Navigation – Plan du site

AccueilDossiersSombre patrimoine, patrimoine som...2024Transmettre l’histoire de la just...La prison Winter. Revitaliser le ...

2024
Transmettre l’histoire de la justice. Lieux, objets et médiations

La prison Winter. Revitaliser le (sombre) patrimoine sherbrookois

Sophie Abdela, David Lacoste et Yanick Laverdière

Résumés

Ouverte dans la province de Québec en 1869, la prison commune de Sherbrooke (prison Winter) acquiert rapidement une réputation dure, sévère et, surtout, insalubre : malgré différentes phases de rénovations à travers l’histoire du bâtiment, les conditions de vie à la prison s’améliorent très peu et mènent à son ultime fermeture, en 1990. Depuis, la prison Winter est laissée à l’abandon. Le Musée d’histoire de Sherbrooke souhaite en faire l’acquisition afin de la transformer en centre d’interprétation et y organiser tant des expositions que des visites guidées et même des jeux d’évasion. En plus des enjeux financiers liés au projet, la revitalisation de la prison Winter soulève des questions de fond. Pourquoi, en effet, faudrait-il sauver ce bâtiment ? L’article expose les modalités envisagées de la reconversion de la prison Winter en musée et les stratégies de transmission qui permettront d’éviter les écueils liés au « dark tourism ».

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

prison, musée, tourisme

Géographique :

Winter, Sherbrooke, Québec
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Québec, Second rapport annuel des Inspecteurs de prisons, &c., pour 1869, Documents de la Session ( (...)

1Ouverte dans la province de Québec en 1869, la prison commune de Sherbrooke (prison Winter) est conçue dans une optique punitive. Si, au départ, elle est perçue comme « la plus commode et la mieux divisée de toutes les Prisons de la Province »1, les problèmes surviennent rapidement : faiblesse du soubassement, infiltration d’eau, chauffage inadéquat, manque d’espace, etc. Ainsi débute la réputation dure, sévère et surtout insalubre du lieu. Malgré différentes phases de rénovations à travers l’histoire du bâtiment, les conditions de vie à la prison Winter s’améliorent très peu et mènent à son ultime fermeture, en 1990, après plus de 120 ans d’opération. Depuis, la prison Winter est laissée à l’abandon. Le Musée d’histoire de Sherbrooke (Mhist) souhaite en faire l’acquisition afin de la transformer en lieu muséal. Or, la revitalisation de la prison Winter soulève des questions de fond. Pourquoi, en effet, faudrait-il sauver ce bâtiment? Quelle est, au juste, l’histoire que cette reconversion permettrait de préserver et de transmettre? Faut-il vraiment tenter d’inscrire les activités carcérales dans la mémoire et l’héritage de la région? À cela s’ajoutent des questionnements éthiques que le Musée d’histoire de Sherbrooke doit inévitablement affronter, notamment en trouvant un équilibre entre conservation patrimoniale, diffusion historique et attractivité touristique.

  • 2 Voir à cet égard la couverture médiatique locale autour de la prison Winter : Jonathan Custeau, « L (...)

2Le présent article vise à mettre au jour les enjeux liés au patrimoine sombre tel qu’ils se déploient autour de la prison Winter de Sherbrooke à un moment précis de son parcours : ni musée, ni prison, ni même patrimoine reconnu, cet établissement vétuste et abandonné flotte entre la destruction définitive et l’accès à une deuxième vie à travers une reconversion en profondeur. Le destin de la prison Winter, en somme, est présentement dans la balance2. Il s’agit donc ici, tout d’abord, de retracer l’histoire de la prison Winter et de la ville de Sherbrooke afin de bien situer le bâtiment et sa trajectoire pénale dans le contexte québécois, bien sûr, mais aussi canadien. Ensuite, dans une deuxième partie, il s’agira d’exposer les projets qui sont entretenus par le Mhist et ses partenaires pour revitaliser la prison abandonnée et la rendre à nouveau accessible au public. Finalement, la troisième et dernière partie du présent article abordera, à travers le prisme du dark tourism, les questions éthiques liées à la mise en musée de la criminalité et de la justice locales, les pièges à éviter, les axes à privilégier, les exemples à suivre. Située à l’intersection entre mémoire, histoire et patrimoine, la prison Winter est une occasion de réfléchir aux apports sociaux et culturels que peut représenter le patrimoine sombre pour une communauté. Tout autant qu’une réflexion globale sur cette question est une occasion pour mieux imaginer ce que pourrait et devrait devenir la prison Winter de Sherbrooke.

Sherbrooke, chef-lieu judiciaire

3À la fin du XVIIIe siècle, l’ouverture des terres (actuels Cantons-de-l’Est) en entraine la colonisation. Ce sont d’abord des loyalistes qui fuient la Révolution américaine et ensuite des Britanniques qui viennent occuper le territoire. Au début de cette colonisation, aucune autorité pénale n’occupe véritablement la région. La justice est desservie par deux districts supérieurs à Montréal et à Québec et deux districts inférieurs à Gaspé et à Trois-Rivières. La région des townships se retrouve alors sous la responsabilité de ce dernier. Toutefois, compte tenu de la médiocrité, voire de l’inexistence des routes, les tribunaux demeurent dans les faits inaccessibles pour les nouveaux colons.

  • 3 Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke. Tome 1, Sherbrooke, Éditions G.G.C, 2000, p. 45.
  • 4 Jean-Pierre Kesteman, Peter Southam et Diane Saint-Pierre, Histoire des Cantons-de-l’Est, Québec, I (...)

4À l’été 1822, deux incidents déclenchent une réaction des autorités gouvernementales pour ouvrir la voie vers une forme de justice locale. D’une part, une bande de faux-monnayeurs s’en prend aux troupeaux de l’ancien officier de la marine britannique établi dans la région, William Felton, et, d’autre part, 40 contrebandiers défoncent le bureau des douanes de Stanstead3. Avec ces incidents et la croissance démographique rapide de la région (de 1 442 habitants pour toute la région en 1799 à 13 530 personnes en 18194), la création d’un premier district judiciaire en dehors de la zone du fleuve Saint-Laurent devient nécessaire : il est finalement mis sur pied en 1823.

5Rien ne pointe alors vers Sherbrooke pour devenir le chef-lieu judiciaire. Fondé en 1802, le hameau qui prend officiellement le nom de Sherbrooke en 1818, en l’honneur du gouverneur du Bas-Canada Sir John Coape Sherbrooke (1816-1818), dénombre seulement 53 habitants en 1819.

Figure 1 : Joseph Pennoyer, Plan d’une partie du village de Sherbrooke, v. 1824. Fonds Ministère des Terres et Forêts, Publications et archives gouvernementales

Figure 1 : Joseph Pennoyer, Plan d’une partie du village de Sherbrooke, v. 1824. Fonds Ministère des Terres et Forêts, Publications et archives gouvernementales

BAnQ Québec E21,S555,SS1,SSS23,PS.5

  • 5 Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke. Tome 1, p. 45-48.
  • 6 Jean-Pierre Kesteman, Peter Southam et Diane Saint-Pierre, op. cit., p. 192-193.

6Le village le plus développé de la région est plutôt Stanstead, à la frontière du Vermont. Georgeville (alors Copp’s Ferry), Richmond et Lennoxville ont des populations similaires à Sherbrooke. D’ailleurs, déjà en 1818, une proposition avait été faite pour créer un nouveau district judiciaire dont le chef-lieu serait Lennoxville5. Sherbrooke peut toutefois compter sur William Felton, nouvellement nommé au Conseil législatif du Bas-Canada. Celui-ci parraine rapidement un projet de loi en faveur d’un nouveau district judiciaire à Sherbrooke. Ancien de la marine britannique, Felton a tout avantage au développement de Sherbrooke. Il possède des terres des deux côtés de la rivière Magog, exactement dans le cœur du développement du village de Sherbrooke. De plus, une fois le district créé, son frère est nommé protonotaire et son beau-frère est nommé shérif ! Le premier homme nommé juge du nouveau district de Saint-François est un ancien juge de paix de Québec, John Fletcher : « De tempérament autoritaire, Fletcher arrive dans les townships persuadé qu’il apporte enfin la loi et l’ordre dans une région abandonnée au désordre. Il instaure une justice sévère et recourt à l’arsenal ancien du droit pénal britannique, tels le fouet et le pilori6. »

  • 7 Règlement municipal de Sherbrooke no 236 cité dans Le Progrès de l’Est, 13 décembre 1904, p. 2.

7La nouvelle loi précise que le centre administratif de la Cour doit être doté d’un palais de justice et d’une prison : Sherbrooke doit s’équiper de ces infrastructures rapidement afin de correspondre à son nouveau statut. Un premier édifice rudimentaire, en bois, sert à la fois de cour de justice et de prison. Dès 1825, un bâtiment carcéral indépendant est construit dans le nord de la ville. Composé de 16 cellules, ce nouveau bâtiment connaît des problèmes majeurs d’hygiène et le mur d’enceinte n’est pas sécuritaire. À partir de 1850, plusieurs rapports déplorent des coûts de rénovations si importants qu’il est préférable d’opter pour la construction d’une nouvelle prison. C’est dans ce contexte, en 1867, que débute la construction de la nouvelle prison commune de Sherbrooke, derrière le palais de justice de la rue William. La nouvelle rue tracée pour la prison se nomme d’abord Jail Street, tout simplement, puis elle est renommée rue Winter en 19047. Ainsi, dans l’usage de la population locale, la prison commune de Sherbrooke prend le nom de prison Winter.

