Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...23Parcours d’enfermé.e.sHabiter la Conciergerie. S’approp...

Parcours d’enfermé.e.s

Habiter la Conciergerie. S’approprier l’environnement carcéral au xviiie siècle

Adrien Pitor

Résumés

La Conciergerie est supposée n’être au xviiie siècle qu’un lieu de séjour temporaire. Pourtant, les procès-verbaux effectués par le bailliage du Palais lors des bris de prison donnent à lire les stratégies des officiers de la juridiction, du personnel et des détenus pour habiter leur environnement et se saisir des réalités matérielles qui les entourent. Malgré les limites qui tiennent au contexte d’écriture, les informations qui sont insérées dans ces documents sont l’occasion de micro-récits du quotidien, où se lisent les logiques de voisinage, d’interconnaissance, de coopération ou d’opposition qui se nouent à différentes échelles de la prison. Prisonniers et personnel parviennent, dans un contexte contraint, à étudier, transformer, détourner et adapter leur espace de vie. Cet article vise à étudier les pratiques carcérales de l’Ancien Régime à l’aune de l’approche géographique et en particulier de la notion d’habiter.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

prison, Conciergerie, habiter

Géographique :

Paris

Chronologique :

XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espac (...)

1La prison a été érigée en objet géographique relativement tardivement en comparaison avec son investissement par la recherche sociologique et historique1. Pourtant, il est permis d’envisager l’enfermement contemporain comme une « peine spatiale » fondée sur la séparation d’avec le reste de la société. Alors que la prison contemporaine consisterait en une « mise à l’écart » par l’enfermement cellulaire, la période moderne est marquée par une logique contraire au sens où sa finalité est de garder sous la main en enfermant au cœur de la ville, à proximité des tribunaux. Il importe en retour d’examiner la dimension spatiale des prisons de l’Ancien Régime. Les travaux récents d’histoire et de géographie carcérales invitent à opérer le déplacement d’échelle. L’enfermement se joue à la fois à l’aune de la pièce voire d’un coin de pièce et à celle du contexte urbain, si bien que ces différentes dimensions soutiennent autant de formes de perception de la prison.

  • 2 Florian Mariage, « Dispersion, collaborations, concurrences ? Juridictions et prisons à Tournai à l (...)
  • 3 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force […] Traduit de l'anglois [par J (...)
  • 4 Léonard Baer et Bodil Ravneberg, « The outside and inside in Norwegian and English prisons », Geogr (...)

2Le terme de « paysage carcéral » est souvent utilisé de manière impropre. Il désigne alors la vue d’ensemble sur les lieux d’enfermement2. En ce sens, l’État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force proposé par John Howard en 1777 à la lumière de son voyage d’enquête européen forme une tentative de peinture du paysage carcéral3. La Conciergerie occupe une place singulière parmi les divers lieux d’enfermement qui existent dans la capitale en raison de sa localisation au cœur de l’enclos du Palais. Elle sert ainsi de lieu d’attente de jugement pour un grand nombre de tribunaux, parmi lesquels figurent des cours souveraines qui jugent en appel. Toutefois, cette approche externe et surplombante n’est pas de nature à mesurer la perception que les Parisiens et les Parisiennes ont de l’implantation carcérale dans la première ville du royaume. Il importe de replacer la Conciergerie dans son contexte spatial, urbain et physique. Cette démarche évite de cantonner la prison à un espace interne et clos4.

  • 5 Nicole Castan, « Le régime des prisons au xviiie siècle », dans Jacques G. Petit (dir.), La prison, (...)
  • 6 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), Z1F 1070.
  • 7 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), Z1F 1070.
  • 8 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, Thèse, Université de Cae (...)
  • 9 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. : Arts de faire et 2. : Habiter, cuisiner, Paris, G (...)

3La prison de la Conciergerie forme le soubassement des tribunaux qu’elle dessert et constitue une « sédimentation séculaire »5. Elle constitue un territoire dont il n’est pas aisé de restituer la géographie en raison de l’absence de plans généraux fiables pour le xviiie siècle. Toutefois, les travaux de la fin de l’Ancien Régime, après l’incendie du Palais de 1776, s’accompagnent d’un certain nombre de renseignements. Les trésoriers généraux du Bureau des Finances de la généralité de Paris dressent en 1786 un procès-verbal d’état des lieux dont l’intitulé exact est : « Etat des lieux qui composent les prisons de la Conciergerie et logement du concierge et des meubles à l’usage de ces prisons, contenus et renfermés dans lesdits lieux, fournis par le roy lors de la reconstruction de la prison des femmes et ceux qui se trouvent être en service dans la prison des hommes »6. Des arrêts royaux dont certains disposent de plans en annexe, conservés dans la série E des Archives nationales, sont à ajouter à cette description textuelle. Il en résulte que la prison forme une réalité éclatée qui s’insère dans l’enchevêtrement des bâtiments du Palais. Un cinquième des cent-vingt-quatre lieux ou pièces relevant de l’état des lieux de la Conciergerie de 1786 dépendent de la prison sans l’intégrer pleinement7. Des logements liés au fonctionnement de la Conciergerie, tels que ceux du chirurgien et du chapelain, sont installés à l’extérieur de la prison elle-même. La répartition des prisonniers entre différentes chambres (cachots, paille, pistole, demi-pension et pension) est désormais bien connue8. Ces différents lieux d’enfermement affectent les conditions d’enfermement et les « manières de faire »9.

  • 10 Olivier Lazzarotti, Habiter. La condition géographique, Paris, Belin, 2006 ; Olivier Lazzarotti, «  (...)
  • 11 Fabrice Ripoll, Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour (...)
  • 12 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d’agentivité », Rives Méditerranéennes, 2012, no 41, p. 25- (...)
  • 13 Julie Doyon, « Écrouer et punir. Les registres de la Conciergerie au siècle des Lumières », dans Mi (...)
  • 14 France, Paris, AnF, Z1F 1070 ; France, Paris, AnF, Z² 2997, 13 juin 1750.
  • 15 Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, Thèse, Sorb (...)

4Envisager les modes d’habiter de la prison consiste à appréhender les modalités de l’articulation des relations entre individus, société et espace10. Les logiques d’appropriation s’expriment de différentes manières et selon des intensités variées. En effet, elles relèvent à la fois d’une approche idéelle de l’espace (familiarisation, attachement affectif) et d’une approche matérielle (possession économique, marquage et transformations concrètes)11. Il y a manifestement un paradoxe à envisager l’appropriation de l’environnement carcéral par les acteurs de la prison. En premier lieu, la détention n’est pas une situation choisie par les personnes détenues. L’appropriation spatiale relève alors d’une forme d’agentivité, car la capacité d’agir s’exprime dans un contexte où l’espace forme une contrainte d’autant plus forte pour le détenu qu’il lui est imposé par la procédure judiciaire12. Qui plus est, les prisonniers sont en apparence dépossédés de leur liberté de circuler à l’extérieur et limités dans la possession des biens qu’ils apportent avec eux. Leurs effets sont déposés à l’entrée de la Conciergerie dans des magasins près des guichets et sont répertoriés au greffe sur des registres13. Des coffres s’y trouvent pour que les visiteurs y laissent leurs cannes ou leurs épées14. L’autre élément paradoxal tient au fait que l’appropriation suppose un investissement de l’espace dans le temps ; or l’enfermement est censé être un état transitoire et son terme est incertain. Les accusés demeurent enfermés le temps du règlement de leur dette ou dans l’attente de leur jugement par un des tribunaux du Palais. Ils y restent durant un moment limité, allant de quelques heures à quelques mois. Dans tous les cas, la Conciergerie constitue un lieu commun d’attente des jugements pour tous les tribunaux palatiaux15.

5La notion d’appropriation a précisément l’intérêt de ne pas figer l’approche du territoire carcéral mais au contraire d’interroger la diversité des pratiques qui s’expriment dans l’espace de la prison. Dans ces conditions, l’enjeu est de comprendre dans quelle mesure il est possible de se faire une place dans un « espace d’attente ». Il s’agit de mesurer la possibilité des prisonniers à agir sur leur espace de vie et donc leur capacité à en faire un territoire propre. Envisager le vécu carcéral à une micro-échelle suppose aussi d’examiner à quel point le prisonnier est façonné par son espace. En ce sens, la prison serait aussi un lieu d’acculturation territoriale au contact d’un espace contraignant et imposé.

  • 16 Camille Dégez, « La mémoire de la prison : les greffiers de la Conciergerie (Paris, fin du xvie siè (...)

