Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...22Les années 2000-2010Le procès Bruno Dey, un nouveau p...

Résumés

Cette contribution entend analyser la médiatisation du procès de Bruno Dey dans BILD et dans la taz en accordant une attention particulière aux images de presse. À l’âge de 93 ans, Dey a été accusé de complicité de meurtre de plus de 5230 personnes, au camp du Stutthof, en Pologne, en 1944-1945. Son procès s’est tenu en 2019-2020 à Hambourg, en pleine pandémie, nécessitant l’installation d’une cage de plexiglas semblable à celle du procès Eichmann (1961). Notre hypothèse de départ concerne les parallèles possibles avec le traitement médiatique du procès de Jérusalem. À première vue, ce parallèle est osé : il semble a priori y avoir peu de points communs entre le procès d’un théoricien de la « Solution finale » et celui d’un nonagénaire ancien gardien de camp. Pourtant, on constate bel et bien, chez les photographes et les journalistes qui ont couvert le procès Dey, des jeux de reprises et de variations des images d’Eichmann. Tel un kaléidoscope, les images de Dey, monstre et homme ordinaire à la fois, s’insèrent dans des traditions iconographiques multiples en matière de représentations médiatiques des criminels nazis. Entre images narratives, satiriques et documentaires, les deux organes de presse recherchent soit la vérité, soit le scandale. En dépit de la variété des messages, cette médiatisation de l’un des derniers procès de criminels nazis révèle la présence encore forte de la mémoire du passé nazi dans la société allemande.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wolfgang Benz, Barbara Distel (dir.), Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen K (...)

1À l’âge de 93 ans, Bruno Dey a été accusé de complicité de meurtre de plus de 5230 personnes, au camp du Stutthof, en Pologne, du 9 août 1944 au 26 avril 1945, alors qu’il faisait partie de la 1re compagnie SS Totenkopfsturmbann. En raison de son âge au moment des faits (il avait 17 ans), son procès s’est déroulé, en 2019-2020, devant un tribunal pour mineurs, à Hambourg. Né en 1926, fils de paysans près de Dantzig et boulanger de formation, Bruno Dey prétend avoir été enrôlé de force dans la SS après que son père se fut opposé à ce qu’il adhère à la Hitler-Jugend. Lors de son procès, il a reconnu avoir été présent sur les lieux, mais a prétendu avoir été contraint à exercer ses fonctions de gardien sans aucune marge de manœuvre (il devait notamment surveiller l’entrée du crématorium). Il a été condamné à deux ans de prison avec sursis. Au Stutthof, entre 63 000 et 65 000 personnes périrent de 1939 à 19451. Le procès de Dey a trouvé un fort écho médiatique, sur Internet mais aussi dans la presse. Nous nous proposons dans cette contribution d’analyser sa couverture médiatique dans deux journaux allemands largement diffusés : BILD et la taz (Die Tageszeitung).

  • 2 Wolfgang Pleister, Wolfgang Schild, Recht und Gerechtigkeit im Spiegel der europäischen Kunst, Colo (...)
  • 3 Robert Jacob, Images de Justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique(...)
  • 4 Xavier Rousseaux, « Crime et justice au prisme de l’histoire visuelle et matérielle », Crime, Histo (...)

2Avec l’essor de l’histoire sociale des pratiques criminelles et pénales dans les années 1960, les historiens du droit ont commencé à questionner les cultures visuelles et matérielles2. Inspiré de l’iconologie de Panofsky, l’ouvrage pionnier de Robert Jacob, Images de justice, a posé les jalons d’une histoire des représentations de la justice sur la longue durée3. Par la suite, ces études se sont prolongées dans l’attention portée aux représentations du crime et des criminels qui constituent aujourd’hui les balbutiements d’une histoire visuelle de la justice4.

  • 5 Annette Wieviorka, 1945, Paris, Seuil, La Découverte, 2015.
  • 6 Marie-Anne Matard-Bonucci, « Usages de la photographie par les médias dans la construction de la mé (...)
  • 7 Cornelia Brink, Ikonen der Vernichtung. Öffentlicher Gebrauch von Fotografien aus nationalsozialist (...)
  • 8 Gerhard Paul, « Von Eichmännern, Starschnitten und sterbenden Wäldern. Zur Ikonografie der bundesde (...)

3Dans le domaine de l’histoire culturelle et visuelle, et de l’histoire des médias, plusieurs travaux de grande ampleur ont déjà été menés sur la médiatisation des crimes et des criminels nazis après 1945. Les services photographiques des armées vainqueures ainsi que des photographes freelance (comme la célèbre Lee Miller) ont couvert l’horreur de la découverte des camps5, dont la presse – allemande comme alliée – s’est faite le relais. Malgré une décontextualisation de leurs usages, ces images ont participé d’un « processus de construction mémorielle »6. La place des représentations médiatiques des bourreaux dans la mémoire culturelle de l’Allemagne fédérale représente un chantier dans le champ des études sur la mémoire du nazisme – nous pensons surtout aux travaux de Cornelia Brink sur les « icônes » des camps et d’Habbo Knoch sur la médiatisation des criminels nazis dans les années 1950 et 19607. Gerhard Paul a aussi consacré plusieurs ouvrages à ce qu’il appelle les « Nachbilder » du nazisme, ces images de « survivance » provenant de la propagande nazie et des Propaganda-Kompanien qui continuèrent à être médiatisées dans la presse et dans les films après 1945, perpétuant ainsi les stéréotypes de la propagande du IIIe Reich dans la mémoire collective ouest-allemande8.

  • 9 Sylvie Lindeperg, Nuremberg. La bataille des images, Paris, Payot, 2021.
  • 10 Christian Delage, La Vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël, 2006.
  • 11 Jörg Osterloh, Clemens Vollnhals (dir.), NS-Prozesse und deutsche Öffentlichkeit : Besatzungszeit, (...)
  • 12 Peter Krause, Der Eichmann-Prozess in der deutschen Presse, Francfort/Main, Campus, 2002.
  • 13 Jürgen Wilke, Birgit Schenk, Akiba A. Cohen, Tamar Zemach (dir.), Holocaust und NS-Prozesse. Die Pr (...)
  • 14 Bettina Stangneth, Eichmann avant Jérusalem. La vie tranquille d’un génocidaire, Paris, Calmann-Lév (...)
  • 15 Fabien Théofilakis, « Adolf Eichmann à Jérusalem ou le procès vu de la cage de verre (1961-1962) », (...)
  • 16 Marie-Bénédicte Vincent (dir.), Le nazisme, régime criminel, Paris, Perrin, 2015, p. 36 et suiv.

4Les procès représentent également une source pour l’historien de la culture. Une attention particulière a été accordée au rôle des images dans les procédures judiciaires, au procès érigé en image9, mais aussi à l’image comme preuve10. Pour étudier les procès et leurs échos dans l’espace public, les historiens ont également recours à la presse, que ce soit pour se pencher sur les procès moins connus des années 195011, sur le procès Eichmann (1961)12 ou bien pour proposer un panorama des procédures judiciaires, de Nuremberg (1945) au procès contre John Demjanjuk (2009-2011)13. Dans sa monographie Eichmann avant Jérusalem, Bettina Stangneth a aussi convoqué un vaste corpus de presse pour analyser les images, multiples et contradictoires, d’Eichmann et démontrer que l’architecte de la « Solution finale » était connu de l’opinion publique bien avant son procès14. Pour étudier les stratégies rhétoriques et mémorielles de ce dernier lors de son procès à Jérusalem Fabien Théofilakis a exploité les milliers de notes de l’accusé ainsi que les images filmées15. Cette attention portée aux acteurs du génocide s’inscrit dans la recherche sur les bourreaux (Täterforschung), en développement depuis les années 199016.

  • 17 Harald Welzer, Sabine Moller, Karoline Tschuggnall, ‚Opa war kein Nazi‘. Nationalsozialismus und Ho (...)

5Malgré ces travaux pionniers, l’histoire de la médiatisation des criminels nazis est encore en friche, en premier lieu celle des procès tardifs menés dans les années 2000 et 2010. Alors que dans leur mémoire familiale, de nombreux Allemands conservent de nos jours des souvenirs idéalisés de la période nazie, faisant de leurs grands-parents des « héros de la résistance quotidienne », comme l’a analysé Harald Welzer17, il paraît important de se pencher sur les fonctions de la médiatisation de ces derniers procès, et en particulier sur leur médiatisation par l’image, ressort pédagogique et narratif central de la presse.

  • 18 Habbo Knoch, op. cit., p. 533.