Figure 2 : Extrait de la carte de Sherbrooke vers 1824, réalisée par Joseph Pennoyer

Figure 2 : Extrait de la carte de Sherbrooke vers 1824, réalisée par Joseph Pennoyer

On y aperçoit les quelques édifices d’importance ainsi que l’emplacement du premier palais de justice et de la première prison (en cercle rouge) et de la deuxième prison (en cercle noir). Joseph Pennoyer, Plan d’une partie du village de Sherbrooke, v. 1824.

Fonds Ministère des Terres et Forêts, Publications et archives gouvernementales. BAnQ Québec E21,S555,SS1,SSS23,PS.5

Winter dans l’appareil carcéral canadien

  • 8 Le transfert des pénitenciers se fait officiellement l’année suivante : Acte concernant les péniten (...)
  • 9 Lucie Lemonde, « Historique des normes juridiques dans les pénitenciers au Canada », Criminologie, (...)

8Lorsque la prison Winter accueille ses premiers prisonniers, à la fin de l’été 1869, la province de Québec nouvellement formée partage la gestion de la punition du crime avec sa contrepartie fédérale. Suivant l’Acte de l’Amérique du Nord britannique de 1867, les pénitenciers relèvent dorénavant du contrôle du Gouvernement du Canada tandis que les prisons communes sont du ressort des provinces8. Du point de vue pratique, on continue à se référer à la durée de la peine pour déterminer l’institution où incarcérer les détenus9 : les pénitenciers fédéraux reçoivent seulement les délinquants condamnés à deux ans et plus alors que les prisons communes sont responsables des incarcérations plus courtes.

  • 10 Rapport préliminaire du Bureau des inspecteurs d’asiles, prisons, etc. 1859, Québec, Thompson et ci (...)

9Ce partage des responsabilités ne suffit toutefois pas pour saisir adéquatement les principales caractéristiques et objectifs des prisons communes à la fin du xixe siècle. Dès la mise sur pied du Bureau des inspecteurs de prisons en 1859, une certaine réforme des institutions carcérales est envisagée. Pour mener à bien ce projet, les inspecteurs identifient trois objectifs qui doivent dorénavant guider chacune des maisons de détention : punir, contenir et amender10. Cette même ligne directrice sera suivie par les inspecteurs du Québec à la suite de la Confédération de 1867.

  • 11 Rapport du Bureau des inspecteurs d’Asiles, de Prisons, Etc. pour l’année 1860, Québec, Hunter, Ros (...)
  • 12 Jacques Laplante, Prison et ordre social au Québec, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1989, (...)

10Sur le terrain, la soif de réforme s’accentue pendant les années 1860 avec la création et l’extension de nombreux districts judiciaires à travers le pays, accompagnées d’une vague de construction de nouvelles prisons. Avec cette impulsion, les inspecteurs espèrent répondre à la désuétude, non seulement du système, mais aussi de ses infrastructures11. Alors qu’à l’aube de la décennie 1860, le territoire du Québec est couvert par seulement huit prisons communes, le compte s’élève déjà à vingt-et-un lorsque la prison de Sherbrooke ouvre ses portes en 186912.

  • 13 Les inspecteurs utilisent parfois aussi la désignation de prison de division. Le sujet est récurren (...)

11Malgré l’extension de l’appareil punitif, les inspecteurs responsables de guider la philosophie carcérale du Québec déplorent que les prisons communes soient des écoles du crime : les récidivistes sont identifiés comme le principal obstacle à l’atteinte de leurs objectifs. C’est donc contre ce problème qu’ils dirigent l’essentiel de leurs efforts jusqu’à l’aube du xxe siècle. Selon les inspecteurs, la réforme doit passer par l’introduction d’une nouvelle institution intermédiaire entre le pénitencier et la prison commune. Ces nouvelles prisons dites « centrales » accueilleraient les condamnés à des peines allant de 6 semaines jusqu’à 3 ans et, surtout, les nombreux récidivistes qui sont enfermés plus de trois fois pour des offenses mineures13. Le projet ne se concrétisera finalement jamais ; au contraire, dans l’attente de la mise en place d’un système de prisons centrales, les quarante dernières années du siècle sont, à toutes fins utiles, une période de stagnation pour les prisons communes du Québec. La prison de Sherbrooke ne fait pas exception.

  • 14 Jacques Laplante, op. cit., p. 139.
  • 15 Jean-Marie Fecteau, Marie-Josée Tremblay et Jean Trépanier, « La prison de Montréal de 1865 à 1913  (...)
  • 16 On se réfère généralement à l’enquête gouvernementale de 1914 sous l’appellation de Commission Macd (...)
  • 17 La commission d’enquête Archambault mise sur pied en 1936 est beaucoup plus ambitieuse que les préc (...)

12Le tournant du xxe siècle amène de nouvelles considérations pour le traitement des criminels. Ces mutations sont, entre autres, tributaires de l’émergence d’une certaine science pénale qui allie criminologie, psychologie, voire psychiatrie14. La période est également caractérisée par une progression considérable du nombre d’enfermements, dont le taux augmente bien plus rapidement que celui de la population. La situation est particulièrement perceptible dans les centres urbains et dans la prise en charge de la jeunesse délinquante15. Signe d’une plus grande préoccupation pour les conditions d’incarcération, la première moitié du xxe siècle est marquée par la mise sur pied de commissions d’enquête visant à mettre en lumière les succès et, surtout, les échecs du système pénal canadien. Ces enquêtes se soldent par deux rapports importants, en 191416 et en 193817, dans lesquels le pénitencier occupe l’essentiel des discussions. Encore une fois, la prison commune est le parent pauvre des efforts de réforme.

  • 18 Donald Fyson, « Criminal Justice History in Canada. Some Thoughts on Future Developments », Crime, (...)
  • 19 Jacques Laplante, op. cit., p. 160-180.
  • 20 Canada, Rapport du Comité canadien de la réforme pénale et correctionnelle, Ottawa, Imprimeur de la (...)
  • 21 André Campeau, « Les prisons du Québec, ghetto des pauvres », Criminologie, 1976, vol. 9, no 1-2, p (...)
  • 22 Jacques Laplante, op. cit., p. 181.

13L’étude des prisons canadiennes après le milieu du xxe siècle est majoritairement récupérée par les criminologues qui délaissent, le plus souvent, les analyses historiques18. Cette fracture est d’autant plus exacerbée par la difficulté d’accès aux sources en raison des politiques de protection des renseignements privés. Il n’en demeure pas moins qu’on peut relever quelques tendances de cette période plus récente. Déjà au cœur des préoccupations depuis 1930, la sélection d’un traitement mieux adapté aux besoins individuels des détenus guide la philosophie carcérale québécoise de la seconde moitié du siècle. Cette orientation s’accompagne d’une importance croissante de la psychiatrie, de la prise en charge de l’enfance délinquante, de la libération conditionnelle, mais marque aussi un retour de la discipline19. Dans l’espoir de soutenir les transformations institutionnelles, on commence graduellement à miser sur le développement et la formation du personnel correctionnel. Malgré les multiples réformes mises en place durant cette période, on ne peut sans doute pas affirmer que l’idéal de réhabilitation se soit nettement amélioré. En outre, à partir des années 1950, les taux d’incarcération du pays recommencent à croître jusqu’au milieu de la décennie 1960, puis se stabilisent globalement jusqu’à la fermeture de la prison Winter en 199020. Ce sont les pauvres qui constituent la clientèle la plus fréquente, voire qui trouvent refuge dans les institutions provinciales spécifiquement21. À la fin des années 1970, les deux tiers des détenus provinciaux passent moins d’un mois derrière les barreaux22.

14À la fermeture de la prison Winter, on dénombre à peine plus d’une vingtaine de prisons communes à travers la province. Si ce nombre n’est guère plus élevé que lorsque l’établissement est construit, plus d’un siècle auparavant, c’est que les établissements spécialisés et les centres fédéraux se sont multipliés. À la lumière de cette stagnation, on ne sera pas étonné de constater le problème récurrent de surpopulation qui afflige la prison Winter dans ses dernières années d’activité.

La prison Winter : structure, clientèles et fonctionnement

15Au milieu des années 1860, le monde carcéral canadien est divisé entre deux types de pensées. D’abord, le modèle pennsylvanien, axé sur l’isolement et la prise de conscience menant au repentir ; ensuite, le modèle auburnien prônant un confinement commun le jour et un isolement individuel la nuit dans de petites cellules sans fenêtre. C’est justement ce dernier modèle qui est choisi pour la prison commune de Sherbrooke.

Figure 3 : Auteur inconnu, Plan de la façade, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement

Figure 3 : Auteur inconnu, Plan de la façade, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement

BAnQ Québec E25,S102,SS2,SSS1,D460.

16La prison Winter est conçue, d’après les plans et devis de l’architecte Frederick Preston Rubidge, selon un style palladien avec un corps central et deux ailes comprenant les blocs cellulaires. La partie centrale et l’aile nord sont érigées entre 1865 et 1869 alors que l’aile sud arrive pour sa part en 1871-1872. Une fois la construction complétée, le corps extérieur de l’édifice demeure figé pour les 60 ans à venir, c’est-à-dire jusqu’à la construction d’une résidence connexe, la maison du geôlier, en 1939-1940.

Figure 4 : Auteur inconnu, Plan intérieur de la prison Winter, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement

Figure 4 : Auteur inconnu, Plan intérieur de la prison Winter, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement

BAnQ Québec E25,S102,SS2,SSS1,D460.