6Les fonds donnant accès aux conditions matérielles de la prison parisienne sont variés. Camille Dégez-Selves s’est appuyée pour le xviie siècle sur les archives criminelles du Parlement et sur les registres d’écrou16. Sophie Abdela a quant à elle employé des sources parlementaires, que ce soient le fonds du procureur général Joly de Fleury ou les minutes criminelles. Les minutes du bailliage du Palais complètent ces fonds en proposant une lecture quasi in situ de la prison. Cette juridiction juge en première instance des affaires civiles, criminelles et de police intervenues dans l’enclos palatial. À ce titre, la Conciergerie relève de ses compétences, ce qui prouve encore que le regard sur la prison ne se limite pas à la prison elle-même. La prison, parmi toutes les questions traitées par la juridiction, revient fréquemment et il n’est pas rare que le lieutenant général du bailliage se rende entre les murs de la Conciergerie. Alors que d’ordinaire l’officier reçoit les dépositions depuis les locaux du tribunal, la déposition du concierge ou des prisonniers est effectuée depuis le greffe de la Conciergerie. Il entreprend aussi des visites dans les divers lieux carcéraux pour constater un bris de prison ou informer un procès criminel. Ces visites donnent lieu à la rédaction de procès-verbaux qui renseignent d’une part sur le quotidien carcéral mais aussi sur les formes d’expression, certes contraintes, des prisonniers. Marquées par une volonté d’efficacité, afin de ne pas prolonger la durée durant laquelle les prisonniers n’ont pas accès au préau, les visites se font en présence du concierge. Celui-ci est à la fois une aide car il connaît les détenus et l’environnement carcéral tout en étant un objet de suspicion pour les différentes autorités du Palais, qui craignent les complicités parmi le personnel carcéral.

7Cette documentation permettra d’envisager tout d’abord la variété des expériences carcérales. Si les prisonniers séjournent de manière transitoire à la Conciergerie, ils n’en développent pas moins des formes d’appropriation. Pourtant, cette appropriation n’est pas aisée dans un espace contraint et imposé. Elle suscite des formes de conflit quand elle n’est pas un préalable à une évasion.

Un lieu transitoire. L’expérience du paysage carcéral

  • 17 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français. De la préhistoire à nos jours, Paris, Tallandier, (...)

8Selon Jean-Robert Pitte, « le paysage est acte de liberté » dans la mesure où il résulte d’une construction historique et d’une réception datée par les sociétés de « la combinaison entre la nature, les techniques et la culture des hommes »17. Loin d’invalider l’existence du paysage carcéral, cette définition insiste au contraire sur la capacité des prisonniers, du personnel et des visiteurs à percevoir l’environnement interne à la prison. L’appréhension de l’espace par les détenus s’étend même au-delà des murs de la prison.

  • 18 Olivier Milhaud, « Enfermés entre quatre murs. Les besoins de nature des détenus » dans Sylvie Guic (...)
  • 19 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 435, doss. 5182, fol. 88
  • 20 Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, op. cit., p (...)
  • 21 Camille Dégez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviie siècles)(...)

9L’enfermement engendre une expérience sensorielle spécifique. C’est bien à ce titre que le paysage carcéral mérite d’être investigué. Ce dernier s’insère dans l’enchevêtrement de constructions qui est le propre du Palais et résulte de la transformation de l’usage des lieux depuis la période médiévale. L’usage « des bois et des fers » et leur forte minéralité caractérise les aménagements particuliers, décrits par l’état des lieux de 178618. Grilles, portes et serrures fortes, herses de sûreté signent visuellement la situation d’enfermement et pallient la rareté des gardes affectés à la surveillance de la prison19. Ces éléments sont omniprésents alors même que seulement 55 % des salles de la prison sont dédiées à l’enfermement20. Certains prisonniers se plaignent du manque de lumière21. L’accès au paysage visuel nécessite une adaptation à la pénombre des lieux.

  • 22 Ce terme de « parloir sauvage » renvoie à l’analyse d’Olivier Milhaud sur l’implantation des prison (...)
  • 23 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op. cit., p. 39.

10Il y a un aspect contradictoire avec la compréhension commune du terme de paysage qui consiste en une vue dégagée sur un espace, à l’inverse de l’impression d’enfermement. Pourtant, la prison ne forme pas un microcosme tant elle est ouverte sur l’extérieur par différents moyens. L’espace visuel semble de prime abord refermé sur lui-même. Pourtant, sans même évoquer la dimension symbolique de l’architecture, la Conciergerie est composée de strates empilées dont le touriste contemporain a encore conscience. Différents lieux du Palais tels que la galerie des Prisonniers ou quelques tribunaux surplombent les cours carcérales de sorte que des « parloirs sauvages » sont possibles22. L’univers sonore de la prison ne se limite d’ailleurs pas aux bruits internes à la prison. Les sonneries diverses du Palais (Tour de l’Horloge, Sainte Chapelle, chapelle Saint-Michel), le sifflet des concierges des salles marchandes qui ordonne la fermeture des boutiques, le fracas des outils de la Cour de Lamoignon et de la Cour Neuve et les aboiements des chiens donnent à entendre l’épaisseur sonore de la ville23.

  • 24 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron chartrain (...)
  • 25 France, Paris, AnF, Z² 2988, 18 juin 1723 ; France, Paris, AnF, Z² 2989, 11 août 1724.
  • 26 Camille Dégez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviie siècles)(...)
  • 27 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291, fol. 2-3 ; Laure C (...)
  • 28 France, Paris, AnF, Z² 3010, François Dailly, 28 février 1778.
  • 29 France, Paris, AnF, Z² 2994, 22 septembre 1740.
  • 30 France, Paris, AnF, Z² 2990, 24 novembre 1727.
  • 31 France, Paris, AnF, Z² 2989, 14 septembre 1725.
  • 32 France, Paris, AnF, Z² 2990, 3 octobre 1727.
  • 33 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle…, op. cit., p. 67.
  • 34 Ibid., p. 156.

11Il est aussi question d’une forme de territoire gustatif. La nourriture est un sujet de discussion entre prisonniers et de comparaisons entre lieux d’enfermement24. Ce territoire est composé de centralités tels que la buvette de la Conciergerie mais aussi de périphéries, dans les chambres, mais parfois loin de la prison elle-même. La buvette est parfois qualifiée « d’auberge du préau » ou de « cabaret du préau »25. Les prisonniers s’y attablent ou s’y fournissent un repas qu’ils mangent dans leur chambre26. Une ration de pain et de viande, qualifiée de marmite, est distribuée, le lundi et le mercredi27. Certaines denrées viennent du Palais. Ainsi, une commissionnaire apporte des cafés de Malthe préparés à proximité28. D’autres prisonniers gardent des fruits dans un saladier de faïence29. Les mieux lotis organisent des soupers30 ou bénéficient de la présence d’une cuisinière31. Des moments de convivialité se développent malgré le cadre carcéral. Ainsi, les guichetiers font venir des chopines de bière de la buvette de l’Élection toute voisine32. Pantaléon Gougis fait quant à lui venir des fèves rouges et pois verts de son pays chartrain pour améliorer son ordinaire et aussi, peut-être, pour retrouver le goût de chez lui33. Ce dernier nourrit d’ailleurs le projet de prendre à bail la buvette de la prison34.

  • 35 France, Paris, AnF, Z1F 1070.
  • 36 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.
  • 37 Laure Cédelle-Joubert, La conciergerie, une prison pendant la révolution (1789-1793), op. cit., p. (...)
  • 38 Adrien Pitor, « Une justice froide ? L’ambiance thermique dans le palais de justice de Paris au xvi (...)

12L’expérience carcérale varie selon les conditions sociales des détenus. Les femmes et les hommes sont progressivement séparés en deux ailes distinctes, au point que la chapelle est divisée entre une partie féminine et une partie masculine35. Les prêtres disposent de leur propre chambre36. Toutefois, le critère le plus net de séparation est d’ordre économique. Ainsi, la perception de l’espace carcéral n’est pas homogène tant les conditions diffèrent d’un lieu à l’autre car les volumes et les positionnements des chambres divergent. Au XVIIIe siècle, la pension, la demi-pension et la pistole bénéficient du premier étage tandis que paille et cachots sont placés au rez-de-chaussée37. Certains bénéficient d’une chaleur, qui est refusée à d’autres38. La hiérarchie entre les individus s’exprime dans l’espace même de la prison. Au-delà des conditions purement matérielles du lieu d’enfermement, les divergences s’expriment par le nombre de détenus enfermés.

  • 39 France, Paris, AnF, U 352, 26 janvier 1711.
  • 40 France, Paris, AnF, Z1F 1070.
  • 41 France, Paris, AnF, Z² 3045. Procès contre Camelot et Sorelle ; Adrien Pitor, « Une justice froide  (...)

13Des temporalités rythment la vie des détenus. Outre le fait que la perception de la durée de l’emprisonnement et l’impatience de la libération varient selon la situation judiciaire des individus (enfermement pour dettes, plus amplement informé, attente de jugement), l’état de la prison évolue dans le temps. Une part des détenus est arrêtée pour fait de police dans le Palais lui-même, en particulier la nuit39. D’autres arrivent tardivement au terme de leur transfèrement. Des chambres sont installées en face du grand guichet à cet effet40. La rencontre avec l’espace carcéral est alors progressive et détournée. L’enfermement lors des rigueurs hivernales est vraisemblablement plus rude que lors d’épisodes plus doux. Des guichetiers n’hésitent pas à brûler du bois de construction en janvier 1783 alors qu’il neige dehors41. Plus encore que le froid, l’humidité est la principale menace qui pèse sur les détenus.

