Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22Les années 2000-2010Grand âge et jugement tardif ? Le...

Les années 2000-2010

Grand âge et jugement tardif ? Le « boucher de Gênes » dans les chroniques judiciaires et la mémoire collective au début des années 2000

Martin Göllnitz
Traduction de Claire Debard
Cet article est une traduction de :
Alte Männer, späte Urteile? Der «Butcher of Genoa» in der Gerichtsberichterstattung und kollektiven Erinnerung der frühen 2000er Jahre [de]

Résumés

En 2004, la cour suprême fédérale d’Allemagne (Bundesgerichtshof) annule la sentence prononcée contre le « boucher de Gênes » deux ans plus tôt par un tribunal de Hambourg. C’est sous ce nom que les médias du monde entier appellent l’ancien officier SS Friedrich Engel, responsable de plusieurs massacres en Italie et du meurtre d’au moins 246 personnes. Cette décision de la cour suprême fédérale met fin, sans qu’un verdict ait été prononcé, à l’un des rares procès pénaux pour crimes de guerre en Italie dans un tribunal allemand. Or, il avait déjà fallu attendre 55 ans la première procédure contre Engel à Turin car les parquets allemands et italiens n’avaient aucun intérêt à poursuivre le criminel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. notamment Christoph Richter, « Die letzten NS-Prozesse in Deutschland: Von später Aufarbeitung (...)
  • 2 Cf. à titre d’exemple Anonyme, « Nazi-Kriegsverbrecher Engel vor Gericht », Spiegel Online, en lign (...)

1Le procès, en cours depuis l’automne 2021 au tribunal de grande instance (Landgericht) de Neuruppin, contre l’ancien gardien du camp de concentration de Sachsenhausen Josef S., de même que le cas John Demjanjuk, jugé en 2011 par le Landgericht de Munich et qui a fait la une dans le monde entier, montrent bien l’intérêt médiatique1 que suscitent les procès d’anciens acteurs du régime de terreur national-socialiste. La chronique judiciaire des procès nazis, si elle influe sur la transmission de la mémoire des crimes du national-socialisme, fait aussi le lien entre la justice et l’opinion – en informant la société sur ces procès, les médias deviennent de fait la principale instance de transmission entre l’arène juridique et le public. C’est ce point qui doit être ici démontré, à travers l’exemple du commandant de la police de sûreté et du service de sécurité (BdS/SD) régional de Gênes, Friedrich Engel. Deux questions dominent et intéressent particulièrement la recherche : quel rôle ont joué les médias du monde entier dans le procès d’Engel, qui s’est déroulé au Landgericht de Hambourg pendant l’été 2002 et qui a été qualifié de « l’un des derniers grands procès des crimes de guerre » 2 ? Et Engel a-t-il trouvé une place dans la mémoire collective du fait de sa participation aux crimes nazis en Italie ? La réponse à ces questions passe par l’examen approfondi de cinq grands points : 1) la biographie de Friedrich Engel, 2) le crime dont il est accusé, 3) la politique de gestion du passé italienne et allemande, 4) le procès au Landgericht de Hambourg et 5) la mémoire collective d’Engel et du massacre au col du Turchino. Les thèmes analysés seront ensuite regroupés en une brève conclusion afin de répondre aux questions posées.

2Pour la partie biographique, les archives fédérales de Berlin et Fribourg-en-Brisgau se sont avérées d’un grand intérêt, ainsi que les archives du Land Schleswig-Holstein, car les dossiers en ont été établis alors qu’Engel était fonctionnaire nazi. En revanche, en ce qui concerne l’histoire du procès après 1945 et jusque dans les années 2000, nous nous basons avant tout sur des articles de presse en rapport avec les procès de Turin et de Hambourg. Il n’existe à ce jour quasiment aucune étude scientifique consacrée à la personnalité d’Engel, mais l’occupation allemande de l’Italie, la question des crimes de guerre en Italie et en Allemagne après 1945 et la culture nationale de la mémoire dans les deux pays ont, elles, fait l’objet de recherches extrêmement approfondies et de qualité.

La biographie de Friedrich Engel

  • 3 Cf. Archives fédérales à Berlin (BArch-B), R 9361-III/523093, fiche personnelle de Friedrich Engel. (...)
  • 4 Michael Wildt, Generation des Unbedingten. Das Führungskorps des Reichssicherheitshauptamtes, 2e éd (...)
  • 5 BArch-B, R 1501/113266(a), Statuts du Jungdo, 06 mars 1921.
  • 6 Christian Plöger, Von Ribbentrop zu Springer: Zu Leben und Wirken von Paul Karl Schmidt alias Paul (...)
  • 7 Wildt, Generation, p. 58 et suiv.

3Né le 3 janvier 1909 à Warnau, dans le Schleswig-Holstein, Friedrich Wilhelm Konrad Siegfried Engel adhère très tôt aux idées nationalistes et entre à l’Ordre jeune-allemand (Jungdeutscher Orden, Jungdo)3 dès l’âge de 15 ans, alors qu’il fréquente encore l’école. Le fondateur de l’ordre, Artur Mahraun, l’a créé en 1920 pour succéder à un corps-franc dont il est aussi l’initiateur avec des objectifs antibolcheviques et antisémites mais – Michael Wildt le souligne – seulement en partie anticonstitutionnels4. Les buts ultimes sont, selon les statuts de l’ordre, la « reconstruction de la patrie chérie » et la « renaissance morale du peuple allemand »5. Cependant, c’est surtout par sa nature paramilitaire que l’ordre séduit la génération de la jeunesse de guerre (Kriegsjugendgeneration). Ses membres attestent de leur appartenance à l’ordre par des uniformes, des insignes et le paquetage d’assaut qui correspondent ostensiblement à leur idéal de combattant6. Malgré un rapprochement passager avec le NSDAP, les deux organisations se séparent en novembre 1923 après l’échec du putsch Hitler-Ludendorff, ce qui se traduira ensuite par l’isolation de l’ordre, qui compte environ 60 000 membres en 1926, au sein du mouvement nationaliste. Jusqu’à son autodissolution en juillet 1933, le Jungdo conserve son profil ligueur, combattif et nationaliste, continue de revendiquer la communauté du peuple et présente dans sa vision du monde « des rapprochements en nombre suffisant pour justifier un ralliement ultérieur au NSDAP »7.

  • 8 BArch-B, NS 38/3654, rapport du chef de secteur étudiant Müller, 06 mai 1935.
  • 9 L’Église confessante est un mouvement d’opposition théologiquement hétérogène au sein de l’église l (...)
  • 10 Archives du Land Schleswig-Holstein (LASH), Dépt. 47, n° 1955, lettre d’Engel à Dahm, 09 juillet 19 (...)
  • 11 C’est à cette conclusion à propos de la thèse d’Engel que parvient Christian Ingrao, Hitlers Elite. (...)

4Ces recoupements idéologiques dans le spectre du camp politique hostile à la république apparaissent aussi chez Engel qui, après un apprentissage commercial, entreprend en 1930 des études en histoire, allemand et philosophie à l’université de Kiel où il noue des contacts avec l’Union des étudiants nationaux-socialistes allemands (Nationalsozialistischer Studentenbund, NSDStB). Il ne tarde pas à s’enthousiasmer pour la vision nazie du monde et le 1er octobre 1932, il entre à la fois au NSDAP et à sa formation de combat paramilitaire, la section d’assaut (SA). C’est dans la même université du Nord de l’Allemagne qu’il entame une carrière au sein du mouvement nazi, d’abord pendant le semestre d’été 1935 en tant que chef de l’Union étudiante. Sous sa direction, l’Union de Kiel est restructurée, elle est désormais uniquement formée de jeunes militants « qui forment le terreau de la véritable communauté du peuple » et « garantissent à 100 pour cent une ligne de parti claire8 ». Pendant son mandat, Engel surveille aussi les étudiants qui se rangent du côté de l’Église confessante (Bekennende Kirche9) et les signale à la Gestapo10. Son intervention active lui vaut l’attention recherchée d’éminents représentants nazis et il confirme sa volonté politique en quittant la SA pour la section de protection (SS). Son enthousiasme persistant, associé à un engagement radical, contribue à la nomination d’Engel, qui a achevé ses études en 1936 à Innsbruck avec une thèse sur l’alliance germano-autrichienne de 1890 dans laquelle il innocente l’Allemagne dans la question de la responsabilité de la guerre11, au poste de responsable territorial nord‑ouest à la direction des étudiants du Reich.

  • 12 Christian Ingrao, op. cit., p. 86.
  • 13 Michael Wildt, op. cit., p. 87 ; BArch-B, R 9361-III/523093, dossier personnel de chef SS.
  • 14 Pour la mutation à Gênes, voir BArch-B, R 9361-III/523093, Demande de promotion d’Engel au rang d’O (...)

5Il entre également en contact avec le service de sécurité (SD) par l’intermédiaire du responsable étudiant Gustav Adolf Scheel et dès 1938, Reinhard Heydrich le nomme inspecteur de la police de sûreté et du SD à Berlin. Christian Ingrao estime qu’il n’occupe pas ce poste à des seules fins de propagande, mais qu’il s’y livre à des travaux de rédaction et fait des exposés en tant qu’universitaire SS pour des officiers SS qui ont également fait des études et possèdent des connaissances historiques12. Les compétences acquises dans le cadre de cette activité semblent justifier sa nomination au poste de responsable du service de l’éducation idéologique (weltanschauliche Erziehung) dans la division I de l’Office central de la sûreté du Reich (Reichssicherheitshauptamt/ RSHA) – qu’il occupe de 1941 à 194313. Fin 1943, Engel, qui a déjà participé en 1940 à un engagement de la police de sûreté à Oslo (groupe d’intervention du SD « Norwegen »), reçoit le commandement, en tant que BdS/SD, du détachement extérieur de Gênes, dans l’Italie occupée14. C’est à cette fonction qu’il sera responsable de plusieurs crimes de guerre. Friedrich Engel reste à son poste de commandement jusqu’à son arrestation et son internement par des soldats américains en mai 1945.

  • 15 Martin Göllnitz, op. cit., p. 549.
  • 16 Le gouvernement fédéral décrète dans la loi d’amnistie (Straffreiheitsgesetz) du 31 décembre 1949 – (...)
  • 17 À ce sujet et pour ce qui suit, voir Ingo von Münch, Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel, Hambou (...)

6Début 1947, il parvient à s’enfuir du camp de prisonniers de guerre d’Oberursel, dans la Hesse, et loue ses services, d’abord sous le nom de « Friedrich Schottenberg », dans un camp de bûcherons de l’armée britannique à Braunlage, dans le Harz, où il travaille ensuite comme maître-nageur pendant l’été 194815. Il part en 1949 pour Hambourg où il trouve un emploi chez un importateur de bois dont il deviendra par la suite fondé de pouvoirs. Il abandonne son faux nom mais n’ose pas dévoiler son identité, malgré l’amnistie offerte par le gouvernement fédéral d’Allemagne de l’Ouest le 31 décembre 194916. Ce n’est qu’en 1954 qu’il révèle aux autorités allemandes sa véritable identité dans une auto-dénonciation pour faux nom, il est par la suite entendu à plusieurs reprises comme témoin dans le cadre des poursuites pénales d’auteurs allemands de crimes de guerre en Italie17. Une instruction ouverte contre lui en 1969 par le ministère public de Hambourg doit cependant être interrompue pour présomption insuffisante de culpabilité. Il a donc vécu plus d’un demi-siècle sans être inquiété en tenant le rôle d’un honorable commerçant dans la ville hanséatique où il meurt le 4 février 2006.