17Comme le veut le mode de pensée auburnien, aucune cellule ne possède de fenêtre donnant directement sur l’extérieur. Au contraire, les détenus passent près de 12 heures par jour dans un bloc commun, avec fenêtres, pour être isolés la nuit dans des petites cellules au cœur de la prison. Les plus petites cellules mesurent d’ailleurs 0,9 m de largeur par 2,4 m de profondeur.

Figure 5 : Cellule étroite de la prison Winter

Figure 5 : Cellule étroite de la prison Winter

Collection du Musée d’histoire de Sherbrooke

  • 23 Québec, Second rapport annuel des Inspecteurs de prisons, &c., pour 1869, Documents de la Session ( (...)
  • 24 Québec, Vingt-unième rapport des Inspecteurs de prisons, asiles, etc. de la Province de Québec, pou (...)
  • 25 Québec, Vingt-neuvième rapport des Inspecteurs de prisons et asiles de la province de Québec pour l (...)

18Lorsque la prison Winter accueille son premier détenu, en septembre 1869, elle est considérée comme la prison la « plus commode et la mieux divisée »23. Elle n’est toutefois pas exempte de défauts. Dès 1870, les inspecteurs notent d’importants problèmes d’humidité. Les cellules de punition aménagées au sous-sol sont notamment jugées dangereuses. Le centre de détention connaît également des problèmes de fumée. L’absence de ventilation et la mauvaise construction des cheminées accentuent ce problème. Enfin, les détenus dorment à même le sol, sur des paillasses, jusqu’en 1875, lors de l’achat de lits de bois recouverts de paillasses et de draps pour chacune des cellules. En 1890, la prison se dote d’un système d’égouts avec l’aménagement de six lieux d’aisance avec chasse d’eau24. Un réseau d’électricité est introduit quelques années plus tard, mais seulement dans l’appartement du gouverneur25

  • 26 Québec, Trente-sixième rapport des Inspecteurs de prisons et asiles d’aliénés de la province de Qué (...)
  • 27 On trouve un exemple typique de ces critiques dans une requête du chapitre sherbrookois de la Socié (...)

19En 1905, lorsque la prison Winter a un peu plus de 30 ans, elle est désignée comme l’un des établissements les moins bien entretenus de la province. Il n’y pas d’eau chaude, le toit fuit, les planchers sont usés, les lavabos sont en mauvais état et plusieurs éléments doivent être remplacés. Le rapport d’inspection de cette même année recommande l’installation d’un système de chauffage à l’eau chaude et l’ajout de la lumière électrique26. Ces travaux, de même que l’installation de cabinets d’aisance dans les blocs cellulaires, sont acceptés près de 10 ans plus tard. Dès 1950, le manque d’espace, les mauvaises conditions de vie pour les détenus et l’état général de l’immeuble sont dénoncés27. La désuétude de la prison Winter se constate année après année jusqu’à sa fermeture en 1990.

Hommes, femmes et enfants : une clientèle bigarrée

20Tel que mentionné précédemment, les pénitenciers fédéraux reçoivent les délinquants condamnés à deux ans et plus alors que les prisons communes, comme la prison Winter, sont responsables des incarcérations plus courtes. Néanmoins, faute d’autres types de lieux d’incarcération dans la région, Winter accueille en son sein l’éventail complet de la société criminelle locale et régionale, ce qui comprend femmes et enfants.

21Si, ailleurs au Canada, les écoles de réforme sont logées dans des édifices dédiés, ce n’est pas le cas à Sherbrooke où, dès 1873, l’école de réforme locale ouvre à même la prison Winter. Le lieu de détention sherbrookois peut accueillir jusqu’à 50 jeunes délinquants. Ceux-ci sont pris en charge par des aumôniers et des maîtres d’école afin de leur inculquer la morale, la religion, les lettres, les mathématiques et l’anglais. Selon l’époque, les jeunes apprennent des métiers : que ce soit la cordonnerie, la sellerie ou l’imprimerie. Au tournant du XXe siècle, les inspecteurs finissent par constater qu’une prison n’est pas un endroit séant pour des enfants, qu’on recense sur place dès l’âge de 3 ans, et qu’au contraire, cela leur suggère davantage le crime que le droit chemin. L’instauration de la Loi concernant les jeunes délinquants en 1908 interdit l’incarcération des enfants de moins de 16 ans dans les prisons communes. L’école de réforme ferme définitivement à Sherbrooke en 1909 et les jeunes sont transférés plus loin en région.

22Le départ de l’école crée plus de place pour la section réservée aux femmes. En fait, dès son ouverture, la prison Winter réserve sept cellules dans l’aile nord pour les criminelles. L’ouverture de l’aile sud en 1872 permet de séparer clairement les prisonnières des prisonniers. En 1909, ce sont donc les blocs cellulaires « des enfants » qui sont reconvertis pour mieux accueillir les criminelles. En 1964, lors de l’ouverture de la maison Tanguay, la prison Winter devient simplement un lieu de passage et de transition vers ce nouveau centre montréalais réservé à l’incarcération des femmes.

23Ainsi se côtoient dans un même lieu hommes, femmes et enfants. Sans compter les détenus en attente de sentence ou de jugement du Code criminel fédéral avec des condamnations plus lourdes. De ce fait, la prison Winter est témoin de 6 pendaisons, tous des criminels reconnus coupables de meurtre et qui seront pendus dans la cour de la prison entre 1880 et 1932. À cette époque, au Canada, et jusqu’aux années 1940, la sentence d’exécution doit être appliquée dans le district où le crime a été commis, ce qui explique que ces pendaisons aient lieu dans une prison de droit commun.

Figure 6 : Reproduction de la potence dans la cour de la prison de Sherbrooke, 1990

Figure 6 : Reproduction de la potence dans la cour de la prison de Sherbrooke, 1990

Fonds Hélène Liard, Musée d’histoire de Sherbrooke

Que faire de la prison Winter ?

Figure 7 : Prison Winter (2016)

Figure 7 : Prison Winter (2016)

Collection du Musée d’histoire de Sherbrooke

24La prison Winter sert donc de lieu carcéral jusqu’en 1990, date à laquelle les détenus sont transférés dans une toute nouvelle prison sherbrookoise. Même si plusieurs scénarios de reconversion sont élaborés dès 1977, aucun projet concret n’est soumis pour l’édifice ou le terrain de la prison Winter. En 1997, un comité de bénévoles forme la « Société de sauvegarde de la vieille prison de Sherbrooke » (SSVPS) et fait l’acquisition de l’édifice et du terrain. Leur objectif est de préserver la prison et de rendre accessible ce lieu de mémoire à la population locale. Néanmoins, compte tenu de l’état de désuétude avancée de la prison, la Régie du bâtiment du Québec interdit son utilisation à quelque fin que ce soit dix ans plus tard. À toute fin utile, l’édifice est condamné : il l’est toujours en 2022.

25La prison Winter a une valeur patrimoniale et architecturale certaine. Elle est le plus vieil édifice en pierres de taille de Sherbrooke et son mur d’enceinte original est le dernier toujours complet non seulement au Québec, mais au Canada. Plusieurs édifices de style palladien, érigés selon les plans de Rubidge, sont toujours debout au Québec. Par contre, la plupart de ces bâtiments ont logé à la fois un palais de justice et une prison, alors qu’à Sherbrooke, l’édifice n’a servi qu’à l’incarcération. De plus, la prison Winter s’inscrit dans l’Ancien-secteur-judiciaire-de-Sherbrooke, un secteur patrimonial que souhaite protéger la Ville de Sherbrooke et pour lequel elle a lancé un grand projet d’évaluation et de sauvegarde patrimoniale. Ce quartier comprend l’ancien palais de justice (1840) et la maison du juge (1880), puis dans les environs immédiats, le parc de l’Ancienne-prison, la rue Court et des maisons construites pour des avocats et des notaires. La prison Winter est un des pôles majeurs de ce quartier et participe à sa cohérence historique et urbanistique. Le développement de ce district judiciaire est un moment clé de l’histoire de Sherbrooke : à elle seule, l’ancienne prison est ainsi le témoin de plus de 120 ans d’histoire sociale, architecturale et judiciaire au cœur des Cantons-de-l’Est.

26Depuis sa fermeture définitive par la Régie du bâtiment, plusieurs projets ont été mis sur la table afin de revitaliser le lieu : que ce soit la transformation en édifice à bureaux, en un espace créatif, une auberge de jeunesse, etc. Ces projets, s’ils permettent de sauvegarder l’ossature de la prison, impliquent aussi la privatisation du bâtiment et signifient donc la fin des ambitions de rendre la prison au public. Le Musée d’histoire de Sherbrooke entretient plutôt un projet qui permettrait d’atteindre trois objectifs : à la fois l’interprétation, la préservation et l’accessibilité.