6Le procès Dey s’est tenu en pleine pandémie, et a vu l’installation d’une cage de plexiglas autour de l’accusé, ressemblant à l’installation lors du procès de Jérusalem en 1961. Notre hypothèse de départ concerne les parallèles possibles avec le traitement médiatique du « procès à la cage de verre » d’Adolf Eichmann, événement de haut lieu qui marqua un « tournant »18 dans le discours médiatique sur les bourreaux nazis. À première vue, ce parallèle peut paraître osé : il semble a priori y avoir peu de points communs entre le procès d’un des théoriciens de la « Solution finale » et celui d’un nonagénaire ancien gardien de camp. Pourtant, on constate bel et bien, chez les photographes et les journalistes qui ont couvert le procès Dey, des jeux de reprises et de variations des images d’Eichmann. C’est ce que nous nous proposons d’examiner ici.

  • 19 Peter Reichel, Harald Schmid, Peter Steinbach (dir.), Der Nationalsozialismus – die zweite Geschich (...)
  • 20 Susanne Regener, Fotografische Erfassung : zur Geschichte medialer Konstruktionen des Kriminellen, (...)

7Accordant une attention particulière aux images de presse et aux représentations des criminels nazis, cet article entend contribuer à la « seconde histoire du nazisme », d’une part, et à l’histoire visuelle de la justice, d’autre part. La « seconde histoire du nazisme », définie par Peter Reichel comme un rapport nécessaire au passé nazi, regroupe notamment les études sur « la politique de l’histoire » (Geschichtspolitik) dans laquelle s’insère cette contribution, c’est-à-dire les interprétations du nazisme dans les discours scientifiques et médiatiques19. À la croisée de la civilisation allemande et de l’histoire culturelle et visuelle, cette contribution ambitionne d’analyser les représentations d’un des derniers bourreaux nazis – la figure du criminel étant au cœur des études sur l’histoire visuelle de la justice20.

8Nous ferons d’abord une mise au point sur l’intérêt heuristique d’une étude sur la presse et sur la méthode d’analyse du corpus, avant de nous pencher sur les fonctions des images narratives dans les chroniques judiciaires du procès Dey. Nous nous attarderons ensuite sur les aspects qui distinguent les chroniques de la taz de celle de BILD. Enfin, nous nous interrogerons sur la place accordée aux victimes dans ces deux organes de presse.

Pourquoi étudier les procès des derniers criminels nazis au prisme des images de presse ? Corpus et méthode d’analyse

  • 21 Jürgen Wilke, « Massenmedien und Vergangenheitsbewältigung », in Ibid. (dir.), Mediengeschichte der (...)
  • 22 Daniel Goldhagen, Hitler’s willing executioners. Ordinary Germans and the Holocaust, Londres, Littl (...)
  • 23 Bettina Stangneth, op. cit., p. 535-545.

9Le nombre de controverses mémorielles et de scandales qui ont débuté en étant relayés par la presse démontre la pertinence de cette source pour ce sujet. Que l’on pense par exemple à l’échange entre Ernst Nolte et Jürgen Habermas dans la FAZ en juin et juillet 1986 qui a initié la « controverse des historiens » (Historikerstreit)21 ou aux débats à propos de l’ouvrage de Daniel Goldhagen sur les bourreaux ordinaires, une décennie plus tard22. Par ailleurs, le procès Eichmann lui-même a donné lieu à d’âpres négociations entre les acteurs de la presse magazine et les détenteurs de ses notes (connues sous le nom de « papiers argentins » ou « entretiens Sassen ») : Stern et Life publièrent plusieurs reportages sur la vie d’Eichmann, peu de temps avant son procès, et Paris Match offrit une interview exclusive du détenu sous le titre « Eichmann parle d’outre-tombe », une semaine avant son exécution23.

  • 24 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munic (...)
  • 25 Thierry Gervais, La fabrique de l’information visuelle. Photographies et magazines d’actualité, ave (...)
  • 26 André Gunthert, « Les icônes du photojournalisme. De l’information à la pop culture », in Audrey Le (...)
  • 27 Cornelia Brink, op. cit., p. 118.

10Chroniques judiciaires et images de presse, en particulier, représentent des sources de choix pour étudier les discours mémoriels sur les procès tardifs de criminels nazis. Comme le souligne l’introduction de ce dossier, la chronique judiciaire, d’une part, est un moyen de mesurer la présence des derniers procès contre des criminels nazis dans les médias, et dans l’espace public. Les études ambitieuses alliant analyse de discours systématique et connaissances historiographiques pointues sur le nazisme sont en effet un parent pauvre de la recherche24. Les images de presse, d’autre part, considérées comme des médias, figurent au cœur du photojournalisme et de la « fabrique de l’information visuelle »25. Nous questionnerons avant tout leur portée narrative et satirique – au-delà de leur valeur informative et symbolique26. Au procès de Nuremberg émergea un nouveau motif photographique parmi les icônes fixées dans la mémoire culturelle du nazisme : celui des bourreaux sur le banc des accusés, qui devint bientôt, par l’intermédiaire de la presse, un symbole du procès lui-même27.

  • 28 Jürgen Wilke, « Bild-Zeitung. Die Bilderwelt einer umstrittenen Boulevardzeitung », in Gerhard Paul (...)
  • 29 En réaction contre le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Wolfgang Flieger (...)
  • 30 Ibid., p. 74 et 193.
  • 31 Christina Holtz-Bacha, « Alternative Presse », in Jürgen Wilke, Mediengeschichte, op. cit., p. 330- (...)

11Pourquoi avoir choisi BILD et la taz comme sources pour la médiatisation des derniers criminels nazis ? Quoique de qualité médiocre, BILD est le journal le plus diffusé d’Allemagne. Dès les années 1980, il dépassait les 5,5 millions d’exemplaires (aujourd’hui environ 4 millions d’exemplaires)28. Créé en 1952, BILD mise sur la visualité de la page, et les images chocs. Lu par un public très hétérogène, mais surtout par des lecteurs peu diplômés, ce tabloïde conservateur est considéré comme un indicateur des tendances de l’opinion publique et comme un média incontournable pour les autres organes de presse qui s’y réfèrent souvent. C’est justement contre BILD que la taz a été fondée en 1979, se réclamant de la presse dite alternative, qui s’est développée après le mouvement estudiantin contestataire de 1968. Portée par l’idée de se démarquer des autres journaux, elle a été conçue dès ses origines comme une « FAZ de gauche »29, attirant un public jeune et issu des couches supérieures de la société, proche des Verts30. Elle est aussi connue pour ses articles sur l’antiracisme, proche de la mouvance « antifasciste » (elle a d’ailleurs une rubrique intitulée « Antifa »). En 1995, elle faisait partie des dix journaux les plus diffusés d’Allemagne, avec 63 000 exemplaires31. Signe de progressisme, elle utilise l’écriture inclusive.

  • 32 Klaus Schönbach, « Zeitungen in den Neunzigern : Faktoren ihres Erfolgs », in Pierre Albert, Ursula (...)

12Pour analyser la médiatisation du procès de Bruno Dey dans ces deux organes de presse, nous avons procédé, sur les sites respectifs de ces deux journaux, à une approche quantitative à l’aide de plusieurs mots-clés car la recherche à « Bruno Dey » s’est souvent avérée infructueuse : il nous a fallu effectuer plusieurs recherches avec des mots-clés différents figurant dans le titre, le chapô et/ou la légende de l’image : « Dey », « Bruno D. » et « Stutthof ». Il en est ressorti 12 articles de BILD et 17 articles de la taz, respectivement parus entre le 17 octobre 2019 et le 10 août 2020, et du 19 avril 2019 au 23 juillet 2020. Le recours aux versions électroniques de ces journaux a permis de gagner en praticité, mais a aussi impliqué un certain appauvrissement du fait que l’on n’a pas accès à la mise en page complète de la version papier. Ces 29 articles sont illustrés par au moins une image – ce qui est la règle – à l’exception de deux articles avec deux images chacun dans BILD et de trois articles avec deux ou trois images dans la taz. L’accessibilité et la qualité du journalisme apparaissent dans la longueur des articles, ceux de BILD comportant en moyenne 355 mots contre 781 mots dans la taz. Sur la base de ce corpus, nous avons procédé à une analyse quantitative standardisée prenant en compte, comme préconisé dans l’ouvrage Les médias et leur public en France et en Allemagne, l’aspect visuel des articles, l’utilisation des photos et des couleurs, mais aussi la ponctuation, la place des émotions et les qualificatifs désignant Bruno Dey32.

  • 33 Chroniqueur pour la taz, Andreas Speit est un spécialiste reconnu de l’extrême droite dans l’Allema (...)
  • 34 Klaus Hillenbrand est l’auteur de plusieurs ouvrages remarqués consacrés à la persécution des Juifs (...)
  • 35 Journaliste pour BILD, Dino Schröder couvre les différents événements en lien avec les procès et l’ (...)
  • 36 Auteur d’essais et de chroniques pour divers blogs et journaux de droite, Filipp Piatov est rédacte (...)

