Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22Les années 2000-2010La mise en scène d’un procès péna...

Les années 2000-2010

La mise en scène d’un procès pénal : réflexion sur les médias et le procès Demjanjuk

Rainer Volk
Traduction de Marion Schönerstedt-Roussel
Cet article est une traduction de :
Ein Strafprozess als Spektakel - ein Blick auf die Medien und den Demjanjuk-Prozess [de]

Résumés

Le procès pénal de John (Ivan) Demjanjuk, qui débuta le 30 novembre 2009 et s’acheva en 2009, était alors considéré comme le dernier procès pénal contre des auteurs ayant participé à l'Holocauste. L’intérêt médiatique dans la salle d'audience en fut d’autant plus grand. L'essai montre cependant que cet intérêt connut des hauts et des bas. Il met également en évidence le fait qu'une grande partie de la couverture médiatique s'est limitée aux circonstances spectaculaires de l'affaire alors qu’elle a accordé moins d’attention aux lacunes dans l’exposé des preuves, pourtant considérées comme problématiques par les historiens. Le tribunal a toutefois déclaré l'accusé coupable, ce qui amène également à se demander si le procès Demjanjuk visait à compenser – très tardivement – l'échec de la justice allemande à traiter les crimes nazis.

Haut de page

Texte intégral

Avant-propos

  • 1 La Bayerische Rundfunk (BR) existe dans sa forme actuelle depuis 1949 ; auparavant, il s’agissait d (...)

1L’auteur de cet article est un journaliste qui a commencé à s’intéresser au sujet traité ci-après par un concours de circonstances géographico-journalistiques. Il n’est ni juriste ni, bien qu’historien, n’était-il véritablement formé pour couvrir en tant que reporter le procès Demjanjuk qui s’est tenu du 30 novembre 2009 au 12 mai 2011. Autrement dit, le procès mené contre John (Ivan) Demjanjuk relevait de la juridiction régionale de Munich « Landgericht München II » parce qu’il avait été formellement établi que l’inculpé était domicilié dans une circonscription dépendant de la zone de compétence du tribunal munichois avant son émigration aux États-Unis en 1952. Quant à l’auteur, il occupait à l’automne 2009, alors que le procès s’annonçait, un poste de rédacteur salarié auprès de la Bayerischer Rundfunk, chaîne de télévision allemande du service public appartenant au groupe ARD et sise à Munich, lieu de juridiction de l’affaire1.

  • 2 Entre autres : « Joseph Goebbels – Lautsprecher des Dritten Reiches » (2010) ; « 1932 oder der Weg (...)

2Pour faire simple, on peut dire que, quelques semaines avant le début des débats, l’auteur s’est réservé le sujet en manifestant son intérêt pour le reportage. Comme il était impossible d’estimer la durée du procès – on pensait à l’époque qu’il durerait quelques mois – il paraissait judicieux d’assurer la continuité du personnel. Par ailleurs, l’auteur avait déjà préparé de nombreuses émissions d’histoire contemporaine, traitant notamment du national-socialisme, de la Seconde Guerre mondiale et de ses conséquences2. Pendant ses études d’histoire, en revanche, il s’était essentiellement concentré sur l’Empire allemand.

3L’auteur devait notamment faire face au problème suivant : il ne disposait pas de bases juridiques solides au sens strict du terme. Les études de journalisme et séminaires pratiques de l’école journalistique allemande ne consacraient que peu d’heures aux aspects juridiques de la chronique judiciaire. Il lui fallut donc acquérir par lui-même les principes généraux de la procédure pénale, et notamment la loi sur l’organisation judiciaire allemande (Gerichtsverfassungsgesetz), le code de procédure pénale allemand (Strafprozessordnung), le code pénal allemand (Strafgesetzbuch) et autres références juridiques.

  • 3 Rainer Volk, Das letzte Urteil. Die Medien und der Demjanjukprozess, Zeitgeschichte im Gespräch Ban (...)

4Finalement, l’auteur suivit le procès contre Ivan (John) Demjanjuk pendant près d’un an et demi. À la couverture médiatique de l’événement succédèrent divers articles pour des magazines, des essais et un livre3. Ces productions écrites s’étalèrent sur plusieurs mois et années. Sur le fond, elles visaient avant tout, et dans la mesure du possible, à appréhender l’affaire dans sa globalité, et à l’ancrer dans son contexte historique, prologue et épilogue inclus.

5Le journalisme de qualité a pour habitude de s’appliquer la maxime suivante : « Il ne faut pas s’identifier – à qui que ce soit ni à quoi que ce soit. » Dans l’affaire qui nous intéresse, la distance, au sens de « ne pas prendre parti », gagna en importance à mesure que le temps passait. Autrement dit, plus le temps éloignait l’auteur des mois passés dans le prétoire, plus il se distançait intérieurement des faits. Il en finit par douter de la capacité de la justice pénale à traiter des meurtres très éloignés dans le temps et à contribuer ainsi à la paix juridique. Presque automatiquement, cette question oriente le regard vers le présent. En tirant le bilan du procès Demjanjuk, la question se pose de savoir s’il a eu un impact sur la société. À qui a-t-il servi ? Quelles leçons la société et l’État en ont-ils tiré ? Un dispositif institutionnel et juridictionnel aussi lourd a-t-il vraiment été payant ? Ou bien l’exposition médiatique a-t-elle fait de ce procès (bon gré mal gré) un spectacle en quête de sensationnel, dans lequel les questions liées à la culpabilité individuelle de l’accusé ont été mises de côté (du moins en partie) pour éviter que les limites du traitement juridique tardif des crimes du national-socialisme ne deviennent flagrantes ?

Sur la personne : Ivan (John) Demjanjuk

  • 4 Mark Mazower, Dark Continent. Europe’s twentieth century, London, Penguin, 1999, p. 403.

6En examinant la vie d’Ivan (John) Demjanjuk, on peut décrire le personnage comme l’archétype du XXe siècle tel que le décrit Mark Mazower dans son livre Dark Continent (Le continent des ténèbres dans sa traduction française). Demjanjuk incarne « l’histoire d’une Europe qui a fait l’expérience de la souffrance, de la haine et des déplacements de population dans des proportions sans commune mesure avec le passé4 ».

  • 5 Rainer Volk, op. cit., p. 12.
  • 6 Heinrich Wefing, Der Fall Demjanjuk. Der letzte große NS-Prozess, München, C.H.Beck, 2011, p. 34.
  • 7 Rainer Volk, op. cit., p. 13.
  • 8 Angelika Benz, Handlanger der SS. Die Rolle der Trawniki-Männer im Holocaust, Berlin, Metropol, 201 (...)

7Selon son dossier, l’inculpé est né le 3 avril 1920 dans un village du sud de l’Ukraine5 – en plein dans les affres de la création de l’État ukrainien, auquel l’Union soviétique allait mettre un terme peu de temps après. Demjanjuk travaille jusqu’en 1940 comme tractoriste dans sa région natale ; il lutte à partir de 1941 aux côtés de l’Armée rouge contre l’avancée de la Wehrmacht, est fait prisonnier en 1942, puis recruté peu de temps après par les Allemands dans un petit bataillon d’auxiliaires volontaires étrangers, baptisé « Trawniki » en référence au nom du camp de formation SS en périphérie de Lublin auquel il est rattaché6. Jusqu’à aujourd’hui, il est impossible d’établir avec certitude le nombre total de trawniki recrutés parmi les Baltes, les Ukrainiens et les Russes d’origine allemande. Au moment du procès, les experts estimaient qu’ils devaient être 4 000 à 5 0007. Le détail des personnes composant le bataillon, exposé par Angelika Benz dans sa thèse, n’était pas encore connu au moment des audiences8.

  • 9 Plus de détails dans : Rainer Volk, op. cit., p. 53-56 ; Sobibór est notamment connu du public grâc (...)

8Des éléments d’information découverts dans les archives établissent avec certitude que Demjanjuk travaillait en 1943 comme gardien dans le camp d’extermination de Sobibór, avant de servir dans le camp de concentration de Flossenbürg. Sobibór relevait du « Gouvernement général de Pologne » (Generalgouvernement), entité administrative sous domination SS. D’un point de vue topographique, il se situait entre de vastes étendues de forêts et la rivière Boug, les villes les plus proches étant Lublin et Chełm. Ce centre fut (après Bełżec) le deuxième camp d’extermination érigé dans le cadre de l’opération Reinhardt (Aktion Reinhardt). Après une révolte menée par des prisonniers à l’automne 1943, les SS en « rasèrent la majeure partie »9.