  • 42 France, Paris, AnF, Z² 3015, 18 avril 1783.
  • 43 France, Paris, AnF, BB30 1076.

14L’année est ponctuée de moments de festivités qui modifient le paysage carcéral. La Semaine Sainte donne lieu à un investissement religieux et caritatif de la Conciergerie par les Parisiens et plus encore les Parisiennes42. Le préau est tapissé cinq fois par an à l’occasion de la visite des conseillers de la Tournelle43.

  • 44 Arrêt du Parlement du 5 février 1597 ; Arrêt de la Cour de Parlement portant règlement général pour (...)

15La détention est scandée par l’ouverture et la fermeture quotidienne des chambres exigées par les règlements, entre 6 heures du matin et 7 heures du soir en été et entre 7 heures du matin et 6 heures du soir en hiver44. Les perceptions de l’espace en sont modifiées dans la mesure où, selon les moments, les territoires du prisonnier sont plus ou moins étendus, et par conséquent plus ou moins contraignants.

Des territoires différenciés

  • 45 Simon Castanié, Le crédit et la contrainte. L'emprisonnement pour dette à Paris dans la seconde moi (...)
  • 46 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle, op. cit., p. 125 et p. 127.

16La prison forme un territoire inséré dans une territoire plus vaste, formé par l’enclos du Palais, puis par la ville. Le jeu des limites est complexe car ces dernières ne sont pas nettes et diffèrent selon les individus. Elles sont d’autant plus difficiles à définir dans un espace contraint et fermé pour une partie des acteurs. Il est permis aux visiteurs d’entrer dans la prison tandis que les détenus, notamment ceux qui sont emprisonnés pour dettes, sont en mesure d’organiser leurs affaires depuis la prison. Ainsi, le territoire d’action du prisonnier ne se limite pas à sa propre capacité de mouvement. Les prisonniers pour dettes convoquent des relations économiques en dehors de la prison45. Des sociabilités liées aux origines géographiques se recréent à l’occasion sur place et se fondent sur des appartenances locales hors de la prison. Le chartrain Pantaléon Gougis se lie d’amitié avec un brocanteur condamné à la pendaison et avec un autre prisonnier, venus tous deux de la cité beauceronne46. D’une certaine façon, l’enfermement renforce les appartenances locales et conduit à la construction d’une géographie mentale différenciée selon les provenances. Cette construction originale du territoire est d’autant plus forte qu’elle s’appuie parfois sur des correspondances qui relient le détenu à un espace extérieur à la prison.

  • 47 France, Paris, AnF, U339 fol. 210. Sophie Abdela a insisté sur la porosité entre la prison et ses p (...)

17La Conciergerie fait face à une situation évidente de porosité. Les trésoriers de France en charge des bâtiments du roi font le constat en 1695 à l’occasion d’une évasion que les murs entre les boutiques de la Salle Dauphine et une des chambres de la pension de la Conciergerie ne sont que de minces cloisons et ne font pas entrave au passage47.

  • 48 France, Paris, AnF, Z² 3016, 28 octobre 1784.
  • 49 France, Paris, AnF, Z² 2994, 1er septembre 1734.
  • 50 France, Paris, AnF, Z² 2994, 1er septembre 1734.
  • 51 France, Paris, AnF, Z² 3014, 26 septembre 1782.
  • 52 France, Paris, AnF, Z² 3002, 30 juin 1763.
  • 53 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725

18Des limites successives se dessinent pour les prisonniers. Les espaces du préau ou de la chapelle sont partagés. Ils forment des lieux collectifs d’interactions sociales mais aussi de confrontations entre prisonniers. Le personnel de la prison privilégie ces lieux pour effectuer leur surveillance. A contrario, lors des perquisitions dans les chambres, le personnel carcéral empêche « la liberté du préau »48. Cet endroit est en effet un observatoire privilégié pour envisager les différents usages d’un lieu. La surface du préau organise les flux et forme une sorte de carrefour carcéral. Il marque une étape quasi obligée pour les prisonniers. Pour cette raison, le carcan y est disposé de sorte que le châtiment y est exposé aux yeux de tous49. Certains prisonniers détournent cette centralité pour y exercer des formes de revente illicite50. Ce lieu sert aussi de promenade51. D’autres détenus y stationnent et s’y tiennent assis dans des fauteuils en fin de journée52. L’appropriation par les prisonniers de cet espace de promenade se fait autant par le mouvement, par le déplacement du corps, que par la fixité53.

  • 54 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291 fol. 328-333.
  • 55 France, Paris, AnF, Z² 3036, Plainte et information au sujet d’évasion de prisonniers, 25 juin 1764

19La chambre constitue un territoire en soi. Toutefois, la situation diffère selon la situation des prisonniers, qu’ils soient au cachot, à la paille ou à la pistole car il s’agit bien souvent, selon les cas, d’un espace partagé (fig. 1). Vers 1768, la moyenne est de plus de cinq prisonniers par chambre54. Il en résulte que les prisonniers et les prisonnières développent des stratégies de cohabitation. Par moment, des prisonniers inversent l’enfermement en refusant d’ouvrir la porte de leur chambre à d’autres détenus ou au personnel de la prison55.

Figure 1 : Les enfermements à la Conciergerie à la fin de l’Ancien Régime (d’après France, Paris, AnF Z1F 1070 et F14 10253)

Figure 1 : Les enfermements à la Conciergerie à la fin de l’Ancien Régime (d’après France, Paris, AnF Z1F 1070 et F14 10253)
  • 56 Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en m (...)
  • 57 Logique des « coins » (Jean-Charles Basson, « Habiter la prison. Le "Sam Suffit" cellulaire en cent (...)
  • 58 David Scheer, « De la fenêtre de cellule : vue sur l’hybridation pénitentiaire », dans Laurent Soli (...)
  • 59 France, Paris, AnF, Z² 3016, 28 octobre 1784.
  • 60 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1737.
  • 61 Camille Dégez, « Les conditions de vie en prison à l’époque moderne. L’exemple de la Conciergerie » (...)

20L’exiguïté des lieux implique une « économie de la rareté spatiale » pour les prisonniers56. Par conséquent, les territorialités carcérales doivent être envisagées à une échelle micro-locale. Elles favorisent l’usage des « coins » c’est-à-dire une subdivision des espaces57. La fenêtre, ou plutôt la croisée, joue un rôle essentiel. Elle forme avant même les usages contemporains un « micro-lieu à usage multiforme »58. La culture du travail de bureau y est parfois reproduite. Ainsi, un pupitre est posé du côté de la fenêtre dans une chambre à la pension, manifestement pour tirer parti de la luminosité59. La fenêtre forme un espace d’observation lorsque sa disposition le permet mais plus encore un espace de communication, c’est-à-dire d’écoute et de parole60. La hauteur et la dimension des fenêtres réduisent toutefois son rôle d’éclairage des pièces. Le poète Théophile de Viau, détenu à la Conciergerie dans le premier quart du xviie siècle, insiste sur ses perceptions physiques et souffre de ne pouvoir distinguer la fenêtre de la porte61. Cette association est intéressante car elle souligne que la croisée est un vecteur essentiel dans l’appropriation de l’extérieur du lieu d’enfermement.

  • 62 France, Paris, AnF, Z² 2991, 1er décembre 1729.

21À l’inverse, de micro-territoires visent à préserver l’intime et les biens des détenus. Ils se réduisent à une mallette, une cassette, un coffre ou une valise62. L’enjeu est de préserver les biens du prisonnier alors que ce dernier sort de sa chambre. Ces réduits d’identité et de propriété sont la cible de vols quotidiens et l’objet de scellés lors des décès des détenus.

  • 63 France, Paris, AnF, Z² 3012, 4 novembre 1780.
  • 64 France, Paris, AnF, Z² 2993, 28 septembre 1736.
  • 65  France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriaut absent et contumace Pierre Alexis Darras et (...)
  • 66 Le lit apparaît dans les chambres partagées comme seul espace appropriable (Olivier Milhaud, Sépare (...)
  • 67 France, Paris, AnF, Z² 3012, 31 octobre 1780.

22Le lit forme un dernier territoire pour les détenus. Il n’est pas uniquement destiné au sommeil. Il se présente comme un espace réservé servant de lieu de stockage et parfois même de cache. Ainsi, les officiers du bailliage découvrent-ils au « dessous la paillasse du lit de couche du nommé Solleillac, une terriere de charpentier toutte neuve, un vilbrequain tournant à grande mèche, une paire de tenaille, un cizeau, un petit coin, un morceau de fer à crampon, et une grosse vrille »63. Un prisonnier pose des sacs à procès sur un lit non occupé à côté du sien64. Régulièrement, lors des procès-verbaux de bris de prison, des pièces à conviction sont trouvées déposées sur le lit comme s’il s’agissait du dernier lieu utilisé avant la fuite65. Il forme aussi un lieu de refuge et d’attente66. Ainsi, un prêtre s’y couche avec l’intention d’éviter les insultes et les coups d’un codétenu67.