  • 18 Michael Wildt, op. cit., p. 203.
  • 19 Gerhard Paul, « Ganz normale Akademiker. Eine Fallstudie zur regionalen staatspolizeilichen Funktio (...)
  • 20 Michael Wildt, op. cit., p. 204 et suiv.

7Engel faisait partie du groupe de responsables étudiants nazis qu’on peut désigner comme « génération montante du parti ». Ses membres s’en distinguaient par leur âge peu avancé pour les postes qu’ils ont occupés et leur longue appartenance au parti. Ce groupe a été formé intentionnellement dans le but d’en faire un futur corps de dirigeants ; il ne possédait dans la plupart des cas aucune expérience de l’administration et il n’avait généralement pas effectué le « parcours du combattant » des chefs politiques. Ses mérites étaient ailleurs, la carrière d’Engel le montre parfaitement. Ce dernier incarnait le type du fonctionnaire nazi qui peut être affecté partout en Europe, capable de passer sans effort apparent d’un bureau au commando d’intervention du SD ou du poste de chef de l’éducation idéologique et de service au RSHA au rôle de chef d’un commandement de la police de sûreté en Italie. Cette capacité d’adaptation et cette carrière figurent aussi dans le portrait élaboré par Michael Wildt d’une « administration combattante » au sein du corps de dirigeants inconditionnels du RSHA dont les membres étaient issus de la génération de la jeunesse de guerre18. À la différence de Gerhard Paul par exemple, jusqu’en 1995, Wildt ne définit pas ces hommes comme une simple « élite non doctrinaire de jeunes universitaires carriéristes marqués par la nouvelle objectivité »19. C’est surtout dans la manière dont ces hommes agissaient, dont ils durcissaient localement les ordres qui leur étaient donnés et dont ils appliquaient la politique du RSHA sur le terrain, et pas depuis un lointain bureau berlinois, que Wildt voit ce qui caractérisait une administration entièrement politisée pour laquelle les problèmes devaient « être résolus avec détermination et sans concession, avec fermeté et sans pitié20 ».

Le crime commis en Italie 

  • 21 Cf. « Hitlers Kampfanweisung für die Bandenbekämpfung vom 16. Dezember 1942 », in Der Prozess gegen (...)
  • 22 Gerhard Schreiber, Deutsche Kriegsverbrechen in Italien. Täter – Opfer – Strafverfolgung, Munich, 1 (...)

8La « directive autorisant la lutte contre les bandes » (Kampfanweisung für die Bandenbekämpfung ou Bandenbekämpfungsbefehl) d’Adolf Hitler du 16 décembre 1942 représente la base essentielle sur laquelle sont fondés les crimes de guerre imputés à Friedrich Engel et jugés devant le Landgericht de Hambourg. L’ordre a été promulgué à l’origine pour lutter contre les partisans sur le front de l’Est et vise à « anéantir, pas à chasser les bandes »21. Pour cela, la directive fait un « devoir » de l’action énergique et impitoyable contre les partisans et leurs acolytes, tandis que le respect des normes juridiques internationales est, au contraire, déclaré crime de guerre22. L’absence de tout scrupule apparaît dès le premier point de l’ordre :

  • 23 Directive autorisant le combat des bandes de Hitler du 16 décembre 1942.

« Pour cette raison, les troupes ont le droit et le devoir d’employer dans cette lutte tous les moyens sans restriction, y compris contre les femmes et enfants, si cela contribue au succès. Toute marque de douceur quelconque est un crime envers le peuple allemand et le soldat au front qui doit subir les conséquences des coups portés par des bandits et qui ne comprend pas comment on peut faire grâce à ces derniers et à leurs complices23. »

  • 24 Gerhard Schreiber, « Deutsche Kriegsverbrechen gegenüber Italienern », in Wolfram Wetter, Gerd R. U (...)
  • 25 Kerstin von Lingen, « Partisanenkrieg und Wehrmachtsjustiz am Beispiel: Italien 1943–1945 », Zeitsc (...)
  • 26 Cité d’après Percy Ernst Schramm (éd.), Kriegstagebuch des Oberkommandos der Wehrmacht (Wehrmachtfü (...)
  • 27 Kerstin von Lingen, op. cit., p. 24.

9L’impunité est également garantie aux hommes en uniforme, auxquels « aucun compte ne sera demandé, pas même d’un point de vue disciplinaire ni devant un tribunal militaire, pour leur conduite durant la lutte contre les bandes et leurs acolytes ». Dans les faits, toute personne qui se rend coupable de violences envers des civils est ainsi assurée de ne pas être poursuivie. L’ordre a donc un effet normatif et contribue à ôter aux coupables toute crainte d’aller trop loin dans la violence24. Après l’annonce de l’armistice par le chef du gouvernement italien Pietro Badoglio le 8 septembre 1943 et l’occupation par la Wehrmacht du territoire de l’ancien État allié, la « directive autorisant la lutte contre les bandes » s’applique aussi à l’Italie. L’ordre d’Hitler du 18 août 1942 précise que l’armée est responsable de la lutte contre les bandes dans les zones d’opérations du front, tandis que dans les « Bandengebieten » (territoires où sévissent les bandes) officiels et dans les zones d’opérations du Nord de l’Italie éloignées du front, ce sont les SS qui ont la responsabilité exclusive de la guerre contre les partisans25. Cette répartition, si elle entraîne des conflits de compétences en Italie, débouche en avril 1944 sur un compromis qui confère la « haute direction de la lutte contre les bandes sur tout le territoire italien » au commandant en chef (Oberbefehlshaber) pour le Sud-Ouest et commandant en chef du groupe d’armées C Albert Kesselring, tandis que la « responsabilité de son organisation » dans les zones éloignées du front incombe encore au chef supérieur de la SS et de la police (HSSPF) en Italie Karl Wolff et que ce dernier, bien que subordonné de Kesselring, reçoit ses ordres de Heinrich Himmler26. Ces superpositions de compétences entre la Wehrmacht et la SS sur le théâtre d’opérations italien ont longtemps rendu plus difficile de déterminer les responsables de différents actes de représailles et massacres de civils, d’autant plus que bon nombre de crimes de guerre ont été le fait commun des différents acteurs27.

  • 28 Giorgio Rochat, « Una ricerca impossible. Le perdite italiane nella seconda guerra mondiale », Ital (...)
  • 29 Cf. à titre d’exemple Carlo Gentile, « Zivilisten als Feind: Die 16. SS-Panzergrenadierdivision « R (...)
  • 30 Kerstin von Lingen, Partisanenkrieg, p. 30 ; Schreiber, Kriegsverbrechen, p. 94.

10Rien qu’en Italie, le nombre de victimes civiles qui ont trouvé la mort du fait de la « directive autorisant la lutte contre les bandes » entre septembre 1943 et mai 1945 atteint près de 10 000 femmes, enfants et vieillards28. Ce groupe n’est naturellement pas composé de partisans, mais de civils non impliqués qui se sont trouvés par hasard sur le lieu choisi par des unités de la Wehrmacht ou de la SS pour une « mesure expiatoire » (Sühnemaßnahme). Le motif de ces représailles est alors généralement, mais pas seulement, l’assassinat ou la blessure de membres de la Wehrmacht, ou encore le sabotage d’équipements stratégiques de la puissance occupante29 : dans la mesure où la vengeance ne peut être exercée directement sur place car les partisans n’ont pas attendu pour prendre le large ou l’attaque remonte déjà à quelque temps, c’est un lieu central, parfois choisi pour sa valeur symbolique, qui est désigné pour les « mesures expiatoires » – la plupart du temps des exécutions sommaires. Ces opérations répondent toujours à des ordres directs et les commandos de la mort qui y participent suivent un scénario fixé d’avance pour pouvoir être identifié comme tel par la population civile et dans un objectif de dissuasion : après une attaque de partisans, les habitants d’un village à proximité immédiate du lieu de l’attentat sont, soit abattus à l’arme automatique, soit tués dans l’incendie des maisons encore occupées30. Rien d’étonnant donc à ce que cette politique de « pacification » ait dégénéré à ce point et débouché sur une radicalisation des deux camps, surtout après la défaite allemande de Montecassino et la libération de Rome le 4 juin 1944.

  • 31 Archives fédérales – archives militaires de Fribourg-en-Brisgau (BArch-MA), RH 24-75/23, Ic-MM, 16. (...)
  • 32 BArch-MA, RH 24-75/23, en complément à Ic-TM, 17.5.1944.
  • 33 Cité d’après : Münch, Geschichte, p. 9. Comme l’a confirmé Carlo Gentile au « Spiegel », ce prétend (...)
  • 34 Carlo Gentile, Wehrmacht und Waffen-SS im Partisanenkrieg: Italien 1943–1945, Paderborn, 2012, p. 3 (...)
  • 35 Felix Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht. Der Prozess gegen Friedrich Engel aus völker- un (...)
  • 36 Carlo Gentile, Lutz Klinkhammer, « Gegen die Verbündeten von einst. Die Gestapo in Italien », in Ge (...)

11Si d’autres facteurs et d’autres ordres ont favorisé une escalade de la politique de représailles allemande, il convient ici d’examiner le crime de guerre dont est accusé Friedrich Engel. Tout commence par un attentat à la bombe perpétré par des partisans en uniforme de la Wehrmacht le 15 mai 1944 contre le cinéma « Odeon », fréquenté exclusivement par des soldats allemands31. Cinq soldats sont tués, 15 autres grièvement blessés. Au vu de l’insécurité croissante dans la ville portuaire de Gênes et du nombre élevé de morts et de blessés, Engel est chargé, en tant que BdS/SD compétent du détachement extérieur de Gênes, de préparer immédiatement et d’exécuter une « mesure expiatoire » dure32. Il aurait, selon ses propres dires, reçu de son supérieur l’ordre « pour chaque Allemand mort, d’abattre dix fois plus d’Italiens ». Engel pense alors visiblement que six soldats allemands ont été tués33 car il désigne comme victimes à exécuter en représailles de l’attentat du 15 mai, soixante « prisonniers expiatoires » italiens incarcérés à la prison de Marassi – partisans, organisateurs de grèves, objecteurs de conscience ou coupables de tout autre acte contre l’occupation allemande34. Seuls 17 des 59 détenus exécutés sont effectivement des partisans, tandis que cinq d’entre eux n’ont pas encore 18 ans au moment où ils sont abattus et ne possèdent donc aucun statut de combattant35. Ces « prisonniers expiatoires » étaient le plus souvent logés dans une aile spécifique de la prison sous le contrôle de la Gestapo, il s’agissait généralement d’adversaires « idéologiques » qui pouvaient être remis à un peloton d’exécution pour des actes de représailles36.

  • 37 Carlo Gentile, Wehrmacht…, op. cit., p. 395.
  • 38 Cf. à ce sujet le jugement du tribunal militaire de Turin du 15 novembre 1999. URL : http://www.ass (...)

12Les procès ultérieurs de Turin et Hambourg l’ont constaté plus tard, le choix des personnes à exécuter et la responsabilité directe de la « mesure expiatoire » incombaient au commandant de la police de sûreté Engel qui a également assisté, même s’il n’a pas donné l’ordre de tirer et n’a pas tiré lui-même, au peloton d’exécution de la marine au col du Turchino le 19 mai 1944 – quatre jours seulement après l’attentat contre le cinéma. Les exécutions par des unités de la marine militaire n’avaient alors rien d’inhabituel : du fait des problèmes de sécurité dans la ville portuaire de Gênes, les SS et les militaires ont collaboré à de nombreuses reprises, également pour des « mesures expiatoires » et des liquidations37. Selon le jugement rendu par le tribunal de Turin, les 59 prisonniers ont été amenés en camion au col du Turchino, en-dehors de Gênes, où ils ont ensuite été abattus sur le versant sud du Bric Busa. Pour cela, ils ont dû monter par groupes de six sur une planche au-dessus d’une fosse creusée la veille par des prisonniers juifs. Ainsi, les condamnés à mort ont eu sous les yeux les cadavres de leurs codétenus avant d’être abattus à leur tour38.

