Navigation – Plan du site

AccueilDossiersSombre patrimoine, patrimoine som...2024D’ombre et de lumière. Les enjeux...

2024

D’ombre et de lumière. Les enjeux du patrimoine judiciaire

Marc Renneville et Sophie Victorien
Traduction(s) :
Light and Shade. The Challenges of Judicial Heritage [en]

Texte intégral

  • 1 Marc Renneville, Sophie Victorien, Jean-Lucien Sanchez, « Le patrimoine pénitentiaire dans le musée (...)
  • 2 Jean-Claude Vimont, « Cent milles briques, aspects du patrimoine pénal de Haute-Normandie », Trames(...)
  • 3 Catherine Prade, « Le musée national des prisons à Fontainebleau, entretien avec Catherine Prade », (...)

1Le patrimoine de la justice est-il un « patrimoine sombre » ? Le questionnement porté par ce nouveau numéro de la revue Criminocorpus s’inscrit dans la célébration en 2023 des 20 ans du projet et sa volonté déjà ancienne de promouvoir en France la création d’un musée de la justice donnant à voir l’intégralité du monde judiciaire et de la chaîne pénale ; un lieu fédérateur, transversal aux mémoires institutionnelles, à la fois exigeant sur le volet scientifique et ouvert au public. Nous en avions posé la première pierre virtuelle en 2016 en ouvrant le premier musée numérique en ligne dédié à l’histoire de la justice et la politique éditoriale de Criminocorpus est depuis son origine en phase avec cette perspective1. La question de la relation des historiens de la justice à la notion de patrimoine était posée dès les années 1990, lorsque Jean-Claude Vimont proposait quelques jalons en faveur de l’étude du patrimoine pénal de Haute-Normandie en s’interrogeant sur ses motivations : « Pour ouvrir une brèche dans un passé profondément refoulé ? Pour sensibiliser à une dimension nouvelle du patrimoine ? Pour inciter à la préservation ? Pour ces trois raisons certainement ; mais aussi parce que l’histoire sociale se doit de ne pas négliger les parts d’ombre de notre civilisation2 ». C’est dans cette approche d’histoire sociale que l’expérience d’un musée national des Prisons fut tentée, de 1995 à 2005, dans l’ancienne maison d’arrêt de Fontainebleau3. Le lieu se referma au bout d’une décennie, faute de moyens, de soutiens et en raison aussi, probablement, du déplacement en 2001 de l’école nationale d’administration pénitentiaire à Agen, qui lui fournissait son premier public avec les élèves surveillants. Nous verrons dans le dossier qu’une autre expérience, pour partie similaire, menée dans d’autres conditions, a abouti à la création d’un lieu d’histoire et de mémoire au sein de la protection judiciaire de la jeunesse. L’espace muséal Pierre Cannat, aménagé au sein de l’ENAP, ouvre également une nouvelle perspective pour l’administration pénitentiaire.

  • 4 « Prisons : conserver ou détruire ?, » Libération, 18 sept. 2014 https://www.liberation.fr/societe/ (...)
  • 5 Voir sur Criminocorpus, la visite de l’ancienne prison du Havre : https://criminocorpus.org/fr/ref/ (...)
  • 6 François Hartog, « Patrimoine, histoire et présentisme. Entretien avec F. Hartog », Vingtième siècl (...)
  • 7 Sarah Gensberger, Sandrine Lefranc, À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les presses (...)
  • 8 Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours, Lyon, ENS Éditions, 2022.