Projets du Mhist

27Depuis une douzaine d’années, le Mhist travaille de concert avec la SSVPS (les propriétaires) de la prison Winter pour en assurer la préservation physique et mémorielle. Plus encore, le Mhist souhaite faire l’acquisition de la prison Winter pour faire découvrir ce patrimoine carcéral historique de Sherbrooke et de la région de manière interactive, immersive et expérientielle. Pour le Mhist, l’option la plus envisageable pour la préservation du lieu est de le transformer en centre d’interprétation. En effet, la proposition s’apparente davantage à un centre d’interprétation ou à un musée de site qu’à la définition officielle d’un musée. Un centre d’interprétation est un espace muséal qui porte sur un sujet précis ou sur un lieu de mémoire en particulier. Dans la même veine, un musée de site met en valeur un lieu, tout en misant sur des expositions matérielles et immatérielles, une offre éducative, du divertissement et un partage de connaissances. Dans la structure proposée, la prison Winter relèverait du même conseil d’administration que le Mhist, la recherche serait effectuée par le Mhist ou ses partenaires et la prison Winter ne conserverait pas de collection d’objets ; trois éléments qui correspondent davantage à la définition d’un musée. Le visiteur pourra ainsi entrer dans la vieille prison commune de Sherbrooke et parcourir, à travers du contenu muséal, 150 ans d’histoire carcérale et judiciaire. Pour ce faire, le Mhist travaille depuis plusieurs années pour rassembler des informations exhaustives sur la vie carcérale locale et l’évolution physique de la prison Winter. Ont ainsi été accumulés, en préparation pour la transformation de la prison en centre d’interprétation, tant des archives gouvernementales que médiatiques et institutionnelles, des archives iconographiques et cartographiques, quelques objets de l’époque active de la prison, ainsi que des témoignages oraux.

28Avec toutes ces informations en main, les thèmes potentiels à aborder sont vastes, que ce soit pour les animations ou pour des espaces dédiés à des expositions : les archives récoltées étoffent l’histoire de la prison tant sous l’angle de l’histoire architecturale, urbaine que judiciaire. Elles éclairent aussi les circonstances entourant les grands procès de la région, ainsi que les conditions d’incarcération en fonction des différentes clientèles ou encore les fonctions des différents membres du personnel, du gouverneur aux agents correctionnels en passant par le geôlier. Les archives permettent aussi d’inscrire Winter dans un paysage juridique et judiciaire plus large : entre ses murs se dessinent l’évolution des conceptions québécoises et canadiennes du crime et du « juste châtiment ». Les angles d’approche potentiels sont donc multiples et permettraient de faire revivre la prison Winter tout en mobilisant l’histoire de la collectivité dans laquelle elle s’imbrique.

29Selon le Mhist, cette diffusion historique doit passer par la préservation de l’édifice et, surtout, se faire au sein même de la prison. L’entrée dans l’édifice s’accompagne d’une émotion palpable : les visiteurs sont inévitablement interpellés, voire choqués par l’insalubrité des lieux, par la petitesse des cellules, par l’atmosphère obscure et lugubre qui règne dans les différentes sections du bâtiment. Des expositions sur la prison elle-même, mais aussi sur le monde judiciaire plus largement pourraient tout à fait être montées dans les locaux actuels du Mhist, mais elles n’auraient pas le même impact sur les visiteurs. Le caractère immersif serait alors perdu et, avec lui, une grande partie de la capacité à comprendre, à se transposer, voire à éprouver de l’empathie : s’il n’est pas certain qu’une prison soit toujours le lieu idoine pour enseigner et transmettre l’histoire de la justice, il apparaît clairement que l’investissement d’un tel lieu est en lui-même porteur de signification et générateur d’émotions. Cette réalité peut certes mener à des dérives liées à la mise en spectacle et au voyeurisme, mais, si elle est prise en compte et bien utilisée, elle peut aussi donner à la transmission de connaissances une impulsion toute particulière. Les études de marché réalisées par le Mhist vont en ce sens et dévoilent un réel intérêt pour la vieille prison chez les Sherbrookois et Sherbrookoises : plus de trente ans après sa fermeture définitive, l’édifice, élément majeur de l’imaginaire collectif local, génère encore la curiosité. L’étude menée en 2022 indique que 76% des répondants souhaiteraient pouvoir entrer dans la prison : les membres de la collectivité locale veulent voir Winter de l’intérieur.

30La transformation du site de la prison en lieu accessible au public engendre néanmoins d’énormes coûts. En fait, il s’agit là du plus grand défi – et du plus grand obstacle – à la réalisation du projet. C’est pourquoi le Mhist a présenté non pas un, mais plusieurs projets, chacun engendrant des coûts de rénovation différents et permettant aussi, en conséquence, des expositions de différentes ampleurs. Une option de base, en effet, propose de ne faire que les rénovations minimales, c’est-à-dire le strict nécessaire pour que l’édifice soit remis aux normes actuelles du bâtiment au Québec. Il s’agit alors de consolider les murs de fondation, de renforcer les plafonds et les planchers qui posent présentement un danger réel pour les visiteurs. Cette option minimale engendrerait déjà, selon des évaluations déjà datées de 2019, des dépenses de 1,2 millions de dollars. Malgré ces coûts importants, les conditions ambiantes ne seraient pas régulées ce qui veut dire, dans les réalités saisonnières du Québec, que la prison ne pourrait être ouverte que de mai à octobre, vu les rigueurs de l’hiver. Cette fermeture pendant plus de la moitié de l’année risquerait d’entraver la pérennité du projet et de réduire les efforts investis à néant.

31Les actions posées sur la structure du bâtiment ont donc une incidence directe sur les contenus possibles des expositions et des événements qui pourraient y être organisés. Dans ce scénario minimal, aucune technologie (projecteurs, écrans tactiles, ordinateurs, consoles audio) ne pourrait être mise à profit : le froid, mais surtout l’humidité poseraient des dangers continuels à l’équipement et en rendraient l’usage hasardeux. L’exposition serait ainsi limitée à quelques objets et panneaux de médiation tout en nécessitant en tout temps la présence d’un ou d’une guide, vu l’état du bâtiment et les risques d’accidents. L’absence de technologies, qui permettent de diversifier les approches, de varier les modes de communication et de multiplier les potentiels informatifs, relèguerait l’exposition de la prison à des formules anciennes qui ne correspondent plus aux attentes du public. Pour les mêmes raisons, les sources de revenus d’appoint imaginées par le Mhist (conférences, réunions, soirées de contes, jeux d’évasion, colloques, événements privés, etc.) ne pourraient avoir lieu et devraient être entièrement exclues du modèle d’affaire proposé alors qu’il s’agit là d’avenues majeures pour diversifier la publicité pour le musée et pour y faire entrer des clientèles différentes. Or, la mise en place d’un système de contrôle des températures (chauffage et climatisation) et d’un système d’extincteurs (car le bâtiment est présentement vulnérable aux incendies) ferait monter, presque à elle seule, la facture à 3 millions de dollars. En même temps, si cette option devait être écartée par les autorités publiques, c’est le succès de l’entreprise tout entier qui est remis en question. D’abord, parce que les modes de transmission des informations seraient limités, redondants et peu dynamiques. Ensuite, et en lien avec ce premier constat, la formule même de l’exposition limiterait les types de clientèles susceptibles de mettre les pieds dans la prison, pensons ici tout particulièrement aux familles et aux groupes scolaires pour qui le contenu ne pourrait être adapté. Finalement, ce plan nécessite aussi l’exclusion de toute la facette événementielle. Ce sacrifice est d’abord publicitaire et financier, mais il a aussi des incidences sur les occasions de partenariat avec les organismes communautaires et culturels locaux. L’option « de base », même si elle permet d’assurer le strict minimum pour la préservation du bâtiment, n’assure pas la viabilité et la visibilité du projet muséal.

32C’est pourquoi le Mhist propose aussi un projet à plus grand déploiement qui implique une réfection majeure de la prison et, incidemment, la mise en place d’une exposition d’ampleur. Les objectifs sont diversifiés et visent à mettre en valeur les différentes facettes de l’histoire auxquelles la prison Winter donne accès : l’histoire de la prison elle-même, l’histoire régionale et québécoise du phénomène carcéral, l’histoire des modes de gestion des clientèles féminines et juvéniles – souvent oubliées dans le récit carcéral – et la « petite histoire » de l’établissement à travers le quotidien des détenus, mais aussi les évasions, les pendaisons, les anecdotes, etc. Ces contenus seraient alors doublés d’un discours critique et historique autour des liens entre incarcération, condition de détention et contexte socio-économique d’une part, mais aussi autour des débats qui se sont tissés à travers le temps sur la fonction du carcéral et qui permettent de mieux situer le rôle du pénitencier dans la société québécoise et canadienne actuelle.

33Ce projet, tel qu’il est actuellement envisagé, prévoit la mise au point d’expositions immersives qui « laisseront vivre » le lieu, son atmosphère et son évolution au fil du temps. La majorité des cellules seraient laissées dans leur état actuel, alors que d’autres seraient reconstituées dans leur état des années 1970-1980 : couleur des murs, objets, mobilier. Un équilibre entre panneaux explicatifs classiques, projections diverses, stations multimédias ou de réalité augmentée est prévu afin de ne pas faire disparaître le lieu physique sous une tonne d’informations, mais aussi de ne pas laisser les visiteurs interpréter seuls ce qu’ils voient, sentent et entendent. La juste mesure entre la dimension physique et la dimension de la transmission des connaissances vise aussi à ne pas faire de l’immersion ainsi offerte au public une expérience fondée seulement sur les sens et l’émotion dans laquelle toute distance critique serait effacée. Les visiteurs veulent d’abord entrer et voir ; le Mhist veut aussi les faire connaître et comprendre. La construction envisagée pour la visite tresserait à travers tout le parcours trois types d’informations complémentaires : informations sensorielles par le biais du bâtiment lui-même, informations historiques grâce aux panneaux et modules de contenu et, finalement, informations expérientielles transmises grâce à la mise en place de stations audiovisuelles diffusant une panoplie de témoignages oraux provenant tant d’anciens détenus que d’anciens agents correctionnels, proches de prisonniers ou de membres du personnel. La relative jeunesse de la prison Winter lui donne ici un avantage notable par rapport aux institutions européennes beaucoup plus anciennes : les acteurs de Winter vivent encore, mais ils vieillissent et se font de plus en plus rares. C’est pourquoi la récolte de ces témoignages est déjà entamée : les années qui ne cessent de s’additionner avant la mise en chantier du musée Winter risquent de faire disparaître ces sources précieuses. Ces témoignages auront pour fonction d’ajouter une dimension vécue qui rend concrets, réels les contenus transmis. Le but est ici d’incarner des informations qui peuvent par ailleurs sembler purement théoriques (débat entre punition et réhabilitation, conditions de détention, profil socio-économique de la clientèle, gestion de la présence féminine, etc.).

