Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2024Mathieu Vivas, “Ni larmes ni sépu...

2024

Mathieu Vivas, “Ni larmes ni sépulture”. Privation de sépulture et inhumation infamante dans la province ecclésiastique de Bordeaux (fin XIe-XIVe s.)

Bordeaux, Ausonius Éditions, 2023, 170 p.
Hélène Réveillas
Référence(s) :

Mathieu Vivas, “Ni larmes ni sépulture”. Privation de sépulture et inhumation infamante dans la province ecclésiastique de Bordeaux (fin XIe-XIVe s.), Bordeaux, Ausonius Éditions, 2023, 170 p.

Texte intégral

1Maître de conférences en Histoire et Archéologie du Moyen Âge à l’université de Lille depuis 2021, membre junior de l’Institut Universitaire de France depuis 2021, Mathieu Vivas s’intéresse à la mort, et plus particulièrement aux « mauvais morts » depuis sa thèse, soutenue en 2012, et qui s’intitulait La privation de sépulture au Moyen Âge : l’exemple de la province ecclésiastique de Bordeaux (Xe – début du XIVe siècle). Novatrice, sa réflexion se nourrissait à la fois d’exemples issus des sources écrites mais également de découvertes archéologiques, traduisant une véritable approche interdisciplinaire. C’est ce travail qui paraît aujourd’hui sous le titre de “Ni larmes ni sépulture”. Privation de sépulture et inhumation infamante dans la province ecclésiastique de Bordeaux (fin XIe – XIVe s.). Remanié par rapport à la thèse, comme en témoigne notamment l’intervalle chronologique resserré notable dès le titre de l’ouvrage, le texte apparaît également très raccourci, dans un souci de synthèse appréciable. Outre l’introduction et la conclusion, l’auteur développe ainsi trois chapitres seulement. Toutes les parties sont parfaitement illustrées au regard du sujet par différentes figures, en noir et blanc ou en couleur, de bonne qualité, à l’image du dessin qui orne la couverture de l’ouvrage. Extrêmement pertinent, il offre en un coup d’œil une vision de ce dont traite l’auteur : une église et son cimetière, dont est exclu un défunt, sa tombe étant creusée à l’extérieur de l’enceinte de l’espace cimétérial, tandis qu’au loin se dessine un gibet auquel est suspendu un corps, que l’on interprète comme celui d’un criminel. Enfin, sources et bibliographie sont très étoffées et leur organisation en fin d’ouvrage facilite grandement la recherche des références appelées dans le texte. On peut toutefois regretter quelques erreurs de forme dans le texte (premier chapitre), et, pour le lecteur ou la lectrice non familier·ère de la région Aquitaine, l’hétérogénéité de présentation entre les figures 9 et 15 (respectivement chapitres 2 et 3).

2Dès l’introduction de cet ouvrage, le propos de Mathieu Vivas est particulièrement intéressant car il y présente parfaitement sa problématique mais également les outils qui vont lui être nécessaires pour y répondre, en insistant notamment sur le caractère indispensable d’une approche interdisciplinaire et sur les caractéristiques de son territoire d’étude.

3Le premier chapitre est consacré aux raisons qui poussent l’Église à rejeter un individu de la communauté des vivants puis, par conséquent, de la communauté des morts, en le privant de la sepultura christiana. Si l’excommunication et l’interdit induisent a priori une privation de sépulture, l’auteur démontre, grâce à de nombreux exemples très documentés issus des sources à sa disposition, un fonctionnement plus complexe qu’il ne pourrait y paraître. En effet, si l’excommunication semble aller de soi avec une privation de sépulture, certains textes la font apparaître comme une punition supplémentaire, sous-entendant alors que tous les excommuniés n’en sont pas privés, d’autant plus qu’il semble également y avoir des difficultés à faire respecter les recommandations synodales à l’échelle des paroisses. Il en est de même pour l’interdit, pour lequel de nombreuses exceptions sont citées. Mathieu Vivas propose alors judicieusement un catalogue détaillé des différents cas de privation de sepultura ecclesiastica, qui regroupent à la fois des individus ayant commis un acte répréhensible (meurtre, incendies, vol de la dîme…) mais également les suicidés et les individus décédés de manière brutale. L’auteur démontre en réalité que c’est le bouleversement de l’ordre social qui va conduire l’Église à procéder à des excommunications, tout en restant attentive à la réintégration des sujets dans son giron, via l’absolution qu’elle peut octroyer aux excommuniés.

  • 1 Voir notamment Yann Ardagna, Émeline Sperandio, Catherine Rigeade, Yves Darton, Sacha Kacki, « La p (...)

4Le deuxième chapitre, le plus interdisciplinaire, traite de la privation de sépulture en elle-même et de la manière dont elle se manifeste : qu’advient-il des corps des « mauvais morts » ? L’auteur rappelle la mise en place de l’Ecclesia au cours du premier Moyen Âge et, progressivement, des rituels autour de la sépulture et du cimetière, auxquels n’ont donc pas droit les défunts privés de sépulture chrétienne. À partir du XIe siècle se développe également le rituel de consécration cimétériale, qui vient définir le cimetière d’un point de vue topographique (il a des limites, souvent matérialisées par une haie, une clôture, etc.) mais aussi « communautaire, exclusif et prohibitif » (seuls les « bons chrétiens » y sont acceptés). Par le rappel de ces éléments et grâce à quelques exemples choisis, Mathieu Vivas permet alors de discuter de la nature d’une sepultura ecclesiastica et de la difficulté à reconnaître une privation de sépulture, l’atypisme d’un dépôt n’étant pas suffisant1. C’est en réalité l’emplacement de l’inhumation par rapport au cimetière qui va s’avérer déterminante pour discuter du caractère infamant du dépôt, comme le synthétise l’auteur par un schéma fort à propos pour définir les différents espaces, sacré et profanes, pour enterrer les morts. Par son étude des textes liturgiques, Mathieu Vivas démontre qu’au-delà des récits évoquant un abandon des corps des excommuniés dans la nature, l’Église semble malgré tout les prendre en charge et que l’emplacement de l’inhumation doit être connue, de manière à pouvoir réintégrer le défunt dans la communauté s’il a manifesté des signes de repentance avant son décès.