2Le 18 septembre 2014, à l’occasion des journées européennes du patrimoine, des historiens et des architectes signaient dans Libération un appel collectif à la sensibilisation au « patrimoine sombre » : « Faut-il raser les prisons ? Faut-il sauver « le patrimoine sombre » français, celui des maisons d’arrêt, des colonies pénitentiaires d’enfant, de tous les lieux d’enfermement ? »4. À défaut de pouvoir intervenir directement dans les décisions de destruction, de conservation ou de réappropriation du bâtiment, nous avons pris l’initiative de réaliser des visites des lieux de justice appelés à fermer. La première visite de ce type a été réalisée à la maison d’arrêt du Havre en 20125 et, depuis, ce type d’intervention filmée est devenu régulier. Il reste que la relation de l’histoire au processus de patrimonialisation du passé n’est ni univoque ni naturelle et elle s’inscrit, elle aussi, dans une histoire. Il est utile, pour le comprendre, de la replacer ici dans la dynamique de la distinction proposée par François Hartog, de deux temps du patrimoine6. Le premier, initié par l’État, procède d’une définition du « monument historique » et d’éléments de distinction participant à l’édification d’une histoire nationale, par l’art et la beauté. Ce premier temps s’inscrit dans le « régime moderne d’historicité » dans lequel le futur éclaire le passé. Ce patrimoine monumental et artistique coexiste désormais avec un second régime de patrimonialisation, initié dans les années 1980, caractérisé par une démocratisation de la notion avec des appropriations foisonnantes, présentistes, n’hésitant pas à fabriquer de nouveaux patrimoines fondés sur l’affect, l’empathie et, ajouterons-nous, par l’intention de faire justice à des événements ou des lieux méconnus ou « oubliés ». La conséquence du développement de ce nouveau régime patrimonial, c’est que la question de sa définition n’est plus la seule affaire des experts et des historiens. Si ces derniers peuvent encore très largement contribuer au processus de patrimonialisation – c’est ce que nous faisons sur Criminocorpus avec le projet HUGO – la multiplication des lieux de mémoires n’est pas – loin s’en faut – une conséquence du travail de l’histoire. Nous savons combien les mémoires sociales peuvent s’éloigner, voire s’opposer à l’histoire7, et le domaine du patrimoine judiciaire est particulièrement sujet à ce type d’enjeux, de conflits mémoriels8 et ce, d’autant plus que la définition même de ses frontières reste ouverte.

  • 9 Marc Renneville et Michaël Vottero (dir.), « Le patrimoine de la justice », In Situ. Revue des patr (...)

3Comme signe de cette actualité de la recherche historique, In Situ. Revue des patrimoines consacrait en 2022 deux numéros consécutifs au patrimoine de la justice, dans le but d’en saisir les problématiques suivant quatre axes : l’architecture, les archives, les décors et mobilier et la valorisation du patrimoine de la justice9. Dans le prolongement de ce double numéro, nous avons souhaité interroger à nouveau le patrimoine judiciaire, son articulation aux enjeux de mémoires et sa place dans l’écriture et la transmission de l’histoire de la justice. Qu’entend-t-on par « patrimoine sombre » ? Est-ce à dire qu’il est invisible ou qu’il ne reçoit pas toute la lumière nécessaire à sa connaissance et sa reconnaissance ? Tout le patrimoine judiciaire relève-t-il de ce qualificatif ? À quels titres ? Comment se constitue la patrimonialisation du monde judiciaire ? Quelles sont les résistances et les facteurs facilitant le processus de patrimonialisation ?

4Le dossier thématique de Criminocorpus propose ainsi des études explorant les trois axes suivants :

Détruire ? Conserver ? Reconvertir ? Que faire des lieux de justice ?