34Cette formule devra donc permettre tant les visites libres que les visites guidées. Une exposition permanente sur l’histoire de la prison elle-même – et de Sherbrooke à travers elle – sera mise en place en priorité. Par contre, un bloc cellulaire sera réservé pour la mise au point d’expositions temporaires qui exploreront des thématiques plus précises et qui pourront être renouvelées à un rythme plus rapide, voire servir à la mise au point de partenariats avec d’autres acteurs culturels locaux (artistes, organismes sans but lucratif, organismes de réinsertion, par exemple). Pour atteindre tous ces objectifs, l’accès au lieu physique de la prison Winter est un immense atout : il faut en somme l’investir, la transformer afin de la rendre lisible, mais sans la dénaturer.

35Le projet de revitalisation de la prison Winter, tel que proposé par le Mhist, devra toutefois passer par un investissement financier majeur, ne serait-ce que pour mettre aux normes les issues et la structure du bâtiment. Le projet total de mise à niveau de l’édifice pourrait dépasser les 10 à 12 millions de dollars canadiens. Cette somme colossale devra provenir des partenaires publics et privés. Le projet devra passer l’étape de l’acceptabilité sociale, ce qui est loin d’être gagné d’avance : pour plusieurs, ce patrimoine sombre de Sherbrooke n’a aucun rôle historique ou mémoriel à jouer et devrait plutôt sombrer dans l’oubli.

Histoire de Winter et histoire par Winter

36Bien sûr, le parti pris du Mhist pour l’immersion en milieu carcéral engendre plusieurs questions éthiques auxquelles doivent faire face toutes les institutions de médiation culturelle chargées de la mise en valeur d’un patrimoine dit « sombre ». La mise en place d’activités muséales dans la prison Winter s’accompagne nécessairement à la fois de nombreux dilemmes et responsabilités tant envers les visiteurs qu’envers ceux et celles qui ont véritablement été détenus à Winter, y ont travaillé ou ont vu un proche y être enfermé. Le danger de la mise en spectacle ou, pire, de la mise en valeur de la criminalité et du criminel est bien réel. D’autant que l’étude de marché réalisée par le Mhist en 2022 indique que les éventuels visiteurs sont surtout intéressés, à des proportions presque identiques, par trois grands sujets : la vie quotidienne des détenus, la nature de la criminalité et des condamnations et… les affaires liées aux prisonniers « vedettes » et aux grands procès.

  • 28 Malcolm Foley et John Lennon, « JFK and dark tourism: A fascination with assassination », Internati (...)
  • 29 Gregory Ashworth et Rudi Hartmann, Horror and Human Tragedy Revisited: The Management of Sites of A (...)
  • 30 Philip Stone, « Dark Tourism Scholarship: A Critical review », International Journal of Culture, To (...)
  • 31 « Tragedy turns to tourism at Ground Zero », The Age, 29 juin 2002 ; John Leland, « Mourning and To (...)
  • 32 Traduction libre par les auteurs de « dark tourism is on the rise ». Will Coldwell, « Dark tourism: (...)

37Le Mhist doit donc composer avec les enjeux liés au « dark tourism », tel que conceptualisé par Malcolm Foley et John Lennon28. L’expression désigne la touristification de lieux associés à la mort ou aux désastres. Il a depuis été élargi pour désigner la touristification de tout un ensemble de lieux tragiques : qu’il s’agisse de prisons, de cimetières, de sites liés à l’esclavage ou à des atrocités29. Le tourisme sombre, parfois aussi appelé tourisme morbide, implique donc la visite et l’expérience de lieux liés à l’horreur sous toutes ses formes, transformés pour la cause en sites touristiques. Or, tel que le rappelle Philip Stone : « the consumption of recent or distant trauma within a safe and socially sanctioned tourism environment, raises fundamental questions »30. Parmi celles-ci, il faut compter les risques qu’à travers la médiation culturelle proposée ou encore à travers la réception et l’usage qu’en font réellement les visiteurs, la solennité du lieu et le respect dû à ceux qui en ont peuplé les murs soient perdus ou bafoués. Si ce risque est plus concret et sensible dans les lieux directement liés à la tragédie – pensons aux vendeurs de papier de toilette autour de Ground Zero à New York, où aux preneurs d’égoportraits à Tchernobyl ou à Auschwitz31 – il n’est pas pour autant moins réel dans les milieux carcéraux où la curiosité et les stéréotypes peuvent l’emporter sur la décence. Cela est d’autant plus vrai que la demande pour de telles visites est en croissance rapide : « le tourisme noir a la cote32 ».

38Malgré, donc, les dilemmes éthiques et moraux liés à la mise en musée de la prison Winter, le Mhist désire aller de l’avant avec la revitalisation de l’édifice. La démarche, informée par les critiques associées au tourisme sombre, pourra par ailleurs bénéficier des expériences des musées carcéraux à travers le monde. La prison Winter, rendue à la communauté, doit ainsi participer non pas à la mise en valeur du crime, ni même de la prison, mais à la mise en mémoire et en histoire de tout un processus juridique et pénal dont nos sociétés contemporaines sont toujours les héritières.

Le musée Winter : un parcours semé d’embûches

39Les obstacles qui se dressent devant la conversion de la prison Winter en musée ne relèvent pas seulement de l’acceptabilité sociale et de considérations financières : ils sont aussi liés à la nature des connaissances diffusées elles-mêmes et aux façons de les communiquer au public. La réflexion à cet égard est d’autant plus nécessaire que plus de la moitié des répondants à l’étude de marché de 2022 ont exprimé leur intérêt pour la tenue d’activités non éducatives mises en œuvre à la prison, telles que des jeux d’évasion ou des soirées meurtre et mystère. Nous voudrions ici aborder deux écueils particulièrement liés à la mise en musée du monde carcéral : privilégier le spectacle au-delà de la pédagogie et négliger l’aspect critique qui doit être intégré à la réflexion. Nous discuterons ensuite des solutions possibles que le Mhist veut mettre en œuvre pour les éviter.

  • 33 Traduction libre des auteurs de : « there is a fine line between an attraction being educational or (...)

40Le spectacle vend. Il n’en va pas autrement pour les prisons, ni les musées. Et il n’est pas utile de faire abstraction, dans la présente discussion, des impératifs comptables qui pèsent inévitablement sur les institutions de médiation culturelle et qui en dictent en partie les orientations. À quoi bon un musée à la prison Winter, si personne n’y vient? Il faut donc que le Mhist, dans le projet qu’il propose à Sherbrooke, prenne en compte les désirs et les demandes du public. La décence et l’intelligence de l’entreprise doivent toutefois agir comme garde-fou pour empêcher que l’on passe de la diffusion de connaissances à l’exploitation pure et simple. La frontière peut être fine entre les deux démarches : « la frontière est mince entre une attraction qui éduque et une attraction qui exploite »33. Lorsque les considérations économiques prennent le dessus, c’est le plus souvent au prix des considérations humaines.

  • 34 Chris Hedges, « Alcatraz: A Prison as Disneyland », Truth Dig, 1er décembre 2014.
  • 35 Michael Welch, Escape to Prison. Penal Tourism and the Pull of Punishment, Oakland, University of C (...)
  • 36 Traduction libre de : « a really uninformed sense of spectacle ». Citée dans Erik Sherman, « How Am (...)

41Les exemples, malheureusement, sont nombreux dans les musées carcéraux existants. Gérée par le National Park Service des États-Unis, Alcatraz, l’une des prisons les plus célèbres du monde, reçoit environ 5000 visiteurs par jour, soit 1,4 millions par an. L’établissement a déjà été pointé du doigt pour les dérives de son musée alors que l’expérience touristique qui y a été aménagée est comparée à un parc d’amusement. On a même parlé de « disneyisation » pour qualifier le phénomène34. L’histoire de la prison y est présentée en suivant les parcours de prisonniers fameux comme Al Capone ou George “Machine Gun” Kelly. Le récit est binaire et simpliste : le vice contre la vertu, les bons contre les méchants. Ce sont donc des méchants qui se retrouvent derrière les barreaux à Alcatraz dans une présentation du monde judiciaire et carcéral en noir et blanc. D’autres musées carcéraux se rapprochent aussi de « parcs d’amusement morbides »35, comme le Clink Prison Museum de Londres qui met l’accent sur divers instruments de torture et invite même les visiteurs à interagir avec les objets, se plaçant tantôt dans le rôle du supplicié, tantôt dans celui du juge. Toute la commercialisation du musée est basée sur cette approche, promettant dans sa brochure touristique « de macabres histoires de prisonniers » et une « salle de torture interactive ». Dans un musée de Virginie Occidentale, l’exposition va encore plus loin en faisant une démonstration, à l’aide d’un mannequin que l’on pend en direct en le faisant tomber d’un échafaud. De telles occurrences s’appuient, selon la sociologue Michelle Brown, sur « un sens du spectacle très mal informé »36.