  • 10 Angelika Benz, Der Henkersknecht. Der Prozess gegen John (Iwan) Demjanjuk in München, Berlin, Metro (...)

9À la fin de la guerre, Demjanjuk resta d’abord dans le sud de l’Allemagne et épousa une Ukrainienne, ancienne travailleuse forcée installée en Allemagne, avec laquelle il eut une fille, avant que la famille ne réussisse à émigrer aux États-Unis en 1952. Là-bas, il travailla dans les usines Ford de l’Ohio, obtint la nationalité américaine en 1958 et adopta le prénom John10.

  • 11 Nicolas Bourcier, Le dernier procès, Paris, Éditions Don Quichotte, 2011, p. 45-75.

10S’ensuivirent près de deux décennies d’une vie relativement sûre et (petite)-bourgeoise avant que la justice américaine n’entame les premières enquêtes contre lui en 1976. D’anciens prisonniers du camp d’extermination de Treblinka pensaient avoir reconnu en Demjanjuk l’un de leurs tortionnaires (« Ivan le terrible »). À partir de 1984, les recherches de la justice menèrent le gouvernement à engager une procédure de dénaturalisation à l’encontre de Demjanjuk, à la suite de laquelle, à partir de 1987, une procédure pénale fut ouverte en Israël11.

  • 12 Lawrence Douglas, « Desaster in Jerusalem », Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, 12/07/2009.

11Peu de temps avant le procès de Munich en 2009, le professeur de droit américain Lawrence Douglas publia un article de journal dans lequel il traçait un parallèle entre les efforts d’Israël à faire comparaître Demjanjuk devant les tribunaux et le célèbre procès contre Adolf Eichmann un quart de siècle plus tôt : « Les autorités israéliennes ont envisagé d’enfermer Demjanjuk dans cette même cellule de la prison d’Ayalon où Eichmann avait été détenu. Les responsables de la sécurité du tribunal ont même réfléchi à installer la cage de verre dans laquelle Eichmann était assis […] pendant le procès […] pour Demjanjuk12. »

  • 13 À ce sujet, cf. Nicolas Bourcier, op. cit., p. 101-126.
  • 14 À ce sujet, cf. Heinrich Wefing, op. cit., p. 60.
  • 15 Ibidem, p. 19.

12Pourtant, les témoins oculaires qui dénonçaient Demjanjuk avaient visiblement fait erreur – et l’avaient confondu avec un autre gardien. Demjanjuk fut donc relaxé en 1993 au terme d’une procédure d’appel et put même retourner aux États-Unis13. Si la justice israélienne avait eu pour intention d’associer une visée pédagogique au procès public, de vouloir en quelque sorte faire revivre l’Holocauste au public israélien, pour ces générations qui n’avaient pas vécu elles-mêmes les crimes perpétrés dans les camps d’extermination14, il faut admettre qu’elle avait manqué son objectif. Quant au procès de Munich, il faut se demander si cette tentative tardive de rattrapage du traitement très lacunaire de l’Holocauste par la justice allemande, souvent décriée comme l’« histoire d’un échec »15, était opportune. L’autorité chargée de poursuivre les crimes nazis (« Office central d’enquête sur les crimes nationaux-socialistes des ministères de la Justice des Länder ») dont le siège se situe à Ludwigsburg près de Stuttgart, célébrait en 2009 ses 50 années d’existence. Au cours des années précédant le procès Demjanjuk, l’Office central n’était plus guère parvenu à faire avancer les enquêtes jusqu’à l’instruction pénale.

13Même le directeur de l’Office de Ludwigsburg, en charge de l’enquête préliminaire au procès Demjanjuk, était sceptique ; ainsi l’ex-juge en charge de l’enquête, Thomas Walther, avait dû faire preuve de persuasion pour le convaincre qu’il existait une possibilité d’intenter une action en justice. Il est vrai que les barrières juridiques semblaient infranchissables : le code pénal allemand (StGB) prévoyait qu’une inculpation pour complicité de meurtre aggravé devait s’assortir de la « preuve d’un acte criminel précis » (Einzeltatnachweis). Walther réfuta que la simple présence de Demjanjuk à Sobibór suffisait comme chef d’accusation. On peut donc affirmer que la justice allemande était prête à redéfinir les frontières des notions de culpabilité individuelle et de réparation des crimes.

Avant le procès

  • 16 Udo Branahl, Justizberichterstattung. Eine Einführung, Wiesbaden 2005, VS Verlag für Sozialwissensc (...)

14Dans le cadre de la couverture médiatique des affaires portées devant les tribunaux, les médias remplissent une mission d’intérêt public. Pour ce faire, les journalistes font généralement des recherches, puis rassemblent, préparent et publient toutes les informations dont le public a besoin pour se faire une opinion sur les différentes affaires d’intérêt public. Les lois sur la presse de nombreux Länder allemands, ainsi que les jugements du tribunal constitutionnel fédéral, contiennent diverses formulations univoques à ce sujet. Le jugement rendu en 1966 à l’issue de « l’Affaire du Spiegel » a notamment fait date en ancrant la « mission d’intérêt public » des médias dans la loi16. La mission d’information est clairement prioritaire. Pour simplifier les choses, nous pourrions dire que la couverture médiatique vise d’abord à rendre compte de faits de la manière la plus objective possible, avant de passer aux commentaires et enseignements à en tirer.

  • 17 À propos de Swidersky, cf. : Angelika Benz, Handlanger, p. 254-255.
  • 18 Chiffres empruntés à : Jörg Echternkamp, « Die Verfolgung nationalsozialistischer Gewaltverbrechen  (...)

15Dans le cas concret qui nous intéresse, notons que la problématique individuelle du trawniki John (Ivan) Demjanjuk était pratiquement inconnue du public avant le début des investigations concrètes. Les grands procès des auteurs de crimes contre l’humanité perpétrés à l’encontre du peuple juif semblaient clôturés. Nous pourrions citer à ce sujet, outre le « procès des Einsatzgruppen d’Ulm », mené en 1957/58 contre les membres des commandos de la mort de la Gestapo, du Sicherheitsdienst (SD) et de la police chargée du maintien de l’ordre, les procès de Francfort (ou procès d’Auschwitz) entre 1963 et 1968 ainsi que les procès de Majdanek s’étalant de 1975 à 1981. La plupart se traduisirent par des peines d’emprisonnement à l’encontre des anciens gardiens SS employés dans les camps d’extermination, mais aussi par des acquittements. L’affaire Franz Swidersky, unique membre d’un bataillon de trawniki condamné en 1971, n’était guère connue que d’une poignée d’experts17. Au total, les procès contre les criminels nazis ont abouti à un nombre de condamnés que l’on peut juger modeste (env. 6500) compte tenu du nombre d’inculpés contre lesquels les procureurs de l’Office central de Ludwigsburg ont enquêté, à savoir près de 106 50018.

  • 19 De 1942 à 1944, Schwammberger était directeur du ghetto de Przemyśl, avant de prendre la tête du ca (...)
  • 20 Il s’agissait d’une dépêche de l’agence de presse AFP (service germanophone) et de l’agence Reuters (...)
  • 21 Ibidem, pp. 32-33.

16Le temps qui séparait les grands procès des prémices journalistiques du procès Demjanjuk était donc très long. Quelques procédures pénales retardées, à l’instar du procès contre Josef Schwammberger en 1991/92, dataient également de plus d’une décennie et avaient eu relativement peu d’écho dans l’opinion publique19. Par conséquent, ni les journalistes ni le public n’étaient préparés à ce que l’affaire Demjanjuk entraîne, pour ainsi dire, une reprise de la poursuite des crimes nazis. Des recherches portant sur les événements précédant le procès Demjanjuk devant le Landgericht de Munich II établissent que certains médias avaient informé le public dès 2005 de l’extradition de l’inculpé vers l’Allemagne20. Pourtant, une « pause » journalistique de près de trois ans s’ensuivit et le suivi médiatique du procès ne débuta véritablement qu’à l’été 200821.