5Faut-il détruire ou conserver les lieux d’exercice de la justice ? Au début des années soixante-dix, des historiens et le philosophe Michel Foucault protestèrent contre la destruction de la prison parisienne de la Petite Roquette10. Certains proposaient de conserver l’espace et de l’utiliser pour y implanter un foyer pour personnes âgées, une maison de jeunes, ou un établissement scolaire. Cette question de la conservation, de la reconversion des lieux de justice dans divers pays (musées, hôtels, etc.) et les recueils de données suscitées par leur fermeture ou réappropriation (webdocumentaires, visites multimédias, etc.) sont évoqués dans cet axe à travers leur mise en œuvre et leur réception par le grand public. Alban Prin, architecte, aborde ainsi la question de la faisabilité et de la pérennité des opérations de reconversion de l’architecture carcérale française dans un contexte foncier qualifié de tendu. Il engage dès lors à s’emparer de manière urgente de cette question et de dresser un premier bilan des reconversions des établissements carcéraux afin de « concilier les impératifs d’une nécessaire rénovation urbaine et le désir de sauvegarde ». L’exemple de la prison de Guingamp, présenté par Emmanuel Laot, illustre les strates successives dans l’histoire de ces établissements, oscillant entre périodes d’abandon, réaffectations diverses peu portées sur la préservation du patrimoine et menant le plus souvent à leur destruction. L’architecture unique de la prison de Guingamp a permis de la sauver et de mener une opération de sauvegarde afin d’y installer un centre d’art et l’Institut national supérieur de l’éducation artistique et culturelle. L’article de Gaïd Andro et Fanny Le Bonhomme, véritable retour d’expérience, interroge les possibilités de patrimonialisation de la prison Jacques Cartier à Rennes fermée en 2010 mais aussi la place des chercheurs dans ces démarches, les interactions possibles avec les différents acteurs et les « rapports de force » à l’œuvre. La présentation par Jean-Fabien Philippy de l’enquête « Graffitis et créations carcérales » - deux mille photographies réalisées par le service de l’Inventaire général du Patrimoine PACA, un versement aux archives du Mucem de cent quarante documents collectés, quarante-deux items inscrits à l’inventaire du musée – menée avant la destruction en 2022 de la prison des Baumettes à Marseille, envisage quant à elle les difficultés des opérations de sauvegarde du patrimoine carcéral jusqu’à la valorisation des objets au sein d’un musée, témoins du quotidien des détenus. Tenter d’approcher de la vie au sein des établissements de peine, telle est aussi la démarche des visites filmées mises en ligne dans le Musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines de Criminocorpus. Jean-Lucien Sanchez accompagné du réalisateur Hervé Colombani lors des tournages dans les maisons d’arrêt dont la fermeture est programmée, retrace la genèse et le développement des parcours de visite mis en ligne sur Criminocorpus11 dont la réalisation est désormais soutenue par la Direction de l’Administration pénitentiaire.

Les enjeux de mémoire autour du patrimoine judiciaire

6Les enjeux de mémoire autour du patrimoine judiciaire sont de plusieurs niveaux. Se pose tout d’abord la question des objets d’études parfois en marge dans la recherche historique, de leur reconnaissance et de la manière dont ils sont perçus à la fois par les spécialistes des questions patrimoniales et par le grand public. Mathieu Vivas historien spécialisé en archéologie médiévale sur la mort pénale, démontre pourquoi les gibets, les fourches patibulaires et les potences ont leur place dans le patrimoine judiciaire historique et combien ces « monuments sensibles » mériteraient d’être davantage valorisés et reconnus.

7Une autre question est soulevée par Elsa Besson à travers l’exemple de la prison Saint-Michel à Toulouse. Il s’agit des enjeux sous-tendant les projets de patrimonialisation et de valorisation d’édifices aux histoires souvent complexes et les choix de scénographie sur une thématique sensible dans un contexte où la tension entre la notion de patrimoine longtemps associée à des édifices aux fonctions nobles et l’architecture carcérale peut être encore palpable.

8Le rôle des chercheurs dans la préservation et la valorisation de ces objets de recherche peu valorisés, moins aisés à rendre visibles voire effacés du patrimoine judiciaire sont dès lors interrogés dans ces études et notamment dans l’article proposé par Hélène Duffuler-Vialle, Jeanne Barnicaud et Sébastien Landrieux et le documentaire réalisé par Hervé Colombani à Lille sur l’affaire du crime du « Lion d’Or » (1925). Outre les caractéristiques de l’affaire en elle-même, les thèmes traités – l’homosexualité et la prostitution – méritent d’être sortis de l’ombre et les travaux des chercheuses et des chercheurs sur ces sujets valorisés davantage.