23Les marquages, les usages ou les détournements de l’espace permettent aux prisonniers, hommes et femmes, d’avoir une prise sur leur environnement et de se constituer des territoires.

Une appropriation de l’univers carcéral. Être chez soi en prison

  • 68 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espac (...)
  • 69 Fabrice Ripoll, Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace… », art. cit. ; Henri Lefebvre, L (...)
  • 70 France, Paris, AnF, Z² 2982, 7 octobre 1711.
  • 71 France, Paris, AnF, Z1F 1070.
  • 72 France, Paris, AnF, Z1F 1070.

24Le géographe Olivier Milhaud insiste sur « l’emploi des lieux » à propos de la manière d’utiliser l’espace carcéral68. À l’occasion, l’historien ou l’historienne décèlent des traces de gestes anodins qui témoignent du développement d’habitudes locales et provisoires par les détenus. En soi, elles ne procèdent pas nécessairement de la logique du détournement et d’une disjonction entre le « vécu » et le « conçu »69. Les usages résultent aussi d’une familiarisation avec le lieu, quand bien même ces usages seraient conformes, ou tout au moins compatibles, avec les attentes des autorités. Un prisonnier a ainsi coutume de sortir dans la petite cour fumer une pipe à sept heures du soir70. Des lieux de stationnement collectif existent par ailleurs. Ainsi, huit grandes tables de pierre sont installées « sous la galerie » qui borde le préau71. Dans le préau lui-même, cinq bancs et deux tables sont à l’usage des prisonniers72.

  • 73 France, Paris, AnF, Z² 3013 ; France, Paris, AnF, Z² 3044, Procès criminel contre Rabouin, Saumerot (...)
  • 74 Annik Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens xviie-xviiiie siècles, Pa (...)
  • 75 Une minute du bailliager emploie ainsi cette expression « dans la chambre qu’occupoit cy devant mil (...)

25L’appropriation par certains prisonniers de leur espace est parfois extrêmement forte, en particulier lorsqu’ils sont fortunés ou appartiennent à la noblesse. Ainsi, le Milord Mazereen investit son espace comme un habitat ; il organise son lieu de vie, et d’enfermement, en fonction des usages qu’il entend en faire. Il entretient sa domesticité, notamment parmi les prisonniers eux-mêmes, et dispose d’une garde-robe garnie, d’un secrétaire, d’une petite bibliothèque ainsi que d’animaux domestiques73. Il parvient à faire installer une baignoire dans une de ses chambres. Le prisonnier développe une logique d’ameublement qui dépasse les coffres habituels des détenus mais aussi l’usage de la plupart des Parisiens74. Le prisonnier est si bien installé dans les lieux que le personnel en vient à continuer de désigner les chambres par le nom du détenu alors qu’il a quitté la prison75. Sa relation avec le personnel carcéral forme d’ailleurs sa principale ressource. Son enfermement au For-l’Evêque après une tentative d’évasion lui pèse essentiellement en raison de la perte de son assise sociale au sein de la prison.

  • 76 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291 fol. 328-333.

26La familiarité avec l’environnement carcéral repose sur la perpétuation ou la construction d’un jeu de relations interpersonnelles. En 1768, trois prisonniers logent dans la chambre destinée à un seul prisonnier de la pension alors même que d’autres chambres de la pension sont vides76. À bien y regarder, cette coprésence résulte d’un choix conscient et cache la volonté de rapprochement familial.

  • 77 Ces prestations sont tarifées dans les articles 11 à 18 du règlement de 1717. L’ensemble est réguli (...)

27En réalité, les relations sociales sont d’autant plus essentielles que l’économie carcérale est fondée sur des prestations telles que le logement, la nourriture et le blanchiment77. Ces services ouvrent la possibilité aux mieux lotis de s’approprier plus facilement la prison contre dépense. A contrario, des détenus y trouvent une source de revenus à l’instar du perruquier Sébastien Trellé qui rase et frise différentes personnes en prison.

  • 78 France, Paris, AnF, Z² 2990.
  • 79 Nicolas Lyon-Caen, « Les marchands du temple. Les boutiques du Palais de justice de Paris aux xvie-(...)
  • 80 France, Paris, AnF, Z² 2991, 1er décembre 1729.

28D’autres prisonniers connaissent une incertitude plus grande et ne parviennent pas réellement à reproduire un espace intérieur. Les prisonniers changent de chambre alors que leur détention se prolonge. Ainsi, un prisonnier fortement endetté à cause de l’affaire de Law et dont la condition économique se dégrade déplore son passage de la pension à la pistole78. Mis à part le cas extrême de quelques pensionnaires, il y a peu d’exemples d’appropriation des lieux par la décoration ou par les objets. Le contexte de détention n’est pas propice à l’accumulation d’objets qui émerge lentement au cours du xviiie siècle, en particulier à quelques mètres de la prison, dans les galeries marchandes du Palais79. Quelques objets sont mentionnés. Ainsi, un prisonnier décédé en prison possède des glaces et un siège de commodité80. Toutefois, la majorité des détenus, en particulier ceux qui sont à la paille, n’ont pas les capacités économiques de personnaliser le cadre de leur détention. Plus qu’une expression personnelle, la quête de l’intimité semble primer. L’appropriation de l’espace se fait alors par l’observation attentive des lieux et des personnes sur place.

Une expertise carcérale fondée sur l’observation

29Les échanges entre prisonniers mais aussi avec le personnel ouvrent la voie à une acculturation carcérale fondée sur l’observation à différentes échelles. L’attention des prisonniers à leur environnement donne lieu à une connaissance précise de l’espace c’est-à-dire des lieux d’enfermement, des circulations et des lieux collectifs ainsi que des pratiques qui les animent. Elle se traduit par une capacité à les désigner et à les utiliser.

30Il est frappant de voir à quel point les prisonniers de la Conciergerie parviennent à identifier les espaces proches qui pourtant ne font pas partie de la prison elle-même. Les prisonniers se constituent une géographie de leur environnement, notamment verticale, grâce à l’observation fine des alentours. Ils identifient ainsi les tribunaux, tels que l’Amirauté, qui surplombent la cour de la Conciergerie et savent en parler lors des plaintes et informations. Cela veut dire que la connaissance carcérale se fonde sur des échanges qui dépassent la simple pratique quotidienne de la Conciergerie.

31Les efforts de certains prisonniers pour s’évader ou mener à bien des vols témoignent d’une véritable expertise spatiale, fonctionnant par le jeu des regards et des observations croisées. En 1783, un prisonnier observe le manège de prisonniers de la chambre Notre-Dame dont certains font sentinelle et observent la « marche du concierge et des guichetiers » :

placés au bas de l’escalier de la chambre notre Dame, le second à l’escalier du Préau en face de la chapelle, et Hazet, en face de la porte du premier guichet du côté du Préau, lesquelles se faisoient réciproquement des signes pour s’avertir.

32Ils mettent en place une logique de relais pour s’affranchir des contraintes spatiales au sens où ils se répartissent dans la prison afin de faire suivre une information. Cette méthode témoigne d’une forme d’appropriation collective du territoire carcéral fondée sur le positionnement physique des individus. Un prisonnier qui dépose dans une information explique que lui-même s’est déplacé pour mieux observer le manège.

  • 81 France, Paris, AnF, Z² 3012, 5 septembre 1780.

33La connaissance des prisonniers va jusque dans l’infime des lieux de la Conciergerie, non seulement dans les moindres recoins des chambres mais aussi dans les anfractuosités des espaces communs. L’aspérité de l’architecture de la Conciergerie et les recoins représentent une ressource pour certains d’entre eux. Un prisonnier cache des objets volés à un autre prisonnier dans un trou dans le mur sous l’ancienne l’infirmerie81. Cette cachette semble connue par la victime de ce vol, ce qui tend à laisser penser que la connaissance précise est partagée. Les vides sont identifiés et employés par les détenus car ils représentent une forme de liberté. Ainsi, loin d’une inattention aux lieux, l’observation fine de l’espace carcéral à différentes échelles, tant de son intérieur que de ses pourtours, est à l’origine de son utilisation comme ressource.

Se faire une place. Des conflits d’appropriation

  • 82 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.
  • 83 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725.