  • 22 Ibid., p. 34.
  • 23 Angelika Benz, Henkersknecht, p. 84.

17Le total des publications introduisant la couverture médiatique de l’affaire fut très modeste. Avant l’extradition de Demjanjuk vers l’Allemagne, 20 articles au plus en avaient parlé dans toute la presse germanophone (quotidiens, illustrés et hebdomadaires), sans apporter d’ailleurs beaucoup d’informations. Ainsi, l’inculpé était très souvent étiqueté comme le stéréotype du « criminel nazi » tandis que la problématique des trawniki, figures historiques peu connues entre gardiens SS et victimes de persécutions, n’était guère reconnue en tant que telle22. Quant au terme technique juste, « escorte SS » (SS-Gefolge), une analyse détaillée montre qu’il est extrêmement difficile à employer dans la mesure où il correspondait à un « nouveau statut juridique »23.

  • 24 Citation de : Rainer Volk, op. cit., p. 40.
  • 25 La « taz » fut fondée en 1978 à Berlin dans le cadre d’un projet d’autogestion émanant de la gauche (...)
  • 26 Klaus Hillenbrand, « Der Handlanger des Todes », tageszeitung, 8/04/2009.

18Le médias ne commencèrent à approfondir le sujet qu’au moment de l’« arrivée » de Demjanjuk à Munich, les 12-13 mai 2009. Ainsi, le magazine Der Spiegel publia dans son édition du 6 avril 2009, un article intitulé « Das letzte Aufgebot » (« le dernier appel »), consacré à plusieurs affaires de complicité dans l’Holocauste touchant notamment à des bataillons d’auxiliaires SS ou de police dont la participation au génocide avait échappé à la justice après la Seconde Guerre mondiale. Dans cet article, on pouvait lire la phrase suivante : « Les États-Unis auraient donc extradé le présumé gardien des camps de la mort Demjanjuk depuis longtemps vers l’Ukraine ou la Pologne si une procédure pénale avait suscité de l’intérêt dans ces pays24 ». Quelques jours plus tard, le quotidien alternatif tageszeitung, « taz » en abrégé25, donna à lire des détails, tant sur le statut général du bataillon Trawniki que sur John Demjanjuk en particulier : « Certains d’entre eux remplirent leur fonction avec un zèle très prononcé et montèrent en grade. D’autres prenaient des libertés avec les règles. Ivan Demjanjuk, gardien au camp d’extermination de Sobibór, reçut 25 coups de bâtons pour s’être éloigné de son poste de travail sans autorisation. Il n’eut jamais aucune promotion. Néanmoins, contrairement à nombre de ses collègues, il ne déserta pas26 ».

19L’arrivée de Demjanjuk en Allemagne fut mise en scène par les médias comme un événement dramatique. Le vol, notamment, fut suivi en temps réel et décrit par des phrases courtes et rythmées. Le 12 mai 2009, les agences de presse germanophones envoyèrent près de 80 (!) dépêches relatives à son atterrissage sur le sol allemand. Il serait légitime de se demander si la couverture médiatique d’un invité officiel, par exemple le président des États-Unis, ou même le retour d’une équipe de football victorieuse après un championnat à l’étranger, aurait été très différente. En effet, le protocole aéroportuaire (atterrissage, arrêt sur l’aire de trafic, descente du passager, transport dans un véhicule spécial) ne varie guère – la mise en scène offre peu de libertés.

  • 27 Dans le journal d’informations principal de la journée, le Tagesschau (sur ARD, la première chaîne (...)

20Simultanément, l’arrivée de Demjanjuk en Allemagne offrit un nouveau « matériel » iconographique qui permit de prolonger le récit. De la même manière, les photos et séquences filmées servirent la curiosité du public, elle-même suscitée par les médias en recourant à l’image27.

  • 28 Quelques exemples : Frankfurter Allgemeine Zeitung du 1/08/2009, « Die Vorgeschichte » (auteur : Ko (...)
  • 29 Rainer Volk, op. cit., p. 53.

21Toutefois, si ce moment précis, à savoir les 12 et 13 mai 2009, est considéré comme moment fort d’une première phase « chaude » dans le contexte général du procès, il s’ensuivit alors un net refroidissement. En effet, entre mai et novembre 2009, les articles relatant les progrès des étapes préliminaires du procès se firent à nouveau très rares. Les comptes rendus se limitaient essentiellement à des entrefilets répétant invariablement que la justice allemande parait les tentatives de la défense pour retarder (ou empêcher) le début des audiences. Quelques reportages entrepris en Europe de l’Est par certains quotidiens faisaient exception à la règle et s’efforçaient d’éclairer les circonstances personnelles et la biographie de John Demjanjuk28. L’analyse de ces textes ne conclut toutefois qu’à une réussite partielle de ces promesses d’éclaircissements sur une vie difficile. « Les chapôs promettaient plus d’informations que les articles n’en contenaient », tel est le bilan qu’on pouvait en tirer29.

30 novembre 2009 : la mise en scène de l’ouverture d’un procès

  • 30 Ibidem, p. 63.

22Le 30 novembre 2009 est un parfait exemple de la représentation médiatique des grandes affaires de justice à l’heure de la globalisation. En effet, ce premier jour d’audience publique contre John Demjanjuk au Landgericht de Munich II s’accompagna d’un incroyable déploiement de moyens pour les médias. Pourtant, ce puissant « roulement de tambour » ne fut d’abord suivi que de progrès minimes. Concrètement, on avait préparé les véhicules de transmission pour la radio et la télévision au cours des jours précédents devant le bâtiment du tribunal. L’administration judiciaire munichoise avait indiqué exactement où les camions devaient stationner et où les conteneurs devaient être positionnés. Il était toutefois prévisible que l’établissement de justice ne disposerait pas de l’équipement technique nécessaire pour mettre des postes de travail à disposition de tous les reporters et correspondants spécialement dépêchés des quatre coins du monde. Par ailleurs, le tribunal avait interdit l’utilisation de microphones, d’ordinateurs portables et d’appareils photos dans la salle d’audience A 10130. En bref : le travail des journalistes s’annonçait chaotique.

  • 31 Citation de : Angelika Benz, op. cit., p. 7-8.
  • 32 Rainer Volk, op. cit., p. 68.

23Le journaliste (et juriste) Lukas Hammerstein décrivit la scène qui se dessina le premier jour d’audience avec les mots suivants : « Une foule envahit le tribunal, 200 à 300 personnes, journalistes excités, nerveux, courtois, agressifs, vaniteux, bienveillants, fabuleux ou irrespectueux, tous réunis dans la “zone de rassemblement Demjanjuk”, comme l’indiquait le panneau que les journaux allaient placarder le lendemain pour dénoncer la justice munichoise comme une assemblée d’idiots31 ». Dans la mesure où la salle d’audience ne pouvait accueillir qu’environ 150 spectateurs, les magistrats bloquèrent l’accès à près de la moitié des intéressés. Le tribunal était visiblement dépassé par l’assaut médiatique. La Cour (composée de trois juges professionnels et de deux assesseurs non professionnels, appelés Schöffen en Allemagne) accusa donc un net retard ; le président de la Cour s’excusa en déclarant que l’afflux médiatique avait été sous-estimé, ce que le public valida d’un rire sarcastique32.

  • 33 Dépêche dpa du 30/11/2009, heure : 17:19:19 (numéro courant dpa 566) ; citation de : Rainer Volk, o (...)
  • 34 Ibidem

24Il faut savoir qu’à ce moment-là (vers 11 h 15), certains des journalistes présents avaient déjà une demi-journée de travail dans les jambes. L’auteur du présent article, par exemple, s’affairait depuis tôt le matin et était passé dans plusieurs émissions matinales sur les stations de radio allemandes pour répondre en direct aux questions sur le procès qui s’ouvrait. Ce jour-là, il était illusoire d’espérer faire le nombre d’heures légal inscrit dans la convention collective, d’autant que la pression était énorme pour envoyer les articles et comptes rendus en tout genre dans les temps à la rédaction. Ce soir-là et le lendemain matin, aucun organe de presse en fonction dans le monde occidental ne fit l’impasse sur l’ouverture du procès. Nombre de reportages et d’articles se concentraient sur le spectacle dont les auteurs étaient témoins dans le prétoire. L’agence de presse allemande, la Deutsche Presseagentur (dpa), dont les dépêches servent de base aux articles suprarégionaux de nombre de quotidiens allemands, résumait notamment dans une dépêche que Demjanjuk « penchait la tête loin en arrière, une casquette bleue posée en travers de la tête33 ». En revanche, les articles de fond sur les circonstances historiques des faits reprochés à l’inculpé et sur les questions de procédure pénale liées au procès avaient été publiés au cours des jours précédents. Cette « préparation du public » 34à l’événement avait tendance à reprendre les faits avancés au cours des mois précédents, mais apportait également de nouvelles perspectives – notamment sur le point de vue des victimes de l’Holocauste et de leurs proches, surtout aux Pays-Bas. (Beaucoup de Juifs originaires des Pays-Bas ont été assassinés à Sobibór en 1943 ; leurs descendants s’étaient constitués partie civile au procès de Munich).