13Le choix ciblé des prisonniers, majoritairement des civils, et le laps de temps écoulé montrent bien que l’acte n’avait rien de spontané et ne saurait non plus être considéré comme un débordement soudain ; il s’agit, au contraire, d’un acte de violence démesurée contre la population civile italienne – une hypothèse étayée par la direction militaire rigoureuse et la parfaite organisation de l’opération. Friedrich Engel, qui a assisté au peloton d’exécution, a donné l’ordre des représailles mais n’a pas participé lui-même aux exécutions. Il n’en est pas moins responsable de ce crime de guerre, ainsi que des massacres de Benedicta (3 au 11 avril 1944 : 147 victimes), de Portofino (2 au 3 décembre 1944 : 20 victimes) et de Cravasco (23 mars 1945 : 20 victimes). En tant que commandant de la police de sûreté et du SD à Gênes, il est donc directement responsable de l’exécution de 246 partisans, prisonniers politiques et civils non concernés.

L’obstructionnisme dans le jugement des crimes de guerre après 1945

  • 39 V. à propos de l’instruction contre Engel, e. a. Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht », p.  (...)

14Le laps de temps écoulé entre les crimes de guerre perpétrés par Engel en Ligurie et l’ouverture des poursuites pénales à son encontre en Italie et en Allemagne est pour le moins surprenant. En effet, le ministère de l’intérieur italien et le parquet général militaire disposaient depuis 1946/47 de rapports et de témoignages des massacres ordonnés par Engel – mais aucune instruction n’a été ouverte. Il a fallu attendre 1969 pour voir une première procédure d’information judiciaire s’amorcer en République fédérale d’Allemagne, qui a dû cependant être interrompue en juillet de la même année fautes de preuves. Une deuxième tentative du ministère public de Hambourg, qui poursuit Engel pour meurtres sur la base d’informations de la Commission alliée des crimes de guerre, a elle aussi été suspendue en 1993 : ni la police de Hambourg, ni le Service central d’enquêtes sur les crimes nationaux-socialistes (Zentralstelle zur Aufklärung nationalsozialistischer Gewaltverbrechen) de Ludwigsbourg ne sont parvenues à trouver l’adresse d’Engel – fait étonnant, car elle figurait dans l’annuaire téléphonique. Dès 1989 en effet, le bureau de déclaration de domicile de la ville hanséatique déclare au parquet de Stuttgart que la personne recherchée ne vit pas à Hambourg, sans tenir compte du fait qu’il y est déclaré en bonne et due forme depuis plusieurs dizaines d’années. Ce n’est qu’en 1997, lorsqu’Engel doit être entendu dans un procès au tribunal militaire de Turin à la demande d’une commission rogatoire, que le ministère public de Hambourg retrouve soudainement sans difficulté le suspect, mais comme il refuse de déposer, le « cas Engel » est de nouveau classé en Allemagne39.

  • 40 Filippo Focardi, « La questione della punizione dei criminali di guerra in Italia dopo la fine del (...)
  • 41 Cf. Paolo Pezzino, « Sui mancati processi in Italia ai criminali di guerra tedeschi », Storia e mem (...)

15Le manque d’intérêt des autorités judiciaires allemandes n’explique pas à lui seul qu’Engel ait pu exercer un emploi de commercial et vivre des dizaines d’années à Hambourg sans être inquiété. La tactique d’obstruction pratiquée à partir de fin 1946 par le gouvernement italien en ce qui concerne les poursuites pénales de criminels nazis allemands explique aussi pour une part essentielle le peu d’intérêt de la justice pour les crimes de guerre commis par Engel. Cet intérêt était pourtant extrême juste après la guerre, les crimes de guerre allemands devaient être punis, à tel point que le ministère italien des Affaires étrangères a ouvert dès novembre 1944 des enquêtes sur les massacres et destructions commis par la Wehrmacht, la SS et la Gestapo et a entrepris de dresser la liste des coupables40. Mais si les Alliés signalent alors leur volonté totale de coopérer pour élucider avec précision les crimes nazis, la Grande-Bretagne émet des réserves sur la question du droit à accorder ou non à l’Italie de juger sans restriction les Allemands – du point de vue de Londres en effet, l’Italie est une nation ennemie vaincue, coupable elle aussi de crimes de guerre aux conséquences judiciaires41.

  • 42 Filippo Focardi, La questione, op. cit., p. 548-555.
  • 43 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Filippo Focardi, « Das Kalkül des ‘Bumerangs’. Politik und Recht (...)

16Début août 1945, le gouvernement italien est officiellement autorisé à dénoncer les criminels de guerre allemands à la Commission des crimes de guerre des Nations unies (UNWCC) et en mai 1946, il lui est aussi permis d’engager lui-même des procédures dès lors que l’accusé n’est pas un officier de commandement supérieur du rang d’un général de division et qu’il n’est pas accusé dans l’un des États alliés42. Chargé des enquêtes préliminaires et des plaintes contre de présumés criminels de guerre par le ministère de la Guerre et des Affaires étrangères, le parquet général militaire ouvre alors de multiples procédures d’information judiciaire sur la base de 2274 plaintes43. Fin 1946, il fait parvenir à l’UNWCC des demandes d’extradition de plus de 100 criminels de guerre allemands, dont les Alliés ne livreront cependant que 23 pour être traduits devant un tribunal italien. Par rapport aux 2274 procédures engagées, le nombre de procès qui a eu effectivement lieu ne représente donc qu’une très faible proportion.

  • 44 Martin Göllnitz, op. cit., p. 539.
  • 45 Filippo Focardi, Kalkül, op. cit., p. 549.
  • 46 Filippo Focardi, La questione, op. cit., p. 551-553.
  • 47 Filippo Focardi, Lutz Klinkhammer, « La questione dei « criminali di guerra » italiani e una Commis (...)
  • 48 Filippo Focardi, Kalkül, p. 551.
  • 49 Ebd.

17Friedrich Engel a lui aussi fait l’objet d’une procédure pénale en Italie, mais sa fuite du camp d’internement en 1947 et son existence sous une fausse identité jusqu’en 1954 lui permettent d’échapper aux poursuites sans craindre d’être extradé44. Lorsqu’il dévoile enfin sa véritable identité aux autorités allemandes en 1954, l’Italie a opéré depuis longtemps un revirement dans sa politique de poursuite des criminels de guerre allemands. Dès fin 1946 en effet, le nombre de procédures pénales diminue de manière notable et cette tendance s’accélère en 1948 avec la défaite électorale de la gauche. Filippo Focardi l’explique par quatre motifs : en premier lieu, les hésitations du gouvernement italien et du parquet militaire général, dont les demandes d’extradition ne contiennent souvent pas toutes les informations nécessaires pour trouver les présumés coupables45. Ensuite, la question de la sanction à infliger aux criminels de guerre allemands est étroitement liée à celle des criminels de guerre italiens – des procès en Italie auraient légitimé les demandes d’extradition de criminels de guerre italiens déposées par l’Éthiopie, la France, la Grèce, l’Albanie, l’Union soviétique, et surtout la Yougoslavie46. Or, le ministère des Affaires étrangères veut à tout prix éviter cet « effet boomerang »47. De plus et troisièmement, la position américaine et britannique envers l’Allemagne de l’Ouest change radicalement à partir de 1947 et la reconstruction ne semble alors pas compatible avec la livraison de criminels de guerre. Les USA n’acceptent plus aucune demande d’extradition dès novembre 1947 ; les Britanniques, eux, commencent par ne pas se prononcer, mais se rallient eux aussi à cette décision en septembre 194848. Quatrièmement enfin, les relations germano‑italiennes jouent à partir de 1949 un rôle important, sous l’impulsion décisive d’Alcide De Gasperi et de Konrad Adenauer ; elles prennent notamment la forme d’un soutien de l’Italie à l’adhésion de l’Allemagne au Conseil de l’Europe. Ce rapprochement a contribué dans une très large mesure à affaiblir, puis à faire taire complètement, la volonté italienne de poursuivre en justice les criminels de guerre allemands49.

  • 50 Cf. Lutz Klinkhammer, « Der « Schrank der Schande » und das « Vergessen » eines Bürgerkriegs. Der U (...)
  • 51 Wolfgang Most, « Der Schrank im Palazzo Casi. Späte Prozesswelle gegen ehemalige deutsche Soldaten (...)

18Cette stratégie d’obstructionnisme du gouvernement italien a mis fin de facto à l’ouverture imminente de poursuites pénales contre Engel avant même qu’elles aient vraiment débuté. En revanche, les 2 274 dossiers de criminels de guerre allemands toujours en possession du parquet militaire général ont posé problème. Il a fallu attendre les années 1960 pour voir environ 1300 dossiers d’instructions transmis aux tribunaux militaires compétents, mais ce sont dans la plupart des cas des procédures contre des coupables inconnus50 – et les procureurs généraux n’ont donc guère d’autre possibilité que le non-lieu. Les 695 dossiers où figurent des noms d’accusés ont cependant été conservés et suspendus en 1960 dans le cadre d’un « archivage provisoire » – terme qui recouvre leur « élimination », placés dans une vieille armoire de bureau du Palazzo Cesi, le siège du parquet militaire général à Rome. Pour être sûr que l’armoire ne serait pas ouverte, elle a été fermée à clé et les portes en ont été tournées vers le mur51.

  • 52 Cf. Joachim Staron, Fosse Ardeatine und Marzabotto: Deutsche Kriegsverbrechen und Resistenza. Gesch (...)
  • 53 Alberto Stramaccioni, Crimini di guerra. Storia e memoria del caso italiano, Rome, 2016, p. 114 et (...)
  • 54 Sur l’« armoire de la honte », voir notamment Franco Giustolisi, L'armadio della vergogna, Rome 200 (...)
  • 55 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Lutz Klinkhammer, Der « Schrank der Schande », p. 160-165, 170-1 (...)
  • 56 Filippo Focardi, « Das Kalkül des „Bumerangs“. Politik und Rechtsfragen im Umgang mit deutschen Kri (...)

19Cette « solution », extrêmement problématique sur le plan juridique, à la question des crimes de guerre n’a été découverte qu’en 1994 par le plus grand des hasards, suite à une requête du procureur militaire Antonino Intelisano, qui a alors ouvert une enquête sur l’ancien Hauptsturmführer SS Erich Priebke52. Intelisano demande au parquet militaire général les anciens actes du procès intenté contre Herbert Kappler et un fonctionnaire de justice, qui ignore visiblement ce que contient l’armoire, l’ouvre et y découvre les dossiers « éliminés »53. Un article des journalistes Alessandro De Feo et Franco Guistolisi dans l’hebdomadaire L’Espresso en 1996 rend le fait public et le nom d’« armoire de la honte » forgé par les médias italiens se répand comme une traînée de poudre dans tout le pays54. Une enquête du conseiller au tribunal militaire, close en 1998, conclut que l’archivage des dossiers est illégal55. Le parlement italien crée aussi une commission d’enquête qui ne parvient cependant pas à s’entendre sur un rapport final commun en février 2006. Parmi les 695 procédures interrompues se trouve celle concernant Engel, qui profite donc une deuxième fois du peu d’intérêt des autorités judiciaires italiennes. Après une enquête interne de la justice militaire en 1994, les dossiers ainsi redécouverts sont transmis aux parquets militaires compétents et donneront lieu à de nombreux procès56.