5Vient se rajouter à cette problématique ecclésiastique le développement d’un pouvoir laïc judiciaire, qui va lui aussi prendre en charge des corps morts dans l’objectif de sa justice pénale. Si l’Église peut assurer l’absolution des condamnés à mort, elle n’énonce en effet aucune privation de sépulture. Le corps des criminels est utilisé dans le cadre d’un rituel judiciaire laïc. Mathieu Vivas prend l’exemple de l’ensevelissement vivant du meurtrier sous sa victime. Citée à plusieurs reprises dans les coutumes étudiées, parfois même en étant illustrée (figure 10), elle n’est explicitement prouvée que par un seul document, un conflit de juridiction, dans lequel il apparaît qu’un meurtrier a bien été enterré sous sa victime, dans un pré. On se situe alors hors du cimetière, l’espace consacré. Le meurtrier est un mauvais mort, mais qu’en est-il de sa victime ? Rentre-t-elle dans la catégorie des « individu[s] mort[s] de façon brutale » du premier chapitre ? On peut regretter qu’une discussion sur le sujet n’ait pas été engagée pour faire le lien entre les questionnements induits p. 56 et ce cas avéré. Mathieu Vivas démontre également, avec cet exemple issu d’un conflit de juridiction, l’importance de la situation topographique dans le rituel judiciaire : ici, en limite de territoire, mais cela va également être le cas pour les fourches patibulaires, toujours placées à des endroits stratégiques, hors de la cité, et au pied desquelles vont être inhumés les criminels, loin de tout espace consacré.

6Dans ce chapitre, l’auteur prouve donc toute l’importance de l’emplacement de l’inhumation, par rapport au cimetière, mais également à la ville, et définit bien une « punition géographique infamante ».

7Le troisième et dernier chapitre, purement historique, aborde la question de la réintégration des « mauvais morts » dans le giron de l’Église mais également leur impact sur la communauté. Comme cela avait déjà évoqué en chapitre 1, se repentir est toujours possible et les excommuniés vont pouvoir être absous de leur vivant par la pénitence et la confession. L’appartenance à la communauté est si importante que tout est bon, même la violence, pour bénéficier de l’absolution, comme l’illustrent les exemples présentés par l’auteur. L’entourage est parfois mis à contribution, mais peut lui-même être « contaminé » par l’excommunié, et l’être lui-même, rendant ainsi parfois difficile toute intercession. Cette notion de « pollution » se retrouve jusque dans la mort : lorsqu’un « mauvais chrétien » est inhumé dans le cimetière consacré, il va souiller cet espace. Que cela soit involontaire, par méconnaissance de l’excommunication du défunt, ou voulu, la transgression de la privation de sépulture est fortement condamnée. Comme le souligne Mathieu Vivas, la sentence est prononcée par les évêques, qui entendent aussi par ce biais-là asseoir leur autorité sur les membres du clergé paroissial, qui peuvent rencontrer des difficultés à appliquer ces condamnations dans leur propre communauté. Le corps du « mauvais mort » doit être exhumé et soumis à un traitement infamant (jusqu’à la crémation pour les hérétiques), de manière à ensuite pouvoir restaurer la pureté de l’espace funéraire par le « rite liturgique de réconciliation », effectué par l’évêque ou son représentant.

8Si cet ouvrage a une forte connotation historique, il s’adresse également à la communauté des archéologues et des archéo-anthropologues qui s’interrogent fréquemment sur les découvertes d’inhumations sortant de l’ordinaire. Il leur permet ainsi d’enrichir leurs réflexions et de développer une meilleure compréhension des phénomènes à l’œuvre sur le site fouillé. Il est en cela extrêmement important et est appelé à devenir une référence pour les chercheurs et chercheuses s’intéressant à la mort à la période médiévale. Liant ses réflexions issues des sources historiques aux découvertes archéologiques, Mathieu Vivas insiste sur la nécessité d’appréhender ensemble ces différents phénomènes pour interpréter les inhumations pouvant être mises au jour lors des fouilles.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Yann Ardagna, Émeline Sperandio, Catherine Rigeade, Yves Darton, Sacha Kacki, « La paléopathologie comme outil archéothanatologique : contribution à l’interprétation des positions d’inhumation atypiques », in Sacha Kacki, Hélène Réveillas, Christopher J. Knüsel (éd.), Rencontre autour du corps malade. Prise en charge et traitement funéraire des individus souffrants à travers les siècles. Actes de la 10e Rencontre du Gaaf, 23-25 mai 2018, Groupe d’anthropologie et d’archéologie funéraire, Bordeaux, vol. 10, Reugny, s.n., coll. « Publication du GAAF », 2021, p. 201‑213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Réveillas, « Mathieu Vivas, “Ni larmes ni sépulture”. Privation de sépulture et inhumation infamante dans la province ecclésiastique de Bordeaux (fin XIe-XIVe s.) »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 05 mars 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/14860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.14860

Haut de page

Auteur

Hélène Réveillas

Hélène Réveillas est archéo-anthropologue et responsable d'opérations au Centre Archéologie Préventive de Bordeaux Métropole. Membre du laboratoire PACEA (UMR 5199 CNRS) à l'Université de Bordeaux, elle y est co-responsable de l'équipe COMOS (COmportement MOrtuaires et Sociétés).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search