25Le déploiement de moyens personnels et journalistiques décrit ci-avant fut en totale contradiction avec les résultats obtenus. Après les premiers mots du juge, cités plus haut, le tribunal s’occupa des formalités inhérentes à toute procédure pénale : l’appel des parties et la constatation de leur identité. En l’occurrence, la « mise en scène » de l’ouverture du procès exigeait encore que l’avocat de la défense soumette une demande de renvoi pour suspicion légitime à l’encontre du tribunal. La question du fondement véritable de cette suspicion était toutefois accessoire. A priori, il s’agissait surtout de signaler publiquement que l’avocat n’était pas prêt à laisser le président de la Cour prendre seul les choses en main.

  • 35 Heinrich Wefing, op. cit., p. 114.

26Dans cette affaire, l’aptitude de John Demjanjuk, âgé de 89 ans, à passer en jugement, faisait également polémique. Le matin du jour de l’ouverture du procès, il était arrivé en salle d’audience poussé par les magistrats dans une chaise roulante. Le journaliste Heinrich Wefing vit une scène de chasse dans le tonnerre des flashes des appareils photos, et décrivit cet étrange phénomène de curiosité médiatique exacerbée de la manière suivante : « Pas un mot dans cette salle bondée, on entend juste les clics et le bourdonnement des appareils photos. Involontairement, l’image du gibier et de ses chasseurs vous traverse l’esprit35 ».

  • 36 Angelika Benz, op. cit., p. 25.

27Après le déjeuner, la dramatisation atteignit son paroxysme : un lit remplaça la chaise roulante de Demjanjuk parce que le prévenu s’était plaint de douleurs36. Cet échange d’objets correspondait à une première tentative du prévenu et de la défense à remettre en cause le rôle de l’auteur des crimes et des victimes. Du moins ambitionnait-il d’ajouter des nuances de gris au portrait noir et blanc fabriqué jusque-là par les journalistes. Ainsi, Demjanjuk était aussi un vieil homme souffrant et malade digne d’empathie. Autrement dit : il fallait offrir une contre-offre médiatique à l’opinion publique. Il ne fait pas de doute qu’il s’agissait (également) d’une mise en scène ou d’une provocation délibérée à l’attention du public.

« Les peines des plaines »

28L’hypermédiatisation des événements du tribunal de justice de Munich ne devait durer que quelques jours. Très vite, on passa de centaines de spectateurs et curieux à seulement quelques douzaines. Par la suite, l’intérêt porté au procès diminua tant que la Cour put s’installer temporairement dans une salle plus petite. De temps à autre, on observait de petites « vagues » d’intérêt, quand des témoins nouveaux étaient appelés à la barre, tels Reinhardt Altmann, expert en images ou Anton Dallmayer, expert en documents officiels (les 13 et 14 avril 2010), dont les dépositions pouvaient avoir des conséquences sur le verdict final. Lorsque la Cour prenait acte des éléments de preuve historiques trouvés dans les archives (après leur lecture à voix haute), ce qui fut le cas pour de nombreuses journées d’audience, le prétoire offrait une scène très pauvre en action, si bien que l’auditoire pouvait parfois se limiter à moins de 10 personnes.

  • 37 À ce sujet, cf. Angelika Benz, op. cit., p. 258-271.

29Cette réalité s’appliquait notamment aux médias. Outre l’auteur du présent article (ainsi que son collègue Tim Aßmann de la Bayerische Rundfunk, faisant office de journaliste de réserve dans la couverture du procès), seuls deux ou trois journalistes étaient sur place. Parmi les plus assidus, on comptait Robert Probst (Süddeutsche Zeitung), Lukas Hammerstein (indépendant), Nicolas Bourcier (Le Monde) et Wim Bouvink (du quotidien néerlandais Trouw). Angelika Benz, chercheuse spécialisée dans la Shoah qui travaillait à cette époque sur un sujet de thèse traitant des trawniki, était également de la partie37.

30Même la dpa, l’agence de presse allemande, qui dispose d’un bureau à Munich, ne dépêchait pas ses correspondants à chaque jour de procès (mais de plus en plus rarement) car ses ressources en personnel ne le permettaient pas. En cas d’incidents ou d’imprévus, nous, « les journalistes sur place », informions nos collègues de la dpa par SMS ou d’un coup de fil afin qu’elle puisse transmettre ces informations et “alimenter” ses abonnés dans toute l’Allemagne.

  • 38 Nicolas Bourcier, op. cit., p. 258.

31Si l’on fait le bilan des 93 jours d’audience qu’a duré le procès, on pourrait les comparer aux pièces d’un puzzle. Dans son livre, Nicolas Bourcier a parlé d’une « mosaïque »38. Les déclarations des différents témoins, surtout des experts (et des rares témoins contemporains des faits), ainsi que l’ajout au dossier de matériel historique issu des archives permirent à la justice de compléter petit à petit l’image qu’elle se faisait de la participation de l’inculpé aux crimes perpétrés dans le camp d’extermination de Sobibór. Il s’agissait donc d’un véritable « processus », du recoupement laborieux, minutieux et précis d’éléments de preuve isolés pour reconstituer un ensemble complexe de faits. La cohérence de l’ensemble et l’importance de certains éléments de dossier n’étaient pas toujours évidentes pour l’auditoire, et le déstabilisait même, d’autant que la Cour ne s’exprimait pas sur la méthode appliquée.

  • 39 « Ruhendes Verfahren », Süddeutsche Zeitung, 29/11/2010, citation de : Rainer Volk, op. cit., p. 88
  • 40 Repris du script d’une intervention à la radio de l’auteur, citation de : Rainer Volk, op. cit., p. (...)

32Toujours est-il que la spécificité d’une telle procédure « reposant sur l’étude des dossiers » (lus à voix haute) réside dans son aridité bureaucratique. Les débats spectaculaires entre le procureur et la défense, comme dans les films, furent rares. Au lieu de scènes théâtrales et dramatiques, le public du prétoire était face à une succession pesante de documents jaunis par le temps, nouvelles particules d’information affichées brièvement au rétroprojecteur, avant d’être ajoutées à l’examen des preuves. Dans un article pour la Süddeutsche Zeitung au titre évocateur de « Procès à l’arrêt » (« Ruhendes Verfahren »), Robert Probst décrivit ces « peines des plaines » (Berthold Brecht) comme un processus interminable : « Certaines des personnes présentes répriment péniblement un bâillement. Les jours se suivent et se ressemblent. On s’imagine tout à fait autrement un procès retentissant contre l’un des complices présumés encore vivant de l’Holocauste39 ». Pendant cette phase du procès, notre collègue néerlandais Wim Bouvink fit remarquer qu’il avait l’impression qu’on tournait en rond depuis des mois sans faire le moindre progrès40.

  • 41 Angelika Benz, op. cit., p. 127.
  • 42 Au moment du procès, le professeur Dieter Pohl était collaborateur scientifique (chef de service) à (...)
  • 43 Entrée du 17/03/2010 du journal du procès ; citation de Rainer Volk, op. cit., p. 79.