Le procès de l’été 2002 au Landgericht de Hambourg

  • 57 La loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne interdit l’extradition, de sorte qu’Engel (...)
  • 58 Le jugement concernant Engel a été rendu le 5 novembre 1999. V. pour le procès le livre du procureu (...)
  • 59 Voir à ce sujet Raimondo Ricci, « Processo alle stragi naziste? Il caso ligure. I fascicoli occulta (...)
  • 60 Anonyme, « Ehemaliger SS-Offizier verurteilt », Hamburger Abendblatt, en ligne depuis le 17 novembr (...)

20Après l’examen des dossiers, Friedrich Engel est traduit en 1997 devant un tribunal militaire italien et condamné par contumace en 1999 à la réclusion à perpétuité pour le meurtre de 246 personnes57. Le procès de Turin n’a pas eu pour seul objet la participation d’Engel aux exécutions du col du Turchino, mais aussi les massacres de Benedicta, de Portofino et de Cravasco58. Alors qu’en Italie, les journaux rivalisent de comptes rendus d’audience, aucun remous n’agite curieusement la presse allemande59. Quelques médias isolés comme le Hamburger Abendblatt rapportent, certes, l’issue du procès, mais il n’est pas question d’en rendre compte au jour le jour60. L’opinion publique allemande n’a donc majoritairement pas eu connaissance du procès de Turin et des crimes dont est accusé Engel.

  • 61 Anonyme, « Italiens Justiz will Verfahren gegen Ex-Nazis », taz. die tageszeitung, en ligne depuis (...)
  • 62 Clemens Wergin, « Friedrich Engel: Das ruhige Leben des Henkers von Genua », Der Tagesspiegel, en l (...)
  • 63 Alessandra Stanley, « Italy presses both Germany and Canada on 2 Ex-Nazis », The New York Times, en (...)
  • 64 Anonyme, « Italien macht Fall Engel zur Chefsache », Spiegel Online, en ligne depuis le 20 avril 20 (...)
  • 65 Le reportage de « Kontraste » intitulé « Kriegsverbrecher in Deutschland – seit 56 Jahren unbehelli (...)
  • 66 Anonyme, « Entrüstung in Italien über den Fall Engel », Die Welt, en ligne depuis le 18 avril 2001. (...)

21Suite aux premiers communiqués de presse sur le procès, le parquet de Hambourg ouvre une instruction dès 1998, mais sans pour autant accélérer les choses61. Même après réception des actes du procès de Turin en mai 2000, rien ne bouge et c’est seulement en avril 2001 que le parquet déclare au Tagesspiegel berlinois que « le dossier est encore en cours de traduction »62. Et l’appel des autorités italiennes, en particulier du ministre de la justice Piero Fassino, à traduire le criminel de guerre Engel devant un tribunal en Allemagne ou à le livrer à la justice italienne reste sans résultat63. Lorsque le journal italien Corriere della Sera s’adresse directement au maire de Hambourg Otto Schily, ce dernier explique qu’il est de toute façon trop tard pour arrêter Engel, compte-tenu de son âge64. C’est finalement le magazine télévisé politique Kontraste qui informe l’opinion internationale des crimes de l’ancien BdS/SD à Gênes65. Le reportage déclenche aussitôt une vague d’indignation, en Allemagne où il est diffusé le 12 avril 2001, mais surtout en Italie, alors que les autorités judiciaires de Hambourg n’ont toujours engagé aucune poursuite66.

  • 67 V. à titre d’exemple Rory Carroll, « Italy's bloody secret », The Guardian, en ligne depuis le 25 j (...)
  • 68 Marion Kraske, « Mit Samthandschuhen gegen Nazi-Henker », Spiegel Online, en ligne depuis le 22 avr (...)

22La pression s’accroît sur le parquet de Hambourg car les journaux sont de plus en plus nombreux dans le monde entier à parler de l’affaire, c’est le cas notamment du Guardian en Angleterre, du Washington Post aux USA et du Spiegel en Allemagne67. Ce sont aussi les médias qui donnent à l’ancien officier SS allemand le nom de « boucher de Gênes » et qui renseignent l’opinion mondiale sur ses crimes de guerre. Ils n’hésitent plus ensuite, en Allemagne et à l’étranger, à faire des reproches à la justice allemande, et plus particulièrement à celle de Hambourg : malgré les preuves et les témoins avérés, on aurait pendant des décennies pris des gants avec un criminel de guerre68. La pression nationale et internationale sur les autorités de Hambourg augmente encore et le 7 mai 2002, le procès s’ouvre enfin devant la grande chambre pénale du Landgericht de Hambourg. Pendant les 13 jours de débats requis par le tribunal jusqu’au jugement, l’opinion du monde entier a les yeux tournés vers la ville hanséatique. Les médias sont nombreux à rendre compte du procès en direct de la salle d’audience et à le documenter pour leurs lecteurs, notamment Der Spiegel, Die Welt ou le journal britannique Guardian.

  • 69 Cf. Gisela Friedrichsen, « Das hätte nicht sein müssen », Der Spiegel 28, 2002, p. 40.
  • 70 Cité d’après Gisela Friedrichsen, « Krieg ist nicht human », Der Spiegel 23, 2002, p. 58-60, ici p. (...)

23Lorsque le jugement tombe le 5 juillet 2002, ce n’est plus seulement la responsabilité d’Engel dans des crimes de guerre qui importe désormais. Le magazine d’informations allemand Der Spiegel demande par exemple s’il s’agit ici uniquement de mettre à jour la vérité historique, de rétablir la justice – ou d’admettre que l’État de droit peut aussi arriver à des limites qu’il ne devrait pas franchir69. Le deuxième jour du procès en particulier l’a mis en évidence, lorsque le juge et président de séance Rolf Seedorf a constaté avec une objectivité qu’il voulait irréprochable : « nous sommes ici réunis, près de 60 ans après les faits, et devons éclaircir ce qui aurait pu être éclairci de manière très différente il y a 20, 30 ou 40 ans70 ».

  • 71 À ce sujet et ce qui suit, v. ebd. ; Münch, Geschichte, p. 13.

24Il faut préciser que le procès de Hambourg ne juge pas Engel pour les 246 morts dont il a été accusé à Turin – mais uniquement pour ce qui s’est passé au col du Turchino où 59 otages ont été abattus. De l’aveu même du juge, il n’y a pas grand-chose à tirer du jugement de Turin, de sorte qu’on a préféré se fixer sur un fait concret dont on cherche à apporter la preuve juridique71. C’est aussi pour cette raison que le procureur principal compétent doit accuser Engel de meurtre « cruel » car tous les autres chefs d’accusation, notamment la complicité ou l’incitation au meurtre, sont prescrits. Le qualificatif « cruel » est justifié par la manière dont l’exécution s’est déroulée : les prisonniers assassinés au col du Turchino ont été abattus au bord d’une fosse et ont dû voir leurs compagnons d’infortune mourir sous leurs yeux.

  • 72 Gisela Friedrichsen, op. cit., p. 40.
  • 73 Ingo von Münch, Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel, Hambourg, 2004., p. 9.

25Le déroulement du procès lui-même correspond moins à ce que le jugement de Turin ou les médias ont laissé supposer : les témoins, d’âge avancé, se contredisent et leurs souvenirs ne semblent pas fiables, tandis que les rares documents disponibles manquent pour la plupart de pertinence72. Par conséquent, le Landgericht de Hambourg s’en tient au « cœur » du crime dont est accusé Engel : il a choisi les candidats à la mort, a déterminé le lieu et le moment des exécutions, a organisé le transport des prisonniers au col du Turchino et a contrôlé le bon déroulement de l’opération sur place73.

  • 74 Cité d’après Gisela Friedrichsen, « Krieg ist nicht human », p. 60. Vaut aussi pour ce qui suit.
  • 75 V. à ce sujet Ira von Mellenthin, « SS-Offizier Engel zu sieben Jahren Haft verurteilt », Die Welt, (...)

26Engel ne conteste aucun de ces faits qui, de son propre aveu, ont permis aux représailles de se dérouler « honorablement sur le plan militaire »74. Il est donc, certes, en partie responsable, mais en aucun cas coupable car l’acte en soi aurait été commis par la marine militaire en expiation des six victimes de l’attentat. Le procès est finalement surtout centré sur la question de savoir si le qualificatif de cruauté constitutif du meurtre (Mord) est ou non applicable et si les représailles relèvent du droit international de la guerre. Le motif du jugement se réfère d’ailleurs aux deux questions : si les représailles sur des détenus de la prison de Marassi sont, pour le tribunal, recevables en pratique selon le droit international de la guerre, la manière dont elles se sont déroulées est estimée particulièrement cruelle et elles doivent donc être qualifiées de meurtres75.

  • 76 Friedrichsen, « Das hätte nicht sein müssen », p. 40.
  • 77 « Communiqué du bureau de presse de la cour suprême fédérale n° 77/2004 du 25 juin 2004 », http://j (...)

27Engel n’est cependant pas condamné à la perpétuité pour les 59 meurtres, comme l’a requis le procureur régional, mais à une peine d’emprisonnement de sept ans en raison du « temps incroyablement long » écoulé depuis les faits. En raison de son âge, il quitte néanmoins le tribunal libre – les juges ne se sont pas trouvés en mesure d’estimer sa capacité à purger la peine, étant donné que pour l’ancien « boucher de Gênes » âgé de 93 ans, sept ans auraient pu signifier la perpétuité76. La cour suprême fédérale annulera par ailleurs en 2004 le jugement de Hambourg au motif que le qualificatif de cruauté appliqué aux meurtres n’est pas suffisamment attesté et classera la procédure au vu de l’âge avancé de l’accusé77. C’est ainsi qu’a pris fin, sans qu’un verdict ait été prononcé, l’un des rares procès pénaux pour crimes de guerre en Italie dans un tribunal allemand.

La mémoire collective

  • 78 Alexander Krug, « Späte Suche nach Gerechtigkeit », Süddeutsche Zeitung, en ligne depuis le 17 mai (...)
  • 79 Ira von Mellenthin, « Sieben Jahre Haftstrafe für SS-Offizier Engel », Die Welt, en ligne depuis le (...)
  • 80 Ingo von Münch, « Günter Brede – Erfahrungen mit Schafen und Wölfen », Die Welt, en ligne depuis le (...)
  • 81 Cf. Ingo von Münch, op. cit., p. 17 et suiv.

28Alors que la presse de gauche libérale (par exemple la Süddeutsche Zeitung et le Spiegel) approuve majoritairement la décision des juges du Landgericht de Hambourg et vante sa nature sage et équilibrée78, le juriste et homme politique Ingo von Münch la critique et la juge trop dure dans le journal conservateur Die Welt. Dès l’énoncé du verdict, il met en doute l’incrimination de meurtre et explique à propos du juge : « Quiconque n’a pas vécu la guerre ne peut visiblement pas toujours juger avec équité ce qui s’est passé alors79 ». Par ailleurs, les victimes allemandes de l’attentat contre les soldats au cinéma n’auraient pas été suffisamment prises en compte au cours du procès, selon Münch dans un autre article pour le même journal, car ces derniers étaient « désarmés et confiants », alors que les partisans, eux, auraient posé leur bombe « en secret », donc sournoisement – et le jugement serait donc pour cette raison d’emblée une « mauvaise décision »80. Münch poursuit sur sa lancée et en 2004, il examine de nouveau in extenso le procès et le jugement dans sa monographie Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel qui se lit comme un plaidoyer en faveur de l’idée qu’un procès pénal tardif ne permet qu’une recherche incomplète de la vérité historique81.