13Avant d’entamer l’analyse, il nous faut préciser la provenance des images et dire quelques mots sur les photographes et journalistes impliqués dans la couverture médiatique du procès Dey. Les auteurs des articles consacrés à ce procès varient rarement : Andreas Speit33 et Klaus Hillenbrand34 sont spécialisés dans ce domaine pour la taz, tandis que BILD a recours aux services de Dino Schröder35 et Filipp Piatov36. Quant aux images, elles proviennent la plupart du temps de la Deutsche Presse-Agentur (dpa), parfois de Reuters, et des clichés – différents – des mêmes photographes sont parus dans les deux organes (par exemple ceux de Daniel Bockwoldt, dpa, et de Fabian Bimmer, Reuters).

Des images narratives pour un procès pédagogique et symbolique

14Dans les deux organes de presse, on dénombre une quantité importante d’images narratives, et Bruno Dey y est décrit par les mêmes qualificatifs : « l’ancien gardien de camp SS de 93 ans », « l’homme de 93 ans », l’« accusé ».

  • 37 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Angeklagter sagt aus », taz, 21.10.2019. URL : https:/ (...)
  • 38 Voir par exemple : Andreas Speit, « Urteil gegen Wächter von KZ Stutthof : An das Grauen gewöhnt », (...)

15La taz opte toutefois pour un qualificatif plus satirique : « le retraité ». L’ironie et la satire sont des ressorts caractéristiques de la taz, à la manière de Libération. Dès le 21 octobre 2019, avant la pandémie, un article commence par la description suivante : « Chapeau noir, lunettes de soleil foncées et une pochette rouge dépliée devant le visage37 ». Celle-ci met en avant l’égoïsme de Dey, et son indifférence. On le voit photographié de profil, dissimulé derrière une pochette rouge. La caméra se focalise sur l’accusé ; seuls les avant-bras de l’agent qui pousse son fauteuil roulant sont visibles. La fonction clairement narrative de l’image est corroborée par la légende : le public voit défiler devant lui l’accusé muré dans le silence. La description de ses accessoires – chapeau, lunettes de soleil et pochette – sera reprise au début de plusieurs articles tout au long du procès, soulignant le caractère grotesque de son accoutrement, comme au carnaval, en total décalage avec la gravité de la procédure38.

  • 39 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Zeuge zieht sich zurück », taz, 13.01.2020. URL : http (...)
  • 40 Dino Schröder, « Prozess um Beihilfe zum Mord in 5230 Fällen. Richterin geht auf SS-Wachmann los », (...)

16L’image du vieillard au fauteuil joue également comme un rebondissement narratif fort. C’est par exemple le cas dans un article qui revient sur le faux témoignage d’une victime fictive, Moshe Peter Loth, qui affirmait avoir été interné avec sa mère alors qu'il était nouveau-né (et dont les fausses déclarations furent aussi médiatisées en France) : la fausse victime a reconnu son mensonge, et l’accusé se retire de la salle d’audience, vissé sur son fauteuil, inébranlable et fier d’une semi-victoire. L'image illustre ce rebondissement, tout en donnant à voir l'entêtement et l'indifférence de l'accusé39. Dans BILD aussi, on trouve en grand nombre des images à la fonction narrative. Dans l’article du 16 décembre 2019, l’accusé est pris de plain-pied, assis dans son fauteuil roulant, reclus derrière sa table, une pochette jaune devant le visage. Alors que l’article insiste sur le refus de la part de l’accusé de reconnaître sa responsabilité, l’image endosse une fonction narrative et humoristique en insistant sur son entêtement et son impassibilité, à la manière d’un enfant têtu face à sa mère40.

17Par la suite, la cage de plexiglas apparaît comme un ressort narratif et divertissant supplémentaire. Le 6 juillet 2020, peu de temps avant l’énoncé du verdict, la taz commente l’apparition de la cage de verre :

  • 41 Klaus Hillenbrand, « Stutthof-Prozess in Hamburg : Einer der letzten NS-Prozesse », taz, 06.07.2020 (...)

En raison de la pandémie, il [le représentant de l’accusation] se trouve de surcroît dans une cage de plexiglas. En face de lui, également entouré d’une cage, se tient l’accusé, un chapeau brun vissé sur la tête41.

18La couleur brune du chapeau de Dey donne au journaliste un moyen de poursuivre sa satire puisqu’il invite symboliquement les lecteurs à l’associer à l’emblème de la « peste brune ».

19Il ressort de ces procédés satiriques un premier élément donnant à penser que ce procès est davantage d’ordre pédagogique et politique que purement judiciaire. Pour la taz, c’est un procès pour la mémoire et pour les victimes, évoquées dans la foulée de la peine requise par le parquet de Hambourg le 6 juillet 2020, et jugée trop clémente :

  • 42 Ibid.

Trois ans de prison – c’est peu. Mais 75 ans après la fin des crimes nazis la peine est secondaire. Ce qui importe, c’est le signal qu’elle envoie : elle montre qu’un tribunal se saisit de la confrontation avec le passé nazi, et que la justice allemande fait face à ses responsabilités42.

  • 43 Habbo Knoch, op. cit., p. 299 et p. 568 et suiv. Gerhard Paul, « Von Psychopathen, Technokraten des (...)

20La taz parle même d’un « processus d’apprentissage » de la justice allemande (« Lernprozess »).
Dans le même article, un dialogue est implicitement établi entre deux images : d’une part celle de Dey caché derrière sa pochette bleue, prise de trois-quarts derrière sa cage de verre – et dont on remarque qu’elle respecte le même angle de vue que lors du procès Eichmann – et d’autre part un cliché en noir et blanc d’un des accusés du procès des Einsatzgruppen à Ulm, en 1958, dissimulé lui aussi derrière un journal, mais filmé par un caméraman au premier plan sur la gauche de l’image. Cette mise en perspective est d’autant plus intéressante que le journaliste, mentionnant explicitement ces procès, bat en brèche un cliché sur les criminels nazis, diabolisés, répandu dans la seconde moitié des années 195043 : il affirme que ces hommes ne sont pas « des monstres », mais des membres méritants de la société allemande. Après avoir convoqué l’histoire judiciaire, le journaliste conclut son article sur une pointe satirique, laissant à nouveau entendre que la peine requise par le parquet le 6 juillet 2020 est trop clémente :

  • 44 Klaus Hillenbrand, « Stutthof-Prozess in Hamburg : Einer der letzten NS-Prozesse », taz, 06.07.2020 (...)

Après les déclarations du procureur, il [l’accusé] prend son chapeau brun et se fait conduire en fauteuil vers la sortie de la salle 300. Chez lui44.

21Autrement dit, les auteurs de la taz reprochent à l’accusé son indifférence et son égoïsme. C’est tout le sens d’un autre article, paru le 23 juillet 2020, au moment du verdict. Le journaliste relate que Bruno Dey se lamente de sa propre « malchance », en toute ignorance de la souffrance des victimes :

  • 45 Andreas Speit, « Urteil gegen Wächter von KZ Stutthof : An das Grauen gewöhnt », taz, 23.07.2020. U (...)

Il fut aussi question à plusieurs reprises de souffrance dans les déclarations de l’accusé lorsqu’il répondait aux questions de la juge – de sa propre souffrance. […] Face aux questions et aux réponses de la juge Bruno D. se plaint de ce procès qui, d’après ses propres mots, vient gâter ses vieux jours : « Ce n’est pas comme cela que je m’étais imaginé mon grand âge », déclare-t-il45.

  • 46 Habbo Knoch, op. cit., p. 577-578.
  • 47 Dino Schröder, « Prozess um ehemaligen SS-Wachmann : KZ-Stutthof war die Drehscheibe des Todes », B (...)

22Même si elle s’est davantage répandue à l’occasion des procès tardifs contre des criminels nazis, au cours des années 2000 et 2010, l’image du vieillard impassible et apparemment inoffensif est plus ancienne. Elle apparaît dès la seconde moitié des années 1950 dans la presse magazine. Elle fut par exemple à l’œuvre dans la médiatisation sensationnaliste du gardien de camp SS Gerhard Martin Sommer, prénommé le « bourreau de Buchenwald » : au cours des années précédant son procès devant le tribunal de Bayreuth en 1958, Sommer fut alternativement présenté comme une bête diabolique et comme un grabataire dans son fauteuil roulant46. En reprenant cette dernière image dans le cas de Dey, le tabloïde BILD comme la taz viennent l’actualiser et la populariser pour en faire un topos, dans la continuité des procès tardifs surtout depuis celui de John Demjanjuk en 2009-2011. Adossées aux articles qui jouent sur les ressorts émotionnels du procès, les images renforcent le caractère impassible de l’accusé dissimulé derrière ses pochettes de différentes couleurs47 pour en faire un thème récurrent stéréotypé. Le grotesque n’en est que plus fort, et devient, dans le tabloïde BILD, lui-même un ressort du scoop. Quand on examine les articles les uns à la suite des autres on voit défiler la variation de couleurs des pochettes : les jours de procès passent, l'obstination de l'accusé reste la même.