33S’il fallait retenir un point sur l’examen des preuves, ce serait que les juristes et les historiens ne pouvaient visiblement pas souvent s’accorder sur la valeur à donner aux documents. Ainsi, Angelika Benz a noté avec étonnement dans son livre sur le procès Demjanjuk (qui parut ultérieurement) que la notion de « critique des sources » ne paraissait guère usuelle parmi les avocats et les magistrats41. Ceci avait pour conséquence que les juristes voyaient dans certains documents des preuves irréfutables tandis que les historiens les interprétaient comme ambivalents et devant être remis dans leur contexte. Dans un « journal du procès » archivé au format électronique que l’auteur tenait au quotidien pour ne pas perdre le fil des événements du prétoire, un dialogue est notamment consigné, dans lequel l’un des historiens experts (le professeur Dieter Pohl, chercheur spécialisé dans la Shoah)42 débat avec l’avocat de la défense (Ulrich Busch) au sujet de l’élément clé de l’accusation, à savoir le laissez-passer de Demjanjuk en tant que membre du personnel du camp de Trawniki : « (– Busch :) Le laissez-passer de Demjanjuk porte un tampon de la Waffen-SS ? – Pohl : Cela ne signifie pas automatiquement son affectation à la Waffen-SS. Celle-ci était peut-être en charge de la logistique, mais l’adhésion des trawniki à la Waffen-SS n’est pas identifiable43 ».

  • 44 « Die schwierige Suche nach einer lang zurückliegenden Wahrheit », Frankfurter Allgemeine Zeitung, (...)

34Autrement dit, les historiens n’étaient pas toujours en mesure de fournir les réponses univoques que les juristes du prétoire souhaitaient entendre. On pourrait également avancer que les historiens savent que nous ne disposons que d’une infime partie des documents effectivement produits au cours de la Shoah – d’où une certaine tendance à la prudence. Dans le cadre de la déclaration d’un autre expert, le correspondant de la Frankfurter Allgemeine Zeitung mit le doigt sur ces différences de point de vue : « Le magistrat doit conclure à une condamnation ou à un acquittement. L’historien est libre d’apporter multiples nuances à son jugement et n’est pas tenu de rendre un verdict44 ».

35Ces divergences et le sentiment que le procès n’avançait pas firent que la couverture médiatique se réduisit comme peau de chagrin pendant plusieurs mois. Tant les statistiques internes de l’auteur, qu’il tenait pour son employeur, que les bases de données de presse montrent que l’intérêt pour le sujet fut médiocre pendant plusieurs mois. À l’exception de la journée célébrant le premier anniversaire du procès, le calme se poursuivit jusqu’aux premières semaines de l’année 2011.

36Il est difficile d’expliquer pourquoi. Sans doute s’agissait-il du retour de manivelle de la dramatisation initiale des événements par les médias : en lieu et place d’un spectacle, c’était une routine monocorde qui s’était installée, car la cour n’avait d’autre choix que d’accepter un procès laborieux reposant essentiellement sur l’analyse de documents. Les journalistes chargés de l’affaire étaient embarqués dans la même galère et les stratégies que les médias ont affinées au fil des décennies, consistant à se concentrer sur des événements bien visibles, et à partager les épanchements émotionnels ou dramatiques ainsi que les retournements inattendus de situation, n’offraient ici aucune application pratique. Le déroulement du procès Demjanjuk fut douloureusement lent, pénible et monotone. Impossible donc d’en faire les gros titres ni des chroniques à long terme selon les critères usuels du journalisme d’information. Les personnes intéressées par les progrès de la procédure ne cessèrent de diminuer.

La fin

  • 45 Ibidem, p. 94.
  • 46 Ibid., p. 98.
  • 47 Ibid.

37L’agonie de cette procédure pénale, dont la durée avait été estimée à seulement six mois à l’origine, mais qui fut prolongée à plusieurs reprises45, se poursuivit jusqu’à la fin février/ début mars 2011. Outre la prudence adoptée par la Cour lors de l’examen des preuves, comme nous l’avons décrit plus haut, la stratégie de défense appliquée par l’avocat de Demjanjuk, Ulrich Busch, mérite d’être mentionnée. Presque tous les jours d’audience, celui-ci mit en doute la force probante des documents et la compétence des experts, et il inonda la Cour de requêtes, exigeant des documents supplémentaires qui devaient prouver l’innocence de son client, ou accusant les juges de partialité. Dans la phase finale de l’examen des preuves, Busch essaya de retarder l’étape suivante, à savoir le réquisitoire du procureur et la plaidoirie de la défense, en présentant près de 200 requêtes supplémentaires, orales comme écrites46. Cette escalade n’eut toutefois pas l’effet escompté, elle satura encore plus le public, et notamment les journalistes, qui commençaient progressivement à revenir dans le prétoire. « Aucun observateur permanent n’était en mesure de suivre les allers-retours incessants de Busch », résuma l’auteur après que la Cour eut rejeté les déclarations de la défense pratiquement en intégralité dans une décision sommaire très concise47.

  • 48 Angelika Benz, Henkersknecht, p. 36.
  • 49 Ibidem, p. 36-37.

38Le réquisitoire du procureur, Hans-Joachim Lutz, fut tout sauf théâtral. Depuis 2006, ce procureur s’était spécialisé dans les massacres nationaux-socialistes auprès du parquet de Munich. Il avait attiré l’attention en 2009 en réussissant à faire condamner Josef Scheungraber, officier de la compagnie des chasseurs alpins, pour un crime de guerre perpétré en 1944 en Italie48. Dans un discours extrêmement sobre, Lutz fit pratiquement abstraction de la dimension historique du procès Demjanjuk pour se concentrer sur les questions d’ordre pénal. Au cours d’un entretien avec le quotidien Die Welt, il avait expliqué que ce qui le fascinait le plus dans le travail des juristes, c’était la logique, les syllogismes et qu’il ne travaillait pas comme un historien mais vérifiait lui-même les dossiers49.

  • 50 Ibid. p. 200-202

39Ceci explique pourquoi Lutz fonda son discours du 22 mars 2011 essentiellement sur ce qu’on peut appeler la « théorie de l’usine » (Fabriktheorie), développée en amont du procès par Thomas Walther, qui représentait la partie civile. Celle-ci engageait la responsabilité de l’intégralité du personnel employé par le camp d’extermination (ici Sobibór) en tant que complices dans l’Holocauste. Ainsi, non seulement les troupes SS, mais aussi leurs bataillons d’auxiliaires étaient coupables de complicité d’assassinat (Beihilfe zu Mord) parce qu’ils avaient participé à cette entreprise industrielle (dans laquelle le travail était réparti entre les membres du personnel) et/ou n’avaient pas tenté de s’y soustraire en essayant de prendre la fuite50. La « théorie de l’usine » rendait superflue la nécessité d’appuyer l’accusation par la « preuve d’un acte criminel précis » (cf. point 2 de cet article).

  • 51 Ibid., p. 213.

40Le comportement de l’avocat de la défense, Busch, au cours des dernières étapes de la procédure mérite une attention toute particulière. Celui-ci tint sa plaidoirie finale le 3 mai 2011. Rien ne permet d’expliquer a posteriori pourquoi cette séance ne se déroula pas dans la salle habituelle A 101, mais dans le prétoire B 266, plus petit et sans équipement microphonique. Busch, écrivit Angelika Benz après coup, interpréta ce transfert comme une tentative de blocage à l’encontre de son travail de défense51.

  • 52 Ibid., p. 219-220.
  • 53 Rainer Volk, op. cit., p. 106.
  • 54 « Das Gebot der Gerechtigkeit », tageszeitung, 11/05/2011 et Mainpost (Würzburg) du 12/05/2011 : «  (...)

41La plaidoirie de Busch, qui prit au total deux journées d’audience, reflétait l’opacité de sa stratégie, visant à faire passer toute personne et toute information apportée par les autres parties pour un complot ourdi contre son mandant. Les médias aussi étaient expressément visés par ces reproches de partialité. Angelika Benz le paraphrasa notamment ainsi : « La défense fut assaillie par la colère et la réprobation. Elle fut honnie comme la traîtresse à la cause juive. Selon Busch, il fallait clarifier les choses : “une presse hystérique, le Bild [quotidien de presse à scandale Bild, note de l’auteur] en tête, avait formulé des jugements hâtifs52” ». Outre le pathos commun à la charge d’avocat, cette “prestation” relevait également de l’artifice rhétorique, consistant à retourner les attributions de l’auteur ou des auteurs des crimes et de la ou des victime(s) et à les remettre en question. Ainsi Busch évoqua-t-il à nouveau la famine institutionnalisée en Ukraine à la fin des années 1930 (« Holodomor »), mesure répressive organisée par Staline, et la responsabilité majeure (indiscutable) des Allemands dans l’Holocauste, tandis que les trawniki n’auraient été qu’une « brigade de chiens policiers » au service des Nazis53. Pourtant, Busch ne parvint pas à convaincre les journalistes dans le prétoire, ni par les méandres de sa plaidoirie, ni par la confrontation directe (partielle). Aussi la tageszeitung affirma-t-elle qu’il « en avait vraiment fait trop par moments », tandis qu’un journal régional bavarois décrivit sa plaidoirie comme un « show »54.