  • 82 Ont émis des critiques envers le jugement trop clément : Peter Müller, Andreas Speit, op. cit.
  • 83 Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht », p. 35. V. aussi Fabio Ghelli, « Es gibt noch 30 Eric (...)

29À l’exception de la taz, die tageszeitung, le procès contre Engel n’attire guère l’attention, ni de la presse de gauche alternative, ni des médias antifascistes82. Le fait est étonnant, d’autant plus que le procès comme le jugement ont soulevé de nombreuses questions fondamentales autour du traitement que réservent la justice et la société aux victimes et aux coupables de la terreur nazie83 : alors que la majeure partie des victimes n’a encore reçu aucune indemnisation aujourd’hui, de nombreux criminels de guerre, pas seulement Engel, n’ont écopé que de peines clémentes, ou même pour la plupart d’aucune peine.

  • 84 Felix Krebs, op. cit., p. 35.
  • 85 Le journaliste Kellerhoff a critiqué ces recommandations avant même qu’elles ne soient émises comme (...)
  • 86 Pour la création, le travail et les problèmes de la commission d’historiens germano-italienne, voir (...)

30Tandis que le gouvernement allemand a rendu hommage pendant des décennies aux criminels de guerre allemands morts en Italie, notamment en déposant des gerbes dans les cimetières84, on note l’absence d’une culture spécifique du souvenir en Allemagne, notamment en ce qui concerne les massacres de Benedicta, de Portofino, de Cravasco ou du col du Turchino. Cette mémoire collective inexistante des crimes de guerre allemands en Italie a aussi été pointée en 2012 par une commission d’historiens germano-italienne qui a émis des recommandations pour honorer la mémoire des victimes de l’occupation nazie de l’Italie pendant la Deuxième Guerre mondiale85. Mais si par la suite, des publications, expositions et autres projets de recherche ont été financés et initiés, ils n’ont pas touché un public très large86.

  • 87 Rosemarie Borngässer, « Der Kniefall des Johannes Rau vor den Opfern des NS-Terrors in Italien », D (...)
  • 88 Anonyme, « Außenminister Maas erinnert an NS-Opfer in Italien », Deutsche Welle, en ligne depuis le (...)
  • 89 Voir à ce sujet https://www.gedenkorte-europa.eu/content/list/451/.

31L’hommage du président fédéral allemand Johannes Rau aux victimes de Marzabotto pendant sa visite en 2002 aurait dû être, selon les médias italiens, ce qu’a été l’agenouillement de Willy Brandt à Varsovie en 197087. Or, ce geste de réconciliation et d’amitié a uniquement touché l’opinion italienne, de même que la participation du ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas à une commémoration à Marzabotto le 30 septembre 201888. En Allemagne, les gestes des deux dirigeants socialistes n’ont donné lieu à aucun débat d’envergure à propos de la culture du souvenir et des crimes de guerre commis par des Allemands en Italie. C’est sans doute aussi pour cette raison que la mémoire des victimes et le souvenir des crimes ne sont plus guère vivants qu'en Italie, notamment au mémorial du col du Turchino ou au Cimitero Monumentale di Staglieno à Gênes89.

  • 90 Cf. surtout Filippo Focardi, « Gedenktage und politische Öffentlichkeit in Italien, 1945–1995 », in(...)
  • 91 Voir à titre d’exemple sur les Fosse Ardeatine : Stefan Prauser, « Rom/Fosse Ardeatine 1944 », in G (...)

32Dans l’ensemble, on remarque que la culture italienne du souvenir de la Deuxième Guerre mondiale et de l’occupation allemande est étroitement liée aux crimes commis par la Wehrmacht, la SS et la police, même si certains massacres et « mesures expiatoires » se distinguent naturellement par leur notoriété alors que d’autres font plus partie intégrante de processus mémoriels locaux ou régionaux90. Ce sont surtout les Fosses Ardeatines à Rome ou le massacre de Marzabotto, près de Bologne, qui sont aujourd’hui ancrés dans la mémoire collective de la population italienne91. Ils sont le symbole central de la terreur nazie sous l’occupation et des lieux d’une grande importance symbolique.

  • 92 Peter Müller, « Der Justiz entkommen », taz. die tageszeitung, en ligne depuis le 14 février 2006. (...)

33Bien qu’il n’ait jamais eu à assumer la responsabilité de ses crimes – ou peut-être surtout parce qu’il n’a jamais eu à l’assumer – Engel est resté dans la ligne de mire des médias internationaux qui ont observé de près le procès et en ont rendu compte. C’est plus tard après le jugement de Turin que l’« affaire Engel » a commencé à susciter plus l’attention des médias étrangers et allemands, ces derniers critiquant la manière dont Engel et ses crimes de guerre avaient été traités en Allemagne, et faisant ainsi pression. Alors que des journaux italiens comme le Corriere della Sera exigent l’extradition d’Engel en se référant au ministre de la justice Piero Fassimo et que des médias allemands comme Der Spiegel rendent public le manque d’intérêt pour des poursuites pénales en Allemagne, la réaction des médias dans le monde entier se concentre pour l’essentiel sur le crime lui-même et l’« armoire de la honte ». Il a fallu attendre de voir le « boucher de Gênes » faire durablement l’objet de l’attention des médias, et surtout le reportage du magazine télévisé politique Kontraste, pour que les choses commencent à bouger. Le procès de l’ancien BdS/SD de Gênes est l’un des derniers procès de criminels de guerre et l’un des rares à juger les crimes commis en Italie par les nationaux-socialistes allemands devant un tribunal allemand, de sorte qu’il est assuré de bénéficier de toute l’attention des médias. Le jugement modéré et son annulation par la cour suprême fédérale d’Allemagne en 2004 font le reste et c’est sans surprise que les journaux du monde entier rapportent la mort de l’« ange de la mort » (« Todes-Engel ») en 2006, et en profitent naturellement pour critiquer de nouveau avec force le procès et le jugement92.

  • 93 De 2019 à 2021, le projet « Die Massaker im besetzten Italien (1943–45) in der Erinnerung der Täter (...)

34En revanche, il est surprenant que la personnalité et le crime de Friedrich Engel n’aient pas bénéficié de plus d’attention de la part des scientifiques jusqu’à présent. Après tout, son cas est particulièrement intéressant pour les historiens car il a fallu, malgré plusieurs tentatives, 55 ans au total jusqu’à ce qu’un premier jugement soit rendu à Turin. Le vif intérêt des médias internationaux pour le procès de Hambourg qui suit, mais aussi les études allemandes et italiennes disponibles sur l’occupation allemande de l’Italie pendant la Deuxième Guerre mondiale, alimentent de manière fructueuse le travail sur le « boucher de Gênes »93. Le rapport final, accessible au public, de la commission d’historiens germano-italienne et les actes, en partie disponibles, des procès de Turin et de Hambourg ou les motifs des jugements rendus par les tribunaux italien et allemand, eux aussi publics, permettent également d’analyser en détail les crimes commis par Engel à Gênes, mais aussi leur histoire juridique.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Andrae Friedrich, Auch gegen Frauen und Kinder. Der Krieg der Deutschen Wehrmacht gegen die Zivilbevölkerung in Italien 1943–1945, Munich, Piper, 1995.

Baldissara Luca, Pezzino Paolo (éd.), Crimini e memorie di Guerra. Violenze contro le popolazioni e politiche del ricordo, Naples, L'ancora del Mediterraneo, 2004.

Baldissara Luca, Pezzino Paolo, Il massacro. Guerra ai civili a Monte Sole, Bologne, 2009.

Klinkhammer Lutz, Stragi naziste in Italia. La guerra contro i civili (1943–44), Rome 1997.

Baris Tommaso, Tra due fochi. Esperienza e memoria della Guerra lungo la linea Gustav, Rome, ‎ Laterza, 2003, p. 3-57.

Collotti Enzo, Sandri Renato, Sessi Frediano (éd.), Dizionario della Resistenza, vol. 2 : Luoghi, formazioni, protagonisti, Turin, Einaudi, 2001.

Focardi Filippo, « Das Kalkül des „Bumerangs“. Politik und Rechtsfragen im Umgang mit deutschen Kriegsverbrechen in Italien », in Norbert Frei (éd.), Transnationale Vergangenheitspolitik. Der Umgang mit deutschen Kriegsverbrechern in Europa nach dem Zweiten Weltkrieg, Göttingen, Wallstein Verlag, 2006, p. 536-566.

Focardi Filippo, « La questione della punizione dei criminali di guerra in Italia dopo la fine del secondo conflitto mondiale », Sources et recherches des archives et bibliothèques italiennes, 80, 2000, p. 543-624.

Focardi Filippo, Klinkhammer Lutz, « La questione dei « criminali di guerra » italiani e una Commissione de inchiesta dimenticata », Contemporanea, 3, 2001, p. 497-528.

Franzinelli Mimmo, Le stragi nascoste. L'armadio della vergogna. Impunità e rimozione dei crimini di guerra nazifascisti 1943–2001, Milan, Mondadori, 2002.

Gentile Carlo, Wehrmacht und Waffen-SS im Partisanenkrieg: Italien 1943–1945, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2012.

Gentile Carlo, « Marzabotto 1944 », in Gerd R. Ueberschär (éd.), Orte des Grauens. Verbrechen im Zweiten Weltkrieg, Darmstadt, Primus in Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2003, p. 136-146.

Gentile Carlo, « Politische Soldaten. Die 16. SS-Panzer-Grenadier-Division „Reichsführer-SS“ in Italien 1944 », Sources et recherches des archives et bibliothèques italiennes, 81, 2001, p. 529-561.

Gentile Carlo, « Zivilisten als Feind: Die 16. SS-Panzergrenadierdivision „Reichsführer-SS“ in Italien 1944/45 », in Jan Erik Schulte, Peter Lieb, Bernd Wegner (éd.), Die Waffen-SS. Neue Forschungen, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2014, p. 302-316.

Gentile Carlo, Klinkhammer, Lutz, « Gegen die Verbündeten von einst. Die Gestapo in Italien », in Gerhard Paul, Klaus-Michael Mallmann (éd.), Die Gestapo im Zweiten Weltkrieg. „Heimatfront“ und besetztes Europa, Darmstadt, Primus Verlag, 2000, p. 521-540.

Giustolisi Franco, L'armadio della vergogna, Rome, Nutrimenti, 2004.

Göllnitz Martin, Der Student als Führer? Handlungsmöglichkeiten eines jungakademischen Funktionärskorps am Beispiel der Universität Kiel (1927–1945), Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2018.

Herbert Ulrich, Best. Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft 1903–1989, 3e éd., Bonn, Dietz Verlag, 1996.

Ingrao Christian, Hitlers Elite. Die Wegbereiter des nationalsozialistischen Massenmords, Bonn, Propyläen Verlag, 2012.

Kämmerer Jörn Axel, « Kriegsrepressalie oder Kriegsverbrechen? Zur rechtlichen Beurteilung der Massenexekutionen von Zivilisten durch die deutsche Besatzungsmacht im Zweiten Weltkrieg », Archiv des Völkerrechts, 37, 1999, n° 3/4, p. 283-317.

Klinkhammer Lutz, « Der „Schrank der Schande“ und das „Vergessen“ eines Bürgerkriegs. Der Untersuchungsausschuss des italienischen Parlaments zur Aufdeckung der Nichtverfolgung von nationalsozialistisch-faschistischen Gewaltverbrechen », in Christoph Cornelißen, Paolo Pezzino (éd.), Historikerkommissionen und historische Konfliktbewältigung, Berlin, De Gruyter, 2018, p. 153-176.