  • 48 « Prozess gegen SS-Mann, Nebenkläger fordert Bewährung », BILD, 17.07.2020. URL : https://www.bild. (...)
  • 49 À propos de la figure du bourreau ordinaire, voir Habbo Knoch, op. cit., p. 651.

23Dans ce contexte, la cage de plexiglas joue comme un ressort narratif supplémentaire. Elle apparaît pour la première fois dans BILD le 17 juillet 2020. Le plan de trois-quarts, avec ou sans l’avocat à l’arrière-plan, ressemble à s'y méprendre à la photographie d’Eichmann : le portrait à mi-hauteur, l'accusé derrière son bureau, à gauche l'un des piliers de la cage de verre48. Ce qui est frappant, c’est qu’aucune mention du procès Eichmann n’est faite dans aucun des deux journaux. La référence reste implicite, misant – peut-être – sur la connivence avec le lecteur, et jouant en tout état de cause sur les codes de présentation de ce « bourreau de bureau » (Schreibtischtäter)49. Les représentations de Dey varient donc au fil des articles, mobilisant, tel un kaléidoscope, les images historiques du criminel grabataire pitoyable et celles du bureaucrate ordinaire.

  • 50 Jeffrey Schandler, « The Man in the Glass Box. Watching the Eichmann Trial on American Television » (...)
  • 51 Michael Diers, Schlagbilder. Zur politischen Ikonographie der Gegenwart, Francfort/Main, Fischer Ta (...)

24Globalement, dans tous ces articles, c’est l’accusé qui est au centre, quoique sans visage, dissimulé derrière ses pochettes multicolores, symbole de son impassibilité. Il apparaît souvent seul sur les clichés. On arrive alors à un paradoxe, qui a déjà été pointé par Jeffrey Schandler et Gerhard Paul dans le cas du procès Eichmann : ces deux journaux se focalisent sur le bourreau, et non sur ses actes ou sur les victimes50. Les photographes connaissent forcément les photos canoniques d’Eichmann derrière sa cage de verre. Ces références visuelles font partie de la mémoire collective. Ces images-icônes, ou « Schlagbilder »51, structurent les articles, surtout dans BILD, où elles sont surreprésentées. Elles y restent toutefois implicites, alors que d’autres procès y sont cités, comme ceux de John Demjanjuk (2009-2011) et d’Oskar Gröning (2015) ainsi que les procès d’Ulm de 1958 susmentionnés.

25Ces deux journaux pourtant si différents semblent en apparence partager un autre point commun : la manière dont ils accueillent le verdict, qu’ils jugent trop tardif. Alors qu’on aurait pu attendre que BILD plaide plutôt en faveur d’une certaine clémence vis-à-vis de ce vieillard – nous y reviendrons –, les journalistes dénoncent un jugement laxiste. Ces réactions, que nous nous proposons d’examiner dans la partie suivante, s’inscrivent en réalité dans des traditions fort différentes de ces deux organes de presse.

Le scoop contre l’investigation

  • 52 Dino Schröder, « Prozess um Beihilfe zum Mord in 5230 Fällen : Richterin geht auf SS-Wachmann los » (...)
  • 53 À l’époque de ce procès, BILD avait indubitablement pris parti pour les victimes et remis en questi (...)
  • 54 Jürgen Wilke, « Bild-Zeitung », art. cit., p. 67.

26Les deux journaux réclament en effet une justice sévère, qui aurait dû être rendue plus tôt. Dans BILD, cette revendication trouve son expression dans le traitement médiatique dégradant de la juge, Anne Meier-Göring. Même avant l’énoncé du verdict, les articles du tabloïde comportent des accents misogynes à l’égard de cette dernière. L’article du 16 décembre 2019 est visuellement construit autour d’une confrontation entre elle et l’accusé. Le journaliste insiste sur son caractère émotionnel et son impulsivité, comme en témoigne la titraille : « La juge s’emporte contre le gardien SS ». La teneur de l’article est semblable : la juge aurait « craqué », elle aurait été « à bout » et aurait « attaqué frontalement l’homme de 93 ans »52. Après l’énoncé du jugement, le journaliste renchérit : la juge aurait été impuissante, voire incapable ; son laxisme mis en récit a pour but de susciter l’indignation chez les lecteurs ; la juge serait connue, d’après BILD, pour ses jugements laxistes. Il s’agit là sans aucun doute d’une allusion au verdict rendu par Anne Meier-Göring dans l’affaire des agressions sexuelles commises lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Hambourg en 2016 : en raison d’une enquête policière qu’elle jugeait partiale, la juge a acquitté les trois jeunes hommes mis en examen53. Cette intransigeance de BILD vis-à-vis des derniers criminels nazis s’inscrit sans doute dans une ligne éditoriale ancienne : dès les années 1960, sous la houlette du rédacteur en chef Peter Boenisch (1961-1971), BILD affichait son soutien inconditionnel au droit d’existence d’Israël54.

27Au-delà de cette ligne éditoriale conforme à la politique officielle de la République fédérale d’Allemagne, il s’agit ici de miser sur l’effet médiatique scandaleux : quel que soit le sujet traité, BILD recherche le scoop. Cette posture trouve aussi son expression dans l’usage fréquent de la ponctuation exprimant l’indignation, par exemple lorsque le nombre quotidien de victimes est mentionné : « Dans le camp près de Dantzig 200 déportés mourraient chaque jour55 ! ». Sur le fond, l’horreur vécue dans les camps par les déportés est évidemment incontestable, mais elle est ici exploitée par le tabloïde dans l’unique but de rechercher l’effet de scandale. Ce qui compte pour BILD, c’est la dramatisation. Et la variation des images de Dey vissé sur son fauteuil et dissimulé derrière ses pochettes colorées ne fait que corroborer et amplifier ce discours simpliste. Car au-delà du caractère sensationnel qu’elle prétend créer, BILD ne cherche pas à comprendre les faits. L’expression « procédure monumentale » (« das Mammut-Verfahren »)56, qui frôle le langage familier, va bel et bien dans le sens d’une simplification à l’extrême. Dans BILD, on ne cherche pas à comprendre. On cherche à montrer et à voir.

  • 57 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Vermeintliche Entschuldigung », taz, 20.07.2020. URL : (...)

28A contrario, la taz, qui s’est toujours caractérisée par ses velléités « antifascistes » depuis sa fondation, se met en quête des raisons qui ont pu conduire Bruno Dey à accepter d’être gardien de camp SS. L’article du 20 juillet 2020 met en avant son égoïsme et se penche sur sa personnalité, son éducation et sa socialisation. D’après l’un des experts, l’accusé souffrirait d’un manque d‘estime de soi et aurait été éduqué dans la plus stricte autorité bien que son père ait refusé de l’inscrire aux Jeunesses Hitlériennes57. Dans la taz, on cherche ainsi à approfondir, conformément au journalisme d’investigation.

  • 58 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Ohne Erinnerung und Anteilnahme », taz, 10.06.2020. UR (...)
  • 59 Klaus Hillenbrand, « Mildes Urteil für einen KZ-Wachmann : Furchtbare deutsche Langmut », taz, 23.0 (...)

29Cet approfondissement passe aussi par une mise en perspective de ce procès avec d’anciens procès contre des criminels nazis. Les procès d’Ulm de 1958 ont été évoqués plus haut. La taz s’efforce aussi d’expliquer l’évolution de la juridiction depuis l’affaire Demjanjuk, en Allemagne, en 2011 : depuis ce procès, la justice allemande n’est plus tenue de prouver qu’une personne a été directement impliquée dans les assassinats commis dans les camps pour engager des poursuites ; les procédures judiciaires ont donc été élargies à tous les acteurs simplement présents sur les lieux58. Autrement dit, ce journalisme d’investigation trouve dans le cas de ce procès son expression dans un souci didactique : la taz fait le choix de la pédagogie, et d’un procès pour la mémoire. Cette ligne éditoriale apparaît clairement dans l’image publiée le 23 juillet 2020, au moment de l’énoncé du verdict, et qui s’insère dans la chronologie historique des procès contre des criminels nazis : tout en regrettant la clémence de celui-ci, la taz publie un cliché panoramique du prétoire, avec la cage de plexiglas à l’extrême gauche, prise de trois-quarts, conforme à l’un des angles de prise de vue du procès Eichmann à Jérusalem59. Cette allusion, qui là encore joue sur la connivence avec un lectorat érudit et cultivé, inscrit ce procès, l’un des derniers, dans une histoire judiciaire plus longue – et lui donne ainsi de la profondeur.