42Comparé au déroulement chaotique de l’ouverture du procès, le 12 mai 2011, jour où la Cour rendit son arrêt, fut nettement moins stressant. Les agents de sécurité n’étaient pas surmenés ; dans le prétoire, l’affluence s’avéra tout à fait gérable. La journée s’accompagna toutefois de flottements pour les journalistes dans la mesure où, après ouverture de la séance le matin, la Cour reporta son verdict à l’après-midi. Pour les journalistes, cela signifiait qu’ils auraient à rédiger leurs articles dans l’urgence car la clôture de la rédaction (des journaux) et des émissions (médias électroniques) se fait toujours à horaires fixes. Une « course contre la montre » allait donc s’ensuivre (comme au premier jour du procès).

  • 55 Plus de détails dans Rainer Volk, op. cit., p. 114-118.

43En réalité, la lecture de l’énoncé du verdict à l’encontre d’Ivan (John) Demjanjuk – une condamnation à cinq années de réclusion – dura une après-midi toute entière. Aux premiers comptes rendus et dépêches succédèrent des articles de fond, des reportages et des éditoriaux. Dans le journal d’informations principal de la télévision allemande, le Tagesschau, le procès Demjanjuk fit à nouveau la une55.

  • 56 « Die zweite Schuld », Die Welt, 16/05/2011, citation de : ibidem, p. 118.

44L’opinion fut majoritairement satisfaite du verdict et d’accord avec la peine. Tous semblaient s’accorder sur le fait que la Cour avait franchi une nouvelle étape importante dans le traitement des massacres nazis par la justice allemande. Seul le journaliste (juif) Ralph Giordano, qui avait auparavant suivi les procès de Francfort (ou procès d’Auschwitz) ainsi que les procès de Majdanek à Düsseldorf, s’étonna dans son essai de « l’énorme disproportion entre la réalité des meurtres de Sobibór et le verdict rendu56 ». En effet, en raison de son âge très avancé, la Cour n’avait pas envoyé Demjanjuk dans une maison d’arrêt, mais l’avait remis en liberté jusqu’à l’examen du pourvoi en cassation par la Cour fédérale de justice (Bundesgerichtshof).

Épilogue

  • 57 Bild-Zeitung (édition munichoise) du 23/05/2011 ; à ce sujet, cf. : ibidem, p. 119.

45Ivan (John) Demjanjuk mourut le 17 mars 2012 à Bad Feilnbach, en Bavière, dans une maison de retraite. Il était évident que ce vieillard apatride, sans moyens et très malade devrait s’en remettre à l’assistance publique après sa remise en liberté (purement formelle). Si la Cour avait craint toute tentative de fuite, elle ne l’aurait pas libéré. Toutefois, certains médias tentèrent à nouveau de provoquer un scandale en dénonçant les formes concrètes que prenaient l’État-providence et le principe d’humanité. Le tabloïd Bild rapporta ainsi que la maison de retraite de Bad Feilnbach disposait d’un spa, proposait des cours de piscine aux seniors et possédait une terrasse sur le toit de l’établissement57. Les articles de ce type furent néanmoins exceptionnels et seul le décès de Demjanjuk raviva l’intérêt pour l’affaire.

  • 58 Matthias Janson, Hitlers Hiwis. Iwan Demjanjuk und die Trawniki-Männer, Hamburg, Konkret Literatur (...)

46Les excès décrits plus haut montrent que le verdict prononcé à l’issue de l’« affaire Demjanjuk » fut loin d’en clôturer le traitement journalistique. S’il est vrai que le nombre de publications dans les journaux et magazines chuta vite, le sujet passa à une nouvelle phase d’« exploitation » sur le marché du livre. En consultant la bien connue encyclopédie en ligne Wikipédia et le catalogue de la bibliothèque nationale d’Allemagne, une douzaine de livres traitant du procès de Munich apparaissent. Notons que le premier ouvrage sur le sujet – Hitlers Hiwis de Mathias Janson58 – est paru avant que la Cour ait prononcé son jugement. Il serait naïf de prétendre que l’éditeur n’ait eu aucune visée commerciale, d’autant que beaucoup de lecteurs (potentiels) de l’époque avaient entendu ou lu le nom de l’inculpé à la une des journaux. Ajoutons à la décharge de l’auteur qu’il avait essayé de se concentrer avant tout sur le bataillon de soldats auquel avait appartenu Demjanjuk, à savoir les trawniki, et d’autres unités militaires similaires constituées à la suite des campagnes de conquête de l’Allemagne nazie.

  • 59 Ulrich Busch, Demjanjuk der Sündenbock, Münster, Monsenstein und Vannerdat, 2011.
  • 60 Wim Boevink, Dienstausweis 1393. Demjanjuk en het laatste grote naziproces, Uitgevereij verbum, 201 (...)

47De la même manière, le livre de Heinrich Wefing (Der Fall Demjanjuk), évoqué à plusieurs reprises dans le présent article et s’adressant à un public assez large, aurait dû paraître en 2010. L’auteur et l’éditeur attendirent toutefois que le Landgericht de Munich II ait rendu son verdict avant de commercialiser le livre. D’autres livres parurent encore l’année-même du jugement, en 2011, celui de l’avocat de la défense, Ulrich Busch (Demjanjuk der Sündenbock)59, mais aussi le bilan tiré par Angelika Benz, chercheuse spécialisée dans la Shoah (Der Henkersknecht). Aux Pays-Bas, le journaliste Wim Boevink publia ses observations durant le procès sous le titre Dienstausweis 1393. Demjanjuk en het laatste grote naziproces60 ; en France, Nicolas Bourcier, qui avait assuré la couverture du procès pour Le Monde, publia un livre sous le titre Le dernier procès.

  • 61 Richard Rashke, Useful Enemies: America's Open-Door Policy for Nazi War CriminalsNew York, Delphi (...)
  • 62 Lawrence Douglas, Späte Korrektur. Die Prozesse gegen John Demjanjuk, Göttingen, Wallstein, 2020. L (...)
  • 63 Milad Ahmadi, Der Fall Demjanjuk. Revolution der Teilnahmedogmatik durch das Landgericht München II (...)

48Le livre de l’auteur du présent article parut quant à lui en 2012 chez un éditeur spécialisé dans les publications historiques, dans le cadre d’une série traitant de questions d’histoire contemporaine ayant une portée politique actuelle. Outre un livre du journaliste américain Richard Rashke61, soulignons enfin le travail de synthèse du juriste américain Lawrence Douglas, qui avait suivi le procès de Munich en partie sur place. Celui-ci analysait et faisait la synthèse de tous les procès intentés contre Demjanjuk aux États-Unis, en Israël et en Allemagne62. Avec quelques années de recul, des travaux de fin de cycle produits par des étudiants parurent également, qui se concentraient sur les problèmes pénaux ou l’aspect historiographique de la mémoire sur internet63.

49Une affirmation était récurrente : il s’agissait du « dernier procès nazi ». Ce postulat pouvait certes être important aux yeux des services marketing des éditeurs, mais il partait du principe que le sujet traité était unique d’un point de vue historique et que ce procès était en quelque sorte la « dernière chance » de traiter le problème. Or, il s’avéra par la suite que cette « allégation » était fausse. En effet, plusieurs procédures pénales s’intéressant à d’autres complices des camps de concentration nazis ont été portées devant les tribunaux allemands depuis. L’argumentaire des parquets et les jugements prononcés montrent que c’est la logique juridique du procès de Munich qui a majoritairement été appliquée. Par conséquent, on peut aujourd’hui dire que le procès Demjanjuk a joué un rôle décisif dans l’évolution récente de la jurisprudence en matière de jugement des crimes nazis.