Klinkhammer Lutz, « Die Ahndung von deutschen Kriegsverbrechern in Italien nach 1945 », in Gian Enrico Rusconi, Hans Woller (éd.), Parallele Geschichte? Italien und Deutschland 1945-2000. Vom Ende des Zweiten Weltkrieges bis zur europäischen Einigung, Berlin, Duncker & Humblot, 2006, p. 89-106.

Krebs Felix, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht. Der Prozess gegen Friedrich Engel aus völker- und kriegsgeschichtlicher Perspektive », La resistenza. Beiträge zu Faschismus, deutscher Besatzung und dem Widerstand in Italien, 2, 2003, p. 33-35.

Lingen Kerstin von, « Partisanenkrieg und Wehrmachtsjustiz am Beispiel: Italien 1943–1945 », Zeitschrift für Genozidforschung, 2, 2007, p. 8-40.

Münch Ingo von, Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel, Hambourg, Ellert & Richter Verlag 2004.

Paladini Arrigo, Via Tasso. Carcere nazista, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1986.

Pezzino Paolo, « Guerra ai civili. Le stragi tra storia e memoria », Passato e Presente, 58, 2003, p. 111-131.

Pezzino Paolo, « Sui mancati processi in Italia ai criminali di guerra tedeschi », Storia e memoria, 10, 2001, n° 1, p. 9-72.

Portelli Alessandro, « The massacre at the Fosse Ardeatine. History, myth, ritual and symbol », in Katharine Hodgkin, Susannah Radstone (éd.), Memory, history, nation. Contested pasts, Nouveau Brunswick, N.J. : Transaction Publishers, 2006, p. 29-41.

Portelli Alessandro, L'ordine è già stato eseguito. Roma, le Fosse Ardeatine, la memoria, Rome, Donzelli, 1999.

Prauser Steffen, « Mord in Rom? Der Anschlag in der Via Rasella und die deutsche Vergeltung in den Fosse Ardeatine im März 1944 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 50, 2002, cahier 2, p. 269-301.

Prauser Stefan, « Rom/Fosse Ardeatine 1944 », in Gerd R. Ueberschär (éd.), Orte des Grauens. Verbrechen im Zweiten Weltkrieg, Darmstadt, 2003, p. 207-216.

Rivello Pier Paolo, Quale giustizia per le vittime dei crimini nazisti? L'eccidio della benedicta e la strage del turchino tra storia e diritto, Turin, Giappichelli, 2002.

Rochat Giorgio, « Una ricerca impossibile. Le perdite italiane nella seconda guerra mondiale », Italia contemporanea, 201, 1995, p. 687-700.

Schreiber Gerhard, « Deutsche Kriegsverbrechen gegenüber Italienern », in Wolfram Wetter, Gerd R. Ueberschär (éd.), Kriegsverbrechen im 20. Jahrhundert, Darmstadt, Primus Verlag, 2001, p. 222-234.

Schreiber Gerhard, Deutsche Kriegsverbrechen in Italien. Täter – Opfer – Strafverfolgung, Munich, Beck, 1996.

Stramaccioni Alberto, Crimini di guerra. Storia e memoria del caso italiano, Rome, Editori Laterza, 2016.

Steinacher Gerald, « Das Massaker der Fosse Ardeatine und die Täterverfolgung. Deutsch-italienische Störfälle von Kappler bis Priebke », in Michael Gehler, Maddalena Guiotto (éd.), Italien, Österreich und die Bundesrepublik Deutschland in Europa. Ein Dreiecksverhältnis in seinen wechselseitigen Beziehungen und Wahrnehmungen von 1945/49 bis zur Gegenwart, Vienne, Böhlau Verlag, 2012, p. 291-315.

Wildt Michael, Generation des Unbedingten. Das Führungskorps des Reichssicherheitshauptamtes, 2e éd., Hambourg, Hamburger Edition, 2008.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Christoph Richter, « Die letzten NS-Prozesse in Deutschland: Von später Aufarbeitung und schlafender Justiz », Deutschlandfunk, en ligne depuis le 06 janvier 2022. URL : https://www.deutschlandfunk.de/die-letzten-ns-prozesse-in-deutschland-100.html ; Manuel Bogner, « NS-Strafverfolgung: Warum erst jetzt? », Die Zeit, en ligne depuis le 07 octobre 2021. URL : https://www.zeit.de/gesellschaft/2021-10/ns-prozess-strafverfolgung-josef-s-kz-sachsenhausen-auftakt ; Heinrich Wefing, « John Demjanjuk: Das Lager ist die Tat », Die Zeit, en ligne depuis le 11 janvier 2021. URL : https://www.zeit.de/zeit-geschichte/2020/06/john-demjanjuk-ns-kriegsverbrechen-prozess-vernichtungslager-massenmord-justiz ; Robert Probst, Lisa Sonnabend, « John Demjanjuk – verurteilt, aber frei », Süddeutsche Zeitung, en ligne depuis le 12 mai 2011. URL : https://www.sueddeutsche.de/muenchen/muenchen-ns-kriegsverbrecherprozess-fuenf-jahre-haft-fuer-john-demjanjuk-1.1096164.

2 Cf. à titre d’exemple Anonyme, « Nazi-Kriegsverbrecher Engel vor Gericht », Spiegel Online, en ligne depuis le 7 mai 2002. URL : https://www.spiegel.de/politik/deutschland/henker-von-genua-nazi-kriegsverbrecher-engel-vor-gericht-a-195103.html ; Peter Müller, Andreas Speit, « Engels geheimer Schutzengel », taz, die tageszeitung, en ligne depuis le 07 mai 2002. URL : https://taz.de/Engels-geheimer-Schutzengel/!1111642/.

3 Cf. Archives fédérales à Berlin (BArch-B), R 9361-III/523093, fiche personnelle de Friedrich Engel. Sauf indication contraire, les données sont tirées de Martin Göllnitz, Der Student als Führer? Handlungsmöglichkeiten eines jungakademischen Funktionärskorps am Beispiel der Universität Kiel (1927–1945), Ostfildern, 2018.

4 Michael Wildt, Generation des Unbedingten. Das Führungskorps des Reichssicherheitshauptamtes, 2e éd., Hambourg 2008, p. 57 et suiv. Pour un rapport complet sur le Jungdo, voir les contributions de Klaus Hornung, Der Jungdeutsche Orden, Düsseldorf 1958 ; Alexander Kessler, Der Jungdeutsche Orden in den Jahren der Entscheidung, 2  vol., Munich, 1974.

5 BArch-B, R 1501/113266(a), Statuts du Jungdo, 06 mars 1921.

6 Christian Plöger, Von Ribbentrop zu Springer: Zu Leben und Wirken von Paul Karl Schmidt alias Paul Carell, Marburg, 2009, p. 37 et suiv. Pour l’idéal du combattant, voir Ulrich Herbert, Best. Biographische Studien über Radikalismus, Weltanschauung und Vernunft 1903–1989, 3e éd., Bonn 1996, p. 44 ; Sven Reichardt, Faschistische Kampfbünde. Gewalt und Gemeinschaft im italienischen Squadrismus und in der deutschen SA, 2e éd., Cologne, 2009, p. 386-389.

7 Wildt, Generation, p. 58 et suiv.

8 BArch-B, NS 38/3654, rapport du chef de secteur étudiant Müller, 06 mai 1935.

9 L’Église confessante est un mouvement d’opposition théologiquement hétérogène au sein de l’église luthérienne, opposé aux Chrétiens allemands et à la politique des nazis envers l’église. Il tire ses racines des confréries de pasteurs dans les différentes églises régionales et de la Ligue de détresse (Pfarrernotbund). Il se revendique comme la seule église luthérienne légitime d’Allemagne et constitue de ce fait comme une contre-église au gouvernement de l’église par les Chrétiens allemands, reconnu par le régime nazi. Cf. Carsten Nicolaisen, « Bekennende Kirche », in Wolfgang Benz, Hermann Graml, Hermann Weiß (éd.), Enzyklopädie des Nationalsozialismus, Munich 2007, colonne 433-434, ici colonne 433.

10 Archives du Land Schleswig-Holstein (LASH), Dépt. 47, n° 1955, lettre d’Engel à Dahm, 09 juillet 1935.

11 C’est à cette conclusion à propos de la thèse d’Engel que parvient Christian Ingrao, Hitlers Elite. Die Wegbereiter des nationalsozialistischen Massenmords, Bonn, 2012, p. 65, sur la base des documents disponibles car aucun exemplaire de la thèse n’a été conservé. Cf. aussi BArch-B, R 9361-III/523093, curriculum-vitae d’Engel (non daté).

12 Christian Ingrao, op. cit., p. 86.

13 Michael Wildt, op. cit., p. 87 ; BArch-B, R 9361-III/523093, dossier personnel de chef SS.

14 Pour la mutation à Gênes, voir BArch-B, R 9361-III/523093, Demande de promotion d’Engel au rang d’Obersturmbannführer SS, 23 janvier 1945.

15 Martin Göllnitz, op. cit., p. 549.

16 Le gouvernement fédéral décrète dans la loi d’amnistie (Straffreiheitsgesetz) du 31 décembre 1949 – l’une des toutes premières lois de la République fédérale d’Allemagne – une amnistie pour les délits et les infractions qui ont été commis « à des fins de dissimulation de l’état-civil pour raisons politiques ». V. à ce sujet « Gesetz über die Gewährung von Straffreiheit vom 31.12.1949 », journal officiel, 1949, n° 9, p. 37-38. La citation s’y trouve aussi. L’amnistie est cependant uniquement offerte à ceux qui ont dévoilé leur véritable identité à la police avant le 31 mars 1950. Ce sont finalement tous les délits commis avant le 15 septembre 1949 dont la peine n’excède pas six mois qui ont été amnistiés. Seuls 241 « illégaux » ont profité de cette offre jusqu’à la date-limite. V. à ce sujet Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, 1996, p. 29-53 ; Jörg Friedrich, Die kalte Amnestie. NS-Täter in der Bundesrepublik, Francfort-sur-le-Main, 1984, p. 213 et suiv. ; Michael Wildt, op. cit., p. 743 et suiv.

17 À ce sujet et pour ce qui suit, voir Ingo von Münch, Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel, Hambourg, 2004, p. 10.

18 Michael Wildt, op. cit., p. 203.

19 Gerhard Paul, « Ganz normale Akademiker. Eine Fallstudie zur regionalen staatspolizeilichen Funktionselite », in Gerhard Paul, Klaus-Michael Mallmann (éd.), Die Gestapo – Mythos und Realität, Darmstadt, 1995, p. 236-254, ici p. 241.

20 Michael Wildt, op. cit., p. 204 et suiv.

21 Cf. « Hitlers Kampfanweisung für die Bandenbekämpfung vom 16. Dezember 1942 », in Der Prozess gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem Internationalen Militärtribunal in Nürnberg. Amtlicher Text der deutschen Ausgabe, vol. XXXIX: Urkunden und anderes Beweismaterial. Numéro 1218-RF – JN, Nuremberg 1948, p. 128 et suiv., n° 1218 RF-JN, doc. 066-UK.

22 Gerhard Schreiber, Deutsche Kriegsverbrechen in Italien. Täter – Opfer – Strafverfolgung, Munich, 1996, p. 97.

23 Directive autorisant le combat des bandes de Hitler du 16 décembre 1942.

24 Gerhard Schreiber, « Deutsche Kriegsverbrechen gegenüber Italienern », in Wolfram Wetter, Gerd R. Ueberschär (éd.), Kriegsverbrechen im 20. Jahrhundert, Darmstadt 2001, p. 222-234, ici p. 224.