30Cet effort de contextualisation propre au journalisme d’investigation trouve par ailleurs son expression dans le souci de visibiliser les victimes. Alors que BILD tend de manière indécente à les invisibiliser au profit du scoop, c’est ce souci de contextualisation à l’œuvre dans la taz qui distingue les deux journaux.

(In)visibiliser les victimes

  • 60 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Schütze Bruno D. : KZ-Wachmann vor Gericht », taz, 13.09.2020. UR (...)
  • 61 Klaus Hillenbrand, « Prozess gegen KZ-Wachmann beginnt : Beihilfe zum Mord in 5.230 Fällen », taz, (...)

31Cette contextualisation passe par des images de presse à caractère informatif ainsi que par une attention médiatique accordée aux victimes.
Premièrement, dans les articles les plus anciens consacrés au procès, alors que l’affaire Dey n’en était qu’à ses débuts et que l’accusé était donc encore inconnu des lecteurs, la taz opte pour des images à caractère informatif que l’on ne trouve pas dans BILD. Les deux premiers articles de la taz montrent ainsi l’entrée de l’ancien camp du Stutthof devenu un mémorial où l’on aperçoit deux visiteuses qui en franchissent le seuil60. Par la suite, le même journal d’investigation consacre un article à la manière dont Bruno Dey a pu être identifié grâce au reçu de son uniforme. Les clichés de ce document ainsi que de l’une des tours d’où il montait la garde dans le Stutthof y sont reproduits61. La fonction documentaire de ces images correspond ici au souci d’investigation et de contextualisation de la taz, là où BILD n’opte que pour des images narratives, plus séduisantes.

  • 62 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Angeklagter sagt aus », taz, 21.10.2019. URL : https:/ (...)
  • 63 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann Bruno D. : Ein Opfer erinnert sich », taz, 29.10.2019. U (...)
  • 64 Âgé à l’époque du procès de 93 ans, Marek Dunin-Wasowicz fut arrêté en avril 1944, à l’âge de 17 an (...)
  • 65 À l’âge de 93 ans, Halina Strnad a également témoigné au procès contre Dey, par visio-conférence, d (...)
  • 66 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wächter : Eine SS ohne Nazis », taz, 27.12.2019. URL : https://ta (...)
  • 67 Abraham Koryski, 92 ans, est venu d‘Israël pour témoigner à ce procès. Il fut déporté au camp du St (...)

32Deuxièmement, la taz accorde une place importante aux témoignages des victimes. Les massacres et les actes d’atrocité perpétrés dans les camps y sont régulièrement décrits. Tandis qu’un article paraît le 29 octobre 2019 au sujet de l’accusé62, la taz décide de contre-carrer cette hypermédiatisation de Dey par un second article, daté du même jour, qui donne la parole aux témoins. Le titre en est éloquent : « Une victime se souvient »63. Marek Dunin-Wasowicz64 raconte la vue de la fumée sortant des fours crématoires, les déportés qui se suicident en se jetant sur les barbelés, les actes d’atrocité commis sur les détenus. Halina Strnad65 prend aussi la parole pour témoigner du souvenir d’une femme donnant naissance à un enfant mort-né avant de mourir d’une hémorragie. Le témoin principal de l’article, Marek Dunin-Wasowicz, est photographié en plan rapproché, en légère contre-plongée ; on aperçoit au premier plan le micro du prétoire, et, à l’arrière-plan flou, trois magistrats qui l’observent et l’écoutent attentivement. La présence de cet auditoire et le choix de la contre-plongée correspondent à une stratégie de visibilisation des victimes. On retrouve le même procédé dans un article du 27 décembre 201966 : Abraham Koryski67, photographié en contre-plongée, parle devant les micros de la presse. La foule de journalistes et les trois femmes à l’arrière-plan semblent lui assurer toute l’écoute et le respect requis. Alors que Dey, comme nous l’avons souligné, apparaît le plus souvent seul, les témoins, eux, méritent l’attention de l’auditoire. Seules les victimes sont dignes d’un véritable regard, en signe de respectabilité.

  • 68 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Ohne Erinnerung und Anteilnahme », taz, 10.06.2020. UR (...)
  • 69 Domicilié à Tel Aviv, David Ackermann fut déporté à l’âge de 14 ans au camp du Stutthof avec ses pa (...)
  • 70 Voir un exemple de cette même prise de vue dans le catalogue suivant : Rousso, Henry (dir.), Juger (...)

33Un autre article68, confrontant trois images, joue sur le même ressort mémoriel, décuplé par une référence au procès de Jérusalem. La première image montre Bruno Dey de profil, sur son fauteuil, poussé par un agent dont on ne voit que les mains. Malgré sa pochette verte, on aperçoit son visage derrière son masque FFP2. La deuxième image est un plan panoramique du prétoire, avec sur la droite la victime (David Ackermann69) qui témoigne par visio-conférence en montrant des photos de ses proches, et sur la gauche, la cage de plexiglas, au siège vide. Au-delà d’insister sur l’impassibilité et l’indifférence de l’accusé vis-à-vis de la souffrance de l’ancien déporté, cette photographie inscrit ce procès dans le prolongement de celui de Jérusalem – l’angle de prise de vue est exactement le même70. Sur une troisième image, la juge, debout et alerte, incarne une justice vivante et respectable, bien que dépassée face à la souffrance des victimes.

34En d’autres termes, ces images symboliques et didactiques revêtent une fonction mémorielle et « réparatrice » forte. Là où BILD fait le choix du sensationnel comme pour n’importe quel fait divers, la taz, forte de sa tradition « antifasciste », en fait un procès politique, un procès pour la mémoire. Cette différence fondamentale explique aussi que les images narratives soient surreprésentées dans BILD, au détriment des photos informatives et documentaires.

  • 71 Tel est le cas depuis l’évolution de la juridiction lors du procès de John Demjanjuk, en 2009-2011, (...)

35En conclusion, il ressort que l’hypermédiatisation de l’accusé dans ces deux journaux révèle à quel point la question de ces procès tardifs occupe aujourd’hui encore une place importante dans la société allemande. Cette surreprésentation de ces nonagénaires jugés pour des actes criminels s’inscrit par ailleurs dans la continuité de la Täterforschung, la recherche sur les bourreaux, une préoccupation centrale des historiens aujourd’hui. Elle souligne aussi que toute personne ayant été impliquée dans le processus d’extermination nazi en porte aujourd’hui une part de responsabilité sur le plan pénal71.

  • 72 Henry Rousso, op. cit., p. 154.
  • 73 Fabien Théofilakis, art. cit.

36Les dangers de cette omniprésence des bourreaux par rapport aux victimes avaient déjà été pointés au début du procès Eichmann, alors qu’il fallait « transformer le scoop de la capture en une couverture plus durable et plus en profondeur72 », d’après Henry Rousso. Alors que BILD, prisonnière du sensationnel, se focalise exclusivement sur l’accusé, la taz a la décence d’honorer les victimes. Dans aucun des deux journaux, on ne trouve en revanche de co-occurrence des noms de Dey et d’Eichmann. Dans l’un comme l’autre organe de presse, seules les photographies s’inscrivant dans la continuité de celles de l’homme à la cage de verre, dans le respect des mêmes angles de prise de vue, représentent des allusions au procès de Jérusalem. Une enquête auprès des photographes et des rédacteurs visuels des organes de presse pourrait être menée à l’avenir pour étudier dans quelle mesure ces filiations dans la grammaire visuelle des procès sont conscientes et assumées. Dans le cas de la présente étude, les similitudes entre Eichmann et Dey s’arrêtent toutefois là. Dey n’a pas la ligne de défense construite et réfléchie d’Eichmann : alors que ce dernier travaillait habilement à sa postérité en organisant sa riposte grâce à ses milliers de notes73, Dey, drapé dans l’indifférence, prétend simplement avoir tout oublié. Reste la différence essentielle entre les deux journaux étudiés : la taz fait le choix d’un procès pédagogique et politique, pour la mémoire des victimes, là où BILD en fait un simple fait divers pour le scandale.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Sources :

Articles illustrés de BILD du 17.10.2019 au 10.08.2020 : https://www.bild.de/.

Articles illustrés de la taz du 19.04.2019 au 23.07.2020 : https://taz.de/.

Études et travaux :

Alperowitz Blanka, Hillenbrand, Klaus, Die letzten Tage des deutschen Judentums (Berlin Ende 1942), Berlin, Hentrich & Hentrich, 2017.

Benz Wolfgang, Distel Barbara (dir.), Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager, vol. 6 : Natzweiler, Groβ-Rosen, Stutthof, Munich, Beck, 2007

Brink Cornelia, Ikonen der Vernichtung. Öffentlicher Gebrauch von Fotografien aus nationalsozialistischen Konzentrationslagern nach 1945, Berlin, Akademie Verlag, 1998.