50Citons entre autres les affaires Oskar Gröning devant le Landgericht de Lüneburg en 2015, Reinhold Hanning devant le Landgericht de Detmold en 2016, le procès d’Irmgard Furchner devant le Landgericht d’Itzehoe en 2021, ou encore le procès de Josef S. devant le Landgericht de Neuruppin, également en 2021.

  • 64 Les recherches sur le procès de Josef S. effectuées dans la base de données de presse électronique (...)

51Si l’on prend le dernier procès cité en exemple, on y retrouve des motifs déjà observés lors des audiences contre Demjanjuk : un vif intérêt du public au début, une nette diminution des comptes rendus pendant l’examen des preuves et enfin une reprise de l’attention brève et enflammée lors du verdict64.

52En résumé, on peut donc formuler la thèse suivante : la presse ne réussit que rarement à s’intéresser en substance aux chefs d’accusation des procédures pénales. Elle se concentre sur des circonstances extérieures au procès et sur ses acteurs. Elle suit le déroulement de l’extérieur et néglige largement la logique des juristes car celle-ci ne lui promet pas l’attention escomptée du public (des lecteurs). Or, en se concentrant sur les éléments de mise en scène de la procédure pénale, la presse fait abstraction de la problématique historique du jugement tardif des complices de l’Holocauste. Elle occulte le fait que la justice ne s’est guère préoccupée de prendre en compte cette dimension de la Shoah pendant des décennies et n’explique pas suffisamment pourquoi il a fallu attendre le XXIe siècle pour que les choses changent. S’agit-il donc d’écouter les témoignages des dernières victimes et de leurs proches encore vivants ? Dans ce cas, l’intention serait d’établir une sorte de paix juridique par-delà les générations, ou même, de chercher une réconciliation tardive avec les victimes alors que, pendant très longtemps, la justice n’a pas poursuivi les auteurs des crimes.

53Les journalistes s’en tiennent essentiellement au rôle d’assistant. Faute de réfléchir à ce problème, nombre d’articles se limitent à exprimer de l’empathie pour les victimes, sans montrer clairement que la chaîne des preuves avancée par l’accusation est susceptible de présenter des lacunes liées à l’origine et à la transmission des documents historiques associés à l’Holocauste. Il leur manque de l’expertise en la matière. Autrement dit, des bases solides en histoire, mais aussi des ressources économiques permettant des recherches indépendantes du travail des ministères publics. Parallèlement, dans le contexte de crise transitionnelle exacerbée que connaissent les médias depuis des années, les visites étalées sur plusieurs mois dans les archives, qui permettent d’examiner en détail les dossiers relatifs aux faits perpétrés dans les camps d’extermination, ne sont plus possibles. Les journalistes sont donc forcés de s’en remettre aux informations communiquées par les magistrats dans l’enceinte du prétoire. Mais le fait que ces derniers détiennent ainsi le monopole de l’interprétation des documents n’est que rarement mis en exergue.

54Cela a également pour conséquence qu’une procédure comme l’affaire Demjanjuk est représentée comme un échange de coups entre l’accusation et la défense, rythmé par des éléments de suspense, l’attributions de torts et de droits et des accès antipathie et d’empathie. Cette approche compréhensible d’un point de vue humain a l’inconvénient d’omettre que la vérité historique peut être infiniment plus complexe. Car on ne saurait nier que la vie de John (Ivan) Demjanjuk eut aussi une dimension tragique. Si les médias n’ont pas entièrement occulté cet aspect, ils l’ont certainement marginalisé.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Ahmadi Milad, Der Fall Demjanjuk. Revolution der Teilnahmedogmatik durch das Landgericht München II?, München, GRIN-Verlag, 2016.

Benz Angelika, Der Henkersknecht. Der Prozess gegen John (Iwan) Demjanjuk in München, Berlin, Metropol, 2011.

Benz Angelika, Handlanger der SS. Die Rolle der Trawniki-Männer im Holocaust, Berlin, Metropol, 2015.

Boevink Wim, Dienstausweis 1393. Demjanjuk en het laatste grote naziproces, Hilversum, Uitgevereij verbum, 2011.

Bourcier Nicolas, Le dernier procès, Paris, Éditions Don Quichotte, 2011.

Branahl Udo, Justizberichterstattung. Eine Einführung, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2005.

Busch Ulrich, Demjanjuk der Sündenbock, Münster, Monsenstein und Vannerdat, 2011.

Douglas Lawrence, Späte Korrektur. Die Prozesse gegen John Demjanjuk, Göttingen, Wallstein, 2020.

Janson Matthias, Hitlers Hiwis. Iwan Demjanjuk und die Trawniki-Männer, Hamburg, Konkret Literatur Verlag, 2010.

Mazower Mark, Dark Continent. Europe’s twentieth century, London, Penguin 1999.

Rashke Richard, Useful Enemies: America's Open-Door Policy for Nazi War CriminalsNew York, Delphinium Books, 2013.

Sommer Vivien, Erinnern im Internet: der Online-Diskurs um John Demjanjuk, Wiesbaden, Springer VS, 2018.

Volk Rainer, Das letzte Urteil. Die Medien und der Demjanjukprozess, Zeitgeschichte im Gespräch Band 14, München, Oldenbourg Verlag, 2012.

Wefing Heinrich, Der Fall Demjanjuk. Der letzte große NS-Prozess, München, C.H.Beck, 2011.

Haut de page

Notes

1 La Bayerische Rundfunk (BR) existe dans sa forme actuelle depuis 1949 ; auparavant, il s’agissait d’une chaîne contrôlée par les forces d’occupation américaines. Sa zone de diffusion s’étend au Land de Bavière. La BR diffuse cinq stations de radio par voie terrestre. Ses principales sources d’actualité politique sont la station culturelle/d’informations « Bayern 2 », comptant quelques 600 000 auditeurs par jour et la station d’informations « BR24 », comptant près de 800 000 auditeurs chaque jour. La BR propose ses reportages aux autres stations de radio du groupe ARD dès lors que des sujets d’intérêt international ou national sont traités sur sa zone de diffusion.

2 Entre autres : « Joseph Goebbels – Lautsprecher des Dritten Reiches » (2010) ; « 1932 oder der Weg zur nationalsozialistischen Machtübernahme » (2009) ; « Unternehmen Barbarossa – Hitlers Krieg gegen die Sowjetunion » (2011).

3 Rainer Volk, Das letzte Urteil. Die Medien und der Demjanjukprozess, Zeitgeschichte im Gespräch Band 14, München, Oldenbourg Verlag, 2012.

4 Mark Mazower, Dark Continent. Europe’s twentieth century, London, Penguin, 1999, p. 403.

5 Rainer Volk, op. cit., p. 12.

6 Heinrich Wefing, Der Fall Demjanjuk. Der letzte große NS-Prozess, München, C.H.Beck, 2011, p. 34.

7 Rainer Volk, op. cit., p. 13.

8 Angelika Benz, Handlanger der SS. Die Rolle der Trawniki-Männer im Holocaust, Berlin, Metropol, 2015, et tout particulièrement p. 48-52.

9 Plus de détails dans : Rainer Volk, op. cit., p. 53-56 ; Sobibór est notamment connu du public grâce au film de Claude Lanzmann, Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures (2001).

10 Angelika Benz, Der Henkersknecht. Der Prozess gegen John (Iwan) Demjanjuk in München, Berlin, Metropol, 2011, p. 30.

11 Nicolas Bourcier, Le dernier procès, Paris, Éditions Don Quichotte, 2011, p. 45-75.

12 Lawrence Douglas, « Desaster in Jerusalem », Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung, 12/07/2009.

13 À ce sujet, cf. Nicolas Bourcier, op. cit., p. 101-126.

14 À ce sujet, cf. Heinrich Wefing, op. cit., p. 60.

15 Ibidem, p. 19.

16 Udo Branahl, Justizberichterstattung. Eine Einführung, Wiesbaden 2005, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 16-17.

17 À propos de Swidersky, cf. : Angelika Benz, Handlanger, p. 254-255.