34Le refus d’être affecté à l’espace désigné par le personnel carcéral n’est pas rare. En 1767, les prisonniers de la paille refusent de rentrer à sept heures dans leur chambre82. L’usage des lieux s’inverse par moment. Ainsi, la domestique d’un voisin de chambre de Jacques Nicolas Boulloche détenu en 1725 profite du déplacement de ce dernier sur le préau pour lui dérober une chemise83. Dans ces deux cas, bien que très différents, l’enjeu est celui de déterminer sa place en prison. Tandis que les uns s’efforcent de ne pas être cantonnés à leur chambre et investissent les espaces communs, d’autres profitent au contraire de l’utilisation des espaces communs par leur codétenu pour renforcer leur présence dans leur chambre.

  • 84 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725.
  • 85 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.

35Certaines chambres sont des lieux de passage pour d’autres chambres de sorte que l’intimité y est limitée84. Cette proximité voire promiscuité engendre des conflits d’usage. L’espace de l’intime est parfois paradoxalement rejeté à l’extérieur. Ainsi, un prêtre prisonnier doit dire son bréviaire à l’extérieur de la chambre85.

  • 86 France, Paris, AnF, Z² 3007, 24 octobre 1775
  • 87 France, Paris, AnF, Z² 2994, 22 septembre 1740 ; sur les évasions durant les travaux du Palais, voi (...)
  • 88 France, Paris, AnF, Z² 3007, 24 octobre 1775.
  • 89 Julie Lamarre, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, 2001, n° 40, (...)
  • 90 France, Paris, AnF, Z² 2983. 7 octobre 1711 ; Z² 2988. 17 mai 1723 ; Z² 2988. 18 juin 1723 ; Z² 298 (...)

36Les conflits sont aussi provoqués par des divergences d’usage et de rythme entre détenus. Les vêpres favorisent les dissensions86 et de nombreux vols ont lieu durant la messe ou au moment de travaux87. Certains prisonniers mettent à profit ces moments et l’espace carcéral. Ils ferment ainsi la porte d’un corridor pour s’isoler et empêcher la survenue de tiers dans leur chambre88. Ce procédé témoigne de la capacité des acteurs à faire usage d’un espace interstitiel pour le transformer en « zone franche ». Plus généralement, les conflits d’usage procèdent d’une « territorialisation violente »89. Les individus s’approprient ainsi un espace par le conflit et l’antagonisme avec d’autres prisonniers ou avec le personnel lui-même. Le fonds du bailliage du Palais abonde en mentions de violences90.

  • 91 France, Paris, AnF, Z² 3012, 31 octobre 1780.
  • 92 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.

37Les études géographiques contemporaines montrent à quel point le fait d’être plus de deux dans une chambre change la situation des détenus et exacerbe les antagonismes91. Cette coprésence induit des divergences de rythme, notamment le soir et la nuit. Les cas de désaccords sur l’activité à adopter ne sont pas rares. Ils n’émanent pas tant du personnel de la prison que des prisonniers eux-mêmes. D’autres divergences ont une composante spatiale notable à l’instar des divergences de conduite à adopter à propos de l’ouverture d’une fenêtre92.

  • 93 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès criminel contre Maire Anne Barnier ditte Ceffond et Pierre Alex (...)

38Des logiques de voisinage, très importantes dans le fonctionnement de la ville elle-même, se jouent aussi. Elles se fondent sur la concurrence, la coopération et la réputation. Ainsi, un prisonnier mis au courant d’un projet d’évasion déclare a posteriori aux magistrats du bailliage du Palais qu’il ne les a pas informés car il a « des précautions à prendre »93. La suspicion des mouches et des informateurs conduit à des méfiances partagées. Le voisin est potentiellement un obstacle à l’évasion ou une menace sur sa paisibilité. Or, il convient bien souvent de se faire discret dans l’enceinte carcérale.

Transformer le paysage : l’art du trompe l’œil

39Une part notable des évasions se fonde sur un art du paysage. Il s’agit en effet de dissimuler sa présence ou son absence dans l’espace carcéral en faisant appel à l’expérience sensorielle de la prison et à l’expertise dans son fonctionnement. Il est question simultanément de savoir repérer l’anomalie dans l’ordinaire de la Conciergerie et d’être capable de dissimuler la rupture avec cet ordinaire.

  • 94 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.

40Des stratégies reposent sur la mise en scène d’un trompe-l’œil pour déjouer la vigilance du personnel. En 1780, un trou est effectué dans le plafond de la chambre du Noviciat. Le concierge s’en aperçoit « en frappant au plafond ils sont [sic] crevé un papier collé audit plafond lequel ayant été arraché s’est trouvé dessous un trou carré d’environ un pied en tous sens »94. La feuille de papier est peinte de la même couleur que le plafond. Il s’agit donc véritablement d’une méthode de dissimulation.

  • 95 France, Paris, AnF, Z² 3016, 29 juillet 1784 ; France, Paris, AnF, Z² 3042B, Procès extraordinaire (...)
  • 96 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op. cit., p. 290-291.
  • 97 France, Paris, AnF, Z² 3044, Commission sur arrêt du 5 septembre 1783.

41La dissimulation consiste aussi à se fondre dans un paysage habité. Par exemple, certains prisonniers se travestissent en femme pour faciliter leur sortie de la Conciergerie95. D’autres se déguisent en magistrat96. La transformation du corps vise à déjouer l’observation du personnel. Elle est favorisée par la brièveté du séjour. Ainsi, un prisonnier orléanais se « fait faire une queue avec du son et s’étoit fait accommoder pour se déguiser » quatre jours après son arrivée à la Conciergerie97. L’action du concierge et des guichetiers repose sur un travail de physionomie, c’est-à-dire d’observation des corps et des visages. Un tout nouvel arrivant à la Conciergerie profite des travaux pour quitter les lieux de manière plus originale encore. Cottin déclare que le prisonnier est :

  • 98 France, Paris, AnF, Z2 3010, 4 septembre 1778.

descendu par ledit escalier sur le préau pris du plastre dans un mouchoir ainsy que luy a dit depuis un manœuvre, s’est barbouillé le visage de plastre, a pris la veste d’un autre prisonnier, et muny de la hotte d’un manœuvre il est en allé ; que comme d’un côté l’on travaille depuis quelques tems dans la dite Conciergerie, qui y entre continuellement des massons, que d’un autre côté ce prisonnier n’étoit point encore entré dans ladite Conciergerie d’icelle, et par conséquent [les guichetiers] ne pouvoient le reconnaître lorsqu’il a passé sur le préau et dans les guichets98.

42Cette stratégie signe le refus de s’installer dans la prison et fait appel à l’ambiance palatiale faite de femmes charitables visitant les prisonniers, d’ouvriers du bâtiment réparant les locaux et d’hommes de loi s’affairant dans les tribunaux.

  • 99 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.
  • 100 France, Paris, AnF, Z² 3036, Plainte et information au sujet d’évasion de prisonniers, 25 juin 1764
  • 101 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriaut absent et contumace Pierre Alexis Darras et J (...)
  • 102 Sur notion de bricolage : Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages (...)

43Un grand nombre d’évasions repose sur la logique du détournement. Les bois du lit sont transformés en échelle pour atteindre le plafond99. Les draps des lits sont noués en corde. Une cuillère et un morceau de fer deviennent des coins pour enfoncer les murailles100. Les fers servant à empêcher les évasions sont mis à contribution pour attacher une échelle de corde101. Il faut noter ici la capacité des acteurs à bricoler et à maîtriser leur environnement pour en tirer parti102.

44L’évasion repose aussi sur une vigilance des prisonniers qui observent ce qui fait écart à la norme carcérale. Une échelle oubliée, des barreaux qui n’ont pas encore été remis en place, sont immédiatement mis à profit. Pour cette raison, les travaux de transformation et de reconstruction de la Conciergerie après 1776 sont l’occasion de nombreuses évasions. Une forme d’agentivité est à l’œuvre.

  • 103 France, Paris, AnF, Z² 3016, 31 mai 1784.

45Les bris de prison font l’objet de procès-verbaux rédigés par les officiers du bailliage du Palais, à la suite d’une déposition du concierge. Ils sont conservés dans le fonds de la juridiction. Le concierge, familier des officiers du bailliage, se livre à des micro-récits dont les intentions sont de se disculper des accusations de complicité, d’expliquer les conditions d’évasion et de permettre le cas échéant de retrouver les fugitifs. Dans cette optique, les officiers du bailliage se rendent sur place et cherchent à se mettre à la place des évadés. Le procès-verbal de bris de prison convoque à sa manière le paysage carcéral. Les officiers qui le rédigent examinent les divergences entre un paysage idéalisé, tel qu’il devrait être, et le paysage réel avec ses anomalies. Ainsi, ils investiguent les ruptures dans l’ordre spatial : un barreau rompu, une grille déplacée. Les dispositifs destinés à entraver les évasions, à l’instar des barreaux et des grilles, accrochent souvent des éléments qui deviennent des pièces à conviction aux yeux des officiers du bailliage du Palais. Ainsi, un chapeau est retenu par les piquants de fer au-dessus de la chambre de Saint-Vincent103. Ce travail de mise en situation vise à établir le procédé employé. Toutefois, il va jusqu’à pénétrer les motivations des prisonniers :

  • 104 France, Paris, AnF, Z² 3013, 1er octobre 1781.