Cheroux Clément (dir.), Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis (1933-1999), Paris, Marval, 2001.

Delage Christian, La Vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël, 2006.

Diers Michael, Schlagbilder. Zur politischen Ikonographie der Gegenwart, Francfort/Main, Fischer Taschenbuchverlag, 1997.

Douglas Lawrence, Späte Korrektur. Die Prozesse gegen John Demjanjuk, Göttingen, Wallstein, 2020 (traduction de l’américain par Felix Kurz).

Flieger Wolfgang, Die taz. Vom Alternativblatt zur linken Zeitung, Munich, Ölschläger, 1992.

Frei Norbert, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, Beck, 1996.

Gervais Thierry, La fabrique de l’information visuelle. Photographies et magazines d’actualité, avec la collaboration de Gaëlle Morel, Paris, Textuel, 2015.

Goldhagen Daniel, Hitler’s willing executioners. Ordinary Germans and the Holocaust, Londres, Little, 1996.

Gunthert André, « Les icônes du photojournalisme. De l’information à la pop culture », in Audrey Leblanc, Dominique Versavel (dir.), Icônes de Mai 68. Les images ont une histoire, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2018, p. 19-31.

Holtz-Bacha Christina, « Alternative Presse », in Jürgen Wilke (dir.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, Böhlau, 1999, p. 330-349.

Jacob Robert, Images de Justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Le Léopard d’Or, 1993.

Knoch Habbo, Die Tat als Bild. Fotografien des Holocaust in der deutschen Erinnerungskultur, Hambourg, Hamburger Édition, 2001.

Krause Peter, Der Eichmann-Prozess in der deutschen Presse, Francfort/Main, Campus, 2002.

Kröger Ullrich, Die Ahndung von NS-Verbrechen vor westdeutschen Gerichten und ihre Rezeption in der deutschen Öffentlichkeit 1958 bis 1965 unter besonderer Berücksichtigung von ‚Spiegel‘, „Stern‘, ‚Zeit‘, ‚SZ‘, ‚FAZ‘, ‚Welt‘, ‚Bild‘, ‚Hamburger Abendblatt‘, ‚NZ‘ und „Neuem Deutschland‘, thèse, Hambourg, 1973.

Lindeperg Sylvie, Nuremberg. La bataille des images, Paris, Payot, 2021.

Matard-Bonucci Marie-Anne, « Usages de la photographie par les médias dans la construction de la mémoire de la Shoah », in Christian Delporte, Marie-Anne Matard-Bonucci Ouzi Elyada (dir.), Shoah et génocides. Médias, mémoire, histoire, numéro spécial du Temps des Médias, 2005, n° 5, p. 9-26.

Osterloh Jörg, Vollnhals Clemens (dir.), NS-Prozesse und deutsche Öffentlichkeit : Besatzungszeit, frühe Bundesrepublik und DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011.

Paul Gerhard, « The Man in the Glass Box. Die mediale (Selbst-)Inszenierung Eichmanns und der Täter-Diskurs », in BilderMACHT. Studien zur Visual History des 20. und 21. Jahrhunderts, Göttingen, Wallstein, 2013, p. 397-433.

Paul Gerhard, « Von Eichmännern, Starschnitten und sterbenden Wäldern. Zur Ikonografie der bundesdeutschen Bilderwelten », in Das visuelle Zeitalter. Punkt und Pixel, Göttingen, Wallstein, 2016, p. 456-465.

Paul Gerhard, « Von Psychopathen, Technokraten des Terrors und ‚ganz gewöhnlichen‘ Deutschen. Die Täter der Shoah im Spiegel der Forschung », in Ibid. (dir.), Die Täter der Shoah. Fanatische Nationalsozialisten oder ganz normale Deutsche ?, Göttingen, Wallstein, 2002, p. 13-90.

Pleister Wolfgang, Schild Wolfgang, Recht und Gerechtigkeit im Spiegel der europäischen Kunst, Cologne, DuMont, 1988.

Regener Susanne, Fotografische Erfassung : zur Geschichte medialer Konstruktionen des Kriminellen, Munich, Fink, 1999.

Reichel Peter, Schmid Harald, Steinbach Peter (dir.), Der Nationalsozialismus – die zweite Geschichte. Überwindung – Deutung – Erinnerung, Munich, Beck, 2009.

Rössler Patrick, Inhaltsanalyse, Munich, UVK Verlagsgesellschaft, 1re éd. 2005, 3e éd. 2017.

Rousseaux Xavier, « Crime et justice au prisme de l’histoire visuelle et matérielle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 2017, n° 2, mis en ligne le 19.07.2020. URL : https://journals.openedition.org/chs/2010.

Rousso Henry (dir.), Juger Eichmann. Jérusalem, 1961, Mémorial de la Shoah, Stipa, Montreuil, 2011.

Schandler Jeffrey, « The Man in the Glass Box. Watching the Eichmann Trial on American Television », in Barbie Zelizer (dir.), Visual Culture and the Holocaust, New Brunswick, Rutgers University Press, 2001, p. 91-110.

Schönbach Klaus, « Zeitungen in den Neunzigern : Faktoren ihres Erfolgs », in Pierre Albert, Ursula E. Koch, Rémy Rieffel, Detlef Schröter, Philippe Viallon (dir.), Les médias et leur public en France et en Allemagne / Die Medien und ihr Publikum in Frankreich und Deutschland, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2003, p. 113-131.

Schornstheimer Michael, Bombenstimmung und Katzenjammer. Vergangenheitsbewältigung: Quick und Stern in den 50er Jahren, Cologne, Pahl-Rugenstein, 1989.

Speit Andreas, Reichsbürger. Die unterschätzte Gefahr, Berlin, Links Verlag, 2017.

Speit Andreas, Verqueres Denken. Gefährliche Weltbilder in alternativen Milieus, Berlin, Links Verlag, 2021.

Stangneth Bettina, Eichmann avant Jérusalem. La vie tranquille d’un génocidaire, Paris, Calmann-Lévy, 2016. 1e éd. 2011 (traduction de l’allemand par Olivier Mannoni).

Théofilakis Fabien, « Adolf Eichmann à Jérusalem ou le procès vu de la cage de verre (1961-1962) », XXe siècle. Revue d’histoire, 2013, n° 120, p. 71-85.

Vincent Marie-Bénédicte (dir.), Le nazisme, régime criminel, Paris, Perrin, 2015.

Wagner Anne, Shervin, Richard (dir.), Law, Culture and Visual Studies, Londres, Springer, 2013.

Wahl Alfred, La seconde histoire du nazisme dans l’Allemagne fédérale depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2006.

Welzer Harald, Moller Sabine, Tschuggnall Karoline, ‚Opa war kein Nazi‘. Nationalsozialismus und Holocaust im Familiengedächtnis, Francfort/Main, Fischer, 2002, 8e éd. 2012.

Wieviorka Annette, 1945. La découverte, Paris, Seuil, 2015.

Wilke Jürgen, « Leitmedien und Zielgruppenorgane », in Ibid. (dir.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, Böhlau, 1999, p. 302-329.

Wilke Jürgen, « Massenmedien und Vergangenheitsbewältigung », in Ibid. (dir.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, Böhlau, 1999, p. 649-671.

Wilke Jürgen (dir.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, Böhlau, 1999.

Wilke Jürgen, « Bild-Zeitung. Die Bilderwelt einer umstrittenen Boulevardzeitung », in Gerhard Paul (dir.), Das Jahrhundert der Bilder, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, vol. 2, 2008, p. 64-71.

Wilke Jürgen, Schenk Birgit, Cohen Akiba A., Zemach Tamar (dir.), Holocaust und NS-Prozesse. Die Presseberichterstattung in Israel und Deutschland zwischen Aneignung und Abwehr, Cologne, Böhlau, 1995.

Haut de page

Notes

1 Wolfgang Benz, Barbara Distel (dir.), Der Ort des Terrors. Geschichte der nationalsozialistischen Konzentrationslager, vol. 6 : Natzweiler, Groβ-Rosen, Stutthof, Munich, Beck, 2007, p. 520.

2 Wolfgang Pleister, Wolfgang Schild, Recht und Gerechtigkeit im Spiegel der europäischen Kunst, Cologne, DuMont, 1988. Anne Wagner, Richard Shervin (dir.), Law, Culture and Visual Studies, Londres, Springer, 2013.

3 Robert Jacob, Images de Justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Le Léopard d’Or, 1993.

4 Xavier Rousseaux, « Crime et justice au prisme de l’histoire visuelle et matérielle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, 2017, n° 2, mis en ligne le 19.07.2020. URL : https://journals.openedition.org/chs/2010 (consulté le 26 juin 2022).

