭ. The New York Public Library Digital Collections. 1986, https://digitalcollections.nypl.org/items/15e88750-58a9-0133-cf62-00505686a51c [consulté le 29.08.2022].

10 Arieh J. Kochavi, Prelude to Nuremberg. Allied War Crimes Policy and the Question of Punishment, Chapell Hill, University of North Carolina Press, 1998, p. 28-33; Tadeusz Cyprian, Jerzy Sawicki, Ludzie i sprawy Norymbergi [Personnes et affaires jugées à Nuremberg], Poznań, Wydawnictwo Poznańskie 1967, p. 49-50.

11 Leszek Gondek, Polska karząca 1939–1945. Polski podziemny wymiar sprawiedliwości y okresie okupacji niemieckiej [La Pologne punit, 1939-1945. Le système judiciaire clandestin polonais pendant l'occupation allemande], Varsovie, Instytut Wydawniczy PAX, 1988, p. 114.

12 En polonais, dekret PKWN z dnia 31 sierpnia 1944 o wymiarze kary dla faszystowskio-hitlerowskich zbrodniarzy winnych zabójstw i znęcania się nad ludnością cywilną i jeńcami oraz dla zdrajców Narodu Polskiego, paru dans le Dziennik Ustaw Rzeczypospolitej Polskiej [Journal officiel de la République de Pologne], n° 4, 1944, p.17-18.

13 Gabriel N.Finder, Alexander V. Prusin, op. cit., p. 248-251.

14 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 7-8.

15 Paweł Machcewicz, Andrzej Paczkowski, Wina, kara, polityka. Rozliczenia ze zbrodniami II wojny światowej [Culpabilité, punition, politique. Le châtiment des crimes de la Seconde Guerre mondiale], Cracovie, ISP-PAN/Znak, 2021, p. 427-296 (numéros de pages à revoir).

16 Pour les estimations les plus basses (30 et 40% d’acquittements), voir Andrzej Pasek, Przestępstwa okupacyjne w polskim prawie karnym z lat 1944-1956 [Les crimes commis sous l’occupation dans le droit pénal polonais de 1944 à 1956], Wrocław, Wydawnictwo Uniwersytetu Wrocławskiego, 2002, p. 173. Pour des estimations plus élevées, mais seulement pour la période allant jusqu’en 1949, voir Andrew Kornbluth, « ‘Jest wielu Kainów pośród nas’. Polski wymiar sprawiedliwości a Zagłada, 1944–1956 » [‘Il y a beaucoup de Caïns parmi nous’ : la justice polonaise et la Shoah], Zagłada Żydów [L’extermination des Juifs], 2013, n°9, p. 157-159.

17 Elżbieta Kobierska-Motas, Ekstradycja przestępców wojennych do Polski z czterech stref okupacyjnych Niemiec, 1946-1950 [L’extradition de criminels de guerre vers la Pologne depuis les quatre zones d'occupation de l'Allemagne], vol. 2, Varsovie, GKBZPNP/IPN, 1992, p. 19.

18 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 274-279.

19 Ibid., p. 227.

20 Ustawa z dnia 22 listopada 1952r. o amnestii [Loi du 22 novembre 1952 sur l’amnistie], consultable à l’adresse suivante : https://isap.sejm.gov.pl/isap.nsf/download.xsp/WDU19520460309/O/D19520309.pdf [consulté le 27/10/2022].

21 Ibid., p. 240 ; Leszek Kubicki, Zbrodnie wojenne w świetle prawa polskiego [Les crimes de guerre d'après le droit polonais], Varsovie, PWN, 1963, p. 184.

22 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 260-261.

23 Au sujet des amnisties en Europe, voir Paweł Machcewicz, Andrzej Paczkowski, op. cit., p. 593-596. Pour le cas tchécoslovaque, voir Benjamin Frommer, National Cleansing. Retribution against Nazi Collaborators in Postwar Czechoslovakia, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 91. Sur l’amnistie de 1955 en URSS, voir Vanessa Voisin, « Déstaliniser L'épuration ? Enjeux et impact de l'amnistie soviétique de 1955 » in Marc Bergère et alii. (dir.), Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe après 1945, Bruxelles, Peter Lang, 2019, p. 237-253.