9Les recherches menées sur ces objets et ces lieux liés à l’histoire pénale et à la justice en générale se présentent véritablement comme une opération de sauvegarde d’un patrimoine fragile et d’une mémoire qui s’efface. Cette prise de conscience est également particulièrement prégnante en ce qui concerne les archives sonores. La parole des détenus est ainsi au cœur du propos de Simon-Olivier Gagnon et Anne Klein qui présentent le travail de sauvegarde mené autour des archives sonores de l’émission Souverains anonymes, une émission de radio, réalisée avec les détenus du Centre de détention de Montréal et diffusée sur les ondes de radios communautaires au Québec, au Canada et en France depuis 1989. Ces nouveaux objets du patrimoine judiciaire invitent à repenser le statut de ces archives, leur conservation – indispensable pour la sauvegarde également de la mémoire de cette histoire – et leur diffusion car ils apportent une autre façon d’envisager les recherches sur la justice et les lieux de peine.

Transmettre l’histoire de la justice. Lieux, objets et médiations

10Un lieu de justice est-il l’espace idoine pour enseigner l’histoire de l’histoire ? La tentation est grande de conserver les lieux de justice désaffectés en espaces de mémoire et d’enseignement de l’histoire. Camps, prisons et palais de justice sont régulièrement réappropriés à de telles fins suscitant en retour des questionnements sur le développement d’un « dark tourism » qui investit aussi les lieux du crime, tels les « Jack the Ripper Tour » à Londres et, plus récemment, les « balades » thématiques sur les crimes de Paris. Quelles sont les modalités d’aménagement de ces lieux et de ces parcours ? Quels sont les publics visés ? Les usagers ?

11Frédéric Chauvaud nous propose une balade à travers se penle se penche ici sur le patrimoine matériel et immatériel de de l’organisation pénale napoléonienne en France. Ce bilan historiographique est l’occasion de s’interroger sur les ruptures, les continuités, la notion de modèle pénal et les traces laissées par cette période dans l’organisation et l’histoire de la justice. Clément Ader et Cindy Géraci nous présentent quant à eux le musée du Barreau de Paris. Institution unique en France, ses collections témoignent de la richesse de l’histoire des avocats et de la justice en général. La fermeture des locaux a permis d’engager une véritable réflexion sur la valorisation des collections. L’article de Sophie Abdela, David Lacoste et Yanick Laverdière s’intéresse à la prison Winter à Sherbrooke (Québec) fermée depuis 1990 et aux projets de reconversion envisagés par le Musée d’histoire de Sherbrooke. Les auteurs interrogent de manière approfondie les modalités envisagées de conservation et de valorisation de ce lieu, les obstacles qui peuvent se présenter, les écueils à éviter et l’urgence de se pencher sur ce patrimoine sombre avant qu’il ne disparaisse totalement. Enfin, Il nous est apparu important de terminer ce tour d’horizon en laissant une place au « centre d’exposition enfants en justice » à Savigny-Sur-Orge, situé au sud de Paris. Véronique Blanchard retrace l’histoire de ce centre unique sur l’histoire de l’enfance « irrégulière » qui a été inauguré il y a 20 ans et les modalités mises en place pour valoriser ce patrimoine carcéral dans un lieu – ancien centre d’observation – marqué par l’empreinte de l’éducation surveillée.

12Les articles publiés pour le lancement de ce dossier thématique témoignent de la vitalité de la recherche dans le domaine du patrimoine judiciaire. Quelques axes de recherche permettraient de poursuivre la réflexion sur le patrimoine sombre, sa place dans la recherche et sa valorisation auprès du grand public. Au-delà du nécessaire travail d’histoire et de transmission, les lieux de justice sont parfois l’objet de concurrence voire de conflits de mémoires en particulier les lieux de peine où les strates de l’histoire peinent parfois à cohabiter entre les divers intervenants. La question de la mémoire se pose de manière très vive également dans le cas des lieux liés à des faits divers et des affaires criminelles. Faut-il mettre en avant ces « maisons du crime » et dans quelle mesure est-il intéressant pour les chercheurs et le grand public de conserver la mémoire de celles-ci ? De même, se pose la question de la pertinence dans le cadre d’une démarche patrimoniale des musées parfois interdits aux plus jeunes mettant en scène des objets de torture et des scènes de crimes (London Doungeon, musée de la torture à Amsterdam, etc.).