5 Annette Wieviorka, 1945, Paris, Seuil, La Découverte, 2015.

6 Marie-Anne Matard-Bonucci, « Usages de la photographie par les médias dans la construction de la mémoire de la Shoah », in Christian Delporte, Marie-Anne Matard-Bonucci, Ouzi Elyada (dir.), Shoah et génocides. Médias, mémoire, histoire, numéro spécial du Temps des Médias, 2005, n° 5, p. 9-26, ici p. 10. Voir aussi : Clément Chéroux, « “L’épiphanie négative”. Production, diffusion et réception des photographies de la libération des camps », in Clément Chéroux (dir.), Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis (1933-1999), Paris, Marval, 2001, p. 103-127, ici p. 117.

7 Cornelia Brink, Ikonen der Vernichtung. Öffentlicher Gebrauch von Fotografien aus nationalsozialistischen Konzentrationslagern nach 1945, Berlin, Akademie Verlag, 1998. Habbo Knoch, Die Tat als Bild. Fotografien des Holocaust in der deutschen Erinnerungskultur, Hambourg, Hamburger Édition, 2001.

8 Gerhard Paul, « Von Eichmännern, Starschnitten und sterbenden Wäldern. Zur Ikonografie der bundesdeutschen Bilderwelten », in Das visuelle Zeitalter. Punkt und Pixel, Göttingen, Wallstein, 2016, p. 456-465, ici p. 456.

9 Sylvie Lindeperg, Nuremberg. La bataille des images, Paris, Payot, 2021.

10 Christian Delage, La Vérité par l’image. De Nuremberg au procès Milosevic, Paris, Denoël, 2006.

11 Jörg Osterloh, Clemens Vollnhals (dir.), NS-Prozesse und deutsche Öffentlichkeit : Besatzungszeit, frühe Bundesrepublik und DDR, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011. Voir aussi : Ullrich Kröger, Die Ahndung von NS-Verbrechen vor westdeutschen Gerichten und ihre Rezeption in der deutschen Öffentlichkeit 1958 bis 1965 unter besonderer Berücksichtigung von ‚Spiegel‘, „Stern‘, ‚Zeit‘, ‚SZ‘, ‚FAZ‘, ‚Welt‘, ‚Bild‘, ‚Hamburger Abendblatt‘, ‚NZ‘ und „Neuem Deutschland‘, thèse, Hambourg, 1973. Michael Schornstheimer, Bombenstimmung und Katzenjammer. Vergangenheitsbewältigung: Quick und Stern in den 50er Jahren, Cologne, Pahl-Rugenstein, 1989.

12 Peter Krause, Der Eichmann-Prozess in der deutschen Presse, Francfort/Main, Campus, 2002.

13 Jürgen Wilke, Birgit Schenk, Akiba A. Cohen, Tamar Zemach (dir.), Holocaust und NS-Prozesse. Die Presseberichterstattung in Israel und Deutschland zwischen Aneignung und Abwehr, Cologne, Böhlau, 1995.

14 Bettina Stangneth, Eichmann avant Jérusalem. La vie tranquille d’un génocidaire, Paris, Calmann-Lévy, 2016. 1e éd. 2011 (traduction de l’allemand par Olivier Mannoni).

15 Fabien Théofilakis, « Adolf Eichmann à Jérusalem ou le procès vu de la cage de verre (1961-1962) », XX e siècle. Revue d’histoire, 2013, n° 120, p. 71-85. Voir le compte rendu de l’atelier organisé au Centre Marc Bloch le 20.05.2021 Filmer les procès. Perspectives franco-allemandes : https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-9030 (consulté le 27.06.2022).

16 Marie-Bénédicte Vincent (dir.), Le nazisme, régime criminel, Paris, Perrin, 2015, p. 36 et suiv.

17 Harald Welzer, Sabine Moller, Karoline Tschuggnall, ‚Opa war kein Nazi‘. Nationalsozialismus und Holocaust im Familiengedächtnis, Francfort/Main, Fischer, 2002, 8e éd. 2012, p. 16.

18 Habbo Knoch, op. cit., p. 533.

19 Peter Reichel, Harald Schmid, Peter Steinbach (dir.), Der Nationalsozialismus – die zweite Geschichte. Überwindung – Deutung – Erinnerung, Munich, Beck, 2009, p. 8 et p. 16. Voir aussi : Alfred Wahl, La seconde histoire du nazisme dans l’Allemagne fédérale depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2006.

20 Susanne Regener, Fotografische Erfassung : zur Geschichte medialer Konstruktionen des Kriminellen, Munich, Fink, 1999.

21 Jürgen Wilke, « Massenmedien und Vergangenheitsbewältigung », in Ibid. (dir.), Mediengeschichte der Bundesrepublik Deutschland, Cologne, Böhlau, 1999, p. 649-671, ici p. 665.

22 Daniel Goldhagen, Hitler’s willing executioners. Ordinary Germans and the Holocaust, Londres, Little, 1996.

23 Bettina Stangneth, op. cit., p. 535-545.

24 Norbert Frei, Vergangenheitspolitik. Die Anfänge der Bundesrepublik und die NS-Vergangenheit, Munich, Beck, 1996, p. 11.

25 Thierry Gervais, La fabrique de l’information visuelle. Photographies et magazines d’actualité, avec la collaboration de Gaëlle Morel, Paris, Textuel, 2015.

26 André Gunthert, « Les icônes du photojournalisme. De l’information à la pop culture », in Audrey Leblanc, Dominique Versavel (dir.), Icônes de Mai 68. Les images ont une histoire, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2018, p. 19-31.

27 Cornelia Brink, op. cit., p. 118.

28 Jürgen Wilke, « Bild-Zeitung. Die Bilderwelt einer umstrittenen Boulevardzeitung », in Gerhard Paul (dir.), Das Jahrhundert der Bilder, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, vol. 2, 2008, p. 64-71. Jürgen Wilke, « Leitmedien und Zielgruppenorgane », in Ibid., Mediengeschichte, op. cit., p. 302-329, ici p. 313-314.

29 En réaction contre le quotidien conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Wolfgang Flieger, Die taz. Vom Alternativblatt zur linken Zeitung, Munich, Ölschläger, 1992, p. 14.

30 Ibid., p. 74 et 193.

31 Christina Holtz-Bacha, « Alternative Presse », in Jürgen Wilke, Mediengeschichte, op. cit., p. 330-349, ici p. 343.

32 Klaus Schönbach, « Zeitungen in den Neunzigern : Faktoren ihres Erfolgs », in Pierre Albert, Ursula E. Koch, Rémy Rieffel, Detlef Schröter, Philippe Viallon (dir.), Les médias et leur public en France et en Allemagne / Die Medien und ihr Publikum in Frankreich und Deutschland, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2003, p. 113-131, ici p. 117. Concernant la méthode d’analyse de contenu, voir aussi : Patrick Rössler, Inhaltsanalyse, Munich, UVK Verlagsgesellschaft, 1e éd. 2005, 3e éd. 2017, surtout p. 44-45.

33 Chroniqueur pour la taz, Andreas Speit est un spécialiste reconnu de l’extrême droite dans l’Allemagne très contemporaine. Parmi les ouvrages qu’il a publiés sur le sujet, voir notamment : Reichsbürger. Die unterschätzte Gefahr, Berlin, Links Verlag, 2017 et Verqueres Denken. Gefährliche Weltbilder in alternativen Milieus, Berlin, Links Verlag, 2021.

34 Klaus Hillenbrand est l’auteur de plusieurs ouvrages remarqués consacrés à la persécution des Juifs sous le nazisme et à la micro-histoire de victimes juives. Voir notamment, avec Blanka Alperowitz, Die letzten Tage des deutschen Judentums (Berlin Ende 1942), Berlin, Hentrich & Hentrich, 2017.

35 Journaliste pour BILD, Dino Schröder couvre les différents événements en lien avec les procès et l’histoire judiciaire, dont les procédures contre les anciens criminels nazis.

36 Auteur d’essais et de chroniques pour divers blogs et journaux de droite, Filipp Piatov est rédacteur au service politique de BILD depuis 2017. Il a aussi été à l’origine de plusieurs controverses, dont l’une concernant le virologue Christian Drosten, victime d’une campagne de diffamation pendant la crise sanitaire due à la Covid 19.

37 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Angeklagter sagt aus », taz, 21.10.2019. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Wachmann/!5632090/ (tous les liens suivants ont été consultés le 28.06.2022).