18 Chiffres empruntés à : Jörg Echternkamp, « Die Verfolgung nationalsozialistischer Gewaltverbrechen », Bundeszentrale für politische Bildung [en ligne]. URL : https://www.bpb.de/themen/nationalsozialismus-zweiter-weltkrieg/der-zweite-weltkrieg/199413/die-verfolgung-nationalsozialistischer-gewaltverbrechen/

(consultée le 27/07/2022).

19 De 1942 à 1944, Schwammberger était directeur du ghetto de Przemyśl, avant de prendre la tête du camp de travail de Mielec. Après 1945, il s’enfuit en Argentine, d’où il fut extradé vers l’Allemagne en 1990 ; à l’issue d’une procédure pénale, il fut condamné à l’emprisonnement à perpétuité pour crime aggravé et complicité de crime dans 650 affaires.

20 Il s’agissait d’une dépêche de l’agence de presse AFP (service germanophone) et de l’agence Reuters datée du 21/06/2005, qui fut – probablement – reprise le lendemain (à savoir le 22/06/2005) dans un article de la Süddeutsche Zeitung sous le titre « Die lange Geschichte des schrecklichen Iwan » (la longue histoire d’Ivan le Terrible) ; à ce sujet, cf. : Rainer Volk, op. cit., p. 31-32.

21 Ibidem, pp. 32-33.

22 Ibid., p. 34.

23 Angelika Benz, Henkersknecht, p. 84.

24 Citation de : Rainer Volk, op. cit., p. 40.

25 La « taz » fut fondée en 1978 à Berlin dans le cadre d’un projet d’autogestion émanant de la gauche alternative critique à l’égard du système en place. Afin de préserver son autonomie, la « taz » prit en 1992 le statut de coopérative éditoriale. L’édition papier compte env. 45 000 exemplaires ; les lecteurs sont au nombre de 240 000 par jour.

26 Klaus Hillenbrand, « Der Handlanger des Todes », tageszeitung, 8/04/2009.

27 Dans le journal d’informations principal de la journée, le Tagesschau (sur ARD, la première chaîne de télévision) à 20 h 00, l’atterrissage de Demjanjuk fit la une (« accroche »). Outre des images d’archives, on put voir des séquences filmées de l’avion après son atterrissage à Munich et du transfert de Demjanjuk vers l’hôpital de la prison ; à ce sujet, voir également : Rainer Volk, op. cit., p. 42.

28 Quelques exemples : Frankfurter Allgemeine Zeitung du 1/08/2009, « Die Vorgeschichte » (auteur : Konrad Schuller) ou encore : Welt am Sonntag du 23/08/2009 « Die Braut von Iwan dem Schrecklichen » (Gerhard Gnauck)

29 Rainer Volk, op. cit., p. 53.

30 Ibidem, p. 63.

31 Citation de : Angelika Benz, op. cit., p. 7-8.

32 Rainer Volk, op. cit., p. 68.

33 Dépêche dpa du 30/11/2009, heure : 17:19:19 (numéro courant dpa 566) ; citation de : Rainer Volk, op. cit., p.70.

34 Ibidem

35 Heinrich Wefing, op. cit., p. 114.

36 Angelika Benz, op. cit., p. 25.

37 À ce sujet, cf. Angelika Benz, op. cit., p. 258-271.

38 Nicolas Bourcier, op. cit., p. 258.

39 « Ruhendes Verfahren », Süddeutsche Zeitung, 29/11/2010, citation de : Rainer Volk, op. cit., p. 88.

40 Repris du script d’une intervention à la radio de l’auteur, citation de : Rainer Volk, op. cit., p. 89.

41 Angelika Benz, op. cit., p. 127.

42 Au moment du procès, le professeur Dieter Pohl était collaborateur scientifique (chef de service) à l’Institut d’histoire contemporaine de Munich (Institut für Zeitgeschichte) (et l’auteur de cet article avait fait sa connaissance au cours de plusieurs conversations). En 2008, Pohl avait passé son habilitation à diriger des recherches avec la thèse « Die Herrschaft der Wehrmacht. Militärverwaltung und Bevölkerung in den besetzten Gebieten der Sowjetunion 1941-1944 » ; en 2000, il avait déjà publié le livre Holocaust. Die Ursachen – das Geschehen – die Folgen. Depuis 2010, Pohl est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Klagenfurt (Autriche).

43 Entrée du 17/03/2010 du journal du procès ; citation de Rainer Volk, op. cit., p. 79.

44 « Die schwierige Suche nach einer lang zurückliegenden Wahrheit », Frankfurter Allgemeine Zeitung, 6/08/2010, citation de Rainer Volk, op. cit., p. 80.

45 Ibidem, p. 94.

46 Ibid., p. 98.

47 Ibid.

48 Angelika Benz, Henkersknecht, p. 36.

49 Ibidem, p. 36-37.

50 Ibid. p. 200-202

51 Ibid., p. 213.

52 Ibid., p. 219-220.

53 Rainer Volk, op. cit., p. 106.

54 « Das Gebot der Gerechtigkeit », tageszeitung, 11/05/2011 et Mainpost (Würzburg) du 12/05/2011 : « Show oder späte Gerechtigkeit », Mainpost (Würzburg), 12/05/2011, citation, ibidem, p. 110.

55 Plus de détails dans Rainer Volk, op. cit., p. 114-118.

56 « Die zweite Schuld », Die Welt, 16/05/2011, citation de : ibidem, p. 118.

57 Bild-Zeitung (édition munichoise) du 23/05/2011 ; à ce sujet, cf. : ibidem, p. 119.

58 Matthias Janson, Hitlers Hiwis. Iwan Demjanjuk und die Trawniki-Männer, Hamburg, Konkret Literatur Verlag, 2010.

59 Ulrich Busch, Demjanjuk der Sündenbock, Münster, Monsenstein und Vannerdat, 2011.

60 Wim Boevink, Dienstausweis 1393. Demjanjuk en het laatste grote naziproces, Uitgevereij verbum, 2011.

61 Richard Rashke, Useful Enemies: America's Open-Door Policy for Nazi War CriminalsNew York, Delphinium Books, 2013.

62 Lawrence Douglas, Späte Korrektur. Die Prozesse gegen John Demjanjuk, Göttingen, Wallstein, 2020. La version allemande repose probablement sur l’édition originale américaine, The right wrong man: John Demjanjuk and the Last Great Nazi War Trial, Princeton University Press, 2016.

63 Milad Ahmadi, Der Fall Demjanjuk. Revolution der Teilnahmedogmatik durch das Landgericht München II?, München, GRIN-Verlag 2016; Vivien Sommer, Erinnern im Internet: der Online-Diskurs um John Demjanjuk, Wiesbaden, Springer VS, 2018.

64 Les recherches sur le procès de Josef S. effectuées dans la base de données de presse électronique d’ARD ont donné près de 20 articles majeurs publiés dans les quotidiens suprarégionaux. Le procès dura près de neuf mois et s’étendit sur environ 30 journées d’audience ; il fut clôturé le 28 juin 2022 par la condamnation de l’accusé à cinq années d’emprisonnement. Celui-ci fit appel de cette décision. La base de données (« PAN ») ne contient pas le moindre article à ce sujet entre décembre 2021 et mars 2022 alors qu’il y eut régulièrement des journées d’audience. (consultation de la base de données PAN du 11/08/2022. URL :
https://pan.koeln.ivz.cn.ard.de/sap(bD1kZSZjPTEwMA==)/bc/bsp/sap/zat_web_text2/base.do?panel=detail&panel_caller=retrieval&sa_docid=66850218&sa_treffer_nr=28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rainer Volk, « La mise en scène d’un procès pénal : réflexion sur les médias et le procès Demjanjuk »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12881 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12881

Haut de page

Auteur

Rainer Volk

Rainer Volk est historien de formation et travaille depuis 1990 en tant que journaliste. Il a suivi le procès de John Demjanjuk à Munich comme chroniqueur judiciaire pour la télévision publique allemande. Il est actuellement journaliste radio pour la station publique SWR (Südwestrundfunk) à Baden-Baden.Il est notamment l‘auteur d’un ouvrage consacré au procès Demjanjuk : Rainer Volk, Das letzte Urteil. Die Medien und der Demjanjukprozess, Zeitgeschichte im Gespräch Band 14, München, Oldenbourg Verlag, 2012.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search