En exécution de laquelle ordonnance, nous nous sommes transportés assisté comme dit est dans la grande salle d’audiance, où étant avons remarqué qu’il y avoit une corde à laquelle étoit attachée (sic) les cordons des rideaux des fenestres de la Grande Chambre, laquelle [corde] et cordons de rideau tomboient d’un bout sur les toits qui sont près de la fenêtre qui est dans l’angle du thrône et où se met Monsieur le Premier Président et l’autre bout pendoit sur les petites boutiques du quay de l’Horloge, lequel bout étoit même attaché à un des barreaux du Cabinet de Mr l’abbé Sauveur, conseiller de la Grande Chambre laquelle corde traversoit par-dessus les toits des lieux qu’occupoit anciennement la Cinquième des Enquêtes, que nous avons pareillement remarqué que les échelles qui sont à l’usage du buvetier de la Grande Chambre étoit porté à l’aide d’un boullin de façon à procurer l’évazion par cette corde, et que cette corde et boulin provenoient d’un échafault que les massons avoient construits pour faire des trous pour les grilles de fer qui devoient être mise à la dite croisée quoi qu’il nous pareisse très difficile qu’un prisonnier ai pû de la Conciergerie s’évadé par cette endroit il peut se faire que l’amour de la liberté l’ay fait franchir les difficultés qui se présentoient104.

46Ces micro-récits extrêmement vivants sont fondés sur une description des observations, des actions et parfois même la restitution de dialogues. Ils donnent lieu à des mises en scène des gestes et des paroles. Les prisonniers eux-mêmes donnent leur voix lors des informations. Un prisonnier dépose lors d’une information :

  • 105 France, Paris, AnF, Z² 3046, Procès contre Pierre Alexis Darras : tentative d’évasion de la Concier (...)

Il vit un grand homme à qui l’officier dit de se rendre, et qui luy répondit : « Non. Je ne me renderay pas. Faites feu sur moy, tuez moy, vous me ferez plaisir » ; que c’étoit « le dernier jour de ma vie », que le dit officier luy répondit : « Non, nous ne voulons pas vous faire de mal. Rendez-vous ». Et que peu de tems après, ils l’arrêtèrent105.

47Les dossiers du bailliage du Palais donnent exceptionnellement la parole aux évadés. Ainsi, en 1780, une lettre adressée à la Conciergerie est saisie par la juridiction alors qu’un fugitif arrivé à ses fins écrit depuis Versailles à un complice qui n’a pas connu la même réussite :

Mon chere Monsieur, je suis on ne peut pas plus fachez que nous n’ayons pu exécuter notre projets. Pour moi, je me suis échappé avec bien de la peine, comme vous allé le voir par le récit que je vais vous faire.

  • 106 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriau absent et contumace Pierre Alexis Darras et Je (...)

Vous savez, lorsque Daras fut tombé, je me suis sauvez dans la chambre de l’Amireauté où j’ai resté jusqu’à huit heures du matin, cachez dans le mure derrière la porte, parmis un tas d’ordure. Une famme est venus avec deux hommes faire la visitte. Jugé de la peur que j’avoit d’être découvert mais, par bonheur, ils ne ce sont pas avisé de regarder dans le trout où j’étoit. Alors j’ai sortie de ma retraite et me suis promené dans cette chambre, où je me trouve très embarasé, vue que je n’avoit aucun outil pour otter les visses, la serure. Après avoir fait donné la torture à mon esprit pour trouver un moijens de me sauver, je me suis avisé de prendre un des boutons de mon habit pour me servire de tourne vise. Après bien de la peine et avoir cassé plusieurs boutons, je suis parvenus à en otté une, où pour lors j’ai jugé ma liberté certeine. Comme vous allez voir, j’ai défoit les crochè, les deux battent avec vigeur et fait parvennir à ouvrire la porte mais je fut bien surpis de trouver un autre porte, qui étoit encore fermé, mais par bonheur elle ne l’étoit qu’à un toure. Elle a été ouverte sans peine, et je me suis trouvez dans la Chambre, libréré, en ait sortie sans autre peine ny mal, que la peure que j’ai eu d’être découver. J’ai partie sur le champ pour Versailles où je suis actuellement106.

  • 107 Marie Houllemare, « Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne (...)

48Cette lettre, à l’écriture appliquée, est marquée par une forte oralité qui fait vraisemblablement écho aux discussions de prisonniers, auxquelles les historiennes et les historiens n’ont accès que de manière indirecte (fig. 2). Elle fait état d’un ultime art de l’observation et du détournement de la part des prisonniers mais aussi de la narration. Les expériences de l’évasion font partie de la culture carcérale. Elles sont mises en récit107 – vraisemblablement souvent à l’oral et occasionnellement à l’écrit – par les évadés eux-mêmes et donnent accès à des émotions telles que la peur, le doute, la surprise ou la joie.

Figure 2 : Lettre de l’évadé Graveriau à Vacossin, prisonnier

Figure 2 : Lettre de l’évadé Graveriau à Vacossin, prisonnier

49France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriau absent et contumace Pierre Alexis Darras et Jean-Baptiste Vacossin accusés de bris de prison

Conclusion

  • 108 Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en m (...)
  • 109 France, Paris, AnF, Z2 2990, 25 mai 1726.

50L’approche géographique, par la notion de territoire, par celle d’habiter ou par celle d’appropriation, souligne la part d’agentivité des prisonniers et leur capacité à être à l’origine d’actions sur l’espace. Il ne s’agit pas de nier la contrainte qui s’impose à eux mais de voir, à hauteur de détenus ou du personnel carcéral, comment ils font avec ou contre la contrainte, soit en s’organisant in situ pour faire face aux nécessités quotidiennes et parfois aux envies propres, soit en préparant une évasion. Deux formes d’appropriation se dégagent. La première consiste à s’attacher à vivre au mieux le quotidien carcéral en cherchant par de petits accommodements ou par de grands frais à améliorer sa détention. La deuxième forme consiste plutôt à trouver les ressources humaines ou matérielles pour se soustraire à sa condition de détenus et pour mener à bien une évasion. Les deux situations ne sont pas antagonistes puisqu’une part notable du bris de prison repose sur une connaissance et une adaptation fines au fonctionnement de la Conciergerie. Les situations diffèrent selon la qualité des détenus : l’écrivain public arrêté pour ivresse au Palais et ne passant que quelques heures dans une chambre en face des guichets a une perception toute différente du lieu qu’un prisonnier pour dettes résidant pendant des années dans les murs de la Conciergerie. Selon Tristan Bruslé, « l’habiter contraint est un habiter bricolé et temporaire »108. S’il n’est pas aisé pour l’historien et l’historienne de retrouver des traces du bricolage dans le lieu d’enfermement, il est en revanche possible de les cerner au moment des évasions. Au terme, il y a sans doute plus une acculturation qu’une appropriation de la prison pour la majorité des détenus au sens où ces derniers n’ont ni la capacité économique ni la perspective d’aménager leur lieu d’enfermement. Ils se forgent plutôt des « manières de faire » fondées sur les échanges avec les détenus et le personnel ainsi que sur la lecture de l’espace carcéral. Ils intègrent ainsi les modalités de fonctionnement de la prison de manière à adapter leurs pratiques spatiales. Certains prisonniers développent une familiarité telle avec le lieu qu’ils se créent de nouvelles habitudes. Ainsi, un horloger de la rue de Seine, ancien prisonnier à la Conciergerie, vient encore régulièrement boire à la buvette des Eaux et Forêts après son élargissement109. Les alentours de la prison ont intégré son espace vécu.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Abdela Sophie, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, Thèse, université de Caen Normandie-Université du Québec, 2017.

Abdela Sophie, La prison parisienne au xviiie siècle. Formes et réformes, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019, 309 p.

Bruslé Tristan, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en milieu contraint », Annales de géographie, 2015, vol. 2-3, n° 702-703, p. 248-274.

Charageat Martine, Lusset Élisabeth, Vivas Mathieu (dir.), Les espaces carcéraux au Moyen Âge, Pessac, Ausonius éditions, 2021, 272 p.

Dégez Camille, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviie siècles), Thèse, université Paris 4, 2013.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie, Lusset Elisabeth (dir.), Enfermements : le cloître et la prison ; vie- xviiie siècle ; actes du colloque international organisé par le Centre d’Étude et de Recherche en Histoire Culturelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, 380 p.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie, Lusset Élisabeth, Bretschneider Falk (dir.), Enfermements. ii. Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 459 p.

Houllemare Marie, « Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne », Criminocorpus [En ligne], Jean-Claude Vimont (dir.), “Les rebelles face à la justice”, Article mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 04 mars 2023. http://journals.openedition.org/criminocorpus/2901 doi : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.2901

Milhaud Olivier, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espace, Thèse, université Michel de Montaigne – Bordeaux iii, 2009.