38 Voir par exemple : Andreas Speit, « Urteil gegen Wächter von KZ Stutthof : An das Grauen gewöhnt », taz, 23.07.2020. URL : https://taz.de/Urteil-gegen-Waechter-von-KZ-Stutthof/!5695384/

39 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Zeuge zieht sich zurück », taz, 13.01.2020. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-SS-Wachmann/!5652346/

40 Dino Schröder, « Prozess um Beihilfe zum Mord in 5230 Fällen. Richterin geht auf SS-Wachmann los », BILD, 16.12.2019. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/prozess-um-beihilfe-zum-mord-richterin-konfrontiert-ss-waechter-66739910.bild.html

41 Klaus Hillenbrand, « Stutthof-Prozess in Hamburg : Einer der letzten NS-Prozesse », taz, 06.07.2020. URL : https://taz.de/Stutthof-Prozess-in-Hamburg/!5694017/ Les traductions sont de l’auteure de l’article.

42 Ibid.

43 Habbo Knoch, op. cit., p. 299 et p. 568 et suiv. Gerhard Paul, « Von Psychopathen, Technokraten des Terrors und ‚ganz gewöhnlichen‘ Deutschen. Die Täter der Shoah im Spiegel der Forschung », in Ibid. (dir.), Die Täter der Shoah. Fanatische Nationalsozialisten oder ganz normale Deutsche ?, Göttingen, Wallstein, 2002, p. 13-90, ici p. 16.

44 Klaus Hillenbrand, « Stutthof-Prozess in Hamburg : Einer der letzten NS-Prozesse », taz, 06.07.2020. URL : https://taz.de/Stutthof-Prozess-in-Hamburg/!5694017/

45 Andreas Speit, « Urteil gegen Wächter von KZ Stutthof : An das Grauen gewöhnt », taz, 23.07.2020. URL : https://taz.de/Urteil-gegen-Waechter-von-KZ-Stutthof/!5695384/

46 Habbo Knoch, op. cit., p. 577-578.

47 Dino Schröder, « Prozess um ehemaligen SS-Wachmann : KZ-Stutthof war die Drehscheibe des Todes », BILD, 24.02.2020. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/prozess-um-ss-wachmann-kz-stutthof-war-die-drehscheibe-des-todes-69007674.bild.html Dino Schröder, « Plädoyer im SS-Prozess : 3 Jahre wegen Beihilfe zum Mord », BILD, 06.07.2020. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/staatsanwalt-fordert-im-ss-prozess-3-jahre-wegen-beihilfe-zum-mord-71724950.bild.html

48 « Prozess gegen SS-Mann, Nebenkläger fordert Bewährung », BILD, 17.07.2020. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/prozess-gegen-ss-mann-nebenklaeger-fordert-bewaehrung-71946462.bild.html

49 À propos de la figure du bourreau ordinaire, voir Habbo Knoch, op. cit., p. 651.

50 Jeffrey Schandler, « The Man in the Glass Box. Watching the Eichmann Trial on American Television », in Barbie Zelizer (dir.), Visual Culture and the Holocaust, New Brunswick, Rutgers University Press, 2001, p. 91-110, ici p. 108, cité d’après Gerhard Paul, « The Man in the Glass Box. Die mediale (Selbst-)Inszenierung Eichmanns und der Täter-Diskurs », in BilderMACHT. Studien zur Visual History des 20. und 21. Jahrhunderts, Göttingen, Wallstein, 2013, p. 397-433, ici p. 414.

51 Michael Diers, Schlagbilder. Zur politischen Ikonographie der Gegenwart, Francfort/Main, Fischer Taschenbuchverlag, 1997.

52 Dino Schröder, « Prozess um Beihilfe zum Mord in 5230 Fällen : Richterin geht auf SS-Wachmann los », BILD, 16.12.2019. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/prozess-um-beihilfe-zum-mord-richterin-konfrontiert-ss-waechter-66739910.bild.html

53 À l’époque de ce procès, BILD avait indubitablement pris parti pour les victimes et remis en question la décision de la juge : Hagen Meyer, « ‘Ich bin vor Gericht zum zweiten Mal Opfer geworden’ », BILD, 05.11.2016. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/sex-uebergriffe-silvesternacht/vor-gericht-zum-zweiten-mal-opfer-geworden-48609226.bild.html

54 Jürgen Wilke, « Bild-Zeitung », art. cit., p. 67.

55 Dino Schröder, « Prozess gegen SS-Mann in Hamburg », BILD, 23.07.2020. URL : https://www.bild.de/regional/hamburg/hamburg-aktuell/prozess-gegen-ss-mann-bewaehrungsstrafe-fuer-kz-wachmann-bruno-d-93-72025048.bild.html

56 Ibid.

57 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Vermeintliche Entschuldigung », taz, 20.07.2020. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Wachmann/!5695758/

58 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Ohne Erinnerung und Anteilnahme », taz, 10.06.2020. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-SS-Wachmann/!5688114/ Concernant l‘évolution de la jurisprudence, voir : Lawrence Douglas, Späte Korrektur. Die Prozesse gegen John Demjanjuk, Göttingen, Wallstein, 2020 (traduction de l’américain par Felix Kurz).

59 Klaus Hillenbrand, « Mildes Urteil für einen KZ-Wachmann : Furchtbare deutsche Langmut », taz, 23.07.2020. URL : https://taz.de/Mildes-Urteil-fuer-einen-KZ-Wachmann/!5695416/

60 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Schütze Bruno D. : KZ-Wachmann vor Gericht », taz, 13.09.2020. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-SS-Schuetze-Bruno-D/!5620932/

61 Klaus Hillenbrand, « Prozess gegen KZ-Wachmann beginnt : Beihilfe zum Mord in 5.230 Fällen », taz, 16.10.2019. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Wachmann-beginnt/!5630210/

62 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann : Angeklagter sagt aus », taz, 21.10.2019. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Wachmann/!5632090/

63 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wachmann Bruno D. : Ein Opfer erinnert sich », taz, 29.10.2019. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Wachmann-Bruno-D/!5633627/

64 Âgé à l’époque du procès de 93 ans, Marek Dunin-Wasowicz fut arrêté en avril 1944, à l’âge de 17 ans, à Varsovie, car membre présumé de la Résistance polonaise, et déporté au camp du Stutthof. Il s’est rendu à Hambourg pour témoigner.

65 À l’âge de 93 ans, Halina Strnad a également témoigné au procès contre Dey, par visio-conférence, de Melbourne. Elle fut déportée d’Auschwitz au camp du Stutthof en septembre 1944 avec sa mère.

66 Andreas Speit, « Prozess gegen KZ-Wächter : Eine SS ohne Nazis », taz, 27.12.2019. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-KZ-Waechter/!5648559/

67 Abraham Koryski, 92 ans, est venu d‘Israël pour témoigner à ce procès. Il fut déporté au camp du Stutthof à l’âge de 16 ans en août 1944.

68 Andreas Speit, « Prozess gegen SS-Wachmann : Ohne Erinnerung und Anteilnahme », taz, 10.06.2020. URL : https://taz.de/Prozess-gegen-SS-Wachmann/!5688114/

69 Domicilié à Tel Aviv, David Ackermann fut déporté à l’âge de 14 ans au camp du Stutthof avec ses parents et sa sœur.

70 Voir un exemple de cette même prise de vue dans le catalogue suivant : Rousso, Henry (dir.), Juger Eichmann. Jérusalem, 1961, Mémorial de la Shoah, Stipa, Montreuil, 2011, p. 86. À la différence qu’Eichmann se tient alors dans sa cage de verre.

71 Tel est le cas depuis l’évolution de la juridiction lors du procès de John Demjanjuk, en 2009-2011, évoqué plus haut. Voir à ce propos : Lawrence Douglas, op. cit.

72 Henry Rousso, op. cit., p. 154.

73 Fabien Théofilakis, art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Zunino, « Le procès Bruno Dey, un nouveau procès à la cage de verre »Criminocorpus [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 03 avril 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/12960 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.12960

Haut de page

Auteur

Bérénice Zunino

Bérénice Zunino, agrégée d’allemand, docteure en études germaniques et en histoire contemporaine, est maîtresse de conférences en histoire et civilisation des pays de langue allemande à l’université de Bourgogne Franche-Comté (CRIT, EA 3224) et membre partenaire de l’UMR SIRICE (Sorbonne-Université). Elle consacre ses travaux de recherche aux études visuelles, à la presse illustrée, à l’histoire culturelle de la Première Guerre mondiale et à la mémoire du nazisme. Elle a notamment publié : Die Mobilmachung der Kinder im Ersten Weltkrieg, Berlin, Peter Lang, série Zivilisationen und Geschichte dir. par Ina Ulrike Paul / Uwe Puschner, 2019, et, avec Claire Aslangul (dir.), La presse et ses images. Die Presse und ihre Bilder, Berlin, Peter Lang, série Zivilisationen und Geschichte, dir. par Ina Ulrike Paul / Uwe Puschner, 2022.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search