24 Leszek Kubicki, op. cit., p. 182.

25 Andrew Kornbluth, op. cit., p. 261-265.

26 Gabriel N. Finder, Alexander V. Prusin, op. cit., p. 227-243.

27 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, Sądy wojewódzkie, IPN GK 301-321. Dossier IPN Gd 609/65, p. 3-4.

28 Sur cette question, voir notamment Jerzy Kochanowski, « Gathering Poles into Poland. Forced Migration from Poland's Former Eastern Territories », in Philipp Ther, Ana Siljak (dir.), Redrawing Nations: Ethnic Cleansing in East-Central Europe, 1944-1948, Lanham, Rowman & Littlefield, 2001, p. 135-154. Pour le cas polono-ukrainien, cf. Catherine Gousseff, Échanger les peuples : le déplacement des minorités aux confins polono-soviétiques, Paris, Fayard, 2015.

29 Hana Shlomi, « The Reception and Settlement of Jewish repatriates from the Soviet Union in Lower Silesia », Gal-Ed, 2000, n° 17, p. 85104.

30 Sur la deuxième vague de rapatriement, voir Małgorzata Ruchniewicz, Repatriacja ludności polskiej z ZSRR w latach 1955–1959 [Le rapatriement de la population polonaise de l'URSS entre 1955 et 1959] Varsovie, Volumen, 2000.

31 Les travaux d’Emilia Koustova sur les procès des criminels de guerre en Lituanie soviétique confirment que de ce côté de la frontière, les procédures se sont poursuivies à bas bruit mais de manière continue depuis 1944, avec dans les années 1950 des méthodes d’enquêtes et d’administration plus sophistiquées, si bien qu’on ne saurait réduire ces procès à de simples instruments politiques de répression stalinienne : Emilia Koustova, « Instruire, juger et négocier le passé de guerre dans la Lituanie soviétique (Pabradė, 1944-1957) », Revue d’Histoire de la Shoah, 2021, vol. 214, n° 2, p. 149-183.

32 Sur la deuxième vague de procès en URSS, voir Alexander Prusin, « The ‘Second Wave’ of Soviet Justice. The 1960s War Crimes Trials », in Norman J.W. Goda (dir.), Rethinking Holocaust Justice. Essays across Disciplines, New York, Berghahn Books, 2018, p.129-157.

33 En 1963, à Coblence l’ancien officier SS Georg Heuser, responsable pendant la guerre du département chargé des « questions juives et polonaises » dans les territoires occupés de la Biélorussie, ainsi que dix autres anciens nazis sont condamnés à des peines allant de trois à quinze ans de travaux forcés pour crimes de guerre. Le procès de Francfort, aussi connu sous ne nom de second procès d’Auschwitz, est une série de jugements rendus par la RFA entre 1963 et 1965 contre 22 prévenus du fait de leur implication dans le fonctionnement du camp d’Auschwitz. Theodor Oberländer, ancien agronome nazi impliqué dans des massacres pendant la guerre et député du Bundestag et ministre des Réfugiés en RFA, voit son passé dénoncé par la RDA, qui le condamne par contumace à Berlin-Est à la prison à vie en 1960, provoquant sa démission de son poste de ministre. Enfin, le secrétaire d'État à la chancellerie fédérale de Bonn, Hans Globke est également condamné par contumace pour crime contre l’humanité par la RDA en 1963.

34 Łukasz Jasiński, Sprawiedliwość i polityka…, op. cit., p. 171-232.

35 Ustawa z dnia 22 kwietnia 1964 r. w sprawie wstrzymania biegu przedawnienia w stosunku do sprawców najcięższych zbrodni hitlerowskich popełnionych w okresie drugiej wojny światowej [Loi du 22 avril 1964 portant suspension de la prescription à l'égard des auteurs des crimes hitlériens les plus graves commis pendant la Seconde Guerre mondiale], Dziennik Ustaw Rzeczypospolitej Polskiej [Journal officiel de la République de Pologne], n° 15, 1964.