  • 37 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.
  • 38 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Ghost Hunting in Prison: Contemplating Death through Sites of (...)
  • 39 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Prison Tourism. Exploring the spectacle of punishment in the (...)

42Plusieurs musées, comme prévoit le faire le Mhist à la prison Winter, organisent des activités ludiques pour attirer un autre type de public chez eux et ainsi améliorer leur rentabilité. Ces activités sont alimentées plus par l’attrait du mythe et du mystère que par la transmission de connaissances et la pédagogie. Les exemples sont ici aussi nombreux et tournent souvent autour du thème de la peur et de l’horreur. Le musée du Eastern State Penitentiary, à Philadelphie, organise une journée spéciale chaque année, le soir de l’Halloween, alors que la prison est transformée en maison hantée37. Dans la même veine, on associe parfois le monde carcéral à celui des spectres et des fantômes. Certains musées mettant même cet aspect de l’avant dans leur stratégie publicitaire et touristique38. À Nottingham, les Galleries of Justice sont ouvertes les vendredis et samedis pour des « Terror Tours », avec des guides costumés et des acteurs payés pour semer la frousse aux visiteurs39. Le musée, et la prison avec lui, se trouvent ici vidés de toute mission éducative. Le visiteur n’est pas invité à réfléchir, mais à s’amuser. Si l’on ne peut reprocher aux institutions de chercher à diversifier leurs sources de revenus, il demeure que la tenue de tels événements fait fi des expériences et des détresses vécues entre les murs de ces établissements et qu’elle risque de vider la prison de son sens en en faisant une marchandise, un produit de divertissement.

  • 40 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.
  • 41 Elizabeth Neucere, « Inmates on Display: The Reinforcements of Social Exclusion and Silences throug (...)
  • 42 Chris Hedges, « Alcatraz: A Prison as Disneyland », Truth Dig, 1er décembre 2014.

43C’est pourquoi il est important que les musées conservent, au moins à travers leurs animations et leurs expositions, la dimension pédagogique et éducative. Il est donc d’autant plus grave que certaines expositions mises en place fassent elles-mêmes fi de la signification historique et mémorielle des lieux. C’est l’erreur que semblent avoir commise plusieurs musées carcéraux alors que l’histoire et les histoires que l’on y raconte et transmet sont parfois sursimplifiées, laissant de côté toute dimension critique : « depending on the institution, the “history” is sanitized, leaving out abuse of prisoners and other unsavory aspects of the criminal justice system40 ». La vie carcérale présentée dans différentes expositions est donc parfois tronquée et même nettoyée de tout ce qui pourrait faire dévier le récit vers une critique du système judiciaire ou carcéral lui-même. Elizabeth Neucere, étudiant le Texas Prison Museum, soulève clairement ce type de pratique et ses conséquences pour les visiteurs : « [the museum] inhibits the possibility for public forum by creating silences in its historical presentation through the active choices made in exhibit design or display that makes a narrative superficial or absent […] Impropriety in the Texas prison system goes unnoticed by museum visitors, making contemporary inmate battles for human rights seem unwarranted »41. La même lacune est observée, une fois de plus, à Alcatraz : « The Alcatraz narrative as presented by the National Park Service ignores the savagery and injustice of America’s system of mass incarceration42 ».

Le musée Winter : explorer le passé, critiquer le présent

  • 43 Jennifer Turner et Kimberley Peters, « Doing Time Travel: Performing Past and Present at the Prison (...)
  • 44 Voir entre autres Jacqueline Wilson, Prison: Cultural Memory and Dark Tourism, Oxford, Peter Lang, (...)

44« As such, horror for entertainment prevails, and “true” horrors are sanitised43 ». Le projet du Mhist à la prison Winter doit précisément attirer les visiteurs sans prendre de tels raccourcis. Si c’est avant tout le bâtiment et son imaginaire qui mèneront les visiteurs à la prison Winter, le volet muséal mis sur pied devra prendre garde d’imiter l’exemple texan : les individus qui ont souffert dans les murs de la prison ne doivent pas disparaître de l’histoire qui sera racontée44. La prison abandonnée, à cet égard, offre une opportunité de réfléchir tant à l’évolution de la prison Winter que de la ville de Sherbrooke et aux choix juridiques et judiciaires qui ont été collectivement faits (et continuent de se faire).

45Comme l’a montré la première partie de cet article, l’histoire de la prison Winter comme institution est intimement liée à l’histoire de la ville de Sherbrooke. Ce sont les évolutions survenues dans la deuxième qui ont dicté, en très grande partie, les évolutions qui ont pu avoir lieu dans la première. L’histoire de la prison de Sherbrooke devrait donc être constamment tressée dans celle de la ville et mise en lien avec la démographie, les activités industrielles, l’immigration, la condition féminine et le contexte sociopolitique national plus large. En même temps, la prison Winter peut servir d’indicateur pour suivre les transformations de la philosophie pénale québécoise et canadienne. Comment la naissance de certaines cours, les tribunaux pour la jeunesse par exemple, ou de certaines lois a-t-elle influencé le parcours de la prison de Sherbrooke et les attentes que les autorités publiques, tout autant que la population locale, ont pu avoir à son égard ? Pour se sortir d’un tourisme noir qui mise purement sur le sensationnalisme et l’horreur, il faut intégrer la prison dans une multitude de trames bien plus larges et englobantes qui lui donnent sens et sans lesquelles Winter demeure une simple série de grilles, de murs et d’anecdotes. En faisant l’histoire de Winter, on peut donc aussi faire l’histoire par Winter : la prison a le potentiel de devenir une fenêtre inattendue sur des passés diversifiés.

  • 45 « The humanisation plan that seeks a unified and renewed prison model. An Interview with Jean Alain (...)
  • 46 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Prison Tourism. Exploring the spectacle of punishment in the (...)

46Mais au-delà de ces approches narratives, la prison Winter est aussi une occasion d’inviter les visiteurs à la réflexion autour d’un enjeu de société actuel : le système pénitentiaire est aujourd’hui largement remis en question, au Québec comme ailleurs. Un peu partout, les différents États tentent de trouver la solution à la crise du système pénitentiaire qui ne cesse d’afficher ses limites : incarcération de masse, violences, suicides, lacunes sanitaires sévères, surpopulation, taux de récidive, etc. Des initiatives sont mises en place pour ériger des « prisons intelligentes », des prisons « humanisées » ou encore des « super prisons » qui doivent parvenir à rectifier le système sans l’abolir45. La mission sous-jacente d’un éventuel musée carcéral sherbrookois devrait donc être de lier le passé au présent, d’utiliser les effets, les sensations et les idées suscités par l’environnement carcéral ancien pour en provoquer de nouveaux sur le monde actuel. Cet objectif permettrait au musée d’atteindre une réelle profondeur et de ne pas tomber dans la simplicité ou, comme vu précédemment, dans un récit manichéen dépourvu de tout apport critique. Aussi l’exposition doit-elle mener le visiteur non pas seulement à constater les horreurs des prisons du XIXe siècle et les souffrances qu’elles généraient, mais aussi à comparer systématiquement la prison Winter désaffectée aux pénitenciers qui sont toujours actifs aujourd’hui. Les musées carcéraux font erreur lorsque “they focus on how historically prisons were inhumane, ineffective and degrading while obscuring a critical reflection on how they may remain all of these things today […] Too often the suffering of our past prisoners becomes a source of shallow entertainment, or imparts the idea that prisons, although once bad, are now somehow unproblematic”46.

  • 47 Le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève a intégré de telles statist (...)

47Avec ces objectifs en tête, plusieurs options s’offrent au Mhist pour faire de la prison Winter cette improbable liaison entre passé et actualité47. Le musée permettrait ainsi de sensibiliser et de conscientiser la population non seulement aux enjeux historiques liés à l’enfermement, mais aux problèmes que l’enfermement cause toujours.

Conclusion

  • 48 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.
  • 49 C’est la question que pose Lauren-Brooke Eisen, conseillère au Brennan Center for Justice de l’Univ (...)
  • 50 Voir sur cette idée de la prison comme connexion : David Brown, « Strolling the Coastline: Criminol (...)

48Si la valeur historique et patrimoniale de la prison Winter de Sherbrooke est indéniable, la « bonne » manière d’en rendre compte demeure presque aussi impénétrable que le sont présentement les portes de l’établissement – tout comme, d’ailleurs, le juste prix que la communauté locale peut et veut y investir. Ouverte à la fin du XIXe siècle et ayant traversé presque l’entièreté du XXe, la prison a suivi l’histoire de la ville de Sherbrooke, en a été un des marqueurs, plus ou moins visible, plus ou moins volontairement relégué à l’oubli. Les projets de reconversion qu’entretient le Musée d’histoire de Sherbrooke visent tous à rendre aux Sherbrookois et Sherbrookoises cette partie de leur histoire. Les obstacles liés à la mise en valeur d’un tel patrimoine, comme on l’a vu, demeurent nombreux : « even the most high-minded prison museums have tension between mission and show biz »48. D’aucuns diront même que la conversion d’un tel endroit en musée – ou a fortiori en site dédié à des activités de divertissement – est impropre ou indigne, alimentée par le seul souci commercial et une poignée de voyeurs aux motivations douteuses. Or, ne peut-on pas retourner l’énoncé sur lui-même : ne serait-ce pas plus douteux encore d’évoluer dans une société qui envoie des millions de personnes derrière les barreaux sans même s’en soucier ou se demander ce que cela signifie au juste ou ce que ce doit être que de se trouver enfermé49? La transformation de la prison Winter en centre d’interprétation aurait le potentiel de provoquer d’importantes réflexions, discussions et peut-être même actions sur nos façons de gérer la criminalité et la punition – passées, présentes et futures. L’occasion qui s’offre présentement à la communauté sherbrookoise est celle d’une prison qui, cessant d’être le symbole de l’exclusion et de la mise à l’écart, pourrait devenir le lieu privilégié d’une relation, d’une jonction entre le « nous » et le « eux », entre le passé et le présent, entre le présent et l’avenir, aussi50.