25 Kerstin von Lingen, « Partisanenkrieg und Wehrmachtsjustiz am Beispiel: Italien 1943–1945 », Zeitschrift für Genozidforschung 2, 2007, p. 8-40, ici p. 22 et suiv.

26 Cité d’après Percy Ernst Schramm (éd.), Kriegstagebuch des Oberkommandos der Wehrmacht (Wehrmachtführungsstab) 1940–1945, vol. 4 : 1er janvier 1944 – 22 mai 1945, Francfort/M., 1961, p. 486.

27 Kerstin von Lingen, op. cit., p. 24.

28 Giorgio Rochat, « Una ricerca impossible. Le perdite italiane nella seconda guerra mondiale », Italia contemporanea 201, 1995, p. 687-700, ici p. 697.

29 Cf. à titre d’exemple Carlo Gentile, « Zivilisten als Feind: Die 16. SS-Panzergrenadierdivision « Reichsführer-SS » in Italien 1944/45 », in Jan Erik Schulte, Peter Lieb, Bernd Wegner (éd.), Die Waffen-SS. Neue Forschungen, Paderborn, 2014, p. 302-316 ; Steffen Prauser, « Mord in Rom? Der Anschlag in der Via Rasella und die deutsche Vergeltung in den Fosse Ardeatine im März 1944 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 50, 2002, cahier 2, p. 269­301 ; Schreiber, Kriegsverbrechen gegenüber Italienern, p. 222-234 ; Jörn Axel Kämmerer, « Kriegsrepressalie oder Kriegsverbrechen? Zur rechtlichen Beurteilung der Massenexekutionen von Zivilisten durch die deutsche Besatzungsmacht im Zweiten Weltkrieg », Archiv des Völkerrechts 37, 1999, n° 3/4, p. 283-317 ; Friedrich Andrae, Auch gegen Frauen und Kinder. Der Krieg der Deutschen Wehrmacht gegen die Zivilbevölkerung in Italien 1943–1945, Munich, 1995.

30 Kerstin von Lingen, Partisanenkrieg, p. 30 ; Schreiber, Kriegsverbrechen, p. 94.

31 Archives fédérales – archives militaires de Fribourg-en-Brisgau (BArch-MA), RH 24-75/23, Ic-MM, 16.5.1944.

32 BArch-MA, RH 24-75/23, en complément à Ic-TM, 17.5.1944.

33 Cité d’après : Münch, Geschichte, p. 9. Comme l’a confirmé Carlo Gentile au « Spiegel », ce prétendu ordre qu’Engel affirme avoir reçu n’a pas été conservé dans les archives. Cf. Carsten Holm, « Ein klagloses Sterben », Spiegel Online, en ligne depuis le 14 février 2002. URL : https://www.spiegel.de/politik/ein-klagloses-sterben-a-1864e092-0002-0001-0000-000022078249.

34 Carlo Gentile, Wehrmacht und Waffen-SS im Partisanenkrieg: Italien 1943–1945, Paderborn, 2012, p. 394 ; Enzo Collotti, Renato Sandri, Frediano Sessi (éd.), Dizionario della Resistenza, vol. 2 : Luoghi, formazioni, protagonisti, Turin, 2001, p. 399 et suiv.

35 Felix Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht. Der Prozess gegen Friedrich Engel aus völker- und kriegsgeschichtlicher Perspektive », la resistenza. Beiträge zu Faschismus, deutscher Besatzung und dem Widerstand in Italien 2, 2003, p. 33-35, ici p. 34. Soixante personnes auraient dû être exécutées, mais l’une d’entre elles a été oubliée lors du transport des « prisonniers expiatoires ». V. à ce sujet Lisa Erdmann, « Engel spricht vom Horror vor dem Notwendigen », Spiegel Online, en ligne depuis le 07 mai 2002. URL : https://www.spiegel.de/politik/deutschland/ns-prozess-engel-spricht-vom-horror-vor-dem-notwendigen-a-195217.html.

36 Carlo Gentile, Lutz Klinkhammer, « Gegen die Verbündeten von einst. Die Gestapo in Italien », in Gerhard Paul, Klaus-Michael Mallmann (éd.), Die Gestapo im Zweiten Weltkrieg. « Heimatfront » und besetztes Europa, Darmstadt, 2000, p. 521-540, ici p. 534 ; Gentile, Wehrmacht, p. 391. On connaît surtout le fonctionnement de la prison dans la Via Tasso, à Rome, v. à ce sujet Arrigo Paladini, Via Tasso. Carcere nazista, Rome, 1986.

37 Carlo Gentile, Wehrmacht…, op. cit., p. 395.

38 Cf. à ce sujet le jugement du tribunal militaire de Turin du 15 novembre 1999. URL : http://www.associazioni.milano.it/isec/ita/memoria/engsent.htm.

39 V. à propos de l’instruction contre Engel, e. a. Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht », p. 34 ; Holm, « Ein klagloses Sterben » ; Georg Bönisch, Carsten Holm, Hans-Jürgen Schlamp, « Schrank der Schande », Spiegel Online, en ligne depuis le 22 avril 2001. URL : https://www.spiegel.de/politik/schrank-der-schande-a-050ac2af-0002-0001-0000-000019022469.

40 Filippo Focardi, « La questione della punizione dei criminali di guerra in Italia dopo la fine del secondo conflitto mondiale », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 80, 2000, p. 543-624, ici p. 547.

41 Cf. Paolo Pezzino, « Sui mancati processi in Italia ai criminali di guerra tedeschi », Storia e memoria 10, 2001, n° 1, p. 9-72, ici p. 13.

42 Filippo Focardi, La questione, op. cit., p. 548-555.

43 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Filippo Focardi, « Das Kalkül des ‘Bumerangs’. Politik und Rechtsfragen im Umgang mit deutschen Kriegsverbrechen in Italien », in Norbert Frei (éd.), Transnationale Vergangenheitspolitik. Der Umgang mit deutschen Kriegsverbrechern in Europa nach dem Zweiten Weltkrieg, Göttingen, 2006, p. 536-566, ici p. 546 et suiv.

44 Martin Göllnitz, op. cit., p. 539.

45 Filippo Focardi, Kalkül, op. cit., p. 549.

46 Filippo Focardi, La questione, op. cit., p. 551-553.

47 Filippo Focardi, Lutz Klinkhammer, « La questione dei « criminali di guerra » italiani e una Commissione de inchiesta dimenticata », Contemporanea 3, 2001, p. 497-528, ici p. 506 et suiv. ; Lutz Klinkhammer, « Die Ahndung von deutschen Kriegsverbrechern in Italien nach 1945 », in Gian Enrico Rusconi, Hans Woller (éd.), Parallele Geschichte? Italien und Deutschland 1945-2000. Vom Ende des Zweiten Weltkrieges bis zur europäischen Einigung, Berlin 2006, p. 89-106, ici p. 93-106.

48 Filippo Focardi, Kalkül, p. 551.

49 Ebd.

50 Cf. Lutz Klinkhammer, « Der « Schrank der Schande » und das « Vergessen » eines Bürgerkriegs. Der Untersuchungsausschuss des italienischen Parlaments zur Aufdeckung der Nichtverfolgung von nationalsozialistisch-faschistischen Gewaltverbrechen », in Christoph Cornelißen, Paolo Pezzino (éd.), Historikerkommissionen und historische Konfliktbewältigung, Berlin 2018, p. 153-176, ici p. 167-169.

51 Wolfgang Most, « Der Schrank im Palazzo Casi. Späte Prozesswelle gegen ehemalige deutsche Soldaten in Italien », la resistenza. Beiträge zu Faschismus, deutscher Besatzung und dem Widerstand in Italien 2, 2003, p. 32.

52 Cf. Joachim Staron, Fosse Ardeatine und Marzabotto: Deutsche Kriegsverbrechen und Resistenza. Geschichte und nationale Mythenbildung in Deutschland und Italien (1944–1999), Paderborn, 2002, p. 258-261 ; Felix Nikolaus Bohr, « Ermittlung nicht erwünscht. Das geplante « Restverfahren » im Fall Herbert Kappler: Ein Zeugnis deutscher und italienischer Vergangenheitspolitik (1959–1961) », Themenportal Europäische Geschichte, en ligne depuis 2012. URL : www.europa.clio-online.de/essay/id/fdae-1558.

53 Alberto Stramaccioni, Crimini di guerra. Storia e memoria del caso italiano, Rome, 2016, p. 114 et suiv.

54 Sur l’« armoire de la honte », voir notamment Franco Giustolisi, L'armadio della vergogna, Rome 2004 ; Mimmo Franzinelli, Le stragi nascoste. L'armadio della vergogna. Impunità e rimozione dei crimini di guerra nazifascisti 1943–2001, Milan, 2002.

55 Voir à ce sujet et sur ce qui suit Lutz Klinkhammer, Der « Schrank der Schande », p. 160-165, 170-176.

56 Filippo Focardi, « Das Kalkül des „Bumerangs“. Politik und Rechtsfragen im Umgang mit deutschen Kriegsverbrechen in Italien », op. cit., p. 560 et suiv. ; Gerald Steinacher, « Das Massaker der Fosse Ardeatine und die Täterverfolgung. Deutsch-italienische Störfälle von Kappler bis Priebke », in Michael Gehler, Maddalena Guiotto (éd.), Italien, Österreich und die Bundesrepublik Deutschland in Europa. Ein Dreiecksverhältnis in seinen wechselseitigen Beziehungen und Wahrnehmungen von 1945/49 bis zur Gegenwart, Vienne, 2012, p. 291-315.

57 La loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne interdit l’extradition, de sorte qu’Engel a été condamné par contumace.

58 Le jugement concernant Engel a été rendu le 5 novembre 1999. V. pour le procès le livre du procureur militaire de Turin qui a dirigé les débats : Pier Paolo Rivello, Quale giustizia per le vittime dei crimini nazisti? L'eccidio della benedicta e la strage del turchino tra storia e diritto, Turin, 2002.

59 Voir à ce sujet Raimondo Ricci, « Processo alle stragi naziste? Il caso ligure. I fascicoli occultati e le illegittime archiviazioni », Storia e memoria 7/2, 1998, p. 119-164 ; Paolo Pezzino, « Punire i colpevoli? Riflessioni in margine ai processi ai criminali di guerra », Storia e memoria 8/2, 1999, p. 249-258.

60 Anonyme, « Ehemaliger SS-Offizier verurteilt », Hamburger Abendblatt, en ligne depuis le 17 novembre 1999. URL : https://www.abendblatt.de/archiv/1999/article204711285/Ehemaliger-SS-Offizier-verurteilt.html.

61 Anonyme, « Italiens Justiz will Verfahren gegen Ex-Nazis », taz. die tageszeitung, en ligne depuis le 12 juin 1998. URL : https://taz.de/!3203594/.

62 Clemens Wergin, « Friedrich Engel: Das ruhige Leben des Henkers von Genua », Der Tagesspiegel, en ligne depuis le 18 avril 2001. URL : https://m.tagesspiegel.de/friedrich-engel-das-ruhige-leben-des-henkers-von-genua/220156.html.

63 Alessandra Stanley, « Italy presses both Germany and Canada on 2 Ex-Nazis », The New York Times, en ligne depuis le 21 avril 2001. URL : https://www.nytimes.com/2001/04/21/world/italy-presses-both-germany-and-canada-on-2-ex-nazis.html.

64 Anonyme, « Italien macht Fall Engel zur Chefsache », Spiegel Online, en ligne depuis le 20 avril 2001. URL : https://www.spiegel.de/politik/deutschland/nationalsozialismus-italien-macht-fall-engel-zur-chefsache-a-129364.html.