36 Sur le rôle des États socialistes, Pologne en particulier, dans l’établissement de la Convention de l’ONU de 1968 sur l’imprescriptibilité du crime contre l’humanité, voir Raluca Grosescu, « State Socialist Endeavours for the Non-Applicability of Statutory Limitations to International Crimes. Historical Roots and Current Implications », Journal of the History of International Law / Revue d’histoire du droit international, 2019, vol. 21, n° 2, p. 239-269.

37 Pour un aperçu général de la spécificité de ces territoires des confins, voir notamment Omer Bartov, Eric Weitz (dir.), Shatterzone of Empires : Coexistence and Violence in the German, Habsburg, Russian and Ottoman Borderlands, Bloomington, Indiana University Press, 2013 ; Timothy Snyder, Terres de sang. L'Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard, 2012, 2e éd. augmentée 2022.

38 Le paragraphe qui suit s’appuie essentiellement sur Monika Tomkiewicz et Martin Dean, « Brasław », in Martin Dean (dir.), The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933–1945, vol. 2, part. B, p. 1169-1171 ; Ariel Machnes, Rina Klinov (dir.), Emesh Shoah. Yad le-kehilot [La nuit de la Shoah. En mémoire des communautés de] Braslaw, Dubene, Jaisi, Jod, Kislowszczizna, Okmienic, Opsa, Plusy, Rimszan, Slobodka, Zamosz, Zaracz, 1986, p. 63-212 ; Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/64 à 70 : Enquête et minutes des procès contre Stanisław Jasiński.

39 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN GK 307/50-52 : Enquête et minutes des procès contre Czesław Kozłowski.

40 « Były komandant Schutzpolizei z Brasławia przed sądem w Olsztynie « [Un ancien commandant de la Schutzpolizei de Brasław devant la cour à Olsztyn] », Express Wieczorny, 22.10.1963, p. 2.

41 Ibid.

42 « Na ławie oskarżonych » [Sur le banc des accusés], Głos Olsztyński, 15.10.1963, p. 5.

43 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, Lettre de W. S. à la police locale d’Olsztyn, 24.10.1963, p. 88.

44 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/65, p. 261.

45 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, p. 194

46 Id., p. 66.

47 Ariel Machnes, Rina Klinov (dir.), op. cit., p. 133.

48 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/66, p. 205.

49 Ibid.

50 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/68, Sentencja wyroku w imieniu Polskiej Rzeczypospolitej ludowej [Dispositif de l'arrêt rendu au nom de la République Populaire de Pologne], 8.6.1966, p.130-147.

51 Sur l’évolution des représentations autour de la résistance non-communiste en Pologne, voir notamment Joanna Wawrzyniak, Veterans, Victims, and Memory. The Politics of the Second World War in Communist Poland, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2015, p. 177-212.

52 Sur l’émergence du récit national concernant le sauvetage des Juifs pendant la guerre, voir Anat Plocker, The Expulsion of Jews from Communist Poland. Memory War and Homeland Anxieties, Bloomington, Indiana University Press, 2022, chap. 3, en particulier p. 75 sq. et Audrey Kichelewski, « Le sauvetage des Juifs en Pologne : une historiographie aux prises de tensions mémorielles et nationalistes », in Corinne Bonafoux, Olivier Vallade (dir.), Survie des juifs en Europe : Persécutés, sauveteurs, Justes, Lyon, Libel, 2019, p. 162-169.

53 Pologne, Varsovie, Archives de l’IPN, fonds GKBZN, IPN Gd 609/68, Wyrok w imieniu Polskiej Rzeczypospolitej ludowej [Verdict rendu au nom de la République Populaire de Pologne], 19.4.1967, p. 161-171.

54 IPN Gd 609/68, Postanowienie [Décision], 21.10.1967, p. 176-177.

55 Sur la campagne antisémite de mars 1968, voir Anat Plocker, op.cit.

56 Il s’agit de Roman Korab-Żebryk, un combattant de l’Union de la Lutte armée (Związek Walki Zbrojnej, ZWZ), qui avait été arrêté en juillet 1944 et emprisonné par le NKVD jusqu’en 1947. Notice biographique extraite du site internet du Musée des Soldats Maudits (Muzeum Żołnierzy Wyklętych): https://muzeumzolnierzywykletych.pl/ppor-roman-zebryk-ps-korab/ [consulté le 30.8.2022].