49En attendant, avec chaque jour qui passe, ce patrimoine sombre sherbrookois s’assombrit toujours un peu plus. La désuétude s’accentue, les murs s’effritent, la structure s’affaiblit, rendant la revitalisation du bâtiment non seulement plus onéreuse, mais aussi de plus en plus difficile à accomplir. Si la prison Winter doit survivre et être rendue à la collectivité, il ne faut plus attendre avant de jeter la lumière sur ce patrimoine sombre. Sinon, ses heures sont comptées.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Ashworth Gregory, Hartmann Rudi, Horror and Human Tragedy Revisited: The Management of Sites of Atrocities for Tourism, Cognizant Communications Corporation, New York, NY, 2005.

Beech John, « Genocide Tourism», in Sharpley, R. et Stone, P.R. (dir.), The Darker Side of Travel: The Theory and Practice of Dark Tourism, Channel View Publications, Bristol, 2009, p. 207-223.

Brown David, « Strolling the Coastline: Criminology in Everyday Life: Through Landscape from Gaol to Badlands », Law Text Culture, vol. 13, n° 1, 2009, p. 311-338.

Campeau André, « Les prisons du Québec, ghetto des pauvres », Criminologie, 1976, vol. 9, no 1-2, p. 20-86.

Dann Graham M.S., Seaton A.V., Slavery, Contested Heritage and Thanatourism, Haworth Hospitality Press, New York, NY, 2001.

Fecteau Jean-Marie, Tremblay Marie-Josée, Trépanier Jean, « La prison de Montréal de 1865 à 1913 : évolution en longue période d’une population pénale », Les Cahiers de droit, 1993, vol. 34, no 1, p. 39-41.

Foley Malcolm, Lennon John, « JFK and dark tourism: A fascination with assassination », International Journal of Heritage Studies, vol. 2, n° 4, 1996, p. 198-211.

Foley Malcolm, Lennon, John, Dark Tourism: The Attraction of Death and Disaster, Londres, Thompson Learning, 2000.

Fyson Donald, « Criminal Justice History in Canada. Some Thoughts on Future Developments », Crime, histoire et sociétés, vol. 21, no 2, 2017, p. 172-182.

Hodgkinson Sarah, Urquhart Diane, « Ghost Hunting in Prison: Contemplating Death through Sites of Incarceration and the Comodification of the Penal Past », in Jacqueline Wilson, Sarah Hodgkinson, Justin Piché et Kevin Walby (dir.), The Palgrave Handbook of Prison Tourism, Londres, Palgrave Macmillan, 2017.

Hodgkinson Sarah et Urquhart Diane, « Prison Tourism. Exploring the spectacle of punishment in the UK”, dans Glenn Hooper, John Lennon (dir.), Dark Tourism. Practice and interpretation, Londres, Routledge, 2017.

Kesteman Jean-Pierre, Histoire de Sherbrooke. Tome 1, Sherbrooke, Éditions G.G.C, 2000.

Laplante Jacques, Prison et ordre social au Québec, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1989.

Seaton A.V., « Thanatourism’s final frontiers? Visits to cemeteries, churchyards and funerary sites as sacred and secular pilgrimage », Tourism Recreation Research, vol. 27, n° 2, 2002, p. 73-82.

Stone Philip, « Dark Tourism Scholarship: A Critical review », International Journal of Culture, Tourism and Hospitality Research, vol. 7, n° 3, 2013, p. 307-318.

Turner Jennifer et Peters Kimberley, « Doing Time Travel: Performing Past and Present at the Prison Museum », dans K. Morin and D. Moran (éd.), Historical Geographies of Prisons: Unlocking the Usable Carceral Past, London, Routledge, 2015.

Welch Michael, Escape to Prison. Penal Tourism and the Pull of Punishment, Oakland, University of California Press, 2015.

Wilson Jacqueline, Prison: Cultural Memory and Dark Tourism, Peter Lang, New York, NY, 2008.

Derek Dalton, Dark Tourism and Crime, Routledge, Abingdon, 2013.

Wilson Jacqueline, Prison: Cultural Memory and Dark Tourism, Oxford, Peter Lang, 2008.

Haut de page

Notes

1 Québec, Second rapport annuel des Inspecteurs de prisons, &c., pour 1869, Documents de la Session (n° 12), 1870, p. 22.

2 Voir à cet égard la couverture médiatique locale autour de la prison Winter : Jonathan Custeau, « Le projet de la prison Winter avance à pas de tortue », La Tribune, 7 février 2022; Jonathan Custeau, « La prison Winter enfin sauvée », La Tribune, 5 décembre 2019; Jonathan Custeau, « Trois scénarios pour la prison Winter », La Tribune, 29 août 2019; Jonathan Custeau, « Lueur d’espoir pour la prison Winter », La Tribune, 27 août 2019; René-Charles Quirion, « Prison Winter : “Ce que nous avons est unique” », La Tribune, 22 novembre 2015 ; Jonathan Custeau, « La Société d’histoire cherche 6 millions $ pour la prison Winter », La Tribune, 15 novembre 2015.

3 Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke. Tome 1, Sherbrooke, Éditions G.G.C, 2000, p. 45.

4 Jean-Pierre Kesteman, Peter Southam et Diane Saint-Pierre, Histoire des Cantons-de-l’Est, Québec, Institut québécois de la recherche sur la culture, 1998, p. 120.

5 Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke. Tome 1, p. 45-48.

6 Jean-Pierre Kesteman, Peter Southam et Diane Saint-Pierre, op. cit., p. 192-193.

7 Règlement municipal de Sherbrooke no 236 cité dans Le Progrès de l’Est, 13 décembre 1904, p. 2.

8 Le transfert des pénitenciers se fait officiellement l’année suivante : Acte concernant les pénitenciers et les directeurs préposés à leur administration, et pour d’autres fins, Statuts du Canada, 22 mai 1868, 31 Vict. chap. 75.

9 Lucie Lemonde, « Historique des normes juridiques dans les pénitenciers au Canada », Criminologie, 1995, vol. 28, no 1, p. 102.

10 Rapport préliminaire du Bureau des inspecteurs d’asiles, prisons, etc. 1859, Québec, Thompson et cie, 1860, p. 9.

11 Rapport du Bureau des inspecteurs d’Asiles, de Prisons, Etc. pour l’année 1860, Québec, Hunter, Rose et cie, 1861, p. 19.

12 Jacques Laplante, Prison et ordre social au Québec, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 1989, p. 123-127.

13 Les inspecteurs utilisent parfois aussi la désignation de prison de division. Le sujet est récurrent dans les rapports annuels des inspecteurs, mais s’essouffle à partir de 1895. Voir par exemple « Institutions pénales », Quatrième rapport annuel du Bureau des inspecteurs d’Asiles, Prisons, etc., pour l’année 1863, Documents de la Session no 39, 1864, non paginé. On consultera également Second rapport annuel des inspecteurs de prisons, &c., pour 1869, Documents de la Session no 12, 1870, p. 5-7.

14 Jacques Laplante, op. cit., p. 139.

15 Jean-Marie Fecteau, Marie-Josée Tremblay et Jean Trépanier, « La prison de Montréal de 1865 à 1913 : évolution en longue période d’une population pénale », Les Cahiers de droit, 1993, vol. 34, no 1, p. 39-41. À Sherbrooke, la tendance est similaire au portrait provincial sur la longue période de 1900 à 1930, mais les variations annuelles sont particulièrement irrégulières.

16 On se réfère généralement à l’enquête gouvernementale de 1914 sous l’appellation de Commission Macdonnell. Canada, Report of the Royal Commission on Penitentiaries, Ottawa, J. Taché, 1914, 44 p.

17 La commission d’enquête Archambault mise sur pied en 1936 est beaucoup plus ambitieuse que les précédentes. Canada, Rapport de la commission royale d’enquête sur le système pénal du Canada, Ottawa, J. O. Patenaude, 1938, 440 p.

18 Donald Fyson, « Criminal Justice History in Canada. Some Thoughts on Future Developments », Crime, histoire et sociétés, vol. 21, n° 2, 2017, p. 176.

19 Jacques Laplante, op. cit., p. 160-180.

20 Canada, Rapport du Comité canadien de la réforme pénale et correctionnelle, Ottawa, Imprimeur de la Reine pour la Canada, 1969, p. 534. Steve Mihorean et Stan Lipinski, « Modèles d’incarcération internationaux, 1980-1990 », Juristat, 1992, vol. 12, no 3, p. 5.