13Il serait également intéressant d’aborder la question de la variété des supports de l’histoire de la justice et de leur patrimonialisation. En effet, à côté de ces lieux investis d’intentions plurielles (touristiques, pédagogiques, commerciales…), la mise en récit de l’histoire s’appuie de plus en plus fréquemment sur des images de justice et de justiciables, des photographies, des cartes postales, dessins de presse, études savantes, émissions radio ou vidéos, films documentaires ou de fictions. Ces supports et vecteurs de l’histoire n’ont-ils pas, eux aussi, une valeur patrimoniale ?

14Le thème de ce dossier thématique est, suivant la politique éditoriale de notre revue, ouvert à toute nouvelle proposition d’article permettant de compléter notre connaissance du patrimoine judiciaire.

Haut de page

Notes

1 Marc Renneville, Sophie Victorien, Jean-Lucien Sanchez, « Le patrimoine pénitentiaire dans le musée d’Histoire de la justice de Criminocorpus (2007-2017) » Déviance et Société, 2018, 42, 619-642. https://doi.org/10.3917/ds.424.0619

2 Jean-Claude Vimont, « Cent milles briques, aspects du patrimoine pénal de Haute-Normandie », Trames, 1997, n° 2, p. 101-112.

3 Catherine Prade, « Le musée national des prisons à Fontainebleau, entretien avec Catherine Prade », Criminocorpus, Varia, mis en ligne le 24 juin 2012. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/1906 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.1906 ; Catherine Prade, « L’impossible musée ? 1989-2005, le musée national des Prisons », Criminocorpus, Varia, mis en ligne le 18 mai 2012. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/1774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.1774

4 « Prisons : conserver ou détruire ?, » Libération, 18 sept. 2014 https://www.liberation.fr/societe/2014/09/18/les-prisons-font-aussi-partie-de-notre-patrimoine_1103194/ voir également la tribune « Ne détruisons pas la prison de Clairvaux », Libération, 21 septembre 2021 https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/ne-detruisons-pas-la-prison-de-clairvaux-20210920_XYIYBZYWTFCPPFMV6JIAGAS6FM/

5 Voir sur Criminocorpus, la visite de l’ancienne prison du Havre : https://criminocorpus.org/fr/ref/144/1/

6 François Hartog, « Patrimoine, histoire et présentisme. Entretien avec F. Hartog », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2018, vol. 1, n° 137, p. 22-32. https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2018-1-page-22.htm?contenu=article

7 Sarah Gensberger, Sandrine Lefranc, À quoi servent les politiques de mémoire ?, Paris, Les presses de Sciences Po, 2017.

8 Marc André, Une prison pour mémoire. Montluc, de 1944 à nos jours, Lyon, ENS Éditions, 2022.

9 Marc Renneville et Michaël Vottero (dir.), « Le patrimoine de la justice », In Situ. Revue des patrimoines, 2022, n° 46, https://journals.openedition.org/insitu/33244

10 Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, p. 302-303.

11 Les visites de Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/ref/25/18298/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Renneville et Sophie Victorien, « D’ombre et de lumière. Les enjeux du patrimoine judiciaire »Criminocorpus [En ligne], Sombre patrimoine, patrimoine sombre. Mémoires et histoires de justice, mis en ligne le 31 janvier 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/14260 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.14260

Haut de page

Auteurs

Marc Renneville

Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel et le rapport entre les savoirs criminologiques et l'application des peines (XIXe-XXe siècles). Il mène depuis 2003 des projets de valorisation numérique de l'histoire de la justice, des crimes et des peines. Il est notamment l'auteur de Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie (La Découverte, 2020), Crime et folie. Deux siècles d'enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003) et Vacher l’éventreur : archives d’un tueur en série (Jérôme Millon, 2019).

Articles du même auteur

Sophie Victorien

Membre du CLAMOR (UMS 3726) Sophie Victorien est docteure en histoire contemporaine. Elle est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR, responsable éditoriale et secrétaire de rédaction de Criminocorpus. Ses recherches portent sur la jeunesse délinquante et en difficulté, l'éducation spécialisée et la justice des mineurs. Elle est l’autrice notamment de Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945 (PUR, 2011) et IDEFHI. Cent ans de protection de l'enfance et du handicap en Seine-Maritime (avec Ludovic Jamet, l'Écho des vagues, 2022).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search