57 IPN Gd 609/70, Uzasadnienie [Justification], p. 300-326.

58 Ibid., p. 328.

59 Ariel Machnes, Rina Klinov (dir.), op. cit., p. 129 ; p. 267 ; p. 255.

60 Ibid., p. 573.

61 Ibid., p. 312.

62 Parmi les publications récentes tirant des conclusions similaires, voir notamment Nadège Ragaru, « Figure de l’accusé en témoin de l’accusation. Les circulations internationales des poursuites judiciaires des crimes de la Shoah en Bulgarie », Revue d’Histoire de la Shoah, 2012, n° 214, p. 121-148 ; David A. Rich, « Law and Accountability, Secrecy and Guilt: The Soviet Trawniki Defendants’ Trials, 1960-1970 », in Eric Le Bourhis, Irina Tcherneva, Vanessa Voisin (dir.), That Justice be done. Society and Accountability for Nazi and War Crimes in Europe, 1940s–1980s, Rochester, Rochester University Press, 2022, p. 221-260 ; Vanessa Voisin, « The 1963 Krasnodar Trial. Extraordinary Media Coverage for an Ordinary Soviet Trial of Second World War Perpetrators », Cahiers du monde russe, 2020, vol. 61, n° 3-4, p. 383-428.

63 Pour un aperçu des relations entre la Pologne communiste et Israël, voir Bożena Szaynok, Poland-Israel 1944-1968. In the Shadow of the Past and of the Soviet Union, Varsovie, IPN, 2012, en particulier les chapitres 8 à 10.

64 Sur le système judiciaire polonais et son évolution, voir Arkadiusz Bereza, Sąd Najwyższy w latach 1945-1962. Organizacja i działaność [La Cour suprême dans les années 1945-1962. Organisation et évolution], Varsovie, C. H. Beck, 2012 ; Adam Lityński, Historia prawa Polski Ludowej [Histoire du droit dans la Pologne populaire], Varsovie, LexisNexis, 2006 ; Marian Rybicki, Ławnicy ludowi w sądach PRL [Les jurés populaires dans les cours de la Pologne populaire], Varsovie, PWN, 1968.

65 Sur le camp de Skarżysko-Kamienna, ce commandant des gardes ukrainiens et son procès, voir Felicja Karay, Death comes in Yellow: Skarżysko-Kamienna Slave Labor Camp, Amsterdam, Harwood Academic Publishers, 1996, p. 183-188.

66 Sur le récit officiel sur la Shoah et son évolution en Pologne communiste, voir Michael C. Steinlauf, Bondage to the dead. Poland and the memory of the Holocaust, Syracuse, Syracuse University Press, 1997; Jonathan Huener, Auschwitz, Poland, and the Politics of Commemoration, 19451979, Athens, Ohio University Press, 2003 ; Piotr Forecki, Reconstructing memory. The Holocaust in Polish public debates, Francfort, Peter Lang, 2013, ch. 1.

67 Le concept d’« observateur participant » pour remplacer celui de bystander (témoin) popularisé par Raul Hilberg dans son livre Perpetrators. Victims. Bystanders. Jewish Catastrophe 1933–1945 est emprunté à Elżbieta Janicka, « Les observateurs participants de la Shoah », in Audrey Kichelewski, Judith Lyon-Caen, Jean-Charles Szurek, Annette Wieviorka (dir.), Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique, Paris, CNRS, 2019, p. 145-162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Kichelewski, « Une justice rendue sous silence : juger les collaborateurs des nazis en Pologne dans les années 1950 et 1960 »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12719

Haut de page

Auteur

Audrey Kichelewski

Audrey Kichelewski est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Strasbourg (UR 3400 ARCHE), membre junior de l’Institut universitaire de France et codirectrice de la Revue d’histoire de la Shoah. Ses travaux portent sur l’histoire et de la mémoire des Juifs en Pologne et en France, par le biais des écrits produits par les rescapés et des sources judiciaires sur les criminels contre l’humanité jugés en Pologne populaire. Elle a publié Les Survivants. Être Juif en Pologne depuis 1945 (Belin, 2018) et codirigé les actes du colloque Les Polonais et la Shoah. Une nouvelle école historique (CNRS, 2019).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search