65 Le reportage de « Kontraste » intitulé « Kriegsverbrecher in Deutschland – seit 56 Jahren unbehelligt » peut être consulté sur YouTube.

66 Anonyme, « Entrüstung in Italien über den Fall Engel », Die Welt, en ligne depuis le 18 avril 2001. URL : https://www.welt.de/print-welt/article445911/Entruestung-in-Italien-ueber-den-Fall-Engel.html ; Marika de Feo, « Nazisti, la tv tedesca scova il boia di Genova », Corriere della Sera, en ligne depuis le 19 avril 2001. URL : https://www.corriere.it/Pop-up/boia1.shtml.

67 V. à titre d’exemple Rory Carroll, « Italy's bloody secret », The Guardian, en ligne depuis le 25 juin 2001. URL : https://www.theguardian.com/education/2001/jun/25/artsandhumanities.highereducation.

68 Marion Kraske, « Mit Samthandschuhen gegen Nazi-Henker », Spiegel Online, en ligne depuis le 22 avril 2001. URL : https://www.spiegel.de/politik/deutschland/deutsche-justiz-mit-samthandschuhen-gegen-nazi-henker-a-129345.html.

69 Cf. Gisela Friedrichsen, « Das hätte nicht sein müssen », Der Spiegel 28, 2002, p. 40.

70 Cité d’après Gisela Friedrichsen, « Krieg ist nicht human », Der Spiegel 23, 2002, p. 58-60, ici p. 58.

71 À ce sujet et ce qui suit, v. ebd. ; Münch, Geschichte, p. 13.

72 Gisela Friedrichsen, op. cit., p. 40.

73 Ingo von Münch, Geschichte vor Gericht: Der Fall Engel, Hambourg, 2004., p. 9.

74 Cité d’après Gisela Friedrichsen, « Krieg ist nicht human », p. 60. Vaut aussi pour ce qui suit.

75 V. à ce sujet Ira von Mellenthin, « SS-Offizier Engel zu sieben Jahren Haft verurteilt », Die Welt, en ligne depuis le 06 juillet 2002. URL : https://www.welt.de/print-welt/article398499/SS-Offizier-Engel-zu-sieben-Jahren-Haft-verurteilt.html.

76 Friedrichsen, « Das hätte nicht sein müssen », p. 40.

77 « Communiqué du bureau de presse de la cour suprême fédérale n° 77/2004 du 25 juin 2004 », http://juris.bundesgerichtshof.de/cgi-bin/rechtsprechung/document.py?Gericht=bgh&Art=pm&Datum=2004-6&client=2&nr=32208&pos=2&anz=18&Blank=1. La décision fera l’objet de critiques, e. a. de Carsten Holm, « In die Grube geschossen », Spiegel Online, en ligne depuis le 27 juin 2004. URL : https://www.spiegel.de/politik/in-die-grube-geschossen-a-4733f18b-0002-0001-0000-000031329797.

78 Alexander Krug, « Späte Suche nach Gerechtigkeit », Süddeutsche Zeitung, en ligne depuis le 17 mai 2010. URL : https://www.sueddeutsche.de/muenchen/kriegsverbrecher-prozess-spaete-suche-nach-gerechtigkeit-1.699108 ; Carsten Holm, « In die Grube geschossen ».

79 Ira von Mellenthin, « Sieben Jahre Haftstrafe für SS-Offizier Engel », Die Welt, en ligne depuis le 06 juillet 2002. URL : https://www.welt.de/print-welt/article398574/Sieben-Jahre-Haftstrafe-fuer-SS-Offizier-Engel.html.

80 Ingo von Münch, « Günter Brede – Erfahrungen mit Schafen und Wölfen », Die Welt, en ligne depuis le 21 novembre 2002. URL : https://www.welt.de/print-welt/article265714/Guenter-Brede-Erfahrungen-mit-Schafen-und-Woelfen.html.

81 Cf. Ingo von Münch, op. cit., p. 17 et suiv.

82 Ont émis des critiques envers le jugement trop clément : Peter Müller, Andreas Speit, op. cit.

83 Krebs, « Völkerrechtliches Gewohnheitsrecht », p. 35. V. aussi Fabio Ghelli, « Es gibt noch 30 Erich Priebkes », Die Zeit, en ligne depuis le 12 octobre 2013. URL : https://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2013-10/priebke-nationalsozialismus-kriegsverbrechen-italien?page=3 ; Alexander Krug, « Alte Männer, späte Urteile », Süddeutsche Zeitung, en ligne depuis le 15 avril 2009. URL : https://www.sueddeutsche.de/politik/ns-morde-alte-maenner-spaete-urteile-1.401429.

84 Felix Krebs, op. cit., p. 35.

85 Le journaliste Kellerhoff a critiqué ces recommandations avant même qu’elles ne soient émises comme « au-delà de toute possibilité », cf. Sven Felix Kellerhoff, « Deutsche Kriegsverbrechen auf dem Wunschzettel », Die Welt, en ligne depuis le 21 décembre 2012. URL : https://www.welt.de/geschichte/zweiter-weltkrieg/article112166460/Deutsche-Kriegsverbrechen-auf-dem-Wunschzettel.html.

86 Pour la création, le travail et les problèmes de la commission d’historiens germano-italienne, voir Wolfgang Schieder, « Drei Jahre Deutsch-Italienische Historikerkommission 2009–2012 », in Christoph Cornelißen, Paolo Pezzino (éd.), Historikerkommissionen und historische Konfliktbewältigung, Berlin, 2018, p. 21-30.

87 Rosemarie Borngässer, « Der Kniefall des Johannes Rau vor den Opfern des NS-Terrors in Italien », Die Welt, en ligne depuis le 13 avril 2002. URL : https://www.welt.de/print-welt/article383999/Der-Kniefall-des-Johannes-Rau-vor-den-Opfern-des-NS-Terrors-in-Italien.html.

88 Anonyme, « Außenminister Maas erinnert an NS-Opfer in Italien », Deutsche Welle, en ligne depuis le 30 septembre 2018. URL : https://www.dw.com/de/außenminister-maas-erinnert-an-ns-opfer-in-italien/a-45694747. En août 2019 aussi, le président Frank-Walter Steinmeier a assisté à une commémoration en hommage aux victimes du nazisme en Toscane. Voir Eckart Lohse, « Verantwortung ohne Schlussstrich », Frankfurter Allgemeine Zeitung, en ligne depuis le 25 août 2019. URL : https://www.faz.net/aktuell/politik/inland/bundespraesident-steinmeier-gedenkt-in-toskana-der-ss-massaker-16351165.html.

89 Voir à ce sujet https://www.gedenkorte-europa.eu/content/list/451/.

90 Cf. surtout Filippo Focardi, « Gedenktage und politische Öffentlichkeit in Italien, 1945–1995 », in Christoph Cornelißen, Lutz Klinkhammer, Wolfgang Schwentker (éd.), Erinnerungskulturen. Deutschland, Italien und Japan seit 1945, Francfort/M., 2003, p. 210-221 ; Lutz Klinkhammer, « Kriegserinnerung in Italien im Wechsel der Generationen. Ein Wandel der Perspektive? », in Christoph Cornelißen, Lutz Klinkhammer, Wolfgang Schwentker (éd.), Erinnerungskulturen. Deutschland, Italien und Japan seit 1945, Francfort/M. 2003, p. 333-343. Depuis le milieu des années 1990, le souvenir des crimes violents nazis a fait l’objet de recherches approfondies en Italie. Voir une sélection : Luca Baldissara, Paolo Pezzino (éd.), Crimini e memorie di Guerra. Violenze contro le popolazioni e politiche del ricordo, Naples 2004 ; Tommaso Baris, Tra due fochi. Esperienza e memoria della Guerra lungo la linea Gustav, Rome, 2003, p. 3-57 ; Paolo Pezzino, « Guerra ai civili. Le stragi tra storia e memoria », Passato e Presente 58, 2003, p. 111-131.

91 Voir à titre d’exemple sur les Fosse Ardeatine : Stefan Prauser, « Rom/Fosse Ardeatine 1944 », in Gerd R. Ueberschär (éd.), Orte des Grauens. Verbrechen im Zweiten Weltkrieg, Darmstadt 2003, p. 207-216 ; Alessandro Portelli, « The massacre at the Fosse Ardeatine. History, myth, ritual and symbol », in Katharine Hodgkin, Susannah Radstone (éd.), Memory, history, nation. Contested pasts, Nouveau Brunswick, 2006, p. 29-41 ; Alessandro Portelli, L'ordine è già stato eseguito. Roma, le Fosse Ardeatine, la memoria, Rome, 1999. Pour le massacre de Marzabotto, voir Carlo Gentile, « Marzabotto 1944 », in Gerd R. Ueberschär (éd.), Orte des Grauens. Verbrechen im Zweiten Weltkrieg, Darmstadt, 2003, p. 136-146 ; Carlo Gentile, « Politische Soldaten. Die 16. SS-Panzer-Grenadier-Division « Reichsführer-SS » in Italien 1944 », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken 81, 2001, p. 529-561 ; Luca Baldissara, Paolo Pezzino, Il massacro. Guerra ai civili a Monte Sole, Bologne 2009 ; Lutz Klinkhammer, Stragi naziste in Italia. La guerra contro i civili (1943–44), Rome 1997, p. 118-141.

92 Peter Müller, « Der Justiz entkommen », taz. die tageszeitung, en ligne depuis le 14 février 2006. URL : https://taz.de/Der-Justiz-entkommen/!475340/ ; Anonyme, « Nazi « Butcher of Genoa » dies without going to jail », The Guardian, en ligne depuis le 14  février 2006. URL : https://www.theguardian.com/world/2006/feb/14/secondworldwar.germany ; Anonyme, « Friedrich Engel: Nazi Officer Known as Butcher of Genoa », The Washington Post, en ligne depuis le 14 février 2006. URL : https://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/02/13/AR2006021302005.html. Ce nom d’« ange de la mort » a été donné à Engel par les détenus de la prison de Gênes car il choisissait les « prisonniers expiatoires » à exécuter. Cf. Wolfgang Most, op. cit., p. 32.

93 De 2019 à 2021, le projet « Die Massaker im besetzten Italien (1943–45) in der Erinnerung der Täter » dirigé par Carlo Gentile et Udo Gümpel et financé par le Fonds germano-italien pour l’avenir du ministère des affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne, a travaillé sur l’ancien chef SS de Gênes Friedrich Engel, ainsi que sur d’autres criminels de guerre allemands qui ont participé à des massacres. Dans ce cadre, les participants ont organisé un atelier sur le sujet « War, Violence and the Image of Soldiers – Between Private Memories and Public Representation » qui a eu lieu le 27 février 2020 à l’université de Cologne. Voir à ce sujet la page Web du projet : https://judaistik.phil-fak.uni-koeln.de/index.php?id=41767.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Göllnitz, « Grand âge et jugement tardif ? Le « boucher de Gênes » dans les chroniques judiciaires et la mémoire collective au début des années 2000 »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 mars 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12826

Haut de page

Auteur

Martin Göllnitz

Martin Göllnitz est docteur en histoire et chercheur dans le cadre du projet de recherches 138 « Dynamiques de la sécurité » des universités de Marburg et Gießen. Il a fait des études en histoire et allemand à l’université de Kiel où il a obtenu son doctorat en 2017 avec une étude sur les fonctionnaires nationaux-socialistes. Il a ensuite été chercheur aux universités d’Odense et de Mayence, avant de rejoindre l’université de Marburg en 2019. Ses thèmes de recherche sont l’histoire de la violence, du terrorisme, de la police et de la culture aux XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search