21 André Campeau, « Les prisons du Québec, ghetto des pauvres », Criminologie, 1976, vol. 9, no 1-2, p. 86.

22 Jacques Laplante, op. cit., p. 181.

23 Québec, Second rapport annuel des Inspecteurs de prisons, &c., pour 1869, Documents de la Session (n° 12), 1870, p. 22.

24 Québec, Vingt-unième rapport des Inspecteurs de prisons, asiles, etc. de la Province de Québec, pour l’année 1890, Documents de la Session, 1890, p. 63.

25 Québec, Vingt-neuvième rapport des Inspecteurs de prisons et asiles de la province de Québec pour l’année 1898, Documents de la Session (n° 4), 1899, p. 67.

26 Québec, Trente-sixième rapport des Inspecteurs de prisons et asiles d’aliénés de la province de Québec pour l’année 1905, Documents de la Session (n° 4), 1906-1907, p. 24.

27 On trouve un exemple typique de ces critiques dans une requête du chapitre sherbrookois de la Société de criminologie en 1967 : « La prison de la rue Winter est désuète et inadéquate. Les cellules ne sont pas adaptées pour les détenus. Le climat actuel n’est pas des plus propices à la réhabilitation. » « La Société de criminologie recommandera à Québec de construire une nouvelle prison pour Sherbrooke », La Tribune, 11 mai 1967, p. 3.

28 Malcolm Foley et John Lennon, « JFK and dark tourism: A fascination with assassination », International Journal of Heritage Studies, vol. 2, n° 4, 1996, p. 198-211 ; Malcolm Foley et John Lennon, Dark Tourism: The Attraction of Death and Disaster, Londres, Thompson Learning, 2000, 184 p.

29 Gregory Ashworth et Rudi Hartmann, Horror and Human Tragedy Revisited: The Management of Sites of Atrocities for Tourism, Cognizant Communications Corporation, New York, NY, 2005; Graham M.S. Dann et A.V. Seaton, Slavery, Contested Heritage and Thanatourism, Haworth Hospitality Press, New York, NY, 2001 ; A.V. Seaton, « Thanatourism’s final frontiers? Visits to cemeteries, churchyards and funerary sites as sacred and secular pilgrimage », Tourism Recreation Research, vol. 27, no 2, 2002, p. 73-82; John Beech, « Genocide Tourism», dans R. Sharpley et P. Stone (dir.), The Darker Side of Travel: The Theory and Practice of Dark Tourism, Channel View Publications, Bristol, 2009, p. 207-223 ; Jacqueline Z. Wilson, Prison: Cultural Memory and Dark Tourism, Peter Lang, New York, NY, 2008 ; Derek Dalton, Dark Tourism and Crime, Routledge, Abingdon, 2013.

30 Philip Stone, « Dark Tourism Scholarship: A Critical review », International Journal of Culture, Tourism and Hospitality Research, vol. 7, n° 3, 2013, p. 307.

31 « Tragedy turns to tourism at Ground Zero », The Age, 29 juin 2002 ; John Leland, « Mourning and Tourism Come Together at Ground Zero », The New York Times, 18 août 2017 ; Iliana Magra, « Chernobyl, With Helping Hand From TV, Becomes an Unlikely Tourism Magnet », The New York Times, 13 juin 2019 ; Morgane Tual, « Photos, selfies…Le mémorial d’Auschwitz appelle à la décence », Le Monde, 29 mars 2019.

32 Traduction libre par les auteurs de « dark tourism is on the rise ». Will Coldwell, « Dark tourism: why murder sites and disaster zones are proving popular », The Guardian, 31 octobre 2013.

33 Traduction libre des auteurs de : « there is a fine line between an attraction being educational or exploitative ». Darryl Coote, « Exploitation or healthy interest? An analysis of dark tourism », The Jeju Weekly, 12 juin 2010.

34 Chris Hedges, « Alcatraz: A Prison as Disneyland », Truth Dig, 1er décembre 2014.

35 Michael Welch, Escape to Prison. Penal Tourism and the Pull of Punishment, Oakland, University of California Press, 2015, p. 5.

36 Traduction libre de : « a really uninformed sense of spectacle ». Citée dans Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca »”, Fortune, 17 août 2016.

37 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.

38 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Ghost Hunting in Prison: Contemplating Death through Sites of Incarceration and the Comodification of the Penal Past », dans Jacqueline Wilson, Sarah Hodgkinson, Justin Piché et Kevin Walby (dir.), The Palgrave Handbook of Prison Tourism, Londres, Palgrave Macmillan, 2017, 340 p.

39 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Prison Tourism. Exploring the spectacle of punishment in the UK”, dans Glenn Hooper, John Lennon (dir.), Dark Tourism. Practice and interpretation, Londres, Routledge, 2017, p. 47.

40 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.

41 Elizabeth Neucere, « Inmates on Display: The Reinforcements of Social Exclusion and Silences through the Presentation of History at the Texas Prison Museum », mémoire de maîtrise en histoire, Sam Houston State University, 2015, p. 5.

42 Chris Hedges, « Alcatraz: A Prison as Disneyland », Truth Dig, 1er décembre 2014.

43 Jennifer Turner et Kimberley Peters, « Doing Time Travel: Performing Past and Present at the Prison Museum », dans K. Morin and D. Moran (éd.), Historical Geographies of Prisons: Unlocking the Usable Carceral Past, London, Routledge, 2015, p. 85.

44 Voir entre autres Jacqueline Wilson, Prison: Cultural Memory and Dark Tourism, Oxford, Peter Lang, 2008.

45 « The humanisation plan that seeks a unified and renewed prison model. An Interview with Jean Alain Rodriguez, Attorney General of the Domincan Republic », Justice Trends, 2019.  https://justice-trends.press/the-humanisation-plan-that-seeks-a-unified-and-renewed-prison-model/ ; Oliver Wainwright, « Pile ‘em high: Britain's £1bn plan to build nine warehouse super-prisons », The Guardian, 2015,  https://www.theguardian.com/artanddesign/architecture-design-blog/2015/nov/10/super-prisons-michael-gove-1bn-government-plan ; Oliver Wainwright, « Epic jail: inside the UK's optimised 'super-prison' warehouses », The Guardian, 2019 https://www.theguardian.com/artanddesign/2019/sep/02/epic-jail-inside-super-prison-warehouses-architecture .

46 Sarah Hodgkinson et Diane Urquhart, « Prison Tourism. Exploring the spectacle of punishment in the UK », dans Glenn Hooper, John Lennon (dir.), Dark Tourism. Practice and interpretation, Londres, Routledge, 2017, p. 51-52.

47 Le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève a intégré de telles statistiques lors de son exposition « Prison », en 2019.

48 Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.

49 C’est la question que pose Lauren-Brooke Eisen, conseillère au Brennan Center for Justice de l’Université de New York. Cité dans Erik Sherman, « How American Prisons Became a Bizarre Tourist Mecca », Fortune, 17 août 2016.

50 Voir sur cette idée de la prison comme connexion : David Brown, « Strolling the Coastline: Criminology in Everyday Life: Through Landscape from Gaol to Badlands », Law Text Culture, vol. 13, n° 1, 2009, p. 311-338.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Joseph Pennoyer, Plan d’une partie du village de Sherbrooke, v. 1824. Fonds Ministère des Terres et Forêts, Publications et archives gouvernementales
Crédits BAnQ Québec E21,S555,SS1,SSS23,PS.5
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Titre Figure 2 : Extrait de la carte de Sherbrooke vers 1824, réalisée par Joseph Pennoyer
Légende On y aperçoit les quelques édifices d’importance ainsi que l’emplacement du premier palais de justice et de la première prison (en cercle rouge) et de la deuxième prison (en cercle noir). Joseph Pennoyer, Plan d’une partie du village de Sherbrooke, v. 1824.
Crédits Fonds Ministère des Terres et Forêts, Publications et archives gouvernementales. BAnQ Québec E21,S555,SS1,SSS23,PS.5
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-2.png
Fichier image/png, 471k
Titre Figure 3 : Auteur inconnu, Plan de la façade, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement
Crédits BAnQ Québec E25,S102,SS2,SSS1,D460.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 4 : Auteur inconnu, Plan intérieur de la prison Winter, 1865. Fonds Ministère des Travaux publics et de l’Approvisionnement
Crédits BAnQ Québec E25,S102,SS2,SSS1,D460.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Figure 5 : Cellule étroite de la prison Winter
Crédits Collection du Musée d’histoire de Sherbrooke
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Figure 6 : Reproduction de la potence dans la cour de la prison de Sherbrooke, 1990
Crédits Fonds Hélène Liard, Musée d’histoire de Sherbrooke
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Figure 7 : Prison Winter (2016)
Crédits Collection du Musée d’histoire de Sherbrooke
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/14714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Abdela, David Lacoste et Yanick Laverdière, « La prison Winter. Revitaliser le (sombre) patrimoine sherbrookois »Criminocorpus [En ligne], Sombre patrimoine, patrimoine sombre. Mémoires et histoires de justice, mis en ligne le 31 janvier 2024, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/14714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.14714

Haut de page

Auteurs

Sophie Abdela

Sophie Abdela est professeure agrégée au Département d’histoire de l’université de Sherbrooke (Québec). Elle travaille sur l’histoire des prisons parisiennes du XVIIIe siècle.

Articles du même auteur

David Lacoste

David Lacoste est Directeur général du Musée d’histoire de Sherbrooke

Yanick Laverdière

Yanick Laverdière est détenteur d’une maîtrise en histoire à l’université de Sherbrooke et recherchiste au Musée d’histoire de Sherbrooke.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search