Pitor Adrien, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, Thèse, Sorbonne Université, 2019.

Pitor Adrien, « Une justice froide ? L’ambiance thermique dans le palais de justice de Paris au xviiie siècle », Ambiances. Environnement sensible, architecture et espace urbain [En ligne], Ambiance et histoire de l’architecture, Article mis en ligne le 07 novembre 2016, consulté le 04 mars 2023. https://journals.openedition.org/ambiances/775 doi : https://doi.org/10.4000/ambiances.775

Lazzarotti Olivier, Habiter. La condition géographique, Paris, Belin, 2006, 287 p.

Petit Jacques G. (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Genève, Librairie des Méridiens, 1984, 233 p.

Ripoll Fabrice, Veschambre Vincent, « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale », dans Séchet Raymonde et Veschambre Vincent (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contribution à une épistémologie de la géographie sociale [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, consulté le 15 mars 2023, http://books.openedition.org/pur/1923.

Solini Laurent, Yeghicheyan Jennifer, Ferez Sylvain (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019, 181 p.

Haut de page

Notes

1 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espace, Thèse, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2009 ; Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

2 Florian Mariage, « Dispersion, collaborations, concurrences ? Juridictions et prisons à Tournai à la fin du Moyen Âge (v. 1300-1600) », dans Martine Charageat, Élisabeth Lusset, Mathieu Vivas (dir.), Les espaces carcéraux au Moyen Âge, Pessac, Ausonius éditions, p. 191-214.

3 John Howard, État des prisons, des hôpitaux et des maisons de force […] Traduit de l'anglois [par J.-P. Bérenger], Paris, Lagrange, 1788, 2 vol.

4 Léonard Baer et Bodil Ravneberg, « The outside and inside in Norwegian and English prisons », Geografiska Annaler Series B Human Geography, 2008, vol. 90, no 2, p. 205-216.

5 Nicole Castan, « Le régime des prisons au xviiie siècle », dans Jacques G. Petit (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Genève, Librairie des Méridiens, Paris, 1984, p. 35.

6 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), Z1F 1070.

7 France, Paris, Archives nationales de France (AnF), Z1F 1070.

8 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, Thèse, Université de Caen Normandie-Université du Québec, 2017 ; Sophie Abdela, La prison parisienne au xviiie siècle. Formes et réformes, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019 ; Camille Dégez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviisiècles), Thèse, Paris 4, 2013 ; Camille Dégez, « Les conditions de vie en prison à l’époque moderne. L’exemple de la Conciergerie », dans Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison ; vie- xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 197‑210 ; Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron chartrain, 1758-1762, Paris, Publisud, 1994.

9 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, 1. : Arts de faire et 2. : Habiter, cuisiner, Paris, Gallimard, 1990.

10 Olivier Lazzarotti, Habiter. La condition géographique, Paris, Belin, 2006 ; Olivier Lazzarotti, « Habiter », notion à la une de Géoconfluences [En ligne], décembre 2013, consulté le 04 mars 2023. http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/a-la-une/notion-a-la-une/habiter ; Mathis Stock, « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, Article mis en ligne le 18 décembre 2004, consulté le 04 mars 2023. https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques/

11 Fabrice Ripoll, Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace : une problématique centrale pour la géographie sociale », dans Raymonde Séchet et Vincent Veschambre (dir.), Penser et faire la géographie sociale. Contribution à une épistémologie de la géographie sociale [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, consulté le 15 mars 2023, http://books.openedition.org/pur/1923.

12 Jacques Guilhaumou, « Autour du concept d’agentivité », Rives Méditerranéennes, 2012, no 41, p. 25-34.

13 Julie Doyon, « Écrouer et punir. Les registres de la Conciergerie au siècle des Lumières », dans Michel Porret, Marco Cichini, Vincent Fontana, Ludovic Maugué (dir.), Bois, fers et papiers de justice. Histoire matérielle du droit de punir, Genève, Georg, 2012, p. 48–73.

14 France, Paris, AnF, Z1F 1070 ; France, Paris, AnF, Z² 2997, 13 juin 1750.

15 Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, Thèse, Sorbonne Université, 2019, p. 406-426.

16 Camille Dégez, « La mémoire de la prison : les greffiers de la Conciergerie (Paris, fin du xvie siècle-milieu du xviie siècle) », dans Olivier Poncet, Isabelle Storez-Brancourt (dir.), Une histoire de la mémoire judiciaire de l’antiquité à nos jours (actes d’un colloque international organisé par l’Institut d’Histoire du Droit et l’École Nationale des Chartes les 12, 13 et 14 mars 2008), Paris, École Nationale des Chartes, 2009, p. 233‑243.

17 Jean-Robert Pitte, Histoire du paysage français. De la préhistoire à nos jours, Paris, Tallandier, 1983.

18 Olivier Milhaud, « Enfermés entre quatre murs. Les besoins de nature des détenus » dans Sylvie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot, Antoine Da Lage (dir.), Natures, miroirs des hommes ?, Paris, L’Harmattan, 2014, p. 317-328.

19 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 435, doss. 5182, fol. 88.

20 Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, op. cit., p. 411.

21 Camille Dégez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviie siècles), op. cit., p. 207.

22 Ce terme de « parloir sauvage » renvoie à l’analyse d’Olivier Milhaud sur l’implantation des prisons dans leur contexte urbain. Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op.cit., p. 39.

23 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op. cit., p. 39.

24 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle. Lettres de Pantaléon Gougis, vigneron chartrain, 1758-1762, Paris, Publisud, 1994, p. 151.

25 France, Paris, AnF, Z² 2988, 18 juin 1723 ; France, Paris, AnF, Z² 2989, 11 août 1724.

26 Camille Dégez, Une société carcérale : la prison de la Conciergerie (fin xvie-milieu xviie siècles), op. cit., p. 237-239 ; France, Paris, AnF, Z² 2988, 18 juin 1723.

27 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291, fol. 2-3 ; Laure Cédelle-Joubert, La conciergerie, une prison pendant la révolution (1789-1793), Thèse, École nationale des chartes, Paris, 1996, vol. 1, p. 57. Cette ration de viande et de soupe est distribuée bénévolement par les dames de charité et est – pour les malades et les indigents – à la charge de la dame trésorière.

28 France, Paris, AnF, Z² 3010, François Dailly, 28 février 1778.

29 France, Paris, AnF, Z² 2994, 22 septembre 1740.

30 France, Paris, AnF, Z² 2990, 24 novembre 1727.

31 France, Paris, AnF, Z² 2989, 14 septembre 1725.

32 France, Paris, AnF, Z² 2990, 3 octobre 1727.

33 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle…, op. cit., p. 67.

34 Ibid., p. 156.

35 France, Paris, AnF, Z1F 1070.

36 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.

37 Laure Cédelle-Joubert, La conciergerie, une prison pendant la révolution (1789-1793), op. cit., p. 157.

38 Adrien Pitor, « Une justice froide ? L’ambiance thermique dans le palais de justice de Paris au xviiie siècle », Ambiances. Environnement sensible, architecture et espace urbain [En ligne], Ambiance et histoire de l’architecture, article mis en ligne le 07 novembre 2016, consulté le 04 mars 2023. https://journals.openedition.org/ambiances/775 .

39 France, Paris, AnF, U 352, 26 janvier 1711.

40 France, Paris, AnF, Z1F 1070.

41 France, Paris, AnF, Z² 3045. Procès contre Camelot et Sorelle ; Adrien Pitor, « Une justice froide ? L’ambiance thermique dans le palais de justice de Paris au xviiie siècle », art. cit.

42 France, Paris, AnF, Z² 3015, 18 avril 1783.

43 France, Paris, AnF, BB30 1076.

44 Arrêt du Parlement du 5 février 1597 ; Arrêt de la Cour de Parlement portant règlement général pour les prisons, droits et fonctions des greffiers des gêoles, geoliers et guichetiers, Paris, G. Desprez, 1690 ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1286 fol. 6 ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 437 fol. 356. Les prisonniers de la pension sont enfermés une heure plus tard que le reste des prisonniers.

45 Simon Castanié, Le crédit et la contrainte. L'emprisonnement pour dette à Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle, Thèse, Sorbonne Université, 2023.

46 Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle, op. cit., p. 125 et p. 127.

47 France, Paris, AnF, U339 fol. 210. Sophie Abdela a insisté sur la porosité entre la prison et ses pourtours (Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op. cit., p. 37-40).

48 France, Paris, AnF, Z² 3016, 28 octobre 1784.

49 France, Paris, AnF, Z² 2994, 1er septembre 1734.

50 France, Paris, AnF, Z² 2994, 1er septembre 1734.

51 France, Paris, AnF, Z² 3014, 26 septembre 1782.

52 France, Paris, AnF, Z² 3002, 30 juin 1763.

53 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725

54 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291 fol. 328-333.

55 France, Paris, AnF, Z² 3036, Plainte et information au sujet d’évasion de prisonniers, 25 juin 1764.

56 Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en milieu contraint », Annales de géographie, 2015, vol. 2-3, n° 702-703, p. 248-274.

57 Logique des « coins » (Jean-Charles Basson, « Habiter la prison. Le "Sam Suffit" cellulaire en centre de détention », dans Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, op. cit., p. 89-125 ; David Sibley et Bettina Van Hoven, « The contamination of personal space: boundary construction in a prison environment », Area, 2009, vol. 41, no 2, p. 198-206.

58 David Scheer, « De la fenêtre de cellule : vue sur l’hybridation pénitentiaire », dans Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, op. cit., p. 127-139.

59 France, Paris, AnF, Z² 3016, 28 octobre 1784.

60 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1737.

61 Camille Dégez, « Les conditions de vie en prison à l’époque moderne. L’exemple de la Conciergerie », op. cit., p. 197‑210.

62 France, Paris, AnF, Z² 2991, 1er décembre 1729.

63 France, Paris, AnF, Z² 3012, 4 novembre 1780.

64 France, Paris, AnF, Z² 2993, 28 septembre 1736.

65  France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriaut absent et contumace Pierre Alexis Darras et Jean-Baptiste Vacossin accusés de bris de prison.

66 Le lit apparaît dans les chambres partagées comme seul espace appropriable (Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espace, op. cit., p. 293)

67 France, Paris, AnF, Z² 3012, 31 octobre 1780.

68 Olivier Milhaud, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l'espace, op. cit. ; Laurent Solini, Jennifer Yeghicheyan, Sylvain Ferez (dir.), Prisons. Usages et appropriations des espaces carcéraux, op. cit.

69 Fabrice Ripoll, Vincent Veschambre, « L’appropriation de l’espace… », art. cit. ; Henri Lefebvre, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, 1974.

70 France, Paris, AnF, Z² 2982, 7 octobre 1711.

71 France, Paris, AnF, Z1F 1070.

72 France, Paris, AnF, Z1F 1070.

73 France, Paris, AnF, Z² 3013 ; France, Paris, AnF, Z² 3044, Procès criminel contre Rabouin, Saumerot, Piel et Vitre dit Vendosme. Le Milord Mazarin est également appelé Milord Mazarenne. Il s’agit de lord Clot Worhy-Skeffington, comte de Masserane (Émile Campardon, Les comédiens du roi de la troupe italienne pendant les deux derniers siècles. Documents inédits recueillis aux Archives nationales, Genève, Slatkine, 1970, t. 1, p. 124). Le cas de ce prisonnier pour dettes est aussi étudié par Simon Castanié, que nous remercions ici.

74 Annik Pardailhé-Galabrun, La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens xviie-xviiiie siècles, Paris, Presses universitaires de France, 1988.

75 Une minute du bailliager emploie ainsi cette expression « dans la chambre qu’occupoit cy devant milors mazerenne », France, Paris, AnF, Z² 3046. Procès contre Pierre Alexis Darras : tentative d’évasion de la Conciergerie, 1785.

76 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Mss. Joly de Fleury 1291 fol. 328-333.

77 Ces prestations sont tarifées dans les articles 11 à 18 du règlement de 1717. L’ensemble est régulièrement rappelé sous forme de tarif des droits des geôliers. Voir aussi Pantaléon Gougis, Vivre en prison au xviiie siècle, op. cit., p. 194-196 ; Camille Dégez, « Les conditions de vie en prison à l’époque moderne. L’exemple de la Conciergerie », op. cit., p. 200 ; Julie Claustre, « Les règlements de geôle médiévaux. Jalons pour l’étude d’un genre » dans Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset, Falk Bretschneider (dir.), Enfermements. ii. Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, p. 77-78.

78 France, Paris, AnF, Z² 2990.

79 Nicolas Lyon-Caen, « Les marchands du temple. Les boutiques du Palais de justice de Paris aux xvie-xviiie siècles », Revue historique, 2015, vol. 674, no 2, p. 323‑352 ; Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, op. cit.

80 France, Paris, AnF, Z² 2991, 1er décembre 1729.

81 France, Paris, AnF, Z² 3012, 5 septembre 1780.

82 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.

83 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725.

84 France, Paris, AnF, Z² 2989, 13 septembre 1725.

85 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.

86 France, Paris, AnF, Z² 3007, 24 octobre 1775

87 France, Paris, AnF, Z² 2994, 22 septembre 1740 ; sur les évasions durant les travaux du Palais, voir Adrien Pitor, L’Espace du Palais. Étude d’un enclos judiciaire parisien de 1670 à 1790, op. cit.

88 France, Paris, AnF, Z² 3007, 24 octobre 1775.

89 Julie Lamarre, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, 2001, n° 40, p. 77-92.

90 France, Paris, AnF, Z² 2983. 7 octobre 1711 ; Z² 2988. 17 mai 1723 ; Z² 2988. 18 juin 1723 ; Z² 2989. 11 août 1724 ; Z² 2989. 9 septembre 1724 ; Z² 2989. 1er juillet 1725 ; Z² 2989. 13 septembre 1725 ; Z² 2989. 14 septembre 1725 ; Z² 2990. 15 février 1727 ; Z² 2990. 3 octobre 1727 ; Z² 2990. 24 novembre 1727 ; Z² 2990. 29 novembre 1727 ; Z² 2990. 26 avril 1728 ; Z² 2993. 28 juin 1737 ; Z² 2993. 27 décembre 1737 ; Z² 2998. 28 juillet 1753 ; Z² 2999. 30 août 1758 ; Z² 3006. 17 décembre 1774 ; Z² 3009. 9 avril 1777 ; Z² 3012. 31 octobre 1780 ; Z² 3040. Procès contre Alexandre Ruelle dit Cadet et Pierre Jean Jacques Jean dit Bellaire, 26 mars 1777 ; Z² 3040. Procès criminel, 31 mars 1777 ; Z² 3042B. Mauvais traitement à la Conciergerie par Milord Mazerenne.

91 France, Paris, AnF, Z² 3012, 31 octobre 1780.

92 France, Paris, AnF, Z² 2993, 27 décembre 1736.

93 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès criminel contre Maire Anne Barnier ditte Ceffond et Pierre Alexis Darras.

94 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.

95 France, Paris, AnF, Z² 3016, 29 juillet 1784 ; France, Paris, AnF, Z² 3042B, Procès extraordinaire contre Jean-Baptiste Leroulx et Marie Drothiere du 25 février 1779.

96 Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, op. cit., p. 290-291.

97 France, Paris, AnF, Z² 3044, Commission sur arrêt du 5 septembre 1783.

98 France, Paris, AnF, Z2 3010, 4 septembre 1778.

99 France, Paris, AnF, Z² 3036, Déclaration Tesson concierge de la Conciergerie, 27 septembre 1767.

100 France, Paris, AnF, Z² 3036, Plainte et information au sujet d’évasion de prisonniers, 25 juin 1764.

101 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriaut absent et contumace Pierre Alexis Darras et Jean-Baptiste Vacossin accusés de bris de prison.

102 Sur notion de bricolage : Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en milieu contraint », op. cit., p. 258-262.

103 France, Paris, AnF, Z² 3016, 31 mai 1784.

104 France, Paris, AnF, Z² 3013, 1er octobre 1781.

105 France, Paris, AnF, Z² 3046, Procès contre Pierre Alexis Darras : tentative d’évasion de la Conciergerie, 1785. La ponctuation, dont les guillemets, et l’accentuation ont été restituées.

106 France, Paris, AnF, Z² 3045, Procès contre Graveriau absent et contumace Pierre Alexis Darras et Jean-Baptiste Vacossin accusés de bris de prison.

107 Marie Houllemare, « Des fers à l’évasion. Les rebelles dans les prisons royales à l’époque moderne », Criminocorpus [En ligne], in Jean-Claude Vimont (dir.), “Les rebelles face à la justice”, Article mis en ligne le 15 décembre 2014, consulté le 04 mars 2023. http://journals.openedition.org/criminocorpus/2901

108 Tristan Bruslé, « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en milieu contraint », op. cit., p. 271.

109 France, Paris, AnF, Z2 2990, 25 mai 1726.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les enfermements à la Conciergerie à la fin de l’Ancien Régime (d’après France, Paris, AnF Z1F 1070 et F14 10253)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/13175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 2 : Lettre de l’évadé Graveriau à Vacossin, prisonnier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/13175/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Pitor, « Habiter la Conciergerie. S’approprier l’environnement carcéral au xviiie siècle »Criminocorpus [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 15 septembre 2023, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/13175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.13175

Haut de page

Auteur

Adrien Pitor

Agrégé d’histoire, docteur en histoire moderne et contemporaine. Enseignant d’histoire-géographie-EMC en collège. Membre associé du Centre Roland Mousnier UMR 8596 – Sorbonne Université CNRS.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search